RG-32a Pourquoi les prophètes

“RG : Alors je vous présente tout de suite Bernard de Montréal. On a su par les prophéties révélées ou interprétées à la “Malachie” ou à la “Nostradamus”, ou la Grande Pyramide d’Égypte, ou le secret de Fatima qu’on dit avoir assez bien cerné, qu’il y a des êtres qui peuvent informer les humains de choses …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.

Première partie

Richard Glenn (RG) : Alors je vous présente tout de suite Bernard de Montréal. On a su par les prophéties révélées ou interprétées à la “Malachie” ou à la “Nostradamus”, ou la Grande Pyramide d’Égypte, ou le secret de Fatima qu’on dit avoir assez bien cerné, qu’il y a des êtres qui peuvent informer les humains de choses avant que les choses se produisent.

Ça me rappelle l’histoire de Noé qui avait été averti par Dieu ou Yahvé – Yahvé c’est peut-être pas Dieu non plus, c’est un nom qu’on lui donne – à Noé, de s’installer sur un bateau parce qu’arriverait un déluge, et effectivement le déluge est arrivé. On sait qu’il y a des gens qui savent actuellement quoi faire, on sait avec Bernard de Montréal qui nous a déjà dit qu’il va parler jusqu’en 1984, et curieux hasard, on entend parler dans les prophéties que d’ici 1984, ça va être le tournant de la civilisation : Soit une troisième guerre mondiale, soit quelque chose d’astronomique qui va impliquer la planète Terre.

Alors il y en a qui savent des choses qui les transmettent aux Hommes. Qui sont-ils et pourquoi se permettent-ils de transmettre ces choses-là aux Hommes, et c’est toujours de façon cachée et ésotérique, et même occulte ?

Bernard de Montréal (BdM) : Le phénomène de prophétie qui existe sur notre planète, pour le comprendre d’une façon objective, il faut comprendre la nature de la réalité. Il faut comprendre la nature de l’Homme, il faut comprendre la limite de l’intelligence de l’Homme. Il faut comprendre la politique cosmique qui s’intéresse à l’évolution de la Terre. Et il faut comprendre les raisons de certains êtres en évolution dans les mondes parallèles qui s’occupent de l’évolution morale, psychologique, philosophique, ésotérique de l’humanité. Et tant que l’Homme ne pourra pas percevoir la dualité de… (coupure)… Il sera alimenté par d’autres intelligences, pour le bénéfice de ces autres intelligences et non pour le bénéfice de l’Homme.

Si nous considérons l’humanité, si nous considérons l’Homme d’aujourd’hui, nous réalisons que l’Homme d’aujourd’hui est au quatrième stage de l’évolution. Après la matière la plante, après la plante l’animal, aprés l’animal l’Homme. L’Homme qui a finalement atterri sur sa tête pour développer ce qu’on appelle l’intellect, qui est la limite profonde d’intelligence manifestée sur le plan matériel. Mais après l’Homme qu’est-ce qui vient ? Il vient un autre être que certains ont appelé le Surhomme, l’Homme l’au-delà de l’Homme. Et ce n’est qu’à partir du Surhomme, ce n’est qu’à partir de l’Homme qui est dans l’intelligence, qui n’est plus dans l’intellect que les mystères de la prophétie deviennent importants sur le plan cosmique, au lieu d’être importants sur le plan planétaire.

Même s’il est donné aux Hommes des prophéties, ça fait partie de quoi ? Ça fait partie du fait que dans l’univers, il y a un plan matériel où les Hommes évoluent et il y a aussi des plans parallèles ou d’autres Hommes évoluent. Et l’Homme qui est dupe de l’intelligence est dupe à cause du fait que lui-même n’est pas dans l’intelligence, et la première loi de l’Homme, du Surhomme, demain, dans une génération dans deux générations, la première loi de cet Homme, sera non pas d’écouter ce que d’autres Hommes disent dans des mondes parallèles, mais d’être lui-même dans l’énergie de l’intelligence.

Et tant que nous ne comprendrons pas que l’humanité est primitive, que l’humanité est petit à petit, pendant des siècles, endoctrinée pour des raisons efficaces – et je dis des raisons efficaces, dans ce sens que ce sont des raisons d’ordre cosmique qui répondent à la nature même de l’évolution de l’Homme planétaire, qui est encore en dehors de l’intelligence cosmique – alors il est évident que l’Homme qui est planétaire et qui n’est pas cosmique, nécessite d’être informé sur le plan émotif, sur le plan mental, afin que les évènements qui se déroulent ou qu’il peut préconiser dans un avenir plus ou moins rapproché, coïncide avec un sentiment d’avoir reçu quelque chose des dieux pour que, déjà, dans son désespoir existentiel, lorsque ces évènements se produisent, il puisse se retourner vers ces dieux.

Autrement dit la prophétie, bien qu’elle soit réelle, bien qu’elle ait un but, elle est foncièrement de la manipulation cosmique pour permettre à l’Homme planétaire de ne pas perdre de vue l’invisible et pour l’empêcher de sombrer dans les décombres de la matière qui aura, avec le temps, suffi à emprisonner son Esprit et à retarder l’évolution de la planète.

Lorsque l’Homme entre dans l’intelligence, lorsqu’il est frappé par l’intelligence, par cette énergie qui est de l’intelligence, il s’aperçoit d’une chose, c’est qu’il soit n’importe où sur la Terre, qu’il vive sous quelque condition que ce soit, il est toujours dans l’intelligence. Et étant toujours dans l’intelligence, il y trouve automatiquement sa protection parce qu’il n’est plus, il n’a plus à être soulagé par les prophéties.

Les Atlantes ont été prophétisés, il a été donnée de l’information aux Atlantes par le biais des initiés, ça n’a pas empêché que des milliers et des milliers d’Atlantes ont été détruits, Quetzalcoatl a été averti dans la magie astrologique de son temps. Et lorsque Cortés est arrivé, ça n’a rien empêché à la destruction du temple de Moctezuma. Et lorsque Quetzalcoatl a été averti, la nature même de son information coïncidait avec la personnification même historique de Moctezuma lorsque Cortés est arrivé.

Autrement, dit la prophétie c’est une ancre, c’est une forme, c’est très puissant d’ailleurs, parce qu’elle coïncide avec des évènements cataclysmiques sur un globe, mais la prophétie est une dimension qui rend l’Homme esclave des dieux, et quand je dis des dieux, je dis bien des êtres qui sont dans des mondes parallèles, que ce soit des morts ou que ce soit d’êtres qui viennent d’autres planètes, mais ce sont des informations qui rendent l’Homme esclave de ces êtres-là. Parce que ce n’est pas parce que l’on sait une chose que l’on peut se soustraire au châtiment ou à l’activité de cette chose contre notre bien-être matériel.

Pour que l’Homme puisse se soustraire d’un cataclysme, pour que l’Homme puisse se soustraire d’une guerre mondiale, d’une diffusion mondiale de la radioactivité, de quoi que ce soit, il doit être suffisamment dans l’énergie cosmique pour transmuter son corps matériel lorsque la matière devient trop dense pour lui, et empêche la croissance naturelle de ses activités et de ses principes.

Alors ce n’est pas parce que l’humanité saura demain qu’il y aura guerre à tel endroit, ou activité de telle sorte à tel endroit, que les Hommes ne passeront pas par le feu. Et tant que les Hommes ne comprendront pas – tout est lié à ceci – pourquoi si l’on sait de l’autre côté que tel évènement doit arriver telle année, telle année, telle année, pourquoi on ne le dit pas à l’Homme, pas à l’Homme de la rue, mais pourquoi on ne dit pas aux chefs d’États ou aux Hommes qui s’occupent des gouvernements, au Vatican, aux êtres qui ont une influence politique dans le monde, pourquoi on ne fait pas la révélation à ces êtres-là ?

Il ne faut pas s’imaginer que les Hommes qui sont dans les gouvernements à l’échelle mondiale sont des Hommes qui sont totalement en dehors de ces connaissances. Il ne faut pas s’imaginer que les chefs d’États, les premiers ministres sont des idiots, que ce sont des gens qui sont simplement intéressés à la petite matière de la politique. Il y a des chefs d’États qui ont un nez très long et très affiné pour ces choses. Alors pourquoi ? Parce que justement l’Homme ne doit pas savoir.

L’Homme peut avoir une idée, mais lorsque l’on dit à l’Homme qu’en 1998, c’est la fin d’un cycle, en 1982 c’est le commencement de tout ce bardassement, qu’est-ce que ça crée dans l’humanité ? Ça crée de la tension. Ce que je déteste de la prophétie, c’est que la prophétie, au lieu de rendre l’Homme indépendant des intelligences invisibles, elle assujettit son Esprit et empoisonne son Esprit, et son émotif, pour le bénéfice de quoi ? Pour le bénéfice de la mort.

Parce que, lorsqu’un Homme souffre dans son Esprit et qu’un Homme souffre dans son émotion, il devient froid à la mort, et ce sont justement ces intelligences qui sont dans la mort qui donnent à l’Homme, la matière, la nourriture dont il se servira pour mieux mourir, mais il ne mourra pas mieux, parce que lorsque l’Homme fait face au cataclysme, il doit mourir selon la nature même de son être.

Autrement dit, ce que je veux dire, c’est qu’un jour l’humanité comprendra, parce que l’individu lui-même sera allé de par son propre vouloir, de par sa propre capacité, aura visité ces mondes invisibles, ces mondes parallèles, et ayant visité ces mondes parallèles de par la nature de sa propre intelligence de sa propre fusion il sera indépendant de ces mondes parallèles et il verra jusqu’à quel point les mondes parallèles sont des mondes qui ne s’occupent pas du bénéfice de l’Homme, du bien-être de l’Homme, qui s’occupent simplement de la mémoire de l’humanité. Et c’est avec la mémoire de l’humanité que ces être-là travaillent, parce qu’ils sont en dehors de l’intelligence.

Nous avons l’impression, nous, sur la Terre – parce que notre Esprit est limité par nos sens – nous avons l’impression que les évènements de demain comme les évènements d’hier, sont des évènements qui sont causés par les forces. Non ! Ces évènements-là sont l’accumulation de la mémoire de l’humanité pendant des siècles, et des siècles, et des siècles. Et les êtres qui comprennent ces lois sont totalement en dehors du temps, et ces êtres-là, on peut les appeler si vous voulez des êtres de lumière. Mais ça devient dangereux, parce que lorsque nous commençons à parler d’un être de lumière, nous anthropomorphisons l’intelligence.

Et aussitôt que l’Homme anthropomorphise l’intelligence, il diminue et il tue en lui-même la nature de l’humanité, c’est-à-dire qu’il tue en lui-même le pouvoir de l’Homme, et le pouvoir de l’Homme étant d’avoir accès à cette énergie qu’on appelle de l’intelligence. Nous avons l’impression, nous les Hommes sur la Terre – parce que nous étudions avec notre mémoire, nous nous servons de notre mémoire pour savoir, pour avoir un doctorat, pour avoir une maîtrise – nous avons l’impression que l’intelligence c’est parallèle à l’intellect. Il n’en est absolument rien. L’intelligence, mon cher Richard, c’est de l’énergie un point c’est tout.

Et cette énergie, lorsqu’elle entre dans l’Homme, elle fait un travail sur un plan qu’on appelle le plan mental inférieur, et ceci devient de l’intellect. Et si elle fait un travail sur un plan supérieur, on appelle ça de l’intelligence pure. Et c’est à ce moment-là que l’Homme peut comprendre la nature de la prophétie, et pourquoi la prophétie.

RG : Au niveau de la nature de l’intelligence, j’ai deux images en tête. Le chemin de Damas pour Saint-Paul, seul, qui a été frappé par une lumière, et la deuxième image, c’est la flamme de feu, la langue de feu sur les apôtres.

BdM : Deux sortes de phénomènes différents.

RG : Mais c’est de l’intelligence, ça.

BdM : Ça fait partie de l’énergie de l’Esprit. Mais qu’est-ce que c’est l’énergie de l’Esprit ? Tout le monde parle de l’Esprit comme on parle de la queue d’un chat. Une queue de chat, on sait qu’est-ce que c’est, mais de l’Esprit, qu’est-ce que c’est ? On emploie des termes philosophiquement ésotériquement à gauche et à droite dans tout le monde et on ne sait pas qu’est-ce que c’est.

L’Esprit c’est la connexion entre l’énergie de l’intelligence et un champ d’énergie dans le mental de l’Homme qu’on appelle le mental inférieur. La connexion, ce qui se produit lorsque ceci se rencontre, c’est de l’Esprit. Mais l’Homme n’a pas accès à son Esprit parce que l’Homme a tellement d’émotions que lorsque cette connexion se fait, elle brise le courant de sorte que l’Homme est obligé de se fier à son intellect.

Si l’Homme pouvait subir émotivement ce contact entre l’énergie cosmique et son plan d’énergie qui est le mental inférieur, l’Homme saurait qu’est-ce que c’est de l’Esprit, il serait dans son Esprit. Et lorsque l’Homme est dans son Esprit, il est dans la fusion de l’énergie. Et lorsqu’il est dans la fusion de l’énergie, il n’a plus besoin de se faire dire par aucune intelligence en évolution – que ce soit sur le plan matériel ou dans les mondes parallèles – qu’est-ce qu’il en est de l’évolution, parce qu’il est dans l’intelligence.

Et à ce moment-là il appartient à l’énergie et à lui, un aspect du plan mondial, du plan planétaire, galactique, ou quoi que ce soit, un aspect nécessaire pour faire un travail quelconque.

RG : Pourquoi il y a des humains qui sont frappés par cette intelligence qui leur manifeste des prophéties ? Que ce soit Lucia à Fatima ou que ce soit Jean XXIII par l’ordre des Templiers ?

BdM : Il y a plusieurs raisons, mais ça revient à un principe. Si vous mettez sur la table un Sony, et si vous mettez sur la table un vieux R.C.A de 1928 et que vous alimentiez ces deux radios avec des ondes de très haute fréquence, je doute que la R.C.A de 1928 puisse répondre. Et le cerveau de l’Homme, c’est une radio.

Mais nous avons tendance naturellement, à cause de notre spiritualité et à cause de notre moralité, et à cause du concept d’évolution spirituelle que nous avons développé et qui nous a été inspiré depuis très longtemps pour notre évolution psychologique, nous avons tendance à nous imaginer que nous avons du mérite, nous fonctionnons en terme de mérite !

C’est qu’il y a sur la Terre des Hommes qui peuvent répondre à une énergie parce qu’ils ont les corps suffisamment développés pour répondre à cette énergie-là et ça s’enregistre. Et il y en d’autres qui n’ont pas parce qu’ils n’ont pas suffisamment évolué. Mais viendra un jour où ils auront suffisamment évolué et ils pourront enregistrer. Mais il y a aussi beaucoup d’Hommes sur la Terre aujourd’hui qui peuvent enregistrer cette énergie. Moi je le sais, parce que je donne des séminaires dans cette direction. Et je sais que ce qui a empêché ces gens pendant des années de réaliser qu’ils pouvaient enregistrer cette énergie, c’était le concept qu’ils avaient de l’intelligence.

La première loi de l’Homme de demain, la première loi de l’Homme qui dépasse le niveau de l’Homme de la cinquième race est de réaliser que ce n’est pas l’Homme qui pense. Et ça, ce n’est pas facile pour l’ego de l’Homme. Mais lorsque l’ego de l’Homme a réussi à passer à travers ces obstacles, c’est à ce moment-là qu’il commence à faire la connexion avec cette énergie. Et c’est à ce moment-là qu’il commence à réaliser que tout le phénomène de la prophétie, tout ce qui a été donné pour le bien-être de l’humanité, pour l’évolution de l’humanité fait partie d’une politique cosmique où l’individu conscientisé, cosmique n’en a rien à foutre.

Moi, je m’en fous que ça saute dans vingt ans parce que je sais où je suis, où je serai. Si vous me demandez des questions concernant la prophétie, je ne vais pas parler, parce que je ne parle jamais. Mais je sais une chose, c’est que ce n’est pas ce qui est dit dans la prophétie qui est important pour l’humanité, pour l’Homme ; quand je dis pour l’humanité, je veux dire pour l’individu, parce que l’humanité je m’en “foute”, c’est l’individu qui compte pour moi. L’humanité je m’en “foute”. L’individu dans l’humanité pour moi est important.

Parce que c’est de l’individu que croît l’humanité, c’est de l’individu que croît l’état, c’est de l’individu que vient tout, et lorsque l’individu est individualisé, qu’il a trouvé son identité, qu’il est dans cette fusion, à ce moment-là, lui non plus n’a plus besoin de prophéties. Il n’a plus besoin d’être rassuré parce qu’il est sa propre assurance. Parce que le phénomène de la prophétie dans le monde, ça développe la curiosité ça alimente les esprits, ça fait partie de toute cette merde qui tourne dans la tête des masses, et des masses, et des masses, et des masses !

Tout le monde se pend au balcon de l’avenir et oublie de vivre aujourd’hui. Je ne nie pas les évènements, je ne nie pas qu’il se produira telle chose, je ne le nie pas. Je ne peux pas nier parce que je sais qu’il en est ainsi. Mais jamais vous ne m’entendrez parler en public de prophéties. Mais je respecte ceux qui le font, mais j’avertis aussi le monde, que l’Homme, lorsqu’il sera dans son intelligence à lui, pas l’intelligence du voisin, mais la sienne, il saura quand ça se produira telle et telle chose et telle chose, et il fera son petit bout de chemin seul, vers une situation qui pourra alléger le fardeau de l’apocalypse.

RG : Une question très pratique mais aussi très humaine. Qu’arrive-t-il de ceux qui naissent actuellement et qui n’atteindront peut-être pas quinze ou vingt ans ou trente ans de vie ? Et qu’arrivera-t-il encore plus de ceux qui naîtront juste avant certains évènements qui détruiront une partie de l’humanité. Pourquoi s’incarner ? Pourquoi accepter l’incarnation d’êtres humains qui ne survivront pas ?

BdM : Je vous ai déjà expliqué, je vous ai déjà explique que l’Homme… Pour moi il y a l’Homme et le Surhomme, bon ! Pour moi, l’Homme, avant le stage de demain est esclave de l’âme. Nous sommes des esclaves de l’âme, et l’âme c’est une mémoire. Et pour que nous sachions qu’est-ce que c’est de l’âme, qu’est-ce que ça fait de l’âme, qu’est-ce que ça “foute” de l’âme, est-ce que c’est bon de l’âme ? Tout le monde s’imagine que c’est bon de l’âme ! Parce qu’on nous a dit dans les traditions que l’âme c’est la fin de tout, il faut sauver son âme pour gagner le ciel, ainsi de suite !

Autrement dit, on a vécu depuis des siècles d’une tradition qui a servi pour une humanité ignorante, mais on est rendu au vingtième siècle. L’Homme est rendu à un point où il construit des cerveaux électroniques, où il peut envoyer des êtres sur d’autres planètes, et nous, nous nous nourrissons philosophiquement d’idées et de concepts qui ont été développés et amenés à l’Homme dans le désert.

Nous avons perdu la valeur relative de la réalité de la fonction de la conception de l’intelligence. Nous avons perdu la faculté de voir à travers le voile de la forme de l’énergie de l’intelligence, de sorte qu’aujourd’hui nous nous nourrissons émotivement de ce qui a été donné à l’Homme, il y a deux, trois, quatre, cinq-mille ans.

On le dit constamment, constamment : “La tradition, la tradition, la tradition, la tradition”… Ce n’est pas parce que la tradition est vieille de deux-mille ans, qu’aujourd’hui elle est bonne. Ce n’est pas parce que ce l’on dit aujourd’hui que dans cinq-mille ans ce sera bon. La connaissance évolue, l’intelligence n’évolue pas, l’intelligence n’évolue pas, la connaissance évolue. Et la connaissance, c’est l’illusion de l’intelligence. Dans l’intelligence, il n’y a aucune connaissance.

Le mouvement de l’énergie de l’intelligence dans le mental crée de la connaissance, mais nous, nous avons été habitués depuis des siècles, parce que nous avons la faculté de penser, cette maudite faculté de penser, nous avons été habitués pendant des siècles, parce que ça faisait partie de notre évolution d’accumuler des connaissances, d’accumuler de la connaissance, d’accumuler de la connaisssance !

Mais à un certain moment, il faut que l’Homme cesse d’accumuler de la connaissance et qu’il perce le voile, comme l’Homme doit un jour percer le voile de l’astral. Lorsque l’Homme pourra sortir de son corps matériel et passer à travers ce monde astral, il pourra entrer dans l’éthérique. De la même façon, lorsque l’Homme pourra détruire la fonction, cesser de penser subjectivement, il pourra entrer dans la communication télépathique avec l’énergie. Et à ce moment-là, l’Homme sera dans l’intelligence. Mais à ce moment là, l’Homme verra les conditions de la tradition, les conditions de ce qui a été donné dans la tradition.

Lorsque le Nazaréen parle il y a deux-mille ans, ce qu’il dit il y a deux-mille ans, pour un peuple, qui doit servir pendant les deux-mille ans qui viennent, aujourd’hui ça doit se comprendre selon l’intelligence et non selon la connaissance. Tous les gens qui font de l’ésotérisme dans le monde, et je respecte leur intelligence, leur l’intellect, leurs efforts extraordinaires, mais tous ces gens doivent un jour sortir de la connaissance pour entrer dans l’énergie de l’intelligence… (coupure enregistrement)…

RG : J’ai l’impression qu’à ce moment-là, il cessera aussi d’évoluer ?

BdM : À ce moment-là, il commencera à évoluer. Il n’a pas commencé encore.

RG : Dans quel sens, puisque l’intelligence est un fait qui est… ?

BdM : L’intelligence est une énergie qui pénètre, qui pénètre, autrement dit l’intelligence est une énergie qui donne au principe humain un taux de vibration supérieur, et supérieur, et supérieur. C’est sans fin, Richard, l’intelligence. L’intelligence c’est la vie, c’est sans fin. Et le taux de vibration est sans fin. Et l’Homme passe d’un plan à un plan, à un plan, à un plan… C’est sans fin l’intelligence. La connaissance a toujours la limite historique de sa valeur psychologique.

RG : Est-ce que c’est celui dont on parlait, quand on disait le Saint-Esprit ?

BdM : Le Saint-Esprit, c’est l’anthropomorphisation de la valeur spirituelle de l’intelligence. Et le concept du Saint-Esprit, c’est un concept, aujourd’hui à la fin du vingtième siècle, qui doit être totalement mis de côté à un certain niveau de l’évolution vers le supramental, parce que le Saint-Esprit, qu’est ce que ça veut dire ? On dit qu’il est Saint parce qu’il est bon. On dit qu’il est Saint parce qu’il est haut. Mais on n’explique pas jusqu’à quel point il est intelligent. Autrement dit on ne sait pas et on n’explique pas jusqu’à quel point le Saint-Esprit peut enculer l’humanité pour la faire évoluer.

RG : On a parlé des sept dons du Saint-Esprit et ça me rappelle le contact avec l’intelligence et l’Homme, l’Esprit dont vous parliez tantôt. Mais le Saint-Esprit est celui qui rapproche graduellement l’Homme vers l’intelligence, les dons du Saint-Esprit rapprochent l’Homme vers l’intelligence ?

BdM : Tant que nous nous servirons de mot comme le Saint-Esprit, du Saint ci puis le Saint ça, tant que nous n’aurons pas dépassé la loi de l’émotion concernant ou cherchant à conserver le concept pour une tradition ou pour une génération qui vient, nous ne pourrons pas entrer dans l’intelligence.

RG : Parlons des traditions. Vous avez parlé du Nazaréen tantôt, du Christ, mais on l’attend bientôt. Les juifs se disent que le Messie va arriver maintenant, dans une génération ?

BdM : Oui, chacun prêche pour sa paroisse c’est normal. On ne peut pas blâmer les Juifs de ne pas parler du Christ venant de leur propre famille, c’est normal. Ça me surprend d’ailleurs que le Christ ne vienne pas de Québec, tu sais ! C’est normal, on prêche toujours pour sa paroisse. Les Russes ont leur Christ aussi, probablement, c’est normal. Mais les Juifs ont plus de raisons parce que déjà c’est écrit dans le testament de l’humanité. Le Christ… Qu’est-ce que c’est le Christ ? Qu’est-ce que c’est ?

RG : Je vous pose la question.

BdM : Non, moi je vous la pose, parce qu’on parle du Christ, on parle de la Vierge, on parle de ci, on parle de ça, on parle du Père, le Fils, le Saint-Esprit. Qu’est-ce que c’est le Père ? Moi, si vous me parlez de Richard Gleen, au moins je sais ce que c’est. Mais nous, nous parlons du Père, du Fils, du Saint-Esprit, on fait des grandes théologies, mais on ne peut pas se servir de notre intelligence pour regarder la connaissance qui nous décrit le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Il faut que nous sachions qu’est-ce que ça veut dire le Père, qu’est-ce que ça veut dire le Fils, qu’est-ce que ça veut dire le Saint-Esprit, qu’est-ce ce que ça veut dire la trinité. Nous ne pouvons plus nous permettre, les Hommes, d’être ignorants et d’être emprisonnés dans des mots qui ont servi à maintenir l’humanité dans le cadre de la tradition. L’Homme demain je vous le dis… Vous parlez des évènements qui viennent, le feu, tout ça. Pourquoi le feu ? Pour créer une scission totale entre la cinquième et la sixième race.

C’est pour ça le feu, c’est pour changer totalement la vibration de la planète pour qu’il puisse finalement s’établir sur la planète Terre des Hommes qui auront passé les stages d’évolution antérieure mais qui maintenant seront prêts à développer un principe nouveau qui est le supramental. Il faut que les Hommes soient à un certain moment dans la vie, créatifs, qu’ils soient suffisamment dans la vibration de l’énergie pour pouvoir transmuter leur corps matériel. On ne peut pas passer notre temps à mourir.

RG : Mais comment la science aurait-elle pu évoluer si l’Homme n’était pas de soi créatif et par sa créativité faire évoluer la science ?

BdM : L’évolution de la science c’est une évolution qui va de pair avec l’évolution intellectuelle de l’Homme. Ce qui est science aujourd’hui, demain sera totalement détruit. Ce qui est énergie aujourd’hui demain sera totalement détruit. Si vous allez dans les mondes parallèles et vous regardez la science de l’an 2000, 2005, 2007, 2008, vous verrez que ce qui se passe aujourd’hui c’est de la foutaise, c’est un jeu d’enfant.

De la même façon que ce que l’on vit aujourd’hui n’aurait jamais été réalisé il y a cent ans. Alors imaginez-vous avec les pouvoirs de l’Homme sur l’atome par le biais de son mental, ce qu’il va faire dans deux, trois, quatre, cinq-cents ans. Et on parle de science aujourd’hui. J’ai déjà dit : “Il n’y en a pas de science sur la Terre encore”. Ce que nous avons sur la Terre c’est une forme de science.

Mais nous prenons toujours la forme pour la connaissance et nous prenons toujours la forme pour la valeur de l’intelligence. Et la forme n’est pas la valeur de l’intelligence. La forme est la création de l’intelligence pour le bénéfice de l’avancement de la connaissance. Et c’est là est le piège de l’Homme, et c’est là que l’Homme un jour, à un certain moment, sera obligé de passer d’un stage d’évolution à un autre, de la cinquième à la sixième race.

RG : Vous semblez agressif contre…

BdM : Non, je ne suis pas agressif, j’ai l’air agressif. Je ne suis pas un Homme agressif, j’aime ça parler comme ça, pour brancher le cul de tout le monde (rires du public). Je ne suis pas agressif. Si je suis doux là, je suis fait. Je ne suis pas agressif, moi ? J’ai l’air agressif, c’est un jeu que je joue, je m’amuse. Parce qu’il y a seulement une façon de faire passer un message, c’est en étant suffisamment dans cette énergie. Je ne vais pas m’étendre à terre comme ça et vous parler d’amour !

L’Homme aujourd’hui, l’Homme à la fin du vingtième siècle a besoin de savoir des choses et il ne peut plus se permettre que son émotion empêche que ça passe, et c’est pour ça que je parle comme ça. Je peux parler très lentement si vous voulez quand même ! Je vais ralentir pour vous faire plaisir, et pour faire plaisir à ceux qui ont des crises cardiaques. Mais je vais revenir pareil.

RG : Vous semblez cracher sur la science actuelle…

BdM : Je ne crache pas sur rien !

RG : Attendez, laissez-moi finir… Cracher sur la science actuelle, sur l’être humain tel qu’il est actuellement, mais il a fallu un Homme de la quatrième race pour être à la cinquième race et de la cinquième race pour être à la sixième race, une science comme celle d’aujourd’hui pour arriver à la science de demain. Une intelligence comme on l’a aujourd’hui pour arriver à l’intelligence de demain. Une forme de connaissance comme on l’a aujourd’hui pour arriver à… Pourquoi crier contre celle d’aujourd’hui, il a fallu passer par là ?

BdM : Oui, j’ai déjà dit que l’évolution intérieure était très importante. Ce n’est pas Bernard de Montréal qui a parlé contre l’Église, ce n’est pas Bernard de Montréal qui a parlé contre l’ésotérisme, ce n’est pas Bernard de Montréal qui a parlé contre la science. C’est Bernard de Montréal qui dit : “Ouvrez vos lumières et regardez autre chose”.

Je ne peux pas empêcher qu’un Homme soit un petit gamin de sept ans avant d’être un gamin de vingt-et-un. Je ne suis pas idiot à ce point là. Moi-même j’ai une Sony à la maison puis j’appuie sur le bouton et j’aime bien ça. Le point n’est pas là. Je dis que l’Homme, un jour, demain – moi je parle pour demain, je ne parle pas pour aujourd’hui, je parle pour demain – je dis que l’Homme demain saura à cause des changements planétaires, il saura, il reconnaîtra de par lui-même, que ce qu’il a connu jusqu’à la fin de la cinquième race était essentiel, faisait partie de l’involution vers la matière.

Et maintenant, après, lorsque l’Homme aura commencé le mouvement de l’évolution vers ce que vous appelez la lumière, autrement dit l’éthérique, les conditions de vie, l’utilisation des principes qui font de lui un Homme aujourd’hui seront totalement dépassées.

Lorsque je vous dis, moi, que l’Homme de demain n’aura plus besoin de mémoire, lorsque je vous dis que l’Homme de demain sera en communication télépathique avec l’énergie de l’intelligence, lorsque je dis que l’Homme de demain aura le pouvoir de dématérialiser son corps matériel, que l’Homme aura le pouvoir de créer des sciences pour les masses qui seront très très avancées, ce ne sera pas sur le principe de la science d’aujourd’hui, puisque les principes de la science d’aujourd’hui, sont des principes qui suffisent à la cinquième race, mais qui ne pourront jamais suffire à la sixième, parce que la sixième sera déjà dans la lumière. Elle sera déjà dans la lumière.

L’Homme commandera à l’énergie de par son mental, parce qu’il sera dans ce plan-là. Alors je ne dénigre pas la belle science d’aujourd’hui. Je dis que ceux qui sont dans la science d’aujourd’hui, ceux qui sont dans la philosophie d’aujourd’hui, ceux qui sont dans la psychologie d’aujourd’hui réaliseront à un certain moment que la connaissance est créée par l’intelligence pour le bénéfice de l’involution ; mais lorsque l’Homme entre dans l’évolution, c’est simplement que de l’intelligence créative qui crée des formes. Il n’est plus intéressé à la connaissance. Pour qu’il y ait de la connaissance, il faut qu’il y ait la capacité de mémoriser, mais si tu n’as plus de mémoire ?!

RG : Il y a un reproche qu’on fait, à l’occasion, sur le cas de Bernard en disant Michaël Aïvanhov, Sri Aurobindo, Samaël Aun Weor, apportent quand même des solutions pratiques sur l’évolution actuelle et non future ; et Bernard nous parle toujours d’après demain, quand ta maison va passer au feu, tu iras chez le voisin, puis tu verras que là-bas la télévision marche bien, puis tu sauras comment faire à ce moment-là, tu n’auras pas besoin d’apprendre ça, tu seras rendu là. Mais là on se dit : Ouais, mais peut-être que maintenant on pourrait s’arranger pour pas que la maison passe au feu ?

BdM : Non, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Je doute que les gens puissent interpréter ce que je dis, même les gens les plus avisés comme vous-même, parce que moi, quand je parle, je ne parle jamais à l’intellect. Et lorsque je parle ou lorsque je dis quelque chose, je le dis avec une intention qui n’a aucun but philosophique. Lorsque je parle, je parle effectivement pour demain, mais pour rendre l’Homme aujourd’hui conscient de ce qu’il est, et conscient des formes qui l’empêchent d’arriver à cet état où demain il pourra naturellement vivre et conscientiser son énergie.

D’ailleurs, à maintes reprises j’ai expliqué… Moi, je me “foute” des Hommes, je me “foute” des Hommes, je me “foute” de vous. Ca ne veut pas dire que je ne vous aime pas. Mais lorsque je dis que je me “foute” de vous, si vous allez dire à quelqu’un que Bernard a dit qu’il se “foute” de vous, ce n’est pas ça que je veux dire. Ce n’est pas que je me “foute” de vous, c’est que je me “foute” de vous. Vous comprenez ? Ce n’est pas pareil (rires du public).

Autrement dit, ce que je veux dire, c’est que ce que je sais, ce que je suis, ce que je vis, fait partie de mon identité et de cette identité, de cette énergie, je fonctionne. Et vous, vous avez votre énergie, votre personnalité, et de ceci vous fonctionnez et nous fonctionnons ensemble. Mais ce qui vous intéresse dans la vie, ça fait partie de votre condition mentale. Ce qui m’intéresse dans la vie fait partie de ma condition mentale, et j’essaie à cause que, moi je suis moi, et que vous, vous êtes vous, de transposer dans le temps qui m’est propre, ce que je sais et ce n’est pas pour tout de suite, c’est pour demain.

Mais si vous parlez pour tout de suite, si vous parlez des méthodes, des gourous ou des maîtres ou des ci, c’est très bien. D’ailleurs je l’ai déjà dit, c’est très bien, d’ailleurs ces Hommes-là servent. Ils servent, ils ont une grande fonction. Mais je dis que demain, et ça c’est ma prérogative, quand bien même vous diriez : “Tu n’as pas le droit de parler de même”. Je dirais : “Écoute, je dis ce que je dis, et je dis ce que je dis, et ce que je dis c’est ceci : C’est que demain l’Homme passera d’un plan vibratoire à un autre”.

L’Homme vivra une mutation et la mutation que l’Homme vivra ne sera pas créée de par son ego, elle sera imposée à sa conscience, et à ce moment là, le gars il est mieux d’avoir les reins solides. Et quand je parle des reins, je ne veux pas dire ceux-là, je veux dire ceux-là. Mais on veut toujours se faire dorer la pilule, tout le monde veut se faire dorer la pilule, on aime ça entendre parler un type qui nous dit des choses qui nous réconfortent, qui nous font du bien. Je ne suis pas intéressé à réconforter personne ! Je ne suis pas intéressé à faire du bien à personne !

Je suis intéressé à faire vibrer les gens pour que les gens entrent une fois pour toutes dans leur intelligence, et qu’ils aient à un certain moment dans la vie – que ce soit dans un temps ou dans un autre – qu’ils n’aient plus besoin de personne. Qu’ils puissent de par leur propre intelligence savoir exactement où ils vont. On ne peut pas toujours être attaché à la vache. Il faut à un certain moment que l’Homme manufacture sa propre énergie et qu’il fonctionne de par lui-même, et c’est pour ça que je suis obligé de parler comme ça, et que j’ai l’air bête et que je ne suis pas sympathique. Mais pourtant, je suis un gars sympathique, fantastique.

Si jamais il y a quelqu’un qui veut sortir avec moi, donnez-moi votre numéro de téléphone, vous allez voir je suis fun (rires du public). Mais le point n’est pas là. C’est que je dois parler d’une certaine façon parce que je sais qu’il n’y en a pas qui parlent d’une certaine façon, parce que les gens sont tous à un certain niveau quelconque, qu’ils soient philosophes, gourous, “gouzous”, maîtres, ils sont tous “pognés” dans la forme ou dans le dessert.

RG : Vous avez un message qui est très très contradictoire, un véritable antichrist, c’est de dire… Le Christ disait lui au moins : Aimez-vous les uns les autres.

BdM : Mais oui, mais écoutez, le Christ il parlait voilà deux-mille ans, puis il parlait à des Hommes qui étaient totalement encore dans… L’humanité était ignorante dans le temps. Chaque initié vient dans son temps, il a la personnalité pour son temps. Vous vous imaginez que si le Christ était venu aujourd’hui, qu’on l’aurait foutu sur une croix, il aurait dit : “Dans le cul, pain de sucre”. Vous comprenez ? (rires du public). Mais dans ce temps-là, ça servait. C’est pour ça que les initiés ne sont plus crucifiés. Hé, L’Homme aujourd’hui est un peu plus évolué. C’est fini ces temps-là.

RG : Alors donc Bernard de Montréal, vous nous avouez être vous-même un initié ?

BdM : Que je sois un initié ou que je ne sois pas un initié, ça n’a pas d’importance, c’est un mot. Tout ce que je peux vous dire, c’est que, “ce que je suis c’est ce que je sais”, mais c’est pas vos affaires ! Je ne vous le dirai pas.

RG : Parce que les initiés ont tous eu un maître dans une autre dimension ?

BdM : Les initiés n’ont pas de maître, c’est là l’erreur des gens. Les initiés n’ont pas de maître, c’est pas des initiés les initiés, il y a des initiés puis des initiés puis des initiés !

RG : Le Christ parlait de son père ?

BdM : Qu’est-ce que ça veut dire: “son père” !

RG : Père, pourquoi m’as-tu abandonné sur la croix ?

BdM : “Père”, qu’est-ce que ça veut dire ? Père veut dire Volonté. Qu’est-ce que ça veut dire Volonté ? Ça veut dire la nature et le mouvement de l’intelligence. Le Christ devait anthropomorphiser dans ce temps-là. Il fallait qu’il parle de son père, parce que s’il n’avait pas parlé de son père, nous autres on aurait été des bâtards, comprends-tu ? Ça nous prenait un Père ! L’Homme n’avait pas suffisamment d’identité.

Mais à la fin du vingt-et-unième siècle quand l’Homme va passer d’un stage, autrement dit d’un plan vibratoire à un autre plan… Quand tu vas de l’autre bord, Charly, tu sais comment ça marche l’autre bord. Mais quand tu n’y vas pas, tu te fais conter des histoires, mais les histoires que tu te fais conter, tu y crois. C’est ça que j’essaie de faire comprendre. Sortez de votre corps, puis allez-y dans l’éther, vous allez savoir ce qui se passe, savoir ce que c’est le Père, le Fils, le Saint-Esprit, au lieu de vivre avec des “cartoons” (dessins animés) ! (rires du public). C’est ça que j’essaie de faire comprendre au monde.

On prend la réalité, on prend la tradition pour la vérité. Ça n’existe pas, Richard, la vérité. La vérité fait partie de la dualité de la connaissance. Et la dualité de la connaissance est créée par l’intelligence. On est des yoyos. On a souffert du Fils et du Saint-Esprit.

RG : Voulez-vous dire qu’on achève de vivre dans la forme ?

BdM : Oui, wow, tu sais que t’es intelligent ! (rires du public). C’est ça, qu’on achève de vivre dans la forme, exactement. Puis on a un chemin à passer. Parce que, disons pour l’humanité en général, on vit de la forme psychologique. Ensuite, il faut dépasser la forme astrale, parce qu’il y en a des yoyos de l’autre bord, qu’on pense bien intelligents ! Puis il y a des gens, nous autres, c’est des yoyos pareils. C’est quand tu les rencontres que tu t’aperçois que c’est des yoyos.

Alors il faut passer du matériel, passer à travers l’astral, on en a du “voyagment” (voyage) à faire, puis ensuite, là tu tombes dans l’éthérique. Ça fait que si vous entendez des voix qui vous parlent, ne prenez pas ça pour du cash parce que vous allez vous faire charrier. C’est ça que je veux dire, parce qu’un Homme, Richard, qui est dans l’intelligence n’a plus besoin d’entendre rien dans sa tête. C’est connecté.

Mais tant qu’on a besoin d’entendre et d’entendre, ça nous fait plaisir, l’ego rentre là-dedans : “Le Christ m’a parlé”, il y en a que c’est le Christ qui leur parle, il y en a d’autres, c’est la Sainte Vierge, puis il y en a d’autres, c’est le docteur Zeus. Ça leur parle, puis comment est-ce que tu veux… Ils croient. Naturellement quand c’est le Christ qui te parle, Charly, tu commences à être en affaire, c’est le directeur général, c’est le grand boss (rires du public). Mais l’individu lui, s’il savait comment ça fonctionne de l’autre bord, il pourrait tester ça, il pourrait tester !

T’sé, quand je dis que les lois de l’astral, c’est les lois du mensonge qui se servent de la vérité et du mensonge, comme nous autres on se sert du jaune d’œuf puis du blanc d’œuf, ils te mélangent ça puis nous on ne le sait pas. Quand tu prends des hommes comme Rudolf Steiner, tu prends des grands bonshommes comme d’autres qu’il y a eu, qui ont réalisé à un certain moment de leur vie qu’ils ne peuvent pas se fier à l’astral, qu’ils ne peuvent pas se fier à des communications astrales. Tu ne peux pas te fier à des communications astrales ! Et la prophétie à 95% de tout ça, vient de l’astral.

Puis ils sont fins de l’autre bord, ils ne vont pas te mentir totalement parce qu’ils vont te perdre, tu comprends ? Ils vont te mentir un petit peu. Ils vont te dire :”Il va y avoir une grosse guerre dans un bout de temps. Il va y en avoir une grosse guerre”, mais c’est pas dans ce “boutte-là”, c’est dans ce “boutte-là” ! Tout le monde parle du tremblement de terre en Californie. On a reçu de l’information de la faille, il va se passer des affaires en 1982. Californie, tremblement de terre… (inaudible)…

Je vais te dire une chose, Richard, puis je te le dis à toi, pour pas qu’ils sachent eux autres, là (rires du public). Moi, ça fait depuis 1969 que je vis la fusion, puis aisse-moi te dire que ce n’est pas un maudit cadeau, puis laisse-moi te dire que pour vivre, pour perdre sa personnalité, pour vivre la fusion, plus de mémoire, plus capable de penser, un vrai yoyo, t’sé, un yoyo intelligent, jusqu’à tant que tes corps soient équilibrés puis que le cinquième principe soit totalement développé !

Les gens, pour eux autres, c’est de l’apothéose ! Il y en a qui me regardent, ils ont des yeux comme des “trente sous”, je ferais de l’argent rien qu’à leur vendre des portraits. C’est une souffrance maudite. Ça prend des années pour l’équilibrer, parce qu’on n’a rien pour rien. On n’a rien pour rien, parce que l’Homme sur le plan matériel qui est dans cette énergie-là doit être capable de supporter. Sans ça, ton ego il part en “balloune”, Charly, puis tu te prends pour le plus grand prince puis tu te prends pour ci, puis tu penses que tu es intelligent… bababa… bababa…

Eux autres, ils te les mettent les bois dans les roues ! Couick ! Il n’y en a pas d’ego quand tu fonctionne avec ça. C’est ça qui “run”, c’est la fusion totale, c’est ça qui est difficile, c’est pour ça qu’on a bien des choses à apprendre concernant l’Homme qui va vers le supramental. L’Homme a beaucoup de choses, surtout aujourd’hui, l’Homme à beaucoup de choses à apprendre concernant les contacts télépathiques avec l’astral. Moi, ils ne m’aiment pas dans l’astral. Je comprends !

Ils ne m’aiment pas pourquoi ? Parce que quand je parle avec eux autres, ils ne peuvent pas me jouer de tour. Je la connais leur “game”. Pourquoi je la connais leur “game” ? Parce que je ne suis pas prisonnier de la forme. Je ne peux pas penser. Et l’Homme doit en arriver un jour à pouvoir vivre de cette énergie qui est en lui, mais qu’il ne peut pas connaître, parce qu’il a tellement de formes, puis d’émotions, puis il a tellement peur, puis tellement ci, que ça ne rentre pas, ça ne “plogue” (connecter) pas.

RG : La question qui nous vient à l’esprit quand on pense, n’êtes-vous pas manipulé vous aussi ?

BdM : C’est intéressant le concept de manipulation. Le concept de manipulation, ça veut dire quoi ? Ça veut dire quoi ? Les gens me demandent si je suis manipulé. Pourquoi ? Ce sont eux autres qui me le demandent, ce n’est pas moi qui m’en inquiète. Comprends-tu la différence ? C’est l’inquiétude des autres qui fait qu’ils me le demandent, ce n’est pas moi. Moi je suis bien, je bois mon “coke” (coca), je vais chez Eaton (rires du public), tu comprends ?

Le monde s’inquiète bien plus pour moi, que moi je suis inquiet pour eux autres. Quand les gens seront dans leur propre intelligence, ils sauront qu’est-ce que c’est cette affaire-là, puis à ce moment-là ils ne me demanderont plus ça, cette question-là. Mais aussitôt que tu vis une expérience ou que tu vis d’une façon qui n’est pas généralisée dans une humanité, tu as l’air marginal. C’est pas moi qui n’est pas normal, c’est vous autres. Ce n’est pas moi qui ne suis pas normal, c’est l’humanité entière qui n’est pas normale. Autrement dit, je fais exprès de parler de même ! Je me mets sous les spots, parce que je veux expliquer quelque chose.

Quand tu es ce que tu es, l’évolution ça se fait, ça se fait, ça se fait. C’est normal que dans deux-cents ans les Hommes ne vont pas fonctionner comme aujourd’hui. Seulement, que tu ne peux pas le prouver, ça. Mais tu t’en aperçois de plus en plus qu’il y a sur la Terre aujourd’hui dans différentes nations un processus de mutation. Et les gens qui le vivent ce processus de mutation là, comprennent exactement ce que je veux dire. Ça fait que je ne suis pas le seul.

RG : Ça se manifeste comment, ces Hommes qui vivent d’une nouvelle façon ?

BdM : Ça se manifeste dans un sens qu’ils comprennent la même chose, qu’ils voient la même chose, ils comprennent la même chose, c’est normal, ils comprennnent la même chose, c’est évident, parce ce que ce principe-là, le cinquième principe se développe en eux. Si tu as quatre doigts toi, puis moi j’en ai cinq, je trouve ça normal. C’est à toi qu’il en manque un.

RG : Même si tout le monde a quatre doigts sauf un seul qui en a cinq ?

BdM : Ce n’est pas pareil. On parle de l’évolution. Les Hommes auront cinq doigts demain. D’ailleurs je ne suis pas le seul, tu parles de moi, tu me regardes avec des grands yeux. Regarde tous les psychiques, les ésotéristes, ceux qui ont des facultés. Qu’est-ce que je te dis depuis que je te connais qui ne coïncide pas avec ce qu’ils disent ces gens-là, demain ? Tout le monde parle de demain, les gens parlent du sixième sens puis ils parlent du septième sens.

Moi, je n’ai jamais rien dit de neuf. C’est la façon dont je le dis qui est neuve. C’est de la façon dont je le dis qui compte. Ce n’est pas ce que tu dis qui compte, c’est comment tu le dis qui compte. Parce que ce que tu dis, ça a été écrit, “anyway”, il n’y a rien de neuf là-dedans.

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut