PE-124 Le phénomène de l’intelligence

“Je vais vous parler un petit peu du phénomène de l’intelligence, essayer de vous expliquer de l’intelligence qu’est-ce que c’est… Le phénomène de l’intelligence chez l’Homme, c’est un phénomène qui dans son origine, dans sa source, au-delà de la conscience humaine, c’est un phénomène qui est très occulte. Autrement dit c’est un phénomène dont l’ego n’a pas réellement conscience, l’ego ne sait pas réellement comment …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Je vais vous parler un petit peu du phénomène de l’intelligence, essayer de vous expliquer de l’intelligence qu’est-ce que c’est… Le phénomène de l’intelligence chez l’Homme, c’est un phénomène qui dans son origine, dans sa source, au-delà de la conscience humaine, c’est un phénomène qui est très occulte. Autrement dit c’est un phénomène dont l’ego n’a pas réellement conscience, l’ego ne sait pas réellement comment ça fonctionne. Il a des référents, l’ego va à l’école, il étudie, il développe sa mémoire, prend conscience de l’envergure de sa mémoire, mesure souvent son intelligence d’après sa mémoire. Mais l’intelligence, ça va beaucoup plus loin que ça.

L’intelligence à son origine, c’est une vibration, c’est-à-dire c’est un mouvement d’énergie qui descend vers l’ego, mais en général, le mouvement de l’énergie qui descend vers l’ego est absorbé par la personnalité pendant des années de temps. De sorte que quand tu viens au monde, tu grandis, tes relations avec tes parents, relations avec le monde, relations avec toi-même, relations avec tes études, tu en arrives éventuellement à avoir une mesure de ton intelligence. Tu peux dire : “Bon, ben, je suis assez intelligent, je suis pas mal intelligent, je ne suis pas trop intelligent dans certains domaines, je suis plus intelligent dans d’autres”, ainsi de suite. Mais c’est toujours… L’intelligence en genéral chez l’Homme, ce que j’appelle l’intelligence inconsciente, en général elle est à la mesure de l’ego. L’ego est confortable avec.

Mais il y a des êtres qui reçoivent une dose d’intelligence un peu plus accrue, un peu plus vibrante, un peu plus pénétrante. Et souvent ces êtres-là, au début, surtout quand ils sont jeunes et qu’ils reçoient cette dose, si vous voulez, d’énergie intelligente ou de lumière, sur le plan de l’ego, ils se sentent un petit peu inconfortables. C’est comme si tu dirais : “L’ego, il a de la difficulté à dealer avec ça”, puis souvent l’ego a peur de son intelligence.

Moi je me rappelle, quand j’ai vécu ma fusion en 1969, j’étais à l’Université dans ce temps-là, puis peut-être trois mois avant la fusion, j’étais inconscient, puis trois mois avant la fusion, je commençais à sentir que des pensées allaient vite, vite, vite, vite, vite, au point où je me disais : “Mais je vais bien capoter”… ! Mais je n’avais aucune conscience du contact, rien, rien, rien ! C’est rien que je vivais simplement le phénomène de l’extrême accélération de mes pensées, puis un jour, là j’ai vécu le contact.

Quand j’ai vécu le contact, ça s’est stabilisé, puis j’ai commencé à comprendre ce qui se passait, mais ce qui se passait au niveau de l’ego, c’est que l’ego à ce moment-là devenait tellement plein de cette vibration-là, qu’il n’était pas capable de “dealer” avec. Puis je me rappellle, j’ai été des années, et des années, et des années, à souffrir du trop-plein d’intelligence, j’en avais trop. Donc si je parlais avec quelqu’un, j’avais toujours d’autres réponses, d’autres réponses, d’autres réponses, d’autres réponses, puis là-dedans il y avait de la voyance qui rentrait, il y avait toutes sortes de choses. C’est comme si je devenais trop créatif, puis mon ego, avec ses structures normales, n’était pas habitué à absorber ça.

Alors, le point que je veux faire pour vous autres ou pour l’Homme, c’est que les individus qui sentent une grande activité intelligente, les individus qui sentent une grande pression de l’intelligence, les individus qui se sentent très très vibrer au niveau des idées, apprenez à être bien dans votre mental. Apprenez à laisser rentrer ça. De la lumière, ça ne détruit pas. De la crainte, ça détruit ! Mais de la lumière, ça ne détruit pas. Habituez-vous à votre lumière, habituez-vous à votre conscience créative, habituez-vous à être intelligents.

Si vous vous habituez pendant des années et des années à être intelligents, c’est comme si votre canal qui aujourd’hui est très très étroit, va devenir très large, très large, puis un jour l’Homme deviendra intelligent au point où il sera capable dans sa sphère, qu’il soit médecin, architecte, n’importe quoi, ou simple menuisier, dans sa sphère, dans sa personne, l’Homme sera capable de complètement éclairer sa vie et éclairer la vie du monde autour de lui, parce qu’il pourra recevoir cette énergie-là sans la crainte.

Si vous avez trop de crainte par rapport à votre intelligence, vous allez souffrir de vous-mêmes, vous allez souffrir de votre intelligence, et vous ne parviendrez jamais à la maîtriser cette énergie-là. Quand on dit souvent que des scientistes, des génies, quand on dit le génie puis la folie c’est proche, le génie et la folie c’est proche, pourquoi ? Parce que les gens qui sont “géniaux” ont une vibration tellement élevée que l’ego quand il reçoit cette vibration-là, n’étant pas habitué, a tendance un petit peu à vivre le phénomène de “l’overlap” (chevauchement).

C’est pour ça qu’on dit le génie puis la folie c’est proche, mais un jour il faut que l’Homme cesse d’être un génie et qu’il devienne simplement parfaitement intelligent, parfaitement dans son intelligence, totalement dans son intelligence, sans crainte de son intelligence. À ce moment-là l’Homme cessera d’être un génie et il deviendra réellement un être extrêmement créateur, mais il aura la capacité d’intégrer cette énergie-là et il ne souffrira plus des “side effects”, des effets secondaires du choc de sa lumière sur des corps qui ne sont pas habitués, parce que l’ego n’a pas été trempé par cette énergie-là.

Moi je connais beaucoup de gens qui sont intelligents, qui sont créatifs, puis qui ont de la difficulté à “dealer” avec ça, puis c’est la crainte qui leur bloque le canal. L’Homme n’a pas besoin d’avoir peur de son intelligence. J’ai déjà vécu un phénomène voilà plusieurs années, j’étais couché la nuit puis j’avais dit à ma femme, j’avais dit : “Le contact, mon contact, le double est tellement proche de moi là, tellement matérialisé, je le sens quasiment psysiquement dans la matière”. Puis au moment où j’ai dit ça, il y a une lumière qui est passée à travers mes yeux, puis j’ai dit, je me rappelle, je ne l’oublierai jamais ça, dans le lit j’ai dit : “Ouch” (Aïe). Mais dans le fond, ça n’a pas fait mal, mais la proximité matérielle de cette énergie-là m’avait passé à travers les yeux, puis j’avais vu cette lumière incandescente extrêmement blanche, très très froide, mais qui ne faisait pas mal.

Puis même quand j’étais… Quand je suis allé voilà plusieurs années au Mexique au début de mon initiation, je marchais dans une rue à San Luis Potosí, puis il y a une indienne qui passait à côté de moi, puis elle m’avait dit : Señor, hay un hombre de luz a su lado, il y a un homme de lumière à votre droite, à votre côté, je lui ai dit : “Merci”, puis j’avais continué mon chemin. Autrement dit, l’Homme, l’être humain doit s’habituer à ne pas craindre son intelligence.

Si vous en arrivez à ne pas craindre votre intelligence, il va se produire ceci. Il va se produire ceci ! Si je fais une lecture, premièrement, ils disent : Vous allez apprendre petit à petit, petit à petit, à côtoyer votre propre infinité, l’Homme va en arriver à pouvoir côtoyer sa propre infinité. Puis une fois que l’Homme va s’habituer à être confortable dans sa propre infinité, c’est là que l’Homme va commencer à prendre conscience de ce que j’appelle la conscience télépathique, parce que la conscience télépathique c’est une infinité, ça n’a pas de fin cette affaire-là.

Puis quand tu es rendu à prendre conscience de ta conscience télépathique, tu n’es plus dans la conscience réflective, tu n’as plus besoin de ça. À ce moment-là, tu peux commencer à explorer la vie ici à n’importe quel niveau ou la vie à l’extérieur du dominium de l’Homme, puis finalement en arriver à comprendre essentiellement le phénomène humain, le mystère de l’Homme, ainsi de suite.

Mais si vous ne vous habituez pas à accepter librement, confortablement, l’intelligence élevée que vous avez, particulière que vous avez, si vous êtes particulièrement créatifs, comment voulez-vous en arriver un jour à pouvoir côtoyer votre propre infinité, vous n’y arriverez jamais, vous allez la bloquer, vous allez la bloquer votre énergie ! Ça fait que votre intelligence, apprenez à l’accepter comme elle est.

Apprenez à être confortables avec, puis éventuellement, un jour vous allez réaliser que vous êtes bien plus, que vous avez accès à plus d’intelligence que vous vous imaginez aujourd’hui, et c’est à ce moment-là que vous deviendrez des êtres extrêmement créatifs et que vous pourrez combler votre besoin de comprendre, votre besoin de savoir. C’est pour ça que la crainte c’est… Je comprends que certans individus puissent être mal à l’aise avec un trop-plein de cette énergie-là parce que ça crée une pression. C’est extrêmement présent, ça n’arrête pas, tu as toujours des idées…

Mais avec le temps, l’Homme en arrivera à pouvoir contrôler ça, à maîtriser ce flux-là, et à ce moment-là, dans cette intelligence qui est infinie, l’Homme pourra la vivre à son rythme, elle pourra être manifestée sous son contrôle, et au lieu d’être victime de son intelligence, l’Homme sera maître dans son intelligence. Ça fait que l’élimination de la crainte, si vous êtes pour une raison ou une autre privilégiés dans un sens, d’une certaine conscience créative, mettez pas cette chance-là de côté.

Je connais un type dans le Nord là, qui est très intelligent, mais il est débalancé dans son intelligence, il est trés créatif ; il est “manic-dépressif”. Les gens qui sont “manic-dépressifs”, quand ils sont “manic”, ils sont très très créatifs, quand il sont rendus ici ils sont très dépressifs. Puis je lui ai fait comprendre un jour, quand je l’ai rencontré au restaurant, j’ai dit… Premièrement souvent les gens qui sont “manic-dépressifs” sont très très intuitifs, puis je lui ai dit : “Bon, ben, je vais faire un test avec toi, va dans ta tête, puis parle comme si tu parlais à quelqu’un”, c’est un écrivain, puis il veut toujours écrire puis écrire, puis écrire, puis écrire, puis il ne l’amène jamais à finition son livre.

Je lui ai dit : “Tu ne contrôles pas ton intelligence, tu ne contrôles pas les pensées qui viennent, tu ne contrôles pas les forces créatives, c’est les forces qui te contrôlent, ça fait qu’une minute tu es dedans, puis une minute tu n’es pas dedans, puis une minute tu es dedans, puis une minute tu n’es pas dedans, un jour il faut que ça arrête ça”, ça fait que je lui ai dit : “Va dans ta tête là”, puis j’ai dit : “Demande dans ta tête comme si tu parlerais à quelqu’un, de te donner tous les chapitres de ton livre”.

Il l’a fait, il a pris le crayon, puis il a fait : chapitre numéro un, numéro deux, numéro trois, numéro quatre, numéro cinq, il a fait vingt-cinq chapitres, puis ça descendait… Papapapapapa ! J’ai dit à cette heure : “Force-les à écrire ton chapitre, chapitre numéro un, numéro deux, numéro trois”… Ça fait qu’il l’a fait, puis j’ai dit : “N’oublie pas une chose, pense jamais que tu es fou, pense jamais à avoir peur de perdre ton Esprit, pense jamais à ça”. J’ai dit : “Si tu en arrives à pouvoir contrôler ça, cette crainte-là, ben, un jour tu n’en vivras plus de “manic-dépression”, tu vas être normal, tu vas te stabiliser”.

Puis je l’ai rencontré dernièrement, puis il fonctionne, il écrit, il publie, tout marche, pourquoi ? Parce qu’il contrôle plus, il a moins peur d’être intelligent. Il contrôle plus le flux de son intelligence. C’est bien important de pouvoir comprendre ça. Quand on est dans une condition normale, on n’a pas tellement de problème avec ça, parce qu’on a un niveau d’intelligence qui nous est naturel. Mais quand on commence à prendre contact avec les plans là, à ce moment-là souvent il y a un influx de cette énergie-là qui est tellement présent, puis tellement grand, dans le mental inférieur, que ça peut créer à l’ego un choc, ça peut créer à l’ego des craintes.

Puis si l’Homme est capable de pouvoir absorber ça, sans se laisser prendre dans la crainte, dans le phénomène de la crainte, à ce moment-là, ben, éventuellement il va s’habituer à être intelligent, parce que tu ne peux pas être intelligent facilement, je parle de cette intelligence-là créative. Tu ne peux pas côtoyer ta propre infinité facilement parce qu’on n’est pas dedans, on est dans notre personnalité. Il faut en arriver à être dans notre personne. Ça fait que le passage de la personnalité à la personne ou de l’intelligence réfléchie à l’intelligence créative, ça demande pour l’Homme de s’habituer, puis de la vivre sans crainte, puis d’être à l’aise, puis de savoir que de l’Esprit, ça ne détruit pas.

À ce moment-là, un jour vous allez vivre des niveaux de conscience créative qui vont réellement être très élevés, puis vous allez être bien avec ça, puis vous allez en bénéficier en tant qu’individus, puis la société va en bénéficier dans sa relation avec vous autres en tant qu’individus. L’intelligence c’est une énergie simplement. L’intelligence ce n’est pas de l’intelligence. L’intelligence c’est une énergie qui dans sa manifestation crée des résultats qu’on appelle intelligents.

C’est un petit peu comme l’Hydro-Québec, quand ça passe dans un fil c’est de l’énergie, quand ça arrive ici, ça allume la lumière, paf ! Quand ça nous rentre dans le cerveau, ça allume. Moi je vous explique ça de même, parce que je me rappelle mon expérience, puis j’ai été des années moi, où j’ai haï être dans cette intelligence-là, c’était “too much” (trop), c’était de la souffrance, j’avais trop de réponses tout le temps, tout le temps, tout le temps, tout le temps, tout le temps, tout le temps, je n’étais pas capable de contrôler ça !

Ça m’a pris des années pour en arriver à contrôler ça, d’intégrer ça, puis mettre ça sous ma maîtrise personnelle. Mais mon expérience peut servir à d’autres pour faire comprendre à l’Homme que de l’intelligence, c’est de l’énergie ! Puis quand vous la vivez, si vous êtes dotés de tout ça, si vous vivez ça, si vous avez l’expérience d’être “super-actif-créatif”, il ne faut pas paniquer, “let it flow” (laisse couler), vivez-la, soyez à l’aise avec, puis avec le temps vous allez devenir habitués, vous allez pouvoir aller plus loin dans ce processus créatif là. Puis un jour, vous allez réaliser jusqu’à quel point l’Homme est capable d’absorber de la lumière. Oui ?

Question : Bernard, des fois je me sens branchée comme du trois-mille volts, ça vient du psychisme ?

BdM : C’est une énergie, que vous soyez branché sur le trois-mille volts, deux-mille volts, appelez ça comme vous voulez. Quand vous vivez une accélération de votre psychisme, prenez ça mollo, vivez ça relax, dans la mesure où vous pouvez vivre ça relax, puis faites attention à la crainte, toujours surveiller la crainte. Puis en ce qui concerne l’évolution de l’Homme, le changement de conscience puis le passage de la personnalité à la personne, ce qui est bien important pour vous autres dans un monde matériel, c’est de vous greffer à un monde matériel.

C’est pour ça que le travail c’est important, les activités c’est important, si vous passez en conscience, si vous vous élevez en conscience, puis vous n’en arrivez pas à vous connecter au monde matériel, vous allez vous astraliser, vous allez vous déconnecter avec le monde, puis ça, ce n’est pas bon parce que l’Esprit a besoin de la matière pour se stabiliser. C’est très important la matière. Je disais à quelqu’un dernièrement : “Achète-toi une télévision, fais quelque chose, achète-toi une bouteille de bière, va au forum”…

Participant : Va prendre un petit coke (coca) chez Eaton ! (rires du public).

BdM : Va prendre un petit coke chez Eaton ! C’est bien bien important, se “grounder” parce que les forces occultes chez l’Homme… Ce que j’appelle les forces occultes, ce sont les forces qui émanent du plan astral ou les forces qui émanent du plan mental, ce sont des forces qui sont très grandes et avec lesquelles on n’est pas habitué à traiter. Nous autres, les Hommes en général, on traite avec des réflexions de tout ça, puis avec des illusions de tout ça, de sorte qu’on a un ego réflectif, mais quand on s’ouvre à nous-mêmes puis qu’on entre en contact avec d’autres niveaux d’énergie, d’autres niveaux de conscience, d’autres niveaux d’intelligence, c’est évident qu’il faut qu’on crée une “contrebalance” avec ça, et c’est à ce moment-là que la matière est très importante.

Si vous ne vous connectez pas au monde, si vous ne faites pas des choses dans le monde, puis si vous restez toujours dans les Éthers psychiques de l’occulte, puis tout ça, vous allez vous débalancer inutilement, puis vous allez souffrir, parce que si l’Homme n’est pas capable de contrôler la matière, l’Homme certainement ne contrôlera pas l’Éther. Contrôlez la matière, soyez à l’aise dans la matière, mais si vous voulez contrôler l’Éther, si vous voulez être en contrôle de ce qui se passe dans les plans subtils, puis vous n’êtes pas capables de contrôler ce qui se passe ici, je peux vous assurer que vous allez vivre des grosses illusions, puis vous allez vivre des souffrances aussi.

Ça fait que le travail c’est très important, le contact avec la matière c’est important, vos responsabilités sociales c’est important, tout ce qui fait partie de ce qu’on appelle la nature de l’Homme, la vie normale. Même si vous allez à la messe le dimanche, puis c’est bon pour vous autres, allez-y à la messe le dimanche, ça se défera graduellement, ça. Vous ne pouvez pas vous plonger dans des situations illusoires, spirituelles, sans réaliser que vous vous mettez toujours, je ne dirais pas en danger, mais dans une situation de déséquilibre.

Moi je suis beaucoup plus matériel que vous vous imaginez. Vous pensez peut-être parce que c’est Bernard de Montréal, il… Non, non, non, non ! J’ai les pieds bien bien à terre ici, puis il n’y a rien comme un bon steak, puis un bon spaghetti, puis un bon “char” (voiture)… Toutes les affaires qui sont bonnes ici. Puis je ne vous les dirai pas toutes (rires du public), mais je les connais toutes. Ça fait que si vous avez un “ground”, un bon “ground”, à ce moment-là vous pouvez avoir le cerf-volant qui marche, mais si vous n’avez pas de “ground”, le cerf-volant va vous faire marcher (rires du public). Ça fait trente ans d’expérience que j’ai avec le cerf-volant, laissez-moi vous dire : “I fly the kite doesn’t fly me” (je pilote le cerf-volant, ce n’est pas le cerf-volant qui me pilote).

Question : Are you not scared to lose what you have ? (n’avez-vous pas peur de perdre ce que vous avez ?) BdM : “Very good question” ! il faut que je parle pour la salle, vous traduirez. Pour répondre à votre question, quand j’ai commencé à faire des séminaires en 1978, puis j’ai vécu des souffrances très grandes dans ce temps-là, quand j’ai commencé à faire des séminaires, parce que je ne savais pas ce que j’étais pour dire durant mes séminaires, I didn’ know what I was going to say (je ne savais pas ce que j’allais dire), puis donner des séminaires puis pas savoir ce que tu vas dire, c’est pas mal énervant pour l’ego.

Puis quand j’ai commencé à faire des séminaires, ça a bien marché, le premier, là je leur ai dit : “Est-ce que ça va continuer”… ? Puis ils m’ont dit : “They told me : When we give it, we never take it away” (quand on le donne, on ne l’enlève plus jamais). Là, ça m’a pris une couple de semaines, puis après deux semaines, j’étais habitué puis ça n’a jamais arrêté après ça.

Ça fait que “once you’re connected, they never disconnect you, but you think sometimes that they disconnected you because it’s so fantastic, but once you have it, you have it. But the reason you have it is because you can take it, that’s the only reason, that’s the only condition. If you’re intelligent and you’re creative, appreciate it, live it, love it, and protect yourself, and enjoy being intelligent, and never fear to be intelligent. Intelligence never destroy, only prayer does”. OK ?

(Traduction : une fois que vous êtes connectés, ils ne vous déconnectent jamais, mais vous pensez parfois qu’ils vous ont déconnecté parce que c’est tellement fantastique, mais une fois que vous l’avez, vous l’avez. Mais la raison pour laquelle vous l’avez, c’est parce que vous pouvez l’accepter, c’est la seule raison, c’est la seule condition. Si vous êtes intelligents et que vous êtes créatifs, appréciez-le, vivez-le, aimez-le, et protégez-vous, et appréciez d’être intelligents, et n’ayez jamais peur d’être intelligents. L’intelligence ne détruit jamais, seule la prière le fait. OK ?).

Une autre lecture, ils disent que dans le domaine de l’intelligence, autrement dit la conscience créative, il y a beaucoup d’étapes que l’Homme ne connaît pas, parce que ça, c’est tout personnel à chacun de soi. Moi j’ai vécu des choses, l’Homme vivra des choses, individuellement on vit des choses, mais toutes les choses qu’on vit sont toujours à notre mesure à nous autres. Puis ce qui est pour notre mesure à nous autres, ce n’est pas pour la mesure d’un autre, on a tous notre mesure. Puis une personne qui commence à comprendre que ce qu’il vit, c’est à sa mesure, à ce moment-là, éventuellement il en arrive à ne plus avoir de problème avec ce qu’il vit, puis il est capable d’en prendre, puis d’en prendre, puis d’en prendre. C’est toujours à notre mesure.

L’Esprit ne donne jamais à l’Homme plus que ce qu’il est capable de prendre mais l’Homme peut penser que oui, parce que l’Homme a de la crainte. C’est très difficile de faire comprendre à l’être humain que la lumière, ça ne détruit pas, que l’Esprit ne détruit pas, que ce qui détruit, ce sont les craintes. Une fois que l’Homme a réellement saisi ça, il devient invulnérable, il devient invulnérable !

Une lecture sur l’intelligence : Ils disent que l’intelligence c’est une pénétration des principes de l’Homme, donc son principe mental, puis la pénétration de cette énergie-là, le principe mental de l’Homme, éventuellement ça doit s’horizontaliser. Que l’Homme au début ait une relation verticale avec les plans, c’est normal, parce qu’on a été extrêmement désinformé ou mal informé pendant l’involution, puis on nous a imposé beaucoup d’ignorance pendant l’involution. Mais au fur et à mesure où l’Homme va évoluer, sa relation avec les plans va s’horizontaliser, puis quand l’horizontalisation va se faire, l’Homme n’aura plus de maître dans la vie, ni sur le plan matériel, ni sur le plan astral, ni sur le plan morontiel.

L’Homme ne doit pas avoir de maître, parce qu’avoir un maître ça équivaut à être dominé, puis quand l’être humain connaîtra, quand l’Homme aura une connaissance occulte des mondes, l’Homme comprendra pourquoi c’est très très important de ne jamais être dominé. C’est facile de ne pas être dominé par un Homme parce que l’Homme est là, puis il peut toujours te donner une claque sur le nez, mais quand tu traites avec des entités, c’est très très important de ne pas être dominé, très important.

Puis, pour ne pas être dominé par les entités, il ne faut pas que l’Homme ait de crainte, si l’Homme a de la crainte, il peut être dominé par les entités. Qu’est-ce que c’est une entité ? Une entité, pour vous donner dans le cadre de la conférence une définition pour votre vibration, d’une entité, une entité ça peut être quoi ? Ils disent : Une entité c’est une intelligence qui ne veut pas se manifester ; je l’aime cette définition-là ! Une entité c’est une intelligence qui ne veut pas se manifester !

Il y a des intelligences qui veulent se manifester, il y a des intelligences qui se manifestent, puis il y a des intelligences qui ne veulent pas se manifester. Donc une entité c’est une intelligence qui ne veut pas se manifester, c’est pour ça qu’on l’appelle une entité. Deuxièmement, une entité c’est une intelligence qui doit habiter l’Homme mais qui ne doit pas le posséder, l’Homme. Qu’elle habite l’Homme, que l’Homme ait un principe matériel, cosmique, ensemble, pas de problème. Mais il ne faut pas que l’Homme soit possédé par l’entité.

Si l’Homme est possédé par l’entité, à ce moment-là il doit éventuellement en arriver à intégrer cette énergie-là. C’est très important que l’être humain sur la Terre qui vient en contact avec d’autres niveaux de conscience, d’autres niveaux du réel, d’autres aspects de sa propre infinité, ne soit jamais, ne se laisse jamais posséder par l’entité. Il faut qu’il l’intègre cette énergie-là, sans ça vous allez vivre des “rides” (tours) abominables. Comment est-ce que l’Homme peut empêcher qu’une entité le possède ? Ils disent : En ne la croyant jamais ! En ne la croyant jamais !

Le seul pouvoir qu’une entité peut avoir sur un être humain, c’est s’il la croit. C’est pour ça que dans l’évolution, la croyance sera totalement éliminée de la croyance de l’Homme. Un être conscient ne peut pas croire personne. Tu peux comprendre, tu peux être en relation avec, tu peux savoir, tu peux avoir du plaisir avec, mais tu ne peux pas croire. Donc autant la croyance elle fait partie de l’involution pour le développement de l’ego, autant dans l’évolution la croyance n’existera plus parce que l’Homme ne sera plus dans sa personnalité, il sera dans sa personne.

Tu ne peux pas croire quand tu es conscient parce que croire, ça veut dire : “être dominé par”. Ça fait que c’est très important pour un être humain de ne jamais développer des systèmes de croyance, surtout par rapport à des entités occultes avec lesquelles il peut être en communication télépathique.

Une autre lecture sur l’intelligence. Ils disent que de l’intelligence, c’est une détermination a priori de votre avenir, “now” ! Autrement dit, quand vous faites des mouvements dans la vie, les mouvements que vous faites font partie d’une construction qui va servir dans votre avenir. Tu maries quelqu’un aujourd’hui pour être divorcé demain, ils le savent eux autres. Toi, tu ne vois pas ça de même, tu es en amour là, tu te fais “manger les oreilles” (rires du public), tu es heureux, tu comprends ?

Mais eux autres savent que dans dix ans, quinze ans, vingt ans, vous allez vous lancer des assiettes (rires du public), mais ils ne vous le disent pas que vous allez vous lancer des assiettes, parce que vous ne feriez pas de connexion, comprends-tu comment ça marche ? Quand ils disent : L’intelligence… Je ne me rappelle plus ce qu’ils ont dit là… En tout cas c’est ça ! (rires du public). Une autre lecture. Il dit : Quand vous comprenez ça, vous ne prenez jamais trop au sérieux ce que vous vivez maintenant, vous le vivez bien seulement, vous le vivez bien mais vous ne le prenez pas au sérieux.

Ça fait que si ça fait partie de votre intelligence que ça dure, pas de problème, tant mieux, puis si ça fait partie de votre intelligence que ça ne dure pas, pas de problème non plus, tant mieux, tu comprends ce que je veux dire ? Mais si vous voulez tout retenir dans votre présent ce que vous êtes en train de faire, ils peuvent vous jouer des “games”, c’est ça la conscience expérientielle de l’Homme, c’est pour ça qu’ils disent tout le temps : L’Homme est toujours en expérience, l’âme est toujours en développement.

Donc sur la Terre il y a toujours de la souffrance, parce qu’on ne sait pas comment ça marche, on n’a jamais su comment ça marche, ça ne nous a jamais été expliqué, parce qu’on n’a jamais parlé avec eux autres. Mais quand on commence à parler avec eux autres, là ça nous énerve parce que c’est comme : Tu passes de la petite école à l’Université.

Une autre lecture sur l’intelligence. Il dit : Un Homme qui est dans l’intelligence, il n’a plus besoin de penser, c’est vrai il n’a plus besoin de penser. Là, vous allez dire : “Ça sert à quoi, penser”… ? Ça fait partie de votre condition évolutive, ça sert à vous créer un ego à travers la réflexion, c’est normal, c’est naturel. Mais un jour, quand l’Homme va passer de l’involution à l’évolution, l’Homme n’aura plus besoin de penser, il va parler avec, mais il ne pourra plus penser.

Question : Ça sécurise, “penser” !

BdM : Ça sécurise “penser”, effectivement. Tout ça, c’est un phénomène de transmutation qui va se faire, ça fait partie de l’évolution. Un jour l’Homme n’aura plus besoin de penser, il va simplement être en communication télépathique, point final. Ça, ça va enlever la conscience égoïque, égocentrique, puis ça va créer une conscience plus créative, plus généreuse, plus ouverte, plus infinie, ainsi de suite.

Une autre lecture sur l’intelligence. Il dit : L’intelligence, ça ne s’acquiert pas, c’est donné, ils te le donnent ; si tu es capable de le prendre le choc, quand je dis “choc”, je veux dire la descente, plus de problème, ça fait que ça t’est donné. Moi si vous me dites que je suis intelligent, là c’est votre problème, tu comprends, parce que je n’ai pas de mérite là-dedans moi, ça fait que ça nous est donné cette affaire-là. Si on pense qu’on est intelligent, là on a un gros, gros, gros, gros problème.

Une autre lecture sur l’intelligence. Ils disent : L’intelligence c’est sans fin, ça n’a pas de fin. Moi quand j’ai compris que ça n’a pas de fin, ça n’a pas de fin cette affaire-là, moi j’ai dit : Je suis pogné à parler “forever” ! (rires du public). Je vais parler jusqu’à tant que je “crève” ! Là, ça fait trente ans que je parle, puis c’est comme si je n’ai pas commencé encore. Je prends un problème, je le regarde de cette façon-là, puis après je le regarde de cette façon-là, je le regarde de cette façon-là, je le regarde de cette façon-là…

Je suis après écrire un livre sur la femme là, je l’ai tourné de tous les bords, la femme, (rires du pblic), pas comme vous pensez, mais créativement parlant. C’est extraordinaire “regarder la femme” à partir des plans. Le livre le plus dur que je n’ai jamais écrit, puis que je n’écrirai jamais, j’ai hâte de le finir. Regarder la femme, comment est-ce qu’eux autres voient la femme, pour que nous autres, on puisse la voir comme du monde, parce qu’on n’a pas d’idée nous autres, les hommes, qu’est-ce que c’est une femme. On est réellement con, puis on est bien plus con qu’on pense !

Puis la femme, elle est bien plus grande qu’elle pense, mais tu ne peux pas demander à un homme ça, cet avis-là, il n’y a pas un homme qui va dire : “La femme elle est bien plus grande qu’elle pense”. Il va dire : “Moi, je suis bien plus grand qu’elle elle pense que je suis”. On est réellement du “stock”, les hommes ! On est des gros épais, puis on pense qu’on est intelligents parce qu’on a des doctorats (rires du public). Quand tu te fais définir la femme, puis voir la femme comment est-ce qu’eux autres voient la femme, comment est-ce que l’homme conscient va voir la femme, quand l’homme conscient va voir la femme comme elle est, l’homme finalement pour la première fois dans sa vie, il va arrêter de dire qu’une fois que tu ouvres la boîte de Pandore, tu es fait ! Parce que la femme dans le fond, c’est l’être le plus merveilleux qui existe, c’est l’être le plus facile avec lequel tu peux vivre. Même la femme, elle ne croit pas ça ! Puis même l’homme, encore pire !

Mais la femme, c’est l’être le plus facile avec lequel tu peux vivre. Mais pour ça, il faut qu’elle ait une certaine conscience, une certaine identité, puis il faut que l’homme ait une certaine conscience puis une certaine identité. Quand c’est fait ça, c’est une affaire de rien. Mais si tu n’as pas ça, ben, à ce moment-là, vivre avec la femme c’est du “stock” ! C’est sûr. Pourquoi ? C’est quoi la femme pour eux autres ? Il dit : La femme c’est fait pour vous terroriser les émotions, les hommes ! (rires du public). Une femme, ça peut te mettre les émotions à terre, ça peut te mettre la batterie à terre.

Une femme qui veut, elle peut te mettre la batterie à terre, sais-tu pourquoi ? Il dit : Parce qu’une femme, ça n’a pas peur de toi. Toi, tu peux avoir peur d’elle ! (rires du public). C’est intéressant, hein ? Une femme qui n’a pas peur de toi, toi tu vas avoir peur d’elle. Mais une femme consciente, tu n’as plus de problème ; un homme conscient, il n’y a plus de problème. Mais voir la vie de leur plan, de leur point de vue, c’est du “stock”. C’est pour ça que, souvent, ça nous donne des chocs au début, avec le temps on s’habitue. Puis avec le temps, on s’aperçoit que c’est bien bien intelligent, de l’intelligence.

Ils disent : Le problème de l’homme puis de la femme, c’est un problème contemporain, historique et transhistorique, ça existera toujours le problème de l’homme puis la femme. Ça sera simplement résolu au niveau des consciences individualisées. Quand un homme est conscient, évolué, quand une femme est consciente et évoluée, il n’y en a plus de problème. Pourquoi ? Parce que le lien entre ces deux êtres-là fait partie de l’expérience de l’Homme.

Tu ne sais pas si ta femme aujourd’hui, ce n’était pas ta sœur dans une autre vie ou si ce n’était pas quelqu’un que tu as tué dans une autre vie, tu ne le sais pas ! Il y a des mémoires, il y a des karmas entre l’homme puis la femme que l’homme puis la femme ne connaissent pas. On n’a pas accès à ces archives-là, on n’a pas accès à ces mémoires-là, on vit simplement le choc en retour, l’expérience incarnationnelle qui est neutralisée par une conscience individualisée de l’homme et de la femme. Une fois que c’est fait, le problème, le tiraillage entre l’homme puis la femme, ça n’existe plus.

Une autre lecture. Ils disent : La femme c’est un être qui doit s’amener à faire évoluer l’homme, ce n’est pas l’homme qui va faire évoluer la femme. Un homme tout seul ça n’évolue pas. Oubliez ça, oubliez ça ! Un homme tout seul, ça n’évolue pas parce que ce n’est pas intelligent, mais parce que c’est trop doté du principe de domination, ça fait partie de sa nature, ça fait partie de sa culture, l’homme c’est un guerrier… La conquête.

L’homme domine sans s’en rendre compte, la femme. L’homme domine la femme puis il ne s’en rend même pas compte, la femme elle ne dit rien, elle reçoit, elle vit, elle est habituée. Un jour la femme va faire évoluer l’homme parce que la femme va lui faire reconnaître des choses que lui tout seul ne peut pas voir. Mais pour ça, ça va demander qu’il y ait une certaine conscience, sensiblité, parce que l’homme qui a une conscience puis une sensiblité, c’est beau.

La femme elle est bien avec, elle peut lui faire voir n’importe quoi, il va le voir. Mais s’il est trop dans la domination, s’il est trop dans l’impression d’être intelligent, s’il est trop dans une forme d’égocentricité, il ne pourra jamais voir. À ce moment-là, il manque d’avoir une relation avec une femme, facile, intelligente, créative, sensible. Avez-vous des questions ? Tranquille ? Oui ?

Question : Comment définirais-tu le rapport, qu’est-ce que ça vient faire la sexualité avec la conscience ?

BdM : La sexualité, ça fait partie des lois de la matérialité, ça fait partie des lois du corps matériel. C’est le “ground”, l’Homme est fait de plusieurs principes, de plusieurs composantes, de plusieurs activités nécessaires, puis la sexualité c’est aussi nécessaire que manger. Si vous commencez à vous faire trop de cas sur la sexualité, vous allez perturber votre perception de cet acte-là, vous allez le spiritualiser, ou vous allez le fracturer, vous allez vous créer des interférences, vous pouvez en arriver même à nuire à votre sexualité.

Ça fait que la sexualité c’est normal, ça fait partie de la nature humaine, ça fait partie de la nature animale de l’homme puis de la femme, puis point final, point à la ligne ! C’est comme manger, seulement c’est une autre sorte de plaisir, ça peut être vécu différemment par différents individus, la sexualité, parce que les êtres humains ont différents niveaux d’imagination, différents niveaux de fantasmagorie, mais la sexualité, c’est la sexualité !

Le problème avec l’expérience sexuelle, ce n’est pas la sexualité elle-même, c’est la façon dont les Hommes, selon les cultures, interprètent le phénomène. Puis les gens qui sont les plus marqués négativement par la sexualité sont ceux qui appartiennent à la chrétienté, parce que la chétienté, la théologie chrétienne, l’Église chrétienne a réellement diminué l’importance, a entaché l’importance de la sexualité dans la vie de l’Homme.

Puis il va falloir que l’Homme, le sachant… Aujourd’hui il y a tellement de changements dans notre civilisation, regardez les civilisations islamiques, ainsi de suite, il y a tellement de coloration, d’astralisation de l’être humain par rapport à la sexualté que dans certains secteurs de vie, c’est devenu un problème. Puis sur le plan de la culture, sur le plan de la culture familiale, comment vous avez été éduqués dans votre sexualité par vos parents, ça a un gros impact sur votre comportement aujourd’hui. Là, je ne peux pas vous dire, je ne peux pas toujours vous parler de manière libre, à moins que tu fermes le microphone une minute là, ferme le microphone une minute…

Question : L’amour dans tout ça ?

BdM : L’amour, quel amour ?

Question : L’amour de l’Homme ?

BdM : L’amour dans le couple vous voulez dire ?

Question : Non. L’amour intérieurement, de soi-même ?

BdM : L’amour de soi ?

Question : Oui.

BdM : L’amour de soi, c’est quoi cette affaire-là ? (rires du public). L’amour de soi ? Je vais voir qu’est-ce qu’ils disent sur ça. Ils disent : L’amour de soi, c’est une façon pour vous autres d’interpréter votre égocentricité, c’est normal. Moi, si je parlais de l’amour de moi, l’amour de moi, t’sé, l’amour de moi… !

Question : J’ai mal posé la question.

BdM : Ah ! Posez-moi comme il faut !

Question : L’Amour universel ?

BdM : L’Amour universel ? Ils disent : C’est une notion qui est utile dans la mesure où vous lui donnez une valeur. C’est une notion qui vous est utile dans la mesure où vous lui donnez une valeur !

Question : Oui, mais il y a l’Amour de l’Homme qui est plus grand que ça là, je ne m’exprime peut-être pas comme il faut.

BdM : Le mot Amour, l’Amour c’est une vibration qui a différentes étapes, qui a différentes échelles. Moi j’aime, j’ai un niveau d’amour que je peux véhiculer, que je peux expérimenter, mais le genre d’amour que je véhicule ou que j’expérimente ne fait pas partie de ma conscience personnelle égoïque, donc ça fait partie d’un autre niveau de conscience. Puis quand je le vis cet amour-là, en général j’en souffre, ça fait que je ne suis pas intéressé à aimer trop trop, moi, parce que quand je le vis, j’en souffre.

Ça fait que je vais aimer un petit peu. Je vais dire à ma femme : “Ben, je t’aime bien”. Mais vous autres là, : “Je t’aime”, puis vos roses, puis moi s’il fallait que j’aime de même, je crèverais… Je vais vous l’expliquer. Ce que je veux dire, c’est que plus l’Homme va devenir conscient, plus ce qu’il appelle son amour va se transmuter, dans le sens que l’Homme va passer par des étapes de transformation à partir du bon émotionnel, à un émotionnel plus mentalisé, puis éventuellement à un mental intégré.

Ça fait qu’à ce moment-là, l’Homme ne pourra pas vivre l’amour comme il vit aujourd’hui. Moi s’il fallait que j’aime l’Humanité comme vous autres vous aimez l’Humanité, je ne pourrais pas vivre. Il y a des moments dans ma vie où je vais aimer l’Humanité, il y a des moments dans mon instruction, où par exemple, à la télévision je vais pleurer, parce que je veux communiquer une vibration que je ne peux plus par les mots, là je vais le vivre l’amour de l’Humanité, ça va durer deux minutes mais je vais souffrir ça, parce que la vibration est trop haute, mes corps subtils ne peuvent pas le prendre facilement.

Ça fait que vivre l’amour comme vous autres vous le vivez, c’est bien pour vous autres, mais pour moi, ça ne l’est pas. Vivre l’amour comme moi je le vis, pour vous autres c’est trop éthéré, vous ne pourriez pas le sentir, ainsi de suite, parce que vous n’avez pas les corps subtils pour le vibrer cet amour-là. On a tous des corps subtils selon notre vibration. Moi j’ai un chat à la maison là, le plus loin que je peux aller avec un animal chez nous, c’est un chat. Je ne peux pas avoir un chien, c’est trop évolué pour moi, un chien.

Un chien qui rentre chez nous, pour moi c’est quasiment comme un être humain là, il y aurait trop trop de communication entre moi puis lui, ça deviendrait comme un autre bébé, ça fait qu’un chien, je ne peux pas prendre ça. Un chat je peux prendre ça parce qu’un chat, c’est pas mal… Ça fait sa petite vie, il n’est pas attaché au maître, il est attaché à la maison. Puis il ne faut pas que je l’aime trop, juste juste assez, parce que si je l’aime trop, là je vais jouer avec, je vais le rendre fou net, parce que c’est sensible un chat.

Ça fait qu’on vit l’amour selon notre taux vibratoire, puis je ne vous souhaiterai jamais de vivre l’amour comme moi je le vis, parce que vivre l’amour comme moi je le vis, c’est purement un outil de travail, puis un outil de transmutation pour l’Humanité, ce n’est pas l’affaire de sentiments personnels. Moi, l’amour en tant que sentiments personnels, je ne vis pas ça. Je ne vis pas ça parce que si je vivais ça, avec la vibration que j’ai, je serais un être totalement malheureux. La vibration est trop forte.

Je suis protégé de tout ça, ça fait que j’aime… Je dis toujours, j’aime ici, vous autres vous aimez ici, mais moi j’aime ici, mais ça ne veut pas dire que mon amour n’est pas valable, il est simplement un petit peu plus éthéré. Un homme comme moi qui est très conscient des plans, puis qui peut avoir un rapport instantané avec l’Humanité… Moi je peux vous regarder, vous savoir ; si je peux vous savoir, ou je peux savoir l’Homme, je ne peux pas vibrer toutes vos affaires, je serais toujours malheureux.

Ça fait que je suis protégé par ma vibration, puis je peux aimer, je suis capable de vous aimer vous, mais je vais vous aimer juste un petit peu. Si je vous aime trop, je vais pleurer, ça c’est sûr. Quand j’aime trop, quand je la descends cette vibration-là, je pleure. Les gens m’ont vu pleurer à la télévision, les gens m’ont vu pleurer dans des conférences, mais ça, c’est parce que je veux communiquer une vibration. Je ne veux pas vivre ça tous les jours moi, cette affaire-là. Ça, c’est un job !

Ça fait qu’aimer, ça va évoluer avec la conscience de l’Homme, puis un jour l’Homme ne pourra plus aimer comme il aime aujourd’hui. Quand l’Homme sera bien bien conscient, il ne pourra pas aimer sa femme puis aimer ses enfants comme il aime aujourd’hui, il va les aimer d’une autre façon, à un autre niveau. Mais ça va être un amour qui va être plus éveillé, qui va être moins sous les forces de l’âme et qui va être plus sous l’empire de l’Esprit. C’est un petit peu de même, ce que je peux vous dire.

Le problème de l’amour, ça avait été posé souvent, il y a des Américains qui me l’ont posé quand je voulais publier un livre, les Américains disaient : “What does Mister Bernard say about love” ? Qu’est-ce que c’est qu’il dit, Monsieur Bernard, de l’amour ? Tu sais comment est-ce que c’est les Américains, hein, les yeux dans la “graisse de bines” (regard altéré), ça fait que c’est bien dur pour eux autres la façon que moi je traite avec le phénomène de l’amour. Parce qu’eux autres, ils veulent des mesures, ils veulent des méthodes.

Mais un jour, l’Homme va réaliser que l’amour c’est une énergie qui fait partie de la conscience, puis cette énergie-là, tu ne “deales” pas avec, tu ne la vibres pas avec autant de liberté, si vous voulez, que tu pouvais quand tu étais inconscient. C’est une protection ça. Moi si je m’en vais sur la rue le soir, puis je vois un gars qui a les deux bras coupés, puis qui est bien bien mal emmanché, si je commence à vibrer de l’amour par rapport à lui, ben là, c’est évident que je vais tomber dans toutes sortes d’états.

Ça fait qu’à ce moment-là, pour ne pas tomber dans des états, je peux l’aider, je vais aller par en dedans, je vais dire : “A-t-il de l’argent dans ses poches”… ? Ils vont dire : “Oui, il en a assez aujourd’hui”, je continue mon chemin. Si vous êtes là, puis me voyez passer à côté du gars qui est en apparence dans un manque, puis vous dites : “Ben, Bernard de Montréal, il n’est pas bien généreux”, c’est votre problème, moi je n’ai pas de problème avec. Moi je peux vous dire exactement combien d’argent il a dans ses poches. Comprends-tu ce que je veux dire ?

Je ne vis pas le phénomène humain, le relationnel comme l’Homme le vit, à cause de la fusion, mais ça ne veut pas dire que je n’aime pas. Mais je ne voudrais jamais aimer comme vous autres parce que ça serait bien trop souffrant. Par contre, aimer pour vous autres, c’est merveilleux. Quand le monde aime, quand vous tombez en amour, quand vous le rencontrez, vous tombez en amour, c’est merveilleux. Mais moi, tomber en amour, t’sé ! (rires du public). Il ne faut pas m’en demander trop… Il ne faut pas m’en demander trop (rires du public). J’ai trop d’expérience occulte de la conscience.

Mais quand j’aime par exemple, j’aime. Elle (parlant d’une personne dans la salle), je la connais depuis vingt ans, je l’aime autant aujourd’hui que dans ce temps-là, pareil. Quand elle a passé la vibration un petit peu, hop, ça fait une inflexion dans ma voix, c’est rien que ça dont j’ai besoin. Je ne vais pas commencer à pleurer… À pleurer, hé, moi je suis tanné de ça (rires du public). Mais je l’ai vue voilà vingt ans, elle est partie pour vingt ans, puis quand je la revois, c’est comme si elle n’était jamais partie. Ça, c’est ça cet amour-là !

Question : Dans les conférences sur l’amour en général, la plupart des gens… On dit qu’il faut commencer par s’aimer soi-même ?

BdM : S’aimer soi-même, ça veut dire s’appécier soi-même, commencer à s’apprécier soi-même, commencer à avoir une mesure de soi-même, commencer à être bien avec soi-même, c’est ça que ça veut dire s’aimer soi-même. Ça fait que ça, c’est bon. Ça dépend comment est-ce qu’on utilise la terminologie. Parce que l’amour en général, c’est dirigé à une autre personne, ce n’est pas dirigé à soi-même, c’est dirigé à une autre personne. Mais on peut s’apprécier soi-même, mais on appelle ça s’aimer soi-même, ça c’est nécessaire qu’on s’apprécie soi-même.

Question : La différence entre la confiance en soi puis l’estime de soi ?

BdM : La confiance en soi puis l’estime de soi, ça va pas mal ensemble. Il faut voir ce qu’ils disent sur ça. La confiance en soi, ça veut dire ne pas avoir peur d’être ce qu’on est, puis l’estime de soi c’est être bien avec ce qu’on est, ça fait que ça se connecte tout.

Question : Why man complicates his life ?

BdM : L’Homme complique sa vie parce qu’ils disent : Il ne sait pas qu’est-ce que c’est la vie, ça fait qu’il la complique. “He doesn’t know what it is, life, man doesn’t know what life is. He lives it, but he doesn’t know what it is, he doesn’t know how it works, so he makes it complicated” (Il ne sait pas ce que c’est, la vie, l’Homme ne sait pas ce qu’est la vie. Il la vit, mais il ne sait pas ce que c’est, il ne sait pas comment ça marche, donc il complique les choses). C’est un petit peu comme un singe, il se met toujours les mains où il n’a pas à le faire (rires du public). Tandis que si l’Homme savait qu’est-ce que c’est la vie, comment ça marche, il ne se la compliquerait pas, “he would go with the flow” (il se laisserait porter par le courant).

Question : So then why can’t the human accept life on life’s terms ? (Alors pourquoi l’humain ne peut pas accepter la vie selon les conditions de la vie ?).

BdM : “Because he doesn’t know what life is, he doesn’t talk with life, he can’t talk with them” (Parce qu’il ne sait pas ce qu’est la vie, il ne parle pas avec la vie, il ne peut pas parler avec eux). L’Homme ne parle pas avec les plans, l’Homme réfléchit tout le temps, réfléchit tout le temps, tu peux réfléchir tant que tu veux, tu peux faire des analyses tant que tu veux, ça ne veut pas dire que tu vas te connaître, mais si tu parles avec eux autres, tu dis : “Pourquoi telle affaire”, ils vont te le dire, c’est clair et net, paf…

Question : Il ne sait pas ce que c’est eux autres, lui, c’est la première fois qu’il te voit !

BdM : Il n’y a pas besoin de savoir qu’est-ce que c’est eux autres, il s’agit simplement de savoir… Elle, elle va lui parler… Il s’agit de savoir que l’Homme est un être multidimensionnel…

Question : (inaudible).

BdM : Ça, c’est votre problème personnel, c’est encore une affaire du besoin de la vérité. C’est connecté à la crainte, ça. Tant que l’Homme va avoir besoin de la vérité, c’est parce qu’il a de la crainte. La vérité ça n’existe pas dans le réel, les choses sont réelles, point final. Mais au milieu de la vérité, il y a toujours un petit peu de mensonge, “where there is truth, there is untruth” (là où il y a du vrai, il y a du faux)… L’insécurité.

Question : L’insécurité ?

BdM : L’insécurité, c’est intéressant ça l’insécurité ! Regardez bien ça. Premièrement, ils disent : C’est l’inhabilité qu’a l’ego, l’inhabilité de pouvoir stabiliser ses énergies, parce que si l’Homme était capable de stabiliser ses énergies émotionnelles, il n’y en aurait pas d’insécurité. On n’est pas capable de les stabiliser. Pourquoi ? Ils disent : Parce que vous pensez trop négativement aux évènements. Au lieu de vivre l’évènement, point final, bang, intégral… On les vit négativement, ça fait qu’on vit de l’insécurité.

Puis pourquoi est-ce qu’on n’est pas capable de les vivre… Qu’est-ce que c’est qu’ils viennent de dire ? On vit trop négativement les évènements, pourquoi est-ce qu’on les vit négativement ? Parce qu’on n’a pas de certitude, puis pourquoi est-ce qu’on n’a pas de certitude ? Ils disent : Parce que vous n’avez pas de connexion directe avec les forces de vie, elles passent à travers nous autres mais on n’a pas de connexion directe avec !

Ça fait qu’on a des guides spirituels, on a des guides universels, on a des sources de pensée, on a des ajusteurs de pensée, puis on ne les connaît même pas, puis ces affaires-là, ces entités-là, ces intelligences-là font partie de notre principale activité qui est de penser. Il faut qu’on meure, il faut qu’on sorte de notre corps pour aller en conscience astrale, pour les voir de loin… FIN

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut