FP-027 La personnalité des nations

“FP : Alors ça, c’est une conférence qu’on attend depuis longtemps, sur “La Personnalité des Nations”. Comment se fait-il qu’au tout début de l’apparition de la civilisation, le monde se soit divisé en nations ? C’est quoi le phénomène de la nation ? Qu’est-ce qui fait que les Hommes se regroupent dans un pays, …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


François Payotte (FP) : Alors ça, c’est une conférence qu’on attend depuis longtemps, sur “La Personnalité des Nations”. Comment se fait-il qu’au tout début de l’apparition de la civilisation, le monde se soit divisé en nations ? C’est quoi le phénomène de la nation ? Qu’est-ce qui fait que les Hommes se regroupent dans un pays, qu’ils ont une patrie, un drapeau ?

Bernard de Montréal (BdM) : Le phénomène de la nation c’est un phénomène, de divisibilité mécanique, essentiel, temporel, qui fait partie de l’évolution de l’Homme, qui fait partie de la définition des mémoires raciales, qui fait partie du besoin de certaines mémoires de s’agglomérer pour former des personnalités nationales, afin que l’Homme en évolution ou l’Homme pendant l’involution puisse se rattacher psychiquement à un groupe d’êtres qui lui conviennent.

Lorsque que l’Homme par exemple, lorsque l’Homme est en dehors du plan matériel, lorsqu’il est dans le monde de la mort et qu’il se réincarne, il a besoin d’une expérience selon son taux d’évolution, selon sa capacité à reconnaître ce dont il a besoin pour évoluer en tant qu’âme ; il va choisir une nation qui comporte certaines caractéristiques qui, sur le plan matériel, lui serviront d’évolution.

Donc la division systématique évolutive, temporelle, historique, des nations autrement dit de la conscience humaine, fait partie du besoin, chez l’être humain, de se conscientiser à partir d’expériences qui, dans le passé, convenaient à des poches d’êtres humains, à des régions, pour le bénéfice d’âmes peu évoluées ; au fur et à mesure que les âmes ont évolué, le concept de la nation s’est agrandie.

Et aujourd’hui, avec tout ce qui fait partie de la technique du déplacement, ainsi de suite, le développement de la science, les nations, le nationalisme, ou le régionalisme psychologique ou psycho-historique d’un peuple, est beaucoup moins important chez l’être individuel. Nous avons, par exemple, découvert que les gens aujourd’hui voyagent beaucoup plus qu’avant, le Français il est moins Français qu’avant, l’Allemand il est moins Allemand qu’avant, ainsi de suite.

FP : Village planétaire !

BdM : Donc la Terre est devenue un village planétaire, et avec l’évolution de la technologie en plus de l’évolution de la conscience humaine, la Terre deviendra une planète à caractéristique universelle. Ceci prendra des siècles, parce qu’il y a une très grande population sur le globe, il y a des régions immenses qui ne sont pas défrichées sur le plan psychologique. Mais le mouvement de l’Homme vers l’universalisation de sa conscience est commencé et il a été précédé par la civilisation involutive.

Il sera suivi par une civilisation qui sera grandement aidée par des forces constructives, des forces créatives, qui donneront à l’humanité, aux humanités ou à ces groupements humains, une perche, leur permettant finalement de sortir de la mémoire nationale, de la mémoire raciale, de la mémoire de la nation, de la mémoire du peuple, de la mémoire qui, sur le plan individuel, fut nécessaire pendant l’involution, pour donner à l’Homme une sécurité matérielle, psychique, morale mais qui, sur le plan de l’évolution, ne sera plus nécessaire, parce que l’Homme conscient n’appartient plus à une nation, psychologiquement.

FP : Citoyen du monde ?

BdM : Il est citoyen du monde, il peut rencontrer n’importe qui, il est affranchi de la mémoire limitative de son époque, il ne vit plus sur le même plan mental, il ne vit plus des mêmes idées, il ne vit plus du passé du tout. L’Homme nouveau ne vit plus du passé, le passé pour lui c’est du musée.

FP : On peut dire que les bouleversements successifs sur la Terre, que ce soit par des famines, des guerres, etc., ont contribué peut-être à ce mouvement-là de citoyenneté du monde, par le biais d’une migration, ces choses-là, ça joue un rôle ?

BdM : L’immigration c’est un phénomène absolument extraordinaire, si nous le regardons d’un autre point de vue. L’immigration fait partie du mouvement de certaines âmes dans d’autres expériences, lorsqu’elles ont atteint un certain niveau de maturité.

Une personne qui immigre d’un pays à un autre fait un choix – je ne dis pas que les gens qui n’immigrent pas ne sont pas évolués, ce n’est pas ça que je dis, sinon nous voudrions tous immigrer – mais je dis que les gens qui immigrent de certains pays, de certaines régions, volontairement, à cause de leur sensibilité, à cause de certaines restreintes, de certaines contraintes, ainsi de suite, sont des âmes évoluées.

Et les États Unis d’Amérique représentent une très grande réserve de ces âmes évoluées, l’Amérique en général, je parle des États Unis d’Amérique et le Canada, ainsi de suite, cette région ici, et les pays de l’hémisphère Ouest ont la fonction cosmique d’absorber ces âmes en migration, en évolution. Admettons que l’Amérique n’aurait pas existé, que le continent où nous sommes n’aurait pas existé, que nous serions encore aujourd’hui en Afrique, en Europe ou en Asie, les problèmes de l’humanité seraient atroces, beaucoup plus difficiles, parce que la mémoire raciale aurait été encore plus puissante.

C’est la mémoire de l’Homme, la mémoire involutive rattachée à son expérience personnelle ou rattachée à l’expérience collective de la race, qui empêche l’Homme d’être libre. Autant nous avons une prédilection aujourd’hui pour ce qui est mémoriel, autant nous découvrirons un jour qu’il existe deux niveaux de mémoire, un niveau de mémoire qui est particulier à l’organisation électromagnétique du cerveau, et un autre niveau de la mémoire qui fait partie de la conscience cellulaire de l’Homme.

Un niveau de mémoire qui est absolument cosmique, qui n’est pas limité à aucune dimension psychologique, qui n’est pas restreint par aucun terrain psychique, aucune territorialité psychique de l’Homme ; c’est une mémoire cosmique, c’est une mémoire qui fait partie du lien universel entre l’Homme et son origine, son double, sa lumière, son Esprit, et c’est de cette mémoire que l’Homme vivra demain. Et cette mémoire c’est le savoir. Le savoir c’est de la mémoire, seulement c’est une mémoire qui n’est pas sue.

Donc lorsque nous parlons ou que nous employons le terme “savoir” sur notre planète, nous voulons dire quelque chose qui se parle mais qui est déjà connu ailleurs, c’est ça savoir. Donc le savoir c’est quelque chose qui est connu dans une grande immensité de mémoires, mais qui ne fait pas partie de l’astral, qui ne fait pas partie des mondes de la mort, qui fait partie des mondes de la lumière. Et l’Homme commence lentement à avoir accès à ce savoir. Et avec le temps, ce savoir définira même la science matérielle, et l’Homme aura accès à une très grande science qui surplombera tout ce que nous connaissons aujourd’hui de sciences mécanistes.

FP : Y a-t-il des conditions pour que cette science-là prenne place ?

BdM : Oui il y a des conditions, ces conditions sont très sévères. Pour que cette science soit manifeste dans le monde, il faut que s’établisse d’abord sur la planète, ce que j’appelle une Régence planétaire, c’est-à-dire une forme de gouvernement invisible qui a la capacité, le pouvoir, de voir à ce que la gestion de cette science soit parfaitement équilibrée pour empêcher que les peuples, les nations, à cause de leur historicité, de leur psychologie, à cause de leur faiblesse, à cause de leur personnalité, de leur tension, ainsi de suite, utilisent cette science contre l’Homme.

Parce que la nouvelle science sera puissante, dans le sens qu’elle n’utilisera pas les forces électromagnétiques ; elle utilisera seulement les forces telluriques, mais ces forces telluriques seront très capables d’influencer tout ce qui est électromagnétique dans le monde, à l’échelle mondiale. Donc ce sera une science très avancée, qui fait partie de la fusion de l’Homme avec son énergie, mais avant que cette science soit donnée à l’humanité à l’échelle mondiale d’une façon officielle, il faudra que la Régence planétaire soit établie.

Et la Régence planétaire, je ne peux pas trop en parler, parce que ce sont des choses qui sont trop facilement exploitables d’une façon spirituelle ou psychologique. Mais je peux dire que la Régence planétaire, c’est un gouvernement invisible dont la tête fait partie d’intelligences très avancées en fusion avec les Hommes de la Terre, pour la conservation sur le plan matériel des formes de vie qui existent aujourd’hui.

FP : Donc ce que vous appelez un gouvernement invisible, il y a donc un support matériel avec une conscience invisible ?

BdM : Oui, mais c’est un gouvernement invisible qui a un support matériel et une base dans l’éther, dans l’invisible de la planète, et ce gouvernement travaillera au maintien de l’équilibré des forces en évolution sur la planète. Parce que, pour les deux-mille-cinq-cents prochaines années, nous verrons l’évolution d’une nouvelle race mentale, ce que nous pouvons appeler une sixième race-racine, et cette race-racine permettra qu’évoluent les autres races, les autres sous-races, que nous avons connues pendant l’involution.

Et à la fin de ce cycle, il y aura finalement la septième race-racine qui sera une race en fusion, c’est-à-dire ces Hommes, les êtres de ce temps-là, seront des êtres qui seront sur le point de connaître l’immortalité de la matière. Donc ils feront partie de la confédération interplanétaire, ils feront partie des gouvernements intermondiaux, ils feront partie de toute la gestion absolument astronomique des affaires humaines terrestres, extraterrestres dans la galaxie en évolution.

Mais la préparation, le stage, puisque nous commençons à connaître les premiers mouvements de cette évolution, tout ce qui est d’ordre scientifique, d’ici à la prochaine génération, sera donné à l’Homme à partir du moment où la Régence planétaire sera manifeste sur le plan matériel. Tant qu’elle ne sera pas manifeste, cette science ne pourra pas venir à l’Homme, et même si l’Homme était en contact avec d’autres civilisations, ces civilisations ne pourraient pas donner à l’Homme de science.

Ces civilisations pourraient parler à l’Homme de certaines choses, mais ellles ne pourraient pas donner à l’Homme le taux vibratoire dont il a besoin pour prendre mesure évidente de la relation entre ce qui est tellurique et tout ce qui est énergie sur le plan de l’atome. Donc c’est un peu la réponse à la question, que je peux donner.

FP : Est-ce que vous avez entendu parler du livre de Stan Deyo : “La Conspiration Cosmique”, où il fait allusion justement à cette tentative de prendre le pouvoir, mais il ne parle pas d’un gouvernement invisible ?

Il s’agit bel et bien d’un gouvernement temporel, physique, planétaire, composé par les gens du Club de Rome, qui réunit scientifiques, financiers, politiciens, et qui sont déjà dotés d’une technologie très avancée qui copie celle des OVNIs, dont l’origine aujourd’hui qui se manifeste, serait terrienne américaine, où ils ont découvert les forces d’antigravité, justement, etc.

BdM : Tous les livres qui sont publiés aujourd’hui dans ce domaine, je dois en respecter les conclusions, ainsi de suite, je ne peux pas m’avancer dans le public pour dire ou contredire ces livres. Les gens qui font des travaux de recherche dans cette direction, font des travaux en fonction de leur expérience, en fonction de leur sensibilité, les conclusions qu’ils tirent doivent être respectées.

Il y a du matériel dans ces livres qui peut aider certaines personnes à voir, à comprendre, ainsi de suite, mais je ne peux pas parler sur la condition absolue de ces livres, parce que je suis obligé, de par ma nature, de par mon travail, de toujours maintenir l’équilibre en ce qui concerne ce qui est rendu dans le monde. Je ne fais pas partie de l’humanité ; je ne fais pas partie de la conscience de l’humanité ; je ne fais pas partie des intérêts de l’humanité.

Ce que je sais fait partie d’un autre monde et ce que je parle dans le public ne doit pas servir à troubler, déséquilibrer, ce que certaines personnes sensibles, aujourd’hui, font. Mais je peux dire une chose, c’est que l’évolution de l’humanité future, l’évolution future des siècles, les forces en jeu, les forces cosmiques en jeu, autant les forces extraterrestres que les forces de la lumière – parce que pour moi, dans mon optique, il y a deux niveaux d’énergie – ces forces font partie de la fusion.

Autrement dit il y a des choses qui font partie de la fusion, la fusion c’est un secret en lui-même ; l’invisible, l’astral, les intelligences en involution, ne peuvent pas avoir accès à ce qui est fusion, autrement dit à ce qui fait partie du lien entre la lumière et le mortel. La fusion, c’est une des grandes époques au niveau de l’évolution de tous les êtres intelligents dans le cosmos, autant sur le plan de la Terre que dans la galaxie. La fusion, c’est un tournant dans l’évolution systémique des êtres intelligents. Donc la fusion, ça ne fait pas partie simplement de l’évolution de l’Homme.

La fusion fait partie de l’évolution des êtres intelligents dans tous les systèmes, et éventuellement les êtres, autant sur le plan matériel de la Terre que dans d’autres galaxies, qui viendront en contact avec l’Homme fusionné, les Hommes de la prochaine évolution, ces êtres seront obligés, forcés, de vivre une relation vis-à-vis ces Hommes, vis-à-vis ces êtres-là ; relation qui n’a jamais existé pendant l’involution, alors qu’une majorité des populations ou des civilisations en évolution s’occupaient de la programmation des monopoles de vie.

Donc nous découvrirons au cours de l’évolution que ce que nous appelons la fusion, fait partie intégrale du lien entre la lumière et le mortel, que le secret de la fusion fait partie intégrale de ce lien, et que les intelligences en fusion, les Hommes en fusion, à quelque niveau que ce soit, sont des êtres dont le savoir ne fait pas partie des archives astrales interplanétaires.

Donc ce que l’Homme en fusion, demain, saura de la réalité face à l’Homme, face à l’évolution des races, ou face à l’évolution de ce que vous appelez ces étrangers de l’espace, ce que l’Homme saura, sera d’un ordre qui ne convient pas aux forces involutives. C’est pourquoi beaucoup de choses, concernant l’avenir de l’humanité, seront voilées à l’humanité, non pas parce que l’humanité ne doit pas le savoir, mais parce que ce qui doit être su de l’humanité ne peut l’être que sur le plan individuel.

La fusion ne s’occupera, ne travaillera jamais, à l’évolution collective de l’Homme, elle ne s’occupera jamais de l’évolution collective des races sur d’autres planètes. La fusion fait partie du développement de l’identité cellulaire psychique créée par les Esprits de la forme, en ce qui concerne l’Homme il y a dix-huit milliards d’années, pour le retour de l’Homme involutif à sa propre origine.

Donc c’est au cours de l’évolution de cette fusion, autrement dit au cours de l’évolution du savoir, que l’Homme découvrira jusqu’à quel point la fusion imprime dans la conscience planétaire de notre planète ou dans la conscience cosmique universelle des mondes en parallèle, une vibration qui fait partie de l’hégémonie finale, finalitaire, des mondes de la lumière sur les mondes des ténèbres.

Donc ces livres dont vous parlez, ainsi de suite, sont des livres intéressants pour les Hommes, ils sont intéressants pour certains esprits, ils sont intéressants dans leur spéculation, mais l’intérêt qu’ils ont, sont des intérêts qui peuvent être astralisables. Autrement dit, parler du Club de Rome, ou parler de certaines organisations, comme si c’était des organisations parasecrètes, ça fait encore partie de la fascination de l’Homme, pour un débouché éventuel sur une évolution méga collective.

Mais ça, ça fait partie de… je ne peux même pas colorer ce que ces gens disent, ça fait partie de leur expérience. Si on vient à moi, et on me dit telle chose, telle chose, telle chose… si on me dit : “J’ai vu une soucoupe volante la semaine passée sur la rivière, ou il se passe des choses dans ma maison”, pour moi ça fait toujours partie de l’expérience de l’Homme. Donc si on me demande : “Est-ce que j’ai vu une soucoupe volante vraiment”… Je vais dire : “Ben c’est à vous de le savoir”. Si on me dit : “Est-ce que vraiment il y a des esprits frappeurs dans ma maison, des Poltergeists”… Je dis : “C’est à vous de le savoir”.

Moi je ne vais pas dire… supposons qu’une personne vit des expériences dans la maison qui ne sont pas de l’ordre des esprits frappeurs, mais qui seraient par exemple de l’ordre des chocs entre le corps astral et le “mini cellulaire” de leur corps vital, d’ailleurs c’est une science que nous n’avons pas encore approfondie, je ne vais pas dire : “Bon ben, ce n’est pas ça, c’est ça”. Autrement dit je ne vais pas passer ma vie à expliquer aux gens leurs expériences.

Je vais simplement dire : “Ça, c’est votre expérience, il y a encore de l’évolution, imaginez-vous pas que, parce que vous avez telle expérience ou parce que vous avez vu des extraterrestres, que c’est fini votre expérience ; imaginez-vous pas que le phénomène extraterrestre est nécessairement ce que vous croyez qu’il est, ainsi de suite”. Il y a toutes sortes de dimensions à l’aspect mensonger de la réalité humaine perçue psychologiquement ou psychiquement.

Mais d’un autre côté, je ne peux pas décourager les gens de leur expérience. Donc qu’est-ce que c’est ma position dans le monde, vis-à-vis ce que les gens vivent psychiquement ou occultement ? C’est toujours une position de désengagement, je me désengage. Donc là on va me demander : “Mais pourquoi vous ne vous engagez pas”… Je vais dire : “Je m’engage, je suis en train d’écrire”, donc j’écris. Et là on va dire : “Mais pourquoi vous ne publiez pas”… J’accumule les livres, je les accumule et un jour quand je serai prêt, je les mettrai sur le marché.

Donc il y aura là-dedans des réponses, mais je ne suis pas intéressé à spéculer pour ceux qui spéculent. C’est un peu comme il y a quelques années, lorsque j’ai rencontré ce bonhomme sympathique dans un sens pour moi, parce qu’il y a des gens qui sont sympathiques pour moi et qui pour d’autres ne le sont pas, bon, j’ai rencontré ce bonhomme qui avait eu une expérience avec le phénomène OVNI en Europe, ainsi de suite. Et pour établir une relation amicale avec lui, sans perdre trop de temps, je lui ai dit : “Bon écoutez, vous avez un code, il y a un code, on vous a donné un code, pour communiquer avec ces êtres”… Il dit : “Oui”…

Je lui ai donné le code, bon, le fait que je lui ai donné le code, ça lui a créé un choc, mais ça a fait une chose, ça a fait qu’on est devenus de bons amis. Donc j’ai fait ça simplement pour qu’on devienne de bons amis. Je n’ai pas fait ça pour rentrer dans ses “bébelles” , sans ça je rentrerais dans les “bébelles” de tout le monde, et il n’y a qu’une “bébelle” qui m’intéresse… la mienne. Alors votre livre, ce livre, il est intéressant dans la mesure où il vous intéresse.

FP : Ce que je veux dire c’est… est-ce qu’on peut par analogie… On regarde par exemple, l’avènement de la conscience christique sur la Terre, pour prendre des termes connus, qui est toujours précédée de l’avènement de l’Antichrist (contre le Christ), est-ce qu’on peut supposer à ce moment-là que l’avènement d’un gouvernement invisible serait précédé d’une dictature, d’un régime planétaire mondial, sur le même schéma, le même modèle ? Autrement dit, est-ce que…

BdM : Vous me demandez de donner une interprétation à ce que nous appelons “l’Antéchrist” (avant le Christ) ou Antichrist (contre le Christ), et je ne peux pas donner d’interprétation à ce que nous appelons “l’Antéchrist”, parce que “l’Antéchrist” est une forme spirituelle, occulte, hermétique, impressionnée, mise dans le mental de l’humanité, pour rendre l’Homme conscient de certaines perturbations qui doivent arriver à la fin du cycle.

Autrement dit, ce que l’Homme a connu, ce que l’Homme a écrit, à travers sa médiumnité, ses prophéties dans les livres saints, ainsi de suite, toutes ces formes font partie du conditionnement subliminal de l’Homme à des évènements futurs pour la protection psychologique de son moi face à des choses qui, dans l’avenir, pourront être difficiles. Pourquoi nous avons les prophéties qui sont colorées, qui sont distantes, ainsi de suite ?

Pour protéger l’Homme contre des évènements, pour qu’ensuite il puisse dire : “Ah ! voilà la prophétie l’a dit, la prophétie l’a dit ou la prophétie le dira”. Et lorsque des civilisations ont atteint des niveaux d’excellence ou lorsque des civilisations ont atteint des niveaux de décadence, il y a toujours eu de la prophétie pour avertir l’Homme. Les Atlantes ont été avertis, les Aztèques ont été avertis quand Cortés est venu, les Aztèques attendaient le grand Quetzalcóatl, mais ce n’est pas Quetzalcóatl qui est venu, c’est Cortés.

Donc ça fait encore partie du mensonge cosmique, ainsi de suite. Donc pour moi, tout ceci, “l’Antéchrist” et tout ceci, ça fait partie d’une réalité, mais que nous devons comprendre d’une façon absolue, autrement dit sans voiles, sans illusions. Mais le parler sans voiles et sans illusions, je ne peux pas le faire parce que ça fait partie du secret de la fusion. Donc si je le parle d’une façon publique, ben je dois dire : “Qu’est-ce que vous croyez que nous vivons aujourd’hui”… ?

Ça fait partie de “l’Antéchrist”. Tout ce merdier dans lequel nous nous trouvons, toute cette configuration, toute cette conglomération, toute cette situation mondiale, ça fait partie de cette période. L’Antéchrist n’est pas nécessairement un personnage. Là vous allez dire : “Ben oui, mais on dit qu’il est un personnage”… Si vous dites : “Mais on dit qu’il est un personnage”, moi je ne peux pas qualifier un personnage, je ne peux pas dire : “Bon ben c’est lui”, je ne peux pas, ce n’est pas de mes affaires, vous comprenez, ce n’est pas de mes affaires.

Donc ce que je vais dire, je vais dire : “Bon ben, apprenez à vivre selon votre conscience ce que vous savez”, et ensuite ce sera suffisamment clair… papapa… Mais dire : “C’est tel personnage”, dire ça, je ne peux pas. D’ailleurs c’est la raison pour laquelle j’ai eu tellement de difficulté avec Glenn, à lui faire comprendre, ne jamais me demander de prophéties, parce que je ne fais pas de prophéties, ça va contre ma conscience, ça va contre mon travail.

J’explique des choses, mon travail est en direction de l’évolution mentale de l’Homme. Ce qui m’intéresse, c’est que l’Homme sache ce qui se passe en lui psychiquement, psychologiquement, pour que lui ensuite puisse dire : “Ah ! C’est là l’Antéchrist”, moi je le sais, alors je n’ai pas de problèmes. Mais il faut que l’Homme le sache, il faut que l’Homme puisse comprendre sa relation avec les extraterrestres, il faut que l’Homme sache qu’est-ce que c’est des extraterrestres, qu’il sache qu’est-ce que c’est de la politique cosmique, qu’est-ce que c’est les monopoles… ainsi de suite… il faut que l’Homme sache.

Mais pour qu’il sache, il faut qu’il soit débloqué. Une fois qu’il est débloqué, l’Homme arrivera à savoir par lui-même et à comprendre les lois de l’invisible, les lois de l’éther, les lois de la matière, les lois des différentes planètes en évolution, les lois des confédérations, l’Homme saura. Savoir, c’est la chose la plus facile au monde. Ce qui est le plus dur au monde, c’est de commencer à savoir. Et la règle du jeu, c’est de commencer à savoir que déjà on sait un peu.

Mais si on n’admet pas qu’on sait un peu, et qu’on va toujours voir cette soi-disant autorité, à ce moment-là on perd notre temps, on perd notre temps, parce qu’un Homme conscient, un Homme en fusion ne peut pas aller contre sa conscience, il ne peut pas… Qu’est ce que c’est l’histoire ? On dit : “Si vous voulez faire plaisir ou faciliter la vie d’un pauvre, vous ne lui donnez pas des poissons, vous lui donnez une canne à pêche pour qu’il aille à la pêche” ; c’est la même chose.

Moi je donne une canne mais je ne donnerai jamais de poisson, je ne suis pas intéressé. La connaissance me pue au nez, je ne suis pas intéressé à la connaissance, elle me sort par les oreilles. J’en ai ras-le-bol de savoir. Savoir c’est un poids, donc je ne suis pas intéressé à savoir. Quand je sors d’ici ce soir, je m’en vais manger un hamburger, c’est le hamburger qui m’intéresse (rires du public). L’Homme, il veut savoir et savoir, connaître ; le savoir fait partie de l’Homme ; la connaissance ça fait partie de l’illusion psychologique de l’Homme, la soif du savoir.

Ça viendra avec le temps, mais à partir du moment où l’Homme est dit, par un Homme qui supposément sait, que déjà il sait un peu, s’il n’écoute pas, c’est son problème. S’il y a un Homme dans le monde qui donne à l’Homme un peu d’autorité, qui ne nous a jamais été donnée à nous les Hommes, et que l’Homme dit : Ah ! Ça, c’est son problème. C’est ça ma relation avec l’Homme.

FP : Comment se fait-il qu’il y a des nations qui sont pacifistes et puis d’autres qui sont expansionnistes ? Est-ce que ça a une relation avec le tellurisme par exemple ?

BdM : Toutes les nations ont des personnalités, l’Angleterre a une personnalité, l’Allemagne, le Japon, le Mexique, le Canada, les États-Unis, toute nation a une personnalité. Et toutes les personnalités des nations font partie de l’organisation psychologique sur le plan matériel, en relation avec le travail des âmes fait sur les autres plans, pour la division des Hommes, pour la contestation, la lutte, pour la “dé-fraternisation”.

Et les personnalités des nations sont extrêmement occultes, lorsque nous regardons ceci d’une façon profonde, dans ce sens que chaque nation représente sur l’échiquier mondial, une pièce en mouvement, et tout ce mouvement, cette pièce, cette partie d’échecs, est sous le contrôle des forces invisibles que nous appelons l’astral.

Regardez, nous n’avons pas besoin d’être intelligent pour savoir, oubliez moi, oubliez moi. Prenons des gens dans le monde, il y a des médiums dans le monde qui disent : “Ah ! telle date, telle période, il y aura telle chose, telle période il y aura telle autre chose”. S’il y a des hommes et des femmes dans le monde qui sont capables de dire l’avenir, c’est que l’avenir il est déjà connu !

Si l’avenir est déjà connu, ça veut dire que l’avenir est créé, il est créé par qui ? Il est créé par des forces intelligentes, des âmes en évolution ; on travaille, on travaille de l’autre côté, ce n’est pas simplement au Québec qu’on travaille fort (rires du public), donc de l’autre côté il y a du travail, il y a des jobs, et ce travail fait partie de la hiérarchisation du pouvoir astral.

Et au-delà de ceci il y a encore d’autres sphères encore plus élevées qui ne s’occupent pas simplement de ce qui se passe ici, mais de ce qui se passe au niveau de la galaxie, ce sont des gouvernements invisibles. L’Homme un jour comprendra que la configuration psychologique des nations fait partie de l’organisation systémique du modèle dont ont besoin les âmes pour créer dans une région donnée de la Terre, une certaine tension, une certaine paix, une certaine psychologie, ainsi de suite, donc ce qui vient… quand vient !

Hitler, il est venu où ? Il est venu dans le peuple parfait pour le recevoir, il est venu en Allemagne. L’Allemagne c’est une nation qui a une une fondation “subconscience” ésotérique, hermétique, c’est un peuple qui aime le tragique ; c’est un peuple extrêmement philosophique ; c’est un peuple extrêmement sensible mais doué d’une… (Coupure enregistrement)… (Reprise en cours d’enregistrement) (…) de son peuple, Hitler, c’était le bonhomme parfait pour faire ce qu’il avait à faire. Ensuite vient un Gandhi, vous vous imaginez un Gandhi en Amérique, hein, ben non, un Gandhi, il vient avec ses toiles de coton, ses petites lunettes, ses sandales, sa pauvreté, aux Indes, donc chaque peuple a son Homme. De Gaulle en France, il était grand, De Gaulle, la France elle est grande, ça prend un grand Homme.

Donc la psychologie des nations, c’est une farce, un peu comme la psychologie des Hommes. La personnalité des nations c’est un masque, comme la personnalité des Hommes. Et un jour les nations seront une, après que l’Homme individuellement ait été UN. Lorsque l’Homme aura son identité, il n’y aura plus de nations sur la Terre, il y aura une conscience planétaire.

En attendant, il y a la conscience de la race, la mémoire de la race, les conflits raciaux, les Irlandais qui se déchirent, les peuples qui vivent constamment à l’intérieur de leurs frontières, la confrontation entre des formes de pensées et d’autres formes de pensées, ça fait partie de l’astral, ça fait partie de l’involution, il n’y a rien à faire. Donc un Homme qui veut arrêter ceci, ben il perd son temps.

Je connais un bonhomme que, probablement, vous connaissez dans le public, un grand bonhomme, qui est un être extrêmement intelligent, et un jour j’entends parler qu’il passait son temps à aller d’un pays à un autre, où ça allait mal, pour faire de la méditation transcendantale. Donc si ça allait mal entre Israël et les Arabes, il allait se flanquer, faire de la méditation transcendantale dans le désert.

Si ça allait mal au Zaïre, il allait au Zaïre, si ça allait mal en Amérique du sud, il allait… vous savez ce qu’il a dépensé d’argent ce type-là, en avion avec deux autres personnes comme lui ! Et un jour je lui ai fait une faveur, parce que c’est un type quand même qui est bien, qui est sensible, et je lui ai dit : “Ils vont te mettre à terre, ils vont te ruiner”… Il me dit : “Qui”… ? J’ai dit : “Ces êtres, ces intelligences que tu écoutes à travers ta médium”.

J’ai dit : “Quand tu verras ta médium”… j’ai dit : “Demande-lui si j’ai raison, qu’ils sont en train de te foutre financièrement à terreé. Et vous savez qu’après ceci, il l’a fait, et il a arrêté ensuite de se promener en avion. Mais les Hommes n’ont pas d’autorité, les Hommes ne savent pas. Les gens qui sont médiumniques, et tous ces gens-là qui ont des antennes, je trouve ça merveilleux, parce que c’est merveilleux avoir des antennes.

Je n’ai rien contre les antennes, mais les gens qui se font astraliser par les antennes – et ce ne sont pas les gars de la mafia qui ont des antennes, ils ont d’autres sortes d’antennes – ce sont les êtres qui sont bons, qui sont gentils, qui sont sensibles, ceux qui sont tombés sur la tête, ils ont une bosse qui s’est développée du psychisme, ce sont ces êtres-là qui ont des antennes.

Et vous regardez les êtres dans le monde qui ont des antennes et ils sont tous, pour la grande part, dans une forme ou une autre d’inertie créative. Ils flottent, ils ont les yeux grands comme des trente sous, ils sont gentils, ils veulent vous toucher, ils veulent de l’énergie, ils veulent vous en donner, pendant qu’ils vous en enlèvent. Et ils font ça toute leur vie. Pourquoi ? Parce qu’ils sont en contact avec d’autres entités, des belles âmes, qui se servent d’eux, de leur sensibilité, pour maintenir ce pauvre gars qui veut de l’énergie, qui veut vous en donner, dans l’ignorance de son autorité.

Et on peut aller à l’infini comme ça. Les nations sont traitées comme ceci, et les Hommes sont traités comme cela, parce que la personnalité d’une nation et la personnalité d’un Homme, c’est une expression à travers la nation ou l’Homme, de l’énergie astrale. Un jour la personnalité des nations disparaîtra, il y aura une humanité globale. L’Homme sera identique à lui-même, il n’y aura plus de personnalité, il sera une personne. À ce moment-là il n’y aura plus en lui d’astralité, et ce travail, cette médiumnité cessera, ce sera la communication directe entre lui et son Esprit, et lui, ici sur le plan matériel, sera maître.

FP : Ça veut dire que la médiumnité, c’est un espèce d’envoûtement ?

BdM : De la médiumnité, c’est de l’envoûtement spirituel. C’est très bon, ça fait partie de l’involution, ça fait partie des caractéristiques de la sensibilité de l’Homme, mais l’Homme n’a pas fini d’évoluer, l’Homme commence, nous sommes à l’aube de l’intelligence, le Principe de l’Intelligence qui commence à la fin de l’involution, nous sommes à l’aube, nous sommes à l’aube de l’intelligence !

Retournez douze mille années dans le passé, alors que l’Homme était à l’aube du développement du principe du mental inférieur, la destruction des Atlantes, le développement de la conscience des Rishis, l’exploitation des races Européennes, Indo-Européennes, jusqu’à aujourd’hui, ça a pris douze mille ans pour que l’Homme développe un mental inférieur suffisamment avancé pour cesser d’être appelé un animal.

Nous avons fait en science depuis cent ans, cent-cinquante ans, des pas, que les Hommes anciens n’auraient jamais cru possibles. En cent ans nous avons fait plus que ce que les Hommes ont fait en douze-mille ans. Alors imaginez-vous, nous sommes à l’aube de l’intelligence de la conscience supérieure de l’Homme. Donc nous ne pouvons pas nous permettre, les Hommes sensibles, spirituels, de la Terre, de quelque race, de quelque convention que ce soit, de quelque école que ce soit, de nous imaginer que la vérité ça existe, c’est une illusion astrale.

La vérité ça n’existe pas, c’est l’envers d’un mensonge ; la vérité et le mensonge sont l’envers d’une même médaille ; ce sont des formes-pensées utilisées pour l’exploitation psychologie de l’Homme, et pour la fabulation mentale de son moi. Il existe dans le cosmos une organisation intégrale, scientifique, intelligente, créative, qui dépasse l’imagination psychologique de l’Homme, qui fait partie de la totalité de l’expression de l’énergie en évolution, et ceci est réel.

Donc tant que l’Homme sera rattaché par les ficelles de sa médiumnité spiritualisée, astralisée, à une forme quelconque de vérité, il sera automatiquement “gentil garçon”, “bon garçon”, on ira le voir pour se faire donner de l’énergie, pour se faire enlever de l’énergie, mais lui sera un être qui ne possédera pas d’intégralité.

Et c’est ça que la prochaine évolution va rendre consciente, parce que ce qui me donne conscience, d’êtres sur la Terre qui sont grands, qui sont évolués, mais des bêtes de somme, c’est le fait que tous ces hommes-là, toutes ces femmes-là, dans le monde il y en a beaucoup, souffrent, et l’Homme conscient, l’Homme de demain, l’Homme en fusion ne peut pas souffrir.

Tant que l’Homme souffre sur la planète, il vit une conscience expérimentale. Tant que l’Homme souffre sur une planète, c’est qu’il n’a pas maté son Esprit. Donc qu’il soit médiumnique avec l’astral ou qu’il soit médiumnique avec son double, s’il n’a pas maté l’énergie, il est encore en voie d’initiation, il est encore dans l’ignorance, il est encore une bête de somme, même si c’est une belle bête !

FP : Premier prix de concours !

BdM : Voilà ! Et ce qui sera probablement le plus difficile à l’Homme de comprendre, c’est que la vérité c’est une idée fixe. La recherche de la vérité c’est une idée fixe, et elle est fixée par l’astral, elle fait partie des pensées. L’Homme n’est pas capable de supporter le vide, il a besoin de la vérité. Est-ce qu’il dit la vérité ? Est-ce que l’autre dit la vérité ? Si vous cherchez la vérité, vous allez trouver le mensonge, ça, c’est automatique.

Montrez-moi une forme dans le monde qui a été parlée par l’Homme où il y a de la vérité, et je vais vous montrer l’envers qui est le mensonge. Parce que la vérité fait partie de la polarité du mental humain par l’astral. Il existe dans le cosmos une réalité qui, un jour, sera comprise de l’Homme, et lorsque l’Homme sera dans le réel, il ne sera plus intéressé à la vérité.

La vérité c’est bon pour les bêtes de somme qui ont besoin d’être guidées ou téléguidées par philosophie ou par spiritualité, ou par médiumnité, l’Homme n’a pas besoin de vérité. Quand vous allez à la toilette et vous “chiez”, ce n’est pas la vérité que vous sentez, c’est la réalité (rires du public). Si on vous demandait : “Est-ce que c’est vrai que vous avez chier”… Peut-être que…

FP : C’est la différence entre un désir et un besoin ! (rires du public)… C’est aujourd’hui le 4 juillet, c’est l’anniversaire de nos voisins, les États-Uniens. Si l’on branchait la lumière sur eux, si on les mettait sous le spot, comment est-ce que vous verriez la psychologie de la nation américaine, sa personnalité ? Et si ça ne nous sert pas, comme vous avez dit tout à l’heure, foncièrement, ça peut nous servir dans nos voyages, dans nos rapprochements, nos contacts, nos relations avec d’autres peuples ?

BdM : L’Amérique, c’est une grande nation, seulement c’est une nation naïve qui commence à être de moins en moins naïve. La faiblesse de l’Amérique c’est la naïveté. En tant que personnalité c’est la naïveté, mais elle commence à comprendre, et avec le temps elle réalisera des choses, son économie va changer, ses relations mondiales vont changer, parce que l’état européen, la mentalité des pays européens va changer.

Mais l’Amérique c’est un grand peuple, et aujourd’hui l’Amérique a un très grand président, même si les gens ne le voient pas, non pas parce qu’il est grand président, mais parce qu’il possède une sensibilité interne qui lui fait prendre conscience – d’ailleurs c’est son rôle en tant que président – qui lui fait prendre conscience de l’importance inaltérable des droits humains.

FP : Mais il y a une forme d’intransigeance là-dedans ?

BdM : Oui, c’est normal qu’il y ait une forme d’intransigeance, parce qu’il y a de la personnalité. Mais chaque Homme politique porte en lui le virus de son talent, c’est normal. Mais il y a dans cet Homme, une conscience de l’importance du respect des droits de l’Homme. Vous avez un autre bonhomme qui vient avant lui, ce cher Carter, c’est un Homme spirituel Carter, c’est un grand bonhomme spirituel. Et un Homme comme Carter qui va faire face à des chefs communistes, à des chefs Arabes, vous vous imaginez un Arabe qui rencontre Carter, qu’est ce qui se passe ?

FP : Il le met dans sa poche !

BdM : Ben c’est évident, même pas dans sa poche, dans sa tente. Pourquoi ? Parce qu’il est spirituel, c’est un naïf. Vous avez un type comme Kennedy qui joue la roulette russe et qui, finalement, accule Khrouchtchev, parce qu’il était jeune. Vous avez un Truman qui laisse tomber la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki, il ne sait pas pourquoi, parce que les présidents ont toujours des raisons politiques, ou des raisons qu’ils ne comprennent pas cosmiquement, mais pourquoi ?

Pour avertir tous les mondes, tous les peuples de la Terre, surtout la Russie qui demain aura la bombe à hydrogène, de ne pas jouer avec l’Amérique. Parce que si vous jouez avec l’Amérique, l’Amérique ce n’est pas un pays à se laisser pousser dans le dos, parce que l’Amérique possède un nouvel esprit. Elle possède un esprit qui est très différent de l’esprit de l’Europe. L’Amérique c’est un pays qui, en tant qu’esprit, est jeune !

FP : Moins de mémoires ?

BdM : Moins de mémoires, elle est vigoureuse, elle est naïve, elle est vulnérable, elle fait des gaffes, mais l’Amérique a protégé l’Europe contre le nazisme, et elle protège le monde contre une idéologie opposée, marxiste, qui manque encore de maturité, qui est extrêmement visionnaire, et qui a rompu avec les droits de l’Homme. C’est-à-dire le libre échange entre l’Homme et l’état permettant à l’Homme de maintenir sa noblesse, vis-à-vis un système, parce que ce n’est pas le système, la systématique marxiste de l’économie, c’est une systématique qui est intelligente.

Mais le droit de l’Homme, à l’intérieur d’une systématique, d’exprimer sa pensée d’une façon libre, et de ne pas être, face à ce système, exploité jusqu’à la mort, jusqu’au goulag. Donc il y a des forces en opposition, et sur le plan cosmique, la Russie, les systèmes marxistes, surtout la Russie, représentent les forces de l’involution à caractère destructif, et les États-Unis représentent les forces en évolution à caractère constructif. Et la lutte elle est là, elle est polarisée.

Et cette tension, elle est à la source de ce qui se passe dans le monde, ce sont les deux grandes puissances, et les Hommes à l’intérieur de ces sphères ont tous de bonnes intentions. Vous rencontrez un Khrouchtchev, vous rencontrez un Brejnev, vous rencontrez un Andropov, vous parlez avec, ils ont de bonnes intentions ces Hommes. C’est comme les Américains, ils ont de bonnes intentions, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que les nations sont des personnalités qui sont manipulées par l’astral à travers des forces tellement subtiles que le président, le vice-président, les Hommes qui font la gestion du bateau d’état, sont absolument incapables de contrôler.

Et c’est ça que les Hommes politiques n’ont jamais compris. Les Hommes politiques n’ont jamais compris que la puissance de leur nation, la faiblesse de leur nation, l’agressivité, la déviation, font partie du mouvement des forces astrales à travers l’Homme. Regardez Nixon qui se fait prendre les culottes à terre pour un petit fil qui est en dessous de la porte. Ceci crée un choc à tout un état, toute une civilisation, toute une nation. Pourtant Nixon en tant qu’Homme, il était très intelligent en tant que politicien, il était “foxy”, on l’a respecté au Kremlin, Nixon. On n’a pas compris en Chine pourquoi sa démission !

FP : Il est d’ailleurs toujours conseiller !

BdM : Ouais, puis vous savez que Dean avait dit : “Nixon sera réintégré, il sera exonéré” et aujourd’hui Nixon devient exonéré hein ! Donc l’Homme comprendra la politique des peuples, il comprendra la psychologie des chefs d’états lorsqu’il aura compris la réalité qui sous-tend l’organisation astrale de l’involution, et qui fait partie des mouvement dans le monde qui doivent être compris, qui doivent être vécus.

Et à ce moment-là, tu regardes la politique dans le monde d’une façon objective, créative, mais tu ne la vis pas d’une façon subjective. Le type qui vit ce qui se passe en Éthiopie d’une façon subjective, s’il est le moindrement spirituel, s’il est le moindrement sensible, il souffre.

FP : L’Amérique a tout misé sur la liberté, d’ailleurs avec sa statue ?

BdM : L’Amérique a tout misé sur la liberté, parce que les peuples européens, les peuples ont été extrêmement assujettis à des formes quelconque de domination. Donc on a créé une constitution, une Charte absolument merveilleuse, et au cours de l’évolution, l’Amérique a appris que ce n’est pas simplement à cause d’une constitution qu’on peut rendre un peuple heureux, mais qu’on peut rendre un peuple heureux au fur et à mesure que le peuple lui-même évolue.

Il faut que le peuple évolue, ce n’est pas suffisant une constitution. Donc les Américains ont réalisé leur naïveté et ils se redressent. Ils ont souffert psychologiquement, ils souffrent encore, mais c’est une des grandes nations de la Terre, c’est le pivot de l’entrée sur le plan matériel des forces dites “de service”. La musique, tout ce qui compose avec la conscience Américaine fait partie des forces de service de l’humanité.

Ce qui compose avec les pays en opposition à la liberté humaine, sont des forces qui font partie d’un autre niveau, forces qui sont très puissantes, forces qui sont très fines, parce que ce sont des forces qui sont toujours à l’attaque, qui ne sont jamais à la défense, l’Amérique elle est toujours à la défense. Mais quand l’Amérique va à l’attaque, comme elle a fait avec Kadhafi, il se passe quelque chose.

Quand l’Amérique va à l’attaque comme elle l’a fait avec le Japon, il se fait quelque chose, et les peuples, l’Amérique d’ailleurs, les peuples plus évolués, les peuples qui sont manipulés par des forces de service, les peuples que nous appelons les peuples plutôt de la droite, les peuples où la liberté de l’Homme, de l’individu, les droits humains, doivent être respectés, ces peuples devront apprendre à l’avenir, au niveau de leur expérience planétaire, à utiliser l’attaque avant la défense.

Et quand les peuples de l’Ouest, quand l’Occident sera capable d’aller à l’attaque avant, au lieu de vivre toujours sur la défensive, à cause de l’opinion publique, à cause du manque de volonté créative de leurs politiciens, à cause du besoin des politiciens d’avoir toujours le support psychologique des masses, ce que j’appelle des “politiques putes”, à ce moment-là les peuples, les nations, seront grands.

Quand vous aurez des Thatcher qui sont capables de descendre dans les Malouines et dire aux Argentins : “Cette île c’est notre île, foutez-nous à la porte”, ça ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la Dame de fer. Et avec qui elle a fait la collusion pour le mouvement en Arabie ? C’est avec les Américains. Thatcher c’est une grande femme, et Bégin c’est une grande femme, si les deux étaient mariées elles posséderaient le monde ; c’est une façon de parler !

Je veux expliquer : il ne faut pas prendre la forme, ce n’est pas la forme, je me “foute” (fous) de la forme. Je dis que les Hommes, l’Homme est un être libre, il doit être libre ; un jour il sera cosmiquement libre, ceci fait partie de sa fusion. En attendant, l’Homme doit protéger sa liberté relative à l’intérieur des nations, à l’intérieur des peuples, à l’intérieur des conventions légales, il doit protéger sa liberté, parce que s’il ne protège pas sa liberté, éventuellement il en souffre, et c’est ce qui se produit dans certains pays.

FP : C’est vrai qu’en Russie il n’y a pas beaucoup de liberté, essayez donc de trouver même un taxi, même les taxis ne sont pas libres ! Quelle différence peut-il y avoir au niveau de la psychologie des nations, entre les États-Unis, qui est un pays jeune qui n’a pas beaucoup de mémoire, et le Canada ?

BdM : Il y a une très grande différence entre le Canada et les États-Unis. Le Canada c’est un pays qui n’a pas d’identité. Le Canada c’est un pays qui est cousin de l’Angleterre sur le plan psychique. Le Canada c’est un pays anglo-saxon. Le Canada c’est un pays qui n’a jamais connu réellement la révolution contre l’Angleterre, il ne s’est jamais réellement parfaitement libéré de l’Angleterre, il y a des liens astraux.

Tandis que l’Amérique, elle est une nation identique à elle-même, elle s’est libérée du colonialisme anglais, elle s’est donnée ses propres frontières et elle a établi sa propre conversion créative. Tandis que le Canada n’a jamais réussi à se donner une identité, et pour toutes sortes de raisons géographiques, géomorphiques, géopolitiques, c’est un pays qui est très grand, c’est un pays qui manque de population, c’est un pays qui est trop au nord, ainsi de suite.

Il y a toutes sortes de facteurs que les gens savent, que les sociologues ont étudié, que les psychologues ont étudié. Mais le Canada c’est le bras droit politique des États-Unis. Le Canada c’est le courage moral des Américains. Le Canada c’est l’ange gardien de l’Amérique, moralement parlant, psychiquement parlant, et tant que le Canada va bien dans la direction des Américains, les Américains se sentent bien.

Mais si jamais un jour le Canada prenait une position de renverse vis-à-vis l’Amérique, l’Amérique serait extrêmement mal à l’aise, parce qu’elle ne peut pas bénéficier du support européen même si certains pays d’Europe peuvent lui faire des courbettes, l’Amérique sait qu’elle n’est pas, dans le monde, aimée. Pourquoi ? Parce qu’elle est puissante.

Elle est puissante financièrement, donc elle achète des marchés, elle fait ce qu’elle veut sur le plan financier. La Russie dans le monde peut-être aimée, parce que ceux qui l’aiment n’ont rien, donc ils n’ont rien à perdre. Mais le Canada représente effectivement pour les États-Unis, sur le plan de la personnalité, une ombre, c’est l’ange gardien, et tant que ça ira bien dans les relations canado-américaines, vous aurez une nation ou deux nations sur le continent qui seront suffisamment stables.

Et si ça allait mal dans cette direction, à ce moment-là nous découvririons que l’Amérique a le potentiel économique toujours, parce que c’est un pays capitaliste, d’infliger énormément de difficultés financières, économiques, à ce cher voisin. C’est pour ça qu’aujourd’hui la situation des échanges entre le Canada et les États-Unis, c’est une situation extrêmement difficile, autant pour les Américains que les Canadiens.

Les Canadiens ne veulent pas perdre leur chemise, les Américains ne veulent pas la donner. Et entre ces deux situations, vous avez Mulroney et le Président Américain qui ont l’intention de faire quelque chose mais qui, pour un autre ordre de gestion, au bas de l’échelle… sont extrêmement difficiles. Donc c’est une situation qui est pénible mais qui, éventuellement, profitera aux deux nations, parce qu’éventuellement il y aura libre échange entre le Canada et les États-Unis.

Quel que soit le problème, quel que soit le nombre d’années, le libre échange entre le Canada et les États-Unis, fait partie de l’axe Nord-Sud qui sera éventuellement créé et qui, éventuellement, impliquera aussi le Mexique, et qui éventuellement au vingt-et-unième siècle impliquera aussi les pays d’Amérique du Sud. Mais il y a du temps, il y a du travail, il y a de la souffrance !

FP : Commercialement, mais géographiquement aussi, est-ce qu’il peut y avoir une abolition des frontières, une fusion de tous ces pays-là ?

BdM : Avec le temps, beaucoup de choses se feront avec le temps. Mais le mouvement de l’échange financier entre l’Amérique et le Canada aujourd’hui, c’est une question politique économique très importante, parce qu’elle fait partie de l’infrastructure évolutive de ces deux nations. Ce que nous retrouvons dans la Presse, dans les journaux, dans les dialogues politiques, ça fait partie du menu fretin de tous les jours, ça fait partie de l’expérience politique des Hommes.

Mais sur le plan cosmique de l’évolution du Canada et des États-Unis, c’est très important, et il y aura fusion entre ces deux peuples. Je ne dis pas que la fusion sera totale à l’échelle de tout le pays, mais il y aura une participation active entre la majorité des provinces et les États-Unis.

FP : Un Homme politicien assez original, il y a un an ou deux de cela, qui avait proposé qu’on vende le Québec aux Américains à raison d’un million par habitant, on serait aujourd’hui six millions de millionnaires au Québec…

BdM : Ça, ce sont des idées intéressantes, mais ce ne sont pas des idées pratiques, la vie politique ne va pas comme ça. Ça, c’est bon quand on achète des terrains au dix-neuvième siècle pour un million comme l’Alaska, quand il n’y a personne pour contrevenir.

Mais quand il y a une démocratie d’établie, qu’il y a des règles du jeu, qu’il y a une identité nationale plus ou moins développée, qu’il y a une conscience nationale comme celle que nous avons au Québec, ceci ça fait partie de… moi j’appelle ça, “de l’esprit de moineaux”, mais c’est intéressant, mais c’est de l’esprit quand même, même si ça vient d’un moineau.

FP : Pour un million, je veux bien passer pour un moineau ! (rires du public).

BdM : Oui mais ça, il faut le dire à tous les moineaux. Si vous réussissez à faire comprendre à tous les moineaux qu’ils auront un million si on vend le Québec, je suis sûr que tout ceci se fera.

FP : Il faut être migrant, il ne faut pas avoir de conscience raciale !

BdM : Voilà !

FP : Le Québec, comme entité, comme personnalité ?

BdM : Le Québec comme entité, c’est une entité très intéressante, c’est une entité en évolution, c’est un peuple qui aura éventuellement une conscience reconnue dans le monde entier. Il y aura des choses qui viendront de la Province de Québec, à tous les niveaux, qui seront reconnues dans le monde entier. Et lorsque ceci se fera, les gens commenceront à comprendre que le Québec au Canada n’est pas simplement une partie de territoire faisant partie d’une conscience nationale, mais que le Québec est effectivement un peuple – une région – doué créativement, et les peuples le reconnaîtront.

Je ne veux pas donner de date, je ne peux pas donner de conditions, mais le Québec sera à la Terre ce que les Juifs depuis trois mille ans ont été à la Terre. Il y a une relation étroite entre le Québec et la “juiverie”, mais ce n’est pas une relation identique à la qualité psychologique du Peuple Juif, c’est une relation identique à la qualité psychique, cosmique, occulte, cabalistique, du peuple juif, mais dans un autre ordre de choses. Le peuple Québécois, c’est un peuple initié, c’est un peuple initiatique, c’est un peuple qui représentera pour l’évolution de l’humanité, une nouvelle veine, mais à tous les niveaux.

FP : La France qui a été à l’origine de la monarchie autant que de la république, que vous avez déjà dessinée comme étant un peu une prostituée, une péripatéticienne distinguée… normal puisqu’elle a été à l’origne d’une “raie-publique” qu’on l’ait définie de cette façon. Un petit mot là-dessus… La fille aînée de l’Église… C’est peut-être pour ça, elle a un souteneur, je comprends pourquoi c’est une prostituée…

BdM : La France est une grande nation, mais elle ne possède pas de définition dans son esprit. Elle est un peuple qui a besoin d’être perturbé profondément dans son orgueil national, et ceci se fera par la destruction de Paris. La science de l’esprit et l’évolution des humanités ou des peuples de l’histoire, c’est une science qui est très profonde, et on voit, à travers cette science, que les peuples ont besoin de chocs, un peu comme les Hommes.

Et cette science démontre que la France, un jour dans un avenir plus ou moins rapproché, sera obligée de perdre son joyau, Paris c’est son joyau. Il y a une grande ville en France, c’est Paris, il n’y en a pas deux, il y en a une. Aux États-Unis il y en a plusieurs, il y a New York, il y a Chicago, il y a San Francisco, il y a plusieurs grandes villes.

En France, il y a une grande ville, on ne peut même pas dire que c’est Lyon, on ne peut pas dire que c’est Marseille, il y a une ville en France, c’est une ville royale, et cette ville royale sera détruite, parce que la France représente, sur le plan cosmique, l’orgueil ancien des civilisations qui ont donné à l’Homme la gloire de la forme, mais qui lui ont enlevé l’esprit en manipulant par défiance aux lois du réel, ce que j’appelle ce qui est perfide…

FP : Ce que les Français appellent le bon goût…

BdM : Ce que j’appelle la “putainerie” pour des bonnes raisons politiques, pour des raisons d’équilibre entre la France et tel pays…

FP : Nostradamus a dit : “Par négligence gauloise sera la porte à Mahomet grande ouverte”…

BdM : Ah ! Voilà…

FP : C’est proche !

BdM : Voilà ! Très juste !

FP : Bernard, on vous remercie ! (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut