RG-36a Les origines de l’Homme

“RG : Bernard de Montréal bonsoir. Bienvenue à cette conférence du début du mois de Mai 1982. “Aux origines de l’Homme”, aux origines de ce que l’on appelle l’humain, l’Homme, mais ça veut dire l’être humain en général. Dans ses apparences actuelles d’Homo sapiens, dans ses apparences très anciennes …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.

Première partie

Richard Glenn (RG) : Bernard de Montréal bonsoir. Bienvenue à cette conférence du début du mois de Mai 1982. “Aux origines de l’Homme”, aux origines de ce que l’on appelle l’humain, l’Homme, mais ça veut dire l’être humain en général. Dans ses apparences actuelles d’Homo sapiens, dans ses apparences très anciennes d’Homo erectus ou de Néanderthalien ou de Pithécanthropien jusqu’à aujourd’hui, l’Homme a évolué. Puis s’il évolue, on peut admettre qu’il y a des êtres qui sont surévolués par rapport au niveau actuel de l’Homme. Si on parle des origines de l’Homme, derrière, autour, au-dessus de l’Homme, il y a des êtres non pas humains qui seraient là, témoins, pour ne pas dire créateurs de l’Homme, mais au moins témoins, et qui ont aussi des capacités supérieures à celles de l’Homme, et qui ont l’air de prendre un malin plaisir à laisser toujours dans l’évolution de l’humanité des “up and down” (des hauts et des bas), des moments où la civilisation florissante arrive à un apogée. Lémurie : destruction. Nouvelle civilisation d’Atlantide : destruction. Civilisation Indo-Européenne : destruction. Alors là je demande à Bernard qui est un type “contacté” : On va jouer à ça combien de temps, au “yoyo” ?

Bernard De Montréal (BdM) : Qu’est-ce que vous me demandez ? (rires du public).

RG : Pour qu’il y ait continuité dans l’évolution, il semble absolument – et ça me paraît absurde – qu’il y ait destruction ; pour que l’on puisse monter dans une échelle, il semble qu’il faille absolument laisser un échelon pour passer à l’échelon suivant, ce qui me semble absurde. Parce que le corps qu’on a actuellement, c’est le même corps que nos néanderthaliens avaient, donc on ne laisse pas et on n’abandonne jamais les acquis du passé, mais on rajoute quelque chose de nouveau. On transforme le passé mais on le conserve.

BdM : Mais qu’est-ce que vous me demandez ? (rires du public).

RG : Je vous demande pourquoi la roue du Samsāra existe ? Pourquoi tout est cyclique ?

BdM : Tout est cyclique parce que les cycles… D’ailleurs, quand on dit que tout est cyclique ce n’est pas vrai. Il y a des niveaux d’évolution dans le cosmos où les cycles n’existent pas. Là où il est vrai que les cycles existent, comme par exemple dans le cas de l’évolution de l’Homme, ces cycles existent parce que l’Homme n’est pas suffisamment conscient pour entraver, pour neutraliser les forces qui cherchent à le dominer et à le maintenir prisonnier de la matière.  Et à cause de cette impuissance de l’Homme de contrôler ses forces vitales, ses forces mentales, éventuellement il les perd, et comme la civilisation est une composante de plusieurs unités biologiques humaines, la civilisation aussi perd de sa force vitale. Dans le passé – si nous regardons l’évolution de l’Homme à partir du point où l’Homme est devenu racial – il a été essentiel que l’Homme développe des capacités de plus en plus perfectionnées.

De là, le cycle de la Lémurie qui a permis à l’Homme de développer le corps éthérique, le corps vital. Ensuite le cycle de l’Atlantide qui a permis à l’Homme de développer le corps astral qui est devenu le centre de ses émotions. Et ensuite comme vous dites, la race Indo-Européenne – à partir des Rishis – après la destruction de l’Atlantide avec ses multiples civilisations, qui a permis à l’Homme de développer un corps mental inférieur qu’on appelle aujourd’hui l’intellect rationnel de l’Homme moderne.

Et il vient un autre cycle où l’Homme sera obligé de développer un corps supérieur qu’on peut appeler, pour en donner une sorte de définition ou de conception, “le corps supramental”. Et ensuite ce cycle aussi cessera et l’Homme développera d’autres capacités. Et ensuite ce sera la fin des cycles sur la planète Terre.

Mais après ce stage, même avant ce stage – parce qu’avec la nouvelle civilisation qui vient après la destruction du cycle de la civilisation Indo-Européenne – l’Homme commencera à comprendre les lois des cycle, c’est-à-dire que l’Homme commencera à comprendre et à réaliser l’importance de développer ce que l’on peut appeler la conscience atomique, c’est-à-dire la capacité de son Esprit de comprendre parfaitement les lois cycliques qui affectent la matière, qui affectent l’émotion, qui affectent le corps vital et qui affectent le corps mental.

Et lorsque l’Homme aura cette conscience, cette partie de lui ne sera plus affectée par les cycles de vie parce que cette partie de lui sera libre du corps matériel, de sorte que la civilisation matérielle continuera à évoluer selon la loi des cycles, mais l’Homme lui, ne perdra pas conscience parce que sa conscience ne sera plus affaiblie par le matériel, le vital, l’émotionnel et le mental inférieur, l’Homme maintiendra conscience permanente, et il continuera en état de fusion à travailler et à évoluer, et à perfectionner le cosmos humain en dehors des Lois de cycle du Saṃsāra.

Les Hommes… Quand je parle de l’humanité… La conception occulte, ou la conception voilée, ou la conception réelle de l’évolution de l’Homme ne peut pas être fournie par les preuves accablantes d’une science cartésienne, parce que la science cartésienne travaille avec des éléments matériels. La science cartésienne ou la science d’aujourd’hui ne travaille pas encore avec les éléments subtils de l’être humain.

Bien que depuis quelques années à l’aide de la photographie Kirlian qui a été développée en Russie, on commence à s’apercevoir qu’effectivement l’Homme est beaucoup plus que simplement un agrégat chimique ou biochimique, mais qu’il y a à l’intérieur de cette chimie, de cette composante naturelle, des éléments, des champs de force qui ont été photographiés, et qui avec le temps – plus la technique sera raffinée – plus l’Homme découvrira qu’effectivement il est fait de champs de force dont le vital, dont l’émotionnel, dont le mental, dont le supramental, ainsi de suite. Ce sont des champs de force qui peuvent être réalisés, qui peuvent être perçus par une science de plus en plus avancée.

Et si nous regardons le phénomène de l’involution, si nous regardons le phénomène de l’origine de l’Homme, il n’est pas nécessaire pour nous de retourner dans un passé très vaste de quatorze ou quinze millions d’années où les formes, où la forme humaine était à son stage primitif. Il suffit de voir qu’à un certain point – dans la courbe de cette évolution – il fut nécessaire qu’un champ de force plus perfectionné qu’on peut appeler le corps vital humain, fut introduit dans une forme primitive qu’on appelle l’australopithèque ou les autres titres qu’on a donné aux ossements qui demeurent. Et ce champ de force a créé une mutation dans ces formes primitives, et c’est à partir de ce moment-là, qu’on peut dire que l’Homme est sur la Terre.

Et d’où vient ce champ de force ? D’où vient ce corps qui, une fois imprégnant la matière solide de l’Homme, a donné un autre courant à l’évolution biologique ? Eh bien, ce champ de force a été créé par des Intelligences qui évoluent dans des mondes parallèles. Ce qui nous empêche, nous les Hommes sur le plan matériel, de développer une conception suffisamment vaste, et suffisamment précise et profonde pour comprendre le phénomène humain, c’est que nous n’avons jamais accepté, probablement à cause de notre orgueil intellectuel qui est le résultat de la pesanteur de nos sens sur notre Esprit, nous n’avons jamais accepté que derrière la matière il y a des mondes, des mondes extrêmement évolués d’où l’Homme vient, d’où nous venons en tant qu’Esprits.

Et nous n’avons jamais réellement compris le phénomène de l’Esprit ou la nature de l’Esprit. Nous employons le terme “Esprit” à gauche et à droite pour des raisons philosophiques mais qu’est-ce que ça implique le mot “Esprit” ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Et tant que nous sommes dans la matière, le mot “Esprit” a pour nous une connotation très vague, très ambiguë, d’une énergie qui peut ou ne peut pas être intelligente, qui peut ou ne peut pas être constructive dans un sens parallèle que nous pouvons retrouver sur le plan matériel.

Si nous sommes un peu plus intuitifs et que nous allons dans le monde des rêves, et si nous sommes un peu plus sensibles et que nous allons dans le monde de l’astral, nous voyons très bien qu’il existe des mondes où des entités… Des Hommes sont vêtus, existent dans des villes, dans des cités, existent dans des environnements qui ne sont pas régis par les lois de la gravité, mais qui sont régis par les lois de l’esprit de ces mondes, comme le monde de la matière est un monde régi par les lois de l’esprit de la matière, dont la gravité est une expression.

Et automatiquement, nous commençons à voir et à nous apercevoir que la relativité absolue de la capacité de la matière de trancher la question vis-à-vis de l’origine des mondes, ou vis-à-vis de l’origine de l’Homme, est une relativité totalement psychologique qui est fondée sur notre incapacité émotive d’absorber en nous sur le plan mental, l’impossible.

Et parce que nous sommes incapables d’accepter l’impossible, nous sommes incapables de développer une science de l’Esprit suffisamment précise, pour nous donner une idée suffisamment grande, et vaste, et précise, et même profonde, de la réalité de l’Homme, de la réalité du cosmos, de la réalité des mondes parallèles. Et ceci est triste parce que ça nous empêche, nous les Hommes, de réellement bien comprendre la vie, de bien comprendre la mort, de bien comprendre l’immortalité, de bien comprendre le pouvoir extraordinaire de la vie dans tous les cosmos et à toutes ses échelles.

De sorte que nous nous appauvrissons dans notre Esprit et il ne nous reste plus grand-chose qu’un simple squelette philosophique, ou psychologique, ou théologique, qui ne nous donne plus à un certain point, le support dont nous avons besoin pour réellement comprendre l’évolution de l’Homme.

Et pour cette raison l’Homme doit passer à un autre stage d’évolution, c’est-à-dire que le cycle qui lui a fourni certains instruments rudimentaires pour développer une science ou une psychologie doit être éventuellement arrêté, afin que l’Homme puisse aller plus loin dans la découverte de l’infinité, dans la réalisation de l’impossible, s’il veut un jour ou l’autre sortir de cette masse ténébreuse qu’est la philosophie scientifique humaine du vingtième siècle, pour réellement commencer à explorer les domaines extraordinaires et infinis de l’Esprit, dont lui fait partie.

Mais pour que l’Homme fasse ceci, il faut qu’il puisse changer, c’est-à-dire qu’il faut que son attitude psychologique, philosophique, son lien émotif à la pensée et la carrure de sa pensée et son pouvoir sur son émotion, soient un peu déliés, pour permettre à une autre partie de lui qui est supramentale, qui est au-delà du mental, qui est au-delà de l’émotif, puisse pénétrer en lui et se jouer des différents facteurs illusoires de son émotion et de sa pensée, pour commencer à l’instruire dans la réalité des mondes parallèles où existent le connu et l’inconnu, où existent le passé et l’avenir, et où sont construits en toute perfection les plans d’évolution de toutes les humanités, de toutes les races, de toutes les sciences, de tous les cosmos à venir, par des êtres qui ne sont pas liés par les lois de la matière, mais qui font partie des lois de ce que les Hommes appellent la lumière, mais que les Hommes un jour appelleront les lois de l’énergie qui font partie de la conscience atomique de l’Intelligence.

Et cette conscience atomique de l’Intelligence, elle descend sur tous les plans du cosmos et elle se manifeste dans la matière, et elle lui donne son intelligence, son organisation. Elle descend dans les plantes et leur donne aussi son intelligence d’organisation. Elle descend dans l’animal, elle descend chez l’Homme et à un certain moment voilà que le cycle ancien de la cinquième sous-race Indo-Européenne tire à sa fin. Un nouveau cycle commence.

Et à ce moment-là, cette intelligence cette conscience atomique pénètre dans l’Homme mais lorsqu’elle le fait, l’Homme doit payer le prix. Et le prix c’est de pouvoir passer d’une marche à une autre afin de laisser derrière lui celle qui l’a aidé jusqu’ici, pour gravir l’autre qui l’aidera dans l’avenir.

L’Homme ne peut pas se permettre… Nous sommes au vingtième siècle aujourd’hui, nous sommes en 1982 et nous avons vu depuis disons une cinquantaine ou une soixantaine d’années, une phénoménalisation extraordinaire du pouvoir créatif et inventeur de l’Homme. Nous avons réalisé des choses à l’intérieur d’une centaine d’années qui auraient défié l’imagination de l’Homme du dix-neuvième siècle. Et l’Homme du dix-neuvième siècle aurait dit : “Tout ceci c’est de la fantasmagorie, c’est de la magie”… Mais au vingt-et-unième siècle, au vingtième siècle, à la fin du vingtième siècle, avec toute notre science extraordinaire, nous sommes exactement dans une relation parallèle équivalente, avec la science du vingt-et-unième, vingt-deuxième, vingt-troisième siècle.

De sorte que l’Homme apprendra, lorsqu’il aura passé le stage de la raison et le stage de l’expérimentation scientifique, et qu’il aura passé au stage de l’Intelligence pure, créative, où l’expérimentation scientifique n’existe plus, mais où l’application des lois conscientes, des lois de la nature est automatiquement intégrée à son pouvoir de vision, l’Homme verra que ce qu’il a développé à la fin du vingtième siècle n’était que des jouets d’enfants, un peu comme l’Homme du vingtième siècle regarde en arrière au dix-neuvième et voit qu’à l’intérieur de cent ans il y a eu une progression extraordinaire dans le domaine de la science.

Mais les Hommes ont une faiblesse foncière c’est qu’ils sont orgueilleux. Et les Hommes plus orgueilleux sont les scientistes. Les quelques scientistes qui ne sont pas orgueilleux, ce sont réellement les grands scientistes. Et il n’y en a pas beaucoup sur la Terre de grands scientistes, des gens qui étendent dans le front de l’humanité une marque qui fait que l’Homme est obligé de suivre cette marche, je parle des Einstein par exemple ou d’autres.

Et ces gens-là, ce sont de grands Hommes et ils n’ont pas la préconception philosophique ou scientifique des autres scientistes de moindre valeur. Ce sont des gens qui savent et qui ressentent, et qui souvent ne disent pas tous leurs secrets parce que les grands scientistes du monde riraient. Alors souvent ils gardent en eux le secret de leur intelligence et souvent ils savent, et nous le lisons souvent des années après dans leur biographie – comme dans le cas des grands écrivains Voltaire, Hugo et d’autres – qu’effectivement l’inspiration de leur science, de leur talent, de leur génie, leur venait d’ailleurs.

Alors si cette inspiration leur venait d’ailleurs, elle venait d’où ? Eux le savent ! Le temps où ils ont exposé à l’Homme leurs doctrines, ils ne pouvaient pas parce que l’Homme était encore extrêmement primitif dans son intelligence rationnelle, ils ne pouvaient pas expliquer à l’Homme le secret de leurs pensées. Mais depuis quelques années, nous nous apercevons qu’il y a des êtres un peu plus entreprenants dans le monde qui commencent à faire de la recherche dans le domaine de ces écrits. Et nous retrouvons ici et là des allusions à un contact quelconque avec l’intangible, avec l’invisible, avec une forme quelconque d’intelligence.

Et demain au vingt-et-unième siècle – à cause du fait que l’Homme aura pénétré dans une nouvelle évolution et que son mental aura subi une mutation qui sera dictée par les lois de l’évolution et non par le désir de l’Homme – l’Homme s’apercevra que ces grands Hommes du passé, ces Michel-Ange, ces Léonard de Vinci, ainsi de suite, étaient des Hommes un peu à l’avant-garde qui étaient en contact avec l’invisible, qui en ont gardé souvent le secret ou qui n’en ont pas compris l’expérience, et qu’au vingt-et-unième siècle, cet état d’esprit de l’Homme commencera à se diffuser dans le monde et se répandra et créera une nouvelle civilisation ; et qu’à la fin de ce cycle qui sera la septième race, cette condition de l’esprit humain sera mondiale.

Et lorsque l’Homme aura reconnu mondialement que la matière est dominée par les Intelligences des gouvernements invisibles, qu’il existe dans les gouvernements invisibles des lois qui s’approprient le domaine de l’Homme comme sur la Terre il y a des lois qui s’approprient du domaine de l’Homme par les gouvernements de la Terre, l’Homme comprendra qu’effectivement le matériel n’est qu’une condition extrêmement dense de l’invisible, que le matériel n’est pas aussi réel que l’invisible, que l’Homme vient de l’invisible, que l’Homme doit retourner à l’invisible mais non pas par la mort, mais par l’établissement d’un trait d’union entre sa conscience mentale et sa conscience supramentale pour qu’il puisse une fois pour toutes – et je reviens à votre question du début – pour que l’Homme puisse une fois pour toutes cesser de mourir et retourner à la Terre ; prendre conscience et prendre contrôle de sa destinée, c’est-à-dire prendre contrôle de son corps matériel, prendre contrôle de son corps vital, émotionnel et mental, et augmenter le pouvoir de vie en lui afin qu’il puisse continuer l’évolution dans un état de conscience immortelle. Et ça, c’est un petit peu le portrait.

RG : L’Homme est là ! Et les êtres qui viennent des plans de l’énergie qui ont provoqué, qui ont permis que l’Homme soit, et si ces êtres du plan de l’énergie ont permis que l’Homme soit, est-ce que c’est pour qu’un jour l’Homme arrive à eux ? Ou pour que l’Homme soit toujours en dessous d’eux ?

BdM : L’Homme a été créé de cette façon. L’Homme a été créé en vertu du fait qu’avec l’évolution de ses principes : éthérique-vital-émotionnel-mental-supramental, il puisse un jour être suffisamment préparé, perfectionné en tant qu’unité biologique pour travailler avec ces êtres. Ces êtres ne peuvent pas descendre dans la matière. L’Homme ne peut pas aller dans leur monde.

Alors le lien entre ces êtres, ces intelligences et l’Homme, devait se manifester par la création des conditions permettant à un être biologique, éventuellement, de donner la capacité de penser et éventuellement donner la capacité de ne plus penser, mais absorber directement le courant d’énergie de l’intelligence en lui afin qu’à un certain moment de l’évolution de l’Homme, il puisse se créer sur la Terre ce que nous appelons la fusion, c’est-à-dire le lien entre le plus haut plan de vibrations et le plus bas plan de vibrations ; afin que toutes les échelles cosmiques de la réalité de l’énergie puissent être réunies dans une conscience inférieure à la leur, sur le plan de la perfection, mais aussi importante que la leur sur le plan de la construction.

Et l’Homme est le véhicule et le porteur de cette énergie mais il ne peut pas porter cette énergie tant qu’il n’est pas préparé. Alors la préparation de l’Homme c’est l’évolution ou c’est l’involution. Et cette involution est très longue, elle a pris de nombreux siècles, elle a pris des millénaires avant de se développer. Et naturellement l’Homme aujourd’hui, contrairement à l’Homme d’il y a sept, huit, neuf-cents ans dans le passé, l’Homme aujourd’hui est arrivé à une sorte de psychologie d’autosuffisance, à cause du fait qu’il a été capable de commencer à contrôler un peu les aspects de la matière et à se donner un peu dans sa vie matérielle, un bien-être qui puisse correspondre avec son intelligence, ce qu’on appelle la science moderne.

Mais là où l’Homme a fait l’erreur, c’est que l’Homme n’a pas réalisé que tout ce qu’il a fait dans le passé et tout ce qu’il fait aujourd’hui est géré par des Intelligences sur les autres plans. Et si l’Homme réalisait ceci dans son intelligence, à ce moment-là l’Homme comprendrait ce que veut dire l’évolution. Mais comme l’Homme ne comprend pas ceci – au lieu de bénéficier directement de l’énergie de ces Intelligences dans son mental supérieur qu’on appelle le supramental – il est obligé de percevoir cette énergie à travers un système de filtration que j’appelle la conscience astrale de l’Homme, le monde astral.

De sorte que ce qu’il reçoit – l’Homme sur le plan matériel – en tant qu’information intelligente qui culmine dans les plus grands exploits de la pensée philosophique ou de la pensée scientifique, est toujours coloré par sa passion, par son humanité, par son émotion. De sorte que l’Homme peut aujourd’hui mettre de très grandes choses à la disposition de l’Homme, mais à cause de cette passion humaine viscérale qui fait partie de son humanité qui n’est pas encore complète, il colore l’énergie de cette intelligence, et automatiquement éventuellement se détruit.

Si l’Homme n’avait pas autour de lui ce champ de force que nous pouvons appeler “la conscience astrale” ou que souvent j’appelle “le périsprit” – qui est une conscience faite d’émotivité et de pensées subjectives – cette énergie qui est pure pénètrerait en lui et alimenterait un autre circuit de forces. Et à ce moment-là l’Homme saurait précisément parfaitement ce qu’il doit faire et comprendrait parfaitement les lois de la matière, les lois de l’évolution de la matière, les lois de dégradation de la matière.

Et il pourrait créer une science qui est parfaite et qui continuerait pendant des siècles et des millénaires à se parfaire, de sorte que l’Homme serait à un stage dans un très petit nombre d’années ou de siècles… Que nous retrouvons lorsque nous prenons conscience ou connaissance que des êtres venant d’autres plans ou d’autres mondes parallèles possèdent des sciences absolument extraordinaires comparées avec la nôtre, et qu’ils défient les systèmes les plus avancés de l’avant-garde scientifique paramilitaire d’aujourd’hui.

Et elle est là la question. Pourquoi ? On me dit souvent : “Pourquoi il n’est pas donné ceci à l’Homme”… Ceci n’est pas donné à l’Homme parce que l’Homme n’est pas complet, parce que l’Homme possède encore trop en lui de sa nature animale. L’Homme possède encore trop de passions qui sont liées à sa conscience astrale et qui brouillent l’Intelligence. Et s’il était donné aujourd’hui à l’Homme de ces connaissances venant de l’Intelligence de la conscience atomique universelle à laquelle lui-même a accès, il détruirait sa civilisation d’une façon plus rapide qu’il peut le faire avec les armes atomiques, parce que le pouvoir de son intelligence serait accru au centuple et automatiquement le pouvoir de destruction serait équivalent.

De sorte que les gouvernements invisibles se refusent d’entrer en contact avec l’Homme et de lui donner accès à cette conscience atomique qui veille sur la correspondance parfaite de toutes les retenues vibratoires entre l’atome et les plans de sa manifestation, que ce soit le matériel, le vital, le mental et l’émotionnel. (Coupure enregistrement) (Reprise en cours)… (…) Collectivement parlant, mais l’Homme en tant qu’individu sera totalement individualisé, aura découvert complètement son identité, c’est-à-dire qu’il aura finalement commencé à vivre d’une façon mentale et émotive très stable, à cause du pouvoir télépathique établi entre lui et la conscience qui se manifeste sur le plan supramental.

Mais il est évident que si cette Intelligence descend sur le plan de l’Homme, elle bouscule un peu l’Homme parce que l’Homme fonctionne en fonction d’une mémoire qui est totalement composée de facteurs émotifs et intellectuels ou raisonnables. Et pour que cette Intelligence puisse pénétrer en lui sans le rendre fou, elle doit le préparer petit à petit afin de transmuter, de changer ce corps émotionnel, de changer sa vibration, changer le corps mental, changer le corps vital, changer le corps physique lentement mais sûrement.

Et un jour lorsque les circuits d’énergies sont bien intégrés, que tout le phénomène neuronique de l’Homme, neurologique de l’Homme, est bien stabilisé, l’énergie pénètre, et l’Homme est automatiquement en contact de fusion avec cette Intelligence. Et là il peut commencer à créer selon les besoins de son intelligence, ce dont il a besoin pour conquérir la matière et devenir éventuellement maître des forces de la vie sur le plan matériel.

RG : À le regarder évoluer l’Homme, on dirait qu’il y a une disproportion entre ses capacités mentales et ses capacités intellectuelles ?

BdM : Bon. Il y a une disproportion extraordinaire entre ce que j’appelle l’Intelligence Réelle et l’intelligence subjective. L’Intelligence Réelle n’appartient pas à l’Homme, c’est une énergie qui coule en lui, et lui il est un canal et elle coule. Tandis que l’intelligence intellectuelle, l’intelligence subjective, la mentation subjective de l’Homme fait partie du travail de son ego, fait partie de son effort personnel, fait partie de sa recherche, et est le produit d’une grande quantité d’énergie qu’il met à la disposition de lui-même et qu’il puise dans son émotivité et dans son mental pour essayer de comprendre sa vie, la vie, l’univers, ainsi de suite. Et ceci est très louable et c’est ce qui a permis à l’Homme de progresser mais ce n’est pas la fin.

Et l’Homme à la fin du vingtième siècle doit ou sera obligé de reconnaître bon gré mal gré, qu’il y a en lui un autre niveau d’intelligence sur lequel il n’a aucun pouvoir, sur lequel il ne peut pas imprimer sa mémoire. C’est une intelligence dans laquelle la mémoire n’existe pas. Cette intelligence, elle est mémoire et elle se canalise dans l’Homme lorsque, comme je l’ai dit tout à l’heure, il est capable au niveau émotif et mental de l’absorber.

Vous savez, dans le passé il existait des sociétés secrètes, il existait des sociétés ésotériques, des sociétés anonymes. Ces sociétés ont été le noyau de certaines Fraternités qui ont été à la base même de l’organisation technique, technologique, philosophique, de toutes les civilisations. L’Atlantide… Qans retourner à l’Atlantide nous pouvons parler de la Perse, de l’Égypte, sans parler des Indes, nous pouvons parler des Rose-Croix, nous pouvons parler des sociétés européennes, des Francs-maçons. Il y a eu d’une façon constante et permanente des liaisons entre ces Fraternités, et ces Fraternités étaient secrètes parce que dans ce temps-là il n’existait pas beaucoup de tolérance dans le monde.

Les Droits de l’Homme n’avaient pas été établis par les Chartes internationales que nous connaissons depuis la Révolution Française, depuis la Révolution Industrielle en Angleterre, et automatiquement ces Homme qui avaient une sorte de brillance, une sorte de sensibilité, étaient obligés de cacher un peu la lumière qu’ils avaient. Mais aujourd’hui à la fin du vingtième siècle, lorsqu’il a été établi de par les nations les plus avancées dans l’étude du droit personnel – je ne parle pas des nations communistes – il a été établi que l’Homme a un droit, et que ce droit doit être respecté par la société, par la collectivité.

De sorte qu’aujourd’hui ces Fraternités n’ont plus la même importance qu’elles avaient dans le début. Au début, l’importance qu’elles avaient, c’était d’empêcher que se perdent des connaissances que la masse en général – qui dans ces temps-là n’était pas très éduquée – ne pouvait pas comprendre. Mais aujourd’hui maintenant que nous avons des Universités, maintenant que nous avons une condition de vie qui est extrêmement relaxe comparée avec le passé sur le plan des idées nouvelles, ces sociétés n’ont plus la même fonction.

Et éventuellement ces sociétés n’auront plus de fonction parce que l’Homme, l’individu, sera lui-même dans ce secret. Pourquoi ? Parce que l’individu lui-même sera en communication télépathique avec l’invisible, de sorte que lorsque l’Homme est en communication télépathique avec l’invisible, il n’a plus besoin de sociétés. Il peut, s’il veut, s’organiser en une société, mais tous les gens de cette société seront dans la même intelligence, et automatiquement ils œuvreront dans un domaine qui leur sera dicté par l’Intelligence de ces gouvernements-là. Et ça, c’est l’évolution de la nouvelle race qui viendra au vingt-et-unième siècle, ainsi de suite.

Je ne déplore pas que des choses dans le passé aient été cachées parce que je conviens très bien, avec des dispositions, que l’Homme dans ce temps-là, dans ces temps-là, n’était pas prêt. Il n’était pas disposé émotivement et mentalement à commencer à regarder de trop près certaines choses parce qu’il aurait été déboussolé. Il fallut que l’Homme développe l’éducation, que l’Homme puisse apprivoiser la connaissance, que l’Homme puisse entrer dans des domaines qui, auparavant, étaient réservés à des initiés.

Mais maintenant que les masses mondiales ont accès à tout le matériel qui provient du passé ou qui est mis à la disposition aujourd’hui, il n’y a plus de raison pour que des secrets soient maintenus au-dessus de la tête de l’Homme.

Mais il y a des conditions extrêmement rigides qui sont établies par les forces de l’Intelligence qui pénètrent dans l’Homme et qui ne permettent pas à l’Homme d’être dans cette énergie avant un certain temps, parce que justement, à cause de l’Intelligence de ces forces, à cause de leur compréhension de la nature chimique, électromagnétique, vibratoire de l’Homme, ces forces savent très bien que l’Homme ne peut pas supporter inconséquemment de savoir trop de choses, tant qu’il possède encore en lui le fameux mécanisme de la raison, qui est un mécanisme de réflexion, qui entrave le travail naturel de son émotivité et de son intellect.

Alors tant que l’Homme vibre, tant que l’Homme peut souffrir émotivement de ce qu’il sait dans la tête, il doit être protégé. Et il est protégé aujourd’hui et demain par les lois vibratoires de l’Intelligence universelle. Et c’est pour ça que les gens qui commencent lentement dans cette évolution et qui en prennent conscience, ne peuvent pas aller plus rapide que le temps, et ils réaliseront – ils reconnaîtront au fur et à mesure qu’ils avancent – la grande sagesse qui existe dans le travail qu’opère dans l’invisible, des entités, qu’un jour ils pourront voir, parce que leurs yeux seront ouverts à l’invisible et ils réaliseront que le petit train va loin dans son temps… RG : Sans vouloir faire le procès du passé, j’aimerais bien qu’on m’explique pourquoi l’Homme avait, il y a fort longtemps, vingt-trois-mille ans, douze-mille ans, des connaissances scientifiques très précises sur la longévité, sur la possibilité de conserver la vie, sur la possibilité de se déplacer dans l’espace, sur la téléportation, sur la possibilité d’entrer en relation avec des Intelligences d’outre espace interplanétaire, pourquoi sur un plan très terre-à-terre les Hommes de la planète avaient un degré de civilisation bien au-dessus de ce qu’on connaît dans notre marasme pollué actuel ? Pourquoi avons-nous eu à vivre ça ?

BdM : Bon. D’abord il faut comprendre la conscience de l’Homme de ce temps-là. La conscience par exemple de l’Atlante n’était pas la conscience de l’Indo-Européen. L’Atlante se servait de son corps astral pour aller chercher de l’information. L’indo-Européen se sert de son corps mental inférieur pour aller chercher de l’information. L’Homme de la sixième race se servira de son corps mental supérieur pour aller chercher de l’information.

Alors la conception scientifique de l’Homme de ce temps-là, la relation entre l’invisible et le visible dans ce temps-là, n’était pas comme aujourd’hui, parce que justement l’Atlante, autrement dit l’Homme qui se servait de sa conscience astrale, se servait de cette conscience dans le sommeil.

Alors le jour il faisait ce qu’il avait à faire, il plantait son grain, il élevait ses animaux. Et quand je parle des Atlantes, je ne parle pas de toute la Confrérie de l’Atlantide, je parle de ceux qui étaient les plus près du secret, c’est-à-dire ceux qui faisaient partie des Royaumes de la Confédération, des scientistes, des grands prêtres, de ce temps-là ; et ces Hommes le soir allaient dans ce que nous appelons la conscience astrale, mais la conscience astrale de ce temps-là n’était pas contaminée comme aujourd’hui.

Un Homme pouvait aller dans l’astral et entrer en contact avec des Intelligences sur ces plans, recevoir de l’information concernant la maladie du corps matériel, concernant la guérison des animaux, concernant la guérison de l’Homme, ainsi de suite, de toutes sortes. Mais lorsque la destruction de l’Atlantide vint pour des raisons encore de passion et de déchéance dans cette civilisation, l’Homme a commencé à développer un autre pouvoir que nous connaissons aujourd’hui comme le pouvoir de la raison. Et au lieu d’aller dans la nuit chercher de l’information, la nuit il a commencé à dormir et le jour il a commencé à aller chercher de l’information.

Alors le jour en allant chercher de l’information, il a commencé à étudier, il a commencé à développer la faculté de penser, et automatiquement avec les siècles, les millénaires il a perdu la faculté de chercher la nuit et de travailler le jour pour développer la faculté de dormir la nuit et de travailler et de chercher le jour. De sorte qu’à la fin du vingtième siècle, nous avons un Homme cartésien qui ne va plus la nuit chercher de l’information et parler avec les entités qui sont sur les plans parallèles, il va simplement dans des mondes de formes et d’illusions que vous appelez le rêve.

De temps à autre il y a quelque chose qui perce, qui transperce sa conscience, qui s’imprime dans sa mémoire éthérique et dont il peut se rappeler au réveil. Et s’il a moindrement d’intuition, il peut aller chercher quelque chose d’informatif qui puisse lui servir dans le courant de la journée ou pour comprendre sa vie, mais ce n’est plus un travail sérieux. Et le grand Steiner l’avait dit au début du siècle. Il disait : “Un Homme aujourd’hui qui va dans ces plans astraux, dans cette conscience astrale, il doit faire attention, il doit être extrêmement prudent”.

Parce qu’aussitôt qu’il entre dans ces mondes – au lieu d’entrer en contact avec des Intelligences qui sont réelles – il entre en contact avec des formes qui déforment son intelligence et qui lui donnent l’impression de quelque chose, autrement dit qui lui mentent complètement. Et le grand Steiner a cessé après moult années d’aller dans le sommeil chercher de l’information, il s’est habitué réellement à contrôler ce déplacement dans ces mondes.

Et lorsque après un certain nombre d’années, il fut suffisamment serein et suffisamment solide dans sa conscience astrale, là il put aller dans ces mondes très élevés et aller chercher de l’information avec laquelle il a écrit des livres absolument extraordinaires concernant l’évolution, ou la médecine, ou l’architecture, ou la musique, ou l’éducation, ainsi de suite. C’est un des grands cerveaux du vingtième siècle.

Alors, il est là le problème de l’Homme, c’est que l’Homme a perdu la faculté d’aller dans la nuit travailler pour chercher de l’information, pour s’instruire, et travailler le jour, pour développer la faculté de penser le jour, parce que les sens se développaient toujours, et dans la nuit, se reposer. Parce que quand il avait travaillé le jour, la nuit il était fatigué.

Et avec le temps qui vient – la sixième race – ce sera un changement encore et il perdra la faculté de penser le jour, il reconquerra la faculté d’aller la nuit faire du travail, mais cette fois-ci non plus par le biais du corps astral qui avait servi aux Atlantes, parce que ce corps est trop impuissant pour l’Homme. Par le biais du corps astral l’Homme ne peut pas aller dans les fins fonds de la galaxie, son corps serait détruit s’il passait à travers les myriades de conditions matérielles électromagnétiques qui sont dans l’espace, les comètes, les ci, les ça.

Alors l’Homme doit avoir un corps plus subtil, plus fin, plus raffiné, qui puisse passer à travers les comètes, qui puisse passer à travers les bolides qui sont dans l’espace, qui puisse passer à travers les planètes. Et ce corps-là, c’est le corps éthérique. Et lorsque l’Homme aura ce corps éthérique, il pourra s’en servir à volonté et aller dans ces mondes extrêmement intelligents, et là il deviendra un grand scientiste, il n’aura plus besoin de la faculté astrale des Atlantes, il aura développé extrêmement la faculté éthérique des Lémuriens.

Il aura totalement cessé d’utiliser la faculté de la pensée rationnelle, cartésienne, de la race Indo-Européenne. Il ne fera plus de recherche, il sera en fusion avec cette énergie et son intelligence sera parfaite. Il ne pourra pas faire d’erreur parce que l’intelligence qu’il manifestera sur le plan matériel sera une continuité de l’Intelligence universelle en lui, et lui deviendra un être cosmique pendant que l’Intelligence derrière lui sera une Intelligence universelle.

Et lorsque l’Homme est un être cosmique et qu’il est alimenté par une Intelligence universelle, la civilisation va très loin, jusqu’au moment où encore, à cause de l’impuissance de la conscience planétaire de se neutraliser vis-à-vis l’astral qui demeurera jusqu’à la fin de la sixième race, à cause de cette impuissance de la conscience planétaire d’empêcher que l’astral puisse reprendre le pouvoir sur l’Homme, à cause de l’incompréhension de certains Hommes qui proviendra du fait que les Hommes cherchent toujours le pouvoir de la magie, et qu’après deux-mille, deux-mille-cinq-cents ans, avec toute l’évolution de l’Homme et tout le “parafernalia” (attirail) futur, il y aura sur la Terre des capacités psychiques extraordinaires, et il y aura des Hommes dont l’acabit évolutif n’est pas aussi avancé que d’autres !

Et c’est à cause de ceci que viendra un point où il y aura une confrontation entre ce que nous pouvons appeler les Hommes qui seront liés à la lumière ou à l’Intelligence, et les Hommes qui seront encore liés avec l’astral ou les ténèbres. Et il y aura un combat. Et ce sera un combat terrible qui mettra en confrontation deux humanités qui auront découvert les secrets de l’atome, qui auront le pouvoir sur l’Esprit, qui auront le pouvoir de projeter leurs pensées et qui auront le pouvoir de se dématérialiser. Et il y aura un test de puissance et ce sera la destruction complète du monde des esprits.

Et après ce temps-là, il sera impossible à l’Homme de mourir, après ce stage, après cet âge, parce que c’est justement à cause du fait qu’il y a des Hommes qui meurent que l’Homme est ignorant. L’Homme est ignorant parce que les Hommes qui meurent retournent dans le monde de l’astral. Ils ont perdu contact avec la matière et ils veulent retrouver contact avec la matière. Et comment le font-ils ? Ils le font par télépathie, ils se servent des pensées de l’Homme, ils se servent des émotions de l’Homme à son insu bien sûr ! Et on lui fait penser, on lui fait croire toutes sortes de choses ! Et l’Homme sombre petit à petit dans l’ignorance.

Et dans le cycle qui vient, ces forces astrales seront diminuées à cause du changement de cycle et de l’élévation de la science de l’Esprit sur la Terre, mais il y aura encore des forces qui chercheront à “truquer” l’Homme et ce sont ces forces-là qui créeront dans l’Homme la passion du pouvoir, la passion de la magie. Et éventuellement il y aura sur la Terre un autre cycle de magie noire qui entrera en conflit avec la destinée de l’humanité, qui entrera en conflit avec le Plan de la Création qui provient de l’Intelligence universelle. Et ce sera un combat terrible que nous appelons l’Armageddon.

L’Armageddon viendra après l’Apocalypse. L’Armageddon n’est pas du temps de l’Homme d’aujourd’hui. Et ce sera fini. Et après ceci, les “Portes de l’Enfer” seront fermées, c’est-à-dire les portes de l’astral seront fermées, c’est-à-dire que l’Homme ne pourra plus mourir, c’est-à-dire que l’Homme commencera à devenir ce que l’on appelle l’Homme-Esprit, qu’il aura le pouvoir sur son corps matériel. Et après ceci commencera l’évolution Jupitérienne. Et lorsque l’évolution Jupitérienne aura commencé, l’Homme sera suffisamment intelligent, suffisamment puissant, il aura intégré en lui le Principe de l’Amour, de la Volonté et de l’Intelligence, et la Terre deviendra un nouveau Gouvernement Intergalactique.

RG : Quand vous parlez d’évolution Jupitérienne, vous ne voulez pas dire qu’il va aller vivre sur Jupiter ?

BdM : Non ! Quand je parle de l’évolution Jupitérienne, je veux dire que certains globes qui sont aujourd’hui en rotation – en orbite autour de Jupiter – seront réinstaurés dans leur droit d’informer l’Homme sur les conditions d’évolution des gouvernements Invisibles.

Jupiter est une planète autour de laquelle il existe de petits globes et ces globes sur les Plans Invisibles sont des stations qui surveillent. Ce sont des Centres de “Money drink centers” qui surveillent l’évolution de la Terre. Et les êtres qui sont là, qui sont divisés en deux groupes, les uns un peu à l’extérieur de Jupiter et les autres en orbite, ces êtres-là s’occupent éventuellement de permettre que l’Homme ait accès à toute l’information qui existe dans le “Superunivers d’Havona”.

Et l’Homme un jour devra avoir accès à tout ce qui existe dans l’univers parce que, comme aujourd’hui nous n’avons pas encore suffisamment d’information concernant la nature de l’Intelligence et comme nous ne savons pas encore ce que veut dire de l’Intelligence, parce que nous pensons, et tant que nous pensons nous ne pouvons pas savoir ce que veut dire de l’Intelligence ; mais lorsque l’Homme aura cessé de penser, il pourra commencer à savoir ce que veut dire de l’Intelligence.

Et à ce moment-là il comprendra que l’intelligence – le mot intelligence – n’a aucun sens dans le cosmos. Le mot intelligence n’a de sens que pour l’Homme parce qu’il pense. Et comme il pense, il cherche à être de plus en plus intelligent, c’est-à-dire qu’il cherche à penser le plus possible, c’est-à-dire qu’il cherche à penser le mieux possible, c’est-à-dire qu’il cherche à penser en fonction de ce qu’il peut créer pour lui-même, le plus possible, ainsi de suite.

Et lorsque l’Homme sera détaché de la faculté de penser – qui fait partie de l’ancienne race – et qu’il sera dans l’énergie de l’Intelligence, à ce moment-là il comprendra que l’Intelligence dans le cosmos ça n’existe pas. Que dans le cosmos il n’y a qu’une pulsation et que cette pulsation, elle est originellement développée par les Alephs. Et que les Alephs sont à la source même de tout ce que nous appelons, nous, “Intelligence”, c’est-à-dire que ces Principes Alephiques qui sont des Principes Absolus – car ils sont en dehors de l’espace et du temps – sont des composantes de l’énergie ultime de la matière.

Et ils ont pour but dans le cosmos, non pas d’entraîner une évolution, mais d’entraîner éventuellement que tous les cosmos soient suffisamment perfectionnés pour leur ressembler, c’est-à-dire pour que tous les cosmos à un certain moment puissent être capables de se subdiviser en autant d’atomes qu’il existe dans le cosmos, pour que les systèmes galactiques, pour que les systèmes planétaires et interplanétaires n’existent plus, et pour qu’il n’y ait plus de solidité dans l’univers. Parce que la solidité dans l’univers fait une chose, c’est qu’elle force les Intelligences, les vibrations les plus subtiles à descendre vers elle et c’est ce qui a créé la Création.

RG : Et l’involution ?

BdM : (…) Et tout ce qui vient de ceci ! Pour être dans l’Intelligence il ne faut pas avoir d’intelligence intellectuelle. Pour être dans l’Intelligence, il ne faut pas être intelligent. Pour être dans l’Intelligence il ne faut pas avoir l’impression de l’intelligence. Pour être dans l’Intelligence, il ne faut pas être intelligent ! Autrement dit, il ne faut pas qu’il y ait dans l’Homme une réflexion au niveau de l’émotionnel et du mental qui lui donne l’impression d’être intelligent. S’il a moindrement l’impression d’être intelligent, l’Intelligence en lui coupe et il ne peut plus s’en servir. Et ça c’est une grande protection pour l’Homme. Ça empêche l’Homme de détruire sa civilisation et de corrompre les Hommes.

RG : Si on laisse un échelon pour monter à l’autre échelon, il ne faut quand même pas oublier que chacun des échelons sont reliés ensemble par les deux côtés montants de l’échelle… Ce que je veux dire, c’est que l’être humain qui sera de la sixième race aura plus que ce qu’il a présentement, mais il conservera de ce qu’il a présentement. Et là je veux en venir à un point difficile… BdM : Non, non ! Il doit perdre ce qu’il a.

RG : Complètement ?

BdM : Oui ! Ah oui !

RG : Même son corps physique ?

BdM : Non, non, non, pas le corps physique !

RG : Ah ! Donc il y aura une suite dans l’évolution physique ?

BdM : Bon ! Bon allons par étape. L’Homme de la sixième race perdra la mémoire, il n’en a plus besoin. Il perdra la faculté de l’intellect parce que c’est elle qui crée la mémoire. Bon, automatiquement en perdant la mémoire, il perdra le pouvoir de l’âme sur lui. Et lorsqu’il aura perdu la pouvoir de l’âme sur lui, automatiquement il se servira de l’énergie de l’âme. Et en perdant la mémoire de l’âme, automatiquement il ne sera plus affecté par les lois karmiques. Et automatiquement il sera rattaché à la mémoire universelle, c’est-à-dire la télépathie entre le mental et le supramental.

Ensuite, il y aura une évolution scientifique qui permettra à l’Homme d’allonger sa vie de sorte que l’Homme vivra assez longtemps. Ça, c’est au niveau de la sixième race. Mais à l’intérieur de la sixième race, il y a d’autres Hommes qui sont en voie de préparation sur la Terre aujourd’hui qui font partie de différentes nations et qui feront partie du Gouvernement invisible de la planète. Ces Hommes éventuellement seront retranchés de la sixième race. Et ces Hommes seront en contact télépathique mental éthérique avec les civilisations, les galaxies qui s’occupent depuis très longtemps de l’évolution de la Terre.

Et c’est à travers ces Hommes-là que passeront tous les droits d’accession entre la galaxie et la planète Terre parce que ces Hommes ne sont pas des terriens. Ces Hommes viennent d’une autre civilisation, ils ont préséance sur le plan de l’évolution. Ce sont des êtres qui déjà sont capables d’un discernement total, c’est-à-dire que ce sont des êtres à qui on ne peut pas mentir. Alors automatiquement ces Hommes seront un filtre qui protégera l’Homme contre non pas les êtres qui sont dans les mondes parallèles et qui sont les frères de l’Homme, mais contre ceux qui sont dans les mondes parallèles et qui ne sont pas les frères de l’Homme.

De sorte que lorsque le contact se fera officiellement entre la Terre et la galaxie ou les êtres qui viennent de cette galaxie, ce gouvernement sera responsable de vérifier et d’octroyer le droit de passage de ces êtres-là vers l’éthérique de la planète, qui mènera éventuellement à leur matérialisation sur la planète matérielle ici !

Alors il y a deux groupes d’Hommes. Il y a un Gouvernement invisible qui sera toujours invisible à l’Homme qui sera reconnu, qui sera connu, qui se manifestera sur la Terre, qui se manifestera aux gouvernements, qui se manifestera à des individus, parce que ces individus-là, ces Hommes auront le pouvoir de dématérialiser et de matérialiser leur corps à volonté. Mais ces Hommes ne font pas partie de la sixième race, ils font partie d’une Hiérarchie qui est commune à des Intelligences qui déjà font partie des mondes parallèles. Et ces Hommes surveilleront l’évolution de la sixième race et s’occuperont de ce que la sixième race en vienne à terminer son évolution selon les plans des Intelligences avec lesquelles ils seront en contact.

RG : Est-ce que des techniques sur le corps physique sont indispensables comme des techniques sur le plan mental sont indispensables ? Ce que je veux dire c’est garder le corps en bonne santé : “Mens sana in corpore sano”, ça va ensemble ?

BdM : Mais oui ! Mais écoutez… Garder le corps en santé, garder l’Esprit en santé, l’émotion en santé, le vital en santé ça fait partie de l’activité de l’Homme c’est normal. Mais lorsqu’un Homme est en fusion il n’a plus besoin de garder rien en santé. Tout se garde en santé. La raison pour laquelle l’Homme doit garder son corps en santé, ses oreilles en santé, ses cheveux en santé, ses pieds en santé, c’est parce qu’il n’est pas en santé ! (rires dans la salle). S’il était en santé il n’aurait pas besoin de s’occuper de sa santé !

RG : Et ces êtres de la sixième race seront en santé ?

BdM : Les êtres de la sixième race seront en santé parce qu’une science leur permettra d’être en santé, oui.

RG : Une science qui ne sera pas médicale puisqu’ils seront en santé ?

BdM : Oui, oui, oui, ce sera une science médicale ! Ce sera une science médicale, mais oui !

RG : Mais ils seront en santé… BdM : Ils seront en santé parce qu’ils ne vivront pas comme l’Homme d’aujourd’hui. Ils ne seront pas minés par leurs émotions et leur intellect. Ce qui rend l’Homme malade c’est son émotivité et son intellect. Ensuite ça descend dans le plan vital, ensuite le plan physique. Ce n’est jamais le corps physique qui est malade, ça descend toujours des plans subtils.

RG : On va en reparler de ça et des relations qu’on pourra faire avec des doctrines ésotériques telles l’acupuncture, l’Arbre des Séphiroth etc. Dans une demi-heure heure environ…

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut