FP-087 Survivre à l’an 2000

“FP : Finalement, si on regarde bien votre position et si on regarde la position d’un initié dans le monde, le principal cas de conscience qui surgit chez l’initié, sachant ce qu’il sait, son cas de conscience est de savoir s’il doit transmettre l’information ou la retenir. La transmettre, sachant que ça ne changera rien …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


François Payotte (FP) : Finalement, si on regarde bien votre position et si on regarde la position d’un initié dans le monde, le principal cas de conscience qui surgit chez l’initié, sachant ce qu’il sait, son cas de conscience est de savoir s’il doit transmettre l’information ou la retenir. La transmettre, sachant que ça ne changera rien fondamentalement puisque les Hommes sont toujours sujets à cette forme d’assujettissement et d’illusion dans le monde, ou la transmettre en espérant que le petit nombre la reçoive. Est-ce que c’est ça le cas de conscience d’un initié ?

Bernard de Montréal (BdM) : Je ne crois pas que l’initié ait un cas de conscience, parce que l’initié ne peut pas polariser ce qu’il sait, dans le sens que ce qu’il dit ou ce qu’il écrit est trop à l’extérieur de son enveloppe égoïque, donc son caractère d’initié dépendant de l’initié, va situer ce qu’il dit ou ce qu’il peut dire, non pas par rapport à la recherche d’une connaissance ou aux besoins d’une connaissance d’une masse qu’elle ne pourra pas absorber d’une façon ou d’une autre – si on connaît l’Homme tel qu’on le connaît – mais par rapport à des principes de vie mentale, à l’âge où nous en sommes, que lui connaît qui font partie de l’initiation de l’humanité.

Parce que lorsqu’on parle de l’initié d’un certain niveau ou d’une certaine conscience, on parle aussi de l’initiation de l’Homme, parce que les deux mouvements, le mouvement initiatique sur une planète et l’évolution d’une conscience humaine à court ou à long terme, ça fait partie du même mouvement d’énergie. Donc l’initié lui, il est obligé de par sa nature, de par sa conscience, de par le raffinement de son intelligence, autrement dit de par la présence de son Esprit instantanément à travers l’ego, il est forcé créativement d’instruire l’humanité, non pas seulement des dangers qui font partie de l’évolution plus ou moins près de l’humanité, mais de la façon de contrer ces dangers.

L’initié n’est pas tellement intéressé à la connaissance des dangers, il n’est pas tellement intéressé à la divulgation de ces dangers-là, sur une base pratique chronologique événementielle, il est intéressé à essayer dans un temps qui fait partie de la conscience nouvelle, d’instruire l’humanité ou une partie de l’humanité, ou les êtres qui font partie de cette nouvelle conscience en potentiel, afin qu’ils puissent comprendre comment, lorsque viennent les évènements, comment pouvoir traiter avec eux sans être assujettis à eux.

Dans ce cas, dans cette situation, toute la phénoménologie, qui se passe dans un temps, sur le plan politique, sur le plan de la guerre, sur le plan des OVNIs, ainsi de suite, tout ceci fait partie de la fin d’un cycle pour lui. Donc ces évènements-là sont connus d’avance, ils peuvent être, à cause de sa voyance, écrits, décrits ou parlés.

Mais ce n’est pas parce qu’ils seraient écrits, parlés ou dits, qu’ils seraient empêchés, pour la simple raison que si on regarde un initié dans le sens absolu du terme, c’est-à-dire si on regarde un Homme comme ayant la capacité de voir les évènements dans le temps et de leur prescrire une date fixe, dans la mesure où sur une planète expérimentale telle que la nôtre, il ferait ceci, il donnerait de l’information à une humanité dans une précision qui serait en elle-même catastrophique sur le plan psychologique et psychique, à ce moment là, l’initié entre dans un nouveau temps.

Donc ceci pour dire qu’un initié aujourd’hui, ne peut pas, dans le temps où nous sommes, annoncer à une humanité des évènements d’avance. Des médiums peuvent le faire, des psychiques, des gens qui ont une certaine capacité de médiumniser l’événementiel peuvent le faire, mais l’initié ne peut pas le faire, parce que dans la mesure où il le fait, il ne peut pas se tromper. Donc dans la mesure où il ne peut pas se tromper, il crée un choc terrible surtout dans un temps où l’informatique… l’information se diffuse instantanément dans le monde.

Donc ceci fait partie d’un autre temps ; il viendra un temps où un initié pourra annoncer tel évènement, tel évènement et tel évènement. Mais déjà, à partir du moment où cet Homme pourra faire ceci, l’humanité sera entrée ou entrera dans le nouveau cycle. Déjà, les évènements dans le monde seront suffisamment avancés au niveau des grandes perturbations nécessaires à l’évolution de la conscience humaine, et à ce moment là, l’initié forcément sera écouté !

Parce que forcément, l’Homme aura besoin de comprendre des choses, mais dans un même moment l’initié se présentera dans le monde d’une façon occulte ou d’une façon officielle, mais il se présentera dans le monde. Donc si on parle de l’inité, on ne peut pas lui demander de donner à l’Homme ou à l’humanité, de l’information qui fait partie des secrets de la fusion, parce que faire ceci, automatiquement, lui demande d’entrer dans un autre temps et il ne peut pas entrer dans un autre temps avant que lui-même ait créé cet autre temps.

L’initié crée l’autre temps à partir des plans subtils. L’initié, sur les plans subtils, peut entrer en contact avec des intelligences de différents niveaux. Il peut entrer en relation d’intelligence à intelligence, il n’est pas limité par son corps matériel, il n’est pas limité par son cerveau matériel, donc il utilise un véhicule éthérique, il utilise son cerveau éthérique. Et il est sur le même pied d’égalité au niveau intelligence avec les plans parallèles.

C’est seulement dans la matière qu’il humanise sa conscience et qu’il assujettit sa conscience aux conditions de l’humanité actuelle. Sur les autres plans, l’initié est libre, comme tous les Hommes sont libres. Mais sur les autres plans, l’initié actualise dans le monde et dans la conscience de la planète, son statut universel. Donc sur les autres plans, il ne peut pas être contesté dans la vision “géo-métapolitique” de l’univers local.

Donc automatiquement, l’initié sur les autres plans, prépare l’échange entre une Régence planétaire, et aussi éventuellement des populations, des intelligences qui matérialisent des technologies pour entrer dans l’atmosphère de la planète et entrer en relation avec l’Homme. Ça, c’est la position de l’inité. Ce n’est pas que d’initié n’est pas intéressé aux mystères de la planète, ça fait partie de la conscience créative, mais il ne peut pas passer d’un temps dans un autre temps, avant que toutes les étapes de cette évolution soient établies, faites, structurées, vécues.

L’initié est beaucoup plus lié, il est beaucoup plus impuissant face aux mystères de la vie ou de la planète que le simple médium. Le simple médium, il lui est donné de l’information à travers le plan astral. Cette information peut être utilisée pour ou contre l’Homme. Cette information sert à un schéma politique qui est extrêmement ombragé, que l’initié peut voir, à travers lequel l’initié peut facilement voir. Alors que l’initié lui, n’est pas régi par une politique astrale.

Il n’est pas régi par une politique qui va à l’encontre de l’évolution de la lumière de l’Homme sur une planète en évolution. Il est obligé donc, de véhiculer son information par rapport aux besoins chez l’être humain, dans un temps tel que le nôtre, d’augmenter sa puissance mentale. C’est-à-dire d’augmenter sa capacité d’intelligence créative, d’augmenter le niveau de son individualité, pour ensuite faire face à ce qui viendra, demain, dans le monde de l’Homme, pour l’expérience karmique de l’humanité.

Il y a des évènements dans le monde qui font partie du karma mondial, il y a des évènements dans le monde qui sont écrits, qui ont été prophétisés par Nostradamus, qui ont été vus par d’autres personnes, ces évènements-là sont écrits. Et il y a parmi ces évènements-là, des évènements qui sont réellement astralisés, dans ce sens qu’ils ne se présenteront pas. L’initié ne peut pas vivre à l’intérieur de la polarité du vrai et du faux. Le vrai pour lui n’existe pas et le faux non plus, ce qui existe c’est le réel !

C’est-à-dire l’appointement dans le mental d’une conscience capable de saisir la plus petite subtilité du mouvement de l’énergie dans un univers local, qui donne naissance sur le plan matériel, animal, plantaire, humain ou surhumain, à des conditions d’évolution nécessaires à l’évolution de la race. L’initié est aussi ou autant prisonnier de ce qu’il sait, qu’il a le pouvoir de savoir.

FP : Vous savez à quoi ça me fait penser moi, ça me fait penser au naufrage du Titanic. Le Titanic qui frappe l’iceberg au large des côtes de Terre-Neuve, et l’initié qui est le capitaine et qui réunit tout le monde dans la salle de danse, et puis qui dit : Trois, quatre : “Plus près de toi mon Dieu”…” je savais bien des choses, j’aurais pu vous les expliquer, mais ça fait partie du karma mondial, vous devez couler ! Les femmes et les enfants d’abord, comme dans tous les naufrages. À chacun sa barrique de rhum et courage, hein ! Et et s’il y en a, parmi vous, des survivants qui atteignent la rive, je leur expliquerai leur karma, et comment l’humanité va continuer après le naufrage”…

BdM : Bon d’abord, l’initié n’est pas, n’est jamais le capitaine du bateau. L’initié n’est jamais dans le bateau. Si on prend l’exemple qui est intéressant du naufrage du Titanic, l’initié aurait été Thompson. L’initié ne serait pas celui qui est capitaine du bateau. Il est évident en tout cas, il est évident, peut-être pas nécessairement pour tout le monde, mais il est évident que dans la mesure où un Homme est libéré des liens karmiques, libéré des forces planétaires qui assujettissent la conscience de l’être sur une planète, à ce moment-là ce qui se passe sur la planète fait partie du karma de la planète.

Et une autre étape vient ensuite ou en parallèle, pour permettre qu’un certain nombre dans le monde, d’individus, puissent, de par leur sensibilité, de par leur spiritualité, de par leur conscience mentale éventuelle, en arriver à comprendre le jeu de la vie sur la planète. Donc l’initié, c’est un personnage qui a, à la fois la fonction créative d’amener l’Homme sur le plan individuel, non pas sur le plan collectif – sur le plan individuel – à une conscience suffisamment avancée, pour que lui, à cause de son énergie nouvelle, ne soit plus affecté aux conditions karmiques de l’humanité qui finit ou qui arrive au terme d’une involution.

Ça c’est une loi universelle. Je ne dis pas que…. bon si on retourne un peu en arrière, supposons par exemple qu’aujourd’hui ou demain, je décidais d’écrire un livre sur la nature de ce que nous appelons l’Intelligence dans le cosmos. L’information qui viendrait dans ce livre serait d’une telle science, d’une telle mécanicité à un autre niveau, que l’Homme qui vivrait cette information, à cause de son état émotionnel, son état mental, ainsi de suite, serait beaucoup plus retardé dans l’évolution de son mental, qu’avancé.

Pour la simple raison que le problème avec l’être humain, qui devient moindre aujourd’hui mais qui demeure quand même, ce n’est pas que l’être humain n’a pas droit à de la connaissance, ce n’est pas que l’être humain n’a pas droit aux aspects rendus d’un certain savoir, c’est que l’être humain n’est pas capable de supporter la connaissance sans défaillir dans sa vie de tous les jours.

Au cours de mon expérience, j’ai remarqué que les gens, qui font une évolution spirituelle, une évolution ésotérique ou occulte, ainsi de suite, les gens qui vont un peu au delà des connaissances normatives de notre société, vivent un choc psychique. Et ce choc psychique-là, il est bon dans un sens parce qu’il leur permet d’aller plus loin au niveau du développement d’une conscience intégrale, mais d’un autre côté, il y a des gens qui ne réussissent pas à passer à travers ce choc.

Si nous projetons dans le monde, surtout avec les instruments que nous avons aujourd’hui, de la connaissance qui est trop avancée dans le temps, non pas avancée pour l’humanité mais avancée dans le temps au niveau des masses par exemple, à ce moment-là nous risquons de créer une psychose collective. Et c’est dans ce sens-là que l’initié ne peut pas parler avant un certain temps de certaines choses, non pas qu’il ne le veut pas mais il ne le peut pas ; vibratoirement il ne le peut pas.

FP : Ça fait que l’initié, il n’embarque pas sur le Titanic, il reste à quai. Il sait que le Titanic qui est réputé insubmersible, va couler à sa première traversée, mais ne veut pas créer de psychose collective, et il ne dit rien au monde, et il dit : Embarquez-vous ! Quand vous aurez votre voyage, vous aurez compris ce que je n’ai pas voulu, ce que je n’ai pas pu vous dire !

BdM : Imaginez-vous la même situation historique, si quelqu’un en Angleterre, à Southampton – bon, au lieu de prendre un initié, prenons un voyant – si un voyant en Angleterre avait dit que le Titanic allait et devait couler, que ça avait été écrit dans le livre de Thompson, est-ce que vous croyez que les gens seraient débarqués du bateau ?

FP : Ça n’aurait rien changé.

BdM : Regardez ce qui est arrivé avec Kennedy et Jeane Dixon (voyante) quand…

FP : C’est pour ça que je dis que ça ne fait pas de cas de conscience pour vous, là je vous comprends.

BdM : Non, ce n’est pas un cas de conscience…

FP: C’est parce qu’il y a des évènements qui sont inéluctables, qu’on ne peut pas changer.

BdM : Voilà !

FP : Mais malgré que ces évènements-là sont inéluctables, vous dites, en parlant de…

BdM : Je peux faire une parenthèse ?

FP : Oui, faites une grande parenthèse !

BdM : Si les masses humaines pouvaient saisir comprendre, absorber la connaissance dans une instantanéité venant d’un initié, oui à ce moment-là, ces évènements-là seraient arrêtés, mais ce n’est pas le cas.

FP : C’est pour ça que vous dites, à propos de la civilisation : (…) “après que celle-ci ait connu la guerre et des calamités qui séviront au terme de la période involutive” (page 751). Donc au départ, vous savez que le Titanic va faire naufrage, qu’il va rencontrer l’iceberg, mais que c’est nécessaire, que cette civilisation-là doit passer par une guerre et des calamités qui séviront au terme de la période involutive ?

BdM : Parce que les conditions sont là, et l’initié ne peut pas les arrêter sur le plan matériel. Pour que l’initié arrête des choses sur le plan matériel, il faut qu’il soit dans un autre temps et il faut qu’il travaille avec des forces qui sont utiles à l’évolution politique de la civilisation. Donc comme il ne peut pas faire ça, parce qu’il n’est pas dans ce temps-là, les évènements font partie du karma mondial et l’Homme doit les vivre.

Parce que sur une planète expérimentale telle que la nôtre, il faut absolument que la nature de la conscience humaine soit transformée, il faut que l’Homme puisse réaliser son inaptitude à vivre selon des principes de conscience sociale, civique, normale, qui ont été développées au cours des siècles.

Nous vivons à la fin du vingtième siècle, nous sommes présentement dans une crise avec le Moyen Orient, et malgré le fait que l’Occident réalise certaines choses et que l’Orient réalise certaines choses, nous voyons qu’il n’y a pas de pont. Pourquoi ? Parce que le mental de l’Homme est astralisé, donc si le mental de l’humanité ou des politiciens, ou des gens qui travaillent dans le domaine de l’évolution est astralisé, imaginez-vous ce que le mental des masses peut l’être !

FP : Donc il faut que ces évènements-là arrivent pour que ceux qui sont aveugles voient, et pour que ceux qui voient, entre guillemets, deviennent aveugles ?

BdM : Ceux qui sont aveugles ne verront pas nécessairement ; ceux qui ont un peu de vision pourront voir plus, mais il y aura certainement beaucoup plus d’aveugles sur la planète que de gens qui verront. Je ne vois pas…

FP : C’est pour ça que vous dites que l’Homme, dans le tout début de votre livre, n’a pas effectivement de libre arbitre ?

BdM : L’Homme n’a pas de libre arbitre, c’est-à-dire qu’il se donne de penser qu’il en a un. Mais s’il regarde sa vie, il voit très bien que la vie est le résultat d’une planification qui fait partie du fait qu’il vient du monde de la mort, et qu’il y retourne, ainsi de suite ; mais l’Homme a toujours considéré le libre arbitre comme la mesure de sa liberté. Et pour un initié, le libre arbitre est une convention psychique faisant partie de l’organisation de l’ego, faisant partie de la nature du mental inférieur de l’Homme, mais ce n’est pas la liberté dans l’Esprit de l’Homme.

Le libre arbitre, pour un être humain, c’est valable sur le plan philosophique, à l’intérieur de certaines normes, mais sur le plan de la vie totale, sur le plan de la conscience totale, sur le plan de la créativité de la conscience totale, sur le plan de l’identité de l’Homme, sur le plan de sa réalité indivisible, le libre arbitre pour moi c’est une risée de son intelligence créative. C’est rire de lui même de croire que le libre arbitre est une fonction événementielle, valable et absolue.

Et la preuve, c’est que les Hommes dans leur expérience réalisent très bien que la vie n’est pas sous leur contrôle. Et la vie de l’Homme ne sera pas sous son contrôle tant que l’humanité, au cours de la prochaine évolution, et celle qui viendra ensuite, n’aura pas réussi finalement à reprendre le contact qu’elle avait originalement lorsqu’elle s’est manifestée.

Tant que l’Homme n’aura pas le contact avec sa source, tant que l’Homme ne connaîtra pas les lois du mental, tant que l’Homme ne comprendra pas les lois de la pensée, tant que l’Homme ne vivra pas d’un mental, totalement libéré des aspects ombrageux de la qualité astrale de sa conscience involutive, l’Homme ne sera pas libre, il sera un être expérientiel et il fera automatiquement partie de l’expérience de la planète.

FP : Donc en résumé, l’Homme n’a pas de libre arbitre parce qu’il n’est pas conscient de l’événementiel. S’il avait conscience de l’événementiel, il serait un initié, et à ce moment-là il pourrait agir sur l’événementiel. Mais c’est parce qu’il n’en a pas conscience, qu’il n’a pas de libre arbitre. S’il n’en a pas conscience c’est parce qu’il n’a pas d’information lui venant de sa source, c’est parce qu’il a oublié de se souvenir ?

BdM : Oui, ce n’est pas qu’il n’a pas de libre arbitre, il se donne d’avoir un libre arbitre, mais ce libre arbitre n’est pas de la liberté.

FP : Non, il n’a pas de liberté puisqu’il n’a pas conscience de l’évènementiel.

BdM : Il faut pas confondre le libre arbitre avec la liberté. Le libre arbitre, c’est une dimension psychologique de l’ego qui permet à l’ego de croire qu’il est libre. Alors que la liberté créative de la conscience future de l’Homme, c’est sa capacité intégrale de pouvoir se souvenir, c’est-à-dire de pouvoir aller à la source même de sa conscience, pour déverser dans son expérience matérielle une fonction créative de cette source.

FP : C’est la définition même de l’initié !

BdM : C’est la définition de l’Homme conscient, l’initié est simplement un Homme qui vient avant ; mais l’Homme libre, demain, au cours de l’évolution, sera ce que nous appelons aujourd’hui un initié. La seule raison pour laquelle nous employons le terme “initié” aujourd’hui, c’est parce qu’on peut poindre le doigt vers des individus qui représentent une conscience un peu plus grandissante, un peu plus à l’avant-garde du reste de l’humanité. Mais une fois que l’Homme sera dans sa propre énergie, dans sa propre identité, l’Homme lui même sera un initié.

Donc à ce moment là on ne parlera plus d’initié, on parlera simplement d’Homme conscient, d’Homme ayant une conscience intégrale identique à elle-même, d’Homme libre et d’Homme, naturellement, pouvant avoir accès finalement à des plans de vie qui vont au delà de la matière, et qui ont la possibilité de créer dans sa conscience des perceptions qui vont beaucoup plus loin que la perception que nous avons aujourd’hui, à cause de notre emprisonnement dans la matérialité qui conditionne notre intellect, et nous donne l’impression d’une liberté que nous appelons le libre arbitre mais qui, dans le fait, n’est pas une liberté.

FP: Notre capacité de discerner entre le vrai le faux n’est-elle pas liée à notre capacité de discerner entre le bien et le mal ?

BdM : Notre capacité de discerner entre le vrai le faux est reliée à cette capacité de discerner entre le bien et le mal, mais la raison pour laquelle nous sommes obligés de discerner entre le bien et le mal, c’est parce que nous sommes obligés de prendre une position psychologique par rapport à la polarité de notre conscience égoïque. Si nous n’avions pas cette polarité dans la conscience égoïque, nous n’aurions pas à nous casser la tête par rapport au vrai ou au faux, au bien ou au mal.

Nous aurions simplement une intelligence créative, et cette intelligence créative étant créative, neutraliserait la polarisation de notre conscience, et l’Homme ne soufflrirait pas psychologiquement ou philosophiquement par rapport au vrai ou au faux. La souffrance de l’humanité aujourd’hui est basée sur cette polarité. Les peuples se déchirent, les individus se torturent, et ça, ça fait partie de la conscience égoïque et réflective de l’Homme.

Mais si, et lorsque l’Homme aura une conscience intégrée, intégrale, à ce moment-là, le vrai il le verra, le faux il le verra, mais il ne sera pas lui-même régi par la loi du vrai et du faux, parce que le vrai c’est l’aspect inférieur d’un réel coloré par l’astral, le faux c’est l’aspect encore plus inférieur d’un astral que colore l’ego. Donc à ce moment-là l’Homme sera au dessus de ceci, c’est pour ça que…

FP : Mais au-dessus de ceci, c’est en dehors de la vérité ?

BdM : Au-dessus de la polarité, c’est être libre en dehors de cette polarité. Si vous me demandez par exemple : “Est-ce que vous, vous pouvez voler”… Je ne peux pas voler, non pas parce que voler c’est mal, mais parce que voler pour moi ce n’est pas une action créative, donc c’est une action qui va contre la lumière de l’Homme. Par contre, si vous allez dans un pays où il y a beaucoup de pauvreté, et que vous demandez à un pauvre pourquoi il vole, il va dire : “Je dois voler parce que je dois empêcher mes enfants de mourir”.

Donc ce mal qui existera moins dans notre société un peu plus abondante, va exister dans sa société, et elle va être rationalisée par le type qui doit voler, ou enlever à quelqu’un qui a plus pour donner à quelqu’un qui est en train de mourir. Et si on amenait ce type-là devant la justice, la justice dans une sagesse suffisamment pragmatique pourrait dire : “Oui c’est vrai vous avez volé, mais vous avez volé pour empêcher que quelqu’un meure, donc nous allons considérer ceci”.

Et l’on pourrait dire que le juge avait suffisamment de sagesse pour ne pas être pris dans la dogmatique du vrai et du faux. Et nous voyons ça constamment dans notre société ; nous voyons constamment où la polarité du vrai et du faux, donc la polarité de la justice, elle est toujours selon ceux qui jugent, ajustée en fonction de la problématique réelle de la vie et non pas en fonction de la philosophie ou de l’éthique de l’action.

FP : OK. Mais ça ce sont des aspects psychologiques ou moralisateurs du bien et du mal. Mais moi, je veux parler du bien et du mal en tant que manifestation de deux forces antagonistes sur la planète qui sont pro-Homme et anti-Homme. Je ne parle pas des fonctions moralisatrices ou des aspects psychologiques. Je parle d’une agression, et là je reviens au phénomène OVNI.

BdM : Si vous l’amenez à un niveau supérieur, à un niveau plus élevé, le problème demeure le même. Il cesse d’être moral, il devient simplement d’ordre psychique, d’ordre mental. S’il y a, comme vous dites, et effectivement il y a une contestation ou une situation de tension entre différentes forces dans le cosmos qui se rapprochent de l’Homme, et qui peuvent intervenir dans la vie de l’Homme ou de la vie de la planète, il ne s’agit pas pour l’Homme d’être naïf, c’est-à-dire de prendre position pour l’un ou pour l’autre.

Pour moi, ce que nous appelons le bon ou le bien cosmique, c’est une dimension simplement d’une hiérarchie évoluante qui a son niveau d’évolution. Il y a dans le cosmos des êtres qui sont bien, comme il y a dans le cosmos des intelligences qui sont plus maléfiques, plus négatives. Dans un cas ou dans l’autre, l’Homme ne doit pas assujettir son intelligence à la conscience universelle galactique de ces intelligences.

Il doit d’abord les rencontrer, il doit d’abord pouvoir les évaluer, il doit d’abord pouvoir communiquer avec elles, il doit d’abord pouvoir établir un lien de communication qui est sous sa gestion à lui, qui est sous son contrôle à lui. Admettons par exemple que vous, vous seriez un Homme qui pratique de la magie blanche. Bon, de la magie blanche devrait être perçue dans notre société comme une bonne forme de magie.

Donc moi je suis un homme, je vous rencontre. Si je vous rencontre en tant qu’homme et que vous faites de la magie blanche, je vais être épris probablement de la sagesse de la magie blanche, donc je vais être obligé quelque part, au cours de mon expérience avec vous, de vivre une certaine domination de votre grande magie blanche.

FP : À condition que le bien ait jamais dominé quelqu’un ?

BdM : Je viens à ça. Si par contre, vous êtes un Homme qui, comme vous dites, vit le bien qui ne domine pas, à ce moment-là vous ne pouvez pas faire de magie blanche, parce que je vais vous expliquer qu’est-ce que c’est le bien qui ne domine pas. Le bien qui ne domine pas, c’est le bien qui n’est pas relié, d’aucune façon, à l’expérience de l’âme de l’être scient en évolution. Le bien qui ne domine pas, c’est de l’énergie pure, c’est une énergie créative qui a son infinité, et qui part des plans les plus élevés vers les plans les plus bas, et qui n’est pas personnalisable.

C’est pour ça que je dirais que, dans le temps qui vient, les Hommes qui verront des Hommes venir dans le monde et faire un acte de magie, qu’elle soit noire ou qu’elle soit blanche – si elle est noire c’est plus évident, malgré qu’il y a des gens qui s’intéressent beaucoup à la magie noire et qui la trouvent très bien – mais qu’elle soit noire ou qu’elle soit blanche, à partir du moment où un Homme utilise les forces créatives de sa propre lumière aux yeux des Hommes non initiés, c’est à dire aux yeux des Hommes qui sont à un niveau ou à un autre, influençables, parce qu’ils ne sont pas dans le centre même de leur conscience, ces Hommes pratiquent de la magie et cette magie elle est dominatrice, même si elle fait partie du bien.

Nous avons dans le monde aujourd’hui de plus en plus d’exemples de personnes qui optent pour une certaine sorte… pour un certain ritualisme qui est une forme de magie blanche, et nous voyons toujours à l’extrémité de ces actions, une bâtardisation de l’énergie, une astralisation de l’énergie. Pourquoi ? Parce que l’Homme, tant qu’il n’a pas de centre mental parfaitement développé, est facilement mesmérisé, intéressé, fasciné par sa propre énergie.

Et lorsqu’un Homme est fasciné par sa propre énergie, il est fasciné par son pouvoir. S’il est fasciné par le pouvoir de son énergie, elle est astralisée, et elle astralisera ceux qui sont autour de lui. Donc le bon, comme vous dites, le bien qui n’astralise pas, qui ne domine pas, c’est un bien qui ne fait pas partie de la conscience de la Terre aujourd’hui. C’est un bien qui sera absolument extraordinaire lorsqu’il sera révélé à l’Homme. Mais il ne sera pas révélé à l’Homme sur un plan collectif mondial.

Il sera révélé à l’Homme sur, ou à l’intérieur d’un deuxième ou d’un troisième, ou d’un premier éther faisant partie de la construction éthérique de la planète. Il sera révélé à l’Homme dans des conditions qui ne troubleront pas les conditions de l’Homme de l’involution, et qui permettront à l’Homme de l’involution ou les races actuelles de continuer leur acheminement karmique, d’en arriver éventuellement à disparaître, selon le besoin de l’évolution.

Mais les Hommes qui seront dans ce que vous appelez “ce bien-là qui ne domine pas”, ne pourront pas manifester exotériquement ou à l’extérieur d’eux-mêmes, ou dans le monde, à n’importe qui, pour des raisons de manifestation de cette énergie. C’est impossible, parce que la lumière ne peut pas se dévoiler à ceux qui n’en n’ont pas. La lumière se dévoilera à ceux qui en ont, et ceux qui en ont ne seront plus affectés par elle. Donc à ce moment-là, ce sera la fin de la polarité du bien et du mal.

Et l’Homme entrera dans un nouveau temps et la science qui naîtra de ce nouveau temps, dans le temps, petit à petit, au cours des siècles, se mélangera avec la science de l’Homme. Et si l’Homme a été influencé par des sciences dites “extraterrestres”, si l’Homme a été influencé au niveau des gouvernements par des sciences paranormales ou par des sciences immatérielles, cette science que l’Homme lui même aura amené dans les éthers de la planète, neutralisera l’autre qui sera venue dans un temps où les Hommes devaient être conquis à cause des lois de la polarité et à cause de la lutte qui se fait maintenant dans les sphères pour son Esprit.

FP : Bon. Alors si le rôle des ufologues est de dénoncer l’aspect agressif, violent de la manifestation extraterrestre individuelle avec des séquelles physiques, est-ce que le rôle d’un initié n’est pas de dénoncer l’aspect psychique d’une manifestation qui passe à travers un média collectif et qui a des séquelles bien plus importantes au niveau du psychisme sur la planète ?

La question c’est : Pouvez-vous ne pas prendre parti et cause du phéomène OVNI ? Pouvez-vous rester en dehors, sachant ce que vous savez de l’intrusion extraterrestre et de sa manifestation sur un psychisme collectif ? Est-ce que vous pouvez rester en dehors et être neutre ?

BdM : Je peux rester en dehors et être neutre jusqu’à tant que des gens soient intéressés à m’écouter, autrement dit…

FP : Mais le sont-ils ? Que veulent-ils entendre ?

BdM : Les gens ne sont pas intéressés ou les gens commencent…

FP : Si vous savez que vous avez affaire à un public d’autruches, et que vous savez qu’ils sont plus intéressés à ce que vous leur parliez de ce qui se passe sous le sable que de ce qui se passe au-dessus de leur tête, allez-vous leur parler de ce qui se passe au-dessus de leur tête ou de ce qui se passe dessous le sable ?

BdM : Ça dépend, ça dépend des autruches. Il y a des autruches qui vont garder leur tête dans le sable pour peut-être aller chercher quelque chose dans la matière du sable. Il y a des autruches qui vont garder la partie postérieure à l’extérieur parce que ça leur permet d’avoir une présence dans un monde qu’ils ne peuvent pas ou qu’ils ne veulent pas connaître.

Moi je connais des gens qui sont très intelligents, des gens que l’on peut considérer comme des personnages particuliers, des gens qui ont une certaine sensibilité, une grande sensibilité, qui sont très près d’ailleurs du phénomène et de la recherche sur le phénomène OVNI. Et si je parle à ces gens-là du phénomène OVNI, ce qui se passe c’est qu’ils développent une sorte de maladie cérébrale face à ce phénomène, ils développent une sorte d’angoisse face à ce phénomène.

Et ce qu’ils réalisent, c’est qu’ils ne peuvent pas, ils ne peuvent rien faire pour réellement, individuellement mettre à jour ce phénomène. Donc ils réalisent que c’est collectivement, au fur et mesure où les années passent, et au fur et à mesure où de l’information sort, que le phénomène OVNI va graduellement faire partie des manchettes des journaux.

Mais je leur dis toujours à ces gens-là : Le phénomène OVNI, en ce qui concerne sa présentation dans le monde c’est une chose, et je réalise qu’elle est importante ; mais ce que je sais, c’est que la dimension psychique de l’Homme, la conversion mentale de l’Homme par rapport à ce phénomène, est beaucoup plus importante que le phénomène lui-même, parce que le phénomène lui-même il va être absorbé, il va créer des remous qu’il doit créer dans le temps où les forces internes et les forces externes pourront amener le phénomène dans le monde.

Parce qu’il ne s’agit pas pour l’Homme, pour le scientifique, pour le type qui fait de l’OVNI, il ne s’agit pas pour les Hommes d’avoir l’illusion que ce sont eux qui vont amener l’information dans le monde. L’Homme est dans l’illusion qu’il pense, il y a des gens qui vont presser pour la publication du phénomène OVNI et qui sont eux-mêmes contrôlés par des forces au delà de leur conscience subjective. Il y a dans le phénomène OVNI des intelligences occultes, très occultes, qui veulent créer la panique chez les masses.

Il y a aussi dans cette sphère une réticence à révéler aux masses la science ; autrement dit les intelligences qui font partie des mondes parallèles sont intéressées à ce que l’Homme sache la présence, mais elles ne sont pas intéressées à ce que l’Homme ait accès à la science. Donc il y a une politique cosmique qui se joue, et c’est pour ça que l’Homme aujourd’hui trouve très très difficile de faire un lien entre l’information concernant l’aspect existentiel du phénomène et l’application scientifique qui pourrait régler beaucoup de problèmes dans notre monde.

Alors que l’initié lui, n’est pas prisonnier de cette situation, autrement dit il sait ce qui se passe sur le plan matériel, il sait ce qui se passe sur les plans invisibles, sur les plans parallèles. Et il est plus intéressé à faire comprendre aux gens que ce qui est important pour eux, c’est d’en arriver à avoir un centre suffisamment développé, pour que lorsque viendra le phénomène, d’une façon ou d’une autre, ils puissent résister à l’émotion spirituelle qui va entacher une grande part de l’humanité.

FP : Là vous parlez de résister à une émotion spirituelle face au phénomène OVNI, mais il n’y a pas dans les annales de l’ufologie, de cas de gens qui ont résisté d’une façon spirituelle au phénomène. Ils ont été enlevés, séquestrés, kidnappés, utilisés en tant que cobayes, on a fait des prélèvements de peau, l’insémination artificielle, on leur a enlevé leur fœtus aux femmes après trois mois de grossesse !

BdM : Mais n’oubliez pas une chose, lorsque vous parlez du phénomène OVNI, vous parler du phénomène OVNI vécu par un certain nombre restreint de personnes à la fois. Là je parle du phénomène OVNI à l’échelle mondiale. Le phénomène OVNI à l’échelle mondiale, vécu à l’échelle mondiale, perçu par la télévision, rendu public à l’échelle mondiale, c’est une autre paire de manches.

Ce ne sera plus une une affaire de gens ou d’intelligences venant d’un monde parallèle vers le plan matériel, pour enlever les poils d’un nombril d’une femme, ce sera un phénomène cosmique d’une grande envergure qui aura pour conséquence de changer instantanément la conscience de la Terre, pour le bien ou pour le mal, non pas en fonction d’eux mais en fonction de ce que l’Homme pourra vivre de ses émotions.

Autrement dit, ce que je veux dire, que viennent des intelligence, bon admettons que viendraient demain des intelligences qui couvriraient la surface de la Terre et des intelligences, je ne parle pas de “vos petits bonhommes verts”, je parle d’intelligences suffisamment développées…

FP : Moi je parle de ceux que vous appelez “ceux qui peuvent nous duper”, ce sont vos propres termes…

BdM : Bon, mais laissez moi finir. J’essaie de faire comprendre que vienne demain dans le monde la manifestation OVNI à l’échelle mondiale et que ces êtres-là seraient des êtres de bonne intention…

FP : Il faut sortir le bazooka et tirer dedans…

BdM : Le problème demeurera toujours, le problème de l’Homme, c’est l’Homme lui même qui va faire de ces êtres un bien ou un mal, à cause de son émotivité. Le chrétien va vivre le phénomène OVNI d’une certaine façon, les peuples Islamistes vont le vivre d’une autre façon, les peuples Bouddhistes vont le vivre d’une autre façon, les athées vont le vivre d’une autre façon, les scientifiques vont le vivre d’une autre façon.

Donc l’Homme sera obligé de vivre un phénomène cosmique selon sa nature à lui et non pas en fonction du phénomène cosmique, et c’est ça que je veux dire. L’Homme doit demeurer dans l’intégralité de sa conscience, de sorte que lorsque viendra ce phénomène, admettons qu’il serait bien, que l’Homme ne puisse pas perdre son identité face à des intelligences qui sont, sur le plan de l’évolution, extrêmement avancées.

Il ne s’agit pas pour l’Homme demain au cours de l’évolution de vivre par rapport à des étrangers, en fonction d’une puissance cérébrale très avancée sur la sienne. Il s’agit pour l’Homme de vivre par rapport à lui-même et par rapport à des êtres qui font partie de sa propre nature, des êtres qui feront partie d’une Régence planétaire, et qui pourront égaliser la puissance de ces civilisations venant vers la Terre, pour finalement permettre que l’Homme sur sa propre planète demeure un être en contrôle de son évolution.

Il n’y a pas de danger pour l’humanité qu’en fonction de l’ignorance et la naïveté de l’Homme. Ce n’est pas le phénomène extraterrestre qui me trouble, ce n’est pas le phénomène extraterreste qui m’inquiète, c’est la naïveté, la spiritualité, la bonnasserie de l’Homme, la tendance à espérer, l’incapacité d’être dans sa propre nature. C’est ça qui m’inquiète. C’est pour ça que si on prend le livre, vous dites que le livre traite ou l’axe du livre est sur le phénomène OVNI, et je ne suis pas de cet avis.

Pour moi j’ai fait un petit chapitre sur le phénomène OVNI parce que c’était bon que je le fasse, et je l’ai fait pour montrer et mettre en parenthèses, à la fois tout ce que je dis dans le livre qui fait partie de l’évolution de la conscience de l’Homme, et cette partie historique créative du phénomène OVNI que l’Homme devra éventuellement pouvoir traiter d’une façon intelligente.

Donc sur cinquante-neuf chapitres, j’ai gardé un petit chapitre sur le phénomène OVNI et j’ai fait cinquante-huit chapitres sur l’évolution de la conscience de l’Homme, sur l’évolution des mécanismes de sa pensée, sur la puissance du monde astral, pour que l’Homme, petit à petit, puisse entrer graduellement dans sa conscience et ensuite regarder le phénomène OVNI d’une façon totalement non biaisée, non polarisée, non assujettissante, libre.

FP : Mais est-ce que vous êtes d’accord avec les prophètes chrétiens qui annoncent les temps de tribulations à venir, en relation directe avec une intrusion venue de l’air, d’outre-espace ? Donc si vous reconnaissez le phénomène extraterrestre, si vous voyez des temps difficiles à venir pour l’humanité, des calamités etc., est-ce que vous voyez vous, que ce problème OVNI est au centre même de cette… pas troisième guerre mondiale, parce qu’il ne s’agit pas d’une troisième guerre mondiale, il s’agit d’un plan de subjugation universelle ?

BdM : Il s’agit d’un choc de cultures, parce que d’abord, dans le phénomène OVNI…

FP : Parce que s’ils sont au centre, quand bien même ils feraient partie que du 1/59ème de vos chapitres, si c’est le centre même de l’histoire, il couvre les cinquante neuf chapitres ?

BdM : Si nous parlons du phénomène OVNI, il y a autant de civilisations, d’ailleurs il y a beaucoup plus de civilisations que l’Homme peut s’imaginer. Donc il y a différents niveaux d’intelligence, différents niveaux d’évolution, différentes capacités de comprendre l’être humain…

FP : On ne le conteste pas, ça !

BdM : Bon ! À partir de ce moment-là, il ne s’agit pas pour l’Homme de vivre ce phénomène OVNI qui est inévitable, d’une façon qui ressemble à celle de l’autruche. Autrement dit il ne s’agit pas pour l’Homme de vivre le phénomène OVNI dans une ignorance de lui-même. Il faut que l’Homme se connaisse lui même.

S’il se connaît lui-même et qu’il entre éventuellement en contact avec différentes civilisations, différentes sortes de personnalités étrangères, à ce moment-là, il sera capable, à cause de la nature de son moi, à cause de l’universalité de sa conscience, de pouvoir communiquer avec ces êtres-là d’une façon universelle et de rejeter ceux qui seraient en dessous de lui.

Autrement dit il s’agit pour l’Homme de ne pas se laisser mesmériser par des civilisations qui peuvent, en apparence, être bonnes, parce qu’elles ne sont pas mauvaises, mais qui d’une façon ou d’une autre, à cause de leur présence sur la Terre, créeraient une domination, parce que l’Homme n’est pas capable de faire la gestion créative et mentale de son émotion.

FP : Autrement dit, il faudrait être capable de les toiser, d’arriver à la même hauteur qu’eux autres, ou au moins de les dominer, pour ne pas être dominés par eux. Qu’est-ce qui nous garantit de leurs intentions ?

BdM : Il ne s’agit pas pour l’Homme de les dominer, il s’agit pour l’Homme de développer une conscience universelle que ces intelligences, ces êtres possèdent. Il y a des intelligences extraterrestres qui ont une conscience universelle très avancée, il y a des êtres extraterrestes qui ont une conscience universelle extrêmement limitée, qui sont simplement développés d’une façon scientifique.

L’Homme lui a un avantage sur cette planète, c’est-à-dire qu’il a été créé en fonction du développement éventuel de sa conscience mentale éthérique. Donc il a déjà la capacité de comprendre universellement ses rapports avec des civilisations qui viennent d’outre-espace, ça fait partie déjà de sa conscience moléculaire.

FP : Mais ça n’empêche pas qu’il est utilisé comme cobaye ?

BdM : Oui mais ça, ça fait partie des lois de l’involution, ça fait partie du karma de la planète, et l’Homme ne peut pas empêcher ceci. Autrement dit…

FP : Qu’on ne vienne pas me dire alors que ça fait partie de ma propre nature, je suis pas autodestructif. Je n’ai jamais demandé à servir de cobaye à ces intelligences du cosmos intergalactique, qui veulent faire de moi un champ d’expérience pour l’évolution de leur propre science. Rien à foutre, je leur fais un bras d’honneur avec le doigt levé même !

BdM : Oui mais vous, vous avez la chance de pouvoir leur faire un bras d’honneur ; mais ce ne sont pas tous les Hommes, toutes les populations qui peuvent faire un bras d’honneur !

FP : Ce qui m’inquiète c’est leur avancée scientifique, ce n’est pas une preuve d’intelligence pour moi, c’est une preuve de leur domination sur nous autres.

BdM : Oui mais ça, ça fait partie de votre conscience à vous.

FP : Oui, mais on ne peut pas traiter d’un pied d’égalité avec ces gens-là !

BdM : Mais oui on peut traiter d’égalité avec ces gens-là. L’Homme peut traiter d’un pied d’égalité avec n’importe quel être scient venant de n’importe quelle planète !

FP : En leur mettant un pied sur la gorge, comme il y a sur votre livre, le pied sur la tête du serpent !

BdM : Écoutez, je vais vous dire une chose, en tout cas je vous le dis à vous d’une façon personnelle.

FP : OK. Bouchez vous les oreilles (à l’attention du public).

BdM : Je vais vous dire une chose. Et ça c’est votre problème, vous comprenez c’est votre problème et je vous le dis… et je vous prends comme modèle de l’Homme en évolution, je vous prends comme personnage faisant partie de ce mouvement de conscience. Donc je m’adresse à vous parce que si vous, vous ne comprenez pas, ça va prendre beaucoup plus de temps à d’autres de comprendre, à moins que je sois dans l’illusion que vous compreniez et que d’autres comprennent, alors que vous ne comprenez pas.

FP : Il vient de vous prendre en otages vous autres ! Ah il vient de vous prende en otages (à l’attention du public) !

BdM : Ce que je veux dire c’est ceci ; je le dis parce que je le dis ; ne me demandez pas une preuve. Je dis que l’Homme a la capacité intégrale sur le plan matériel, sur le plan mental, sur le plan astral et sur le plan éthérique, d’être dans son énergie de façon absolue, universelle, incontestable, par rapport à n’importe quelle autre conscience humaine physicalisée, éthérisée, astralisée.

FP : Ce qui revient à dire que l’Homme a un droit de refus absolu face à toute ingérence étrangère dans son monde. Bon ben, je le manifeste !

BdM : Mais oui effectivement ; c’est pour ça que j’ai toujours dit que viendra le temps, le temps, dans l’évolution de cette planète, où l’Homme à cause de son énergie, dans son énergie, pourra créer avec d’autres êtres évolués, ce que j’appelle une Régence planétaire.

FP : Non ! Je fais un phénomène de rejet, on ne me les greffera pas ces affaires-là. J’ai bien compris ! Qu’on vienne pas me compter qu’ils sont blonds aux yeux bleus, puis que c’est des beaux êtres avec des ailes dans le dos. C’est des monstres ! Puis c’est des êtres hybrides qui datent peut-être de la disparition de l’Atlantide, puis qui sont des hybrides, une race en voie de dégénérescence et qui n’a plus la capacité de se reproduire de façon biologique, de façon saine et qui sont obligés de venir faire des prélèvements de sang dans les organismes humains pour assurer leur propre survie.

Puis on n’est rien d’autre que des cobayes à leurs yeux, il n’y a aucun sentiment, aucune considération pour nous autres, aucune ! S’il y a du monde qui veulent qu’on paie la vaseline pour se faire “enculer”, ben allez-y ouvrez vos bourses, sans moi ! (rires du public).

BdM : Je suis d’accord avec votre position !

FP : Je ne parle que de faits, moi ! Je n’extrapole pas philosophiquement, ce sont des choses qui sont reconnues ufologiquement parlant, des témoignages incontestables.

BdM : Et vous allez y changer quoi ?

FP : Moi, je m’en vais aller cultiver mes tomates à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, puis je sors du public puis je reviendrai quand mes tomates seront mûres, puis je viendrai leur foutre dans la gueule de ceux qui viendront nous faire la promotion des extraterrestres. C’est tout, je ne changerai rien. J’attends que mes tomates mûrissent (rires du public).

Puis qu’ils se l’ouvrent la gueule, puis qu’ils viennent nous la vanter la civilisation extraterrestre qui est totalement luciférienne, vous le savez ! Vous en parlez, quand vous parlez du double luciférien, vous le savez. Évidemment il y a un contrôle sur la planète, on ne peut pas le nier, on le sait !

BdM : Oui on le sait, mais de là, à se fatiguer, à vivre des tensions par rapport à ce phénomène-là, pour moi c’est une perte d’énergie, pour moi. Si nous savons qu’il existe… si nous savons que l’Homme en évolution de conscience n’est pas affecté par ces êtres, qu’il n’est pas dominable par ces êtres, à ce moment-là déjà nous savons où nous allons.

À ce moment-là, au moins nous avons la capacité de comprendre d’abord notre nature, de nous occuper de notre nature, pour en arriver finalement à pouvoir contrer ces autres natures. Mais si l’Homme ne s’occupe pas de lui, n’en arrive pas à travers peut-être vos mouvements, à réagir, mais en allant plus loin que la simple…

FP : La simple révolte !

BdM : Si l’Homme n’en arrive pas à réellement se cristalliser dans ses centres, le phénomène va demeurer et l’Homme le vivra. Donc je comprends votre réaction au phénomène OVNI, d’ailleurs je suis content parce que ça fait des années qu’on me parle du phénomène OVNI, que Richard Glenn me parle du phénomène OVNI, que des gens vantent le phénomène OVNI, qu’on essaie de le décrocher, de le rencontrer partout ce phénomène OVNI, et ça fait des années que je dis que les gens s’occupent d’eux-mêmes, que les gens s’occupent de comprendre peut-être ce que je dis. Peut-être qu’il y a dans ce que je dis quelque chose de réel…

FP : Certainement, il y en a !

BdM : Peut-être qu’il y a quelque chose de réel, s’il y a quelque chose de réel, à ce moment-là vous pouvez tester, l’Homme pourra tester pour en arriver finalement à ne plus être affecté par le phénomène OVNI, et selon l’évolution des temps, l’évolution de la civilisation, des gouvernements, ainsi de suite, ou les efforts des ufologues, nous les Hommes conscients sur cette planète, de n’importe quelle Nation, de n’importe quel Peuple, nous saurons traiter avec ce genre de phénoménologie.

Mais si nous ne nous occupons pas de nous, de la conscience de l’Homme, si nous n’en arrivons pas à avoir un mental qui est réellement assis dans notre propre lumière, ce phénomène OVNI, d’une qualité ou d’une autre, deviendra pour l’humanité un très grand fardeau psychique, une très grande souffrance, une très grande lueur d’espoir, une très grande domination. Je comprends que vous vous fâchiez contre le phénomène OVNI et tout ça, je le comprends ; et c’est bon d’ailleurs que vous le fassiez parce qu’au moins, ça va placer ….

FP : Je ne peux pas me conter d’affaires, je les ai vus. Ma recherche, elle a commencé il y a trente ans, trente ans !

BdM : Mais n’oubliez pas une chose, vous savez ce que nous disions ce soir. Il y a des gens dans le monde qui ont la fonction dans le travail de démontrer…

FP : Moi je n’ai pas de fonction !

BdM : Non, je ne parle pas de vous.

FP : J’ai vu un phénomène qui était devant moi et j’ai dit : Je n’aurai de cesse avant que je sache ce que c’est. J’ai compris au bout de trente ans que c’était de nature démoniaque ; je sors du circuit point final. Que chacun fasse ses recherches.

BdM : Oui, je ne parle pas de vous, je dis qu’il y a des gens qui font de la recherche, je dis qu’il y a des gens qui en vivent, ça fait partie de leur expérience. Moi en ce qui me concerne, et pendant les années à venir, parce que je n’ai pas encore l’intention de me lancer dans le regard … FP : Déjà vous en avez dit beaucoup là-dedans, face au phénomène OVNI. Puis vous ménagez aussi l’aspect susceptible des gens, la susceptibilité des gens, puis aussi leurs faiblesses. Vous ménager la chèvre et le chou là-dedans. Vous montrez les deux aspects du phénomène.

BdM : Oui, je montre les deux aspects…

FP : Moi je trouve qu’on est confronté à un phénomène de survie dans les temps à venir très proches là, très proches, parce que sa manifestation elle est incroyable aujourd’hui sur la planète. Malheureusement on n’a pas confiance dans les témoignages, on préfère écouter les scientifiques ou les autorités qui nient le phénomène, puis tout le monde est fou, puis il y a des plaisantins ou la population est prise de “delirium tremens” partout hein !

BdM : Oui mais n’oubliez pas une chose, que même si ceci était démontré, même si ceci ou quand ceci viendra à la surface, ce sera simplement le début des problèmes, parce qu’il y en a qui prendront ces phénomènes pour une divinité, donc le mal ne sera pas changé de place.

FP : Il y a des percepteurs du phénomène extraterrestre sur la planète aujourd’hui ; il y en a qui vivent de ça, c’est vrai ; ll y a une nouvelle religion !

BdM : En tout cas dans mon optique à moi, ce que je dois faire et ce que je vais continuer à faire, c’est de faire réaliser à l’Homme que, dans la mesure où il entrera dans sa conscience, que le phénomène OVNI soit d’un ordre ou d’un autre, il en sera libre, il n’en sera pas touché. Si l’Homme n’en arrive pas à prendre sa conscience en main, à ce moment là l’Homme vivra le phénomène OVNI parce qu’il est inévitable, comme vous le dites il est là, mais l’Homme le vivra selon sa propre naïveté, sa propre spiritualité, sa propre ignorance.

FP : Et vous savez qu’il va embarquer à 99.9 % !

BdM : Évidemment, évidemment parce que l’Homme ne sera pas suffisamment dans sa propre intelligence à lui, l’Homme n’aura pas finalement réalisé qu’il est égal à égal à n’importe qui et à n’importe quoi, dans sa propre individualité. Dans l’individualité créative universelle de l’Homme, il n’y a pas de hiérarchie. Dans l’universalité créative de l’Homme, il n’y a pas de hiérarchie.

Donc l’Homme sera obligé, avec le temps, de constater, dans sa propre expérience remarquez bien, que nous parlions de phénomène OVNI, d’extraterrestres, des petits bonhommes ou des grands bonhommes, ou que nous parlions des maîtres dans le monde, que nous parlions de ci ou de ça, l’Homme dans son individualité devient un intouchable.

Et le prix qu’il doit payer pour ça, c’est sa capacité de s’arracher graduellement au cours de sa propre transformation, à toute la croyance et à tous mouvements, et à toutes ces doctrines dont certaines sont réelles mais dont certaines sont colorées, qui causent en lui une perpétuelle anxiété et qui l’empêchent de regarder son visage et de voir qu’il est lumière.

FP : Bravo ! (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut