PE-029 Faire la gestion de son existence

“Bonsoir Messieurs-Dames. Avant de commencer, je voudrais vous faire quelques réflexions sur le bouquin. Vous savez que tous mes livres sont le produit d’une canalisation, donc ils ne sont pas difficiles à écrire pour moi, mais ils sont difficiles à lire, dans ce sens qu’ils sont très opaques, il sont très condensés. Et le prochain livre qui est dans le pipeline comme on dit, c’est un livre qui sera dédié, je crois, à l’information de …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Bonsoir Messieurs-Dames. Avant de commencer, je voudrais vous faire quelques réflexions sur le bouquin. Vous savez que tous mes livres sont le produit d’une canalisation, donc ils ne sont pas difficiles à écrire pour moi, mais ils sont difficiles à lire, dans ce sens qu’ils sont très opaques, il sont très condensés. Et le prochain livre qui est dans le pipeline comme on dit, c’est un livre qui sera dédié, je crois, à l’information de l’Homme sur le sujet de l’amour.

Puis j’ai l’impression qu’il y a deux livres qui doivent être canalisés, il y a celui-là qui sera intitulé probablement “La mythologie de l’amour” et l’autre qui sera intitulé “L’âge du bonheur”, je ne connais pas le sujet là, encore, mais dans la lignée de ces livres-là, ce qui est important pour vous autres, les lecteurs, c’est de les lire avec un certain dégagement, il ne faut pas que vous vous impliquiez trop dans la lecture, il ne faut pas que vous vous impliquiez dans la lecture au niveau de la croyance.

Il faut lire ces livres-là de loin, sachant qu’éventuellement, selon votre vibration, les livres deviendront extrêmement faciles à interpréter sur le plan mental. Une fois que l’Homme pourra interpréter ces livres-là sur le plan mental, il continuera à découvrir, dans les chapitres, d’autres niveaux d’informations qui sont voilés, parce qu’ils font partie de la structure psychique du mot. Et la façon dont les textes sont faits, établis, structurés par le plan mental, nous donnent à court ou à long terme une vision toujours renouvelée de ce que les plans veulent révéler ou expliquer à l’Homme, de la nature, de sa nature ou de la vie sur le plan matériel.

Donc le livre est intéressant, il est propre, il est sobre, c’est une continuité de “La Genèse”, mais dans un autre rythme. C’est un dialogue entre moi et les plans, c’est un dialogue direct entre moi et les plans. Donc j’ai assujetti les plans à ma conscience, dans ce sens que je force les plans, dans ces livres-là, à répondre à des questions fondamentales pour le bénéfice de l’Homme, pour le bénéfice de son évolution.

Ce n’est pas toujours facile de forcer les plans à répondre à des questions fondamentales, parce que les plans ont tendance à voiler le réel pour des raisons qu’ils comprennent, pour des raisons qui font partie de l’évolution de l’Homme. Il y a des choses qui ne sont pas nécessaires que nous sachions maintenant, il y a des choses qui sont nécessaires que nous sachions maintenant, ça dépend des sujets.

Mais dans ce livre-là, il y a définitivement un effort de ma part de forcer les plans à répondre à des questions importantes comme je les vois ou comme je les ai vues au cours de mon expérience, en tant qu’initié. Donc je vous souhaite une bonne lecture, puis ça fait toujours partie de l’évolution de la pensée, pousser plus loin la pensée humaine pour que l’Homme en arrive éventuellement à ne plus avoir de mystère et ne plus être assujetti dans sa conscience à des voiles. Donc voilà pour le livre, la réflexion sur le livre.

Je demandais à un ami dernièrement : “Comment se fait-il que l’Homme ait tant de difficulté dans la vie ? Comment se fait-il que l’Homme ait tant de difficulté à faire la gestion de son existence à tous les niveaux, autant sur le plan de l’émotion, que sur le plan matériel, ainsi de suite ? Pourquoi la vie est difficile pour l’être humain”… ? Puis mon ami n’avait pas tellement de réponses à ces questions-là.

Donc j’ai fait une voyance, j’ai fait une voyance et je vais faire la conférence sur ce sujet-là : “Comment se fait-il que l’Homme n’ait pas une vision très claire de sa vie, pourquoi sa vie est obscurantiste”. On entre aujourd’hui dans l’âge des cerveaux électroniques, on rentre dans l’âge de l’internet, et le symbole ou l’image que je veux faire de l’évolution future de l’Homme, c’est que dans l’involution, l’humain n’a pas accès à l’internet, à son propre internet, il n’a pas accès à son super “highway” personnel.

Il vit un peu dans son disque dur, dans sa mémoire, et tant que l’Homme ne pourra pas réellement surfer son internet personnel, c’est-à-dire se laisser aller, se laisser déambuler dans le processus créatif de son mental, d’une façon totalement froide – quand je dis froide, je dis bien froide, mentale – l’Homme ne pourra pas bénéficier de la totalité de son intelligence, parce que ses émotions, donc sa nature animale, le grand bagage historique karmique de son âme qu’il apporte avec lui à la naissance, tout ce matériel sera pour lui un fardeau, parce que ce matériel n’est pas réel.

Ce n’est pas pour rien que j’ai intitulé “La Genèse du Réel”, je l’ai intitulé, je lui ai donné ce titre-là pour faire comprendre à l’Homme que dans la mesure où il passera de l’involution à l’évolution, il lui faudra, à un certain moment donné, faire un pas en avant. Et ce pas en avant doit être le résultat d’une construction mentale, c’est-à-dire le résultat d’une capacité sur le plan psychologique de son ego de sortir complètement de sa mémoire, pour entrer dans le mouvement libre de sa conscience qui est universelle et systémique.

Aujourd’hui, nous commençons à avoir une psychologie, une science qui se développera au cours des siècles sur ce grand phénomène humain qui mènera à l’évolution et à la fusion de l’Homme, mais l’Homme doit commencer sur le plan individuel à faire des constats, et je veux dire des constats absolus concernant la structure psychique de son moi. Sinon, il est voué et il sera voué à réfléchir son moi pendant des siècles à venir, pendant des générations.

Et il ne pourra jamais faire la connexion avec son propre internet, c’est-à-dire avec cette vibration qui fait partie de la supériorité de son intelligence, non pas simplement de l’expérience mentale, mais bien de la supériorité de son intelligence. Et quand je parle de la supériorité de l’intelligence humaine, je parle de cette Intelligence qui, par rapport à l’intelligence de l’involution, est structurellement et dynamiquement différente dans sa projection, dans son mouvement, dans son évaluation, et aussi dans sa capacité d’interpréter ce que nous appelons le phénomène de la vie, mais au niveau du noumène de son Esprit.

L’Homme ne peut pas simplement interpréter la vie sur le plan psychologique, sur le plan phénoménal de sa psychologie personnelle, il doit un jour passer à un stage plus éthéré de sa conscience, sur le plan nouménal de sa conscience, c’est-à-dire sur le plan totalement psychique et vibratoire de sa conscience, que j’appelle pour des fins purement explicatives et symboliques, “l’internet de son moi”.

C’est dans l’internet que se trouve ou qu’il découvrira toute l’abondante information qui est nécessaire pour l’amener au cours de son expérience personnelle à se libérer des chaînes karmiques de son involution, surtout dans des domaines qui ont fait de lui, pendant l’involution, un être absolument désavantagé. Et ce domaine-là, c’est le domaine où l’affection, les émotions, sont intrinsèquement liées à son expérience et à sa souffrance personnelle.

Si l’Homme n’est pas capable de se libérer sur le plan émotionnel dans sa vie, il ne pourra pas entrer dans “l’internet” de sa conscience, donc il ne pourra pas bénéficier d’un contact télépathique avec ce qu’on appelle, pour le moment, “un ajusteur de pensée”, parce qu’il sera tellement astralisé dans sa conscience que les vibrations, c’est-à-dire les courants d’énergie subtile qui font partie de la naissance de la pensée, qui font partie de la structure de la pensée, et qui font partie de la source même de son moi, ne seront pas pour lui perceptibles.

Ils seront réfléchis mais ils ne seront pas perceptibles, et s’ils ne sont pas perceptibles, il n’aura pas, l’Homme, conscience de son intelligence. Il aura une conscience, il aura une intelligence mais il n’aura pas conscience de son intelligence. Et un être humain qui n’a pas conscience de son intelligence dans le sens créatif du terme – je ne parle pas dans le sens orgueilleux du terme, je parle dans un sens créatif du terme – ne peut pas, sur une planète aussi complexe que la nôtre, dans un monde aussi diversifié et compact que celui dans lequel nous vivons, ne peut pas se retrouver.

Et ça, c’est le problème du moderne, ce sera le problème du vingt-et-unième siècle, c’est le problème de nos jeunes. L’Homme ne peut plus se retrouver. Et avec les compressions que nous vivons, autant des compressions budgétaires, économiques, politiques, psychologiques, tous les évènements qui affluent vers notre moi, nous n’avons pas de réponse. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas dans notre intelligence. Nous sommes à côté, nous sommes dans notre “disque dur”, nous ne sommes pas dans “l’internet” de notre moi.

Nous ne pouvons pas converser de manière intégrale avec un sous-produit de cette conscience cosmique que nous appelons “l’ajusteur de pensée”, parce que nous avons peur, en tant qu’ego, de nous dissocier ou de nous libérer, ou de laisser prise, de lâcher prise de notre mémoire. Le problème de l’Homme sur la Terre, c’est qu’il a peur de laisser prise de sa mémoire. C’est le seul problème de l’Homme, l’Homme n’en a pas d’autre.

Tous les problèmes que nous avons sont simplement “consubstantifs”, ils sont relationnels, relatifs à cette incapacité de l’ego de lâcher prise absolument de sa mémoire. Et quand je dis “absolument de sa mémoire”, je ne veux pas dire que l’Homme doit vivre sans mémoire, l’Homme a besoin de sa mémoire, a besoin d’un phénomène mémoriel pour rapporter à sa conscience du matériel vécu ou du matériel qui doit être structuré de manière intelligente.

Par contre, il y a de la mémoire chez l’Homme qui enfle l’enveloppe de son Esprit, qui crée une distorsion de son moi et qui l’empêche, en tant qu’individu, de réaliser qu’il a tous les moyens à sa disposition pour être libre. Ce n’est pas juste de croire que la société est responsable pour notre situation, que nos amis sont responsables pour notre situation. Notre situation est à la mesure de ce que nous avons de besoin pour évoluer.

C’est la seule façon de regarder notre situation humaine, elle est toujours à la mesure que nous avons de besoin pour évoluer. Un Homme qui ne comprend pas ceci ne comprend rien à la relation intime qui existe entre lui et sa source, son ajusteur de pensée. La vie, elle est programmée, la vie c’est une programmation, la vie ce n’est pas le résultat d’un accident cosmique, la vie ce n’est pas le résultat de choses impondérables qui s’entrechoquent comme les atomes.

La vie, c’est un processus fondamentalement systémique établi, fondé, créé pour l’évolution de l’âme, et l’ego, lui, sur le plan matériel, une fois que l’âme est incarnée, a la responsabilité évolutive de comprendre le processus. En comprendre le processus nécessite, d’accord, une certaine initiation, c’est-à-dire une invitation à regarder les choses d’une manière différente de ce que l’Homme de l’involution regarde, parce que ça nécessite toujours de s’élever au-dessus de la masse. Ça, c’est normal.

Si on fait des études supérieures, on va à l’Université, on ne reste pas en deuxième année. Alors si on fait des études supérieures au niveau de la vie, on va à l’Université, c’est-à-dire qu’on s’élève sur le plan mental à des communications, à des formes de télépsychie avec des êtres qui ne sont pas matériels, mais qui sont vénérables dans leur réalité, et avec lesquels on peut avoir un discours, une communication qui est égale à notre conscience, dans la mesure où, avec le temps, nous apprenons à éliminer l’émotion spirituelle de notre relation avec eux.

Ça, ça nous amène avec le temps, avec la génération, à bénéficier de ce que nous appelons le côté occulte, c’est-à-dire le visage caché de la vie, et à ce moment-là, des problèmes, ça n’existe plus. Parce que tant que l’Homme a des problèmes sur le plan matériel, c’est parce qu’il ne sait pas traiter, il ne sait pas faire la gestion de sa vie, c’est ça un problème. Un problème ça n’existe pas, c’est une construction, mais que nous ne pouvons pas défaire, dont nous ne pouvons pas nous libérer sur le plan psychologique, sur le plan émotionnel, ça n’existe pas un problème.

Mais pour que l’Homme apprenne à se libérer de ses problèmes et finalement en arriver à pouvoir vivre une vie simple mais harmonieuse, mais aussi abondante, dans un monde complexe extrêmement pétrifié, extrêmement sans lumière, extrêmement tordu, il lui faut s’extraire complètement, dans la mesure où il le peut, il lui faut s’extraire de sa mémoire. Et jusqu’à mon dernier souffle, je vous répèterai la même chose.

Vous ne pouvez pas être conscients, vous ne pouvez pas savoir, vous ne pouvez pas comprendre votre vie, vous ne pouvez pas répondre à votre propre mystère, vous ne pouvez pas comprendre les mystères, vous ne pouvez pas comprendre les Hommes, les autres, vous ne pouvez pas avoir une voyance de l’autre, tant que vous ne vous êtes pas libérés de votre mémoire. Et quand je dis vous libérer de votre mémoire, je ne veux pas dire vous donner des électrochocs, je veux dire ne pas être victime de cette mémoire qui fait partie de la structure involutive de votre moi personnel.

Donc lorsque vous vivez des expériences dans la vie, lorsque vous êtes en contact avec des évènements qui font partie d’une certaine programmation, votre mémoire devient vivante, votre mémoire vous fait réfléchir des choses, elle vous fait voir des choses, elle vous rapporte dans un passé. Et vous devez, sur le plan mental, pour en arriver à être sur le plan mental, vous désengager de l’émotion qui devient la pièce d’échange, la pièce d’échange de votre liberté.

C’est la libération de votre émotion dans votre mémoire qui deviendra cette pièce, dont vous vous servirez demain pour vous donner de plus en plus de liberté dans votre vie personnelle. C’est ce qui vous amènera, c’est ce qui vous fera passer du disque dur de votre conscience, techniquement pathologique, à l’internet de votre conscience systémique, créative, universelle. Donc, tous les évènements que vous vivez dans votre expérience sont nécessaires.

Il n’y a aucun évènement qui est fortuit, il n’y a aucun évènement qui ne sert pas, il n’y a aucun évènement qui est accidentel. Tous les évènements font partie de structures, parce que la vie, elle est très grande, très intelligente, très vaste, infinie. La vie, c’est de la lumière en mouvement, la vie c’est une cascade de lumière qui descend d’un plan à un autre et qui pénètre, et qui met les âmes en vibration, qui met les “ego” en vibration.

La vie c’est une totalité, ce n’est pas simplement un mouvement d’esprit, c’est une totalité. Et qu’est-ce que c’est une totalité, si on le regarde d’un plan mental ? Une totalité, c’est un mensonge extrêmement structuré pour réellement garder l’Homme dans la toile d’araignée, afin de le garder prisonnier d’un état involutif, qu’un jour il pourra mettre de côté, dépasser, se libérer, dans la mesure où il aura appris à vibrer.

Ce que je reproche à l’Homme de l’involution, c’est qu’il ne vibre pas, et quand je parle de vibrer, je ne veux pas dire s’assujettir à des formes de sensiblerie. Vibrer, c’est une conscience en manifestation chez soi qui fait partie de notre réalité. Vibrer, c’est une constante universelle. Deux êtres qui vibrent comprennent la même chose. Donc ce n’est plus une disposition psychologique, ce n’est plus simplement une qualité d’âme, vibrer. Vibrer, c’est le mouvement de notre Esprit vers la matière.

C’est un mouvement qui traverse l’âme, qui la met en vibration, et qui peut réellement la secouer à un point où, finalement, elle sortira du disque dur de la mémoire pour entrer dans l’internet de sa conscience, pour entrer dans ce mouvement extrêmement fluide de ce que nous appelons “la Lumière”. Nous avons toujours considéré la Lumière de manière spirituelle parce que nous avons un écran mental, nous avons une certaine forme d’imagination.

Mais la Lumière, c’est beaucoup plus que ce mouvement poétique d’une énergie spirituelle. La Lumière, c’est une force, c’est une puissance, elle est totalement créatrice, elle n’a aucune origine. La Lumière n’a pas d’origine. Le concept de l’origine que nous avons, en ce qui concerne la Lumière, se situe simplement au niveau de l’ajusteur de pensée. Je vais vous dire une chose : Si l’Homme n’avait pas d’ajusteur de pensée pour régler sa Lumière, l’Homme serait dans un sommeil éternel dont il ne pourrait pas s’éveiller, et c’était le cas, c’était la situation des âmes avant la descente dans les plans.

Les âmes, quand elles ont commencé à descendre vers des plans plus matériels pour s’incarner, pour donner naissance à des Humanités, ces âmes, à un certain moment donné, ont commencé à vibrer à cette Lumière. Et elles ont commencé à prendre conscience, dans ce processus, de cette connexion intelligente avec des origines cosmiques, dont elles ne pouvaient pas, dans ce temps-là, interpréter comme nous pouvons le faire aujourd’hui, parce que le plan mental n’était pas développé.

Donc les âmes étaient simplement des essences, des atmosphères, qui n’avaient aucune identité. Le phénomène de l’âme était un rassemblement, un mouvement très généreux, très vaste, très complexe, de ce que nous appelons “la mémoire”. Et c’est ça qui a créé au cours des siècles, des générations, et des millénaires, et des milliers d’années, c’est ça qui a créé le karma de la race, bon, ce que j’appelle “le karma de la race”, pour lui donner une définition un peu plus systémique que ce que nous avons dans l’Orient ! Je vais vous donner un exemple.

Le karma de la race, c’est la capacité chez une âme de se garder pendant un certain temps dans un sommeil profond. C’est le karma de la race ! L’âme a cette capacité de dormir pendant très longtemps, d’être dans cet état “zombiesque” pendant très longtemps. Pourquoi l’âme a la capacité de dormir ? Parce qu’elle doit être éveillée par quelqu’un pour ne plus dormir. Il faut que quelqu’un l’éveille, mais qui est ce quelqu’un-là ?

Ça ne peut pas être l’ego qui lit des livres, ça ne peut pas être l’ego qui va à l’Université. Ça prend une intelligence, ça prend une autre conscience qui peut mettre l’ego en vibration, qui peut mettre l’âme en vibration, et qui peut à un certain moment donné, lui permettre d’interpréter le phénomène de la pensée qui a servi à créer une réflexion pendant l’involution, pour que cette pensée devienne finalement créative et que l’âme, à ce moment-là, puisse vibrer d’une autre manière, c’est-à-dire s’amener graduellement à briser, à rompre avec les chaînes karmiques.

Une fois que l’âme a rompu avec les chaînes karmiques, nous avons ce que nous appelons naturellement, par conséquence, “le phénomène de la fusion”. C’est tout ce que c’est la fusion. Il y a des gens qui regardent la fusion comme si c’était quelque chose d’absolument extraordinaire, il n’y a rien d’extraordinaire dans la fusion.

La fusion, c’est l’élimination du karma de l’âme, et pour que ça se fasse, il faut que l’Homme passe de la mémoire… Commence à prendre conscience de son internet, c’est-à-dire de sa source qui essaie de communiquer avec lui, et ça c’est tellement difficile pour l’ego ! C’est pour ça que tous les évènements que nous vivons, qui sont souvent traumatisants, qui sont difficiles, qui nous mettent contre le mur, qui nous donnent l’impression que nous n’avons pas de pouvoir sur la vie, qui nous donnent l’impression que nous sommes dans un courant qui est plus grand que nous… Mais ça, c’est une illusion !

Il n’y a rien dans la vie qui est plus grand que soi, RIEN. Mais si vous ne comprenez pas qu’il n’y a rien dans la vie qui est plus grand que vous, c’est parce que vous êtes dans votre mémoire. Sinon, si vous étiez en dehors de cette situation involutive, vous verriez qu’il n’y a rien dans la vie qui est plus grand que vous. C’est une aberration psychologique de le croire, d’y penser. La vie, elle est parfaite, c’est la conscience de l’Homme qui ne l’est pas.

Mais vous, vous renversez ça, vous dites : “La vie est imparfaite, alors que ma conscience l’est”. Ce n’est pas le cas, c’est notre conscience qui n’est pas parfaite alors que la vie l’est. Quand vous comprendrez ceci, vous commencerez à regarder votre mémoire, vous commencerez à regarder comment vous vibrez quand vous vivez des évènements qui sont un peu difficiles à comprendre, dont vous ne comprenez pas tous les aspects. Et c’est à ce moment-là, que vous commencerez lentement à vous libérer de vos propres chaînes karmiques et que vous commencerez finalement à vous identifier comme un être intelligent.

Si vous n’êtes pas capable de vous identifier comme un être intelligent, c’est un signe que vous êtes déjà dans votre mémoire, parce que c’est impossible pour un être qui s’est quelque peu libéré de son mémoriel de ne pas vibrer à son énergie fondamentale, c’est-à-dire de ne pas prendre conscience, même s’il ne prend pas conscience d’une manière réellement ouverte comme certains Hommes peuvent le faire, il doit prendre conscience qu’à la source de son intelligence, il y a un autre plan intelligent qui constitue pour lui le début de son mouvement vers la matière, comme le début de son retour à la morontialité.

La vie, elle est parfaite, mais vous, vous avez tendance à penser qu’elle ne l’est pas, et vous devrez avec le temps corriger cette perception. Je vous donne des exemples réellement fondamentaux. Exemple simple. Moi je fais de la bourse, j’aime faire de la bourse, ça me “désennuie” de faire de la bourse, bon ! Mais pour faire de la bourse, il y a des lois. Si vous ne faites pas de la bourse selon les lois universelles systémiques, vous faites de la bourse selon les lois humaines et vous vivez du stress, vous vivez de la perte, vous vivez toutes sortes d’états émotifs.

Si vous pensez que vous allez faire de la bourse et que les forces occultes chez vous vont vous aider à gagner à la bourse, vous faites une erreur. Jamais les forces occultes vous aideront à gagner à la bourse, ce n’est pas leur rôle, ce n’est pas leur fonction. Leur rôle et leur fonction, c’est de vous aider à développer une vibration qui deviendra pour vous ensuite votre outil, pour faire à la bourse des mouvements qui seront intéressants. Et c’est la même chose dans n’importe quel aspect de votre vie, il faut que vous développiez la vibration.

Mais ce n’est pas la vibration, vous, qui vous intéresse à développer, c’est le gain à la bourse, vous voulez gagner à la bourse, alors que vous devez travailler et travailler, et travailler à élever le taux vibratoire de votre conscience mentale, pour qu’un jour vous ne fassiez pas interférence avec votre processus créatif au niveau de votre émotion, lorsque vous êtes à la bourse.

Et à ce moment-là, vous n’aurez plus de problèmes à la bourse et vous pourrez travailler, si ça fait partie de votre programmation, à cette œuvre, à ce travail qui peut être intéressant et qui peut même être créatif. Mais il y aura certainement des journées et des nuits très froides dans votre expérience. Il faut qu’il y ait du “tuning” (réglage), et ce sont les ajusteurs de pensée, ce sont ces êtres-là qui vous aident dans ce travail boursier, à vous “tuner”. Mais eux, ils peuvent vous “tuner” pendant dix ans !

Si on vous disait : “Bon, vous allez commencez à faire de l’argent à la bourse dans dix ans”, vous seriez découragés. Vous, vous voulez faire de l’argent tout de suite le vendredi soir quand vous commencez, ou le vendredi après midi. Vous faites les choses à l’envers, donc vous avez du stress, vous ne savez pas faire la gestion de votre énergie. Et c’est la même chose pour n’importe quoi. Je prends la bourse, parce que la bourse c’est réellement quelque chose de scintillant, mais c’est la même chose pour n’importe quoi. Et l’Homme ne travaille pas avec l’ajusteur de pensée, pourquoi ?

Parce que quand il y a des évènements qui sont techniquement négatifs, qui vont à l’encontre ce qu’il veut, en tant qu’ego, lorsqu’il perd à la bourse par exemple, il n’est pas content, mais si vous perdez à la bourse et vous n’êtes pas content, c’est parce que vous avez déjà une émotion animale dans le processus de développement de votre conscience mentale. Sinon, vous seriez capable de perdre à la bourse et comprendre, et réaliser que ça fait partie d’un processus qui vous amène, avec le temps, à un état gagnant.

La vie, elle est parfaite. On va vous faire perdre à la bourse ce que vous avez besoin de perdre, pour en arriver à gagner ce que vous aurez besoin demain de gagner. C’est comme n’importe quoi. Mais on n’est pas capable, on n’est pas capable de perdre et être content de perdre. On n’est jamais content de perdre, on n’est jamais content d’être malade parce qu’on ne comprend pas le processus, parce qu’on vit dans notre mémoire !

Donc on ne donne pas la chance à ces êtres, à cette Lumière, de traverser nos plans et de nous engager à un développement plus avancé. C’est pour ça que l’Homme sur la Terre a une expérience extrêmement difficile. Et cette expérience va devenir encore plus difficile parce que nous arrivons à la fin d’un cycle, nous arrivons à un temps dans l’évolution où psychologiquement, l’Homme va être réellement secoué, où psychiquement il sera compressé.

Il y aura de plus en plus d’Hommes qui parleront seuls dans la rue. Nous ne sommes plus dans les paysages poétiques du dix-neuvième siècle, du dix-huitième siècle, donc l’Homme a besoin aujourd’hui de réellement comprendre la relation étroite qui existe entre les évènements qu’il vit et les évènements dont il a besoin de vivre. Si vous ne faites pas ce lien, c’est parce que vous êtes dans la mémoire et que vous ne comprenez pas le processus, donc la gestion de votre propre énergie.

Et à ce moment-là, vous allez demeurer pendant très longtemps, jusqu’à votre mort, des êtres totalement non initiés à votre propre mystère. Que votre vie aille bien un jour, ils s’organiseront pour qu’elle aille mal un autre. Que vous gagnez à la loterie un jour, ils s’organiseront pour que vous perdiez votre gain dans un autre temps. Que vous ayez un bon job un jour, ils s’organiseront pour que vous le perdiez, parce que vous êtes psychiquement, sur le plan de votre propre énergie, vous êtes suffisamment astralisés pour vivre la dualité de votre conscience.

C’est pour ça que dans la vie, ça va toujours mal, c’est pour ça que l’Homme ne voit pas le bout, c’est pour ça qu’il n’y a pas de fin, il n’y a pas de lumière au bout du tunnel. Et on blâme la vie. Ce n’est pas la vie, la vie elle est parfaite ! C’est l’Homme qui n’est pas suffisamment perfectionné pour en interpréter les contours. Le livre que je vais écrire, “La mythologie de l’amour”, les femmes et les hommes, vous allez en avoir plein le cerveau quand vous allez lire ce livre, parce que vous allez avoir une définition de la programmation de l’amour, pourquoi l’amour existe sur plan matériel, à quoi il sert, comment il est manipulé, pour quelles raisons, quels en sont les aspects karmiques, quels en sont les aspects comiques (rires du public).

Il est évident que tous les gens ne seront pas contents de ce livre, mais tous les gens devront un jour ou l’autre en prendre conscience, à un niveau ou à un autre, s’ils veulent réellement comprendre ce très grand mensonge. Ceci n’est pas pour dire que l’amour n’existe pas, ceci n’est pas pour dire que l’amour réel n’existe pas. Mais ceci est pour dire que l’amour se situe à différents niveaux de la conscience, dans différents mondes du mental de l’Homme, et que pour son évolution, pour son expérience, il doit en comprendre les aspects s’il ne veut pas en être victime, comme nous l’avons été pendant l’involution, surtout les femmes.

Vous regardez dans le monde aujourd’hui le nombre… Combien de femmes dans le monde sont heureuses ? Et regardez dans le monde entier ! La mythologie de l’amour sera aussi révélatrice en ce qui concerne ce phénomène typiquement humain que l’a été la Genèse du réel. Pourquoi ? Parce que ça revient à la même chose ! Notre problème en tant que femme, c’est un problème de mémoire. Le problème de l’homme, c’est un problème de mémoire. Le problème de l’Humanité, c’est un problème de mémoire.

Si vous ne comprenez pas ça, vous ne comprenez rien à la structure de votre ego, vous ne comprenez rien à la dynamique de votre moi. Vous ne pourrez jamais vous libérer des chaînes karmiques qui font partie de votre descente dans la matière. Donc vous serez toujours à la recherche de quelque chose, vous serez toujours à la recherche d’une identité, vous ne serez jamais dans votre plénitude, vous ne serez jamais plein de vous-mêmes. Vous serez toujours plein d’autres choses.

Je ne demande pas… Je n’ai pas d’illusion que l’Homme connaisse et comprenne la vie comme je la comprends, mais je demande que l’Homme comprenne la vie selon la prescription qui nous est maintenant descendue des plans. Qu’il fasse au moins l’effort ! Nous ne sommes plus dans l’âge de la philosophie, nous sommes dans le temps d’une nouvelle conscience, nous sommes dans le temps d’un nouveau mouvement de l’Esprit sur le plan matériel.

Il y a des peuples qui sont plus près de ce temps-là que d’autres. Il y a des individus qui sont plus près de ce temps-là que d’autres. Mais les principes fondamentaux, les lois fondamentales qui sont établies à partir de cette conscience universelle, remplaceront totalement les commandements de l’involution, que ce soit les commandements du Nazaréen, que ce soit les commandements de Moïse, parce que l’Homme nouveau ne vivra plus de la conscience de la race.

C’est la raison d’ailleurs pour laquelle nous employons le terme “l’Homme nouveau”. Il ne vivra plus de la conscience de la race, donc sa liberté commence à ce niveau-là. C’est pour ça que, pour qu’il passe de son disque dur à son internet personnel, il lui faudra réaliser que les évènements dans sa vie sont à sa mesure et nécessaires pour son agrandissement et pour l’homologation de sa conscience, pour qu’il y ait relation entre son moi ici et son moi ici.

Quand ils disent : L’Homme doit commencer à substituer la conscience de son moi pour notre présence en lui, il est là le truc, il est là le nouveau phénomène humain, substituer la conscience de son moi pour leur présence en lui. Bon, que l’Homme trouve ça difficile, je comprends ; que ça ne fasse pas partie de ses habitudes, je comprends ; que ça le terrorise, je comprends, mais on n’a pas à se terroriser devant la Lumière.

On n’a pas à se terroriser devant soi-même, on n’a pas à se terroriser devant un aspect de notre totalité qui est parfaite. Il est là le problème de l’Homme. Substituer cette présence pour son moi, ce sera son calvaire temporaire, ce sera son initiation solaire, ce sera la métamorphose de son moi. Et le prix à payer, ce sont les évènements de nos vies qui sont à la mesure de nos existences, qui font partie de notre programmation, que les voyants, que les astrologues voient d’avance.

Si nous pouvons voir d’avance, si les Hommes voient d’avance, ça veut dire que tout est écrit. Il faut faire le lien. Il ne faut pas simplement accepter que… Bon, c’est bon, on a vu d’avance ! Telle personne m’a dit que telle chose se produirait… Dix ans… Dans le passé, il y a dix ans, et ça se produit aujourd’hui. Donc, si on voit d’avance, s’il y a des êtres qui voient d’avance, ça veut dire qu’il y a des choses qui sont connues d’avance, et quelles sont ces choses qui sont connues d’avance ? C’est votre programmation. Comprenez-le une fois pour toutes.

Arrêtez de rêver en croyant que votre vie de tous les jours, elle est le résultat d’une surabondance de liberté. Vous n’en avez pas de liberté ! L’Homme n’est pas libre, il a simplement un libre arbitre, c’est une configuration psychologique de son moi pour lui permettre, en tant qu’ego planétaire, de croire qu’il l’est. L’’Homme deviendra libre quand il aura transmuté sa conscience intérieure. Là, il sera libre. Mais il ne faut pas confondre le libre arbitre avec la liberté.

Le libre arbitre c’est le plus grand mensonge que l’Homme n’a jamais… Qui n’a jamais été imposé à sa conscience… Le libre arbitre ! On établit une relation entre la liberté et le libre arbitre, c’est de la connerie pure. Vous allez sur la route, vous avez un accident, vous appelez ça du libre arbitre ! Vous marchez en dessous d’une maison, une brique vous tombe sur la tête, c’est du libre arbitre ! Bon, du libre arbitre comme ça, je n’en veux pas !

Donc on a tellement manigancé, on a tellement joué avec les mots pendant l’involution que, dans l’évolution, l’Homme sera obligé de faire éclater la forme des mots pour qu’il ne reste que la vibration. Et avec cette conscience vibratoire, cette capacité de comprendre instantanément, d’interpréter instantanément le flux et le reflux de cette énergie qui fait partie de sa conscience systémique, l’Homme sera libre. Il parlera librement, il écrira librement, il comprendra librement, il comprendra l’autre, il saura l’autre librement, donc il sera dans son internet au lieu d’être piégé dans la mémoire dure de son disque.

Mais si vous croyez que nous allons passer de l’involution à l’évolution sans que nous subissions le fracas dans nos vies, que nous soyons testés dans les rapports de notre inconscient, vous avez des illusions. Vous êtes mieux de prendre un avion et aller voir les Rishis aux Indes… Ou aller “bouffer” des livres dans les librairies, ou les miens… Même chose.

L’Homme ne peut pas passer de l’involution à l’évolution sans transmutation de ses corps, donc sans avoir réalisé à un certain moment de sa vie que, ce qu’il vit, fait partie de son progrès. “If you can’t think of that, if you can’t see this, you don’t understand” (Si tu ne peux pas penser à ça, si tu ne peux pas voir ça, tu ne comprends pas) ! Vous êtes encore dans l’illusion du libre arbitre, mais si vous étiez en télépsychie, en communication avec le plan mental, on vous dirait : “Bon, ben, telle chose, telle chose, c’est pour telle raison”.

Moi j’ai été malade, ça fait quatre ans que je suis malade, je suis passé près de la mort des dizaines de fois, mais ma maladie elle est importante, ma maladie d’ailleurs, elle a été importante pour beaucoup de personnes parmi vous ; parce qu’il y a beaucoup de personnes qui ont été choquées, qui ont été mis mal à l’aise parce que j’étais malade, parce que si Bernard de Montréal est malade, imaginez-vous, nous, ce qui peut nous arriver, hein !

Ça m’a été très bien expliqué ma maladie, elle était très importante autant au niveau de mon public qu’elle était importante pour moi en tant qu’individu sur le plan de mon initiation physique, autant qu’elle est importante pour ma femme, ma famille, tous les gens qui sont en contact avec moi, donc c’est une grande maladie, c’est une belle maladie, une maladie nécessaire. Bon, elle est finie maintenant, mais quand même elle a servi, elle a fait ce qu’elle devait faire, c’est-à-dire faire réellement trembler l’Homme dans ses brancards à cause de ses émotions.

Tout ce que nous vivons est nécessaire, et quand nous comprendrons ceci, à ce moment-là nous aurons l’antidote. Si vous ne comprenez pas ceci, vous ne pouvez pas avoir l’antidote parce que l’antidote vient d’eux. Ce sont les forces en nous qui sont l’antidote de notre propre poison. L’Homme doit comprendre que la relation avec les plans n’est pas une relation mystique. Ce n’est pas une relation mystique !

Si vous avez une relation mystique avec les plans, c’est que vous êtes des êtres qui avez une conscience spirituelle, et on va vous la détruire. Nous parlons d’un nouvel âge, nous parlons d’un âge sans religion, nous parlons d’un âge sans spiritualité, nous parlons d’un âge où l’Homme sera intelligent, un âge où l’Homme sera en conversation avec “les dieux” sans être dominé par eux, comme ce fût le cas pendant l’involution.

Qu’il y en ait deux, deux-cents, deux-mille, deux-cent-mille, c’est sans importance sur une planète comme la nôtre, mais que le phénomène existe, qu’il y ait sur la Terre une conscience supramentale, intégrale, intégrée, qu’il y ait une fusion sur la Terre, déjà le soleil apparaît à travers les nuages de l’involution. Nous parlons d’évolution, nous ne parlons pas simplement de développement personnel, nous parlons d’évolution d’une conscience, nous parlons d’évolution d’un acte de vie, nous parlons de réorganisation psychique, astrale, mentale, morontielle, des Hommes en évolution dans le cosmos local.

Nous parlons de visitation, nous parlons de contact entre l’Homme dans la matière avec des Hommes qui sont sur d’autres plans, mais visibles. Nous parlons de la reconstruction d’une civilisation mais à un niveau qui n’est plus matériel, nous parlons de ces choses que nous voyons, que nous avons pensées, que nous avons vécues dans notre imagination mystique pendant des siècles, mais que nous n’avons pas comprises parce que nous avons été assujettis aux forces qui font de nous des êtres spéciaux.

L’Homme est un être spécial, non pas dans le sens qu’il est plus grand que ce qu’il devrait être, mais dans le sens qu’il sera plus grand que ce qu’il a été. L’Homme, ce n’est pas simplement le “bout de merde” qu’il est, l’Homme c’est autre chose. Mais cette autre chose, cette complémentarité, cette addition, c’est le contact avec le plan mental, c’est le contact avec son “internet”. Pour ça, il faut qu’il prenne en charge sa mémoire, prenez-là en charge votre mémoire. C’est elle qui vous ralentit dans votre évolution, ce ne sont pas les forces de vie, ce n’est pas la vie, c’est votre mémoire.

Pendant des siècles, on en a fait des analyses, on a étudié, on a cherché, on a voulu comprendre le phénomène humain, on a écrit des thèses depuis les Grecs jusqu’à aujourd’hui, sans parler des niaiseries orientales. Pour en arriver à quoi ? À réaliser qu’on ne sait rien. Ce n’est pas normal que l’Homme ne sache rien après des millénaires d’expérience. Ce n’est pas normal, c’est une invitation à réaliser qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez lui.

Mais nous avons de la difficulté à nous tourner de bord, nous avons de la difficulté à faire volte-face, nous avons de la difficulté à sortir de la spiritualité onctueuse italienne, de notre dogmatisme irlandais, de nos connivences spirituelles chinoises, de notre vaudou haïtien et de toutes ces choses, de tout ce théâtre que nous vivons depuis des siècles auquel nous nous rattachons, parce que nous voulons appartenir à la mémoire de la race. Pourquoi ? Pour avoir une identité !

Ce n’est pas une identité que nous avons, ce n’est pas une identité, c’est une défiguration dans notre réalité que nous avons. Et ensuite nous arrivons dans le monde, nous arrivons dans le monde en face du monde du marketing, du monde de la musique, du monde de la drogue, du monde de ci, du monde de ça, et nous sommes attirés dans ces égrégores d’énergie, pourquoi ?

Non pas parce que nous ne savons pas que ce n’est pas intelligent, mais parce que nous avons besoin de ces mondes pour nous rattacher à une illusion qui, peut-être, va nous garder en vie encore quelques années, qui va nous empêcher de faire face à ce grand vide dont nous craignons la réalité, parce que nous ne sommes pas capables, sur le plan psychique, de connecter avec notre propre internet. Nous avons toujours eu besoin de quelqu’un d’autre, nous avons toujours eu besoin d’une autorité, nous avons toujours eu besoin d’une mémoire raciale, philosophique, systémique, politique, idéologique.

Nous avons des peuples, les Russes, les socialistes pendant la première partie du vingtième siècle qui ont été accrochés aux mots de Marx, aux paroles de Lénine, aux paroles de Boukenine, pour se retrouver des générations plus tard devant un échec idéologique monumental, devant des situations écologiques absolument cachées aujourd’hui qui feraient peur à l’humanité, si nous savions jusqu’à quel point il y a eu pollution des eaux en Russie, des terres dans les Pays de l’Est. Parce que nous n’avions pas d’identité !

Nous avons fait la même chose durant le mouvement staliniste, pardon le mouvement hitlérien, nous avons fait la même chose avec Mussolini, nous faisons la même chose aujourd’hui au nom du capitalisme en Occident. Nous n’avons pas d’identité parce que nous ne reconnaissons pas que les évènements que nous vivons qui sont difficiles, sont à notre mesure pour nous seuls, pour nous permettre de transmuter cette énergie fondamentalement astrale qui fait partie de la conscience involutive de l’Homme, et qui est incapable de nous rendre, de faire la connexion, de servir de serveur pour que nous entrions finalement dans notre internet.

C’est pour ça que l’humanité “fait dur”, c’est pour ça que des individus s’en vont dans les forums voir des chanteurs, c’est pour ça que l’Homme a besoin constamment d’être diversifié, d’être “entertainé”, pendant que des gens comme les Beatles des années 60, ou que Bob Dylan des années 60, qui fumaient de la drogue, qui ont incité les jeunes à fumer de la drogue et qui aujourd’hui font partie de “l’establishment” et qui, aujourd’hui, pour chanter devant les sillons des grandes corporations américaines font des trois-cent-cinquante-mille dollars de l’heure.

Eux autres maintenant font partie de “l’establishment” et ils se promènent en limousine alors que nous, nous avons fumé, nous avons perdu notre identité, nous avons perdu notre personnalité, et aujourd’hui nous sommes dans la merde et nous nous retrouvons sur la rue comme des gens qui se parlent seuls, des gens qui n’ont plus de “home”. Nous sommes “homeless”, parce que nous n’avons pas eu d’identité et que nous avons léché le cul des artistes dans le monde ; des cons qui n’ont aucune conscience, des cons qui chantent, des cons qui babillotent, des cons qui ont un certain talent, mais le talent ça fait partie de l’âme, ça ne fait pas partie de l’Esprit ! Mais si vous n’avez pas d’identité, comment voulez-vous en arriver à ces conclusions personnelles ! Vous n’y arriverez pas parce que l’égrégore est trop grand, l’égrégore de la masse est trop puissant.

J’ai écrit un livre pour les Américains que j’ai intitulé “Beyond the mind”, je ne l’ai même pas traduit pour vous en français, j’ai même oublié que je l’avais écrit, je l’ai écrit pour les Américains et ils le refusent, ce livre, parce qu’il leur fait mal, le livre, parce qu’ils n’ont pas de “take home value” pour le lire ! Et c’est le livre dont ils auraient besoin pour se sortir de leur merde mécaniste, ils le liront un jour, parce qu’un jour ils auront besoin d’un certain médicament. Le médecin, ça ne lui fait rien si vous ne venez pas à son bureau, il sait qu’un jour vous aurez la grippe ! On prend un “break” ! (Applaudissements).

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut