PE-061 Connaissance intellectuelle, savoir ou connaissance ?

“L’Homme qui s’engage dans un développement de conscience ou qui vient en contact avec des énergies, qui travaille dans cette direction-là, peut difficilement au début se dégager des habitudes de sa conscience antérieure, parce que ça peut être intéressant, il y a beaucoup de choses à étudier, il y a beaucoup de …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


L’Homme qui s’engage dans un développement de conscience ou qui vient en contact avec des énergies, qui travaille dans cette direction-là, peut difficilement au début se dégager des habitudes de sa conscience antérieure, parce que ça peut être intéressant, il y a beaucoup de choses à étudier, il y a beaucoup de choses à comprendre, il y a beaucoup de choses à voir. Puis ça, c’est un mécanisme psychologique qui est normal, ça fait qu’on ne peut pas vous blâmer pour ça.

Par contre, si on veut vous aider, on est obligé de vous dire : “Bon, ben, c’est réellement sans importance”. Pourquoi ? Parce que l’énergie du mental, autrement dit l’énergie du mental supérieur qui se situe au-dessus de la réflexion, ou au-delà de la réflexion, cette énergie-là doit être de plus en plus utilisée par les forces du mental et de moins en moins utilisée par les forces de l’ego, afin de permettre la création d’un canal pour la descente de l’énergie de haut en bas.

Si l’égo s’investit trop d’une curiosité normale qui fait partie de ses appétits intellectuels normaux, éventuellement, il va brouiller le canal et il va empêcher qu’une vibration plus subtile passe, pour lui amener éventuellement sa propre lumière et pour lui amener l’information dont il a besoin, lui, en tant qu’être. C’est pour ça que la curiosité, c’est une des choses qui, au cours de l’évolution, diminue un petit peu comme la mémoire intellectuelle diminue.

Un Homme qui évolue en conscience mentale, s’aperçoit au cours des années que sa mémoire, elle diminue, puis elle diminue, elle diminue. Ça ne veut pas dire que sa mémoire disparaît, mais sa mémoire devient… Est utilisée par son Esprit pour le travail, pour l’expression de sa conscience et non pas pour le renforcement des aspects psychologiques de l’ego.

Et vous verrez qu’au cours de l’évolution, vous perdrez un petit peu de mémoire, il y a une perte de mémoire lentement qui se fait graduellement, pas au point où vous ne pourrez plus travailler, mais au point où vous aurez conscience qu’il y a une perte de mémoire, et cette perte de mémoire-là fait partie des mêmes mouvements de la conscience que ceux qui touchent la curiosité. La curiosité, si on la regarde d’un point de vue intellectuelle, elle est bonne. Si on la regarde d’un point de vue psychique, elle devient éventuellement nuisible parce qu’on a l’impression, en tant qu’ego, de trouver de la valeur dans une question quelconque, alors que cette valeur-là est purement subjective.

Ça, c’est une habitude, c’est presque même chez certains individus… Ça peut même être une déformation parce qu’à partir du moment où la conscience s’élève à un autre niveau, ou que l’Homme en arrive à être en contact avec une nouvelle fenêtre et qu’il a l’impression d’avoir accès à des réponses, les réponses auxquelles il a accès sont autres que celles qu’il veut avoir.

Regardez bien ça le phénomène de la curiosité, parce qu’au cours des années elle va avec le temps s’éteindre, elle va se raréfier, et un jour vous n’en aurez plus. Vous n’en aurez plus parce que ce que l’Homme aura besoin au cours de son évolution, c’est une grande, grande paix d’Esprit. Et la paix d’Esprit n’existe pas dans la recherche constante de la curiosité ou du développement constant de la curiosité, mais du retrait de l’ego par rapport aux formes qui font partie des structures mentales de la mémoire de sa race.

C’est évident qu’il va venir un temps où les gens vous poseront des questions, puis là vous pourrez répondre à ces questions-là, mais cette curiosité-là ou ces questions-là ne seront pas les vôtres, elles seront pour les gens autour de vous. Ça fera partie de votre discours, ça. Mais en tant qu’individus, vous n’aurez plus d’intérêt à des formes, à ces formes mentales là, parce qu’il n’y aura plus de vie dans ces formes mentales là.

Moi, savoir à quoi sert une éclipse, ça change quoi dans ma vie, ça ne change absolument rien. Si on me le demande, là je peux répondre, mais je vais le faire pour vous, mais si je pense que c’est mieux de ne pas vous répondre, je ne vous répondrai pas. Tandis que moi, en tant que personne, la question ne m’allume pas. Si je vais par en dedans puis que je pose une question concernant l’éclipse, on va me répondre selon ma propre conscience et on peut me dire très, très, très brièvement : C’est sans importance !

Et la raison qu’on me dit ça, c’est parce que la curiosité, ça s’astralise, et d’ailleurs la curiosité, trop de curiosité, c’est une forme astrale de l’intelligence, parce que la curiosité fait partie de l’astralité de la conscience mentale de l’Homme. Dans le mental intégral, la curiosité n’existe pas, sinon on se brûlerait l’Esprit, on se brûlerait le cerveau, on deviendrait dingue. Ça fait que, qu’est-ce que l’Homme conscient recherche ? C’est le calme de son Esprit, il y a assez d’être en contact avec les plans, déjà ça, c’est déjà un job. À un moment donné, tu ne veux plus rien savoir !

C’est pour ça que je disais voilà vingt ans, je disais : “Il n’y a rien à comprendre”. Je me rappelle au début, il y a vingt ans, quand je disais en 78 : “Il n’y a rien à comprendre”, les gens venaient me voir : “Comment ça se fait, qu’est-ce que vous voulez dire, il n’y a rien à comprendre, tout est à comprendre”… ? Je connais bien des gens aujourd’hui, vous leur demandez la même question, puis on vous dira : “C’est vrai, il n’y a rien à comprendre”.

Ça ne veut pas dire qu’on n’a pas accès à savoir, ça ne veut pas dire qu’on n’a pas accès à comprendre, ça veut dire qu’il n’y a rien à comprendre, dans le sens de l’intellect qui cherche toujours à comprendre, la recherche philosophique de l’ego. On en a perdu des années et des siècles à vouloir comprendre, à partir de Socrate, on veut comprendre, puis on arrive à la fin du vingtième siècle, on ne comprend rien encore ! Il n’y a rien à comprendre.

Participant : Le fameux casse-tête ?

BdM : Le fameux casse-tête effectivement, mais ça il faut le savoir par soi-même, il ne faut pas douter, parce que ce n’est pas facile pour un Homme de prendre conscience qu’il n’y a rien à comprendre. Mais je peux vous dire que ce n’est pas long qu’on en arrive à cette conclusion-là, surtout quand on est en contact télépathique avec les plans, puis qu’on nous l’imprime jour après jour qu’il n’y a rien à comprendre… Puis on leur dit : “Pourquoi est-ce qu’il n’y a rien à comprendre ? Il y a tellement de choses à comprendre”… ! Puis on vous dit : “Il n’y a rien à comprendre, tout est su, tout est là, quand tu en auras besoin ce sera là”. C’est de même, c’est comme ça qu’on nous répond. Puis c’est normal, parce que supporter un afflux de curiosité intellectuelle à partir d’un plan mental extrêmement créatif, ben, l’Homme devient fou, l’Homme ne se repose plus, il n’y a plus de repos de l’Esprit.

Participant : Ça fait partie de la recherche ?

BdM : Ça fait partie de la recherche effectivement, puis la recherche, ça a été le mot de passe de l’involution, la recherche de la pierre philosophale, la recherche de ci, la recherche de ça, on passe notre temps à rechercher. On a été pendant des siècles prisonniers du minotaure, il va falloir que l’Homme retourne ça de bord. Puis c’est ça qui est difficile parce que ça nous est passé, il faut qu’on le découvre par soi-même.

Participant : Ça fait partie de la domination de l’astral ?

BdM : Ça fait partie de la domination de l’astral ! Quand vous me dites quelque chose qui est réel, je suis obligé de dire : “C’est ça” ! Que je sois Bernard de Montréal ou pas Bernard de Montréal, quand vous me dites quelque chose qui est réel, je suis obligé de dire “c’est ça”. Ça fait partie de la domination de l’astral…

Participant : De vouloir nous faire croire qu’il y a quelque chose à comprendre ?

BdM : De vouloir nous faire croire qu’il y a quelque chose à comprendre, parce qu’à partir… Quand il y a des forces astrales qui peuvent nous faire croire qu’il y a quelque chose à comprendre, on a tendance à vouloir les suivre, à s’assujettir à elles parce que les forces de l’âme ont besoin des assises, c’est-à-dire que les forces de l’âme ont besoin d’être mises en vibration pour que l’ego, lui, en tant qu’aspect de son principe universel puisse être rassasié, l’ego veut être rassasié, puis le phénomène d’être rassasié, c’est un phénomène astral. C’est comme les gens, voilà deux, trois, quatre, cinq, six-cents ans qui voulaient être proches du Christ, qui voulaient être mariés au Christ, qui voulaient… T’sé, c’est abominable ces expériences-là ! Ça fait que ça, c’est l’astral spirituel, puis c’est très fort.

Si jamais vous avez une chance d’aller en astral puis de voir sur les plans spirituels la structure mentale des religions, vous allez être pas mal époustouflés. Quand vous verrez comment ça fonctionne les religions, qui c’est qui est derrière les religions, qui c’est qui crée les religions, pourquoi est-ce que les religions existent sur la Terre… N’oubliez pas que la Terre c’est une planète expérimentale ! Une planète expérimentale, ça veut dire que l’ego qui est en incarnation ou l’âme qui est en incarnation n’a pas le pouvoir, pendant l’involution, de s’abstenir du contact psychologique avec la mémoire de sa race, c’est fort ça ! Elle n’a pas le pouvoir !

Un ego qui est forcé de s’abstenir du contact psychologique avec la mémoire de la race, techniquement il craque ! Prenez un Homme, mettez-le dans une prison tout seul, sans contact extérieur il va craquer. Mais prenez un Homme conscient, mettez-le dans une prison tout seul, sans contact avec la mémoire de la race, il va sortir de son corps puis il va se promener en ville, il y a une différence !

Si je leur demande une autre définition de la mémoire à partir du plan mental, regardez ce qu’ils disent. Ils disent que la mémoire, c’est une structure mentale de l’ego qui permet à l’Homme de perdre conscience. Quand vous êtes dans la mémoire, dans le phénomène de la mémoire, même si la mémoire est utile au niveau structurel, il y a une perte de conscience.

Dans de la conscience, la mémoire n’existe pas, dans la conscience il y a une pulsation de la lumière qui fonctionne, qui est créative, elle fait ce qu’elle veut la lumière, tu t’en vas où elle s’en va, elle fait son propre chemin. Alors que dans la mémoire, l’ego il est obligé temporairement, même si c’est une fraction de seconde, de perdre la conscience. La mémoire fait partie des forces de domination, c’est à travers la mémoire que les forces de domination ont établi sur l’Homme leur régence pendant des millénaires.

Que vous soyez Chinois, vous avez une grande mémoire chinoise, si vous êtes Allemand, vous avez une grande mémoire allemande, si vous êtes Oriental ou Hindou ou Arabe, vous avez tous une grande mémoire qui fait partie de la mémoire de la race ! Et c’est très difficile pour un ego en évolution de conscience de se séparer de la mémoire de la race, parce que son identité fictive est mise en doute. Alors, quand on parle de l’involution, c’est ça l’involution.

Quand on parle de l’évolution, c’est le renversement de cette condition-là, mais ça se fera sur une base totalement individuelle, ça ne peut pas se faire sur une base collective, parce qu’à partir du moment où vous utilisez de la connaissance sur une base collective, vous formez techniquement une religion. Donc pour empêcher la formation d’une religion ou d’une secte, ou d’une collectivité, ou de la systématisation d’une pensée qu’on appelle “la philosophie”, vous êtes obligés d’enlever ou d’amener l’Homme à mettre de côté sa mémoire. Donc mettre de côté sa mémoire, ça veut dire quoi ? Mettre de côté ce que vous lui avez enseigné.

Ça fait que c’est très important pour un Homme qui techniquement enseigne ou parle, de le faire d’une manière créative, afin de rendre toujours l’ego libre de la mémoire, donc de l’enseignement qu’il donne. Parce que si vous ne rendez pas l’ego libre de l’enseignement que vous donnez, vous allez créer des paramètres de vérité, vous allez devenir un maître, et automatiquement l’ego ne pourra jamais passer de l’involution à l’évolution.

Ça fait que c’est subtil mais il faut le savoir, puis pour le savoir, il faut avoir passé les différentes étapes qui nous mènent finalement à réaliser que se rendre libre soi-même, ça implique rendre l’Homme libre. Si vous ne rendez pas l’Homme libre, dans votre processus, dans votre relation avec l’Homme, vous n’êtes pas libres, quelle que soit la couleur, la qualité de votre enseignement. Mais si vous êtes libres, vous serez obligés, de par le fait d’être libres, de rendre l’Homme libre, donc de sortir de la mémoire de sa race.

Et votre enseignement qui fait partie de la mémoire de la race temporairement, même si c’est une race plus élevée, vous serez obligés de le rendre libre vous-mêmes de cette mémoire-là, et comment vous allez le faire ? En lui disant : “Ne pas croire”. En lui disant : “Il n’y a pas de vérité dans ce que je dis, c’est simplement de la réalité”. Dans la réalité, l’Homme est libre de vous suivre ou de ne pas vous suivre. Pourquoi ? Parce qu’il est libre de savoir comme vous, ce que vous savez.

Si un Homme ne peut pas savoir comme vous ce que vous savez, il est obligé d’utiliser la vérité pour se joindre à vous. En faisant ça, il utilise encore les mécanismes de la mémoire de la race, donc il appartient encore à un processus à court ou à long terme où il se formera une secte ou une religion, ou un système de philosophie, ou une idéologie quelconque. Donc il sera encore dans l’involution et l’Homme sera encore quelque part dominé dans sa conscience. C’est subtil.

La mémoire c’est anti-êtreté, parce que la mémoire empêche l’ego de s’autorévéler, ça empêche l’ego de s’autorévéler ! Mais la mémoire, pendant l’involution, a toujours été utilisée par le pouvoir pour donner à l’Homme un aperçu psychologique de la vérité, alors que dans l’évolution, la mémoire sera retirée à l’Homme. Si elle n’est pas retirée de sa conscience psychologique, elle sera retirée de sa conscience psychique parce que le contact télépathique avec les plans met totalement de côté la mémoire humaine. C’est ça le savoir.

Qu’est-ce que c’est le savoir ? C’est le mouvement d’une énergie créative sans la fondation de la mémoire de l’Humanité. Qu’est-ce que c’est la connaissance ? C’est la mémoire de l’Humanité élevée à un niveau suffisamment sanctionné pour apparaître comme étant véritablement utile. Ça fait que c’est très très différent la connaissance puis le savoir. Donc un Homme peut avoir une connaissance limitée mais il va avoir un savoir illimité. Mais quand l’Homme est dans un savoir illimité, il n’a aucune connaissance de son savoir, vous comprenez ? C’est intéressant ça !

Alors qu’un Homme qui a beaucoup de connaissance, il a une mesure de sa connaissance, allez le voir et vous verrez l’orgueil qui est la mesure de sa connaissance. Puis il y a beaucoup plus de plaisir dans la conscience humaine de ne pas avoir de mesure de son savoir, parce qu’à ce moment-là c’est comme approcher le robinet, tu ouvres la “champlure” (robinet) puis il coule de l’eau, il n’y a jamais de tarissement d’eau.

Tu es toujours en état d’autorévélation, tu es toujours en état de découverte, tu es toujours en état d’aller plus loin dans le savoir, c’est ça qui rend ton travail intéressant. Ce qui rend ton travail intéressant, c’est de savoir que tu peux toujours savoir, il est là le plaisir que la conscience mentale donne à l’Homme, le fait de savoir qu’il a toujours accès au savoir. Mais quelle est la quantité, quelle est la mesure de ce savoir-là ? Ben, il ne le sait pas.

Ça fait que c’est très différent de l’intellect qui peut mesurer ce qu’il sait en citant le nombre d’œuvres qui ont été lues ou en citant le nombre de doctorats qui ont été développés ou acquis, ainsi de suite. Alors si on retourne au processus d’autorévélation, autrement dit au processus de développement de la conscience critique de l’Homme vers un infini quelconque, on s’aperçoit que l’autorévélation, c’est réellement la maximalisation chez l’ego planétaire de sa conscience universelle.

Et plus le temps change, plus l’ego s’aperçoit que dans un temps, il peut dire certaines choses, dans un autre temps il peut dire autre chose. Moi, je peux parler aujourd’hui parce qu’on est en 1999 ; en l’an 2000 je pourrai aller un petit peu plus loin, en 2002 je pourrai aller un petit peu plus loin jusqu’en l’an 2023, là ça sera fini. À ce moment-là, au fur et à mesure où tu avances, ce que tu sais sert pour un certain temps.

Quand tu vas dans un autre temps, ta vibration change, le travail sur tes corps subtils a été encore plus développé, il y a un savoir plus subtil, parce que la profondeur du savoir ou l’infinitisation du savoir est simplement basée sur les nuances psychiques de l’ego. Quelle différence il y a entre notre capacité de définir Dieu aujourd’hui puis notre capacité de définir Dieu demain, c’est simplement dans notre capacité d’interpréter la vibration !

Si j’allais au tableau puis que je donnais des définitions de ce qu’on peut donner de Dieu, par exemple, à une conscience sociale comme celle qu’on a dans la salle, ce que je donnerais aujourd’hui serait différent de ce que je donnerais dans six mois, ce serait différent de ce que je donnerais dans deux ans, parce qu’au fur et à mesure où j’avance, ma propre conscience change.

Ma propre conscience devient plus subtile, mon corps mental devient plus subtil, donc je deviendrai de plus en plus capable d’ajuster mon mental à la vibration qui passe, parce que ça fait partie de ma relation avec le monde. Mais c’est ma relation avec le monde qui détermine ce que je veux faire, pas ce que je veux savoir de ce qu’on appelle “Dieu”, parce que moi je m’en fous de ce que Dieu est ou de ce que Dieu n’est pas, parce que je ne suis pas attaché à la vérité de tout ça.

Par contre, si vous me posez une question en 98 ou en 99, je vais vous donner une définition qui fait partie de la relation entre mon mental et le monde. Et en l’an 2000, 2003, 2004, 2005, je vous en donnerai une autre parce qu’en 2003, 2004, 2005, moi aussi j’aurai développé, comme l’Homme aura développé. Donc il y a une relation chronologique et une relation extrêmement étroite entre la vibration de l’Homme qui parle et de l’Homme qui reçoit la parole, et ça permet une évolution graduelle qui est proportionnelle à un plan qui est universel et qui ne fait pas partie des droits d’auteur de l’Homme sur la Terre.

On n’est pas responsable sur la Terre de ce que l’Homme doit savoir. On devient des canaux sur la Terre de ce que l’Homme peut savoir, OK ? Ça fait que la curiosité là… Dans le cul, c’est ça ! (rires de BdM et du public). Puis le comprendre pour vous autres, c’est très important, c’est très important, très important. Quand bien même vous prendriez dix ans pour le comprendre, ce n’est pas grave mais c’est très important.

BdM s’adressant à un participant : Vous ressemblez à un acteur américain, vous ! Comment est-ce qu’il s’appelle ? Brad Pitt, vous ressemblez à Brad Pitt, un petit peu, vous avez un petit peu de Brad Pitt ! (rires du public). Bon, je continue ! Donc l’autodétermination, c’est un processus créatif qui est extrêmement nuancé, qui est extrêmement subtil et il est proportionnel au déplacement de l’ego.

Plus l’ego se déplace, autrement dit moins l’ego est égocentrique, plus il est centrique, moins l’ego est réfléchi dans sa conscience, plus il est émanant dans sa conscience, plus il va pouvoir lire les nuances de la vibration, et finalement en arriver à développer sur le plan purement didactique une science qui fait partie de la matérialisation de la lumière, ce qu’on appelle “le Savoir”.

Mais si l’ego est trop dense, il ne pourra pas lire entre les lignes, parce que les formes auxquelles il est habitué, les formes qu’il utilise en général pour se configurer une personnalité, ne pourront pas laisser passer cette vibration-là. Autrement dit, ce que je veux dire, c’est qu’un Homme qui pense trop ne peut pas recevoir d’information. Un Homme qui pense moins va recevoir plus d’information, et un Homme qui ne pense pas “pantoute” (pas du tout) va recevoir totalement, va devenir totalement ou va être capable totalement de lire la vibration.

Quand vous lisez la vibration, ben, à ce moment-là vous êtes suffisamment ajustés au mental pour quasiment accéder à n’importe quoi dont vous avez besoin, pour créer sur le plan matériel une forme quelconque qui peut servir dans votre domaine, que vous soyez médecin, architecte, plombier, instructeur, ou quoi que ce soit, éducateur ou quoi que ce soit. Ça fait que c’est la lecture de la vibration, et la lecture de la vibration elle est proportionnelle au déplacement de l’ego, donc plus vous êtes intellectuels… Plus on est intellectuel, plus l’intellect est là, plus la mémoire de la race est là, plus c’est difficile pour nous, en tant qu’êtres, de lire la vibration. Puis on a tous accès à la vibration, le savoir ça appartient à tout le monde, ça n’appartient pas à un Homme, ça.

Il y a des Hommes qui ont plus de facilité que d’autres à la lire la vibration, c’est la seule différence, mais techniquement la vibration, elle appartient à tout le monde, tout le monde ! Des fois, on rencontre des gens très intelligents sur le plan psychologique, sur le plan du mental structuré, sur le plan de l’intellect, mais au niveau intuitif, au niveau de la lecture de la vibration, ils sont totalement incompétents, et c’est pour ça qu’ils ne peuvent pas bénéficier de ce qu’ils savent.

L’Homme sait énormément de choses, il a accès à énormément de choses mais il est obligé de vivre un déplacement de l’ego pour accéder à cette information-là. C’est pour ça que dans un sens, la vérité c’est très dangereux, la croyance c’est anathème à la conscience, anathème !

Des fois, je regarde des programmes à la télévision puis je vois des grands mouvements de foule comme ce qui s’est produit en Chine, ce qui s’est produit en Russie, ce qui s’est produit durant la Renaissance, en Europe, ainsi de suite, puis les mouvements qui font partie du développement de la civilisation, c’est une chose, mais les mouvements qui font partie du développement de l’Homme, en tant qu’individu, c’est une autre paire de manches, et la loi de la transformation est totalement différente.

L’Homme va se transformer d’une manière totalement étrangère à sa préconception psychologique. Ce que vous pensez aujourd’hui, demain vous verrez que ce n’est pas ça. Vous regarderez dans dix ans, puis vous regarderez en arrière, vous direz : “Ouais, dans ce temps-là je pensais ça, aujourd’hui je vois d’autres choses”. J’ai rencontré des gens qui m’ont dit : “Je suis allé en Afrique, j’ai fait l’ésotérisme en France, j’ai rencontré des maîtres un peu partout dans le monde, puis j’arrive au bout de vingt ans, vingt-cinq ans, puis je suis au même point où j’étais au début”. Ça fait partie de la recherche individuelle.

Il y a une femme qui pleurait à chaudes larmes à St Sauveur parce qu’elle a fait le tour du monde, elle a fait l’Afrique, elle a fait tous les groupes, elle a mis beaucoup d’énergie à la recherche, pour finalement en arriver à réaliser qu’il n’y a rien à l’extérieur de soi, que ça fait simplement partie de la recherche de l’identité. C’est un gros choc. Les membres des Rose-Croix en France… Un membre des Rose-Croix en France, il dit : J”’ai travaillé soixante-douze ans à la recherche pour en arriver finalement à réaliser qu’il n’y a rien à comprendre”. J’ai vu des hommes pleurer, des femmes pleurer, à cause de ça.

Ça fait qu’il est temps qu’on commence à comprendre qu’il n’y a rien à comprendre. Ça ne veut pas dire qu’on n’a pas accès à savoir, ça veut dire qu’on en arrive finalement à vivre un déplacement de l’ego suffisant pour réaliser que ce qu’on appelle l’Intelligence ou la conscience créatrice, ça fait partie d’un mental dont les architectures sont très très différentes de celles qui ont été nécessaires pour le développement de la conscience de la race.

Comprendre ça, c’est déjà un grand grand développement pour l’Homme, puis ça nous amène éventuellement à une grande paix intérieure, sinon on passe notre temps à courir, puis à courir, puis à rechercher, puis à rechercher, puis à lire, puis à lire. Qu’on lise pour notre plaisir personnel c’est une chose, qu’on lise pour voir ce qui est dit c’est une chose, mais qu’on lise pour croire, c’est une autre chose !

Participant : C’est un phénomène d’aiguisage ?

BdM : C’est un phénomène d’aiguisage, et quand l’Homme deviendra un géant, il s’apercevra qu’il y a un autre géant qui pousse. Quand vous croirez que vous êtes un géant, vous verrez qu’il y a un autre géant qui pousse, puis quand le géant qui pousse croira qu’il est géant, il verra qu’il y a un autre géant qui pousse, et la conscience supramentale sur la Terre, c’est du gigantisme !

C’est un processus de développement à long terme, c’est un processus qui équivaut à l’infinitisation de la conscience, c’est un modèle de conscience qui ne fait pas partie de l’expérience psychologique de l’ego sur la Terre, ça ne fait pas partie de la conscience de la race, ça ne fait pas partie de la conscience des nations, ça fait partie du développement de la conscience de l’individu, de la fusion entre l’Esprit et l’âme et du retour de l’Homme à sa source.

Puis on parle du retour de l’Homme à sa source, on ne parle pas dans un sens spirituel indien du terme. Le retour de l’Homme à sa source, ça veut dire la capacité de l’Homme de parler, d’avoir, ou de s’entretenir télépathiquement avec le plan mental, de manière à ce qu’il y ait parfait équilibre entre les plans invisibles, le plan matériel. Sinon, c’est encore de la domination.

Si vous n’êtes pas capables de parler avec votre double et d’établir avec votre double une corrélation psychologique parfaite, et de pouvoir interpréter sa relation avec lui, comprendre sa relation avec lui, voir où il en est dans son évolution avec vous, à ce moment-là votre double devient pour vous un esprit supérieur, et en devenant un esprit supérieur, vous devenez un esprit inférieur. En devenant un esprit inférieur, vous n’avez pas le pouvoir de retarder son émanation.

Et si vous n’êtes pas capables de retarder l’émanation d’un esprit, vous êtes envoûtés par l’esprit, vous n’êtes pas libres de l’esprit, et vous êtes automatiquement en initiation. C’est ça une initiation, d’ailleurs. L’initiation c’est être assujetti au pouvoir vibratoire de l’esprit qui vous magnétise pendant un certain temps parce qu’il a sur vous, ascendance. Mais ascendance à quel niveau ? Ascendance au niveau de la croyance.

Quand vous ne serez plus capables de croire, pas dans le sens psychologique du terme, mais parce que vous n’aurez plus l’énergie au niveau de l’ego pour croire, vous ne pourrez plus traiter avec votre Esprit comme vous avez traité pendant l’involution, vous serez libres d’entretenir avec lui un dialogue extrêmement intelligent.

Et si l’Esprit doit être corrigé dans son travail avec vous, vous aurez le pouvoir sur la Terre de le faire, et c’est la première fois que l’Homme pourra corriger le monde des esprits et s’introduire dans le monde des esprits, et commencer finalement à mettre de l’ordre dans le monde des esprits qui est extrêmement désordonné. Et si vous saviez aujourd’hui jusqu’à quel point le monde des esprits est désordonné, vous seriez totalement époustouflés.

Ces êtres-là ont besoin de beaucoup plus de guidance que vous pensez, et l’impression qu’on a que les esprits qui sont sur le plan astral ou qui sont sur le plan mental sont des esprits supérieurs, c’est une impression qui relève du fait, que nous, sur le plan matériel, nous vivons l’incarcération de l’âme. Et puisque nous vivons l’incarcération de l’âme, la raison pour laquelle nous vivons l’incarcération de l’âme, c’est parce qu’il n’y a pas eu de fusion entre notre Esprit et l’âme.

C’est-à-dire que nous n’avons pas été capables encore sur le plan de l’ego de nous libérer de la domination de l’Esprit à travers les forces de l’âme, donc les forces astrales, donc la programmation qui fait partie de notre incarnation sur le plan matériel. Mais quand ça sera fait, l’Homme deviendra très intelligent, et finalement, la recherche fondamentale de l’ego sur le plan philosophique, psychologique, existentiel et psychique, sera établie, et les forces occultes n’auront plus sur la Terre de pouvoir sur l’Homme.

C’est évident que rendu à ce point-là, les religions n’existeront plus pour l’individu, elles existeront pour les masses, mais elles n’existeront plus pour l’individu, parce que l’Homme aura le pouvoir à ce moment-là de lire parfaitement la vibration. Et qu’est-ce que ça veut dire lire la vibration ? Lire la vibration, ça veut dire savoir sans aucun obstacle, c’est ça que ça veut dire ! Savoir sans aucun obstacle !

Qu’est-ce qui peut créer un obstacle dans le savoir ? Ce sont les forces astrales. Qu’est-ce qui peut créer un obstacle dans le savoir ? C’est la puissance vibratoire de votre double. Le contact vibratoire avec le double, le développement de la relation entre l’Homme et le double, l’horizontalisation du rapport entre l’Homme, entre le mortel et le double, ça, ça fait parte de la conversion des nouvelles énergies, ça fait partie de la fusion, ça fait partie de l’immortalisation de la conscience humaine.

Quand je parle de l’immortalisation de la conscience humaine, je veux dire la morontialisation de la conscience de l’Homme après la mort. Une fois que ça, c’est établi sur le plan matériel, c’est établi dans les Éthers et les forces occultes, c’est-à-dire : Les forces qui font la gestion des archives dans le monde mental sont obligées de travailler en étroite relation avec l’Homme, et c’est là que l’Homme commencera finalement à recouvrir un peu de pouvoir sur la Terre, un peu de pouvoir au niveau des forces de vie, un peu de pouvoir au niveau des forces du mental, un peu de pouvoir au niveau des forces astrales.

Le rêve changera, le mental changera, les architectures du mental deviendront de plus en plus fluides, de plus en plus limpides, et l’Homme en arrivera finalement à savoir et à réaliser qu’il est réellement un être de lumière, pas simplement qu’on pense qu’on est des êtres de lumière, mais l’Homme deviendra un être de lumière. Mais tu deviens un être de lumière dans le fait, dans l’action, dans la manifestation, tu ne deviens pas un être de lumière parce que tu veux en être un ! Tu ne peux pas devenir un maringouin parce que tu veux être un maringouin, il faut que tu piques ! (rires du public).

Participant : Est-ce que tout le monde peut se libérer de la mémoire de la race ?

BdM : Ça dépend de votre sensibilité, ça dépend de votre propre évolution, ça dépend de votre vibration. Il y a des êtres qui sont dans des milieux humains extrêmement défavorisés et qui réussissent finalement à se libérer de la mémoire de la race, seulement c’est plus difficile. Par contre tout est faisable, mais ça, ça dépend toujours de votre vibration et c’est personnel à chacun de vous, ça.

Il y a des êtres qui iront très loin dans l’évolution d’une conscience mentale, il y a des êtres qui iront très peu loin, tout dépend de l’âme, tout dépend de la force intérieure de l’individu, c’est très personnel à chacun, ça. Je peux vous dire en général que c’est plus difficile pour un être qui est très incarcéré dans la mémoire de la race de s’en libérer, par contre il y a des êtres qui le font, j’en connais moi.

Je connais des êtres qui viennent des Indes, je connais des êtres qui viennent des Pays Islamiques, je connais des êtres qui viennent de partout et qui ont été extrêmement défavorisés sur le plan racial, mais qui sur le plan psychique sont très avancés, et ce sont les forces de l’âme finalement qui se sont mises en branle. Et une fois que les forces de l’âme se mettent en branle avec une science qui est suffisamment à notre portée aujourd’hui, c’est pas loin que l’Esprit commence à se manifester et que l’âme commence finalement à se réaliser.

Quand l’âme se réalise, à ce moment-là c’est très facile pour l’ego de travailler avec le plan mental, de travailler en télépathie, de sortir de la pensée réfléchie, et de finalement réaliser que l’Homme sait beaucoup de choses. On sait beaucoup de choses, on a accès à beaucoup de choses, et c’est universel.

Participante : Est-ce qu’il y a des plans de vie dans le travail qui empêchent cela ?

BdM : Ça fait toujours partie de son expérience d’âme. J’ai rencontré un homme, il y a plusieurs années, qui me disait : “Moi, je travaille pour le Gouvernement Américain, on travaille dans les systèmes nucléaires”, ainsi de suite… d’ailleurs j’avais fait un test avec lui… Parce que c’était un type très très sensible… Je lui avais dit : “Va dans ta tête et parle comme si tu parlais avec quelqu’un”, puis je lui avais dit : “Pourquoi tu travailles en science, pourquoi tu travailles dans le nucléaire”… ?

Et on lui avait répondu dans sa tête : “Pour le patriotisme”. Puis je lui avais demandé : “Est-ce que c’est une forme valable”… ? Puis il m’avait dit : “D’après moi, oui, puis d’après moi, non”. Puis je lui avais dit : “Retourne dans ta tête”, puis il avait demandé dans sa tête si c’était valable de travailler en science nucléaire simplement pour le patriotisme, puis on lui avait répondu qu’on ne voulait pas en parler. À partir du moment où on ne veut pas vous donner de réponse en ce qui concerne votre plan de vie, vous devez trouver la réponse par vous-mêmes.

Et aujourd’hui, cet homme-là ne travaille plus où il travaillait, il ne travaille plus dans ce domaine-là, et il est très très bien dans sa peau. Donc ça dépend des forces de l’âme, ça dépend des individus. Vous ne pouvez pas empêcher un ego de travailler dans un certain domaine quand il est inconscient, parce que quand on est inconscient, on n’a pas de mesure, on n’a pas de force intérieure, on n’a pas de puissance, on n’a pas de critique absolue, on vit par rapport à la mémoire de la race.

Donc vous ne pouvez pas blâmer une personne, quelque personne, quelle que soit son origine raciale, mais il y a des êtres sur le plan matériel qui sont suffisamment sensibles intérieurement pour réaliser qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, ils ne sont pas parfaitement heureux là-dedans, ça les dérange de travailler sur les armements nucléaires, même s’ils sont très intelligents au niveau intellectuel.

Puis éventuellement, souvent, ces êtres-là brisent de ces confins-là, puis ils sont automatiquement obligés de vivre une sorte de transmutation qui peut durer des années, éventuellement ils se remettent sur leurs pieds et en arrivent finalement à découvrir une orientation qui fait plus partie de leur réalité. Donc les forces culturelles sont très grandes, sont très grandes, qu’est-ce que vous voulez, on vit dans un médium… Très grand… Moi je regarde simplement ce que j’ai dû vivre quand j’ai expérimenté la fusion en 69, le départ d’une carrière purement scientifique, intellectuelle, vers un mouvement d’esprit totalement libre, et ça a été très dur pour mon ego, très dur pour l’ego, on se pose bien des questions. Et au cours des années, tu en arrives à intégrer ça. C’est plus facile pour un être qui est moins structuré au niveau mental, mais pour un être qui a une bonne éducation, je ne sais pas moi, pour un juge, un avocat, un scientifique, c’est plus difficile, parce que ça force à remettre en question des structures qui sont très valides, très valables.

Donc si l’âme passe à travers ça, si l’âme est en vibration, si l’être est sensible à ça, ben, éventuellement, il en arrive à pouvoir se décupler de tout ça en se déculpabilisant de tout ça, parce que la culpabilité c’est très grave, c’est très grand, c’est très puissant, c’est très astral. Je pourrais vous dire que sur le plan astral, on se sert de la culpabilité comme instrument fondamental pour la déstabilisation des émotions de l’Homme.

Aussitôt que vous vivez de la culpabilité, votre corps émotionnel est déstabilisé, puis c’est une chose dont on ne parle pas, la culpabilité. Pn accepte ça comme si ça fait partie de la vie, la culpabilité ! Pourtant la culpabilité c’est une des forces utilisées par toutes les formes de domination contre l’Homme. La culpabilité du simple communiste contre le régime socialiste, la culpabilité du pauvre Chinois contre les dictées de Mao Zedong avec son petit livre rouge, puis la révolution culturelle en Chine, la culpabilité du bon catholique contre les “pronunciamientos” de l’Église, c’est abominable la culpabilité !

Puis c’est une chose qu’on n’a pas étudiée, c’est une chose qui fait partie des structures mentales de notre époque ou des anciennes époques, mais de là, à regarder… D’en faire une autopsie, d’en faire une étude profonde, un discours profond, on ne l’a jamais fait. C’est essentiel. Un Homme ne peut pas grandir en conscience sans avoir réalisé la bête noire de la culpabilité, culpabilité par rapport… Les rapports entre lui et sa famille, culpabilité…

Regardez les Juifs durant la deuxième guerre mondiale, quand les Juifs ont fini dans les fours crématoires parce qu’ils avaient la culpabilité de ne pas laisser leur groupe ! Il y en a qui ont été libres de cette culpabilité-là, ils sont allés à New York eux autres, puis ils ont fonctionné, puis aujourd’hui c’est eux autres qui dominent ! Donc la culpabilité c’est très très grave, c’est très dangereux, et les pouvoirs ont toujours utilisé la culpabilité pour maintenir l’Homme en laisse, c’est très grave la culpabilité.

Pour moi c’est le plus grand des poisons, la culpabilité. C’est le plus grand des poisons. Et la croyance, c’est le plus grand des échafaudages, des échafauds, pardon ! Il y a des choses qui sont totalement anathèmes à la conscience : La croyance, la culpabilité, les autres ensuite, ça s’ajuste. Mais ces deux-là, vous serez obligés de passer à travers ça. Un Homme conscient ne peut pas en arriver au constat de l’illusion de la culpabilité et au constat de l’illusion de la croyance, impossible, impossible, impossible !

Vous pouvez étudier les éclipses toute votre vie si vous voulez, mais si vous n’en arrivez pas un jour à traiter directement avec la culpabilité et la croyance, vous ne pourrez jamais vous libérer de l’involution puis des forces de l’involution. Pourquoi ? Parce que la mémoire de la race, elle est maître chez un être qui n’a pas de conscience critique absolue. Un Homme qui a une conscience critique absolue, il n’a plus de problème. Qu’il fasse face à n’importe quelle mémoire, qu’on lui dise n’importe quoi, il pourra toujours lire entre les lignes.

Mais un Homme qui n’a pas de critique absolue parce qu’il n’est pas suffisamment libre de la croyance qui mène à la vérité, ou qui n’est pas suffisamment libre de la culpabilité qui le dissocie des pouvoirs, ne peut jamais en arriver à se libérer du connu. S’il ne se libère même pas du connu, il ne peut pas savoir. S’il ne peut pas savoir, il ne peut pas être libre. S’il ne peut pas être libre, il est automatiquement dans l’involution.

Donc, il y a des choses qui sont nécessaires pour quand même faire le partage des choses. Il y a deux façons de voir la vie sur le plan matériel, il y a la vie sociale, la vie des masses, il faut respecter ça. Vous devez respecter vos parents, vous devez respecter les structures sociales. Ça, ça fait partie d’un autre monde, ça ne fait pas partie de votre expérience personnelle. Ensuite il y a l’expérience personnelle, ce sont deux mondes très différents.

Moi, il est de mon devoir de respecter ma mère, de respecter sa façon de voir les choses, elle n’est pas en évolution de conscience, elle est en expérience karmique. Mais moi, en tant qu’individu, ma raison d’être doit être définie par ma raison de vouloir, ma raison d’évoluer, ma raison de devenir. Ce n’est plus le domaine de ma mère. Ma mère, elle ne peut plus me dire : “Tu dois aller à l’église le dimanche, mon petit gars, parce que tu vas me faire de la peine”.

À un certain moment donné, je suis obligé de dire : “C’est ton problème ! Je vais essayer de t’en faire le moins possible, mais tu ne peux pas m’emmener à l’église le dimanche si ça ne fait plus partie de ma conscience d’y aller, ainsi de suite, ainsi de suite”. Donc si je ne suis pas capable de me libérer de la culpabilité par rapport à ma mère, je suis fait ! Ça fait que ça va loin !

Ça fait que c’est un grand défrichement la conscience, puis ça sera totalement différent de ce que vous pensez, et tout ce que vous avez appris pendant l’involution, que ce soit en Orient, que ce soit dans les écoles ésotériques ou occultes de l’Occident, vous serez obligés de le défaire, parce que l’évolution d’une conscience mentale sur le plan matériel veut dire le mouvement de l’Homme en dehors de la conscience involutive de sa race.

Ça veut dire que tout ce que nous avons appris par le passé sur le plan psychologique de l’ego qui a servi à la construction des structures mentales, c’est-à-dire de nos façons de penser, donc de nos façons d’être, seront transmutées au cours de l’évolution, et pas par l’Homme, il n’y a rien qui sera transformé par l’Homme, ça sera transformé par les plans dont l’Homme aura conscience et en relation avec lesquels il travaillera.

Les Hommes ne peuvent pas transformer les Hommes, les Hommes peuvent engendrer l’Homme à leur image, mais les Hommes ne peuvent pas transformer les Hommes, mais les forces occultes peuvent le faire. Le plan mental peut le faire, l’ajusteur de pensée peut le faire, à partir du moment où l’Homme est conscient des plans.

Si l’Homme n’est pas conscient des plans, à ce moment-là, ce qu’il peut vivre c’est une sorte d’intuition au niveau de l’âme, puis développer une certaine spiritualité au niveau de l’âme, mais il n’en arrivera pas éventuellement à développer une parfaite identité sur le plan matériel, et il n’en arrivera jamais sur le plan matériel à savoir. Il sera toujours à la quête d’un absolu, il sera toujours à la quête d’une identité, ainsi de suite.

Participante : Est-ce que c’est mieux de “lâcher” son couple ?

BdM : Non, non, non, non, c’est là que vous faites des erreurs, vous passez votre temps à faire des erreurs, puis à faire des erreurs, parce que vous interprétez toujours le réel en fonction de votre ego. Il ne s’agit pas pour vous autres de lâcher vos couples, de lâcher vos “chums”, il s’agit pour vous autres, au contraire, de rester dans vos couples, puis de voir jusqu’à quel point vous êtes capables de le faire.

Puis vous allez voir que dans vos couples, vous avez bien moins de force d’unification que vous pensez, autrement dit que, dans vos couples, vous êtes moins capables d’amour que vous vous imaginez, et que vos couples sont bien plus des abris pour votre insécurité émotionnelle que des plans à l’intérieur desquels vous développez des forces, parce que vivre en couple, ça prend beaucoup de force intérieure.

Vivre avec une femme ou vivre avec un homme, ça prend beaucoup de force intérieure, parce qu’on n’est pas des cadeaux, parce qu’on a des personnalités différentes, parce qu’on a des programmations différentes, parce qu’on a des signes “astro” différents, ça prend beaucoup d’amour pour vivre en couple, et c’est la raison pour laquelle aujourd’hui les couples sautent, parce qu’il n’y en a plus d’amour ! Il n’y a même plus d’amour astral ! L’amour mental, oubliez ça, on n’est même pas rendu là.

Quand il y aura de l’amour mental entre les couples, entre les hommes puis les femmes, les couples deviendront totalement indissociables sur le plan psychique. Vous pourrez vous dissocier sur le plan psychologique, mais sur le plan psychique, vous serez toujours en couple, vous serez toujours initiés en Esprit, puis l’homme et la femme ensemble seront toujours des êtres très près. Même chose sur le plan du travail.

Si vous n’êtes pas capables de travailler puis de rester dans l’atmosphère d’un patron, à ce moment-là vous ne développerez jamais de force intérieure, parce que votre patron, il a un ego, une personnalité, il va vous mettre en vibration à cause de son inconscience, puis si vous tombez dans les pommes chaque fois que vous êtes en opposition, ben, vous êtes faits, vous allez finir des mendiants, vous allez finir sur le bien-être social.

Puis si vous êtes à finir sous les gouvernements sur le bien-être social, ben, à ce moment-là, vous n’aurez jamais de plateforme pour vous lancer dans le monde, pour découvrir, manifester vos propres ressources. Il ne s’agit pas pour l’Homme de faire de l’évasion comme l’Hindou qui va se cacher en dessous d’un arbre ! L’évasion c’est une illusion, c’est comme les hippies qui ont voulu se cacher avec la drogue puis du “pot” (cannabis) !

Tu ne prends pas du “pot” pour arriver quelque part ! Le “pot” c’est du “pot”, qu’est-ce que tu veux que je te dise ! Vous pouvez “poter” tant que vous voulez, mais ça ne va pas vous donner de la conscience. Alors qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, ce que vous faites, faites-le, puis apprenez à le faire de plus en plus consciemment, puis travaillez en relation avec votre boss de plus en plus consciemment.

Mais il va probablement venir un temps, dans votre temps, dans votre évolution, où il va être temps de mettre votre boss, votre patron de côté, pour aller vers un autre qui est un petit peu plus intelligent, plus sensible. Ça, ça va faire partie de vos besoins dans ce temps-là, mais en attendant, c’est bon que vous travaillez avec votre boss, parce que vous avez besoin de lui pour le moment pour vous enligner, parce que vous avez des déformations au niveau de votre propre ego qui doivent être ajustées.

Vous avez quelque chose à apprendre, ainsi de suite. Votre boss, il dit : “Bon, ben, arrive à neuf heures le matin”, puis vous, vous arrivez toujours à neuf heures cinq… Neuf heures cinq… Neuf heures cinq… Vous dites : “Je ne suis pas capable d’arriver à temps, j’arrive toujours à neuf heures cinq”, c’est parce qu’il y a une force en vous qui vous force à arriver à neuf heures cinq !

Vous ne l’avez pas cassée cette force-là, puis un jour vous allez la casser, vous allez arriver à neuf heures, puis après ça, vous allez arriver à neuf heures moins cinq, là le boss il va dire : “Wouah, t’arrives à neuf heures moins cinq, je vais te donner une augmentation de salaire”… C’est comme ça que ça marche. Le boss, il a entièrement raison de vous demander d’arriver à neuf heures ! Ça, c’est votre responsabilité sociale, sans ça il n’y a plus d’équilibre. Puis n’oubliez pas une chose, ce n’est pas parce que vous pensez que vous êtes conscients, que vous êtes conscients ! Bye, bye, bye, bye ! (Applaudissements).

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut