PE-048 Bénéficier d’une conscience double

“Alors, on poursuit toujours sur le plan de l’évolution de la conscience. Un point intéressant à regarder, c’est la relation entre l’Homme en tant qu’ego et le plan mental en tant que source de pensée, jusqu’à quel point l’Homme sur le plan matériel dans sa phase incarnée est indépendant de la source de sa pensée. Et quand je dis indépendant, je veux dire jusqu’à quel point la source de sa pensée s’adapte à son ego à un point …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Alors, on poursuit toujours sur le plan de l’évolution de la conscience. Un point intéressant à regarder, c’est la relation entre l’Homme en tant qu’ego et le plan mental en tant que source de pensée, jusqu’à quel point l’Homme sur le plan matériel dans sa phase incarnée est indépendant de la source de sa pensée. Et quand je dis indépendant, je veux dire jusqu’à quel point la source de sa pensée s’adapte à son ego à un point où l’Homme ne peut pas facilement distinguer entre elle et lui-même. C’est une question existentielle importante.

Et sur le plan psychologique, c’est une question qui mène essentiellement ou inévitablement à ce qu’on pourrait appeler la reconstruction de l’être psychologique, parce qu’une fois que l’Homme a mis le point sur les origines de sa conscience et qu’il a identifié psychologiquement le caractère occulte de sa pensée, il est obligé de se restructurer psychologiquement en tant qu’ego ; parce qu’il s’aperçoit que sa vie – sa vie en tant qu’être pensant – n’est pas simplement une vie planétaire, c’est-à-dire incarnée dans le matériel et réduite à des forces qu’il peut identifier, mais que sa vie est effectivement alliée à d’autres forces, à d’autres niveaux de vie, qui constituent le particularisme de la conscience éveillée.

À partir du moment où l’Homme entre dans une évolution de conscience, c’est-à-dire dans une nouvelle évaluation de sa relation entre lui et l’invisible, il est obligé ou il sera obligé de reconnaître certains aspects de cette conscience qui vient d’ailleurs, et qui fait partie, en même temps, de lui. Et cette symbiose, cette unification, cette union de deux particularités créera chez lui une certaine liberté, et en même temps le forcera à reconnaître un certain lien avec des plans dont il n’a pas encore très conscience, à cause du fait qu’il est incarné dans le plan matériel.

Mais une fois que l’Homme se saisit de son infinité, c’est-à-dire qu’il sort de son corps matériel, soit en conscience astrale ou en conscience mentale ou en conscience éthérique, il s’aperçoit que ce lien avec l’invisible constitue un caractère éternel de sa réalité, et que sur le plan matériel, il peut jusqu’à un certain point en bénéficier.

Et c’est ce côté que je veux regarder avec vous au cours de cette conférence, jusqu’à quel point l’Homme peut bénéficier d’une conscience double ; d’une conscience double, c’est-à-dire d’une conscience qui est réfléchie, donc qui donne naissance à la conscience subjective de l’ego et à une conscience qui n’est pas réfléchie, totalement intuitée, totalement éveillée, et qui donne naissance à la réalisation qu’il est en “partnership” sur le plan matériel avec des forces de vie qui s’étendent au-delà de son propre espace-temps, pour embrasser des mondes qui lui sont encore inconnus, mais qu’il découvrira, ou envers lesquels il établira des liens lorsqu’il sera aux portes de la mort.

Quand on est jeune ou quand on est… Disons jeune, on ne pense pas à la mort et c’est bien comme ça, mais lorsque l’Homme avance en âge et qu’il réalise à un certain point que les années sont comptées, il s’aperçoit que l’importance de son corps matériel diminue et que l’importance de son Esprit grandit. Et que dans la mesure où ce différentiel prend place, jusqu’au moment où l’Homme s’éteint, la conscience des autres plans devient de plus en plus intégrée à sa conscience diurne, et il commence à réaliser qu’il n’est plus seul.

Quand je dis qu’il n’est plus seul, je veux dire qu’il est supporté à partir des autres plans par des intelligences ou une intelligence, ou une conscience, ou une entité qui est près de lui, et qui représente le fameux… L’autre tranchant, l’autre versant du mystère humain auquel on n’a pas accès tellement lorsqu’on est dans la matière, ou qu’on est imbriqué dans la matière, parce que nos sens, l’énergie de nos sens est plutôt utilisée pour traiter avec cette matière au lieu de traiter avec les mondes invisibles, ce qui est normal d’ailleurs.

Quand on vit on vit, quand on meurt on meurt, c’est une autre sorte de vie. Donc, trop s’intéresser à l’invisible ou aux autres plans pendant qu’on est en vie, ça peut affecter notre existence si on n’a pas suffisamment d’équilibre dans le mental pour réaliser que la relation entre les plans de vie au-delà de la matière doit toujours demeurer une relation équilibrée avec l’ego. Sinon, les forces occultes engendrent, les forces occultes dérangent, et éventuellement, l’Homme, la vie de l’Homme est mise à gage.

L’évolution de la conscience à partir du moment où l’Homme reconnaîtra ou saura reconnaître qu’il n’est plus seul sur le plan mental, l’amènera éventuellement à constater que le pouvoir de sa conscience doit toujours être ramené sous le contrôle de l’ego. C’est très important ceci, parce que sinon l’Homme se spiritualise énormément et éventuellement perd contenance. Et toujours rapporter sa conscience vers l’ego alors qu’on prend conscience de l’alter-ego ou d’un autre plan, ça fait partie de l’intégration de cette énergie-là.

Ça fait partie du développement d’une grande maturité, et aussi ça fait partie ultimement d’une des grandes joies de vivre que l’Homme peut développer sur la Terre, dans ce sens qu’il est à la fois matériel, humain et aussi, à la fois, appartient à une autre dimension. Donc il peut avec le temps développer des outils subtils qui lui permettront de vivre une vie matérielle meilleure et plus en paix avec lui-même. Mais c’est très important pour lui de reconnaître qu’il doit toujours rapporter vers lui-même le contrôle de sa conscience.

Donc, ce processus de “déspiritualisation” même de “déoccultification” est nécessaire pour que l’ego se réaligne toujours vers lui-même, c’est-à-dire qu’il prenne conscience que sa volonté est avant tout son avantage, et que tout délaissement de cette volonté devient, avec le temps, un désavantage pour lui, parce qu’il sera amené à subir la présence des forces internes au lieu de les manipuler et de les utiliser à bon escient.   Pendant l’involution, les religions ont aidé l’Homme sur le plan moral, parce que les religions étaient destinées à créer pour l’ego un pont entre le plan matériel et les plans subtils. Mais à la fin du vingtième siècle, alors que l’Homme est en train de s’ouvrir à une nouvelle conscience, la religion n’est plus suffisante pour lui expliquer la réalité du phénomène humain.

Et il sera obligé, au cours de son évolution, de prendre en main cette explication, et d’en trouver éventuellement lui-même, par lui-même, les mécanismes, parce que l’Homme aura besoin au fur et à mesure où il entrera dans les arcanes de sa conscience, il aura besoin d’une intelligence suffisamment libérée du connu pour lui permettre d’expérimenter avec les forces occultes, et éventuellement en arriver à contrôler cette partie de lui-même, autrement dit une partie de sa lumière sur le plan matériel, pour bénéficier, tant qu’il est dans son corps matériel, d’une vie plus balancée, plus équilibrée.

Mais en arriver à contrôler les forces occultes, c’est un tour de force, parce que les forces occultes misent toujours sur la déception pour créer dans l’ego un déséquilibre. S’il n’y avait pas des déséquilibres créés par les forces occultes, l’ego ne prendrait pas conscience des forces occultes. Donc le déséquilibre lui permet de prendre conscience de ces forces-là, et il doit éventuellement en arriver à se rééquilibrer par lui-même, et ceci, il le fera dans la mesure où il aura suffisamment d’intelligence pour se protéger contre ces forces-là.

Il y a des gens qui me disent : “Mais quelles sont ces forces ? Qu’est-ce que vous voulez dire par ces forces”… ? Toute intrusion dans une conscience humaine qui mène à un éveil de conscience, toute forme de télépathie, toute forme de reconnaissance de l’existence d’un autre monde, d’un autre plan en relation avec l’Homme, crée dans la conscience de l’Homme un état d’esprit qui, rapidement, le différencie des autres Hommes inconscients.

Cette différenciation, naturellement, crée chez lui une sorte de solitude qu’il peut équilibrer ou “re-balancer” par le fait qu’il peut rencontrer d’autres personnes qui sont dans la même situation que lui. Mais le phénomène demeure qu’un Homme qui prend conscience des autres plans voit sa vie radicalement changer, quel que soit son niveau d’évolution. Et c’est ce changement radical de sa vie qu’il doit contrôler pour en arriver à une certaine maturité occulte.

Et ce travail, comme je le disais tout à l’heure, n’est pas facile parce que les forces occultes, c’est-à-dire le niveau d’intelligence ou les forces intelligentes qui travaillent à travers son ego sur le plan mental, vont utiliser tous les subterfuges nécessaires pour l’amener éventuellement à contrôler lui-même sa propre évolution. Et ils ne peuvent le faire que par truchement, que par trucage, sinon l’Homme aurait des pouvoirs occultes instantanés, dont il ne pourrait pas contrôler les conséquences.

Donc c’est évident qu’à partir du moment où il est en contact avec le plan mental, le contact ne peut pas être établi sur une base égalitaire comme il le vit, par exemple, avec d’autres êtres humains. Et ça, c’est très difficile pour l’Homme de réaliser et de comprendre, parce qu’il a une conscience spirituelle de l’invisible qui lui a été inculquée depuis des millénaires.

Et cette conscience spirituelle de l’invisible, alors qu’elle était utile dans le temps où l’Homme n’avait pas de conscience télépathique, à partir du moment où il y en a une, les règles du jeu sont altérées et profondément altérées, au point où éventuellement il en arrive à reconnaître qu’essentiellement le lien entre lui et l’invisible est fondé sur le mensonge cosmique. Le mensonge cosmique n’est pas une reconnaissance morale d’un état d’esprit.

Le mensonge cosmique est simplement une loi morontielle qui affecte l’Homme autant dans son inconscience que dans sa conscience, avec cette différence qu’une fois qu’il est conscient, il en réalise la nature. Et de cette réalisation, il peut en arriver éventuellement à développer une intelligence extrêmement mûre des lois de la vie, autant sur le plan matériel que sur les autres plans. Il ne faut pas oublier que nous sommes aujourd’hui à l’aube de la conscience.

À l’aube de la conscience, ça veut dire beaucoup de choses, parce que l’aube de la conscience, ça peut dire le début d’une période qui va durer deux-mille-cinq-cents, trois-mille, quatre-mille, cinq-mille années. Alors que par le passé, nous avons été à l’aube de l’inconscience qui a duré aussi des millénaires. Et lorsque nous parlons de l’aube ou du début d’une conscience, ou d’une réunification de la conscience humaine avec des plans invisibles, nous parlons d’une découverte très vaste des relations entre l’Homme et les mondes.

Et quand je parle des mondes, je parle des structures, des architectures, des plans qui, pour nous, sont du domaine du rêve mais qui, sur le plan de la mort, deviennent une réalité. Donc ces mondes sont régis par des lois, et l’âme fait partie de ces lois-là, et elle est obligée de s’exécuter sur le plan matériel en relation avec ces lois-là. Et l’ego lui – l’aspect pensant de l’Homme – sert simplement à établir un lien entre ce que l’âme doit, sur le plan matériel, promulguer dans son expérience, et lui reconnaître en tant que science, par rapport au monde qui influe sur elle. Et les mondes occultes influent sur l’âme.

On pense simplement, par exemple, à l’expérience du Président Américain. Les psychologues, les psychiatres, les gens qui s’occupent de sociologie ou qui s’occupent de l’étude du phénomène humain et qui essaient de comprendre comment un Homme aussi intelligent peut avoir été amené à commettre des actes aussi bêtes dans une condition matérielle inexcusable, ça fait encore partie des lois de l’âme. Ça fait encore partie des lois de l’invisible. Ça fait partie des lois de l’astralisation.

Donc, si un Homme comme le Président Américain peut être astralisé à ce point-là, dans des conditions aussi rigides, aussi contrôlées, imaginez-vous ce que le pur et simple être humain peut être astralisé dans sa vie. Donc les forces de vie qui influent sur le plan de l’âme, comme dans ce cas-là, lorsqu’on les étudie, il faut les étudier à la lumière de l’influence. Et toute la vie de l’Homme doit être étudiée à la lumière de l’influence. Que l’influence soit bonne ou que l’influence soit néfaste, il demeure toujours que l’Homme est un être influencé.

Et à partir du moment où il commence à reconnaître la nature de cette condition, et qu’il commence à comprendre que son âme – que cette mémoire qui est sa réalité – est affectée par ces forces-là, à ce moment-là il commence à se désengager de beaucoup de réflexions inutiles qui pourraient ternir sa vie et créer dans sa vie une conscience temporelle, un fardeau en ce qui concerne l’origine ou la cause de ses accidents de parcours.

Donc notre vie est un accident de parcours, est une suite d’accidents de parcours, et plus l’Homme sera conscient, plus il pourra les interpréter. Mais les interpréter à son avantage au lieu de les interpréter ou de les vivre, ou de les subir à son désavantage, ce qui fut le cas pendant l’involution. Condition qui a créé énormément de souffrance, de réflexion, de culpabilité chez l’ego. Alors que l’âme était simplement réduite à ces lois d’influence, à ces forces qui influent sur elle, aors que l’ego n’était pas en mesure, à ce moment-là, d’en interpréter le caractère.

Et c’est là le but de la conscience, c’est ça la conséquence d’une conscience supramentale ou d’une conscience éveillée. Mais il y a un prix à payer pour toute conscience. Et le prix à payer, c’est le dérangement qu’elle crée dans l’ego. Elle crée un dérangement parce qu’elle doit faire son chemin, elle doit pénétrer la conscience endormie de l’Homme. Donc par chocs elle éveille, et par chocs, et par chocs, et par chocs qui durent des années, des années, elle éveille de plus en plus jusqu’à ce que l’ego soit suffisamment éveillé pour finalement en prendre le contrôle, c’est-à-dire vivre sa vie de plus en plus à l’épreuve de ces influences.

Et c’est là ce que j’appelle : de l’Intelligence ; à partir du moment où l’Homme pourra se libérer suffisamment de la puissante pulsion de ces influences sur son ego, on pourra dire qu’il a de l’Intelligence, c’est-à-dire qu’il reconnaît, qu’il connaît les lois occultes qui agissent sur le plan mental derrière le tableau de l’ego réfléchi. Bon. Je ne veux pas aller dans ce sujet parce que j’ai toujours refusé d’aller dans ce sujet, mais de temps à autre, il faut que j’aille dans ce sujet pour expliquer des aspects !

Si nous prenons, par exemple, le phénomène OVNI sur la Terre, si nous prenons les expériences soi-disant réelles de certains individus qui ont eu des contacts avec des niveaux de conscience dite “non-naturelle”, nous réalisons qu’il y a toujours un élément furtif dans toutes ces expériences, les femmes qui ont été mises enceintes par ces forces, les hommes qui ont été approchés et affectés par ces forces, par ces intelligences ! Dans n’importe quel domaine de l’expérience, à n’importe quel niveau, même sur le plan militaire, on reconnaît toujours, on est forcé de toujours admettre qu’il y a un niveau d’espièglerie… Il y a un certain secret, il y a des choses qui ne sont pas claires.

Et même aujourd’hui avec notre technologie, nos capacités analytiques, ainsi de suite, nous ne sommes pas encore capables de réellement comprendre et d’expliquer ce phénomène-là d’une manière méthodique, scientifique, d’une manière qui plaise à tous les esprits qui s’y intéressent. Pourquoi ? Parce qu’il y a des choses concernant la nature de l’Esprit que nous ne comprenons pas.

Il y a des choses concernant la nature des mondes, les espaces-temps, ce que nous appelons la réalité, il y a des domaines – non pas simplement de conscience mais d’existence – qui sont pour nous réellement une manifestation d’un grand imaginaire universel ou cosmique, qui est trop vaste pour notre Esprit englobé dans un corps matériel, un Esprit qui est incapable de se libérer des liens avec la matière.

Donc ce n’est pas parce que l’Homme est impuissant à se libérer de son matériel que les mondes cessent d’être ce qu’ils sont, c’est-à-dire des mondes extrêmement puissants, relativement parlant, et extrêmement envahissants s’ils décident, pour une raison ou une autre, de venir en contact avec l’expérience humaine, que ce soit sur le plan du phénomène OVNI ou que ce soit sur le plan du contact cérébral télépathique avec des éléments qu’on appelle “le plan mental”.

Qu’est-ce que ça veut dire le plan mental ? Nous allons devoir, au cours de notre évolution – comme nous l’avons fait dans les religions, comme nous l’avons fait dans les sciences – nous allons devoir faire, au cours de l’évolution, une étude, une évaluation, une description de ces mondes en fonction de notre expérience. Et ce sont ces expériences qui, au cours de l’évolution, collectivement, permettront à l’Humanité de comprendre exactement ce qu’est le mystère de l’Homme, ce qu’est le mystère de la vie, ce que sont les mystères des mondes et d’où vient cette extrapolation exponentielle absolument fantastique qu’on appelle le cosmos.

Si par contre, nous n’éveillons pas notre Esprit et nous n’habituons pas notre Esprit, notre mental, à traiter avec des notions qui ne font pas notre affaire, c’est-à-dire avec des notions qui dépassent notre entendement ou des notions qui font vaciller nos consciences, ou des notions qui sont difficiles à intégrer, parce qu’elles nous bouleversent profondément – tant sur le plan spirituel que sur le plan psychique – à ce moment-là, nous ne pourrons jamais, en tant qu’individus, officier personnellement à la définition des mondes qui sont en contact avec nous à notre insu, dans leur propre invisibilité, mais qui, tout de même, demeurent des mondes réels, fondamentaux, solides, consistants, avec la réalité spatiotemporelle des autres plans mais qui demeurent pour nous, imaginaires.

Parce que nous ne sommes pas suffisamment stables psychiquement pour traiter avec des réalités qui ne se conforment pas à la réalité de nos sens, ce qui crée les conditions inévitablement différentes et étrangères à notre conscience qu’on appelle l’invisible ou l’infinité. Je ne suis pas tellement intéressé à demander à l’Homme de s’intéresser au phénomène OVNI parce que le phénomène OVNI, c’est un phénomène qui n’a aucune résonance avec le mental, dans la mesure où le mental doit être éveillé pour que le phénomène OVNI ait une résonance intelligente. Sinon, c’est simplement la course à cette phénoménologie qui est constamment… (Coupure).

(Reprise en cours)… Donc l’Homme doit être conscient, il doit développer une base fondamentale, une fondation, avant de pouvoir s’intéresser à ces choses, et ne pas se perdre dans la collusion qui existe entre les autres mondes et son monde matériel. C’est pour ça qu’il doit s’habituer, au cours de son évolution, à un constat fondamental en ce qui concerne la conscience mentale. Et ce constat c’est sa capacité, en tant qu’ego, de pouvoir digérer, intégrer, ce que nous appelons forcément “le mensonge cosmique”.

Pourquoi nous appelons ça le mensonge cosmique ? Parce que nous savons que la relation idéologique qui existe entre un ego matériel ou un humain qui pense et des mondes parallèles, cette relation ne peut pas être fondée sur le caractère ou sur l’aspect humain, sur l’aspect que l’Homme voudrait qu’elle soit. Jamais l’Homme n’aura de relation avec les autres plans dans un cadre qui, au début, lui plaise en tant qu’ego. Parce que ces autres plans sont trop différents du sien, les lois sont différentes, les conséquences énormes sont telles que si l’Homme venait en contact avec ces mondes, et qu’il avait une relation de Un à Un avec ces mondes, l’Homme aurait, sur la Terre, des pouvoirs qui déséquilibreraient facilement son environnement social.

Mais sur le plan humain, sur le plan personnel, il doit s’amener graduellement à constater que le contact avec le plan mental c’est une révolution sur le plan de l’ego. Et cette révolution est de plus en plus grande dans la mesure où il est capable d’assumer une relation avec le plan mental, dans le cadre du mensonge cosmique, sans être psychologiquement troublé. Et quand j’emploie le terme “mensonge cosmique”, je ne l’emploie pas dans le sens moral auquel on est habitué. Mensonge veut dire “retenue de l’information”.

Donc si l’Homme est capable de traiter avec cette retenue d’information jusqu’à ce que cette information s’ajuste et lui soit rendue, à ce moment-là il pourra faire des pénétrations, des interventions suffisamment grandes dans le domaine de sa conscience personnelle, et il en viendra, éventuellement, à conquérir le pouvoir de ces forces occultes sur son âme et finalement se libérer de ce qu’on appelle “le connu”.

La conscience est un état d’esprit. Quand je dis “état d’esprit”, je veux dire qu’elle représente un équilibre quelconque entre cette source, ce plan dans l’invisible et le mental humain. Et dans la mesure où l’Homme est capable de maintenir cet équilibre entre ces deux mondes, il est sur le plan matériel suffisamment protégé contre le mensonge qui est, de nature, “l’Imprimatur” de ces mondes.

Mais si l’Homme n’est pas capable de maintenir l’équilibre entre lui et ces plans sur le plan psychologique, à ce moment-là ce que nous appelons “le mensonge cosmique” déferlera sur sa conscience et l’Homme en sera abruti, parce que les lois occultes sont entièrement, ou vont entièrement à l’encontre de ce que nous, les humains, les “ego” dans la matière, tenons pour important. Donc ce qui est important pour un ego, ce n’est pas important pour une conscience qui évolue à l’extérieur du matériel.

Ceci ne veut pas dire que l’Homme ne peut pas, alors qu’il est en conscience, en arriver à bénéficier de cette conscience, au contraire. Mais ceci veut dire que l’Homme ne peut pas, en tant qu’ego, s’attendre à ce que les entités du mental ou les ajusteurs de pensée s’adaptent aux conditions que l’ego veut bien leur présenter. Ça ne se produit pas ainsi. Ça ne s’est jamais produit ainsi et ça ne se produira pas ainsi.

Alors vous direz : “Mais à quoi ça sert pour l’Homme d’accéder à une conscience si l’ajusteur de pensée n’en arrive pas éventuellement à s’ajuster à lui”… ? Et la question est mal formulée. Ce n’est pas que l’ajusteur de pensée doit s’ajuster à l’Homme, c’est que l’Homme doit s’ajuster à l’ajusteur de pensée. Autrement dit, l’Homme doit en arriver à comprendre, à saisir, à voir le mensonge de sa propre conscience, pour en arriver finalement à prendre les rênes, le contrôle de cette conscience, et éventuellement en arriver, finalement, à établir un équilibre entre lui et l’ajusteur de pensée.

Donc le moyen est totalement différent de ce que nous aurions voulu proposer pendant l’involution, parce que pendant l’involution, nous étions à la recherche de Dieu ou la recherche d’une sainteté qui nous protégeait, ou à la recherche d’un pouvoir occulte chez les gens qui faisaient des expériences temporelles dans le domaine des sciences occultes.

Mais l’histoire nous a démontré que toutes ces recherches, que tous ces mouvements vers le Saint Graal, que toutes ces décisions de l’ego de vouloir appartenir à une race pure, à une élite occulte, que tout ceci faisait partie des mirages, des illusions, que créé le mensonge cosmique dans une conscience naïve et spirituellement décadente.

Quand je parle de la décadence spirituelle de l’Homme, ce que je veux dire c’est que toute forme de spiritualité engage l’ego, donc le mortel, à vouloir s’imaginer que toute préconscience, toute conscience qui évolue dans des mondes parallèles, peut être assujettie à son désir spirituel. C’est dans ce sens-là que je dis que la spiritualité elle est décadente.

Elle est décadente dans le sens que l’Homme n’a aucune idée comment sont structurés, fonctionnent les mondes qui sont à la base de toute conscience évolutive, autant sur le plan humain que sur les plans plus limités du monde animal, végétal et plantaire. Le cosmos est vaste, l’évolution de la conscience fait partie de l’évolution du cosmos, et la compréhension scientifique de la relation entre l’Homme et les plans fait partie du développement de l’intelligence sur la Terre.

Et il n’y a aucune limite à cette définition, à cette évolution et à ce développement, parce que la lumière est infinie. Et son mouvement seulement doit être compris au cours des âges, afin que l’Homme en arrive finalement à cesser d’être une créature pour devenir finalement un créateur. Nous avons tenté pendant l’involution d’expliquer la nature de l’Homme, le phénomène humain à partir d’outils conventionnels qu’on avait développés au cours de l’involution, qu’on appelait “la philosophie”.

Aujourd’hui la philosophie elle est morte, elle ne sert plus l’Homme parce qu’elle n’est plus suffisante à répondre aux questions complexes d’un esprit plus averti. Donc la philosophie n’étant plus, étant morte, l’Homme aura besoin de développer une nouvelle science, soit une nouvelle métaphysique ou une nouvelle cosmogénie, ou une nouvelle méthodologie pour se rapprocher de son être, c’est-à-dire pour exprimer le fondement de sa conscience à un niveau qui, finalement, lui plaise.

Quand un Homme peut dire : “Bon, la vie c’est comme ça ! Quand tu meurs, il se passe telle chose. Quand tu t’incarnes, il se passe telle chose. Les mondes sont créés de telle ou telle façon, pour telle ou telle raison. Il y a des archives, l’univers est constitué ainsi, ainsi de suite”, lorsque l’Homme aura des réponses qui satisferont son Esprit, et non pas son ego, remarquez bien, à ce moment-là il aura finalement conquis son expérience occulte.

Il aura conquis les stages de son évolution psychologique et il sera finalement entré dans les arcanes de son propre mystère, et la vie sur le plan matériel deviendra extrêmement facile et beaucoup plus loisible pour lui. Alors que pendant l’involution, la vie fut autant un cauchemar sur le plan matériel qu’elle fut une lutte sans cesse sur le plan idéologique de la philosophie ou des religions. Mais il faut que ça cesse un jour.

Il faut que l’Homme en arrive à savoir et à comprendre qu’est-ce qui se passe dans la multidimensionnalité de sa conscience s’il veut avoir une idée de ce qu’il est, d’où il vient, où il s’en va. Mais comme je vous dis, cette nouvelle évolution ne sera pas facile parce que les tables seront retournées contre lui. Et quand je dis que les tables seront retournées contre lui, je veux dire que ce qu’il aura appris au cours de son développement, au cours de son involution, sera fracassé, remis en question, et c’est là qu’il fera face au mensonge cosmique.

Et c’est là qu’il apprendra finalement à contester ce que l’on cherche à imposer à son Esprit, derrière le tableau de son ego. Et lorsque l’Homme aura appris à contester TOUT ce qui vient dans son Esprit, il aura finalement une mesure de ce qu’il sait, de sa puissance créatrice et de sa conscience générative. Imaginez-vous ce que nous avons appris en science depuis une centaine d’années. Imaginez-vous le mouvement exponentiel, la croissance exponentielle des technologies, 1976, Bill Gates n’existait pas, Microsoft n’existait pas.

Aujourd’hui, Bill Gates existe, Microsoft existe, et le monde est en évolution et ceci à l’intérieur de quelques années. Imaginez-vous, deux-cents ans, trois-cents ans, cinq-cents ans, mille ans ! Imaginez-vous le temps que nous avons vécu nous les Hommes, dans une phase presque animale à partir du Cro-Magnon jusqu’à aujourd’hui !

Maintenant à partir du point zéro, 1969, du vingtième siècle, et imaginez-vous ce que l’Homme saura demain, ce que l’Homme expérimentera demain, autant sur le plan des technologies que sur le plan des rencontres avec d’autres types de vie, de conscience, qu’il pourra finalement intégrer à sa réalité planétaire lorsqu’il aura finalement compris que le mensonge cosmique est une protection contre son mental trop naïf, trop enfantin.

C’est seulement dans le sens d’une évolution que le terme conscience devient important pour l’être humain, pour l’individu. Si l’individu regarde le concept d’une conscience ou le phénomène d’une conscience en évolution à partir d’un plan personnel où il en arrive à se désengager de plus en plus des influx astraux – qui coïncident avec sa conscience et qui font de lui un individu malmené, c’est-à-dire un individu sans puissance – alors à ce moment-là, le phénomène de la conscience, déjà sur la Terre pointe dans une bonne direction.

Il permet à l’Homme de se désengager en tant qu’individu d’une myriade d’impressions qui, pendant l’involution, ont créé chez lui une grande paralysie, autant sur le plan psychologique, psychique, que matériel. Par contre, si nous cherchons dans le mot conscience ou dans le terme conscience, ou dans le phénomène de la conscience, si nous cherchons, non pas simplement des réponses, mais si nous cherchons une phénoménologie, si nous cherchons un avantage qui représente pour l’ego un désir, à ce moment-là nous aurons de nombreuses déceptions, parce que la conscience n’est pas au service de l’Homme.

La conscience fait partie de l’évolution d’un univers local et l’Homme fait partie de cette conscience, il fait partie de cette évolution, il doit finalement éventuellement en arriver à s’intégrer à elle selon ses lois à elle, et non pas les priorités que lui, veut bien lui apporter, à cause de son innocence planétaire. J’ai observé au cours des années les différents mouvements de conscience spirituelle dans le monde, les différentes Églises, les différentes écoles, les déplacements auxquels certains individus se soumettaient pour en arriver finalement à la rencontre d’une certaine extase spirituelle.

Et j’ai vu qu’il n’y a chez l’Homme aucune raison pour être conscient autre que dans la mesure où il en arrive, un jour, dans sa propre vie, à neutraliser les influences astrales sur son être. Et c’est ça de la conscience. Tout le reste c’est une recherche chevaleresque. C’est une recherche intéressante, idéologiquement intéressante mais toujours dictée par les besoins subjectifs de l’ego qui n’a pas encore compris que le mensonge cosmique fait partie de la nature des choses, et que ce n’est pas un accident aux lois de la vie.

Le concept du mensonge cosmique va à l’encontre de la préconception spirituelle de l’Homme face à l’organisation uniforme des mondes qui dépassent ou qui évoluent au-delà de la matérialité, parce qu’à la limite ou aux confins de ces mondes se projettent dans la conscience humaine, l’identité d’un Dieu éternel. Donc comment un Dieu éternel à la source de tout, responsable de tout, serait plongé, immergé, dans ce que nous les Hommes appelons “le mensonge cosmique”…

Donc pour l’Homme spirituel, pour l’Homme de l’involution, c’est une imposture, c’est une impossibilité, c’est quelque chose de totalement improbable. C’est quelque chose qui ne se pense pas. Et pourtant, l’Homme en arrivera un jour à réaliser que c’est la seule chose intelligente, réelle, et c’est la condition même qui fait que les mondes se juxtaposent. Les mondes évoluent en parallèle sans s’embrasser intégralement afin de protéger les involutions inférieures du pouvoir, de la présence ou de la vibration des évolutions plus avancées.

Vous savez vous-mêmes reconnaître dans votre propre évolution sociale, hiérarchisée, dans vos écoles, que ce que vous apprenez à la petite école n’est pas nécessairement ce que vous apprenez à l’Université. Donc il y a même là du mensonge, c’est-à-dire de la retenue d’information. Sur le plan politique, c’est la même chose, vous avez de la retenue d’information en matière politique pour protéger les masses d’une psychose ou d’un dérangement collectif.

C’est normal que tout niveau d’information plus avancé soit obligé de retenir à sa source ce qu’il sait, afin de protéger les niveaux inférieurs de ce qu’ils ne savent pas. Donc si ceci existe dans les structures humaines sur la Terre, dans les structures de l’Église… Vous vous rappelez très bien il y a quelques générations où il était interdit, par exemple, à un catholique de lire la Bible, les Grands Livres étaient sous clé, contrôlés, lus par ceux qui étaient dans l’élite, mais le bas peuple n’avait pas accès à la Bible.

Alors imaginez-vous lorsque nous parlons du cosmos, nous parlons des mondes, nous parlons des structures gouvernantes, nous parlons des mondes qui représentent pour l’Homme la divinité, mais sur un plan politique à l’extérieur des conventions spatiotemporelles de son psychologisme conditionné par la matière. Imaginez-vous qu’il est normal que le mensonge existe et que l’information soit retenue, et que le seul rôle de la conscience en évolution est d’en arriver éventuellement à libérer cette information dans la mesure où l’Homme sera capable d’en supporter les conséquences sur le plan de l’ego.

Et ceci se fera en fonction de sa propre évolution personnelle, ce ne sera jamais une révélation collective. Jamais le cosmos ne sera révélé à l’Humanité de manière collective. Le cosmos se réalise, se révèle à l’Homme toujours sur le plan individuel, et lorsque de ce plan individuel se crée une collectivité ou une conscience collective, ben, vous avez une religion ! De Moïse, vous avez les juifs. Du Christ, vous avez eu la religion catholique, mais ce ne sont pas les initiés qui créent les religions, ce sont ceux qui viennent après lui.

Donc la révélation se fait toujours sur le plan individuel, et en ce qui concerne la conscience supramentale sur la Terre, il n’y aura aucune différence de ces lois antérieures. L’Homme découvrira des choses, vivra des choses, reconnaîtra des choses, et ceci fera partie de son patrimoine personnel.

Et finalement, il en arrivera, avec le temps, à épouser des niveaux de conscience suffisamment avancés pour finalement se libérer et traverser les ténèbres qui ont constitué pendant l’involution, le plan subjectif, séculaire et “sécure” de son ego réfléchi, utilisant la pensée de l’involution et de son histoire, et de la mémoire de sa race pour ne pas avoir à confronter l’infinité, c’est-à-dire des mondes si vastes en conscience, si vastes en mouvement et si grands en puissance, que l’ego non-ajusté en mourrait s’il venait en contact avec la moindre manifestation de leur réalité.

C’est pour ça que les Anciens disaient : “L’Homme vient face à face avec Dieu et meurt.” Donc il ne s’agit pas pour l’Homme de mourir lorsqu’il vient face à face avec des mondes qui constituent l’intemporel ou qui constituent le grand temporel. Mais il s’agit pour lui de pouvoir intégrer graduellement le mensonge qui, automatiquement, rend transparent son ego, pour petit à petit amener ce dernier à se retrouver face à face avec des plans de la réalité qui conviennent un peu plus à une intelligence avertie, et un peu moins avec une intelligence naïve et spirituellement décadente.

Ceux qui ont souffert l’initiation solaire de manière radicale ont compris que l’union ou la réunion, ou l’unité ou l’harmonie entre le plan humain et les plans morontiels, nécessite un prix abominable qui ne doit pas être réparti chez l’Homme. Ce n’est pas nécessaire, mais ce prix est nécessaire ! Il fut nécessaire, parce que les voiles de la conscience devaient être déchirés, afin que resurgisse dans l’Esprit de l’Homme sa conscience Atlantéenne, c’est-à-dire sa conscience universelle qui précède la stabilisation et la structuration de son ego involutif.

La philosophie n’existe plus aujourd’hui parce que l’Homme n’a pas réussi, au cours de son évolution, au cours de son développement, à lui donner la puissance de la critique absolue. Si Nietzsche ou si Sartre, ou si Engels, avaient pu développer la critique absolue, ou même Hegel, la philosophie existerait aujourd’hui. Et le philosophe serait sur la Terre un Homme suffisamment avancé pour donner à l’Humanité une direction.

Mais la philosophie elle est morte, parce que l’Esprit de l’Homme c’est-à-dire cette lumière un peu éteinte, a besoin d’une très grande liberté pour exprimer ce qu’il sait. Et si l’Esprit de l’Homme n’a pas cette liberté pour exprimer ce qu’il sait, pour exprimer sa propre lumière, parce qu’il est confiné par des mots que les philosophes ont, au cours des siècles, au cours des âges, très bien développés, structurés, raffinés, mais pas suffisamment soufflés de vie, à ce moment-là la philosophie ne peut pas servir de nourriture pour l’être humain.

Et un jour l’Homme sera obligé de se libérer complètement du connu pour en arriver, finalement, à créer dans les espaces internes de sa conscience avancée, les mots secrets de sa conscience créatrice, et ces mots secrets de la conscience créatrice font partie du pouvoir de sa conscience créatrice. Et ces mots sont l’expression instantanée absolue de toute révélation qui puisse être mise en mots par un ego suffisamment averti du mensonge, pour aller à l’encontre des forces qui influent sur lui, pour empêcher que la vérité naisse de sa bouche.

Et lorsque je parle de vérité, je ne parle pas de la vérité de l’involution. Je parle simplement du réel qui va à l’encontre du mensonge lorsque l’Homme est suffisamment conscient, averti et en puissance pour ne plus avoir peur de parler. Mais ne pas avoir peur de parler ne veut pas dire : “Dire n’importe quelle connerie”. Ne pas avoir peur de parler veut dire être capable de déchirer en soi notre propre voile, afin de pouvoir libérer soi-même et les autres de leur propre inconscience qui fut pendant l’involution, le tombeau de l’Humanité.

Donc il ne s’agit pas pour l’Homme d’avoir peur du mensonge cosmique. Le mensonge cosmique fait partie de la mesure ou de la démesure des relations entre l’invisible et le matériel. Et lorsque l’Homme saura faire face à ce mensonge et à ne pas perdre de contenance devant lui, l’Homme pourra finalement réétablir un nouvel équilibre… (Fin de l’enregistrement).

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut