FP-025 Les enfants de la volonté

“FP : En guise d’introduction sur un sujet qui n’a pas été abordé encore actuellement en conférence alors qu’on en est à la, je crois, quarante-neuvième : “Les enfants de l’avenir”. Extrait d’un texte emprunté à la Genèse du SurHomme de Satprem : Aussi bien l’apprenti Surhomme pourra-t-il commencer sa bataille très …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


François Payotte (FP) : En guise d’introduction sur un sujet qui n’a pas été abordé encore actuellement en conférence alors qu’on en est à la, je crois, quarante-neuvième : “Les enfants de l’avenir”. Extrait d’un texte emprunté à la Genèse du SurHomme de Satprem : Aussi bien l’apprenti Surhomme pourra-t-il commencer sa bataille très tôt. Nous naissons sous une cloche de plomb, elle nous entoure bien, elle est hermétique et invisible mais elle est là. Elle coiffe nos moindres gestes, nos moindres réactions. Nous naissons tout faits, pourrions-nous dire, mais cette facture-là n’est pas la nôtre, ni dans le meilleur ni dans le pire.

C’est un million de sensations qui ne sont pas encore des pensées mais comme des semences de désir ou de répulsion, des odeurs de crainte, des odeurs d’angoisse, comme un subtil salpêtre qui tapisse nos caves, des couches et des couches de défenses et d’interdits et quelques rares permissions qui sont comme la même fuite d’une même ruée obscure dans nos tunnels.

Et puis là-dedans un petit regard étonné qui n’y comprend rien mais à qui l’on a vite fait d’apprendre la vie, le bien, le mal, la géométrie, les tables de la loi, un petit regard qui se voile et qui ne comprend définitivement plus rien quand on lui a tout fait comprendre. Parce que le principe évident naturel est qu’un enfant ne comprend rien, qu’il faut lui apprendre à vivre.

Mais il se pourrait fort bien que l’enfant comprenne très bien, même si ce n’est pas conforme à nos structures et que nous lui apprenions seulement à enterrer sa connaissance pour la remplacer par une science toute faite qui l’enterre pour de bon. Mais la vraie personne est là, toute là, candide et grande ouverte dans le regard d’un enfant qui vient de naître. On y ajoute seulement la misère et la lutte.

Nous croyons formidablement, intensément, aveuglément le pouvoir de la souffrance. C’est le saut au subconscient de toute notre civilisation occidentale depuis deux mille ans et peut-être était-elle nécessaire vu l’épaisseur de notre substance, mais la loi de la souffrance est une loi du mensonge. Ce qui est vrai sourit, c’est tout. La souffrance c’est le signe de la fausseté, elle va avec elle, elle est le produit de la fausseté. Et croire que cette souffrance nous enrichit c’est croire que la tuberculose est un bienfait des dieux et vlan !  Pour terminer, Satprem cite un texte de Aurobindo sur les enfants de l’avenir. Il dit : Je les ai vu traverser le crépuscule d’un âge, les enfants aux yeux de soleil d’une aube merveilleuse, puissants briseurs des barrières du monde, corps resplendissant de la lumière de l’Esprit, porteurs du mot magique. Ils sont là, ils viennent, ils frappent à la porte d’un autre âge, ils renverseront nos murs.

J’ai noté aussi une chose particulière dans ce livre c’est que Satprem pose une question – il pose beaucoup de questions d’ailleurs – sur un chapitre intitulé : Le feu du nouveau monde, il dit : Mais quelle est cette nouvelle conscience apparue soudain en l’an de grâce 1969 de notre évolution ?  Alors, comme on sait que Bernard de Montréal a vécu sa fusion en 1969, je ne pense pas que ça soit une allusion de Satprem directement à Bernard de Montréal, ils ne se connaissaient pas peut-être de personne à personne. Mais il y a donc effectivement une énergie que ces gens-là ont pu reconnaître dès 1969.

Et c’est le signe annonciateur pour eux autres de la naissance de ces enfants de l’avenir. Donc les enfants qui seraient nés après 1969 auraient déjà un comportement particulier, une conscience nouvelle, qu’ils commenceraient à manifester dans les foyers à travers le monde.

Alors je voudrais savoir, de la part de Bernard de Montréal d’abord, s’il est en accord avec cette supposition qu’à partir d’une certaine chronologie, de l’apparition de cette énergie, de cette nouvelle conscience, il y a des enfants qui apparaissent sur Terre pour amener ces changements qui sont nommés ici “renverseurs de murs, briseurs de barrières du monde”. Alors quelle est cette différence entre ces enfants de la volupté et ces enfants de la volonté ?

Bernard de Montréal (BdM) : Ce qu’il appelle les Fils de la lumière, les Hommes nouveaux, les Suhommes ou les Hommes qui survivront au néant de la civilisation involutive, sont effectivement des êtres qui puiseront leur énergie à partir d’une nouvelle vibration qui est descendue sur le plan matériel en 1969 et qui a créé dans le mental humain un lien universel. Je veux parler un peu du lien universel.

Au début de l’évolution de l’Homme, l’Homme vivait, connaissait le lien universel mais il n’avait pas d’identité. L’Homme était perdu, était enveloppé, si vous voulez, dans une sorte de conscience universelle. Mais il ne possédait pas sur le plan mental, sur le plan égoïque, un centre d’énergie suffisamment solide pour pouvoir comprendre les lois de cette universalité. L’Homme vivait, si vous voulez, dans un état euphorique de vie.

Et la différence entre l’Homme de cette période pré-adamique et l’Homme de la prochaine évolution sera justement fondée sur le fait que l’Homme nouveau aura accès, non pas simplement à une condition de vie planétaire qui serait d’ordre euphorique, en relation avec ses pouvoirs sur la matière, ainsi de suite, mais l’Homme aura une conscience mentale gravée en lui-même, qui sera issue de sa capacité d’avoir compris les lois du mensonge cosmique.

Vous savez quand on entend des mots, il faut toujours prendre conscience du temps qui va entre la parole et ce qu’elle explique. Évidemment lorsque Satprem parle de la souffrance qui est anti-Homme, la souffrance elle est anti-Homme. Il n’y a rien de bon dans la souffrance. Mais le passage de l’Homme de l’involution à l’évolution créera dans l’Homme de la souffrance.

Parce que l’Homme ne peut pas passer d’un état de conscience mentale involutive à un état de conscience mentale pure, sans être obligé de démolir en lui ce qui a constitué pendant l’involution l’illusion de sa personnalité. Et lorsque l’Homme aura achevé cette étape, éventuellement, naturellement il n’y aura plus de souffrance sur le plan matériel dans sa vie parce que l’Homme aura intégré son énergie.

Et il faut faire attention lorsque nous lisons des livres ou que nous parlons avec des Hommes que nous pouvons appeler des Hommes sages. Nous devons faire attention et comprendre que la sagesse fait partie de l’intelligence du cœur et qu’elle est une notion psychologique et psychique de l’harmonie. Mais elle n’est pas une invasion ou elle n’est pas le produit de l’invasion de la lumière à travers les ténèbres.

FP : Ça demanderait beaucoup de développement.

BdM : Bon ce que je veux dire, c’est qu’il y a des Hommes dans le monde, des Hommes sensibles, qui vivent dans des endroits qui leur permettent de développer, de penser et de rajeunir si vous voulez, l’esprit humain, qui est très vieux et fatigué. Et leur philosophie, leur métaphysique est une philosophie ou métaphysique basée sur l’approximation réelle de l’Homme dans un avenir lointain, autrement dit ce que vous appelez l’idéalisme.

Et souvent les Hommes vont, pour se rapprocher de ces messages ou de la vertu de ces messages, ces Hommes vont se retirer dans des conditions de vie que nous appelons souvent par exemple dans l’Orient, des ashrams. Ils vont se retirer dans des endroits où la vie est belle, les fleurs, les oiseaux, bababa bababa… mais il y a beaucoup plus à la vie que ça parce que la vie de l’avenir, la vie du Surhomme ne sera pas simplement une vie qui sera limitée à un petit coin de la Terre.

La lumière va descendre et nourrir toutes les générations d’Hommes mais toutes les générations d’Hommes ne seront pas prêtes à la vivre cette lumière, dans un même temps. Il y a des races aujourd’hui qui sont beaucoup plus évoluées sur le plan de l’Esprit que d’autres, il y a des races qui sont plus matérielles, il y a des races qui sont plus prisonnières de certaines formes que d’autres.

Donc, chaque race représentant une personnalité de l’humanité va vivre cette descente dans un temps qui convient à sa propre évolution. Mais sur le plan individuel, les Hommes qui passeront de la conscience de la race… Conscience de la race veut dire l’impression génétique de la mémoire, représentant la totale définition de la personnalité inconsciente et servant de point de rencontre entre ce que j’appelle la liberté future de l’Homme et l’abîme d’aujourd’hui.

J’ai déjà dit que le libre arbitre n’existe pas. J’ai déjà dit que l’Homme de demain sera un être libre. Être libre veut dire avoir un contact universel avec l’énergie et pouvoir, sur le plan matériel, à cause de l’harmonie de nos centres, pouvoir utiliser cette énergie selon l’intelligence de l’Homme que l’énergie lui donne. Tandis que le libre arbitre est simplement une notion philosophique de l’Homme basée sur les lois de causalité, loi qui n’est que l’extension psychologique de son moi.

L’Homme deviendra libre. Mais pour passer du libre arbitre qui est illusoire, nécessaire, qui fait partie de l’involution à la liberté totale de l’Homme qui révélera son identité, il faudra une période de transition pour l’Homme. Et ce que les penseurs spirituels, les grands Hommes, Satprem, Aurobindo et tous ces Hommes n’ont pas pu évaluer dans leur existence – parce qu’ils ne faisaient pas partie du processus de fusion – c’est qu’il doit y avoir une période de transition entre l’Homme ancien et l’Homme nouveau.

Et cette période de transition, c’est une période qui sera marquée par la souffrance, c’est-à-dire qu’elle sera marquée par le feu de l’énergie qui fera éclater dans l’Homme les formes. Et un des grands Hommes qui a vu cette période-là, c’était le pape Jean XXIII lorsqu’il a dit : “les Fils de la lumière souffriront de grandes souffrances”, et c’est impossible de passer d’un état…

Je vous donne un exemple. Supposons que nous prenions une personne dans la salle et que nous disions à cette personne : “Pour passer de ce stage de l’involution à l’évolution au niveau de votre personnalité, il vous faut faire telle chose, telle chose, telle chose, telle chose, telle chose, telle chose”… Vu à partir de l’Esprit, ce que cette personne aurait à faire, sur le plan psychologique ce ne serait pas acceptable. Aucun Homme ne pourrait lui faire faire parce que la souffrance serait trop intense.

Mais l’Esprit, la lumière de l’Homme, son intelligence créative, son lien universel, son double, sa nature, en dehors de sa personnalité, peut lui faire faire ceci. Parce que de l’autre côté de la barrière il n’y a pas de temps, on n’est pas pressé. Vingt ans pour l’évolution, la transmutation d’un Homme, c’est court. Vingt ans pour la transmutation de l’Homme, ce n’est rien. Donc l’Homme passera de l’involution à l’évolution par une période de transition et cette période de transition sera arrêtée.

Autrement dit, il y aura vers la fin du siècle une situation dans le monde créée par un Homme qui fait partie de tout ce mouvement de la lumière vers la Terre, en relation avec cette race-racine et aussi en relation avec les gouvernements mondiaux, il y aura un Homme qui ouvrira ce qu’on appelle un tunnel dans l’éther, et qui permettra que, finalement, ces Hommes qui sont prêts, qui sont dans différents pays, qui sont prêts, puissent finalement se diriger sur une longueur d’onde qui les amènera à reconnaître l’indivisibilité de la conscience humaine. C’est-à-dire la capacité de l’Homme de passer d’un espace-temps à un autre.

Mais ceci ne se produira pas tout de suite parce qu’il doit y avoir aujourd’hui dans le monde des expériences à l’échelle mondiale, qui représentent, dans le fond, la comptabilité de l’humanité. Quand on vient au monde dans un pays ou quand on vit certaines expériences dans un pays, on vit toujours ces expériences en fonction de la pérégrination de l’âme, il y a une comptabilité. S’il n’y avait pas de comptabilité, s’il n’y avait pas de loi d’équilibre, il n’y aurait pas d’évolution.

Donc il y a des Hommes qui viennent sur le plan matériel pour faire telle expérience, d’autres Hommes pour faire telle expérience. Et aujourd’hui, l’humanité est à un stage où si nous la considérons dans ses configurations astrologiques, planétaires, elle est à un stage où tout, dans le cosmos astral, autrement dit tout ce qui fait partie de ce que j’appelle le monde de la mort, se tend contre elle.

Autrement dit, plus l’Homme devient intelligent dans le mental – dans le mental involutif sur le plan de la technique – plus il devient ou plus il manque d’intelligence dans le mental supérieur sur le plan de l’Esprit. Et cette dualité, cette confrontation entre les deux états de l’Homme va créer les souffrances de l’humanité que les Hommes nouveaux, que les Fils de la lumière, réussiront à réaliser et à passer à travers pour une raison seulement, c’est qu’ils ne se feront pas influencer émotivement ou psychologiquement par ce qui se passe dans le monde.

Et ça c’est une des raisons fondamentales pourquoi j’ai toujours, je me suis toujours empêché en public de parler prophétiquement, pour que l’Homme comprenne que ce n’est pas important qu’il se passe telle chose ou telle chose, ou telle chose dans le monde, dans cinq ans ou dans dix ans, ou dans vingt ans. Ce qui est important, c’est que l’Homme en arrive au cours de ces années à être intégré dans son énergie pour pouvoir facilement passer à travers ces évènements FP : C’est un peu le but, l’objectif de votre travail ?

BdM : C’est le but de mon travail sur le plan psychologique, comme je fais aujourd’hui ou même sur le plan de la science. Mais je ne suis pas prêt aujourd’hui sur le plan de la science à travailler avec la communauté scientifique mondiale. Je dois travailler avec des individus en particulier, pour qu’eux, demain, lorsque le temps sera venu pour faire certains travaux, soient prêts à travailler sur le plan de la science.

Non en fonction des lois, des monopoles ou en fonction des lois monétaires, ou en fonction des lois économiques ou des pressions politiques d’aujourd’hui, mais en fonction d’autres principes qui seront établis dans ce temps-là. Mais nous sommes aujourd’hui en 1986 à une période qui n’a pas atteint encore son maximum, d’ailleurs je remarque que j’écrivais dernièrement que la seconde fondation de l’Homme viendra aux alentours des années 2060.

Donc ce que j’appelle la deuxième fondation – la première fondation c’est la fondation qui a permis à l’Homme d’évoluer jusqu’à aujourd’hui – la deuxième fondation sera la période qui permettra à l’Homme de passer d’un état de conscience à un autre. L’Homme de la deuxième fondation ne fera plus partie de l’humanité, l’humanité telle que nous la considérons aujourd’hui ne sera plus telle qu’elle est. Et il y aura entre la première et la deuxième fondation une période transitoire.

Et c’est cette période transitoire qui ne fait pas partie du savoir de l’humanité aujourd’hui. Et cette période transitoire elle est très importante, parce qu’à l’intérieur de cette période il y aura une reconfiguration des nations, un réajustement des lois économiques, un réajustement du pouvoir politique des nations ; et aussi un réajustement dans l’esprit des nations du pouvoir de la conscience individuelle, afin que des Hommes puissent finalement commencer à s’individualiser pour pouvoir supporter le choc qu’ils vivront lorsque l’Homme passera de la première à la seconde fondation.

C’est pour ça que la période entre 1969 et l’année 2060 est une période qui est importante, non pas sur le plan spirituel ou sur le plan politique, ou sur le plan de l’aliénation des Hommes vis-à-vis des nations, ou de l’aliénation des nations vis-à-vis d’elles-mêmes, mais elle est importante sur le plan de l’expérience de l’individu vis-à-vis les chocs créés dans le monde pour la reconstitution de son identité parfaite.

Un Homme qui n’est pas capable, à cause de ce qu’il a appris, à cause de ce qui fait partie de sa connaissance psychologique, à cause des impressions, autrement dit, qui font partie de sa personnalité, un Homme qui n’est pas capable de dépasser les courants astraux qui lui enlèvent de l’identité ne pourra pas passer de la première fondation à la deuxième, parce que le passage de la première fondation à la deuxième fondation sera un passage extrêmement difficile sur le plan psychologique.

Non pas difficile parce qu’il ne sera pas expliqué à travers des ouvrages comment l’Homme doit passer de cet âge à cet âge, mais parce que l’Homme n’aura pas la force suffisante. Quand je parle de l’Homme, je parle de l’humanité, n’aura pas la force suffisante pour supporter sa propre lumière. Donc il y aura un certain nombre d’Hommes dans le monde qui auront cette force, ces Hommes passeront à la deuxième fondation.

Et les Hommes qui feront partie de la deuxième fondation seront totalement invisibles à l’humanité d’aujourd’hui. Ils auront une technologie immatérielle, ils feront partie du gouvernement invisible, ils traiteront directement avec l‘invisible des autres espaces-temps, ils feront partie des décisions gouvernementales interplanétaires et intermondiales. Ils seront totalement différents dans leur constitution psychique, ils auront un autre mental.

Mais l’Homme qui passe de cette position aujourd’hui à cette position demain, ça c’est le Fils de la lumière qui commence à grandir, et en même temps, les masses de personnes dans le monde qui devront finalement retourner au monde de la mort, pour revenir dans un autre âge qui sera beaucoup plus propice à leur propre évolution !

FP : Aurobindo annonçait lui une période de transition de trois cents ans et Satprem disait : Non ça va être accéléré, le temps est accéléré. Est-ce que cette accélération-là, elle pourrait se justifier, dans le sens qu’en fin de cycle, il y a comme une espèce de récapitulation de toutes les expériences qui ont été vécues pour nous obliger à dépasser le doute finalement ?

BdM : Toutes les expériences que nous vivrons, que les Hommes vivront, seront dirigées dans leur essence à ce que l’Homme en arrive à dépasser le doute. Parce que le dépassement du doute équivaut sur le plan cosmique de la conscience de l’Homme à l’élimination de toutes les personnalités qui font partie de son astral. Autrement dit c’est comme si je disais, l’Homme est sur le plan matériel ici et sur différents plans de l’astral, autrement dit sur différents plans du monde de la mort, il y a des personnalités avec lesquelles il est connecté.

Ce fil connecteur, il devient éventuellement sa spiritualité, il devient les forces astrales psychiques en lui qui travaillent, qui manipulent son ego. Ces personnalités deviennent la source de son intuition. L’Homme un jour devra établir un lien étroit entre son être ici et sa propre lumière. Et toutes ces personnalités ici qui font partie de son entre-deux seront éliminées et c’est là que le doute sera détruit dans l’Homme. Lorsqu’il n’y aura plus de doute dans l’Homme, l’élimination des personnalités créera un canal.

Ce canal, ce sera le passage de la lumière dans l’Homme, ce sera la fusion. Mais dans cette expérience de transition il y aura une grande souffrance parce que… Prenons un exemple, un exemple évident. Admettons que dans la salle il y ait une personne très spirituelle qui ait pendant des années travaillé, cherché, voulu comprendre, et qu’un jour, tout ce qu’elle a fait pendant des années des années… Woop…

FP : Détricoté !

BdM : Détricoté ! Qu’est-ce qui se passe ? Le doute, la souffrance. Les Hommes vivront ceci. Les Hommes vivront ceci sur le plan psychologique des valeurs sociales, les Hommes vivront ceci sur le plan psychologique des valeurs spirituelles. Ceux qui sont très très sensibles vivront ceci sur le plan psychique de leur être, c’est-à-dire qu’ils seront obligés, ils seront amenés éventuellement à pouvoir même contester ce que des personnalités dans l’invisible ici leur rendent, leur donnent l’information. Personnalités qui les rendent psychiques mais qui ne les rendent pas autonomes.

Autrement dit, ce qu’on appelle un Homme dans le sens de l’avenir, c’est un Homme qui, sur le plan matériel, sur le plan éthérique, sur le plan astral, sur le plan mental, n’est jamais dominé. C’est ça un Homme. Le produit, la raison de l’évolution, pourquoi l’Homme a passé des stages euphoriques de la période pré-adamique aux stages d’aujourd’hui qui sont convulsifs, à un autre stage demain qui ne sera pas euphorique mais qui sera grand et créatif, pourquoi ?

Pourquoi l’Homme n’a pas passé du stage adamique directement, pourquoi il n’a pas été maintenu pour passer au stage de demain ? Parce que l’Homme avait besoin de ce que nous appelons un centre mental, que nous appelons un ego. Pourquoi l’ego ? Parce que l’ego représente sur le plan universel, sur le plan cosmique, une formulation idéale de la lumière à partir du moment où cet ego est rempli d’elle.

Si cet ego n’est pas rempli de cette lumière, il ne représente pas un stage idéal de la lumière, il fait encore partie des ténèbres de l’involution donc il est sujet aux lois de la mort. À partir du moment où il représente idéalement le principe de cette lumière, autrement dit qu’il est capable de la supporter, il devient un canal de cette énergie. Donc cette énergie peut agir à travers lui et il peut faire des choses que l’Homme nouveau fera.

Donc, donner naissance à une nouvelle civilisation dont la technologie de base sera totalement immatérielle mais sujette à la Volonté de l’Homme, sujette à l’Intelligence de l’Homme, sujette à l’Amour de l’Homme, parce que l’Homme sera composé de trois principes. Parce que le principe de la Volonté aura été exercé dans le dépassement de l’involution, le principe de l’Intelligence aura été amené à partir de 69.

Le principe de l’Amour aura été reconnu à partir du moment où l’Homme aura reconnu qu’à l’intérieur de son mental, il y a toujours des êtres, des personnalités qui font partie de son passé, qui le manipulent pour maintenir le pouvoir dans la mort, afin que la vie sur la Terre soit morte. Et ça, ça, c’est ça ! Bon. Il y a des Hommes qui ont vécu de grandes souffrances pour pouvoir en arriver à décoder, voir, déchiffrer, briser le lien de la mort sur le plan matériel.

Moi j’en représente un. Il y en a certainement d’autres. Ces Hommes connaissent les lois de la vie, ils connaissent les lois de la mort. Et ils ne peuvent pas, par la médiumnité, être empêchés de savoir, parce qu’un Homme qui est dans sa lumière, il sait toujours plus que les entités dans le monde de la mort. Et ça, c’est une des raisons fondamentales pourquoi aujourd’hui sur les plans astraux, dans le monde de la mort, il y a énormément de tremblements, énormément d’émoi parce que les morts sont des êtres qui sont un peu comme nous, ils ont été “enculés” par les forces lucifériennes.

Mais avant, ils ne le savaient pas, et ce sont les Hommes de la Terre, les nouveaux initiés qui vont leur faire savoir. Donc automatiquement il se produit dans le monde astral une très grande révolution, un très grand changement, et il y aura éventuellement une prise de position nouvelle vis-à-vis des âmes qui sont dans ces mondes. Et éventuellement ces âmes se libéreront pour revenir sur la Terre ou pour aller sur une autre planète, mais cette fois ils sauront que finalement la lumière et la matière sont unies.

Mais il y a une règle du jeu, une règle du jeu dans l’invisible, c’est celle de savoir pour l’Homme conscient que la vie, LA VIE, ce que nous appelons la vie, poétiquement, spirituellement, que la vie c’est de la “merde”. Un Homme qui ne sait pas que la vie c’est de la “merde”, il ne peut pas savoir qu’est-ce que c’est la vie. Parce que la vie, ce n’est pas simplement un mouvement de l’énergie à travers les sphères jusque dans la matière.

La vie c’est un mouvement de la lumière à travers les formes qui ont été créées par l’ancienne vie pour le débouchage sur une autre vie. Autrement dit, la vie qui existe sur notre planète aujourd’hui, ce n’est pas la vie. C’est une forme d’existence biologique, pensante, sciente mais à l’intérieur de laquelle la lumière n’existe pas. Donc à l’intérieur de laquelle l’Homme n’est pas, donc à l’intérieur de laquelle le néant, l’absurde, “l’abysmal” (l’épouvantable) existent, à l’intérieur de laquelle la mort est reine. Ça, ce sera détruit lorsque l’Homme passera à la deuxième fondation.

FP : Il va y avoir une mutation de la mort ?

BdM : Une mutation totalement de la mort ! Donc lorsque l’Homme mourra, il ne mourra pas, il changera simplement de plan. L’Homme sera content de mourir parce qu’à ce moment-là, il regardera ce qu’il aura fait, il sera fatigué, il sera tanné, il ira travailler ailleurs, il changera de job. Tandis que maintenant on se fait foutre à la porte. Vous comprenez la différence.

FP : Pour en revenir à l’ego et son rôle dans cette initiation solaire, vous avez abordé un peu l’ego, est-ce qu’on pourrait dire que l’ego est le gagne-pain de l’Esprit dans le sens qu’il gagne le pain de la lumière à la sueur de son front, de ses expériences dans la vie ?

L’ego… En fait, ce qui souffre en nous à travers cette initiation-là c’est l’ego, dans cette volonté de dépasser le doute. Comment aussi savoir faire la différence entre une volonté qui est appliquée, un choix, maintenir ce choix-là dans une volonté, c’est bien difficile pour nous autres. Savoir si on a raison par exemple d’appliquer un choix volontairement quand tout nous prouve le contraire… de se maintenir ?

BdM : Vous ne pouvez pas séparer Volonté et Intelligence. D’ailleurs le développement de la volonté, ça va venir avec l’évolution de l’Homme nouveau, de la même façon que l’intelligence et la compréhension du monde.

FP : Les Hommes qui vivent ces expériences-là ne sont pas gratifiés par la vie, ne sont pas gratifiés par le social, par quoi que ce soit, ils souffrent beaucoup !

BdM : Les Hommes, vous voulez dire les Hommes qui vont vers l’évolution ?

FP : Les Hommes qui vont vers cette transition, oui.

BdM : Oui mais c’est justement ce que je veux dire. Les Hommes qui sont dans cette transition… la seule différence entre les Hommes qui sont dans cette transition si vous voulez, et les Hommes qui ne le sont pas, c’est que les Hommes qui sont dans cette transition sont trop conscients pour voir la vie telle qu’elle est, donc ils souffrent. Les Hommes qui ne sont pas dans cette transition, ils sont inconscients de la vie telle qu’elle est dans sa réalité, mais ils sont conscients perceptiblement de la vie telle qu’elle est dans son irréalité.

Et eux autres souffrent aussi mais ils ne souffrent pas de la même façon. Un Homme conscient ne souffre pas de la même façon qu’un Homme inconscient. La souffrance de l’Homme inconscient c’est une souffrance pour l’âme, elle sert à la mort, elle sert à l’évolution des modèles de vies futures. Tandis que la souffrance de l’Homme conscient sert à la transmutation de son mental. Un Homme conscient qui souffre éventuellement – je parle conscient – un Homme conscient qui souffre éventuellement devient totalement identifiable à lui-même, il devient totalement libre.

Tandis qu’un Homme inconscient qui souffre, il subit la souffrance. L’Homme conscient qui souffre, il ne subit pas la souffrance. Il la vit à cause de sa sensibilité, à cause de l’énergie de la lumière qui entre en lui et qui passe à travers les différents plans de sa conscience. Vous croyez que ce n’est pas une souffrance lorsque la lumière descend dans l’Homme et qu’elle fait éclater par exemple les hautes formes du sacré ?

Un Homme qui est spirituel, un Homme qui est moindrement spirituel, comme nous l’avons été, et que cette lumière passe dans l’Homme et qu’elle est télépathiquement représentative de son mental et qu’elle lui dit : “Ça c’est ça, ça c’est ça”, et que tout le château de cartes de son évolution tombe, vous croyez que ce n’est pas une souffrance ? Et l’Homme lui, il est obligé de supporter et de ne pas devenir fou, donc dépasser le doute. Il n’a pas de choix. Pourquoi ?

Parce que la lumière elle est à l’origine de tout. La lumière, elle est à l’origine du matériel, du plantaire, de l’animal, de l’Homme, du Surhomme et des autres êtres qui viendront après. La lumière elle est à l’origine de TOUT. Donc la lumière, lorsqu’elle est véhiculée ou qu’elle se canalise dans un être humain, lorsque les centres ont été ouverts, lorsqu’elle descend sur une planète comme elle l’a fait en 69, elle ne peut plus être arrêtée cette énergie. Donc qu’est-ce qu’elle fait ? Elle transmute, elle va transmuter certains êtres plus rapidement que d’autres parce qu’ils sont plus sensibles.

Mais quand elle passe – c’est pour ça que je disais dernièrement – il n’y a aucune nation, il n’y a aucune forme de gouvernement dans le monde qui puisse retarder l’évolution de l’Homme en tant qu’individu. Qui puisse retarder l’évolution de l’humanité, oui, mais qui puisse retarder l’évolution de l’Homme en tant qu’individu, c’est impossible, parce qu’un Homme qui est dans cette énergie, qui est finalement dans cet autre plan mental, il sait.

Il n’y a rien de plus facile au monde que savoir parce qu’il n’y a aucun effort, mais pourquoi ? Parce que les couches de l’oignon ont été enlevées. Ce qui rend le savoir difficile et qui fait du savoir, de la connaissance factice, temporelle, historiquement conditionnée, ce sont les pelures de l’oignon ! Si vous, vous êtes à la maison, ou quelqu’un vous demande quelque chose que vous ne savez pas – en tout cas c’est ce qui se produit dans mon cas – que ce soit dans n’importe quelle zone, bon, j’écoute et ça me parle.

Et je suis tellement habitué que je n’ai même plus besoin d’écouter, je parle, donc la fusion permet à l’Homme de savoir ce qu’il a à savoir mais pas au niveau de l’ego, pas en tant que réflexion dans l’ego, pas en tant que toute cette “oignonnerie”, mais en tant que centre qui répond parfaitement à cette énergie. C’est ça l’Homme nouveau.

FP : Bon, mais vous-même vous avez souffert dans votre fusion. L’Homme en transition va souffrir encore alors si on en croit ce que vous avez dit au début, que la souffrance est la signature du mensonge ?

BdM : La souffrance est la signature du mensonge parce que le mensonge fait partie de la conscience de l’Homme. C’est la conscience de l’Homme ! C’est la signature du mensonge qui fait que l’Homme souffre. Pourquoi nous souffrons ? Pourquoi nous souffrons ? Nous souffrons parce que nous ne sommes pas capables d’absorber cette énergie, cette lumière d’une façon absolue. Nous avons du conditionnel, nous avons des doutes.

Effectivement la souffrance est la signature du mensonge mais ceci ne veut pas dire que la souffrance… l’Homme nouveau ne vivra pas la souffrance. Si moi je suis capable aujourd’hui de voir à travers les voiles, soit de l’astral ou des autres plans, c’est parce que j’ai dû vivre à travers les voiles de l’Homme. J’ai dû vivre, j’ai dû passer par l’expérience que l’Homme passera. Donc ma sensibilité m’a permis de souffrir peut-être encore plus que l’Homme en général souffre – parce que les initiés souffrent énormément – mais elle est nécessaire. Le Nazaréen il a souffert !

Et si un Homme s’imagine dans le monde aujourd’hui, qu’il vienne de l’Orient ou de l’Occident, s’imagine qu’il va passer de l’involution à l’évolution sans souffrance, il est parfaitement astralisé. Il est parfaitement astralisé parce que c’est une illusion. Soit qu’il demeure dans le mysticisme de sa conscience astrale – ce qui très bien – mais s’il doit passer de l’involution à l’évolution, il sera obligé de souffrir parce que les temples qui ont été érigés aux dieux pendant l’involution seront détruits par l’Homme pendant l’évolution. Il n’y a rien qui va se tenir.

Ce qui est nécessaire, ce qui répond aux besoins de l’humanité ou des grandes masses humaines aujourd’hui fait partie du mensonge cosmique qui est nécessaire au stage actuel de l’involution. Il est nécessaire. Les formes puériles, primitives des différentes religions, les formes plus avancées intellectualisées des autres religions, tout fait partie de la conscience de l’Homme. Les Hommes ont besoin de cette nourriture, vous ne pouvez pas leur enlever cette nourriture.

Ce n’est pas l’Homme qui est le gage de l’autorité, ce n’est pas l’Homme qui est le gage de la liberté, c’est sa propre lumière. Mais si la lumière descend dans l’Homme, elle lui fait sauter toutes les formes de sa religion ou de sa pensée ou de son idéologie. C’est lui en tant qu’individu qui va être obligé de supporter ceci, c’est ça le nouvel initié. Et cet Homme souffrira dans le passage de l’involution à l’évolution. Sinon il est évident qu’aujourd’hui je ne souffre plus comme je souffrais avant, mais la sensibilité vibratoire de l’Homme, elle est tellement grande que pour ne plus souffrir, il faut passer d’un plan à un autre.

Et ceci se fera lorsque l’Homme passera du matériel à l’éther, mais au moins il y a des conditions de vie suffisamment avancées pour que l’Homme puisse parfaitement comprendre la vie. Je n’ai aucune illusion moi que d’ici à quinze années je ne vivrai pas certaines souffrances, mais ce seront des souffrances qui sont “palatables” (acceptables), non pas les souffrances que j’ai vécues pendant les deux premiers cycles de ma vie de 69 à 84, ça n’a pas d’allure !

Mais je ne pouvais pas passer à côté parce que la fusion dans mon cas – l’Homme vivra la fusion graduellement – moi je l’ai vécu dans un instantané. Et la fusion dans un instantané c’est la fusion dans un instantané ! Une minute tu es quelque chose et dans une autre seconde tu es autre chose. Alors imaginez-vous ce que l’Homme avec tout son mémoriel, sa personnalité, ce qu’il subit comme choc !

FP : Vous avez été percuté, télescopé ?

BdM : Percuté, fragmenté et soutenu, c’est pour ça que je ne suis pas devenu fou. C’est ça au moins, la lumière supporte l’Homme. Ça, ça fait partie de ma vie mais de là de se dorloter dans les bras de Morphée de l’illusionnisme mystique des Orientaux, c’est fini. D’ailleurs l’Homme comprendra que la lumière elle vient de l’Occident, elle est finie, l’Orient a fini son cycle.

L’Orient a préparé l’Homme, il a préparé l’Homme pendant des siècles, il a servi à l’évolution de la pensée mystique spirituelle de l’humanité parce que les peuples occidentaux n’étaient pas éveillés à la conscience, mais la lumière vient de l’Occident, le savoir viendra de l’Occident et se répandra dans le monde. La phase de la spiritualité mystique de l’Homme cessera avec l’Homme nouveau et ça c’est final, c’est final !

Parce que le mysticisme astral, spirituel, de l’involution qui a été ou qui a représenté les formes idéales et les hautes vertus de la conscience humaine, sera remplacé chez l’Homme nouveau par la puissance de la lumière directement dans l’Homme. Donc l’Homme n’aura plus besoin de ce mouvement intérieur en lui qui fait partie de sa médiumnité psychique et de son intuition. L’Homme nouveau ne sera point intuitif, il saura. De l’intuition c’est de l’intelligence partagée.

Vous croyez que l’Homme puisse se fier parfaitement aux sphères ? Il n’y a pas un Homme, il n’y a pas un médium sur la planète qui puisse se fier parfaitement aux sphères. Comment vous appelez celui au dix-neuvième siècle qui a écrit un livre sur les médiums… “Le livre des médiums”… Kardec ! Il a dit : “Si l’Homme cherche la vérité à partir du monde des esprits, il ne la trouvera jamais”. C’est impossible. Il avait parfaitement raison parce que les esprits dans le monde de la mort, les âmes dans le monde de la mort sont régies par les lois de la mort.

Et les lois de la mort font partie de l’organisation systémique intermondiale des forces lucifériennes. Et les forces lucifériennes font partie des forces qui descendent vers la matière. Et les forces de la lumière font partie des forces qui sortiront de la matière pour aller vers les éthers qui ne sont pas encore aujourd’hui construits, et qui feront partie de la nouvelle alliance entre l’Homme et la lumière.

Mais tous les concepts qui ont servi à l’évolution de l’Homme – l’évolution négative ou la progression involutive de l’Homme – seront totalement transformés. Pendant le passé, pendant les siècles qui ont mené jusqu’à aujourd’hui, nous avons été obligés de croire parce que l’Homme vivait aux dépens d’une conscience collective. Dans l’évolution, l’Homme sera obligé de détruire complètement les fondations psychologiques et intuitives de sa croyance pour en arriver à un savoir absolu et le savoir absolu sera le produit de sa fusion avec sa propre lumière.

Et les Hommes auront une conscience universelle, donc entre les Hommes qui auront cette conscience universelle, ces Fils de la lumière, il y aura une harmonie parfaite. Donc il n’y aura plus entre les Hommes de questions concernant la réalité parce que la réalité englobe le vrai et le faux. Donc les concepts de la vérité et du mensonge font partie de l’organisation systémique du mensonge cosmique. Là où il y a vérité il y a forcément mensonge. Là où il y a mensonge il y a forcément vérité.

Parce que l’Homme sur le plan psychologique mental ne peut jamais comprendre, ne peut jamais faire la synthèse de la contrariété du vrai et du faux. Parce que l’Homme, à cause de l’organisation systématique de son mental et de la logique inclusive de sa proposition psychologique, est obligé de prendre le vrai ou de prendre le faux. Il ne peut pas faire le vrai et le faux en même temps et surtout dans les zones spirituelles.

Sur le plan matériel, on peut plus ou moins faire du vrai et du faux, faire de l’argent avec un, faire de la charité avec l’autre, “fourrer” l’un et aimer l’autre. Mais sur le plan de la spiritualité c’est plus difficile parce qu’il y va de la survie de l’âme, la survie du psychisme, il y va de la survie du mental humain. Donc ça prendra un Homme qui sera totalement au-dessus du vrai et du faux, c’est la synthèse de la conscience supramentale, c’est la synthèse de l’Homme nouveau. C’est l’expérience de l’Homme qui n’aura plus besoin de penser pour savoir.

Parce que l’Homme nouveau ne sera plus intéressé à la connaissance qui est le partage du vrai ou du faux en une hiérarchie de valeurs qui s’étale sur une base de dix, quinze, vingt mille ans et qui fait partie de la mémoire collective de l’humanité. L’Homme nouveau se foutra complètement de la connaissance, il n’aura pas besoin de la connaissance. Il sera complètement SAVOIR. Il appliquera ce savoir sur le plan de sa propre modalité et il créera une nouvelle civilisation qui sera totalement occulte, c’est-à-dire totalement invisible à l’Homme de l’involution.

FP : Est-ce que cette synthèse-là va exclure l’intelligence du cœur, pour en revenir… à…

BdM : L’intelligence du cœur, ça fait partie de l’intelligence de l’involution. L’intelligence du cœur c’est quelque chose que nous avons besoin, que nous voulons, parce que nous avons l’émotivité psychologique de notre moi qui, en tant qu’ego, a besoin d’aimer afin de se convertir en valeur suprême. L’Homme de l’évolution n’aura pas besoin d’avoir de l’intelligence du cœur, il aura l’intelligence du mental.

La différence entre l’intelligence du cœur et l’intelligence du mental, c’est que l’intelligence du mental n’a pas besoin de cœur pour être intelligente, tandis que l’intelligence du cœur a besoin d’émotion et d’amour pour être intelligente.

L’intelligence supramentale, la supraconscience dont parle Aurobindo, ce sera la lumière dans l’Homme. La lumière dans l’Homme, qu’est-ce que c’est la lumière dans l’Homme ? C’est la lumière dans l’Homme ! Ce n’est pas l’Homme avec sa petite… ce n’est pas l’Homme avec ses petites conditions, ce n’est pas l’Homme avec ses petites émotions, ce n’est pas l’Homme avec sa petite conscience raciale. La lumière dans l’Homme, c’est la définition de l’Homme nouveau.

Ce n’est pas le partage entre l’Homme vivant et l’Homme mort, ce n’est pas le partage entre la génération nouvelle et la génération ancienne, ce n’est pas le partage entre l’histoire nouvelle et la protohistoire. C’est neuf. Neuf c’est neuf ! Quand tu vas chez Eaton acheter une cravate neuve, il faut qu’elle soit neuve. L’Homme nouveau, c’est une cravate neuve. Alors si vous cherchez par toutes sortes de moyens, de connaissances, d’investigations, d’études, pour pouvoir être neuf et en même temps avoir un petit de vieux, vous vous foutez quelque chose dans l’œil.

BdM : Dans l’œil !

FP : Et l’autre dans l’œil.

BdM : Oui et je comprends que ce soit facile, que ce soit presque nécessaire psychologiquement, psychiquement, que l’Homme aille chercher le neuf et qu’il le mette avec le vieux. Mais les initiés comme le Nazaréen l’a dit : “Tu ne peux pas mettre du vin neuf dans un vieux vase, il va éclater”. Et l’Homme nouveau c’est un être qui est neuf. C’est un vase neuf et il y aura du vin neuf dans l’Homme nouveau.

Et ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir aller dans le monde et prendre un petit peu de vieux et mélanger ça avec le neuf, je vous le dis aujourd’hui, c’est une illusion, c’est impossible ! Parce que la lumière ne répond pas aux besoins psychologiques de l’ego. Elle ne répond pas aux besoins psychiques de l’Homme, la lumière c’est l’Homme. Nous avons joué à la parole, nous avons joué aux mots, nous avons joué avec les mots à en faire une science extraordinairement subtile, complexe, intéressante, nous avons fait des mots aux jeux de l’Esprit.

L’Esprit détruira les jeux qui ont été créés par l’âme de l’involution afin de donner aux mots le pouvoir sur la matière. Pour que l’Esprit ait le pouvoir sur la matière, il faut que les mots, lorsqu’ils seront prononcés par l’Homme, fassent déplacer la conscience dans l’atome, c’est ça l’Homme nouveau, donc tous les mots, TOUS LES MOTS, il faut comprendre ce que ces Hommes disent, ce que ces Hommes disent il faut le comprendre, mais pour le comprendre il faut le savoir.

Ces Hommes sont de grands intuitifs qui emploient des mots avec la plus haute sagesse connue depuis le début de l’évolution mais il faut le savoir. Il faut être capable de dire : “Oui, Aurobindo il écrit ceci, mais ce que ça veut dire, c’est ceci”. “L’autre, il écrit ceci, mais ce que ça veut dire, c’est ceci”. Vous ne pouvez pas blâmer ces Hommes pour avoir écrit ce qu’ils ont écrit, ils ont écrit ce qu’ils ont écrit en fonction de l’involution.

L’Homme doit être capable en tant que réalité, de pouvoir regarder dans la vérité et d’enlever les couches et regarder dans le mensonge, et d’enlever les couches pour qu’il ne reste plus de vérité ni de mensonge dans la conscience de l’Homme. C’est ça le réel.

FP : Alors expliquez-moi ce qu’il veut dire ici : L’enfant de l’avenir naîtra avec une flamme, il naîtra consciemment volontairement, sans avoir à défaire des millénaires d’animalité ou des abymes… BdM : OK. L’enfant de l’avenir naîtra avec la flamme : La flamme c’est le contact entre lui et son double, la flamme c’est le contact entre lui et l’ajusteur de pensée, la flamme c’est la télépathie mentale entre l’Homme et les circuits universels, la flamme c’est ce que vous appelez l’Esprit, la flamme c’est la lumière, la flamme c’est la force de l’Homme. La flamme c’est l’énergie de la parole, la flamme c’est ce qui déclenchera sur le plan humain toutes les forces nécessaires à la construction d’une nouvelle civilisation. La flamme c’est l’expertise de la lumière à travers la matière.

La flamme c’est l’organisation totale de l’Homme dans un portrait totalement nouveau, conçu par les Esprits de la forme avant la descente sur la Terre de l’Homme, avant la prise du pouvoir des forces lucifériennes sur la conscience de l’Homme. C’est ça un peu la flamme. Mais il faut comprendre !

FP : Mais comment peuvent-ils naître consciemment volontairement ?

BdM : Parce que l’Homme qui vient sur la Terre dans un nouveau temps ne viendra pas sur la Terre enrobé de la lumière astrale, il reviendra sur la Terre en dehors. Parce que les Hommes nouveaux qui font partie de la nouvelle évolution ne viendront pas des mondes sombres, ténébreux, de la mort astrale de la Terre. Ils viendront d’autres planètes.

Donc sur les autres planètes, les lois sont différentes. Les Hommes sont déjà très très avancés, il ont des sociétés très très avancées, des évolutions gouvernementales avancées, ils vivent d’autres vies. Ils viendront sur la Terre par “volition” (acte de volonté) par décret, en fonction des lois de compensation pour l’évolution de notre planète.

FP : Mais est-ce que c’est déjà commencé ce processus ?

BdM : Mais oui, c’est déjà commencé.

FP : On a des enfants aujourd’hui qui sont du “stock”, ce qui explique bien des choses ?

BdM : Voilà voilà, moi j’en ai une, je sais hein !

FP : Moi aussi ! Ils contestent toute autorité…

BdM : Voilà, voilà, voilà !

FP : Donc ça veut dire qu’ils ont une conscience d’un autre temps ?

BdM : Ils ont une conscience d’un autre temps mais ils sont encore inconscients, ils ne sont pas encore sûrs, ils ne sont pas dans leur identité mais il y a quelque chose en eux qui est de l’individualité.

FP : Bon alors ça veut dire qu’il y a un rendez-vous avec leur conscience quelque part dans le temps ?

BdM : Oui.

FP : Comment ne pas nuire à ce rendez-vous-là en tant que parents ?

BdM : Ils ne peuvent pas parce que c’est trop fort, c’est trop fort là, quand ils sont jeunes, sept ans, huit ans, dix ans, douze ans, treize ans, quatorze ans, quinze ans. Mais allez dire à un enfant de vingt-et-un qui sent quelque chose en lui que c’est de la foutaise ! Les enfants, ces enfants neufs, ils ont déjà en eux une vibration supérieure à ce que les enfants anciens ont eu.

Donc automatiquement, ce sont des enfants qui s’achemineront au cours de leur vie à une vibration, qui s’achemineront vers une réalité, et ils passeront d’une étape à une autre. Ils sont déjà marqués pour la vie ces enfants, ils ne sont pas marqués pour la mort.

FP : Est-ce qu’on peut dire que ce sont des réformateurs ?

BdM : Non ce ne sont pas des réformateurs, ce sont des transformateurs d’énergie. Ces enfants auront le pouvoir d’utiliser la parole directement sur le plan matériel en relation avec tous les royaumes, et créer dans l’éther de la Terre des centres de vie tellement avancés, que l’Homme d’aujourd’hui ne pourrait même pas sur le plan de sa science fiction s’imaginer.

Je vais vous donner un exemple : Qu’est-ce que c’est une planète ? Une planète c’est un égrégore matériel instruit par les forces lucifériennes pour donner une conscience suffisamment dense, afin que des êtres de lumière puissent éventuellement l’habiter, la faire éclater, la transformer, pour qu’elle devienne quelque part dans le temps, au cours des grandes époques de temps, non pas une planète mais simplement un globe lumineux.

Il y a dans le cosmos, il y a dans des éthers, dans des mondes, des planètes qui n’ont pas de matérialité comme la nôtre. Ce sont des éthers, ce sont des mondes qui sont totalement fluides. Ces mondes sont très très avancés en sciences, les espaces-temps de ces mondes sont totalement différents de nos espaces-temps, la sensorialité de ces êtres est totalement différente de la nôtre. La vie biologique n’existe pas. La vie mentale existe à un point tellement avancé que les Hommes n’ont qu’à penser pour rendre en réalité ce qu’ils ont besoin.

Donc les Hommes de la prochaine évolution, de la prochaine race-racine, seront les premiers sur cette planète à pouvoir travailler avec cette énergie, et ensuite ils seront remplacés par l’Homme de la septième évolution parce qu’il y aura une autre évolution après celle-ci. Et les Hommes de la septième évolution ensuite passeront à l’évolution Jupitérienne. Et dans ce temps-là, la Terre telle qu’elle existe aujourd’hui elle ne sera plus nécessaire à l’évolution de l’Homme.

Mais aujourd’hui elle est nécessaire à l’évolution de l’Homme parce que le mouvement de la conscience sensorielle de l’Homme, sur le plan de sa matière, fixe dans son mental des impressions, que lui doit défaire pour entrer dans sa lumière.

FP : Qu’est-ce qui fixe ces impressions ?

BdM : La condition, les conditions de vie sur notre planète fixent dans l’Homme des impressions dans le mental que lui, passant de l’involution à l’évolution, devra détruire pour passer d’un espace-temps à un autre. Quand vous vous couchez le soir, vous savez que vous allez vous lever le matin.

FP : Avec le cul qui pique !

BdM : Avec le cul qui vous pique, donc vous n’avez pas d’inquiétude, vous savez. Si vous êtes moindrement conscient, vous vous couchez le soir, vous vivez là, ça c’est un stage, ça fait encore partie de l’involution. Mais l’Homme demain quand il va se coucher le soir ou le jour, il va déjà être en contact avec un autre monde qui ne fait pas partie de la matière ici, mais qui fait partie d’une autre matière.

Il va visiter, entrer, travailler, rencontrer des gens dans cet autre monde. il va ramener de cet autre monde des sciences vers le monde matériel pour aider à l’évolution de l’humanité que nous connaissons aujourd’hui. Donc c’est pour ça que je dis – et je le dis d’une façon absolue – la lumière est absolue, la lumière ne demandera à l’Homme, à l’ego involutif, aucune question.

Moi je me rappelle, je me rappelle durant ma fusion, durant des années même après la fusion, je me faisais dire : “Ta tête de cochon, on va la casser jusqu’à temps qu’il n’y ait plus d’opposition à l’énergie”, et je souffrais en ce temps-là. Et déjà j’étais en fusion, déjà je n’avais pas de tête de cochon parce que déjà on pouvait me faire ce qu’on voulait, l’énergie était tellement forte ! Mais ça, c’était pour jouer avec les nerfs.

Mais après quinze ans, l’Homme apprendra à prendre cette énergie lui-même et à la contrôler. Il n’y aura pas de spiritualité dans l’Homme nouveau, ce sera simplement sa capacité mentale de prendre cette énergie et de la mettre à sa main. Et tant que l’Homme ne mettra pas cette énergie à sa main, ce sera un être spirituel, il fera partie de l’involution. Et tous les Hommes de la Terre aujourd’hui, qu’ils fassent partie de n’importe quelles sociétés, de n’importe quelles religions, n’importes quels groupements, qui sont moindrement spirituels, ils sont encore dans l’involution.

L’Homme de l’évolution n’appartiendra à aucune forme de spiritualité parce que la spiritualité fait partie de l’organisation politique de la conscience mentale cosmique applicable sur la Terre pour l’involution, c’est un mythe nécessaire. Allez il faut m’arrêter parce que…

FP : Quand on dit ici que ces enfants-là seront les puissants briseurs des barrières du monde et qu’ils renverseront nos murs, à quoi est-ce qu’on fait allusion ? À quelles barrières, à quels murs ?

BdM : On fait allusion à la forme, aux formes-pensées. Les formes-pensées sont les barrières, sont les murs du monde, sont la fondation du monde, sont l’organisation, le matériel, le ciment de nos sociétés. Ils sont le matériel qui empêche l’Homme de passer de la conscience collective à la conscience individuelle, passer du contact avec la mort au contact avec la lumière. Les Hommes nouveaux briseront toutes ces formes.

Il n’y aura rien dans la conscience de l’Homme nouveau qui ne sera pas assujettissable à la fracture de par sa lumière, à travers son propre ego conscientisé, parce qu’il saura, il aura dépassé le doute. Quelle que soit la forme que vous employez, que ce soit la forme de Dieu, que ce soit la forme de ci, que ce soit la forme de ça, n’importe quelle forme, toute forme est utilisée au cours de l’involution pour l’ajustement et l’évolution de l’espèce.

Lorsque l’espèce passe d’une étape à une autre, l’espèce doit vivre sur le plan mental totalement en dehors de la forme. Qu’est-ce que ça veut dire Savoir ? Savoir ne veut pas dire étudier quelque chose, Savoir veut dire parler, Savoir veut dire prendre cette énergie, lui donner une forme. Savoir veut dire créer avec la forme tandis que la connaissance est l’envers de ceci.

La connaissance, c’est l’impression du savoir qui est enregistrée dans le mémoriel, qui sert au développement de l’ego, qui sert au développement de la structure psychologique du moi et des conventions du moi, selon l’évolution de la société. Pendant l’involution, la connaissance était importante pour l’Homme parce qu’elle lui a permis de développer, de personnifier son Esprit.

L’Homme nouveau, le Surhomme ne possédera pas un Esprit personnifié. Il sera personnalisé dans sa propre lumière, il possédera une conscience dite universelle, c’est-à-dire que l’Esprit et l’Homme seront UN. C’est ça l’unité de la conscience, c’est ça l’identité, c’est ça le passage de la personnalité à la personne. Mais ceci ne sera pas compris philosophiquement, ceci sera compris dans le Feu de la vibration, dans ce qu’il appelle le Feu. C’est ça le Feu !

FP : Est-ce que ça fait du sens pour vous, ceux qui affirment que l’Homme vit dans trois états de conscience : l’état de veille premièrement, l’état de rêve, et le troisième l’état de sommeil profond qui serait l’ultime réalité de l’Homme, son Esprit ? Ça veut dire quoi ça ? Que l’ultime réalité de l’Homme est l’état de sommeil profond ?

BdM : C’est ça.

FP : Autrement dit, on est nous-mêmes, à l’arrière-plan, réels dans l’état de sommeil profond, il faut en avoir conscience ?

BdM : C’est dans l’état de sommeil profond que l’Homme est réel. C’est pour ça que lorsque nous sommes dans l’état de sommeil profond, nous n’avons aucune notion de ce qui se passe parce que nous ne pouvons pas vivre le réel. Nous ne sommes pas équipés psychiquement pour supporter le réel.

Donc le réel s’éclipse et nous vivons deux autres états de conscience, l’éveil le jour et le sommeil la nuit. Et lorsque l’Homme va passer de l’involution à l’évolution, ce qui est le sommeil profond va devenir l’éveil profond. Donc l’Homme dans le sommeil profond sera parfaitement éveillé, solidement éveillé.

Et il ira travailler, il ira chercher sur ces plans, dans cette vérité, ce dont il a besoin pour donner à la Terre, pour donner à sa planète ce dont elle a besoin, pour qu’il y ait un échange harmonieux entre les différentes forces qui muent l’humanité, les nations et les continents. L’Homme ne peut pas… même les psychologues vont vous le dire, l’Homme n’est pas… l’Homme devant le subconscient, l’Homme devant l’inconscient, il est totalement fracassé. Pourquoi ?

Parce que l’Homme a été au cours de l’involution amené lentement, graduellement, à développer une conscience égoïque qui était en harmonie avec ce que sa sensorialité pouvait lui admettre. Vous vous imaginez un type qui est en train de manger un steak à la maison un soir et quelqu’un apparaît, s’assied à la table, commence à manger avec lui, qu’est-ce que ça fait dans son estomac ? L’Homme ne peut pas vivre une transition comme ceci.

Il est obligé de passer de l’étape d’involution à l’étape d’évolution, que ses corps soient transmutés par son énergie, pour qu’ensuite il puisse connaître les multidimensionnalités du réel. Nous croyons, nous croyons que… écoutez ceci comme exemple ! Nous avons toujours cherché le réel hein ? Nous avons cherché le réel dans la religion, nous l’avons cherché dans la philosophie, dans la métaphysique, mais le réel ça n’existe pas nulle part. Le réel c’est l’illusion de l’irréel !

Enlevez les couches d’oignon et vous avez le réel. Le réel il est tout partout. Mais nous, nous avons cherché d’une façon dirigée, nous avons cru que le réel était là, ou qu’il était là, ou qu’il était dans une certaine dimensionnalité de notre pensée.

FP : On veut le localiser ?

BdM : On veut localiser, le réel.

FP : Donc on a une insécurité de l’ego ?

BdM : Voilà. C’est une insécurité de l’ego alors que le réel c’est l’expression de l’énergie de la lumière à travers les différents plans. Vous voulez vivre le réel sur un plan, un plan, un plan ! La matière… d’ailleurs c’est ce que je reproche aux Hindous, je reproche aux Hindous et aux Orientaux d’avoir dit que la matière, le monde de la matière, c’était une illusion !

Ce n’est pas une illusion, c’est réel à un certain niveau. Mais ça, ça faisait partie du jeu de l’astral parce qu’en disant que : “Ouah la matière c’est une illusion”, qu’est-ce qui s’est produit ? Les Hommes ont voulu chercher le réel dans l’astral, ils sont devenus des mystiques, ils se sont calés en dessous des arbres, la civilisation est tombée en compote. Et qui est-ce qui rit de l’Homme ? C’est l’astral !

FP : Alors que le Feu, ce Feu est aussi bien dans la matière ?

BdM : Le Feu il est tout partout, il est dans la matière, il est sur tous les plans. La lumière elle crée sur tous les plans, elle se soutient sur tous les plans. Et s’il y a une chose que je reproche à l’Orient c’est d’avoir, non pas d’avoir dit que le matériel, la matière – parce que je sais ce que les maîtres voulaient dire – mais de ne pas l’avoir suffisamment parfaitement dit, pour que les Hommes qui sont encore au stage d’opinion, qui sont encore philosophiques, qui sont encore spirituels, ne se fassent pas prendre dans la forme ! Ce n’est pas intelligent de dire que le monde, que le monde de la matière c’est une illusion, c’est spirituel c’est mystique !

FP: Ce qu’ils veulent dire par là, par le mot maya, c’est le monde de l’impermanence ?

BdM : Je comprends, je comprends, je comprends ! Mais soyez spécifique quand vous parlez à l’humanité, soyez spécifique. Tous les plans de la création font partie d’une réalité. La lumière unifie tous ces plans, la lumière nourrit tous ces plans. Un Homme, un être c’est réel, la table c’est réel, mais il y a d’autres niveaux de réalité.

Mais si vous commencez à dire à des Hommes qui sont imparfaits dans leur mental, qui sont encore extrêmement astralisés, qui souffrent à cause des situations économiques de leur temps, de leur féodalité, il y a deux cents ans, trois cents ans, trois mille ans, que le monde c’est une illusion, la première chose que vous avez c’est que vous avez un troupeau de moines qui s’en vont dans des ashrams brûler de l’encens pour se réveiller sur d’autres plans.

Et continuer la roulade, pendant que vous avez aujourd’hui aux Indes trois-cent-cinquante, trois-cent-soixante-quinze millions d’Hindous qui se posent encore des questions, qui viennent au monde dans la “merde” et qui se disent : “Ça fait partie de mon karma je suis venu au monde pour un petit pain”. Il ne faut pas me parler très longtemps de ces choses-là parce que je deviens fâché… FP : Bien. Revenons-en aux enfants. Est-ce que dans la vie de votre enfant, vous vous permettez d’intervenir, d’imprimer une direction dans sa vie ?

BdM : Je la guide c’est tout ce que je fais. Quand elle a fini d’être guidée, elle se guide par elle-même. J’ai fini d’élever mon enfant, elle a douze ans. J’ai fini ce que j’avais à faire mais j’ai l’ai fait à partir de zéro jusqu’à douze, jusqu’à treize ans. Elle est rendue à la puberté. Rendu à la puberté un enfant ne t’appartient plus psychologiquement ou psychiquement.

FP : Est-ce qu’on verra un jour Nicolas Payotte interviewer Christine de Montréal ?

BdM : Quand elle voudra !

FP : Merci beaucoup Bernard. (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut