RG-53b L’Illusion du bonheur

“BdM : (…) s’il (le Nazaréen) avait vécu sur la Terre en fonction du Principe d’Intelligence, le Nazaréen, il n’aurait jamais été sur la croix. Il vivait sur la Terre en fonction du Principe de l’Amour. L’Amour se crucifie. L’Intelligence se libère. Lorsque le nouvel initié viendra, il vivra non pas du …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.

Deuxième partie

Bernard de Montréal (BdM) : (…) s’il (le Nazaréen) avait vécu sur la Terre en fonction du Principe d’Intelligence, le Nazaréen, il n’aurait jamais été sur la croix. Il vivait sur la Terre en fonction du Principe de l’Amour. L’Amour se crucifie. L’Intelligence se libère. Lorsque le nouvel initié viendra, il vivra non pas du Principe de l’Amour, il vivra du Principe de l’Intelligence, donc il ne pourra pas être crucifié.

Mais dans le temps, c’était nécessaire que le Nazaréen soit crucifié, parce que la crucifixion permettait à l’humanité de vivre le drame psychologique de la mort à l’intérieur de la conscience sublime de cet être-là qui pouvait, à cause de sa dimensionnalité, intervenir sur les plans astraux de l’humanité de ce temps-là et de l’humanité future. C’est pour ça d’ailleurs, que beaucoup d’Hommes vont rêver au Christ ; beaucoup d’êtres rêvent au Nazaréen, et le rêve permet à ces êtres-là d’avoir une certaine conversion de l’énergie astrale en énergie spirituelle et ça, ça leur donne un support dans la vie.

Mais lorsque l’Homme entre dans la conscience supramentale et qu’il perd la mémoire de sa conscience humaine, pour vivre d’une autre mémoire qui ne fait pas partie de sa conscience humaine, mais qui fait partie de sa conscience extra-humaine ou de sa conscience coronale, si vous voulez, aussitôt que l’Homme vit de sa conscience coronale, il n’a plus besoin de se réfléchir en tant qu’être humain, parce que son Esprit est libre.

Et c’est la liberté de son Esprit qui permet à cet être-là de converser facilement avec l’invisible et de converser facilement avec l’Homme ; donc de ne pas faire la gaffe qui a été faite dans le passé, de se mettre dans une position d’autodestruction. Autrement dit, le temps des martyrs tire à sa fin. Les initiés de l’avenir ne seront plus des martyrs, les initiés de l’avenir seront des scientistes.

Dans le passé, les initiés étaient des martyrs parce que sur la Terre, il devait y avoir encore de l’émulation émotionnelle ! De l’émulation émotionnelle de la part des masses, pour faire descendre sur la Terre, de l’énergie astrale de haute vibration, afin de maintenir sur la Terre une certaine religiosité, afin d’empêcher, sur la Terre, la destruction de l’Homme. Donc cette émulation-là, on la retrouve dans les Églises, on la retrouve dans les grandes conventions humaines où l’Homme parle de l’ordre spirituel, et c’est nécessaire.

Mais lorsque l’Homme entrera dans la conscience supérieure, il n’aura plus besoin de cette émulation, parce qu’il ne vivra plus d’émotion, il ne vivra plus d’émotivité dans son Intelligence, donc ceci veut dire qu’il ne vivra plus de mémoires. Lorsque l’Homme ne vivra plus de mémoires, il vivra d’une conscience coronale et la conscience coronale sera une projection instantanée, parfaite, constante, à partir de son plan vers les plans inférieurs de l’Homme. Ça, c’est le Surhomme de la sixième race.

Richard Glenn (RG) : Au passage du Nazaréen qui vivait, lui, par l’Amour, on percevait déjà l’arrivée de l’Intelligence. Il l’avait dit, le Paraclet viendra et… Au passage du prochain qui viendra par le Principe d’Intelligence, est-ce qu’on pourra déjà percevoir le suivant et quel sera ce suivant ?

BdM : Oui. C’est très intéressant cette question. Très intéressant cette question ! Lorsque l’Homme, cet Homme, sera sur le plan matériel en manifestation, la Volonté automatiquement viendra sur la Terre. Parce qu’un Homme ne peut pas être dans son Intelligence sans Volonté en même temps, parce que c’est impossible que l’Intelligence et la Volonté ne soient pas l’interface d’une même pièce.

Un Homme peut avoir beaucoup d’Amour puis ne pas être dans l’Intelligence et dans la Volonté. Mais un Homme ne peut pas être dans l’Intelligence et ne pas avoir de Volonté, parce que l’Intelligence, elle est aiguisée dans l’Homme par le développement de la Volonté, et la Volonté elle est aiguisée dans l’Homme par le développement de l’Intelligence. Donc la sixième race-racine sera une race intelligente, mais volontaire. Il y aura déjà de la Volonté dans l’Homme ; de la Volonté qui permettra à l’Homme de faire descendre sur le plan matériel des forces dont il aura besoin pour se créer une civilisation à la hauteur de son Intelligence, et aussi à la hauteur de ses capacités créatives, donc de ses capacités qui naissent de sa Volonté créative.

À la fin du cycle, lorsque la septième race-racine viendra, la septième race-racine aura simplement une fonction et elle sera très courte d’ailleurs. D’ailleurs la sixième va être courte, alors imaginez-vous que la septième va être encore plus courte. Rendu à la septième race-racine, l’Homme n’aura plus besoin de corps physique. Donc l’aspect phénoménal de l’humanité, au début ou pendant la septième race-racine, ça va être un aspect qui va permettre à l’Homme éventuellement de commencer son évolution jupitérienne. L’Homme ne peut pas commencer aujourd’hui son évolution jupitérienne… Parce que son corps, son double, il n’a pas accès à son double.

Donc il n’a pas accès à sa Volonté, donc il n’a pas accès à l’Intelligence de sa Volonté pour changer la conscience atomique de ses structures. Donc il est incapable de violer les lois de l’invisible. Tandis que durant la septième race-racine, l’Homme pourra violer les lois de l’invisible. Violer les lois de l’invisible, ça veut dire ceci : ça veut dire rendre ou donner à l’humanité la capacité de s’éteindre. Pour que l’Homme, pour que la race humaine puisse s’éteindre sur la Terre… Aujourd’hui, la race humaine, si elle s’éteignait sur la Terre, elle serait éteinte par la guerre, par la famine, par la destruction, elle serait éteinte par l’activité des forces astrales contre l’Homme, les forces de la mort contre l’Homme.

Tandis que pendant la septième race-racine qui suivra la sixième, l’Homme lui-même éteindra sa civilisation. C’est l’Homme qui éteindra sa civilisation, mais en éteignant sa civilisation, il le fera parce qu’il pourra totalement dématérialiser les corps matériels. En dématérialisant les corps matériels, il n’y aura plus de corps matériels sur la Terre, donc automatiquement l’Homme commencera son évolution jupitérienne. L’évolution jupitérienne, ça ne veut pas dire que l’Homme va aller vivre sur Jupiter. L’évolution jupitérienne veut dire que l’Homme vivra sur la Terre, invisible.

Donc la septième race-racine sera totalement consciente, et les Hommes se rendront invisibles, donc il n’y aura plus d’êtres humains sur la Terre. Il y aura des animaux pour les remplacer. Donc les animaux à ce moment-là seront arrivés à un autre niveau d’évolution, et la Terre reviendra à l’état géologique qu’elle avait au début. Il n’y avait pas d’Hommes sur la Terre au début, il n’y avait que les animaux. L’Homme est venu pour son évolution. Les animaux ont été là pour lui, pour son bénéfice, pour son plaisir, pour son évolution.

Quand l’Homme aura terminé son évolution, il s’éteindra de la planète ; il n’y aura plus d’êtres humains sur la Terre, parce que les Hommes seront rendus invisibles et ce seront les animaux qui continueront à évoluer sur la Terre, sans interférence et sans humanité.

RG : C’est l’histoire qui s’est créée à l’envers.

BdM : C’est l’histoire qui s’est… Ce sera l’histoire qui reviendra à son début, mais ayant pu donner à la Terre ou à l’Homme, une planète pour évoluer. L’Homme avait besoin d’une planète ; l’Esprit de l’Homme avait besoin d’une Terre pour évoluer. Son Esprit ne pouvait pas éternellement se déplacer dans les espaces absolus. L’Homme avait besoin d’une planète. Donc il lui fut assigné une planète, la Terre c’est cette planète. L’Homme a évolué sur cette planète. Il y a des Hommes qui font partie de cette planète, il y a des Hommes qui reviennent par incarnation sur cette planète, et un jour, après la sixième race-racine, l’Homme s’éteindra de cette planète. Il n’y aura plus d’Hommes sur la Terre.

RG : De là l’explication, “il y aura un millenium de bonheur et de paix sur la Terre”, mais on se demande toujours après mille ans, qu’est-ce qui va rester ?

BdM : Après le millenium sur la Terre, l’Homme ayant disparu, les conflits astraux n’existeront plus pour l’Homme, mais la conscience astrale ou l’astral s’occupera de l’évolution de la planète Terre… Et au niveau des règnes inférieurs. L’Homme vivra dans l’invisible de la Terre. Et un jour, je vous en parlerai de l’invisible de la Terre pendant cette période, mais aujourd’hui ce n’est pas tellement important, mais ce sera intéressant de le savoir, parce que là, je parle de mon expérience.

En tant qu’Homme ou en tant qu’être qui vit la fusion, j’ai constamment – je ne peux pas dire le plaisir, mais je ne peux pas dire le bénéfice non plus, je peux dire la faculté – j’ai constamment la faculté de regarder, de regarder, de regarder, mais c’est en parlant que je regarde. Autrement dit, ma parole devient ma vision. Et quand je regarde, par exemple je regarde l’évolution de l’Homme au stage de la septième race-racine, pour regarder quelque chose dans l’avenir ou pour regarder quelque chose dans le présent d’une façon profonde, c’est-à-dire de le regarder d’une façon totalement… C’est-à-dire d’une façon totalement suprarationnelle, il faut ne pas être capable de s’imaginer ce que je sais.

Si je pouvais m’imaginer ce que je sais, je ne pourrais pas vivre dans mon corps matériel. La souffrance serait trop grande, parce que la dimension serait trop poussée, donc mon corps astral, mon imagination astrale, mon écran mental ne cesserait pas de fonctionner. Je ne pourrais pas fonctionner. Donc le seul plaisir que j’ai, quand je parle de la réalité sur différents plans ou dans différentes directions, c’est de le parler avec des êtres qui sont capables de l’absorber sans le rationnaliser. Autrement dit, faites-moi rencontrer un Homme qui est suffisamment en dehors de son ego, de l’orgueil de l’ego, et on peut s’asseoir ensemble et parler indéfiniment, sans fin, de n’importe quoi.

Et c’est à ce moment-là qu’on commence à comprendre les aspects de notre réalité. Il faut que quelqu’un sur la Terre parle, pour que l’Homme sur la Terre sache qu’est-ce que c’est la Terre ! Qu’est-ce que c’est la vie ; qu’est-ce que c’est la personnalité ; qu’est-ce que c’est l’ego ; qu’est-ce que c’est la mort ; qu’est-ce que c’est l’espace ; qu’est-ce que c’est le magnétisme ; qu’est-ce que c’est le feu ; qu’est-ce que c’est Dieu ; qu’est-ce que c’est l’Aleph ; qu’est-ce que c’est l’infinité ; qu’est-ce que c’est le début ; qu’est-ce que c’est la fin ; qu’est-ce que c’est l’Alpha ; qu’est-ce que c’est l’Oméga. Il faut que l’Homme sache.

Mais pour que l’Homme sache, il faut qu’il parle. Les Hommes ne savent pas parler. Pourquoi ils ne savent pas parler ? Parce que leur Esprit a été confondu. Par quoi ? Par la mémoire. C’est la mémoire qui empêche l’Homme de parler. Si l’Homme n’avait pas de mémoire, il pourrait parler. Et c’est tellement subtil ce jeu-là, qu’un Homme qui commence à perdre la mémoire dans le processus de l’initiation solaire, s’aperçoit tout d’un coup, lentement, lentement, que… Hop, il commence à parler, il commence à parler ! Avant, il avait beaucoup de mémoire, il avait des gros livres dans la tête, mais il ne pouvait pas parler ou il répétait, puis il répétait, puis il répétait, puis il répétait, puis il répétait.

Tout d’un coup là, il n’est plus capable de répéter, il n’est plus capable de répéter, il n’est plus capable de répéter, vient un moment où il n’est plus capable de répéter, là ça le fatigue, là ça l’achève ; il n’est pas capable de répéter parce que l’ego il dit : “Avant, je répétais, j’étais intelligent, là je ne répète plus, j’ai l’air d’un niaiseux”. Donc là, l’ego a peur de ne pas pouvoir répéter, puis là éventuellement ça s’ajuste, puis là, il y a comme une conscientisation autre qui se fait ; ça c’est le cinquième plan qui commence à se développer avec la perte de la mémoire.

Et c’est là que l’Homme commence à s’apercevoir… Puis j’ai connu des gens et j’en connais des gens dans le monde, très simples qui ont perdu de la mémoire, ou très compliqués, qui l’ont perdu un petit peu, qui commencent à parler, et ils s’aperçoivent qu’ils savent des choses qu’ils ne savaient pas avant qu’ils savaient. Puis ça, ça les surprend. Puis ça, au début, un petit peu, mais ça, ça ne dure pas longtemps. Ça s’ajuste, puis ça s’ajuste, puis ça s’ajuste. Parce que plus l’Homme apprend à parler… Vous savez que la sixième race sera la première race de la Terre qui aura le pouvoir de la parole !

Les Atlantes n’avaient pas le pouvoir de la parole, ils avaient le pouvoir du son. La parole et le son, ce n’est pas pareil. La parole et le son, ce n’est pas pareil ! La parole c’est un feu. Le son ce n’est pas un feu. Le son, c’est le produit dans les Éthers de la manifestation de la lumière dans les couches denses de la réalité. Tandis que la parole, c’est un feu et c’est le feu, à travers cet Homme, cet initié qui viendra à la fin du cycle, comme ce sera le feu, à travers ces êtres-là qui naîtront de la mort de la cinquième race-racine, que se créera sur la Terre une nouvelle science. C’est par la parole.

Et autant on a parlé de la parole, autant les psychologues ont essayé d’analyser la parole, autant l’Homme n’a aucune idée de ce que c’est de la parole. La parole, c’est absolument occulte. De la parole, ça n’appartient pas à l’ego. L’ego est incapable de parler. L’ego jase. Les Hommes de la Terre jasent. Ça, pour jaser ça, ça marche. Mais de parler ! Vous savez qu’est-ce que c’est parler ? Parler c’est être capable de s’asseoir… Tu peux te parler tout seul, tu n’as pas besoin de parler à quelqu’un, moi je suis capable de m’asseoir dans un coin puis me parler. Je me parle. J’apprends des choses quand je me parle, bon. Mais c’est “plate” (ennuyeux).

Bon, tu t’assieds avec quelqu’un et tu parles. Alors si tu t’assieds avec quelqu’un et que tu parles, tu apprends, tu apprends. Et c’est en parlant pendant des années de temps, que j’ai appris ce que je sais. Mais c’est infini ce qu’on sait, donc je n’ai pas fini de parler, c’est évident. Vous comprenez ! Mais c’est très important ça, pour l’Homme, de comprendre que c’est dans la parole que l’Homme saura, ce n’est pas par la pensée, parce que l’Homme ne peut pas faire de pensées philosophiques sur la réalité.

La réalité, ça ne se “philosophise” pas, la réalité. La réalité, ça se parle et éventuellement ça se voit, et éventuellement ça se vit… (Coupure)… (…) Sur la réalité… Tous les livres philosophiques que vous avez sur la réalité, c’est une façon à l’Esprit de l’Homme d’essayer de décortiquer dans sa mémoire des aspects qui puissent lui permettre, sur le plan de son Esprit, de goûter du plaisir de bien parler.

Donc un philosophe, c’est un être qui a le plaisir interne, égoïque, égocentrique, de bien parler. Il y en a à Montréal des philosophes qui ont la belle parole, qui parlent bien, mais si vous parlez avec eux autres, vous allez sentir qu’ils ont le plaisir de bien parler. Et ça, c’est très bon parce que quand on parle bien, il y a un plaisir, parce que c’est comme manger, parler, on se nourrit, mais le problème, c’est que ces philosophes-là devront un jour en arriver à comprendre que leur parole doit aller plus loin que l’intuition, elle doit aller plus loin que la mémoire.

Leur parole doit être et doit devenir éventuellement un feu ; un feu instantané à l’intérieur duquel on ne sent pas l’ego ; à l’intérieur duquel on ne voit pas l’ego ; à l’intérieur duquel il n’y a pas de réflexion de l’ego ; à l’intérieur duquel il y a une continuité totale ; à l’intérieur duquel il y a une subtilité incroyable et à l’intérieur duquel on découvre soi-même si on parle, ou les autres avec qui on parle, les mystères de la vie à tous les niveaux.

C’est pour ça que l’Homme de la sixième race sera le premier être de la Terre qui aura le pouvoir de la parole qui lui sera transmis au fur et à mesure qu’il rentrera en initiation, parce que ce pouvoir fait partie des Éthers. Et l’Homme le découvrira quand il aura compris une chose : que le savoir ne fait pas partie de l’Homme ; que le savoir fait partie du Surhomme, c’est-à-dire de l’Homme cosmique dans l’Homme ; que le savoir est totalement coronal, qu’il n’est pas teinté d’aucune façon par la mémoire ou par l’occulte, ou par l’ésotérisme, ou par la philosophie, ou par la psychologie, ou par la mémoire de l’âme, ou quoi que ce soit. Le savoir, il est toujours neuf.

Quand l’Homme connaîtra ceci, comprendra ceci, il vivra instantanément de cette énergie et c’est cette énergie qu’il connectera avec le mental, le vital, l’émotionnel et le physique, et l’Homme passera éventuellement à des stages supérieurs d’évolution.

RG : On dirait, Bernard, que vous êtes un peu comme Saint Jean-Baptiste qui avait, lui, la parole ; il annonçait, il annonçait comme vous annoncez et comme vous annoncez !

BdM : Saint Jean-Baptiste annonçait la venue… Saint Jean-Baptiste c’était un voyant, comme on a des voyants aujourd’hui, c’était un voyant. Il faut se mettre dans le contexte du temps. C’était un voyant. Il y avait une tradition. Il était marqué l’Homme, ainsi de suite. Tous les voyants ont une certaine parole. Moi, je connais un voyant à Montréal qui a une certaine parole. Et je l’écoute des fois parler à des gens et quand il parle, il parle toujours d’évolution. S’il parle d’évolution, cet Homme, à des gens, on sent la vibration de la parole. Aussitôt qu’il commence à tomber dans les loteries, là ça tombe, la vibration tombe à terre. Mais quand il parle des clés d’évolution de l’Homme, il est merveilleux.

Donc la parole c’est un feu, et il y a eu des Hommes dans le passé qui l’ont eu cette parole-là, d’ailleurs la parole a toujours existé, mais la parole n’a pas été utilisée dans le passé comme elle sera utilisée dans l’avenir. Dans le passé, la parole était toujours utilisée avec une certaine émotion, parce que l’Homme était encore en involution, l’Homme faisait encore partie de la conscience expérimentale de la Terre.

Tandis que dans l’évolution qui vient, la parole sera totalement neuve, c’est pour ça que la science de la Terre sera totalement neuve. Les initiés, les nouveaux initiés, ceux qui viendront demain, auront une parole tellement différente de la parole de l’humanité d’aujourd’hui, qu’ils seront à un certain moment donné obligés de se séparer psychologiquement et psychiquement du reste de l’humanité ; mais pas physiquement, mais psychologiquement et psychiquement du reste de l’humanité, sans parler des autres aspects de retirement qu’ils devront vivre au fur et à mesure qu’ils entreront dans le grand conventum des Immortels.

La parole de la sixième race sera très très puissante, parce qu’elle sera constamment amenée, amenée par le double de l’Homme vers l’ego, constamment, constamment, constamment, constamment, constamment. Donc l’Homme va apprendre énormément de choses en parlant, et c’est en apprenant ces choses et en parlant de ces choses qu’il élèvera constamment la vibration de sa parole. Donc l’Homme de la sixième race s’élèvera par ses propres possibles lui-même. C’est ça que je dis, l’Homme doit commencer aujourd’hui, à la fin du vingtième siècle, à vivre son élévation par lui-même et non à travers les maîtres.

Les maîtres ont une fonction. Ils ont eu une fonction très importante, mais l’Homme un jour doit être lui-même son propre support de vie, sa propre source, son propre centre d’énergie. Les maîtres sont finis sur la Terre, et eux-mêmes seront éventuellement immortalisables selon les conditions de l’évolution.

RG : C’est encore l’histoire qui s’écrit à l’envers. Autrefois, on disait bien : “Et le Verbe s’est fait chair”, et de la façon dont vous en parlez, c’est de la chair que naîtra le Verbe ?

BdM : De la chair naîtra le Verbe, parce que le Verbe… Le Verbe, pour se réfléchir dans la création, pour se permettre une identité, il doit s’intégrer dans une matière dense. S’il s’intègre dans une matière dense, il éclate, il fait éclater les sphères, autrement dit il fait éclater les sphères du mensonge, il fait éclater les sphères de la vérité, parce que la vérité c’est un autre aspect du mensonge. Donc automatiquement, une fois que l’Homme est libéré par le Verbe du mensonge et de la vérité… Parce que c’est deux problèmes pour l’Homme, l’Homme en général cherche la vérité parce qu’il veut se sauver du mensonge, c’est normal ; on va toujours prendre le bon gars contre le mauvais gars.

Mais l’Homme ne réalise pas que la vérité et le mensonge sont deux aspects d’une polarité qui convient à l’installation ou à la programmation chez l’être humain, d’une convention qui est connue seulement des Intelligences. Autrement dit c’est un jeu, c’est une programmation. C’est de la manipulation parce qu’on n’est pas prêt, les Hommes, à connaître le réel. Donc comme on n’est pas prêt à connaître le réel, on doit être prêt à simplement connaître la vérité ou à rechercher la vérité, ou à connaître le mensonge ou à rechercher le mensonge.

L’Homme de la sixième race-racine ne sera plus intéressé à la vérité, comme il ne sera plus intéressé au mensonge, parce qu’il n’y aura plus de polarité dans son mental. Autrement dit il n’y aura plus, dans son mental, d’émotion. Ce qui crée le mensonge et ce qui crée la vérité, c’est la recherche émotive de l’Homme pour une densité quelconque d’une certaine pensée. Quand on cherche une certaine pensée, elle nous apporte vers la vérité ou elle nous apporte vers le mensonge. Mais ça, ça fait partie de l’activité de l’émotion dans le mental.

Lorsque l’Homme sera supramental, il ne sera plus intéressé ni à l’un, ni à l’autre. Il sera intéressé à rien. Et quand l’Homme est intéressé à rien, c’est à partir de ce moment-là qu’il est intéressé à tout. Il est intéressé à tout, parce qu’après ça, tout lui vient. Le contact entre le double et son ego se fait, donc tout lui vient. Donc comme tout lui vient, c’est évident qu’il est intéressé à tout. Si l’Homme parle avec un Homme qui parle… Des Hommes sur la Terre qui parlent, il n’y en a pas beaucoup, il y en a quelques centaines ; alors si un Homme qui parle, parle avec un Homme qui parle, c’est évident qu’ils vont découvrir des choses.

Donc, dans ce qu’ils vont découvrir, ils vont commencer à réaliser à quel niveau ils se situent vis-à-vis de la connaissance, parce qu’ils vont s’apercevoir que dans la connaissance qu’ils libèrent, il y a un certain niveau de corrélation avec la science que nous connaissons. Et quand ça, ça va commencer sur la Terre, c’est là que la nouvelle science va commencer. Mais d’ici ce temps-là, ben, on jase. Mais le pire, c’est que quand on jase, on pense qu’on parle !

Tout le monde… Un Homme qui parle avec un Homme devrait apprendre quelque chose. Un Homme qui parle et qui dit quelque chose et qui n’apprend pas rien, il ne parle pas, il jase. Alors tous les Hommes de la Terre jasent. Il y a très peu d’Hommes sur la Terre qui parlent, et c’est pour ça que l’ignorance de la Terre est très grande.

RG : Dans nos universités, est-ce qu’on jase ou est-ce qu’on parle ?

BdM : Dans les universités, on jase sérieusement. (rires du public).

RG : Dans les églises, est-ce qu’on jase ou est-ce qu’on parle ?

BdM : Dans les églises, on prie sérieusement, donc on jase avec amour ! (rires du public).

RG : En politique ?

BdM : Ah ! Un Homme qui parlerait… Un Homme conscient qui parle et qui serait en politique, il serait assassiné. À moins d’avoir le pouvoir. C’est évident parce qu’il parle… Qu’est-ce que ça veut dire parler ? Ça veut dire faire descendre le feu sur le plan matériel. Donc, quand tu parles, c’est ça, c’est ça, c’est ça, c’est ça, c’est ça, c’est ça. Tu te fais fusiller !

RG : À moins qu’on ait le pouvoir et qu’on dise : “C’est ça, c’est ça, c’est ça” !

BdM : Oui. Quand l’Homme aura le pouvoir… Quand l’Homme aura le pouvoir, qui viendra après la descente ou l’activité ou la manifestation de celui qui est le pouvoir, à ce moment-là la Terre sera renouvelée. Mais les forces astrales ne pourront rien contre cet être-là. C’est pour ça qu’il pourra s’installer sur la Terre, une nouvelle conscience, une nouvelle organisation mondiale. Et les Hommes qui sont en évolution, les Hommes qui auront éventuellement accès avec d’autres niveaux de conscience se réuniront quelque part sur la Terre pour travailler. Mais ça prendra un Homme sur la Terre qui a le pouvoir, ce que vous appelez le “Messie”. Le “Messie” aura le pouvoir, mais il sera total.

RG: Mais comme tout le monde l’attend, ce fameux “Messie”, est-ce que ça donnerait pas la belle occasion à un imposteur de jouer le jeu du Messie et de dire : C’est ça ?

BdM : Oui oui, très juste, très juste, mais tu peux “imposter”, mais tu ne peux pas “imposter” tout le monde, tu ne peux pas “imposter” tout le monde tout le temps. Tu peux jouer le jeu, tu peux mesmériser des masses pendant un certain temps, mais tu ne peux pas… Un Homme ne peut pas changer le cours d’une civilisation à lui seul, s’il est imposteur. Un Homme ne peut pas changer le cours d’une civilisation à lui seul, s’il est imposteur ! S’il est imposteur, il peut affecter certains groupes, certains groupements, certaines organisations, ainsi de suite ; il peut prendre un certain pouvoir, mais l’Homme ne peut pas affecter, ne peut pas changer le cours de l’histoire à lui seul, s’il est imposteur.

On va prendre le cas, par exemple, de ce fameux antéchrist ou antichrist. C’est antichrist ou antéchrist ? C’est antichrist qu’on doit dire ou c’est antéchrist, t’sé ? Si c’est antichrist, ben, c’est un imposteur. Si c’est un antéchrist, peut-être que c’est un gars qui vient avant, ainsi de suite. Ça dépend comment est-ce qu’on le prend. Mais admettons qu’on parlerait de l’antichrist, qu’il y aurait un antichrist, dans les années… Quelqu’un ! Comme l’un ne pourrait pas durer très longtemps, parce que les forces spirituelles d’abord, les forces occultes spirituelles, les forces créatives verraient à travers le jeu, alors c’est pour ça que les gens qui s’inquiètent de l’antichrist… L’antichrist, c’est le dernier de mes problèmes parce qu’un Homme qui est le moindrement conscient voit venir de loin.

Mais lorsque cet être-là, cet éducateur, si vous voulez, ce civilisateur, si vous voulez, vient dans le monde, sa présence dans le monde serait tellement parfaite que l’Homme saura que tout est correct ! Mais à ce moment-là, les choses vont branler. C’est évident ! C’est évident, parce que tu ne peux pas t’obstiner avec un gars comme ça (rires du public).

RG : Mais encore une fois, Bernard, vous me faites penser à Saint Jean-Baptiste qui, dans le désert… BdM : Moi, je fais penser à St Jean-Baptiste, parce que je parle.

RG : Vous annoncez la venue prochaine de… BdM : J’annonce… J’annonce… J’annonce… J’annonce pas ! Je parle. Les gens disent que j’annonce. Vous, vous dites que j’annonce. Mais j’annonce pas, je parle. Je parle, je parle. Mais si vous dites que j’annonce quand je parle, là vous qualifiez mon “parlage”, comprends-tu ? Là, à ce moment-là, vous allez me mettre dans la catégorie de Jean-Baptiste. Vous me laisser rien que parler, puis vous laissez faire les étiquettes. À ce moment-là, ben, on va pouvoir se parler. C’est “touchy” les mots !

RG : Parce que tantôt, au cours de la première partie de la soirée, vous nous avez dit : Il est déjà né, cet Homme-là !

BdM : C’est évident, c’est évident qu’il est né, c’est évident. C’est évident qu’il est né. C’est normal Il n’est pas pour arriver à la dernière minute (rires du public). Les gens… Le monde, c’est comique du monde ! Les gens voudraient qu’il descendent d’une grosse soucoupe volante… Ça, c’est bon avec Spielberg. Il est bien fin Spielberg. Mais les choses ne se font pas de même ! Les choses ne se font pas de même. Et puis il y a des lois cosmiques. C’est parce qu’on ne connaît pas les lois cosmiques.

D’abord, on ne connaît pas les lois de transmutation. L’Homme ne réalise pas que la matière humaine doit être transmutée. Donc cet être-là, il faut qu’il vive la transmutation de ses corps ; il faut qu’il vive la transmutation de son corps matériel, son corps vital, son corps mental, son corps émotionnel, pour absorber cette énergie-là. C’est normal. Ça fait qu’il ne peut pas descendre de même. S’il fallait qu’il descende comme ça, ça irait trop vite, les choses. Il y a des lois cosmiques. Ensuite, eux autres pourront descendre sur leur “beam” (rayon) s’ils veulent. Mais c’est lui qui “run le show”. Eux autres, ils ne vont pas descendre tout de suite avant que lui donne le OK. C’est lui qui “run le show” !

RG : Vous nous avez déjà laissé entendre, dans d’autres conférences, en 1984, commencerait la manifestation des extraterrestres ?

BdM : J’ai déjà fait entendre quoi ? (rires du public).

RG : Que c’est en 1984 qu’on commencerait à avoir la preuve de – j’irais pas dire l’ingérence extraterrestre – mais de l’intrusion des extraterrestres dans notre civilisation ?

BdM : Oui, mais écoutez une minute ! Moi quand je parle là, il faut me prendre avec un grain de sel. Savez-vous pourquoi ? Parce que quand je parle, je ne parle pas toujours pour le monde. Des fois, je peux parler pour moi ou je peux parler que pour certaines personnes que je connais. Il y a des êtres sur la Terre qui ont une conscience suffisamment dédoublée pour voir ce qui se passe au niveau des Éthers. Alors si on dit : “Bon, ben, en 1984, l’ingérence des extraterrestres”… bababa bababa… Les gens, automatiquement, pensent que, houp il y en a un qui va descendre sur la Place Ville-Marie et puis il va se “parquer” là (rires du public). C’est ça qu’ils disent.

Alors si on parle à des gens qui sont occultes, qui ont un autre œil, qui ont une vision, qui peuvent voir sur d’autres plans, à ce moment-là, là ce n’est pas pareil. D’abord, les extraterrestres sont autour de la Terre depuis très, très, très longtemps. Ça fait que l’ingérence des extraterrestres, elle se fait depuis un certain temps, mais de là à en parler et puis à mettre ça sur les journaux, “les extraterrestres qui font ingérence avec la Terre”, là, à ce moment-là, ça donne une autre dimension psychologique au phénomène. Puis on n’est pas rendu à ce stage-là. Ça fait qu’en 1984, dormez bien sur vos oreilles. C’est ça, qu’il faut faire attention.

Moi je comprends, moi je comprends votre rôle. Vous avez un rôle intéressant, mais qui n’est pas facile. Vous avez un rôle qui vous permet de rendre public certaines choses. Parler à un public, à la télévision ou en masse, de certaines choses, telles que vous parlez, ce n’est pas facile, parce que c’est du matériel qui est délicat. D’un autre côté, moi en tant que personne, je dois minimiser le plus possible ce que je dis pour empêcher le plus possible que se sensibilise trop la forme de ce que je dis. Sans ça, c’est très facile de sensationnaliser ce que je dis.

Et ça, ce ne serait pas bon, de sensationnaliser ce que je dis, parce que ce que je dis, c’est jamais ça. C’est toujours d’autres choses. Moi, j’ai jamais connu d’initiés qui parlaient franc sur table. On ne peut pas. La parole est coupée en tranches minces, surtout en public, parce que, comme là je suis en train d’écrire là, c’est évident que quand j’écris, ce que j’écris, je suis obligé de le couvrir. Je ne peux pas l’écrire comme ça, bang, bang bang, parce que ça créerait des chocs. Peut-être plus tard, je vais jeter ce livre-là puis je vais en faire un autre. Puis je vais écrire, bang, bang, bang bang.

Mais on ne peut pas le faire, parce que l’Homme doit avancer progressivement dans la connaissance des mystères de la vie. Et laissez-moi vous dire que les mystères de la vie… Vous pensez que “La Cosmogonie d’Urantia”, c’est pesant ? Comment vous dites ça ? Sérieux, rêvé ? J’ai de petites nouvelles pour vous autres. “La Cosmogonie d’Urantia”, c’est de la papillote, mais c’est un grand livre, c’est un beau livre…

Tu sais quand j’explique que la parole, la parole, c’est du feu, donc la parole étant du feu, elle brûle, puis elle brûle, puis elle brûle quoi ? Elle brûle la mémoire. Donc, comment ? En créant des chocs. C’est pour ça que dans les années qui viennent, surtout quand certaines littératures vont sortir là, il va falloir que les mots soient bien pesés, parce que ça demande du discernement. Toujours. D’ailleurs, il y a toujours du discernement dans la parole. Il faut protéger l’Homme ! Les Hommes doivent être protégés.

Il ne s’agit pas pour les gens qui sont occultes, de faire valoir ou faire sortir dans le monde ce qu’ils pensent qu’ils savent. Parce qu’il y a une grande différence entre savoir puis penser qu’on sait. Grande différence ! Moi, quand j’entends des voyants ou des gens qui ont une certaine précognition, te dire : “Bon, ben, ta belle-mère, elle va mourir le 27 là”… T’es triste pour la belle-mère, t’es triste pour un autre… Tu ne parles pas au monde de même ! Le monde, l’Homme, l’émotion de l’Homme est suffisamment fragile, il faut que tu le protèges l’Homme… Contre les trop grands chocs.

Quand tu crées un choc à l’Homme, il faut que ce soit bien vécu, ce choc-là, il faut que ce soit constructif, il faut que ce soit créatif, il faut que ça l’amène à une plus haute conscience, pas à une dépression ! Ça fait que savoir, ça fait partie… Il y a une chose que je suis content, c’est que moi, personnellement, je suis un niaiseux. Le fait que je suis un niaiseux, que je n’ai pas de mémoire, que je ne suis pas dans mon intellect, c’est une sécurité pour l’Homme. Quand la parole elle passe, elle passe d’une façon suffisamment purifiée de l’égoïcité, qu’à ce moment-là elle passe dans son temps, puis elle dit ce qu’elle a à dire, et les Hommes voient lentement, graduellement, sans tomber dans des thromboses coronaires.

Les temps sont assez durs comme ils sont, et on doit protéger, et vous, vous avez une grande responsabilité, parce que je n’ai pas fini de parler avec vous. Je vais parler avec vous pendant des années de temps. Même si je ne suis pas ici avec vous, je vais parler avec vous pareil. Alors il y a des choses qui vont être amenées dans le public éventuellement, puis on a la responsabilité en tant qu’être, d’amener dans le monde de la connaissance, mais de l’amener, cette connaissance-là, avec un très grand amour pour l’Homme, avec une très grande conscience pour l’Homme et une très grande délicatesse pour l’Esprit de l’Homme, qui est très fragile aujourd’hui.

C’est la seule condition qui me permettrait, moi, de continuer à donner de la connaissance ouvertement dans le public. Sans ça, la parole, elle va couper nette, puis je n’ai pas de pouvoir sur ça. Tant qu’il y a des gens qui peuvent amener ma parole dans le public avec aisance, avec politesse pour l’Esprit de l’Homme, avec respect pour l’Esprit de l’Homme, sans caricaturiser trop la forme, simplement pour amener l’Homme, petit à petit, à sortir des couches très denses de son ignorance, à ce moment-là elle passe, elle passe, elle passe.

Un homme comme moi peut parler indéfiniment, je peux écrire indéfiniment, mais il faut que ce que nous faisons ensemble, vous, moi, ou moi et d’autres personnes, qu’on le fasse toujours avec la notion que l’émotion de l’Homme est très grande et que la souffrance de l’Homme peut être très très grande quand il est mis en face de la réalité. La réalité, ce n’est pas quelque chose qui se conçoit, c’est quelque chose qui se vit et ceux qui sont dans l’initiation solaire, aujourd’hui, qui vivent la réalité sur le plan vibratoire, savent très bien ce que je dis. On rentre dans un nouvel âge et les Hommes doivent être “tuner”, “tuner”, autrement dit syntonisés dans leur mental.

Et l’initiation solaire, ça change la vibration des neurones, ça change toute la personnalité de l’Homme, ça change tout l’être intérieur de l’Homme. C’est extraordinaire. Mais ça ne peut pas partir de l’ego. Ça ne part pas du plan des vaches, ça part d’en haut. Alors on a des grandes responsabilités. Après 1984, 1985, 1986, 1987, on a une grande responsabilité, ceux qui dans le monde, travaillent occultement.

Et ceux qui, dans le monde, travaillent avec ma personne, pour amener dans le monde de la connaissance, on a la responsabilité d’être très très à point et de chercher le plus possible à amener cette connaissance, mais d’une façon intelligente, jamais d’une façon sensationnelle, jamais d’une façon égocentrique, pour le bénéfice de notre ego, mais toujours pour le bénéfice de l’humanité, de l’Esprit de l’Homme.

RG : Est-ce qu’on peut croire que les enfants seront les premiers à manifester cette altération du cerveau, du comportement ?

BdM : Oui. Les enfants, surtout les enfants de parents conscients seront les premiers, parce que la conscience… Il y a une continuité dans la conscience. Alors les gens conscients donneront naissance à des enfants qui deviendront conscients et ça continuera comme ça, mais un enfant inconscient ne peut pas demeurer inconscient s’il est avec des parents conscients. Donc automatiquement, la chaîne elle est là. Mais vous ne pouvez pas avoir un enfant conscient naissant de parents inconscients. Il faut qu’il y ait une communication quelque part. Il faut qu’il y ait un lien vibratoire, parce que c’est au niveau de la parole.

Donc l’enchaînement de la sixième race-racine sera au niveau des couples conscientisés qui auront des enfants conscientisés, qui donneront naissance à des enfants où l’éducation nouvelle, la nouvelle psychologie, la nouvelle éducation, la nouvelle science, la nouvelle façon d’élever l’enfant, la nouvelle façon de permettre à l’enfant de demeurer en contact avec lui-même, ainsi de suite, pour ne pas perdre contact avec sa personne, ou pour le bénéfice de sa personnalité, ces êtres-là créeront la chaîne.

Je suis en train présentement d’expliquer en profondeur, le phénomène de l’homosexualité, et beaucoup de gens dans le monde ne comprennent pas. Des gens qui sont homosexuels ou des gens qui ne le sont pas, ne comprennent pas ce phénomène-là, et c’est très temps que ces êtres-là comprennent ce phénomène-là. Et quand ils le comprendront, ils le vivront bien, il y aura évolution et il y aura transformation chez eux. Aucun être sur la Terre ne peut être coincé dans une matrix de moralité catégorique et historique. La vie de tous les Hommes est importante.

L’expérience de tous les Hommes sur la Terre est importante, mais les Hommes doivent en arriver à comprendre leur expérience. Et quand ils comprennent leur expérience, à ce moment-là, ils commencent à rentrer dans la conscience de leur expérience, et éventuellement, s’il doit y avoir altération dans leur comportement, il y a altération.

Donc la connaissance… Et je sais que quand ce travail va être lancé dans le public, ça va créer des remous, parce que d’abord il y en a qui vont penser que je suis homosexuel. Ils vont dire : “C’est pas possible que ce gars-là parle d’homosexualité, s’il n’en est pas un”… bababa bababa… Et ça continue de même, parce qu’il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas le phénomène de la fusion. Pour moi, parler de l’homosexualité ou parler des prêtres ou des sœurs ou des jésuites ou des curés ou des extraterrestres, pour moi, c’est la même chose. “That’s it” !

Si je parle ou si je mets ma personne dans le public et que je l’accoste, cette personnalité-là, en relation avec un domaine de connaissance qui est plus ou moins vu d’un bon œil dans le public en général, autrement dit je mets ma personnalité en jeu. Et si je mets ma personnalité en jeu pour l’évolution de la pensée de l’Homme, pour l’évolution de la conscience de l’Homme, c’est pour que les Hommes bénéficient de ce que j’ai à dire, et non que les Hommes me jugent ou me prennent, ou me catégorisent dans une expérience quelconque qui n’est pas la mienne. C’est comme ça que les Hommes m’empêcheront de parler.

Et si les Hommes m’empêchent de parler, je parlerai à des cercles plus fermés, à des groupes plus fermés et la conscience, la connaissance, l’instruction mondiale demeurera dans des groupes fermés. Et ce ne sera pas de mon vouloir, ce sera de l’incompétence psychologique de l’Homme de pouvoir accepter le fait qu’un Homme, quelque part, un drôle de moine, soit capable de parler de n’importe quoi.

RG : Merci Bernard de Montréal. (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut