PE-013 La programmation, choix de l’âme

“(…) alors, je continue à apprendre avec vous autres… Il y a une chose qui est très très importante, dans le domaine de l’évolution de la conscience évolutionnaire, quelque chose qu’on doit comprendre qui n’est pas facile à comprendre, mais qu’on doit comprendre et qu’on peut comprendre éventuellement, c’est le phénomène de la programmation. Une âme qui s’incarne ne s’incarne pas au hasard. Elle choisit son pays, elle choisit …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


(…) alors, je continue à apprendre avec vous autres… Il y a une chose qui est très très importante, dans le domaine de l’évolution de la conscience évolutionnaire, quelque chose qu’on doit comprendre qui n’est pas facile à comprendre, mais qu’on doit comprendre et qu’on peut comprendre éventuellement, c’est le phénomène de la programmation. Une âme qui s’incarne ne s’incarne pas au hasard. Elle choisit son pays, elle choisit sa famille, elle choisit un nombre de paramètres qui lui permettra, éventuellement, sur le plan matériel, d’évoluer.

On en perd la mémoire de ça, mais ça devient un fait accompli quand on s’incarne dans la matière. Le problème c’est que pour le moment, à cause de la coupure des circuits universels, l’Homme n’a pas de contact télépathique avec le plan mental. Quand je dis que l’Homme n’a pas un contact télépathique avec le plan mental, je veux dire que l’Homme n’a pas la capacité mentale de travailler avec l’invisible comme il travaillerait avec le plan matériel. L’invisible pour lui, c’est loin.

Puis les gens qui sont médiumniques et qui sont en communication avec les plans sont en communication en général avec le plan astral, donc avec des guides, avec des aides spirituelles, avec des guides spirituels. Mais ces êtres-là ne changent pas tellement la condition de l’Homme parce que ce sont des âmes défuntes. Donc, qu’une âme soit défunte ou qu’elle soit incarnée, elle est toujours dans une situation où il lui manque de l’information.

Puis cette information qui lui manque, c’est le contact avec le lien universel ou avec les circuits universels ou avec l’ajusteur de pensée, ainsi de suite, ou avec le plan mental. Ça, ça fait partie de l’évolution de la conscience supramentale sur la Terre, ça fait partie du développement de l’intelligence de l’Homme. Ça va être très long, ça va se faire sur une base individuelle.

Et une fois que l’Homme aura une bonne connexion télépathique avec ce que j’appelle cet “internet-là”, à ce moment-là il pourra facilement comprendre sa programmation et commencer à cesser d’en souffrir, et se réajuster à l’intérieur de ce cadre incarnationnel là. Alors je vais vous expliquer le phénomène de la programmation. La programmation sur la Terre, tant que l’Homme n’aura pas une conscience morontielle, c’est une voie d’accès à sa vie matérielle, donc à son expérience en fonction de paramètres qui ne font pas nécessairement son affaire.

Dans une programmation, il y a des éléments positifs effectivement, on ne s’occupe pas des éléments positifs parce que ce qui nous fait plaisir, ça ne nous dérange pas. Quand tu es belle comme femme, ça ne te dérange pas. Quand tu es riche comme homme, tu as un bon job, ça ne te dérange pas. Mais quand tu viens au monde infirme ou que tes enfants sont infirmes, ou que tu souffres de certaines maladies dans la vie, ainsi de suite, à ce moment-là ça commence à te déranger.

Cette programmation-là fait partie des lois invisibles, fait partie de la descente de l’âme dans la matière, et fait partie aussi de la manipulation psychique de la vie à partir des plans. La vie sur la Terre, sur la planète Terre, elle est manipulée à partir des plans. Elle est fortement manipulée. L’Homme sur la Terre est réellement un être en conscience expérimentale et il a très peu de contrôle sur son existence.

Ayant très peu de contrôle sur son existence, aussitôt que sa vie dérape un peu, soit par la maladie ou soit par les différentes avenues qui nous créent de la souffrance, la vie sur la Terre devient très très pénible. Et l’expérience de l’Homme, pendant l’involution, a été réellement un grand chapelet de souffrances. Ce qui va changer la vie de l’Homme sur cette planète, c’est sa conscience, c’est-à-dire sa capacité, éventuellement, de travailler avec les forces occultes.

Mais travailler avec les forces occultes, ce n’est pas facile, parce que les forces occultes vivent dans des mondes qui sont régis par des lois qui nous sont très très étranges, très différentes, et dont on n’a pas conscience. À partir du moment où vous sortez du plan matériel, que vous traitiez avec le plan astral ou que vous traitiez avec le plan mental, et que vous parliez avec des entités dans ces mondes-là, vous vous apercevez que les lois de la vie, en dehors de la matière, sont des lois qui sont techniquement anti-Homme.

Et quand je dis “anti-Homme”, je veux dire que l’Homme, techniquement, dans la nature, dans le genre de vie qu’il expérimente, n’est pas fait pour vivre consciemment. L’Homme est fait pour vivre inconsciemment. Aussitôt qu’il devient conscient, il s’aperçoit, il voit les failles de l’existence, et à ce moment-là, s’il a un contact télépathique avec les circuits universels, il est capable de valoriser son point de vue, de manifester son point de vue par rapport à ces forces-là.

Mais ça lui demande un très très haut niveau de conscience objective, c’est-à-dire une illumination presque totale de sa conscience égocentrique, donc de ce que vous appelez son ego, ça demande énormément de transparence. Et pour en arriver à avoir beaucoup de transparence, on n’a pas de choix que de vivre certaines souffrances pendant un certain nombre d’années. Et c’est ce que les initiés vivent… Certaines souffrances pendant de longues années !

Souffrances qui sont, dans un sens, simplement l’expression de l’opposition entre la volonté de l’Homme sur le plan matériel et la volonté des forces occultes qui ne sont pas nécessairement supérieures à lui, mais qui sont sur des plans parallèles, donc qui ont accès à des données, dont lui n’est pas aujourd’hui conscient. Donc les forces occultes ont un avantage sur l’Homme. Par contre, l’Homme aura dans le temps un avantage sur les forces occultes, et ça, ça se produira lorsque l’Homme aura intégré sa conscience, c’est-à-dire établi un équilibre entre la matérialité et la physicalité de son expérience terrestre, donc redonner à son âme l’entière liberté de son évolution.

Ça, ça fait partie de ce que j’appelle “l’évolution de la conscience supramentale sur la Terre”. Le problème de la programmation est complexe dans ce sens que la programmation, c’est une imposition sur la conscience humaine, donc sur l’âme, mais elle fait partie du choix de l’âme avant l’incarnation. Donc quand l’âme s’incarne, elle a déjà fait son choix concernant le genre de vie qu’elle veut vivre.

Par contre, lorsqu’elle s’incarne et que l’Homme développe un ego, donc une conscience, et qu’éventuellement il en arrive à développer une conscience supramentale, c’est-à-dire une conscience télépathique avec l’invisible, à ce moment-là la programmation ne fait plus son affaire. Et l’Homme est en voie, et sera en voie de la discuter cette programmation-là, et de la changer même au cours de son expérience matérielle.

Mais pour que l’Homme puisse changer sa programmation, il aura besoin de forces qui sont aujourd’hui étranges à sa conscience, et je veux les énumérer ces forces-là qui sont étranges à sa conscience. Une des forces les plus étranges à sa conscience mentale, c’est la spiritualité. L’Homme est un être spirituel sur la Terre. Pourquoi ? Parce que l’Homme, pendant l’involution, n’avait aucune identité. Et puisqu’il n’avait aucune identité, il était obligé d’en créer une, de s’en créer une à l’extérieur de lui-même, pour pouvoir supporter le lourd fardeau de la création, de la conscience de la création.

Donc il a créé une identité de Dieu ou il a créé l’identité de certains dieux, et lui, il s’est mis sous le parapluie de ces entités-là pour pouvoir plus facilement vivre sa vie sur la Terre aveuglément, mais au moins avec la certitude qu’un jour il retournerait dans un ciel quelconque pour épouser des modes d’expériences un peu plus à la mesure de sa conscience humaine. Par contre, la spiritualité de l’Homme sur la Terre est une chaîne énorme autour de son cou.

Et ce sera très long pour que les Hommes – si on regarde toutes les populations, toutes les civilisations – pour que les Hommes en arrivent éventuellement à se libérer de la spiritualité, parce que ça ne peut se faire que sur un plan individuel. La spiritualité, c’est très difficile à éliminer parce que l’Homme n’a pas de conscience mentale. Pour éliminer la spiritualité de la conscience humaine, il faut être conscient qu’il y a au-dessus de soi des êtres – donc techniquement des maîtres, donc des puissances ou des dominations – qui ont, et qui exercent sur l’Homme pour quelque raison que ce soit, un certain pouvoir.

Et l’Homme pourra détruire le pouvoir de ces forces-là au fur et à mesure où il prendra conscience totale et complète de lui-même, et ça, ça fait encore partie de l’évolution, ça fait partie de la transparence de son ego. Et d’énormes obstacles seront mis sur son chemin pour en arriver à équilibrer son énergie avec les plans occultes. Pourquoi ? Parce que l’invisible dans ses structures psychiques morontielles et astrales est conçu pour empêcher que la Lumière se manifeste sur la Terre.

La manifestation de la Lumière sur la Terre ou sur une planète expérimentale telle que la nôtre, veut dire qu’un Homme qui est en conscience a le plein pouvoir décisionnel sur sa vie. Pour qu’un être humain ait le plein pouvoir décisionnel sur sa vie, quelle que soit la programmation, il faut qu’il ait suffisamment de volonté pour réajuster sa conscience par rapport à sa vie sur le plan matériel. S’il n’a pas cette capacité-là, à ce moment-là il demeure victime de sa programmation. Il ne peut pas traiter avec l’invisible sur le plan de sa volonté, donc il ne peut pas s’exécuter en tant qu’être global.

L’objection qui doit être faite à la fin du vingtième siècle concernant la spiritualité, c’est que la spiritualité, c’est un baume. C’est un baume sur la conscience de l’Homme, c’est un arrêt à l’évolution de sa conscience mentale, et c’est un très grand obstacle à la libération de son âme. Et quand je dis “la libération de son âme”, je veux dire par conséquent la libération de son moi, c’est-à-dire sa capacité de réellement traiter objectivement avec l’invisible et de ne jamais être prisonnier, assujetti, influencé par ces forces-là qui sont extrêmement manipulatrices.

Donc, quand on dit que l’Homme est un être de lumière, on dit que l’Homme un jour vibrera sa lumière, c’est-à-dire qu’il aura la capacité instantanée de se mettre en vibration et de créer les conditions de son propre savoir, c’est-à-dire d’établir lui-même les bases, les conditions, les limites de ce qui existe autant dans le matériel que dans l’invisible.

Mais pour que l’Homme puisse faire ça, il lui faudra avoir une grande force intérieure, c’est-à-dire une capacité de ne jamais être manipulé psychiquement par l’invisible. Et c’est dans ce sens-là qu’on peut dire que les obstacles de l’Homme sur la Terre sont réellement les conditions, les choses, les évènements les plus utiles pour lui, dans la mesure où il ne se fait pas prendre dans la manipulation astrale de sa conscience égocentrique.

Si l’Homme est capable de ne pas se faire manipuler dans ses émotions lorsque des évènements se produisent dans son existence, et qu’il est capable de toujours dépasser, pour en arriver à transformer sa conscience et rendre son ego totalement transparent, à ce moment-là les évènements de la vie deviennent totalement secondaires. Il n’en sera plus psychologiquement victime, et à un certain moment donné, quand ce sera nécessaire, il se verra en vibration, il se verra en émission, il se verra en conscience créatrice.

Donc il aura la capacité de s’opposer sur le plan mental à des notions qui ne font pas son affaire, et pour le moment, ces notions-là, ce sont toutes les notions de l’involution qui ont caractérisé la conscience humaine et qui ont défini le rapport entre l’Homme et l’invisible ou entre l’Homme et Dieu, ou entre l’Homme et les religions, ou entre l’Homme et le monde des esprits, ainsi de suite, ainsi de suite.

Éventuellement, l’Homme lui-même définira ses propres rapports, et lorsqu’il les aura définis ces rapports-là, il s’apercevra qu’il est réellement maître, un maître à penser. Être maître à penser, ça veut dire ne pas avoir de maître au-dessus de soi. C’est très difficile pour nous sur la Terre, pour des êtres qui ont une conscience expérimentale, de s’imaginer qu’on puisse posséder une conscience mentale suffisamment vaste pour qu’elle soit libre de tout penseur.

Que le penseur soit sur la Terre incarné en tant que philosophe ou en tant que curé, ou que le penseur soit dans l’invisible et qu’il soit un guide spirituel, ou qu’il soit même un ajusteur de pensée, c’est très difficile pour nous les Hommes, les âmes incarnées, pour les mortels, de s’imaginer que l’Homme en soi est le porteur de sa propre connaissance.

Pour nous, de penser que l’Homme soit le porteur de sa propre connaissance, ça nous invite à une réflexion qui nous met toujours en relation comparative avec la société, avec les mœurs, avec la mémoire des races ou avec la mémoire du temps. Mais ça, c’est parce qu’on n’est pas habitué à penser créativement, donc on n’est pas habitué à parler créativement, donc on n’est pas habitué à supporter le fait que les Hommes sont des êtres de lumière.

Et ce qui empêche l’Homme de réaliser ceci, c’est la réflexion dans sa conscience, et la réflexion sur le plan mental subjectif se fait par la voie de la pensée, et cette pensée-là fait partie de sa conscience expérimentale, donc l’Homme demeure facilement prisonnier de sa programmation. Et un jour l’Homme doit en arriver à être libre de sa programmation. Libre de sa programmation, ça ne veut pas dire que la programmation n’est pas établie, elle est établie la programmation.

On peut la lire dans les astres, on peut la lire par médiumnité, la programmation. Par contre, l’Homme sur le plan mental en est libre. Il peut en être libre dans la mesure où il a suffisamment de puissance mentale ou de science intérieure ou de conscience pour se libérer de tout ce qui l’empêche dans la vie de faire ce qu’il veut. Si dans la vie, vous vous empêchez ou vous êtes empêchés de faire ce que vous voulez, vous êtes déjà prisonniers et victimes de votre programmation.

La liberté commence à partir du moment où l’Homme renie les origines de sa conscience expérimentale. Donc si votre conscience expérimentale est basée sur une programmation, donc sur des évènements ou des liens dans votre vie qui vous gardent prisonniers et qui vous empêchent d’exploiter votre réalité, à ce moment-là, vous êtes prisonniers de cette programmation, et un jour, vous en souffrirez parce que la programmation fait partie de l’imposition d’une condition par votre âme.

Elle ne fait pas partie de votre Volonté, c’est-à-dire de votre Pur Esprit, c’est-à-dire de votre Lumière, c’est-à-dire de votre Puissance, c’est à-dire de votre capacité de contrôler l’invisible sur la Terre. C’est quoi le but de l’évolution pour un être humain ? C’est d’en arriver à casser les chaînes de l’involution. Le but de l’évolution pour un Homme, c’est d’en arriver à connaître les lois occultes de son propre mensonge personnel. Le but de l’évolution, c’est d’en arriver à s’affranchir des entités qui manipulent sa conscience à travers les émotions, sa nature animale.

C’est difficile pour un être humain aujourd’hui, à la fin du vingtième siècle, de s’imaginer que tout ce qu’on sait, qui fait partie du passé, fait partie du mensonge universel, du mensonge cosmique. C’est difficile pour l’Homme de s’imaginer que ce qu’il pense ou ce qu’il réfléchit ne fait pas partie de sa réalité. Mais lorsque l’Homme va arriver ou va atteindre un certain niveau d’émancipation, de conscience, de force, de clarté dans son Esprit, il va réaliser que la programmation est partout, et que lui doit être au-dessus d’elle, non pas dans le sens qu’elle ne se manifestera pas, mais dans le sens qu’il en sera libre sur le plan mental.

Une fois que l’Homme est libre de sa programmation sur le plan mental, il n’en est plus victime, et à ce moment-là, il a la capacité de réorganiser sa vie comme bon lui semble et il brise les chaînes qui le lient à un passé. L‘Homme ne peut pas vivre indéfiniment par rapport au passé. Donc, la programmation c’est une destination planétaire, c’est une façon de vivre le bien et le mal, le bon ou le mal, le beau ou son contraire. La programmation c’est la souffrance, la programmation c’est la limitation du pouvoir de l’Esprit au profit du pouvoir de l’âme. L’âme veut apprendre. L’âme quand elle s’incarne, elle peut se jeter ou se projeter n’importe où.

Elle peut se projeter en Afrique, elle peut se projeter en Russie, elle peut se projeter dans une famille de cons, elle peut se projeter tout partout, l’âme, parce que dans le monde de la mort, dans le monde astral – pour les âmes qui sont en évolution et en suspension de vitalité dans ces plans parallèles là – l’expérience sur la Terre est très très importante. Donc pour une âme, de s’incarner dans une condition ou dans une autre, c’est sans importance.

Mais c’est l’ego lui, une fois que l’incarnation est établie, l’ego qui grandit dans une culture, dans une masse, et qui prend conscience de la vie, de sa vie intérieure, c’est l’ego éventuellement qui paie le prix. Donc en ce qui me concerne, et contrairement à tous les attributs qu’on a donné à l’âme depuis les anciennes périodes jusqu’à aujourd’hui, depuis les Égyptiens jusqu’à la religion chrétienne, l’âme, c’est pour moi seulement de la mémoire.

L’âme n’a aucune valeur pour l’Homme dans la mesure, ou tant qu’elle n’est pas fusionnée à son Esprit, c’est-à-dire sous la puissance créatrice et génératrice de son Esprit, parce que l’âme c’est de la mémoire. L’âme c’est l’accumulation de toutes les expériences de l’Homme sur une planète ou sur une autre, sur un plan ou sur un autre. L’âme étant de la mémoire, elle n’est pas en soi intelligente ; elle est simplement interactive, participative, et de par sa nature, obligée de s’incarner pour ajuster sa vibration et en arriver éventuellement à revenir, à retourner à la source qui lui a toujours donné préférence, c’est-à-dire son ajusteur de pensée.

Donc dans un sens, l’âme, sans le savoir ou sans pouvoir le reconnaître sur le plan matériel, elle est à la recherche de sa source, de sa Lumière. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’elle ne peut pas être en contact avec sa Lumière sur le plan astral, elle doit revenir dans la matière pour éventuellement faire contact avec cette Lumière-là. Et lorsque ce contact-là s’établit et que la fusion ou l’unification commence à se matérialiser, l’âme souffre énormément. Pourquoi ? Parce qu’elle est mémoire. Et étant mémoire, elle donne à l’ego l’impression que tout ce qu’il sait est valable, alors que tout ce qu’il sait est absolument inutile.

Donc avec l’évolution, avec le développement d’une psychologie un peu plus avancée, l’Homme en arrivera sur le plan de l’ego… Et je veux le définir, l’ego, pour les prochaines générations, parce que c’est important qu’on comprenne la relation entre l’ego, l’Esprit, l’âme et le périsprit. L’ego, c’est la quantité électrique qui mesure le rapport entre l’énergie de la lumière et l’impression créée dans l’âme, qui est perçue comme étant une mémoire. L’ego, c’est la partie de soi qui n’est pas révélée à soi parce que l’ego est incapable par lui-même de s’associer, de manière ferme et absolue, avec la volonté qui est irradiée de sa source, qui est la lumière.

L’ego a tendance beaucoup plus à demeurer passif par rapport à lui-même et à s’instruire de sa volonté qui fait partie de la nature de l’âme, au lieu de déchirer le voile de l’âme, fracturer l’âme, et complètement se libérer de la mémoire, pour que lui en tant qu’être, en tant que rapport avec cette lumière-là qu’on appelle l’ajusteur de pensée – donc ce principe universel là, qui est son lien mais qui est aussi sa relation dans le matériel – l’ego ait la capacité de s’instruire de lui-même.

Il faut que l’ego le réalise un jour, mais il ne le réalisera pas tant qu’il n’aura pas mis un frein, un arrêt au pouvoir de la pensée réflective, donc du passé, donc techniquement de l’âme sur lui-même. Et à ce moment-là, l’ego deviendra très très transparent. Une fois que l’ego deviendra transparent, on pourra dire que l’Homme est Lumière, c’est-à-dire que l’Homme a la capacité sur Terre d’engendrer, parce que c’est ça être “Lumière”, être “Lumière”, c’est engendrer, pouvoir engendrer !

Mais pour pouvoir engendrer, il faut pouvoir manipuler cette énergie-là qui vient du plan mental, donc de l’ajusteur de pensée, pour que l’ajusteur de pensée cesse d’être simplement un manifesteur ou un agent créateur de la pensée, et que cette création de la pensée passe aux mains de l’ego, passe aux mains du mortel, passe dans les mains de l’Homme qui, une fois pour toutes, aura réalisé que la science, le savoir, la prescience, la connaissance infuse, les structures psychiques du monde mental qui sont à la base de toutes connaissances, font partie de sa relation avec l’invisible.

Ce n’est pas sorcier “Savoir”, ce n’est pas sorcier être conscient, ce n’est pas sorcier la connaissance infuse, ce n’est pas sorcier être réel ou être en manifestation créative. Par contre, c’est très difficile parce que l’ego n’a pas suffisamment de force pour pouvoir absorber le choc de ses expériences qui font partie de sa programmation sans y mettre de l’émotion, donc sans y ajouter constamment de sa nature animale, donc de son astralité, donc de la mémoire de l’âme.

L’Homme n’atteindra jamais la connaissance, l’Homme n’atteindra jamais son propre savoir, l’Homme ne sera jamais sa propre réalité, sa propre créativité, tant qu’il ne se sera pas complètement libéré de l’impression subjective de la réflexion. C’est impossible ! C’est pour ça que les évènements dans la vie qui mènent l’Homme à une plus grande conscience sont naturellement et inévitablement toujours difficiles. On n’est plus à l’âge de prendre un avion pour aller aux Indes pour s’asseoir devant un gourou ! On n’est plus à l’âge d’aller en Europe, puis s’enterrer dans des sociétés secrètes. L’Homme deviendra son propre maître.

Dans l’évolution, l’Homme deviendra son propre maître, mais pour qu’il devienne son propre maître, il faut qu’il cesse complètement de baisser pavillon devant les autres maîtres, quelle que soit leur grandeur, quels que soient leurs travaux, quelle que soit leur valeur, quels que soient leurs attributs, parce que plus l’Homme va entrer en conscience mentale, plus l’Homme va entrer dans les Archives Universelles.

Une fois que vous pénétrez les Archives Universelles et que vous avez la capacité par vibration de troubler les Éthers… Troubler les Éthers, ça veut dire passer avec votre Esprit dans des mondes qui sont anti-Homme, dans le sens que ce sont des mondes qui ne veulent pas donner à l’Homme sa pleine liberté – parce que l’Homme doit découvrir sa propre liberté, ça je suis d’accord – mais dans la mesure où l’Homme doit en arriver à découvrir sa propre liberté, il doit être capable dans ce mouvement d’Esprit là, de substituer sa conscience involutive pour sa conscience évolutive.

Substituer sa conscience subjective animiste fondée sur une grande conscience animale, pour une conscience de plus en plus intégrée, une conscience de plus en plus mentale, une conscience qui lui fait réaliser que la vie est un continuum, et que ce qui se passe dans la vie, c’est purement accidentel, voulu par programmation, et que ça sert simplement à le mettre en opposition avec ses propres forces pour qu’il en arrive éventuellement à les dominer.

Si vous n’êtes pas mis dans la vie en opposition, vous n’en arriverez jamais à dominer vos propres forces, parce que vous n’aurez pas la “haine” nécessaire pour détruire les “dieux” ! Vous serez simplement des êtres liés spirituellement à des mondes dont vous ne connaissez pas les lois, dont vous ne connaissez pas les conditions, et automatiquement vous perdrez cette puissance qui fait partie de votre alliance avec le lien invisible universel qui est votre ajusteur de pensée.

Et éventuellement, l’Homme ne pourra pas atteindre ce nouveau stage d’évolution et de progrès – qu’on appelle aujourd’hui la fusion – mais qui est à un stage extrêmement embryonnaire. Il n’y a personne dans la salle ici, malgré l’état très primitif de votre conscience, il n’y a personne dans la salle qui n’a pas en lui quelque part le sentiment d’être, quelque part en lui-même, une particule absolue de quelque chose dont il n’est pas capable d’évaluer. Vous avez tous le sentiment d’être une partie absolue de quelque chose que vous ne pouvez pas évaluer.

Et ça, ça vous crée pendant toute votre existence un déséquilibre, parce que dans un sens, il y a une partie de vous qui se connaît, et dans un sens, il y a une partie de vous qui ne se connaît pas. Et la partie de vous qui ne se connaît pas est plus puissante que la partie de vous qui se connaît, de sorte que vous êtes toujours pris dans un vide existentiel, que vous essayez par toutes sortes de moyens, par toutes sortes de fantaisies de combler, parce que ça fait partie de la conscience expérimentale de la Terre, ça fait partie de la programmation, ça fait partie de l’involution et ça fait partie de tout cet acheminement abominable qui a duré des millénaires et qui a fait de l’Homme un être réellement enchaîné.

Plus votre conscience va grandir, plus vous allez voir les chaînes, plus vous allez réaliser jusqu’à quel point on est enchaîné, autant sur le plan matériel que sur les plans invisibles. Aujourd’hui, peut-être que vous pouvez voir plus facilement les chaînes de la domination. Regardez la femme ! Regardez comment la femme a été dominée dans le monde, c’est une abomination. La femme réagit aujourd’hui, elle n’est pas encore consciente mais elle réagit, c’est déjà un bon mouvement. Mais la femme a été totalement dominée pendant des siècles.

Là, c’est en train de briser, ça va se briser, ça va éclater ! Les relations entre l’homme et la femme vont devenir très difficiles, très très difficiles. Une femme moindrement évoluée, moindrement consciente ne se laissera plus dominer aucunement, quels que soient les attributs, les artifices de l’homme. Les souffrances de la femme en tant qu’Humanité ont été abominables. Si jamais vous voulez vous instruire sur ceci, lisez l’histoire de la femme, quinzième siècle, quatorzième siècle, douzième siècle.

Mais ça, c’est sur le plan matériel, c’est sur le plan de l’émotion, c’est sur le plan de la maternité, c’est sur le plan des relations avec l’homme. Imaginez-vous au niveau invisible ! On commence à prendre conscience de la domination de l’être humain matériellement. Il y a une évolution qui se fait, les droits de l’Homme, ainsi de suite, l’abolition des dictatures, ainsi de suite, le développement des démocraties… Mais l’invisible n’a pas été encore démocratisé.

Et de la même manière qu’on ne demande pas aux dictatures de nous rendre libres, qu’on ne demande pas aux Églises de nous libérer, on ne demande pas aux maîtres de nous laisser aller, il faut arracher, iI faut l’arracher le pouvoir. La Révolution Française a arraché le pouvoir de la monarchie. De la même façon l’Homme devra arracher le pouvoir aux forces occultes. Et si vous ne croyez pas ce que je vous suggère – parce qu’il ne faut jamais me croire – un jour vous le réalisez vous-mêmes. Mais je peux vous dire une chose, je ne me trompe pas.

Je suis allé aux États-Unis dernièrement puis j’ai rencontré des Américains. Le peuple Américain en soi dans sa globalité, c’est un peuple extraordinaire. D’ailleurs c’est ce peuple-là qui va faire évoluer le monde, dans un certain sens. C’est déjà commencé, ça fait partie de sa Constitution. On ne le regarde pas sur le plan particulier, on regarde sur un plan général.

Et si on le regarde, le peuple Américain, sur le plan spirituel, quand on rencontre des gens qui font partie du New Age aux États-Unis, qui sont dans toutes sortes de “fricassées”, on voit jusqu’à quel point l’Homme spirituellement évolué a beaucoup de travail à faire. On a dans un sens un grand avantage au Québec. On est un petit pays pas trop connu, pas trop reconnu, mais il y a de la science au Québec qui n’existe aucunement sur la Terre.

Cette science éventuellement sera traduite dans différentes langues. Ce n’est pas pressé. Mais je peux vous dire une chose, la programmation de l’Homme c’est sa victimisation. Quand on dit que la Terre est une planète expérimentale, ça veut dire que l’Homme n’a pas droit, n’a pas le droit – depuis que les circuits universels ont été coupés – l’Homme n’a pas le droit de s’objecter à son incarnation. La Terre est la seule planète dans l’univers local qui est techniquement en quarantaine, et elle sera en quarantaine tant que l’Homme n’aura pas, sur le plan morontiel, libéré sa propre planète.

Ceci veut dire : Tant que l’Homme ne sera pas mort, il n’aura pas “bypassé”, passé à côté du plan astral et pénétré la conscience morontielle ou éthérique. Évidemment, il ne faut pas regarder l’évolution de la Terre de son point de vue personnel parce que c’est très long. Par contre sur le plan personnel, l’évolution de l’Homme fait partie d’une nouvelle catégorie de conscience.

Elle fait partie d’une nouvelle science, elle fait partie de nouveaux besoins, elle fait partie d’une nouvelle alliance entre l’invisible et la Terre. Et cette alliance-là est fondée sur ce qu’on appelle ou ce que l’on reconnaîtra un jour comme étant “la fusion”, c’est-à-dire la capacité du mortel d’engendrer, à partir de son centre mental, les conditions nécessaires à la compréhension – par lui-même et pour lui-même et envers lui-même – de ce qui existe dans l’invisible et qui pontifie la vie matérielle.

Un être conscient en fusion a la capacité d’intervenir dans la définition des races mentales qui existent dans le monde morontiel de la connaissance supérieure, c’est-à-dire qu’il est capable, psychiquement parlant, de commencer à transformer la relation entre les plans invisibles et le plan matériel, donc, commencer lentement à transformer les liens futurs de l’humanité. La conscience ce n’est pas un attribut. De la conscience, c’est une fenêtre sur l’invisible.

L’inconscience cest un attribut, mais la conscience c’est une fenêtre sur l’invisible, qui permettra éventuellement à l’Homme de venir en contact direct avec l’invisible, donc à venir en contact avec des visiteurs, à venir en contact avec des matérialisations, à venir en contact avec des êtres dont la densité est différente de la sienne, mais qui sont porteurs toujours de lumière, de messages, d’idées, de conversations par la voie télépathique.

On a l’impression sur la Terre qu’on est “fait à l’os” parce qu’on doit mourir. On a l’impression que la mort est un terminal. La mort ce n’est pas un terminal, c’est une erreur. On a de la misère à comprendre tous les aspects de la deuxième guerre mondiale qui est arrivée il y a cinquante ans. Imaginez-vous si on avait à comprendre tous les aspects de la relation entre l’Homme et d’autres nations, d’autres peuples qui sont venus sur la Terre il y a quarante-mille ans !

Mais l’Homme ne trouvera pas la connaissance ou la science, ne développera pas la connaissance à partir de sa mémoire. Il sera obligé de se mettre en vibration, pénétrer les archives, non pas les archives akashiques de l’astral, mais les archives du mental qui sont totalement indépendantes de la mort, et qui font partie de la substitution pour une conscience telle que la nôtre, du concept de Dieu qui est une limitation de la conscience humaine, pour une révélation de soi.

L’Homme doit en arriver un jour à devenir une révélation de lui-même. Quand il sera sa propre révélation, il n’aura plus besoin de Dieu pour lui révéler des choses. Donc la conscience spirituelle de l’humanité, c’est totalement une abomination. Et un jour, l’Homme sur le plan individuel devra le réaliser. Il le réalisera, il n’aura pas le choix, parce que le contact avec le lien universel le forcera à finalement se mettre en vibration pour découvrir qu’un être qui est Lumière n’a plus de maître.

Mais c’est difficile pour un être humain qui pense, de s’imaginer ne pas avoir de maître, parce que déjà, penser, ça fait partie d’une domination. Vous rêvez le soir, vous avez des rêves que vous ne pouvez même pas vous imaginer ou des rêves que vous ne pouvez même pas pouvoir vous imaginer. Ces rêves viennent d’où ? Ils viennent de quelque part, il n’y a rien qui vient de nulle part.

Mais l’Homme n’est pas conscient que ses rêves sont créés par les Esprits de la forme, donc des Intelligences dont le rôle et la fonction sont simplement de semer dans l’Esprit humain des configurations psychiques, dont l’ordre est absolument infini, des configurations qui servent à lui donner une “map”, une idée de sa nature, sans pouvoir directement la lui expliquer, il faut que l’Homme par lui-même le découvre. C’est un langage totalement symbolique qui n’a ni queue ni tête, mais qui est très très compréhensible, à partir du moment où l’Homme perd sa réflexion.

Mais si l’Homme ne perd pas sa réflexion – donc si l’Homme continue dans une conscience involutive comme il l’a fait pendant des millénaires – à ce moment-là, le rêve devient une douce prison, c’est-à-dire une façon à l’invisible de l’instruire de ce que lui ne peut pas comprendre. Donc on est encore au point zéro. Et c’est ça qui a amené à la compréhension ou au développement de la psychologie classique de Freud, de Jung.

Donc, l’Homme éventuellement devra passer du plan psychologique de sa conscience à un plan mental intégré, un plan mental pur, c’est-à-dire un plan qui est totalement en vibration. Et à ce moment-là, il pourra comprendre facilement la symbologie derrière les formes psychologiques. Sinon, il demeurera toujours prisonnier d’un canevas historique de sa propre conscience personnelle. Il n’aura jamais la science de lui-même, donc si vous n’avez pas la science de vous-mêmes vous n’aurez jamais la science des autres.

Et si vous n’avez pas la science des autres, vous n’aurez jamais la science intégrale, c’est-à-dire la science de Tout. L’accès à Tout ! L’Homme ne peut pas être Lumière et en même temps être d‘autres choses. L’Homme ne peut pas être Lumière et en même temps être d’autres choses ! Donc, s’il est Lumière il est vibration. S’il est vibration, il est en puissance. S’il est en puissance, il est en volonté. S’il est en volonté, il a la capacité de voir. S’il a la capacité de voir, il a la capacité de regarder.

S’il regarde, il regarde où il veut. S’il regarde où il veut, il regarde dans la profondeur… Qui fait partie de sa vision, de son désir, de son besoin. Ça fait partie de sa royauté en tant qu’être de Lumière sur une planète expérimentale. Ce n’est plus une question de dire : “Ah ! Vous avez le droit de regarder ceci et vous n’avez pas le droit de regarder cela”, comme on faisait pendant l’involution quand on vous disait : “Vous n’avez pas le droit de lire la Bible”, parce qu’on voulait garder le pouvoir.

Ces temps sont révolus heureusement, mais sur le plan occulte ce n’est pas révolu. Moi j’écris, et je vois la bataille quand j’écris. Chaque fois que j’écris, je vois la bataille. Je la sens la bataille. Il y a des choses qu’on ne veut pas que je dise, qu’on s’oppose. Et c’est simplement parce que je suis conscient de la manigance que je suis capable de la dépasser. On ralentit ma plume, on ralentit ma plume ! On change le mot, on me donne un mauvais mot. Je dis : “Ce n’est pas ce mot-là dont j’ai besoin, c’est un autre.” On me dit : “Attends quelques minutes”…

Vous croyez que c’est facile d’écrire “La Genèse du Réel” ? “La Genèse du Réel”, c’est le combat de l’Homme contre la moisson du mensonge dans sa conscience depuis l’involution. Et vous n’en avez aucune idée parce que vous n’êtes pas suffisamment dans votre propre centre. Le mensonge sur la Terre est tellement grand que si l’Homme aujourd’hui devenait conscient, la civilisation, toutes les civilisations : Européenne, Chinoise, Hindoue, Africaine, Amérique du sud, disparaîtraient dans un clin d’œil.

L’Homme ne serait pas capable de supporter la grandiose imbécilité de la conscience involutive. C’est pour ça que les Hommes conscients auront beaucoup de difficulté, au cours de l’évolution, à juxtaposer leur action, à vivre parmi les barbares, parce que les barbares donneront l’impression d’être l’élite.

C’est dans ce sens que le Nazaréen disait : “Les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers”, c’est dans ce sens-là que l’Homme découvrira que le rapport entre l’Homme conscient, l’Homme Lumière et l’Homme de l’involution est absolument à l’envers, et qu’une fois que l’Homme aura pris conscience de lui-même et qu’il sera devenu sa propre réalité, il n’aura plus rien à voir, rien à faire avec les Hommes dans le sens psychique du terme.

Il aura des relations avec les Hommes sur le plan psychologique, il fera partie des systèmes de la civilisation, mais sur le plan psychique, sur le plan interne, sur le plan de la connaissance, sur le plan du moi, sur le plan occulte, sur le plan du mental, il sera seul. Il ne pourra converser qu’avec ceux qui auront la même affection pour ce qui est plus grand que l’ignorance, c’est-à-dire la Lumière. Vous croyez que l’Homme deviendra libre sans guerre, sans lutte, sans souffrance ? Oubliez ça et retournez au cinéma !

Donc la programmation fait partie de l’enchaînement de la conscience humaine et l’Homme en arrivera éventuellement à la comprendre, la saisir, lui enlever les éléments ténébreux qui obscurcissent sa conscience, et éventuellement l’Homme sera libre, mais il sera seul. Un être conscient est seul, seul avec d’autres qui sont seuls. Et le plaisir qui se greffe à des êtres qui sont seuls, c’est un plaisir qui ne s’explique pas. C’est un plaisir qui n’a pas de visage, c’est un plaisir qui n’a pas de reflet, c’est simplement une vibration.

Et les Hommes qui auront cette conscience, qui seront dans cette vibration, sauront qu’effectivement l’expérience de la Terre sert simplement à les amener plus loin dans la confrontation avec l’absolu. Et l’absolu c’est quoi ? L’absolu c’est tout ce qui nous retient. Tout ce qui retient un Homme fait partie de l’absolu ; parce qu’une fois que l’Homme sera dans sa conscience, dans sa Volonté, dans son Intelligence, et qu’il comprendra parfaitement sa programmation, l’Homme n’aura plus d’ennemis. Vous avez des questions ?

Question : concernant le savoir (inaudible) : BdM : C’est le savoir, ça a toujours été dit. Le savoir c’est la mise en vibration de la Lumière de l’Homme, la connaissance c’est l’accumulation de cette vibration, et ça devient éventuellement une réflexion, un système de penser. Un être qui est dans le savoir n’a pas de mémoire de ce qu’il sait, il n’a pas de réflexion de ce qu’il sait, il est simplement en vibration. C’est ça la différence. Donc il y a un aspect de la programmation qui doit être compris, c’est que la programmation est toujours une invitation au désastre. Une programmation, c’est toujours une invitation au désastre !

Donc, vous rencontrez quelqu’un, vous vous mariez c’est une invitation au désastre. Vous allez en affaires, c’est une invitation au désastre. Vous êtes nés en Russie au lieu d’en Amérique, c’est une invitation au désastre, ainsi de suite, ainsi de suite. La programmation, c’est une invitation au désastre et tous les Hommes vivent différents niveaux de désastre. Souvent, on dit : “Ah ! Lui il est bien, il a une belle vie”…

Mais quand on regarde derrière, on voit que la vie de certaines personnes est aussi difficile que la nôtre, ainsi de suite. Donc la programmation, c’est une invitation au désastre. Pourquoi ? Parce que l’âme est mise au défi. On a souvent dit que Dieu nous donne ce qu’on a besoin, ce sont les sœurs qui nous disaient ça, Dieu nous donne ce qu’on a besoin, il nous donne toujours la quantité d’huile de foie de morue qu’on a besoin ! Et un jour, l’Homme réalisera qu’il est venu le temps de redonner à Dieu ce qu’il a besoin ! (rires du public).

Ce sera la fin de la programmation, ça fera partie de la libération de l’Homme. Ça fera partie de son ascension sur le plan mental et finalement de la destruction intégrale de sa spiritualité, en tant qu’individu. La spiritualité, elle est bonne pour l’humanité au large, elle n’est pas bonne pour un Homme intelligent. La spiritualité c’est bon pour la cohésion des civilisations, la cohésion des sociétés, la cohésion des âmes qui sont prises dans l’enchaînement des forces sociales.

Mais sur le plan individuel, sur le plan d’une conscience mentale avancée, sur le plan d’une conscience intégrale, sur le plan d’un moi totalement développé, la spiritualité est une totale aberration. Elle est une insulte à l’intelligence de l’Homme et elle ne fait pas partie de l’évolution. Là où il y aura spiritualité, l’Homme sera dans l’involution, c’est-à-dire que l’âme sera incarnée pour et par expérience.

Lorsque l’Homme sera dans l’évolution, il y aura éventuellement transmutation de sa mémoire, donc de l’âme ; éventuellement connexion avec le plan mental donc avec l’Esprit, donc avec l’ajusteur de pensée. Éventuellement l’Homme en arrivera finalement à commencer à regarder ce qu’il est et ce qu’il sait. Et c’est lui qui définira les bornes, les normes de la connaissance ou du savoir. C’est lui qui établira pour l’humanité à venir ce que l’Homme doit savoir pour s’affranchir de l’involution. Il sera un maître à penser mais il n’aura plus de maître qui pensera pour lui.

Ce qui sera difficile à développer chez l’être humain, c’est la conscience vibratoire, parce que la conscience vibratoire représente le passage de la Lumière à travers l’ego. Si vous n’avez pas de conscience vibratoire, vous avez une conscience psychologique. Si vous avez une conscience psychologique, vous êtes dans un moi réflectif, donc vous êtes dans la mémoire de l’âme, donc vous faites partie de l’involution.

Vous ne pouvez pas comprendre les aspects subtils de votre conscience supérieure, vous ne pouvez pas comprendre les aspects subtils de votre propre connaissance interne, vous êtes encore liés à l’involution, donc vous cherchez la connaissance. Et la conscience vibratoire se développe au fur et à mesure où l’Homme est en lutte contre les forces occultes. Plus l’Homme est en lutte, plus l’Homme est engagé contre les forces occultes, plus il développe cette conscience vibratoire. Et cette conscience-là, elle est sa Lumière, elle est sa Force, elle est sa Conscience créatrice.

Donc, si l’Homme n’est pas en lutte parce qu’il s’empêche d’être en lutte, parce qu’il est trop spirituel ou qu’il a peur, ou quoi que ce soit, il ne peut pas développer de conscience vibratoire. Donc à ce moment-là, il ne peut pas comprendre les lois internes de la programmation. Il ne peut pas comprendre pourquoi il est sur la Terre, d’où il vient, où il va, qu’est-ce qu’il fait. Cette fameuse question qui a toujours été la question centrale dans le mental humain depuis des siècles. (Applaudissements).

mise à jour le 23/06/2024

Retour en haut