PE-136 Le taux vibratoire

“Q : (…) à propos de ce que vous avez dessiné tantôt, vous disiez qu’il y avait 10 % qui étaient… BdM : De mémoire utile ! Q : Est-ce que ça fait partie du pourcentage de notre cerveau qui ne fonctionnerait pas, parce que si on fait partie de la mémoire de la race et puis on vient de la source, pourquoi la mémoire …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.

Question : (…) à propos de ce que vous avez dessiné tantôt, vous disiez qu’il y avait 10 % qui étaient… BdM : De mémoire utile !

Question : Est-ce que ça fait partie du pourcentage de notre cerveau qui ne fonctionnerait pas, parce que si on fait partie de la mémoire de la race et puis on vient de la source, pourquoi la mémoire ou cette partie-là, on ne l’a pas, pour pouvoir justement retourner à la source ?

BdM : La mémoire de la race, on l’a, mais elle est en suspension. Il y a des gens, par exemple… Je vais vous donner un exemple. Il y a des gens qui ont des facultés paranormales, des voyants… Il y a des gens qui ont des facultés paranormales spécifiques. On va prendre Edgar Cayce… Edgar Cayce un jour s’est aperçu qu’il parlait espagnol, après avoir eu un contact interdimensionnel, quand il s’est réveillé il parlait espagnol.

Ça fait que la mémoire, ce qu’on appelle la mémoire de la race ou la mémoire, ou une mémoire plus vaste, elle est toujours existante ; seulement quand on est dans notre ego, on a toujours accès à une partie de mémoire avec laquelle on est familier. Si on avait accès à de la mémoire avec laquelle on n’est pas familier, on vivrait un choc psychique, puis on développerait des facultés paranormales. Et il y en a des gens qui le vivent, ça ! Mais ce n’est pas donné à tout le monde.

Puis en général les gens qui vivent des facultés paranormales, souvent ont des vies très très difficiles parce que ça débalance le corps mental suffisamment ça, pour que l’individu ait une vie qui est karmiquement déterminée là ! Ça fait que l’organisation mentale de l’Homme est faite en sorte que l’Homme accède à des choses ou à des notions avec lesquelles il a de l’expérience. Comme ça, ça stabilise l’ego. Imaginez-vous, si vous demain matin là, vous vous réveillez puis vous pourriez parler allemand, russe, puis latin ! Ça vous créerait un choc, probablement que ça débalancerait vos énergies suffisamment pour vous rentrer à “Grande bâtisse” (HP).

Question : Si on était conscient, ça ne créerait pas de choc ?

BdM : Si on était conscient, ça ne créerait pas de choc, par contre ça donnerait des pouvoirs occultes qui pourraient troubler votre environnement. Ce n’est pas parce qu’on est conscient, ce n’est pas parce qu’un Homme est conscient qu’il peut accéder à n’importe quelle information, même au contraire, j’ai l’impression que plus un Homme est conscient, plus il a accès… Bon, je vais prendre mon cas à moi… Moi j’ai accès à une information illimitée par rapport à mon travail. Mon travail consiste à quoi ? Mon travail consiste à édifier, pendant que je vis, une psychologie évolutionnaire, autrement dit une psychologie qui permet à l’Homme de sortir de l’involution, sortir de la spiritualité de l’involution.

Alors dans mon travail il n’y a pas de limite, si je dois être voyant pour ça, je vais l’être, mais ça fait partie de mon travail. Mais si vous me demandez demain matin : “Quel cheval va rentrer à l’aérodrome, pas l’aérodrome, (rires du public), à l’hippodrome demain”… ? Vous n’aurez pas l’information, on ne me fournirait pas de l’information, parce que ça, ça déstabiliserait ma vie, votre vie, ainsi de suite. Alors de l’intelligence, c’est très intelligent !

Et le problème avec l’Homme, c’est que quand on prend conscience occulte ou quand on prend conscience de l’occulte au début, on n’est pas habitué parce qu’à cause de notre ego, on veut… L’Homme à cause de son ego veut élargir l’enveloppe de sa conscience, ce qui veut dire que l’Homme aime avoir des pouvoirs. Mais pour avoir des pouvoirs, il faut absolument que l’Homme ait un très grand lien avec les plans pour que ces pouvoirs-là ou ces facultés-là, ne troublent pas la vie sur le plan matériel, la vie psychique, la vie matérielle !

Alors dans mon cas, par exemple, je n’ai pas le droit publiquement de faire de prophéties. En privé, je peux parler de l’avenir mais je n’ai pas le droit d’écrire dans mes livres, je n’ai pas le droit en public de faire de prophéties parce que ça troublerait l’équilibre autour de ma personne, puis ça protège aussi ma personne. Ça, ça fait partie de ma vie, mais une autre personne avec un autre taux de vibration, un voyant quelconque pourrait faire des choses que moi je ne peux pas faire. Je n’ai pas le droit de le faire, je ne peux même pas parler de civilisations extérieures en public, ce n’est pas parce que je ne veux pas !

Il y a un Homme… Il y a un Homme seulement avec lequel je peux parler de tout ça, je le vois très rarement, une fois par année, puis quand il vient chez moi, on en parle jusqu’à tant que les oreilles flottent, mais c’est la seule personne avec laquelle je peux le faire, et il n’y a aucune personne avec laquelle je peux le faire. C’est vibratoire, ce n’est pas parce que je ne veux pas, j’aimerais ça m’asseoir à table, j’aimerais ça vous donner des conférences sur ça, les salles seraient pleines mais je ne peux pas le faire, parce que ça ne fait pas partie de ma vie, ça ne fait pas partie de mon mandat, ça ne fait pas partie de leur agenda.

Ça, c’est une chose que j’ai comprise depuis très longtemps, ça fait que je n’ai plus de problème avec ça ! Mais dans mon travail là, à ce moment-là j’ai pleine liberté d’être créatif, ainsi de suite.

Question : Comment ça se passe la suspension de la mémoire de la race ?

BdM : Ce sont les plans qui la suspendent, la mémoire de la race. Quand je dis que l’Homme conscient perd conscience, perd de la mémoire de la race, ça veut dire qu’il n’est plus lié à la mémoire de la race, il n’est plus lié. Ça ne veut pas dire qu’il la perd, il n’est plus lié. S’il en a besoin, elle va revenir, mais lui ne sera plus lié à cette mémoire-là ! C’est évident qu’il y a une perte de mémoire mécanique… Je sais qu’il y a des gens dans la salle qui sont en évolution depuis un certain nombre d’années qui vont dire : “Je n’ai plus la mémoire aussi facile aujourd’hui que j’avais dans le temps”. Bon, on s’habitue, on se trouve des trucs, mais il y a effectivement une perte de mémoire mécanique parce que c’est comme si la conscience… La perte de mémoire est remplacée par une conscience créatrice.

Puis dans le fond, il n’y en a pas de perte de mémoire, parce que moi je m’en aperçois quand j’écris ou quand je parle, il y a des mots qui me viennent que je n’imaginerais même pas avoir dans mon mémoriel, mais quand le mot est nécessaire, ça vient, ça sort, ainsi de suite. Mais que l’Homme conscient perde… Que l’Homme, à cause du changement de son taux vibratoire dans le mental perde de la mémoire mécanique, ça c’est inévitable.

Puis avec le temps, l’Homme va s’habituer, on s’ajuste à ça, ça ne nous dérange plus, mais au début ça nous énerve sur le plan psychologique, mais ça, ça dépend des individus. Si vous êtes un ingénieur, ils vont vous enlever un minimum de mémoire, il faut que vous travailliez. Quand vous êtes libre un petit peu comme je le suis, puis réellement retiré du système humain, ils ont avantage à me retirer beaucoup de mémoire, pour que mon canal soit le plus effectif possible, pour dire ce que j’ai à dire sans colorer ce que j’ai à dire.

Ça fait que ça dépend des individus. On a tous un rôle à jouer sur le plan matériel, on a tous une vibration particulière. Puis vous saurez avec le temps ce qui vous sera enlevé, puis certains parmi vous autres ne seront pas… N’auront rien d’enlevé, ça dépend de votre vie, ça dépend de votre travail. Si vous êtes un médecin, vous avez besoin de votre mémoire, si vous êtes un psychologue, vous avez besoin de votre mémoire, ça dépend ce que vous faites ! Il ne faut pas se casser la tête avec ça, mais il y aura définitivement un retrait de mémoire ; si vous êtes très très cultivés au niveau mémoriel, avec le temps vous allez réaliser qu’il y a une perte de mémoire qui s’introduit. Mais ça, ça fait partie du changement vibratoire du plan mental, c’est normal.

Question : Est-ce que c’est tout le monde qui assiste à vos conférences qui…

BdM : Ça dépend des individus, ça dépend de vos expériences, partez du principe que tout le monde est différent, puis partez surtout du principe qu’il ne faut pas que vous vous en fassiez avec ça ! Il ne faut pas que vous preniez ça au sérieux, mes conférences, parce que vous allez faire du “sang de cochon” pour rien. Mes conférences, il ne faut pas vous occuper de tout ça ! Les conférences vont s’occuper de vous (rires du public). Mais il ne faut pas vous occuper de ça. Il y a des choses que je vous dis, de sorte que si un jour vous commencez à perdre un peu de mémoire, ben, vous ne serez pas énervés, vous n’allez pas penser que vous faites de “l’Alzheimer” !

Question : On s’en fout de la mémoire, une fois qu’on est en contact avec le lien universel, avec son lien à soi, ça donne de la connaissance… L’ego s’en fout ?

BdM : Oui, mais ça ne marche pas comme ça, l’ego ne s’en fout jamais de rien. L’ego lui, quand il parle quelque chose, il se sent toujours un peu oublié.

Question : Oui, mais l’ego qui… Il comprend que lui, il a tout avantage de couper le courant… Ça ne le dérange pas de perdre de la mémoire…

BdM : Oui, mais là, vous faites de la philosophie de conscience, quand ça va vous rentrer dans le corps, vous allez voir que c’est une autre paire de manches ! Petit à petit… Moi si on m’avait dit en 1969 que j’aurais la mémoire que j’ai aujourd’hui, j’aurais “freaké” (paniqué) net. Pourtant aujourd’hui c’est normal, je comprends ça, le temps fait toutes sortes de choses, puis on est tous différents. Moi je parle de mon expérience pour expliquer le principe de cette transmutation-là, mais on a tous notre expérience. Surtout, il ne faut pas croire ce que je vous dis parce que si vous commencez à croire ce que je vous dis, vous allez faire du “sang de cochon” ! Il ne faut jamais s’occuper de ce que je vous dis, vous n’avez pas besoin de vous occuper de ce que je vous dis !

Question : Est-ce qu’il y a une relation avec l’âge ?

BdM : L’âge, la fonction sociale. Plus vous êtes vieux, plus c’est difficile, parce que quand on vieillit on est plus rigide, on a beaucoup de mémoire. Quand on est plus jeune, c’est plus facile. C’est pour ça que les gens comme moi qui vivent des grandes transformations, ils vont nous chercher vers vingt-neuf, trente ans, dans la fleur de l’âge. Ils ne vont pas nous chercher à soixante-quatre ans ! Bon, je continue sur le taux vibratoire parce qu’il y a toujours des gens nouveaux qui viennent dans la salle, puis je vous fais une lecture sur le taux vibratoire.

Ils disent que le taux vibratoire, l’augmentation d’un taux vibratoire, c’est une ingérence des plans dans la conscience de l’Homme, c’est une ingérence, mais c’est une ingérence créative. C’est comme ton grand “chum” ici, une ingérence, mais créative ! Puis cette ingérence-là permet avec le temps à l’Homme de s’autodéfinir par rapport à l’invisible. Ça veut dire quoi “s’autodéfinir par rapport à l’invisible” ? Ils disent qu’un Homme s’autodéfinit par rapport à l’invisible quand il a le pouvoir de prendre le contrôle de sa parole.

C’est extraordinaire ça, le phénomène de prendre le contrôle, c’est comme si la lumière elle descend dans l’Homme, dans son cerveau, puis l’Homme en tant qu’ego est capable de prendre le contrôle de cette énergie-là. C’est un phénomène extraordinaire parce que c’est seulement à ce moment-là, quand l’Homme est capable de prendre le contrôle de sa parole, qu’il est capable à ce moment-là, d’édifier la conscience de l’Homme, de faire grandir la conscience de l’Homme, de mettre l’Homme en vibration.

Donc les forces mettent l’Homme en vibration et l’Homme met l’Homme en vibration. C’est dans ce sens-là que la conscience, cette conscience universelle, cette conscience évolutionnaire, va permettre à des individus dans le monde qui vont se rencontrer dans différents pays, de mettre en vibration l’autre, de mettre en vibration l’autre, de mettre en vibration l’autre ! Parce que tout ça, ça va se faire sur une base individuelle, il n’y aura jamais de conscience collective consciente sur la Terre, oubliez ça, ça n’existera jamais, parce que les Hommes vont mourir, les Hommes conscients vont passer à une conscience morontielle, puis ils ne reviendront plus, puis il restera toujours sur la Terre des êtres inconscients.

Ensuite les êtres conscients passeront au plan morontiel, puis il restera toujours sur la Terre des Hommes inconscients, ça fait qu’il n’y aura jamais sur la Terre une Humanité consciente, ça n’existera pas. D’ailleurs, s’il y avait une Humanité consciente sur la Terre, il n’y aurait aucune raison pour qu’il y ait des Hommes sur la Terre, vous comprenez ? Pour qu’il y ait des Hommes sur la Terre, il faut qu’il y ait de l’inconscience, il faut qu’il y ait de la souffrance de l’âme, il faut qu’il y ait du karma, ainsi de suite, ainsi de suite, ainsi de suite.

Donc il y aura toujours des Hommes inconscients sur la Terre, et de ces Hommes-là naîtront des Hommes conscients qui ne reviendront plus sur la Terre, parce qu’ils passeront à la conscience morontielle, ils ne reviendront plus jamais en conscience astrale pour l’incarnation. Mais des Hommes conscients qui rencontreront des Hommes conscients sur la Terre, dans différents pays, mettront des Hommes conscients en vibration, c’est comme ça que ça va se faire le processus de transformation !

Question : Dans le contrôle de la parole, quelque part, il y a l’ego qui reprend le contrôle ?

BdM : Oui, mais quand je parle de prendre le contrôle de la parole, je veux dire contrôler la vibration. Quand tu es conscient, tu es capable de contrôler la vibration, la contrôler, travailler avec, c’est comme si tu es un sculpteur puis c’est toi qui sculpte, c’est comme si tu es capable de dire ce que tu as à dire ! Tandis que quand tu es inconscient, tu n’es pas capable de tout dire ce que tu as à dire. Quand tu es conscient, tu es capable de tout dire ce que tu as à dire.

Question : Tout dire ou avec de la censure ?

BdM : Ah ! Non, il peut y avoir de la censure. Moi j’ai beaucoup de censure, moi je vis beaucoup de censure. Je peux dans la salle ici ce soir ne pas pouvoir dire certaines choses, alors que dans une autre salle je pourrais le dire, ça fait que j’ai des censures parce que les plans vont toujours considérer le taux vibratoire des gens dans la salle. Il pourrait y avoir un individu dans la salle qui pourrait être affecté par ce que je dis, puis ce contrôle-là serait retiré. Toujours protéger l’individu. Ça fait qu’il y en a de la censure, moi j’en vis beaucoup de censure !

Question : Vous en êtes conscient ?

BdM : Oui, je le sais. Je sens la retenue, il y a une grosse retenue. Puis si je vais par en dedans, ils vont dire : On n’en parle pas de ça ! Ça, c’est fatigant ! Je vais toujours dire ce que j’ai à dire dans le sens de ce qui est nécessaire dans le cadre de la conscience collective de la salle, le taux vibratoire de la salle, parce que la salle elle a un taux vibratoire, une autre salle a un autre taux vibratoire.

Question : Vous êtes en contrôle de ce que vous dites ?

BdM : Je suis en contrôle de ce que je dis dans le sens de “je dis ce que je veux”, mais ce que je veux c’est ce qui est bon, je ne peux pas dire ce que je voudrais qui serait bon…

Question : Ça n’a rien à voir avec l’ego, c’est ce qu’il faut !

BdM : Non, non, ça n’a rien à voir avec l’ego, non. C’est ce qu’il faut ! C’est plus juste ce que vous dites, je dis ce qu’il faut puis je ne dirai rien de plus, puis ni moins.

Question : C’est pour ça qu’on dit qu’avec des grands pouvoirs, on est responsable de ses pouvoirs ?

BdM : Oui, parce qu’on toujours responsable des gens dont on affecte l’Esprit, puis tu ne peux pas sortir de tout ça… Souvent il y a des gens qui me disent : “Pourquoi est-ce que vous ne donnez pas une conférence réellement occulte pour des gens qui veulent ça, des conférences réellement occultes”… ? Puis je ne le fais pas, parce que premièrement ça ne servirait pas au monde. Ce qu’on a besoin de savoir, c’est comment est-ce qu’on fonctionne, comment ça marche la machine… Mais aller dans l’occulte, puis l’occulte, puis l’occulte, ça ne servirait pas, ça fait qu’à ce moment-là il y a une retenue, puis je ne suis pas capable de le faire.

Ça fait qu’autant je suis très très occulte, autant je hais l’occulte, je ne veux pas d’occulte, je n’aime pas l’occulte, pas parce que ce n’est pas réel, mais parce que ça ne sert à rien si tu penses ! Si tu ne penses pas, tu n’as plus de problème avec l’occulte. Ça fait que si tu ne penses pas, à ce moment-là il n’y en a plus pour toi d’occulte. Pour moi l’occulte, ça n’existe pas. Mais pour quelqu’un qui pense, l’occulte ça existe, parce qu’à un certain moment donné, tu es obligé de lever des voiles, tandis que pour moi les voiles sont toujours levés, ça fait que l’occulte n’existe pas.

Ça fait que tu es obligé de protéger les gens, c’est pour ça que c’est très très important dans l’évolution de la conscience évolutionnaire sur la Terre. D’ailleurs, ça va être inévitable ça, tu ne peux pas passer de l’involution à l’évolution et demeurer dans ce que j’appelle l’enseigne de l’orgueil intellectuel ; parce qu’à partir du moment où tu réalises que la pensée vient d’ailleurs, déjà tu commences à perdre ton orgueil parce que l’ego se fait taper sur le “pipi”.

L’ego, il en prend pour sa claque quand il prend réellement conscience que la pensée vient d’ailleurs là ! Pas simplement philosophiquement mais qu’il commence à le sentir, puis que ça commence à se faire parler dans sa tête là, puis ça se fait dire dans sa tête : “T’es un universitaire, t’as une maîtrise en mathématiques, essaie donc d’additionner deux + deux là”… Puis tu essaies, puis tu n’es pas capable, là ils disent : “Là, t’es capable, fais-le,” là tu essaies d’additionner deux + deux, puis t’es capable ! Ça fait que l’ego il en prend pour son “rhume” (grade). L’ego, il en prend pour son “rhume” !

Ça fait que le changement du taux vibratoire chez l’Homme, le changement du taux vibratoire de son corps mental, va créer dans sa conscience un épanouissement de son rayon personnel, c’est sûr, mais par contre avec l’épanouissement de son rayon personnel, l’Homme va avoir une grande transparence au niveau de l’ego, ce que vous appelez de l’humilité vous autres, moi je préfère utiliser le mot “transparence”, parce que le mot “humilité” c’est toujours polarisé par le mot orgueill.

Tandis que transparence, ça veut dire transparence, la lumière passe à travers, l’Homme est un canal, puis il fait ce qu’il y a à faire, puis il n’y a pas de réflexion. Mais c’est le taux vibratoire de son mental qui va créer cette grande transparence là. Et plus l’Homme va développer une conscience mentale, plus son taux vibratoire va grandir, va s’élever, va s’élever.

Puis il va venir un jour évidemment où le taux vibratoire de la conscience humaine va être tellement élevé, qu’à ce moment-là l’Homme va flotter au-dessus de la mémoire de la race, il ne sera plus dans la mémoire de la race, il ne pourra plus être prisonnier de la mémoire de la race. Ça ne ne veut pas dire qu’il ne va pas la connaître la mémoire de la race, mais il ne sera plus affecté par la mémoire de la race.

Autrement dit, si j’étais Mahométan, si j’étais Islamiste, puis j’avais été éduqué avec le Coran, puis je vivrais un changement au niveau de la conscience mentale, éventuellement je ne pourrais plus me baigner dans l’étude du Coran, je ne pourrais plus parce que mon taux vibratoire serait trop élevé pour traiter avec des pensées d’un autre ordre. Mais ça ne veut pas dire que je ne serais pas un “bonhomme” (homme bon), ça ne veut pas dire que je ne serais pas un homme… un “bonhomme”… Je serais un “bonhomme”, mais je n’aurais pas la conscience spirituelle involutive de l’Islamisme ou la conscience involutive du Chrétien, ou la conscience involutive de celui qui pratique le Confucianisme ou le Bouddhisme.

J’ai eu quelqu’un, un Américain, un “bonhomme” qui m’a envoyé un e-mail… C’est rare que j’écrive dans des mails mais lui, il était tellement brillant que j’ai répondu, (parce que je ne veux pas travailler, ça fait que si le monde commence à m’envoyer des mails, ça ne finira plus). Je lui ai répondu, puis il voulait… C’est un Bouddhiste, puis il voulait mon impression sur ce que j’avais à dire sur la compassion.

Ça fait que là, je ne me rappelle plus ce que je lui ai dit, mais je vais vous le redire à vous, mais je vais vous le redire d’une autre façon, je suppose… Regardez bien ça ! Ça, ça lui a donné un choc parce que la compassion dans le monde bouddhiste, c’est considéré comme une grande valeur ! Mais si on la regarde à partir du plan mental, je vais vous donner cinq, six définitions de la compassion.

Il dit : La compassion c’est utile simplement quand vous pensez que vous êtes bons. Il dit : La compassion ça sert simplement si vous avez peur de ne pas être bons. La compassion c’est bon pour le très très conscient, parce que ça adoucit ses mœurs, mais ça ne lui donne pas l’intelligence de la souffrance des autres parce qu’il n’est pas capable de se séparer de l’émotion de la souffrance. Il dit : Tout être compassionnel est prisonnier de Bouddha qui est la mémoire de la race. C’est intéressant !

Je lui ai envoyé ça en e-mail, puis laissez-moi te dire que j’en ai eu des questions, il a fallu que j’arrête avec lui, il m’a envoyé quatre, cinq e-mails de fil là, puis après ça, ben j’ai arrêté, j’arrête d’envoyer des e-mails parce que je ne peux pas faire des e-mails toute la vie. Mais pour expliquer quoi ? Que quand tu as un taux vibratoire mental, tu ne peux pas traiter avec la forme comme les Homme traitent avec la forme. Ça fait que tu passes d’une conscience involutive, la compassion, à une conscience créative où tu es simplement dans l’intelligence.

Ça fait que moi, si je m’en vais sur la rue, puis il y a un type qui me demande de l’argent, puis il est tout mal accoutré, ainsi de suite, je vais aller par en dedans puis je vais dire : “Est-ce que je lui en donne”… ? iIs peuvent me dire : “Non, c’est assez, il a fait trente-sept pièces aujourd’hui.” Je continue mon chemin, mais si vous, vous êtes là, puis que vous me voyez passer, vous dites : “Bernard de Montréal, il n’est pas bien généreux, regarde le gars, il est tout décrissé puis il ne lui donne pas une pièce”… C’est votre problème ! Comprends-tu ce que je veux dire ? (rires du public).

C’est de même que ça marche. Je l’ai eu, parce que là je vous parle, ça a l’air bien facile puis comique ce que je vous dis, mais tout ce que j’ai vécu pendant mon initiation qui a duré des années, j’en ai vécu des tests de toutes les sortes. Je me rappelle quand je suis revenu de la jungle, je ne sais pas moi, en 69/70, j’étais à New York, puis il y a un noir qui s’en vient vers moi puis il dit : “Hey man ! My grandmother is sick, can you give me some money ? Can you give me 5 dollars”… ? (Hey mec, ma grand-mère est malade, tu peux me donner cinq dollars ?) Dans ce temps-là, j’étais bien bien spirituel, je vais dans ma poche puis je vais chercher cinq pièces, puis je lui donne les cinq pièces, puis le noir il s’en va. Ça fait que tout d’un coup, il revient puis je me dis : Il va m’attaquer pour avoir le reste (rires du public). Il revient puis il dit : “Hey man, you know, I got to take the bus, so I can go and meet my grandmother, you’ve got 50 cents”… ? (Hey mec, tu sais, je dois prendre le bus pour aller voir ma grand-mère, tu as cinquante cents ?) Ça fait que là, je suis allé par en dedans, puis je dis : “Qu’est-ce que je fais avec ça”… ? “Donne-lui cinquante cents”. Ça fait que je lui ai donné cinquante cents puis il est parti.

Puis là, je dis : “C’est quoi l’affaire, c’est quoi l’exercice”… ? Tu sais ce qu’ils m’ont dit ? : “Pour que tu saches que t’es bon”. Parce que dans ce temps-là, je vivais toute la dépolarisation du mental, tu te demandes : “Es-tu connecté à des forces positives, es-tu connecté à des forces négatives”… ? Puis c’était terrible ce que j’ai vécu dans ce temps-là. Aujourd’hui c’est réglé, mais dans ce temps-là… Ça fait que pour eux autres, c’était une façon de me faire savoir que j’étais un “bonhomme”. Si je n’avais pas été un “bonhomme”, je ne lui aurais pas donné de l’argent, ça fait que ça m’a relaxé, ça m’a calmé, parce qu’ils sont intelligents !

Puis ce sont toutes des petites expériences de même, puis des milliers puis des milliers, puis des miliers de petites expériences de même que tu peux vivre pendant dix, quinze, vingt ans d’initiation. Ça arrive éventuellement à te faire comprendre comment ça marche ! Je vous en donne une partie de tout ça quand je fais des conférences, parce qu’au début, le contact avec les plans ce n’est pas évident ! Après vingt ans, vingt-cinq ans, trente ans, ça devient plus évident, c’est comme si moi puis vous, on est des “chums”, puis on se rencontre pour la première fois, je ne vous connais pas, je ne connais pas votre psychologie. Mais après trente ans, je vais connaître votre psychologie, c’est un petit peu de même avec eux autres.

Question : Comment on différencie le plan… Où on peut être manipulé dans le mental, comment on peut différencier la parole, comment on fait pour savoir si c’est mon ego qui parle ou pas mon ego ?

BdM : Vous allez le savoir, vous allez le savoir ! Vous allez le savoir par vous-mêmes parce que plus votre taux vibratoire va se développer, plus vous allez pouvoir la sentir, la lumière. Ça se sent ça, de la lumière, ça se sent de l’intelligence. C’est physique l’intelligence, comme le mensonge c’est physique, l’intelligence c’est physique ! Vous allez le savoir. Ça, c’est une affaire d’expérience, ça s’ajuste, on s’habitue à ça.

Question : Bernard, l’Homme est toujours fasciné par l’invisible… (inaudible) BdM : Oui, l’Homme est trop fasciné, oui c’est une bonne question, ça. Oui l’Homme est trop fasciné par l’invisible parce qu’il a été trop longtemps coupé de l’invisible. Quand il commence à prendre contact télépathique avec l’invisible, à un niveau ou à un autre, dépendant de son rayonnement, à ce moment-là il a une fascination parce qu’il ne connaît pas l’agenda de l’invisible, il ne connaît pas la “game”.

Puis on a l’impression nous autres que parce qu’on est en contact avec notre ajusteur de pensée, que cette affaire-là, cette intelligence-là, ça fonctionne comme nous autres, puis ça ne fonctionne pas comme nous autres. Ils ont leur agenda, puis l’agenda qu’ils ont, c’est pas notre agenda ! Nous autres on a un agenda humain, puis eux autres ils ont un agenda systémique, puis avant que ça se rencontre ces deux agendas-là, ça prend des années, puis des années, puis c’est ça que j’appelle l’intégration de la conscience. Moi je commence à m’habituer à eux autres, ça fait des années, puis encore, je ne les “trace” pas, mais je suis plus habilité que vous autres, en général, à ne pas être resté… Je les vois venir plus vite.

Question : On est toujours obligé, dans notre condition à composer avec… BdM : C’est ça ! Mais avec le temps, on en arrive à pouvoir équilibrer ça, c’est un jeu, c’est quasiment un jeu d’équlibre. Puis moi, je me considère aujourd’hui pas mal normal… Pas mal normal. Mais je veux dire je suis pas mal normal, hein ! (rires du public). Si je veux, je peux être très très normal, pas en 69, en 70, mais aujourd’hui je peux être normal, je peux passer bien inaperçu si je veux. Je suis capable de contrôler ce que je dis, je suis capable de ne pas dire ce que je pourrais dire, je pourrais pouvoir apparaître niaiseux si c’était nécessaire, tout ça là.

Mais ça, c’est un grand contrôle quand tu peux apparaître niaiseux quand c’est nécessaire. Tandis que l’ego lui, apparaître niaiseux, ce n’est pas intéressant ça ! Tandis que pour moi, des fois, c’est important d’apparaître niaiseux. Quand tu rencontres un mathématicien, tu commences à discuter les nombres binaires avec, il te dit : “Dans quelle classe tu as étudié”… ? Tu es obligé de dire : “C’est un de mes chums qui m’a dit ça”… Ça fait que je parais niaiseux, je vais toujours dire : “C’est un de mes chums qui m’a dit ça”. Parce que l’ego a de la difficulté à comprendre que tu puisses parler de n’importe quoi si tu n’as pas fait des études dans n’importe quoi.

Question : Vous allez le sentir si la personne, en gros, a besoin de savoir… Est-ce que vous lui parlez de contact ?

BdM : Ça dépend, non… Tu ne parles pas de contact quand tu rencontres des étrangers, tu ne parles pas de contact. Si tu veux rencontrer du monde dans la vie, il ne faut pas que tu parles de contact (rires du public et de BdM)… Si tu vas à l’Université de Montréal, t’es mieux de ne pas dire que tu as un contact (rires du public)… Moi en général, il faut que je fasse attention. Plus je fais mon niaiseux, mieux c’est ! Je peux prendre du temps, je peux être niaiseux un petit peu, puis dans la semaine prochaine, être un petit moins niaiseux. Il m’arrive de changer avec le temps, mais au début, je fais mon niaiseux.

Puis j’aime ça faire mon niaiseux, c’est un camouflage, c’est le fun, j’aime ça être niaiseux, c’est le fun. Parce que c’est trop, c’est “too much” ! Moi j’ai mon médecin là, j’ai un bon médecin, j’ai un médecin sensible là, mais quand il me donne des pilules, je fais de l’écriture automatique, puis je lui dis si c’est correct ou non. Il me dit : “Ouais”. Puis il me le demande, il dit : “Qu’est-ce qu’ils disent de tout ça”… ? Ils disent : “Ça, je ne peux pas prendre ça avant trois semaines”. Mais ça, c’est un médecin intelligent. Des médecins de même, il n’y en a pas gros ! Avec lui, je n’ai pas besoin de faire mon niaiseux, mais dans la société en général, il faut que tu fasses ton niaiseux un petit peu, c’est un art “être niaiseux”.

Question : Avec le taux vibratoire assez élevé, vous avez certains pouvoirs… Vous préférez le côté terrestre ou le côté avec des pouvoirs ?

BdM : Non, non, moi j’aime bien plus le côté terrestre que tous les autres, moi c’est ici que j’aime, j’aime les femmes, j’aime manger, j’aime péter (rires du public), tout ce qui est ici, j’aime ! Tout ce qui est occulte, un petit peu trop “far out” (loin), c’est un job pour moi.

Question : Vous n’êtes pas à l’aise avec ça ?

BdM : Ce n’est pas que je ne suis pas à l’aise, c’est que la vie est ici. Je vous ai rencontré au restaurant l’autre fois là, c’est la première fois qu’on se voyait dans la vie, puis j’ai eu du plaisir avec vous. Puis savez-vous pourquoi est-ce que j’ai eu du plaisir avec vous ? J’ai eu du plaisir avec vous, (je ne me sentais pas bien, je ne pouvais pas rester trop longtemps), mais c’est parce que vous avez un bel ego, c’est la seule raison, vous aviez un bel ego… Ça fait que si vous avez un bel ego puis que je rencontre des gens qui ont un bel ego dans le monde, à ce moment-là j’ouvre, j’ouvre… Sans ça, je ne suis pas intéressé à parler avec le monde.

Question : C’est quoi un bel ego ?

BdM : Un bel ego pour moi, c’est un ego où tu ne sens pas d’orgueil, trop d’orgueil, il ne faut pas se prendre trop au sérieux, c’est ça ! Puis il y en a du monde qui ont des beaux “ego”, c’est merveilleux des beaux “ego”. Puis des fois, j’ai rencontré… J’étais en France l’an passé, j’ai rencontré un grand philosophe Français, un bel ego, un philosophe Français qui a un bel ego là, il faut le faire, c’est pas peu dire ! (rires du public). Puis bel ego, bel ego !

Même quand on s’est séparés, j’avais les larmes, parce que je ne pouvais pas parler avec lui trop longtemps parce que je ne voulais pas créer encore de… Mais il y a du beau monde dans le monde ! Puis il n’y a pas besoin d’être conscient, oublie ça l’affaire de conscience. Il y a des gens très évolués dans le monde, seulement souvent ils sont tout seuls, ils n’ont pas des référents absolus, ils n’ont pas une parfaite identité encore, mais il y a de la lumière qui passe à travers, c’est extraordinaire ces gens-là !

Des fois, je peux être dans un restaurant, puis j’en “spotte” (repérer) un, je vais le voir puis je lui parle, je vais m’asseoir avec. Il y a du beau monde, et plus vous allez avoir une conscience vibratoire, plus vous allez détecter ces gens-là, ça se sent. Autant vous allez sentir qu’est-ce que c’est un bel ego, autant vous allez savoir qu’est-ce que c’est un ego qui est réellement obscur, qui n’a pas de lumière dedans. Vous ne voudrez rien avoir à faire avec ces gens-là, c’est une perte de temps, une perte d’énergie.

Mais les gens qui ont un bel ego… Parce qu’une fois que l’Homme va développer un taux vibratoire suffisamment élevé, au niveau du mental, c’est comme s’il devient, il devient… Je n’aime pas le mot voyant, ce n’est pas qu’il devient voyant, mais c’est comme si son ego ne bloque pas son énergie. C’est intéressant la façon qu’on s’est rencontrés, lui était au comptoir dans un restaurant, il était après lire un livre, puis moi j’étais à côté pour commander, puis je l’ai vu lire un livre, puis je lui ai demandé s’il était intéressant son livre.

Puis après ça, il est allé s’asseoir puis en passant, j’ai continué la conversation, après ça je suis allé m’asseoir, je suis revenu, puis je lui ai suggéré un livre que j’étais en train de lire. Ça fait que la conscience quand elle est vibrante, autrement dit quand elle est transparente, puis que tu n’es pas dans ton ego, elle fait des choses, elle fait des liens, elle fait des connexions avec les gens, puis il est là le plaisir de la vie.

Sans ça, je ne l’aurais pas rencontré ou probablement je l’aurais rencontré indépendamment à cause de lui, mais je ne l’aurais pas rencontré direct. Tandis que là je l’ai rencontré, moi puis lui, après ça j’ai su que c’était un ami de l’autre. Ça fait que la vie, c’est bien bien fluide, c’est très présent, mais si tu n’as pas de taux vibratoire suffisamment élevé, tu ne réponds pas à cette énergie-là. C’est pour ça que souvent, il y a des gens dans le monde qui sont autour de nous autres, puis on ne les voit pas parce qu’on n’a pas le taux de vibration.

Il n’y a pas de raison que les gens vivent la solitude, trop de solitude, ce n’est pas bon la solitude. Il faut que l’Homme soit en contact avec les Hommes selon son énergie, selon ses besoins, ainsi de suite, mais on devrait être capable de connecter avec le monde parce qu’il y a des gens merveilleux autour de nous autres, mais on ne les voit pas parce qu’on n’a pas le taux vibratoire, l’ego est trop opaque, on a des craintes, on a des gênes, on a ci, on a ça.

Mais avec le développement de ce taux vibratoire-là, l’Homme va devenir très, très, très réceptif, il va répondre à la vibration des autres, puis l’Homme conscient ne sera plus seul. Tu ne peux plus être seul quand tu es conscient, puis même si c’est le contraire, là tu es obligé de t’enfermer parce qu’il y a trop de monde, tu es obligé de contrôler ce que tu as à dire ! Moi j’ai eu des expériences, des expériences fatigantes dans un sens, à cause de cette voyance-là, cette présence-là, ils sont toujours là dans tes culottes, ils sont toujours là, puis c’est long d’apprendre à le contrôler, ça.

Puis je me rappelle d’avoir été en avion, puis je me retourne de l’autre bord, puis j’étais en train d’écrire un livre, puis le type vient me voir et me dit : “Comment ça se fait que vous écrivez puis vous regardez tout partout même quand vous écrivez”…? Puis là, j’ai dit au type : “Hé, Georges”… Là, je connaissais sa vie, je connaissais tout, il ne m’a pas lâché tant que je ne suis pas arrivé à Toronto. C’est fatigant, ça fait que c’est là que j’ai pris des décisions, je vais la fermer ma “crisse” de gueule, maintenant je la ferme ma gueule, je ne parle pas, je fais mon niaiseux, j’aime ça être niaiseux !

Question : Ça fascine, puis vous, ça vous fatigue !

BdM : Ça fascine le monde, mais ça me fatigue, oui ! Tu es toujours sur le job, c’est normal que le monde il trouve ça… “Comment ça se fait qu’il me connait lui, comment ça se fait qu’il sait que j’ai deux enfants, que je travaille dans l’électronique”… Ça fait que le gars, il te suit jusqu’à Toronto comme une crotte (rires du public). Comme ça, j’arrive à Toronto, là il y en a un autre que je connais qui arrive de la Chine, là je suis “pogné” jusqu’à Montréal, ça fait que je n’ai pas écrit là !

Ça fait que suis “pogné”… Je leur ai dit à eux autres, en haut : “Je ferme ma gueule”, ils ont dit : “C’est ça, apprends à fermer ta gueule”… (rires du public). Le taux vibratoire de la conscience, c’est le développement… Bon, vous pouvez appeler ça le facteur psy chez l’Homme, mais en réalité c’est le développement de son système nerveux. Si vous considérez votre système nerveux comme une énergie électrique là, le taux vibratoire c’est relié au développement de ce système nerveux, de ce système nerveux là !

Plus l’Homme va devenir conscient, plus son système nerveux, des parties de son système nerveux qui se développent. Puis éventuellement, ça devient très très développé ça ! Puis tu es réellement, tu es réellement “on the wire” tout le temps, tu ne peux pas être endormi, tu ne peux pas être inconscient, tu ne peux pas… Tu es trop allumé, tu deviens bien bien allumé. Avec le temps, ça s’ajuste, puis c’est ça qui va donner à l’Homme le pouvoir de la parole, la capacité de savoir, la capacité d’être créatif, la capacité d’avoir une certaine voyance, dépendant de sa vie, puis de son karma de vie, puis ainsi de suite.

Ils disent que le taux vibratoire, ça vient toujours des plans ça ! Occupez-vous jamais de devenir conscients, jamais, jamais ! Faites du yoga si vous voulez, ça ne va pas vous rendre conscients, allez voir des yogis aux Indes, vous allez développer une conscience spirituelle, ça va vous coûter cher, mais ça ne va pas vous donner de la conscience. La conscience ça vient du plan mental, mais la spiritualité elle vient de l’ego. Mais la conscience ça vient du plan mental, ça vient d’en haut. Elle ne vient pas d’ici.

Question : Bernard, à quoi ça sert la spiritualité ?

BdM : Ça, c’est une bonne question. Je vais vous donner un nombre de réponses pour tout le monde là ! Ils disent que c’est une forme de naïveté qui vous permet d’être relax, une forme de naïveté, parce que ce n’est pas l’explication des mystères, la spiritualité. Une naïveté qui permet à l’Homme d’être relax, c’est un confort moral. Ils disent : La spiritualité c’est totalement astral, ça ne fait pas partie du monde mental, ça ne fait pas partie du monde de la lumière, ça fait partie du monde de la mort, ça vient, ça fait partie du monde de la mort, la spiritualité.

Ils disent : La spiritualité c’est maintenu par le plan astral, puis c’est véhiculé par le plan astral, puis c’est projeté par le plan astral, ça fait partie des activités du monde de la mort en relation avec l’Homme sur la Terre, la spiritualité ! Ils disent : C’est une grande forme d’ignorance nécessaire, ça fait partie de l’involution, c’est nécessaire. L’Homme a besoin pendant l’involution d’être spirituel, sans ça l’Homme tomberait probablement dans des états de dépression psychologique, parce que l’Homme veut comprendre la vie, il veut savoir, connaître ses origines, toutes sortes d’affaires. Ça fait que c’est nécessaire, mais c’est une grande ignorance nécessaire la spiritualité !

Question : C’est de croire ?

BdM : Ça nécessite la croyance. Ils disent : C’est ultimement – parce que ça nécessite la croyance – que c’est une barrière à la conscience mentale la spiritualité. Ils disent : Les êtres spirituels sur la Terre, ils ont une fonction, parce que c’est une fonction relationnelle, mais ils sont prisonniers eux-mêmes de leur spiritualité, c’est une grande prison la spiritualité.

Je vous ai déjà fait la “joke” (blague) : Notre Père qui est aux cieux ? Pour les gens qui ne me connaissent pas, quand j’étais au début de mon expérience… Parce que je voulais savoir c’était quoi la religion, puis c’était quoi la prière, puis tout. Il me dit : “Ben, conte m’en une”. J’ai dit : “OK : Notre père qui êtes aux cieux”. Il me disait : “Je suis ici”. Ça, c’est la réponse du plan mental à ma question. Puis après ça : “Que votre nom soit sanctifié”. Il me dit : “Je suis un être de lumière”.

Après ça, c’était quoi l’autre partie… “Que votre règne arrive”, il dit : “Ça, ça va prendre du temps”, ça fait qu’il m’a tout décomposé la prière, puis quand je suis arrivé à “Amen”, il a dit : “C’est fini”. Il m’a tout décomposé “le Notre père qui êtes aux cieux”, puis j’ai tellement ri, je me rappelle, j’ai tellement ri, parce que ça m’a donné un choc. Quand tu parles avec eux autres… Quand j’ai dit : “Tu ne peux pas prier, on ne peut pas prier vous autres”… ? Il dit :  “Non, tu parles comme du monde”… J’ai tout compris ! (rires du public).

Je comprends vite, il dit : “Tu parles comme nous autres”. Ça fait qu’à travers l’expérience de la décomposition du “Notre père qui êtes aux cieux”, comme je vous l’ai expliqué tout à l’heure… Il y a d’autres parties là-dedans : “Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien”… “Énerve-toi pas, tu vas manger”… Ça fait que j’ai tout compris la prière, puis j’ai compris l’illusion spirituelle de la prière, puis après ça, ça a été fini, je n’ai jamais reprié de ma vie après, tu sais !

Question : Bernard, des fois, tu dis : je parle avec eux autres, normalement tu as juste ton ajusteur, c’est : il, eux ? Pourquoi tu dis ça ?

BdM : Ouais… Je ne sais pas ! (rires du public). Parce qu’il y a une “gang” de l’autre bord, (rires), je dis : “Ils”, puis quand je veux être plus spécifique, je dis : “il”, “il dit que”… Question : Moi ma question, c’est au niveau de “eux”, moi j’imagine des esprits qui sont dans une salle comme nous autres… BdM : Même le mot “esprit”, ça me fatigue… Question : C’est comme dans une salle comme ici, ils sont toute une “gang” puis ils font l’inverse, ils font le même job mais l’inverse. Lui, il parle avec nous, puis eux ils nous donnent les réponses. Mais est-ce qu’eux, ils souffrent autant ?… Est-ce que c’est difficile pour eux autres de rentrer en communication avec toi que pour toi avec eux ?

BdM : Il disent : On ne souffre pas, mais on est bien loin de vous autres dans le temps, c’est ça là. Si tu voudrais équilibrer une souffrance pour eux autres, c’est loin de nous autres. Nous autres on est leur création, l’âme a été créée, l’âme est créée par l’ajusteur de pensée. L’âme, de l’âme, notre âme, c’est créé par un ajusteur de pensée. Ça fait que pour eux autres, l’âme s’incarne comme on sait… Puis ils ont hâte de reconnecter avec, ils ont hâte de reconnecter.

Pour eux autres, le temps ça peut être long, ça peut être des milliers, puis des milliers, puis des milliers d’années. Ça fait que pour eux autres, ce n’est pas de la souffrance, mais c’est comme un échec, parce qu’il y a des niveaux là-dedans, il y a des ajusteurs de pensée qui sont bien bien expérimentés avec l’Homme, puis il y en a d’autres qui ont moins d’expériences avec l’Homme, c’est comme n’importe quoi.

Puis quand quelqu’un se suicide, pour eux autres c’est un gros échec. Le suicide c’est une possession de l’astral sur l’ego d’une personne, mais l’ajusteur de pensée ne peut pas l’empêcher. Ça fait que pour eux autres, c’est une grosse, c’est une grosse… Tout ce qui se suicide sur la Terre, pour eux autres c’est un gros échec, parce que là le gars, il faut qu’il retourne de l’autre bord, il faut que ça recommence, puis c’est un échec pour eux autres !

Apparemment, c’est un de leurs plus grands échecs, le suicide humain ! C’est pour ça que l’Église catholique avait raison quand elle disait, par exemple, dans ses mots, que le suicide c’est un “péché mortel” ! Tu n’as pas le droit de te suicider, tu peux te suicider, mais tu n’as pas le droit de te suicider, parce que quand tu te suicides, une personne qui se suicide est toujours astralisée.

Un ego ne peut pas se suicider tout seul, c’est une possession, le suicide ! Un ego ne se suicide pas tout seul ! Tu es amené au suicide par une entité astrale. Ça fait que pour eux autres, c’est un grand échec, parce que le but premièrement de l’ajusteur de pensée, c’est d’éventuellement au cours de l’évolution de faire un contact direct avec l’Homme.

Mais pendant l’involution… L’évolution des âmes, il y a des entités astrales ici qui bloquent ça là ! C’est pour ça qu’on est dans l’ego nous autres, on n’a pas de contact direct avec la source. Ça fait qu’on a toujours des entités spirituelles, on a des entités spirituelles, on a des guides spirituels qui nous aident, mais ce n’est pas assez ça, un guide spirituel, parce qu’un guide spirituel c’est comme un Homme comme nous autres, mais qui est désincarné.

Ce qu’on a besoin pour retourner de l’involution à l’évolution, c’est d’être en contact avec le plan mental, à ce moment-là tout ce qui est astral n’existe plus, puis l’Homme est libre. Ça fait que si l’Homme en attendant se suicide pour quelque raison que ce soit, un choc, “whatever”, à ce moment-là pour eux autres, c’est un grand recommencement puis c’est un échec. Oui Madame ?

Question : Cette action, c’est rattaché directement à l’astral dans le fond… (inaudible)…

BdM : C’est sûr, c’est sûr, tout le temps. Jusqu’à tant que tu connaisses la “game”. Quand tu connais la “game”, ça s’ajuste, ça s’ajuste ! C’est sûr, mais au moins tu le sais. Quand tu te fais charrier par eux autres, tu le sais que c’est eux autres, mais quand tu te fais charrier, puis que tu ne sais pas… Que tu ne connais pas la source de tout ça là… Question : Et si on souffre d’une pensée, qu’on se fait charrier en sachant que c’est l’astral ?

BdM : Si vous souffrez d’une pensée en sachant que c’est l’astral, c’est parce que vous ne savez pas assez que c’est l’astral. Si vous saviez réellement que c’est l’astral, vous ne souffririez pas de la pensée. C’est parce que vous ne le savez pas réellement. Vous le savez intellectuellement, vous le savez philosophiquement, ésotériquement, mais vous ne le savez pas dans le sens que vous ne réalisez pas que c’est une illusion !

Question : Donc, le savoir n’est pas intégré ?

BdM : Le savoir n’est pas intégré.

Question : Ce serait quoi, qu’est-ce qui permet l’intégration ?

BdM : Ce qui permet l’intégration c’est l’expérience, l’expérience de tout ça ! C’est le temps, c’est du temps.

Question : L’expérience égale souffrance ?

BdM : Expérience égale souffrance effectivement, parce qu’on est dans un processus… Moi ce que je sais aujourd’hui, c’est bien bien évident, mais ça n’a pas été évident en 69, 70, 71, 72, 74… Question : Il y a eu de l’astral ?

BdM : C’est sûr, c’est sûr, c’est sûr !

Question : Plus maintenant ?

BdM : Non. l’expérience c’est du temps, c’est du processus, on ne peut pas faire autrement.

Question : Dans les années 69, quand vous avez vécu la fusion, vous ne vous êtes pas dit que vous étiez fou ?

BdM : Quand j’ai vécu la fusion en 69, ils m’ont mis à l’envers tout de suite. Mais j’ai chaviré, mais je savais que je n’étais pas fou. Je savais que j’étais chaviré, mais je savais que je n’étais pas fou. C’était drôle l’affaire. Je me rappelle, j’avais dit à ma “blonde” (amie), j’avais dit à ma “blonde” au Nouveau Mexique, j’avais dit : “J’expérimente quelque chose là”, “I’ll never be the same again” (Je ne serai plus jamais le même). J’ai dit : “I’am not crazy” (je ne suis pas fou). Puis avec le temps, j’ai réalisé qu’effectivement je n’étais pas “crazy”, mais c’était difficile ! Parce que j’étais tout seul, moi là ! Je ne pouvais pas aller voir quelqu’un puis lui dire : “Qu’est-ce que c’est don, ça”… !

Question : Vous pouvez nous parler des circonstances de cet évènement-là ?

BdM : Non, parce que je continue ma conférence.

Question : (inaudible).

BdM : Regarde ce qu’ils me disent de vous, écoute bien ça. Ce gars-là il est comique, il est sensible, c’est un “placoteux”, il se casse la tête pour rien, il est énervé. Avec le temps, il va se calmer, il va être bien… On continue… Oui ?

Question : Est-ce qu’on peut raccourcir le processus de conscientisation ?

BdM : Ça, c’est une bonne question. Ça, c’est une très bonne question. Il dit : Si vous savez écouter ceux qui vous expérimentent dans votre expérience… Si vous savez écouter ceux qui vous expérimentent dans votre expérience, parce qu’il dit : On n’est pas capable d’être intelligent tout seul, c’est-à-dire les gens qui vous entourent. Si ta femme, elle te dit : “T’es une tête de cochon Jean-Paul, (je ne parle pas de vous là), t’es une tête de cochon Jean-Paul”, il y a quelque chose là, il y a quelque chose ! Ça fait que les gens autour de vous, c’est vos meilleurs amis, ce sont des gens intelligents, parce qu’ils vont vous expérimenter dans votre processus, ils vont dire… “Tu te prends trop au sérieux là, oublie ça Bernard de Montréal, tu vis avec moi, tu ne vis pas avec Bernard de Montréal, qu’il “mange d’la marde” (aller se faire foutre) Bernard de Montréal, lâche-le Bernard de Montréal”…

Question : Des expériences avec des gens, avec qui on est pris un certain temps ? Dans le travail aussi ?

BdM : Ça peut être n’importe quoi, il y a des gens avec lesquels vous êtes parce qu’il y a un karma là, puis ça sert d’expérience. N’importe quoi, tout sert !

Question : Et est-ce qu’on peut reculer dans le processus ?

BdM : Non, mais il dit : Vous pouvez arrêter sec, vous ne pouvez pas reculer parce que vous allez savoir trop de choses, mais ça peut arrêter sec, vous pouvez arrêter sec ! C’est comme s’il y a des gens qui vont aller jusqu’à un certain point, d’autres vont aller plus loin… Question : Vous aviez expliqué qu’on pouvait donner un choc sur des gens, sur la responsabilité qu’on avait, le choc qu’on peut occasionner, qu’on dépendait d’eux après ?

BdM : Ah OK. Oui oui, on a une certaine responsabilité par rapport à l’Homme. Moi j’ai une plus grande responsabilité par rapport à l’Homme que vous autres, parce que moi je peux réellement changer le monde. Mais quand on est en contact avec des êtres, avec le monde, des gens, il faut qu’on soit réellement bien intentionné, puis il faut être suffisamment transparent. Sans ça, on peut facilement tomber dans des “games” de domination.

C’est très très facile de dominer l’autre, parce que quand on commence à prendre conscience, puis que le taux vibratoire se développe, on commence à savoir des choses, on commence à avoir une préconscience, puis cette énergie-là elle descend dans le canal, puis on se prend pour des petits maîtres là, on se prend comme si on savait tout… “Puis ce sont nous autres qui savons l’affaire, puis on sait des choses que toi tu ne sais pas”, puis c’est là qu’on devient dominateur ! Il faut faire attention à ça, il faut la contrôler cette énergie-là.

C’est pour ça que le développement de la transparence, c’est essentiel chez l’Homme, puis ce qui va arriver c’est que si vous êtes trop dominateurs dans votre vibration, les gens qui ont une certaine sensibilité, puis une certaine identité, ils vont vous “crisser” là ! Vous allez rencontrer des gens qui ont une certaine conscience, ils vont vous mettre de côté, parce que les gens vont se dire : “Bon, ben, c’est assez là, je n’ai pas besoin de ça là”… Mais l’expérience de cette énergie-là, ça fait partie du processus de conscientisation, puis vous allez le voir quand vous vous prenez au sérieux !

Mais ça, c’est l’ego qui fait de la réflexion, c’est encore l’ego qui veut avoir une mesure de vérité. On est réellement mal bâtis, on est des êtres de l’involution, on est des êtres de réflexion, on est des êtres qui pensaient ! Ça fait qu’on a beaucoup de chemin à faire pour en arriver à avoir un canal suffisamment transmuté pour que ce qui sort devienne totalement transparent. Et que l’Homme dans son rapport avec nous ne sente pas d’agression, ne sente pas de domination, parce que le principe de domination sur la Terre, c’est le grand principe de l’involution puis de la civilisation involutive. Puis c’est à la source de toute la souffrance de l’Homme, que ce soit des religions, des idéologies, ainsi de suite. C’est pour ça que dans l’évolution de la conscience supramentale sur la Terre, la domination sera totalement abolie de la conscience de l’ego. Bye.(Applaudissements).

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut