RG-02 Révélations

“BdM : (…) On se rencontre et on se parle, si on est sur la même longueur d’onde, et elle est là la clé, autrement c’est inutile, c’est une perte de temps, il faut attendre trois ans, quatre ans, dix ans, mais si on est sur la même longueur d’onde, à ce moment-là on libère automatiquement une vibration et cette …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


il ne s’agit pas d’une conférence avec BdM, mais d’extraits de la première émission de 1977, et aussi d’une soirée qui a eu lieu chez Richard Glenn avec des amis et Bernard de Montréal, où ils commentent cette première émission

Bernard de Montréal (BdM) : (…) On se rencontre et on se parle, si on est sur la même longueur d’onde, et elle est là la clé, autrement c’est inutile, c’est une perte de temps, il faut attendre trois ans, quatre ans, dix ans, mais si on est sur la même longueur d’onde, à ce moment-là on libère automatiquement une vibration et cette vibration-là sert de toile de fond pour le travail, mais il faut absolument la même longueur d’onde. Si les gens sont pris le moindrement dans la personnalité, c’est fini.

Richard Glenn (RG) : Et les mouvements charismatiques, Bernard, c’est un peu ça qu’on prêche, être tous sur la même longueur d’onde dans une salle, pour guérir du cancer une personne… BdM : Oui oui, seulement c’est un état instable, autrement dit les mouvements charismatiques, ce sont des mouvements émotifs… Oui, c’est là le problème parce que quand tu es réellement en dehors de la personnalité, tes émotions ne font pas interférence avec ton mental. Alors s’il y a le moindrement d’interférence au niveau émotionnel avec le mental, tu retournes automatiquement dans la personnalité, même si tu as des intentions spirituelles. Parce que si tu tombes dans le mental pur, là il n’y a plus de spiritualité, tu vas “plus loin que” la spiritualité. La spiritualité c’est une dimension émotionnelle de l’Homme qui lui permet de… Participante : Nécessaire !

BdM : Ah ! Évidemment est nécessaire, elle est nécessaire parce que si l’Homme n’avait pas ça, il ne pourrait pas vivre sur la Terre, parce qu’il pense. Tant que tu penses, tu cherches un point d’appui, un point de référence dans l’universel, dans le cosmos. Dès que tu as cessé de penser, tu n’as plus besoin de point de référence, tu n’as plus besoin de point d’appui, tu fonctionnes en relation avec l’énergie.

À ce moment-là, l’émotionnalité, le corps émotionnel devient une réserve d’énergie dont tu te sers quand tu en as besoin. Le mental devient une réserve d’énergie dont tu te sers quand tu en as besoin, et si tu as l’émotionnel qui fout le camp et le mental qui fout le camp, à ce moment-là tu crées de la personnalité. Les gens ne connaissent pas, ne comprennent pas ce que c’est de la personnalité. C’est une combinaison d’énergie la personnalité, c’est le corps physique, c’est le corps éthérique pour faire plaisir à ceux qui s’intéressent à l’ésotérisme, parce que tout est bon, c’est le corps émotionnel et c’est le corps mental. Ça, ça fonde la personnalité.

Les haies supérieures de la conscience humaine ne font pas partie de la personnalité, ça fait partie du cosmique, de l’universel, c’est pour ça qu’on dit : Tous les Hommes ont en eux la connaissance du moment qu’ils cessent de fonctionner au niveau de la personnalité. Autrement dit, lorsque tous ces corps-là sont ajustés en vibration, ils deviennent un canal et l’énergie descend, c’est simple.

Alors au niveau des sciences, c’est la même chose. Lorsque les scientistes auront compris qu’il n’y a rien à étudier, que tout est compris, que tout est là, que tout est connu, il s’agit simplement de recevoir cette vibration, cette énergie suivant le rythme des atomes que l’on possède, à ce moment-là, la science sur la Terre sera totalement différente. Il n’y aura plus de recherche, on n’aura plus besoin de dépenser des millions pour la recherche, pourquoi on fait de la recherche ? Parce qu’on ne sait pas. Si on savait, on ne ferait pas de recherche, on appliquerait, on changerait de vibration du mental, on se servirait du corps mental, comme il y a des gens qui se servent du corps astral pour aller dans ce qu’ils appellent le plan astral… Participante : Faut-il encore savoir se servir de ce corps mental ?

BdM : Le corps mental, oui, il y a une recherche qui se fait jusqu’au moment où il n’y a plus de recherche. Parce que lorsque le mental devient un instrument de l’évolution, il est donné à l’Homme la vibration pour se servir de ce corps-là.

Participante : Mais ce tâtonnement de la science, donc c’est une étape nécessaire ?

BdM : Oui, c’est normal, ça fait partie du développement de l’ego. Si les gens réalisaient que tout est bon, tout, même le mal il est bon, parce que le mal il aide à galvaniser les corps inférieurs pour permettre éventuellement le développement d’une superstructure assez puissante pour pouvoir supporter le poids de l’infrastructure que les psychologues appellent le subconscient. Une fois que l’ego, il est solide – tu ne passes pas un courant de 200 volts dans un petit fil – si l’ego il est très solide, là tu passes le courant, brrrrrrrrrt… Et là l’ego peut le prendre, et à ce moment-là le courant transforme l’ego, lui donne une autre dimension d’action, et là l’ego peut faire quelque chose. Ce qui se passe présentement dans le monde, c’est justement ça.

C’est que l’ego, il est arrivé à la fin de son évolution, le terme de l’involution, là il commence à vibrer aux forces cosmiques. S’il n’a pas été initié, c’est plus difficile. S’il a été initié, c’est encore plus difficile, et lorsque l’initiation elle est finie, tout est facile. Et ensuite, il y a l’autre période où l’ego travaille avec le cosmique, c’est pas fini. Il travaille avec le cosmique, il entre en communication mentale avec ce que Richard appelle les extraterrestres à quelque niveau que ce soit : physique ou sur le plan purement spirituel ou énergétique, et après 2500 ans c’est une autre étape, où l’Homme devient “l’Homme-Esprit”, au lieu de l’Homme cosmique, c’est “l’Homme-Esprit”, et lorsque l’Homme est Esprit, à ce moment-là il n’y a plus d’Homme cosmique sur la planète.

Et l’Homme se sert de la planète Terre comme aujourd’hui on se sert de la “soucoupe volante”, et la planète Terre devient un atome dans la galaxie, et elle se déplace dans la galaxie, et elle fait vibrer les autres planètes, elle met les autres planètes en mouvement. De sorte que la galaxie devient elle-même un atome, et cette galaxie met en mouvement les autres sphères dans l’univers. Autrement dit, le but de l’évolution de l’Homme, c’est d’en venir à un point où il puisse créer un atome maximal et cet atome maximal, c’est la Terre en collusion avec les autres planètes, parce qu’on a le microcosme atomique qu’on connaît, qui était nécessaire pour la fondation de la matière, et on doit créer le macrocosme atomique.

Et lorsqu’on aura créé le macrocosme atomique, ce ne sera plus de la matière divine, ce sera de la matière divinisée. La matière aujourd’hui elle est divine, parce que dans tous les atomes il y a l’intelligence divine, le son cosmique, mais lorsque ce temps sera venu, la matière sera divinisée, parce que l’Homme aura rempli son rôle qui est de franchir l’étape de tous les temps afin de permettre la juste disribution des puissances cosmiques, des puissances universelles et des puissances supramentales qui se situent dans le cosmos, qui continuent à travailler. ———— RG : Maintenant, il faut quand même savoir que ce type est en relation avec le supramental, ce que lui appelle le supramental, c’est la connaissance. On sait que lorsqu’on veut entrer, nous, en relation avec la connaissance, on doit d’abord apprendre, comprendre, et finalement on sait.

Mais lorsqu’on arrive directement en relation avec la connaissance, on n’a pas besoin d’apprendre puis de comprendre, on sait. Et lorsqu’on sait, on sait, et vous vous souvenez, c’est une phrase qui nous est restée célèbre lors de cette première émission que Bernard nous avait accordée.

Et si vous êtes d’accord, on va retourner à cette époque où Bernard, nous l’avions rencontré pour la première fois à cette fameuse émission où nous avions parlé très rapidement des extraterrestres, du supramental, et aussi de la spiritualité.

On l’a entendu parler tantôt nous dire que finalement après la spiritualité, l’Homme du Nouveau Monde, c’est nous autres, on doit passer à une étape supérieure qui s’appelle d’après lui le supramental. Alors retournons à cette première émission, cette première rencontre que nous avions eue avec Bernard de Montréal.

———— Extrait de la première vidéo de BdM-RG en 1977 : BdM : Le mental est une dimension cosmique c’est un mental très personnel qui ajuste les pensées humaines. Maintenant l’Homme, pour le moment, est incapable, parce que le cycle de cette évolution n’est pas commencé, d’organiser son matériel psychologique par lui-même. Lorsque ce travail sera fait, son cerveau, les cellules de son cerveau seront changées de ton, c’est-à-dire que l’Homme pourra entendre des sons au niveau de son cerveau et aussi pourra voir la lumière du supramental par sa vue physique et ceci lui donnera la possibilité d’entrer en contact physique avec le supramental.

RG : Les extraterrestres, est-ce qu’ils sont dans le supramental ?

BdM : Les extraterrestres font partie de la division créative du supramental, il n’y a aucune différence entre l’Homme et les extraterrestres, l’Homme est un être en évolution sur une planète physique, les extraterrestres sont des êtres en évolution sur d’autres planètes physiques mais aussi sur des plans invisibles. Ce qui fait la confusion concernant les extraterrestres, c’est que l’Homme aujourd’hui ne connaît pas la nature de l’infinité. Lorsque les changements vibratoires au niveau de son cerveau seront faits, l’Homme pourra comprendre exactement la dimension psychologique des extraterrestres comme l’Homme connaît la dimension psychologique de l’Homme. Et c’est à ce moment-là qu’on entre dans la confrontation des idées cosmiques.

Les idées cosmiques sont pluralistiques dans ce sens qu’elles viennent de différents plans et qu’elles affectent l’Homme sur le plan vibratoire de son intelligence. L’Homme naturellement ayant un intellect qui est conditionné par son corps astral, qui est le véhicule lui permettant d’avoir contact avec la forme matérielle, ne peut pas facilement engendrer les ondes nécessaires pour comprendre la pensée interne de son atome mental. Et à cause de ça, il lui devient presque impossible de pouvoir juger avec ce qu’on appellerait “concurrence”, la validité de tout ce qui provient du cosmos.

Je vous donne un exemple. Si une civilisation supérieure entre en contact physique avec l’Homme, par vibration ils transmutent – eux – le psychisme collectif humain qui est individualisé, dans les neurones de l’Homme qui sont directement attachés à sa mémoire cosmique dont il n’a aucune prise de conscience, et ils peuvent facilement créer dans son mental inférieur des modèles de temps qui deviennent pour lui de la connaissance.

La connaissance est une illusion, l’Homme ne peut pas comprendre ça encore parce que l’Homme pense. Tant que l’Homme pense, il est sujet aux influences de ces modèles de temps, et il ne peut pas lui-même travailler avec ces modèles de temps. Quand je dis que la connaissance est une illusion, je ne dis pas que la connaissance n’a pas une valeur psychologique sur le plan humain. Par exemple, on a sur la Terre la science physique.

Dans le fond de la réalité psychologique universelle, il n’y a pas de science sur la Terre encore. Il y a une forme de science et cette forme de science provient du fait que l’Homme, à cause de son corps astral, et à cause de sa faculté de penser, qui est une vibration inférieure au supramental, peut facilement corriger les erreurs de la nature, et éventuellement arriver à des conclusions pour une projection supérieure de ce développement-là. C’est ça qui a permis le développement de la science.

Dans le vingt-et-unième siècle, l’Homme n’aura pas à étudier pour connaître, il se servira de son cerveau éthérique et ce cerveau éthérique-là commandera directement au cerveau physique, et c’est de là que la science viendra sur la planète. Maintenant, c’est évident que les extraterrestres sont en avance sur l’Homme depuis des milliers d’années, parce qu’ils ont compris depuis longtemps la nature même de la connaissance.

Si les extraterrestres communiquent par télépathie, ce n’est pas pour rien. Quand on communique par télépathie, on ne communique pas des idées, on communique de l’énergie. L’énergie elle, éventuellement, devient programmée, et elle sert d’enregistrement dans le corps mental inférieur. Tant que l’Homme ne peut pas communiquer par télépathie, il est incapable de communiquer la nature même de la réalité, parce que la nature de la réalité se cache derrière la forme.

La forme est une collusion d’idées, la forme est une programmation d’idées, et elle sert simplement à permettre le début d’une évolution cérébrale chez les planètes ou dans les planètes, afin d’éventuellement amener les êtres en évolution à la connaissance de l’infinité. Autrement dit, je dirais que la forme et l’infinité sont frère et sœur. Si je parle d’infinité, je ne parle pas de symbole, je parle d’un état d’esprit, parce que l’infinité c’est un état d’esprit, mais dans lequel tous les aspects de l’Homme, tous les niveaux de sa conscience jusqu’au supramental, sont actifs.

Les mathématiciens aujourd’hui ont développé le concept de l’infinité, le symbole de l’infinité parce que ce concept-là devenait nécessaire pour eux, afin de projeter ce qu’ils connaissaient vers une dimension qu’ils ne pouvaient pas reconnaître. Alors ils ont développé ce symbole-là et c’est un symbole extrêmement important en sciences ou en mathématiques. Mais au niveau de la science cosmique, au niveau des forces de la lumière, l’infinité n’est plus une projection mentale ou un symbole, l’infinité devient un pouvoir de déplacement.

Le déplacement dans le cosmos se fait de plusieurs façons. Si on part du niveau le plus élevé qui serait le niveau du supramental, le déplacement se fait par la lumière. Si on part du niveau physique extraterrestre, le déplacement se fait par la conjonction de la lumière avec le mental organisé de ces êtres, c’est-à-dire que s’ils ont besoin de se déplacer, ils créent une forme qu’on appelle, nous, une “soucoupe volante”, et ils organisent cette forme suivant la programmation cosmique de leur entendement – parce que les extraterrestres, autant ils sont variés, autant ils ont de soucoupes volantes différentes – et ça, c’est normal parce que dans la nature il y a de l’ordre ; sur les plans inférieurs il y a du désordre, mais le désordre provient simplement du fait que l’Homme ne peut pas créer l’ordre.

Et dans le cosmos, lorsque les extraterrestres ont besoin de se déplacer d’une planète à une autre, ils n’ont pas besoin de passer par l’espace. La plus grande erreur scientifique du vingtième siècle, c’est de croire que l’espace est nécessaire pour véhiculer des formes et aussi pour engendrer le mouvement. En science, on croit que le mouvement, c’est la relativité en relation avec un élément de temps de la forme qui se déplace, ce n’est pas ça.

Le mouvement c’est une illusion et dans le cosmos il n’y a pas de mouvement, il y a simplement une vibration et c’est cette vibration qui crée ce qu’on appelle le mouvement. Pour percevoir le mouvement il faut avoir certains corps, alors suivant qu’on a tel corps ou tel corps, on a du mouvement. Si on change de niveau vibratoire, on change de corps, et ce qu’on appellerait le mouvement sur un plan inférieur, devient sur l’autre plan une instantanéité.

Alors pour répondre à la question d’un certain nombre de scientifiques : Comment est-ce possible que des extraterrestres partent d’une planète qui est à des millions d’années lumière et qu’ils viennent ici ? La réponse elle est très simple : C’est qu’ils ne se servent pas de l’espace pour voyager. Lorsque les scientifiques auront compris ça, à ce moment-là ils auront compris la science, ils seront dans la science et ce que l’on parle aujourd’hui deviendra simplement une antiquité.

RG : Ils se servent finalement du temps ?

BdM : Ils voyagent dans le temps, mais quand je dis dans le temps, je dois l’expliquer en relation avec la connaissance qui est dépassée, c’est-à-dire que tous les concepts humains, quels que soient ces concepts, sont sujets au conditionnement humain. Si je demande par exemple, si je demande à quelqu’un qu’est-ce que c’est de l’espace, qu’est-ce que c’est du temps, qu’est-ce que c’est la gravité, on va me répondre en relation avec les données que l’on a au niveau de l’expérience humaine.

Mais le temps dans le cosmos, ce n’est pas la même chose, et l’espace dans le cosmos, ce n’est pas la même chos. L’espace, cosmiquement, c’est un engendrement instantané de la vie, l’espace c’est une limite imposée par la vie pour contenir la forme. Le temps dans le cosmos, c’est une réorganisation aussi instantanée de la matière supramentale à travers les différentes vibrations lumineuses. C’est pour ça que dans la science extraterrestre, on se sert du temps pour voyager, on se sert de l’énergie de la lumière à l’intérieur du temps pour créer les formes nécessaires au déplacement, et on se sert de l’espace pour matérialiser la forme, on se sert de l’espace.

RG : Pour limiter la forme ?

BdM : Ben oui, parce que si on ne limite pas la forme, à ce moment-là il y a le conflit entre l’invisibilité et la matière, et ce serait absolument impossible à ces êtres-là de venir sur le plan ici… ———— RG : Serait-ce comme l’astronaute américain qu’on voit sur la lune, ce type qui est capable de se dégager de l’atmosphère terrestre, de se dégager finalement de notre monde où on est un peu prisonnier de la planète Terre, de l’atmosphère terrestre… On dit que tout est cyclique, on sait que les civilisations les plus anciennes ont commencé par l’Orient, le Japon, la Chine, ce sont des très très anciennes civilisations.

Graduellement les civilisations se sont amenées vers le Moyen Orient, vers l’Europe, et pour terminer, on s’est rendu finalement sur le Nouveau Monde en Amérique. Et après, où irons-nous ? Est-ce qu’on recommencera ici, c’est pourtant bien clair, c’est qu’une fois rendu en Amérique, c’est là où les Hommes ont fait le pas vers l’univers, puisque c’est d’Amérique que sont partis les premiers astronautes qui sont allés sur la lune.

L’extérieur est comme l’intérieur et ce qui se vit extérieurement sur la planète représente à la fois l’évolution intérieure. Ce que je veux dire, c’est que si on a fait le tour de notre globe et qu’on arrive au bout dans ce nouveau continent, dans ce nouveau monde où les gens ont extérieurement appris à quitter la planète, là où ils étaient prisonniers depuis des millénaires, par les fusées se rendent sur la lune, et bientôt sur d’autres planètes et probablement aussi un peu plus tard mais quand même, dans d’autres systèmes solaires, c’est un côté extérieur visible d’une réalité qui cache à l’intérieur aussi une possibilité à l’être humain de s’évader de son corps dans lequel il est prisonnier, relativement prisonnier.

Alors pour pouvoir le quitter, il faut être capable d’aller au-delà des réalités visibles pour tomber dans l’invisible, au-delà des réalités intellectuelles limitées dans des formes pour aller dans le supramental, aller au-delà de toute forme de spiritualité, c’est à peu près ça qui anime Bernard.

À la maison il y a environ un an, je le recevais dans un groupe d’amis… Et ce soir on rajoute à ces amis qui étaient dans le salon de la maison votre participation… ———— RG : Dans le domaine de l’ésotérisme, est-ce que déjà il y aurait des personnes qui ont des commentaires à passer ou des questions à poser ?

Question : Vous avez mentionné à plusieurs reprises : “Quand on pense” ! C’est quoi la vraie réponse ?

BdM : Penser, c’est une illusion de l’ego, c’est une illusion nécessaire parce que l’ego a besoin de se reconnaître en lui-même comme étant un agent actif et créatif au niveau de son existence. Lorsqu’une scission est faite entre l’ego et les plans de la conscience supérieure, c’est-à-dire lorsque l’ego réalise qu’il y a en lui un autre niveau de conscience auquel il appartient, sa faculté de penser est automatiquement diminuée, graduellement diminuée parce que le taux vibratoire de son corps mental est augmenté, de sorte qu’éventuellement, au lieu de penser, il communique.

Si vous étiez à la maison un soir, calme, si vous mangiez du XXX, et tout à coup vous commenciez à penser à des choses dont vous n’êtes pas habitué, supposons que vous êtes un menuisier, un Homme simple… Et tout à coup vous commencez à penser à la cinquième dimension, vous commencez à parler dans votre tête, vous commencez à réduire les théorèmes, vous commencez à comprendre la nature de l’atome, et que vous avez une bonne femme, et vous commencez à lui dire ça, automatiquement, et en plus du changement vibratoire chez vous, votre femme va suggérer qu’on vous amène à l’hôpital.

Alors les lois de la nature sont très équilibrées, il n’y a rien de pressé, mais lorsque l’Homme entre en contact avec le supramental où il doit reconnaître éventuellement l’illusion de la pensée subjective, ça se fait graduellement, et petit à petit, il se fait un accord entre son ego et sa conscience supérieure, de sorte que son ego qui est avant, auparavant était dense, était égocentrique, devient limpide, et voit vers l’extérieur de lui-même, au lieu de voir vers l’intérieur de lui-même.

L’ego ne se prend plus au sérieux, il communique avec un autre niveau d’énergie et par le fait qu’il communique avec un autre niveau de conscience ou d’intelligence qui connaît tout, il peut bénéficier de cette connaissance totale, et se connaître, et connaître les autres… (mot haché)… Reprise (…) De certaines forces, il a été créé par certaines forces qu’on appelle lunaires, d’ailleurs l’ego c’est un mystère, ça n’a pas été expliqué à l’Homme encore, heureusement, mais il n’y a rien de sérieux, et lorsque l’ego comprend ça, à ce moment-là il change.

Mais ce n’est pas parce qu’on sait ça qu’il faut abattre ceux qui se prennent au sérieux, parce que nous-mêmes, avant que cette transmutation se fasse, on se prenait au sérieux, alors tous les Hommes, si on les regarde d’en haut sont beaux, mais si on les regarde d’en bas, il y a beaucoup de travail à faire.

Question : De la façon dont je vois ça moi, c’est qu’on tombe presque dans un piège, de se poser des questions ?

BdM : C’est-à-dire que vous tombez dans un piège s’il n’y a pas de réponses et à toutes vos questions il y a des réponses, alors il n’y a pas de piège.

Participant : C’est peut-être le mauvais mot, c’est une impression qu’on se ramène à un plan qui n’était pas dans l’émission, c’est-à-dire un plan plus mental si tu veux, plus… RG : Intellectuel ?

Participant : Oui.

RG : Alors si au lieu de poser une question, tu veux passer un commentaire, plus loin, avoir une impression suite à l’émission ?

Participant : Moi, mon impression c’est que j’ai juste le goût de respect au niveau de l’émission dans ce sens de libération sur mon chemin, parce que quand je l’ai écouté je n’étais pas… BdM : Ça, c’est sur le plan vibratoire.

Participant : Oui.

BdM : Mais il n’y a rien qui empêche de parler, parce que lorsque l’on parle, on exerce un pouvoir plus ou moins petit, plus ou moins grand, et ce pouvoir est un pouvoir vibratoire qui provient du supramental. Tous les Hommes ont en eux du supramental et si les Hommes sont assez évolués pour ne pas faire obstacle à ce courant d’énergie, à ce moment-là, que ce soit questions ou réponses, c’est très valable parce qu’il y a un mouvement d’énergie qui se fait.

Sur le plan cosmique, les réponses et les questions sont les mêmes, à toute question il y a une réponse, à toute réponse il y a une question. Maintenant, si on fonctionne sur le plan mental ou supramental, à ce moment-là, on ne peut pas demander des questions parce qu’on connaît toutes les réponses. Alors à ce moment-là, la curiosité n’existe plus, mais on peut facilement et avec plaisir engendrer une discussion avec des gens qui ont encore cette faculté, et c’est à ce moment-là, que si on leur donne une certaine réponse qui a un certain taux de vibration, on les aide à devenir de plus en plus supramental.

C’est dans ce sens-là que la communication sur la Terre est très importante, si les Hommes ne parlaient pas, il n’y aurait aucun besoin de développer le corps mental. Moi si j’étais seul sur une île, je changerais de plan parce que je n’aurais rien à faire, mais si j’étais avec quelqu’un d’autre sur une île, je ferais autre chose, je bâtirais une petite maison, je passerais mon temps, jusqu’au moment où je déciderais de changer de plan. Mais c’est la conversation qui me permettrait ça, c’est pour ça que l’Homme, lorsqu’il a été créé, il a été créé en couple.

Moi j’ai une femme avec laquelle je parle, je ne parle pas de choses occultes, je parle. C’est très rare d’ailleurs qu’on ait des conversations très très avancées si vous voulez, mais lorsqu’on a des conversations, de menues conversations, on a du plaisir… ———— BdM : (…) Ce qui manque à l’ego, d’ailleurs ça, c’est le plus grand problème de l’Homme, ce qui manque à l’Homme, c’est de réaliser que l’autre Homme a quelque chose à dire même si c’est petit. Et lorsque l’Homme aura l’humilité pour réaliser cela, il verra que dans la personne qui n’a pas beaucoup de connaissance, il y a un grain de vérité. Il n’y a pas un Homme qui ne dit pas la vérité. Il n’y pas un Homme qui n’a pas quelque chose à dire parce que la vérité c’est une illusion, c’est comme la connaissance. C’est un point de référence.

Mais tant que l’on pense, on développe de la vérité, on cherche de la vérité parce qu’on a besoin d’un point de référence, c’est normal. L’ego c’est comme un bateau, il a à un certain point, besoin d’être attaché à un port, sans ça il ballotte sur les vagues de l’océan, il risque de se faire casser, tandis qu’un sous-marin c’est différent. Lui il peut se promener dans les eaux. Pourquoi ? Parce qu’il est protégé.

Ce que je reproche à L’Homme, c’est qu’il ne sait pas écouter son confrère, il a de l’orgueil et quand je parle de l’orgueil, je pourrais parler pendant des semaines de l’orgueil, parce que de l’orgueil c’est un phénomène fantastique. L’orgueil, c’est à la base de la création de l’Homme, l’orgueil c’est le germe qui permet à l’ego de se développer. Si l’orgueil n’existait pas, l’ego ne se serait pas développé parce que derrière l’orgueil il y a l’intellect.

Les gens qui sont spirituels, qui cherchent la spiritualité, souffrent d’une autre sorte d’orgueil, ce n’est plus l’orgueil du philosophe, ou du mathématicien, ou du scientifique, c’est l’orgueil de penser qu’ils sont spirituels. Dès que l’on pense qu’on est spirituel, on fait une gaffe. Et cette gaffe, c’est l’orgueil spirituel, mais il ne faut pas blâmer les Hommes parce que tout fait partie de l’évolution. Pour moi, l’orgueil ce n’est pas une chose morale ou immorale, c’est un état de vibration.

Et si on réalise le côté vibratoire des vertus ou des défauts, à ce moment-là, on commence à comprendre l’illusion des vertus et des défauts, parce que sur le plan vibratoire, les vertus et les défauts n’appartiennent pas à la personnalité, ce sont des énergies… Vous, vous êtes marié supposons, et votre femme un jour elle vous engueule, et vous, vous l’engueulez. Vos corps, vos personnalités servent aux énergies, les énergies passent. Suivant vos corps, cette énergie manifeste une vibration, votre femme se prend au sérieux, elle vous engeule ; vous, vous vous prenez au sérieux, vous l’engueulez, il y a un combat.

Une des premières choses en psychologie humaine que l’Homme doit comprendre, c’est que lui, il a raison, et l’autre elle a raison. Deux types qui se confrontent en discussion, ils ont tous les deux raison. Je vous somme de prendre n’importe qui ici dans une discussion quelconque, et je vais vous prouver qu’ils ont tous les deux raison, à leur niveau. Et ce qui se produit, c’est que l’ego, lui, voit la raison de l’autre de son point de vue à lui, et l’autre voit la raison de l’autre de son point de vue à lui, alors il n’y a pas de fin.

Lorsque les hommes et les femmes en mariage auront compris ça, il se rétablira dans la vie l’équilibre marital, mais à un autre niveau. Ma femme, elle a toujours raison. Mais il vient un point où ces niveaux de raison, on les accorde, et là on voit si on est sensible aux vibrations, que ce sont les forces qui passent à travers les corps et qui font vibrer les corps et qui créent une manifestation. Et si l’ego est assez sage pour voir à travers ce masque, à ce moment-là, il ne se prend plus au sérieux.

La science la plus importante c’est la psychologie. Aujourd’hui elle est embryonnaire, il y a du travail qui se fait mais ça prendra des chocs et des initiations pour amener l’Homme à comprendre la psychologie. Parce que la psychologie c’est la compréhension du fait qu’il y a entre l’Homme et le cosmique des forces et que son ego à lui reçoit ces forces. S’il ne comprend pas les mécanismes de l’Esprit, à ce moment-là il se prend au sérieux, et à ce moment-là il détruit la relation entre lui et sa femme ou lui et les Hommes.

Moi je connais des gens de toutes sortes de tempéraments et je me donne bien avec eux, parce que je sais qu’ils ont raison. Si je dois, pour une raison ou une autre, dire : “Oui, mais il y a plus grand qu’eux”, je le fais, mais toujours en prenant en cause leur raison et non la mienne, parce que moi je n’ai jamais raison, puisque je n’ai pas d’Esprit qui pense. Avoir raison, c’est penser que l’on se situe à l’intérieur d’une dimensionnalité spirituelle qui fait pour soi quelque chose de bon, de bénéfique, à moins d’être malade et de faire l’opposé.

La vie c’est la chose la plus simple qui existe et la vie c’est la chose la plus complexe qui existe. Elle est simple si on la comprend ; elle est complexe si on ne la comprend pas. Et on ne peut pas la comprendre par des mots, on la comprend par l’expérience, et il y a différents niveaux d’expérience.

Question : Quel est le rôle de la souffrance dans l’évolution de l’Homme ?

BdM : La souffrance sert… D’abord il y a la souffrance inconsciente et la souffrance consciente. Il faut commencer ici, la Terre souffre pour beaucoup de raisons, pour des raisons qu’on appelle ésotériquement des “raisons karmiques”, c’est-à-dire que si un Homme fait quelque chose, ça doit lui retomber sur la tête, c’est-à-dire qu’il doit se créer un nouvel équilibre pour que ces choses, les “records” (enregistrements) de ces choses soient répartis d’une façon plus normale dans l’universel.

Si l’Homme souffre d’une façon consciente, c’est-à-dire que s’il est en contact avec le supramental, les forces qui pénètrent en lui créent naturellement des vibrations très fortes qui amenuisent l’illusion de l’ego, et ça aussi, c’est une souffrance qui est nécessaire. Sur le plan humain, si on prend la première catégorie de souffrance, elle est nécessaire parce que l’âme a besoin d’évoluer.

Je vais vous expliquer ce que c’est que l’âme. L’âme ce n’est pas comme on le croit, l’âme c’est équivalent à un transformateur, c’est une unité d’énergie qui est divine, qui est originale, mais qui doit passer par différentes phases d’expériences, ce qu’on appelle une incarnation, pour lever son voltage. L’âme au début a un voltage très très petit, et au fur et à mesure qu’elle avance dans l’évolution, le voltage il monte, il monte, il monte, il monte, il monte… Mais lorsqu’elle est rendue au niveau de l’Homme où elle est individualisée au lieu d’être collective comme chez les animaux, à ce moment-là elle prend dans l’univers de l’importance, parce qu’elle est déjà dans un cycle où elle peut elle-même mener sa propre barque. Alors ce qui donne à l’âme cette capacité de changer de voltage, c’est la souffrance sur le plan physique terrestre humain. Dans les autres mondes, il n’y en a pas de souffrance.

Mais je ne peux pas tout expliquer ça. Alors la souffrance sert à faire évoluer l’Homme sur le plan initiatique, sur le plan de certaines personnes qui sont en contact avec le Rayon de la Création, et qui, à un moment dans leur vie, reçoivent ce choc vibratoire du Rayon, il y a aussi une souffrance consciente, mais elle a un autre but : C’est de créer dans les corps une résistance à ces vibrations, de sorte qu’éventuellement, il y a un canal, de sorte qu’éventuellement ce Rayon peut pénétrer jusqu’à la matière et transformer l’humanité.

Question : Est-ce que la science de la vie n’est-elle pas une science de l’éther, que l’Homme pourra se servir des éthers qui seront pour lui une technologie de l’Esprit, semblable à la technologie de la matière, pour changer les vibrations ?

BdM : Vous avez répondu à votre propre question. Vous voyez, il me demande une question et il a dans la question la réponse. Un jour, lorsqu’il aura le discernement parfait, il n’aura pas à demander la question parce qu’il connaîtra déjà la réponse. Il pourra aller à un autre niveau. C’est ça, vous avez entièrement raison, et c’est une belle raison.

Question : Est-ce que le silence mental exprimé par Aurobindo est une des clés vers l’état… (inaudible) BdM : Le silence mental c’est une étape qui permet au supramental d’être entendu par le mental inférieur. Les maîtres aujourd’hui dans le monde ont amené une technique de méditation, et cette technique elle est très bonne, parce qu’elle permet à l’Homme moderne qui n’est pas habitué au silence mental de s’exercer. Et lorsque dans quelques années, aux alentours de 1994, il y aura une vibration qui sera amenée sur cette planète, et les gens qui auront pratiqué la méditation pourront entendre cette vibration, c’est-à-dire qu’ils entreront en communication avec le supramental sur une base mondiale. Et ça, ça se fera pendant quelques années.

Et la méditation est un instrument très positif dans cette direction, mais il ne faut pas confondre la méditation avec l’Esprit, parce que la méditation requiert un effort, et l’Esprit n’existe pas dans la méditation. L’Esprit, comme je l’expliquerai plus tard est une dimension externe de l’âme, et l’Esprit n’a pas besoin de silence. Et lorsque l’Esprit se tait dans le cosmos, il n’y a plus de créativité, mais sur le plan psychologique humain, le silence il est bon, parce que c’est une attitude positive qui permet au mental de se rassasier, et que lui interne de sa propre existence.

Mais l’Homme, lorsqu’il est en contact avec le supramental n’a plus ce silence mental parce qu’il y a une communication incessante. Moi si je suis avec vous dans la chambre pendant des semaines et des mois, et des années, et que je ne vous parle pas, on va monter les murs. Et c’est la même chose pour un Homme qui est en contact avec le supramental, il y a lui dans la chambre et il y a le supramental dans la chambre, et il faut qu’il parle. Moi je me parle toute la journée, et en haut et d’en bas, et c’est normal.

Seulement qu’il faut développer une grande résistance pour se parler toute la journée, même dans la nuit quand on sommeille, parce qu’au début c’est fatigant, mais c’est là qu’on développe la résistance et que le canal se construit, se construit. L’Homme doit être éveillé à chaque moment de sa vie. Le plus grand danger de l’Homme, et vous le verrez à la fin du siècle, c’est d’être influencé de l’extérieur.

Lorsqu’un Homme qui travaille sur un plan occulte amène sur ce plan de la connaissance quelconque, il peut le faire de deux façons, il peut le faire d’une façon personnelle ou il peut le faire d’une façon impersonnelle. S’il le fait d’une façon personnelle, il travaille avec certaines forces, certaines énergies, que certaines personnes appelleraient “les forces astrales”. S’il travaille avec des forces impersonnelles, à ce moment-là le travail fait partie d’une communication directe entre l’âme et les niveaux supérieurs de la connaissance.

Le danger aujourd’hui, c’est que les Hommes ne sont pas préparées à reconnaître ce qu’ils appellent le mal, ils ne sont pas prêts à reconnaître ce qui est illusion, ils ne sont pas prêts à reconnaître ce qui est vérité, pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas en eux de centres d’énergie assez puissants pour satisfaire leurs propres besoins. Ils sont obligés de penser avec les pensées des autres, ils sont obligés de subir les influences des autres, et ça, c’est très dangereux.

Parce que je vous dis que dans les temps qui viennent, le combat cosmique c’est pour l’Esprit de l’Homme, et ça c’est dangereux. Heureusement qu’il y a des forces qui prendront soin de ça, mais beaucoup de personnes souffriront. Et si une chose doit être comprise par le monde, c’est que chaque individu, surtout ceux qui sont sensibles, surtout ceux qui sont psychiques, qui ont ces capacités vibratoires, ce sont les gens qui sont les plus susceptibles à être amenés à des cas de folie ou de destruction mentale. Parce que ce sont des gens qui n’ont pas de protection, ils reçoivent de tous les vents à gauche et à droite.

Quelqu’un qui n’a pas cette sensibilité, ce n’est pas important, mais un type qui a cette sensibilité-là, lui, il est dans un état de réception qui peut être dangereuse. Et il y a seulement une réponse à ça, c’est que les gens doivent trouver en eux la réponse, parce que tous les Hommes ont en eux la connaissance. Alors si quelqu’un vient vers vous et qu’il vous dit qu’il a la connaissance, il ne l’a pas la connaissance, il vous dit qu’il l’a mais il ne l’a pas, parce que lorsqu’on a la connaissance, on ne le réalise pas qu’on a la connaissance.

La réalisation qu’on a de la connaissance, c’est une illusion de la personnalité et ça c’est très subtil ce que je vous dis ; dès que l’on pense qu’on se réalise… Il y des gens dans le monde qui ont des pouvoirs, il n’y a rien de plus dangereux que le pouvoir. Lorsque l’Homme doit se servir de l’énergie pour faire un travail, il le fait, mais s’il le dit, là c’est dangereux, parce que ce n’est que lui qui est l’agent. Le discernement c’est très important, je vais vous faire une émission complète sur ça.

RG : J’ai une question, à vous poser par rapport avec le risque que l’émission que vous avez déjà faite, plus celle-ci, tombe dans les mains de gens non préparés, mais je ne parle pas des adules non préparés, car c’est à eux d’en tenir leur propre rigueur, si on veut, mais plutôt par des enfants, et alors là je vous demanderais votre opinion, puisqu’on dit que le royaume des cieux est ouvert à ceux qui seront semblables aux enfants, vis-à-vis l’éducation, vis-à-vis la façon de préparer les esprits des enfants ?

BdM : Lorsque quelque chose est créatif, il fait vibrer à l’intérieur ce qui est bon, et automatiquement il y a une liaison entre la créativité et ce qui est bon, et ça, ça permet à cet enfant de puiser ce qu’il a besoin, parce que tous les mots qui proviennent du supramental sont mesurés. Il n’y a pas d’erreur possible. Et si un enfant va à la télé, il est amené à la télé, il n’y a pas de hasard.

RG : Vous parliez tantôt du risque des gens qui ont des pouvoirs ? Et est-ce qu’on droit croire que l’enfant a des pouvoirs ?

BdM : Dans le sens qu’il peut faire des choses, dans le sens qu’il a une sensibilité. Tous les Hommes ont des pouvoirs, mais ces pouvoirs-là ne sont pas manifestés parce qu’ils n’ont pas les corps développés pour ces pouvoirs. L’Homme est pouvoir. Les enfants qui naissent aujourd’hui naissent dans une confrérie nouvelle sur le plan de l’intellect, ils ont des parents qui sont souvent ouverts à certaines choses, les enfants nouveaux, les âmes qui s’incarnent depuis 18, 19 ans, ce sont des âmes très évoluées, et vous ne pouvez pas retarder l’évolution d’un être.

RG : Croyez-vous à la présence de ce qu’on appelle les mutants ?

BdM : Les mutants, c’est un concept qui est très intéressant parce que les scientistes cherchent à découvrir dans différentes nations, soit des enfants ou des adultes qui ont certaines facultés cérébrales hyper-développées. Ça, c’est ce que j’appelle les mutants physiques. Mais ces mutants physiques là ont aussi des facultés souvent intuitives très développées qui sont reconnaissables dès qu’ils entrent en contact avec des gens qui ont de l’intuition développée.

Et le concept de mutant, c’est un concept qui est très intéressant, c’est un concept purement scientifique, mais il y a certainement une mutation qui se fait, une transmutation, c’est mieux d’employer le terme “transmutation” que “mutation”, parce que “mutation”, ça implique radioactivité, tous ces machins, tandis que “transmutation”, ça implique un rapport avec le bas et le haut. Et c’est réellement du haut que ce changement-là se fait ou se fera chez ces enfants-là ou vers la population en général. Mais il y aura certainement une mutation qui va se faire d’ici à la fin du siècle, parce que c’est la fin d’un cycle. La civilisation humaine ne peut plus continuer, c’est impossible.

Alors il y aura ces enfants et l’on s’en aperçoit, moi j’en rencontre de temps à autre, qui ont quelque chose que nous, nous n’avions pas. Ils ont cette perception, cette clairvoyance, ce petit génie et ça se développe. Et s’ils sont avec des parents qui ont développé avec le temps et qui ont sensibilisé leurs esprits avec les choses nouvelles qui nous sont données, à ce moment-là, ça fera des enfants qui serviront à l’évolution de l’Homme. Parce que si l’Homme regarde l’évolution de l’Homme, d’ici très peu d’années l’Homme aura été donné ce qui n’a jamais été donné à la Terre.

Alors ces enfants feront partie de cette expérience et pourront participer à un patrimoine extraordinaire dans le cadre d’une possibilité évolutionnaire que seulement certaines personnes sur la planète comprennent. Alors nos enfants, il faut les aimer, il faut les aider, et il faut aussi les suivre dans leur évolution, de sorte qu’ils ne s’égarent pas, parce que l’ego aujourd’hui de l’enfant, il est constamment influencé par d’autres ego, et n’ayant pas de point de référence, il veut faire comme les autres, et l’ego doit en arriver à faire comme lui veut. Il y a des tendances dans l’éducation aujourd’hui, dans tous les pays du monde, qui sont très néfastes.

Le fameux… je fais honneur à cet Homme parce que je le considère comme un des grands Hommes du vingtième siècle mais ils ne sont pas très connus : Rudolf Steiner. Naturellement on peut toujours discuter le pour et le contre sur le plan théorique de l’éducation. Mais lorsqu’un Homme fait des études dans l’invisible, de l’évolution d’un enfant, il est très sûr qu’après des années de recherche, il aura découvert des principes de base que les gens aujourd’hui devraient étudier, s’ils veulent donner à leurs enfants une éducation et leur donner une possibilité d’évolution qui est à la grandeur de l’Homme.

Alors faites attention à vos enfants parce que vos enfants sont dans un état de grande instabilité vu les influences extérieures, et une des façons les plus faciles de détruire les possibilités d’un enfant, c’est de lui faire croire que ce qui se passe autour de lui est nécessaire pour sa liberté personnelle. L’éducation progressive peut être très pernicieuse, il y a des côtés qui sont positifs, mais les gens qui ont de la vision et qui connaissent les lois de l’Esprit se doivent de donner à leurs enfants une certain ligne de développement et non une ligne de pensée.

————- RG : On voudrait être à l’écoute des informations les plus importantes, on dit toujours : “les messages nous venaient inspirés de Dieu autrefois”, aujourd’hui on s’attend peut-être que les messages viendront des êtres extraterrestres, des êtres interplanétaires et nos radiotélescopes sont pointés vers eux.

On s’attend que les solutions à des problèmes humains viendront de l’extérieur, on a toujours espéré peut-être d’une certaine façon avec la foi, en des réalités extérieures à l’Homme alors qu’on devrait arriver un jour à saisir l’importance de se transformer, mais en mieux.

C’est peut-être de cette façon que Bernard qui nous parle du supramental, qui est en fin de compte quelque chose qui dépasse la spiritualité, qui va au-delà des formes, qui rejoint l’intelligence cosmique comme dirait l’autre, c’est en allant toujours au fond des choses avec Bernard qu’on comprend que tout est pourtant si simple.

Et ce n’est pas en fixant nos radiotélescopes vers le cosmique qu’on recevra des réponses du cosmique, mais c’est en pointant un radiotélescope miniature, si on veut, vers l’intérieur de chaque personne, vers l’intérieur de soi, qu’on recevra certainement la réponse qui nous convient à chacun. Bonsoir.

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut