DM-140 La synthèse du moi

“DM : Donc, dans la deuxième partie Bernard, on a comme thème “La synthèse du moi”. J’ose imaginer que l’individu qui arrive à un plan de développement assez équilibré, arrive à maîtriser assez bien la charge négative de tout ce qu’on a parlé au niveau de la construction, à voir les énergies négatives, pour …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Daniel Ménard (DM) : Donc, dans la deuxième partie Bernard, on a comme thème “La synthèse du moi”. J’ose imaginer que l’individu qui arrive à un plan de développement assez équilibré, arrive à maîtriser assez bien la charge négative de tout ce qu’on a parlé au niveau de la construction, à voir les énergies négatives, pour pouvoir vivre la construction, et supposer d’une énergie positive qui va probablement avec une sorte d’altération de sa conscience. Est-ce que la fusion, ça serait comme une synthèse du moi, une attitude chez l’individu à bien gérer toutes les impressions, tous les états, toutes les vibrations qui passent dans son canal ?

Bernard de Montréal (BdM) : Non. La fusion c’est la possession de l’Esprit.

DM : L’Esprit qui possède l’ego ?

BdM : C’est bien important de comprendre ça. La fusion c’est la possession de l’Esprit, c’est le lien, l’alliance, la connexion, le contact entre l’Esprit, puis le mortel. Ce n’est pas la fusion qui est importante, c’est l’intégration de la fusion. Sinon, si l’Homme fixe son attention sur la fusion, il va demeurer spirituel.

DM : OK.

BdM : Il va vouloir fusionner, il va chercher la fusion, ainsi de suite, puis la fusion c’est un mouvement de haut en bas, ça vient de haut en bas. L’ouverture des centres, du chakra principal au niveau de la tête, ça se fait à partir du plan mental. Puis ce qu’on a de la difficulté à réaliser – parce que justement on est des êtres spirituels – c’est l’importance de l’intégration. L’intégration, ça veut dire que l’Homme en arrive éventuellement à être suffisamment intelligent pour se dédoubler psychiquement. De l’intégration, c’est un dédoublement psychique dans ce sens que tu conserves ton moi, autrement dit tu conserves ton habilité à “dealer” avec la vie matérielle.

DM : OK.

BdM : Et en même temps, tu as capacité de traiter avec la vie invisible. Pour le moment… La vie pour le moment est invisible, un jour elle devient morontielle, mais pour le moment, elle est invisible. Puis au niveau de l’invisibilité, ben, c’est au niveau du contact télépathique que ça te permet de le faire. Alors dans un sens, quand tu es en fusion, tu as deux niveaux de conscience.

Tu as un niveau de conscience qui est personnel à toi, puis tu as un niveau de conscience qui est prépersonnel. Ça fait que c’est comme si tu te meus entre deux apex d’énergie, un apex d’énergie planétaire très très lourde qui est concrétisée dans la vie, ses échappements, ses déboires, ses plaisirs, ainsi de suite. Puis l’autre apex d’énergie qui est totalement psychique, supramentale, qui fait partie de ton moi universel ou de ton double, ou de ton ajusteur de pensée ou de ta source.

Et ces deux aspects, ces deux énergies-là, éventuellement elles se fondent dans ce sens qu’elles créent une unité qui n’est plus différenciable, mais qui est différenciée. Plus différenciable, dans le sens que ta nature est totalement altérée, mais différenciée dans le sens que tu gardes ton individualité par rapport au caractère universel de ta science ou par rapport au caractère universel de ta conscience. Donc tu ne te perds pas dans un état contemplatif, mystique, tu ne te perds pas dans un état de voyance intérieure.

Intérieurement tu as une communication, puis ta voyance est extériorisée, autrement dit ta voyance elle va vers le monde, elle te sert dans le monde, elle ne s’intériorise plus. C’est pour ça d’ailleurs… En tout cas, dans mon cas, je n’ai aucun écran mental. Ça fait que n’ayant pas d’écran mental, je ne suis pas capable de voir ce que je sais, donc je ne peux pas mystifier ce que je sais.

Donc si j’élève mon taux vibratoire, par exemple, à ce moment-là je ne vis pas de chaleur mystique, puis tous ces égrégores astraux là qui font des gens très très spirituels, des êtres qui deviennent ultimement “gagas”, parce qu’ils ne sont pas capables d’amener, de se mettre en puissance dans le monde. Ce sont toujours des êtres de bonne volonté. Tandis qu’un être conscient n’est pas un être de bonne volonté, c’est un être de très très grande volonté.

DM : La différence, c’est qu’il n’y a pas d’espoir là !

BdM : La différence, c’est qu’il devient de moins en moins manipulable, ça fait qu’il en arrive à développer une très grande volonté. Tandis qu’un être de bonne volonté peut être très très manipulé ; manipulé juqu’à l’utilisation par des forces extérieures à lui-même d’un ordre ou d’un autre, de ses énergies éthériques, par exemple, la lévitation c’est un exemple. Un Homme qui se fait léviter en dehors de sa volonté ou rendu au-delà de sa volonté, c’est un être dont les énergies électriques sont utilisées par les autres plans, ainsi de suite.

Donc ça, ça va contre la liberté de l’Homme, ça va contre l’appointement de sa conscience comme étant ou reflétant une grande liberté d’autonomie créative sur le plan matériel. Donc la fusion c’est un théorème, c’est un acquis, c’est un fait historique ou c’est un fait qui, éventuellement, va être reconnu historiquement par les gens en évolution de conscience. Par contre, ce n’est pas suffisant de s’arrêter à la fusion pour l’Homme, parce que la fusion c’est simplement l’arrêt de sa personnalité. Quand tu dis : Un Homme est en fusion, ça veut dire que sa personnalité dans le temps est arrêtée.

Là, il rentre instantanément – si la fusion est instantanée – il rentre instantanément dans la personne, donc il individualise complètement son être, mais il n’a pas nécessairement la gestion de son énergie sous son contrôle. Il ne connaît pas, autrement dit, les lois occultes de sa conscience, il est simplement occulté dans sa conscience à un très haut niveau. Ce qui va créer au début une très grande génération de conscience spirituelle qui, éventuellement, va s’éteindre à travers une très grande génération de souffrance mentale.

DM : C’est quoi la différence entre l’espèce d’état de spiritualisation de l’être qui est en fusion, versus la spiritualité de l’individu qui est inconscient ?

BdM : C’est pas mal pareil ! C’est pas mal semblable, excepté que l’être qui est en fusion ne sent plus, ou plutôt sent le contrôle de l’énergie de son mental sur son ego. Il sent le pouvoir de la lumière sur son être, le pouvoir…

DM : OK. Il est conscient de l’invisible ?

BdM : Il est conscient de l’invisible… D’ailleurs l’invisible, dépendant de son niveau de fusion, l’invisible peut aller jusqu’à contrôler son corps physique dans la matière, ainsi de suite, bon ! Alors il devient conscient de tout ça. Puis le raccord psychologique, psychique, télépathique avec l’invisible se fait, ce qui encore confirme la fusion, ainsi de suite. Ça fait que tu n’en échappes plus. Tandis qu’un être qui est spirituel, ben, il est spirituel “on his own” (tout seul). Un Homme qui est spirituel… OK. Je vais vous donner un exemple.

Un Homme spirituel serait comme une île, alors qu’un être qui est en fusion, il est une île, mais il sent un raccordement de l’île au continent, il y a quelque chose qui le raccorde sous l’eau là. Il y a une force qui le raccorde. Ça fait qu’il n’est pas réellement une île tout seul, dans ses états palmiques là ! C’est réellement connecté fortement à un continent. Puis si le continent bouge, l’île peut bouger.

Tandis que l’Homme spirituel, lui, il a réellement l’impression d’être une île, d’ailleurs regardez l’illusion – puis ça c’est une illusion qui est planétaire – vous la retrouvez dans toutes les nations, dans toutes les races, dans tous les écrits, puis dans tous les discours spirituels, regardez l’impression qu’on a de ce qu’on appelle le silence ! Pour les êtres spirituels, le silence c’est une perception de l’invisible ou dans l’invisible ou par rapport à l’invisible, où lui, en tant qu’être, se dissout, pour que l’invisible apparaisse, mais non pas en tant que prépersonnalité, mais en tant qu’état supérieur à lui-même.

DM : Béatitude, ces choses-là…

BdM : Béatitude, ainsi de suite. Alors que dans le fond, le silence n’existe pas… Le silence n’existe pas pour un être qui est conscient parce que… Bon, je vous donne un exemple pour vous démontrer comment est-ce qu’un être conscient peut réaliser que le silence n’existe pas. Cest comme si je vous disais… Si vous avez un téléphone portatif ici, il n’y en a pas de silence ! Il y a de l’énergie qui se passe entre le téléphone, puis la personne avec laquelle vous pouvez téléphoner. Il y a des ondes là ! Il y a des ondes !

Puis si on était habile, on pourrait les remarquer ces ondes-là, sur un “screen” (écran), il y a des ondes, il n’y a pas de silence, même ces ondes-là ont un son, bon ! C’est la même chose, la relation avec le mortel, puis la source, semble inviter au silence béatifique, mais dans le fond, si on va plus loin dans une conscience plus mentale, à ce moment-là l’onde elle est présente, et c’est pour ça que j’appelle ça une vibration.

Ça fait que tu es capable éventuellement de communiquer avec la source rien que par vibration. Tu n’as pas besoin de parler avec la source, avec eux autres, parce qu’il vient un point où tu n’es pas tellement intéressé à parler avec eux autres. Parce que c’est des “têtes de cochon”, ce sont des entités qui font la pluie et le beau temps avec le territoire psychique de l’Homme. Ça fait qu’éventuellement, quand l’Homme est bien, bien, bien, bien habitué à ça, il est très conscient du caractère prépersonnel de l’intelligence.

Et tant que l’Homme n’aura pas compris sur la Terre le caractère prépersonnel de l’intelligence, l’Homme aura l’impression que de l’intelligence, c’est une qualité de son Esprit. Alors que, quand il sera réellement dans son intelligence, il verra que de l’intelligence, c’est un rapport de force entre son Esprit et un autre. Il y a une grosse différence !

DM : Oui, oui, c’est très différent !

BdM : Moi je peux vous dire une chose. Ça fait vingt ans, vingt-cinq ans que je suis en fusion là, ça fait vingt ans que je parle en public, puis tout ce que j’ai dit, puis tout ce que j’ai ramené à la surface, mon combat autrement dit, mon combat occulte sur la Terre est le résultat d’une confrontation entre mon Esprit puis eux autres. Ça fait que si une personne arrivait et disait : “Bon, ben, Monsieur Bernard, faites donc, décrivez-nous donc un peu qu’est-ce que c’est votre intelligence”, ben, je pourrais facilement dire que mon intelligence, c’est simplement une guerre entre mon Esprit puis eux autres !

Ce qui sort de cette guerre-là, les fruits de cette guerre-là, c’est ce que vous appelez “mon intelligence”. Alors que pour un être spirituel, son intelligence, ça va être le résultat d’un processus contemplatif qui peut l’amener à des grandes réalisations mystiques, mais aussi des grandes erreurs cosmiques, autrement dit au niveau de l’approfondissement de la relation entre l’Homme et la source.

C’est pour ça que j’ai été obligé de dire un jour à un de mes grands amis en France, que… De ne pas écrire, ou de ne pas même chercher à écrire un livre sur le silence, parce que le silence ça n’existe pas. C’est simplement une confusion astrale qui est créée par le reflet d’une énergie mentale à partir des plans, pour empêcher l’Homme d’aller plus loin, et de puiser plus loin dans les archives, c’est-à-dire de confronter l’invisible.

Si l’Homme était en confrontation de l’invisible tout le temps dans son travail, comme je le suis moi, à ce moment-là il n’y aurait jamais de silence dans sa tête, il aurait toujours une conscience vibratoire, il aurait toujours accès à une vibration, puis il aurait toujours accès à un dialogue, puis il aurait toujours accès à une manifestation de sa source, mais il aurait toujours aussi le contrôle sur le contenu de cette manifestation-là.

Puis une fois que le contrôle serait suffisamment “dé-astralisé”, autrement dit dépollué, déspiritualisé, à ce moment-là tu aurais une conversation donc un dialogue, donc un rendement psychologique extérieur suffisamment mental pour apparaître comme étant une instruction, donc une science validée par l’Homme, pour le bénéfice de l’Homme, pour le besoin de l’Homme, et non pas imposée à l’Homme pour les besoins cosmiques ou astrologiques, ou astraux, d’entités qui sont dans d’autres mondes et qui gouvernent la Terre, à distance.

DM : Ces gens-là qui vivent cette suspension-là, c’est là qu’ils sont spirituels ?

BdM : Exactement !

DM : OK. Bon, quand on parle de synthèse du moi, et qu’on réussit à rayer le négatif avec le positif dans la tête, est-ce qu’on peut s’attendre à une sorte d’aptitude à neutraliser la survie facilement ?

BdM : Non ! Parce que neutraliser la survie facilement, c’est le résultat graduel d’une mise en puissance de l’Homme. Autrement dit vous avez deux façons de neutraliser la survie. Il y a une façon inconsciente, vous avez beaucoup d’argent, vous n’avez pas de problèmes financiers ou vous êtes en pouvoir matériel, vous pouvez neutraliser la survie, mais d’un autre coté vous allez avoir des problèmes d’une autre ordre. Si vous n’avez pas de problèmes matériels, vous allez avoir des problèmes psychologiques, vous allez avoir des problèmes émotifs, vous allez avoir… Il y a toujours des problèmes !

L’Homme dans son inconscience ne peut pas neutraliser la survie, parce que la survie ça fait partie de l’expérience de son âme, autrement dit s’ils ne vous ont pas d’une manière, ils vont vous avoir d’une autre ! S’ils vous font gagner… S’ils vous fait naître dans une famille très riche, vous n’avez pas de problèmes de survie matérielle, vous allez avoir des problèmes émotifs ! Il y a toujours d’autres choses. Vous pouvez être infirme. Il y a toujours quelque chose.

Tandis que dans le cas de l’Homme en évolution de conscience, vous ne pouvez pas neutraliser les problèmes de survie rapidement, mais vous pouvez les neutraliser à long terme. Autrement dit vous pouvez les neutraliser en fonction de votre capacité à long terme, d’être intelligent. Ça, ça va amener l’Homme à neutraliser les problèmes de survie parce que ça va l’amener, avec le temps, à pouvoir isoler ou identifier les points faibles de sa structure humaine.

DM : OK.

BdM : Bon ! Pour une personne, les points faibles de sa structure humaine, autrement dit de sa vie humaine, ça peut être de ne pas avoir la chance comme d’autres personnes ont de voyager dans le monde, par exemple. Ou pour un autre, ça serait de ne pas avoir la chance d’avoir un job comme il veut. Ou un autre, ça serait de ne pas avoir la chance d’avoir une femme dans sa vie. Ou un autre, ça serait de ne pas avoir un “chum” dans sa vie, “whatever” !

Alors on a tous, on est tous en tant qu’humains des êtres qui avons un point faible. Il y a quelque chose qu’on veut faire, puis on dit de ça : “Si on avait ça, on serait bien”. Bon, ben, l’Homme en évolution de conscience éventuellement s’amène à avoir ces choses-là qui sont, techniquement, des points faibles de sa structure humaine. Et la raison que c’est long, c’est parce que pour être en puissance, ça demande une transmutation de ses corps subtils qui sont connectés à ses points faibles. Parce que c’est là qu’il y a une souffrance de l’âme.

Ça fait qu’un Homme qui n’est pas capable de tenir son job, par exemple, il a un job, puis il perd son job, puis il a un autre job, puis il perd son job, il perd toujours son job. Il s’aperçoit quand il regarde son histoire, c’est un gars qui n’est pas capable de tenir son job, il y a un manque de puissance quelque part. Bon, un jour, il va falloir qu’il prenne ça, qu’il se prenne en main, pour qu’il les garde ses jobs, ainsi de suite. Bon, il va être obligé de transmuter quelque chose en lui-même, qui est un aspect astral, qui l’empêche de garder ses jobs, donc qui le fait souffrir.

Ça fait que s’il vient en puissance un jour, il va en arriver à maîtriser ça, à casser ça. Ça peut être la même chose pour n’importe quoi dans la vie. Il n’y a aucun Homme sur la Terre, qui soit de quelque nation que ce soit, qui n’a pas en puissance le pouvoir et le privilège d’exprimer cette puissance-là. Il y a des conditions chez des êtres qui sont plus retardataires que d’autres, effectivement, mais relativement parlant, même si vous allez en Afrique, vous pouvez avoir un type en Afrique dans une région africaine qui, pour devenir en puissance à son niveau, requiert telle chose.

À New York, c’est la même chose, à Montréal c’est la même chose, en Europe c’est la même chose. Donc l’Homme a toujours le pouvoir… Par contre, il a besoin d’une science pour ça, c’est-à-dire il a besoin de savoir qu’il est programmé. Donc il est programmé pour vivre de l’impuissance !

DM : Programmé pour vivre de l’impuissance ?

BdM : On est programmé pour vivre de l’impuissance? On est programmé pour vivre certains plaisirs, ainsi de suite, mais on est programmé pour vivre certaines impuissances. Et ce sont ces certaines impuissances là qui sont la source de la souffrance de l’âme et de l’expérience. Et la programmation qui nous donne de la joie de vivre, ainsi de suite, ça, ça fait partie de balancer, parce que si on n’était pas balancé de même, on craquerait.

L’être humain ne pourrait pas être programmé simplement pour le malheur, donc il est programmé pour un petit peu de bonheur, puis un petit peu de malheur, mais le malheur est plus intense que le bonheur, parce que le malheur dure plus longtemps. Alors que le bonheur, il est court ! Ça fait qu’une fois que l’Homme commence à comprendre ça, ben, à ce moment-là il se met dans un mouvement qui est réellement olympique, dans le sens qu’il va s’amener graduellement à toujours avoir les gants de boxe, toujours avoir les gants de boxe ! Toujours avoir les gants de boxe, autrement dit toujours lutter contre ce qui l’empêche d’être en puissance.

Ça fait que ça peut prendre cinq ans, dix ans, quinze ans ça, pour une personne d’en arriver, par exemple, à éliminer chez lui la crainte de rencontrer une femme. Il y a en a des Hommes pour rencontrer des femmes, pour eux autres c’est anathème, ils sont gênés, ils sont tout “croches”… Bon, ben, ça peut prendre cinq ans avant… Un autre, se trouver un job. Un autre, garder son job. Un autre, je ne sais pas moi… Et cette transmutation-là va amener cette personne-là à dépasser cette condition-là qui le garde dans une survie.

Puis éventuellement, ça va l’amener dans un état de conscience où finalement il œuvre, c’est-à-dire “œuvrer”, ça veut dire être capable de prendre des décisions qui sont basées sur son intelligence pure, et non pas basées sur des habitudes, comme je disais ce soir au début de la conférence, ou basées sur des conceptions qui appartiennent à la consience de sa race. À ce moment-là, il commence à s’individualiser, puis il commence à agir, éventuellement sans détour, parce que sa souffrance sera trop intense. Ce qui nous empêche sur la Terre d’être en puissance, c’est qu’on ne souffre pas assez ! On a beaucoup d’épreuves !

DM : On ne souffre pas assez ?

BdM : Non, on ne souffre pas assez sur la Terre, on a beaucoup d’épreuves, on a des épreuves, mais de l’épreuve, ce n’est pas de la souffrance psychique !

DM : Ah ! OK.

BdM : De l’épreuve, c’est la souffrance de l’âme !

DM : OK. OK.

BdM : Tandis que de la souffrance psychique, un Homme n’a pas besoin d’avoir de l’épreuve, tu n’as pas besoin de te faire couper un bras…

DM : Pour comprendre quelque chose, ouais, je comprends !

BdM : Pour comprendre quelque chose ! Alors, il y a des Hommes sur la Terre qui ont des épreuves à gauche, puis à droite, ils se font couper des jambes, ils se font… Tu sais, il y a toutes sortes d’affaires, mais ils n’évoluent pas plus, parce que c’est toujours au niveau de l’âme. Tandis qu’un Homme qui vit de la souffrance psychique, il évolue, il n’a pas le choix. Il n’a pas le choix parce que cette souffrance-là, elle fait partie de sa fusion, elle fait partie de la conscience vibratoire, elle fait partie du lien de l’Esprit, puis de l’âme. Puis cette souffrance-là ne te lâche pas, dans ce sens qu’elle est toujours au coin, elle est toujours sur le point d’intervenir, elle est toujours sur le point.

Tandis que l’épreuve elle, elle va venir dans un temps ou dans un autre, mais tandis que la souffrance est toujours là. C’est comme une épée de Damoclès. Puis plus tu es conscient, plus tu es conscient de ça. Parce qu’il y a une relation entre la souffrance, puis la présence.Tandis que pour un être inconscient, il n’y a pas de relation entre l’épreuve, puis la présence.

Tandis que pour un être conscient, il y a une relation entre la souffrance et la présence, de sorte que si un être est conscient, qu’il a le contact télépathique, puis il arrive chez eux un soir, puis sa maison brûle, il va par en dedans. Il va dire : “Ouais, ma maison elle a brûlé”… Ils vont dire : “Ouais elle a brûlé”, puis ils peuvent te dire : “Bon, ben, elle a bien brûlé, hein”… (rires du public). Comprends-tu ? Ça fait qu’il y a une relation entre la souffrance, puis le contact ou la source. À ce moment-là, ben, tu “deales” avec ça selon ton niveau de conscience !

DM : Ils sont présents !

BdM : Ils sont très présents.

DM : Ils n’ont pas éteint le feu !

BdM : Non, non, ils n’ont pas éteint le feu ! Ils sont très très présents. Par contre, le phénomène de la maison qui brûle ne va pas être interprété de la même façon par une être conscient que par un être inconscient qui a simplement une épreuve. Ça ne sera pas vécu pareil. Parce qu’un gars qui a une épreuve, ben, il va aller chercher son assurance, il va se baser sur une autre maison. Tandis que l’Homme qui est conscient, il va vivre une guerre entre lui-même et les forces concernant la maison qui brûle. Là, ce n’est plus la maison qui brûle qui est le problème, c’est la guerre très intense qui va l’amener à une autre décision. Ça fait que c’est très présent de la souffrance.

DM : Puis cette guerre-là, ils la veulent ?

BdM : Cette guerre-là fait partie de la transmutation de ses corps, s’il est capable d’en arriver à transmuter l’émotion connectée à sa maison, puis tout ça, là. À ce moment-là, son taux vibratoire va changer, puis ça, ça va l’amener un jour à avoir une conscience créative suffisamment forte ou une conscience vibratoire suffisamment forte, pour réellement être capable de prendre sa vie sous son contrôle. À ce moment-là il va rentrer en puissance.

DM : Ça fait que le fun à eux autres, c’est de nous placer dans des conditions qu’on pense, dans un sens, difficiles, mais qui sont dans un sens, mesurées par eux autres, comme possibles à dépasser ?

BdM : Ouais, ouais, ils sont toujours conscients que les conditions dans lesquelles on est mis, on peut les dépasser. Ils ont une très très grande science de l’Homme. Le corps mental de l’Homme est contrôlé par eux autres, ils en ont totalement la gestion vibratoire. Le corps émotionnel de l’Homme est en équilibre avec eux autres, parce qu’ils sont capables de contrôler le corps émotionnel de l’Homme en contrôlant le souffle, la respiration, s’ils vont loin dans leur fusion avec l’Homme. Le corps éthérique de l’Homme, il est sujet à la transmutation du corps astral, donc ça encore, techniquement, c’est sous leur contrôle.

Puis s’ils veulent contrôler le corps matériel de l’Homme, ils sont capables de le faire au niveau de son système nerveux si c’est un être qui est très très fusionné, donc ils ont une grande relation avec l’Homme. Donc ce sont réellement des Archanges planétaires, c’est-à-dire ce sont des êtres qui ont l’autorité d’intervenir dans le crépuscule de la conscience. Le crépuscule de la conscience, c’est l’état de conscience que tu as avant de passer à la conscience éthérique. Et ce crépuscule de conscience là, c’est équivalent à la matérialisation de ce que les Hindous appellent le Nirvana.

La seule différence, c’est qu’aux Indes, le Nirvana est constitué ou est vécu simplement dans la phase de l’état mystique au niveau de l’évolution atmique de l’âme, alors que pour un Homme conscient de la prochaine évolution, cet état de conscience là est matérialisé, c’est-à-dire descendu dans la matière au point où l’Homme est capable d’engendrer un état de puissance. Mais un état de puissance qui connecte avec la matière, et non un état de puissance qui le garde en état d’animation méditatif ou réflectif avec l’astral : Le monde spirituel.

DM : Si ces plans-là connaissent tous les intervenants de notre vie, est-ce que la stricte confiance dans le fait qu’ils connaissent notre avenir, ça peut nous permettre de considérer que tous les obstacles qu’on a dans notre vie, on peut les dépasser ? Vous, le fait que vous sachiez que ces forces-là manipulent tout dans votre vie là, OK. Les intervenants extérieurs…

BdM : Il n’y a pas de hasard !

DM : Il n’y a pas de hasard ! Est-ce que c’est suffisant pour savoir que quand vous avez un obstacle, vous savez que, conséquemment, vous êtes capable d’y faire face ? Vous n’avez pas besoin de puiser dans une sorte de conscience intérieure de vous-même. Vous savez que le fait qu’ils soient présents, ça établit que devant l’obstacle, c’est possible de dépasser ça ? Il n’y a pas de sentiment d’impuissance parce que vous connaissez leur présence…

BdM : Il n’y a pas de sentiment d’impuissance parce que je suis conscient de leur présence. C’est ça la réponse la meilleure. Je suis conscient de leur présence. Ça fait qu’à ce moment-là, si je suis pris dans un obsctacle qui est réellement difficile, ultimement, je me mets en puissance, soit je me mets en puissance tout seul…

DM : Mais c’est toujours avec leur présence ?

BdM : Mais c’est toujours avec leur présence, ouais, parce que la fusion est trop grande.

DM : Parce que vous savez que c’est une “game” ?

BdM : Je sais que c’est une “game”.

DM : Mais dans le fond, la seule affaire qu’on a besoin de savoir, c’est de savoir que c’est une “game” !

BdM : Probablement, mon avantage sur l’Homme, c’est que je suis très très conscient que c’est une “game”. Tandis que l’Homme peut dire : “C’est une game”, mais ça, c’est philosophique !

DM : Oui, oui !

BdM : Il y a bien des gens qui disent : “Ah ! Ben, la vie c’est une game”. Mais de là, à réaliser que c’est une “game”, là c’est encore un autre niveau de réalisation ! Ça fait que ça, ça touche tout, ça touche les pertes, ça touche les gains, ça touche la vie, ça touche la mort, ça touche la santé, ça touche l’intelligence, ça touche n’importe quoi !

DM : Ils peuvent “gamer” jusqu’où eux autres ?

BdM : Ils peuvent “gamer” jusqu’à la mort !

DM : Ils peuvent vous emmener, ils peuvent vous faire “crever” pour la “game” ?

BdM : Pour la “game”, oui ! Mais par contre, s’ils vous font “crever” pour la “game”, à ce moment-là quand tu “crèves”, tu ne “crèves” pas comme l’Homme “crève”. Tu ne meurs pas comme l’Homme meurt. L’Homme quand il meurt, il s’endort, parce qu’il s’en va en astral, il sort en forme astrale. Le corps mental se dissout assez rapidement, ensuite c’est le corps astral qui porte la majorité de toutes ses impressions. Donc quand il sort de son corps, il voit dans sa chambre, il voit autour de sa chambre, donc il se voit en personne. Puis finalement, son corps éthérique c’est le dernier qui part, puis c’est ça qui fait la scissure entre le corps matériel, puis qui est le signal final de la mortalité au niveau occulte.

Tandis qu’un Homme qui a une conscience morontielle ou un Homme qui est en fusion au moment de la mort, quand il sort de son corps, le premier véhicule qui sort c’est son corps éthérique. Ce n’est pas le corps astral, c’est le corps éthérique, puis à partir du moment ou il sort en conscience éthérique, il ne flotte pas, il est présent au niveau du sol. Tandis qu’avec un corps astral, tu montes.

Si vous voulez savoir un jour si vous êtes en astral, en dédoublement astral ou si vous êtes en dédoublement éthérique, ben, regardez les coordonnés spatiales de votre présence. Si vous êtes dans les airs, vous êtes dans une forme astrale, vous êtes dans le corps astral, vous êtes dans une projection astrale. Si vous marchez à terre, comme si vous aviez un corps physique, vous avez un corps morontiel, vous avez un corps éthérique suffisamment dense pour vous donner l’impression d’être vivant là ! Puis après ça, quand vous retournez à votre corps physique, ben, vous marchez vers votre corps physique, mais vous ne flottez pas vers votre corps physique, vous marchez, ça fait que vous rentrez dedans.

Mais le jour ou vous allez mourir, à ce moment là, ben, c’est fini, c’est au niveau du corps éthérique que ça va se faire la séparation. Là, vous allez dire : “Ben, avec le corps éthérique, êtes-vous capable de vous déplacer dans d’autres espaces”… “Oui”… Mais à ce moment-là, vous êtes obligés de prendre votre corps astral, puis le fixer, autrement dit de le fixer dans le chakra principal, ici au centre. Puis à ce moment-là, votre corps astral sert simplement pour vous empêcher de mourir. Ça fait que vous le rentrez ici, le cordon est totalement sous contrôle de votre conscience éthérique, puis à ce moment-là vous pouvez voyager éthériquement à l’extérieur de la Terre, ainsi de suite.

Mais il faut que vous ameniez votre corps astral avec vous. Tandis que si vous n’amenez pas votre corps astral avec vous quand vous faites ça, ben ,vous allez mourir ! Ça fait que si vous êtes intelligents, vous amenez votre corps astral avec vous, vous le gardez là, le cordon est totalement sécure, puis là, vous partez avec. Ça fait que c’est la différence entre ces deux niveaux de conscience-là. Donc l’Homme conscient qui mourra demain, ne mourra plus de la même façon. Il ne flottera pas en dehors de son corps, il va sortir de son corps puis il va marcher.

DM : Intéressant ! Le Canada serait content d’entendre ça ! Dans le développement d’un invdividu qui s’en va vers le contact éthérique, puis la présence, la conscience de cette présence-là, là vous ramenez le fait d’une dynamique astrale dans l’individu, qui adhère à… (coupure enregistrement)… (Reprise en cours) (…) Fonction très très importante, pour une sorte d’état de mobilité ou d’espace, de conscience de l’espace, mais un corps éthérique qui semble avoir une autre fonction.

Est-ce que tous les être viennent au monde avec la conscience du mode d’emploi, ne serait-ce qu’intutitif ? J’imagine que vous, vous aviez un mode d’emploi là, une capacité de souffrir de certaines choses qu’un autre n’est pas capable de vivre. Et puis son corps éthérique ou son corps astral peut prendre certaines charges, certaines tensions.

Moi j’imagine assez facilement qu’il y a des gens qui sont capables de prendre des gros chocs au niveau astral, puis pas nécessairement avoir une conscience éthérique ; d’autres gens qui ont une conscience éthérique, peut-être même très développée, puis un corps astral plus fragile. Est-ce que c’est possible ça ?

BdM : Je ne comprends pas votre question !

DM : Est-ce que c’est possible qu’un individu vienne au monde avec une sorte de mode d’emploi pour la relation avec la présence des forces et sa vie matérielle ?

BdM : On vient au monde… On vient au monde programmé différemment selon le rôle qu’on a à jouer sur la Terre.

DM : C’est le rôle qui établit le mode d’emploi ?

BdM : C’est le rôle qui établit le mode d’emploi, donc un être, par exemple, qui devrait avoir sur la Terre un rôle très spirituel, bon, comme je ne sais pas moi… Teresa de Calcutta…

DM : Qui a besoin d’avoir un gros corps astral ?

BdM : Elle a un corps astral très très vibrant, qui lui permet à elle, de supporter une présence spirituelle suffisamment élevée, pour qu’elle soit protégée contre, par exemple, des abus contre son corps physique, comme la maladie.

DM : OK.

BdM : C’est ça qui permet à ces êtres-là de ne pas être touchés par la malaria, par exemple, ou pas être touchés par la mort. Ça, ça fait partie de leur service, puis ça c’est tout connecté, puis ça modifie constamment les gènes, le code génétique.

DM : OK. Maintenant, disons, par rapport à cette personne-là, est-ce que c’est possible qu’elle ait ça au niveau du corps astral, mais qu’elle n’ait pas un corps éthérique aussi développé qu’un autre ?

BdM : Si elle avait un corps éthérique trop développé, elle ne pourrait pas faire ce qu’elle fait parce qu’une fois que le corps éthérique est trop développé, l’Homme devient très électrique. Vous avez remarqué que les êtres qui sont spirituels, sont des êtres qui ont très très peu d’électricité, dans le sens que ce sont des êtres qui ne sont pas violents. Comme je disais tout à l’heure, ils ont de la difficulté, même ça va contre leur nature d’utiliser l’énergie négative.

Alors qu’un être qui a une conscience éthérique ou un corps éthérique très développé, peut être très très électrique, peut utiliser, peut engendrer, puis travailler avec des forces négatives de très très haut calibre, parce que ça, ça fait partie de la contestation qui fait partie du contact entre le corps éthérique, puis sa conscience mentale. La relation entre la conscience mentale, puis le corps éthérique, est très développé chez l’Homme qui a de la contestation…

DM : Mais le corps astral est très…

BdM : Le corps astral est simplement là pour veiller au maintien de sa vie naturelle.

DM : OK. Mais il n’est pas développé lui, à ce moment-là ?

BdM : Il est développé mais il n’est pas utilisé comme chez l’Homme inconscient ou comme chez l’Homme spirituel. Ce qui est réellement utilisé chez l’Homme de cette nouvelle vague de vie, c’est le corps éthérique, puis son système électrique, son système nerveux, et son mental, son plan mental supérieur. Et ça ensemble, ça crée ce que j’appelle une personne, c’est-à-dire un être qui n’est pas tellement affecté par les impressions qui font partie de sa génération. Puis il n’est pas non plus affecté par les impressions créées en lui par vocation spirituelle, par des entités spirituelles ou des guides spirituels.

Un guide spirituel, probablement qu’il me parlerait moi, ça serait un peu comme un petit gars en troisème année qui parlerait à un professeur universitaire, ça fait qu’il n’y aurait pas de relation entre cette entité-là puis ma personne, à cause de la fusion. Alors, pour qu’un Homme conscient qui a une conscience éthérique suffisamment développée, soit capable d’entretenir un dialogue intérieur, il faut que le dialogue soit fait avec des entités de haut niveau, pas des êtres spirituels, mais des êtres comme… Des êtres qui… Soit des Archanges planétaires, soit des êtres qui ont le rôle de se présenter à lui comme étant des avatars du temps, c’est-à-dire des êtres qui ont la capacité instantanément de l’instruire.

Je parle de l’instruire, je ne parle pas de lui donner de l’information ou de le rendre intelligent. Je parle de l’instruire, autrement dit de lui donner de la clarté dans l’Esprit, c’est leur rôle. Le reste, ben, c’est de la fusion, c’est de la relation de fusion avec eux autres. Puis ça, jusqu’où ça va aller dans l’évolution de l’Homme, on va le voir au cours des siècles. Mais c’est définitif que l’Homme, éventuellement, doit reprendre le contrôle de son territoire psychique, c’est-à-dire que l’Homme doit en arriver un jour à être capable de penser par lui-même et de programmer sa science. Ce qui n’a pas été fait pendant l’involution !

Pendant l’involution, notre science a été programmée, on est allé à l’école, on est allé à la religion, on est allé à l’ésotérisme, à l’occultisme, on a été imprimé des notions venant de l’extérieur de soi, alors que dans l’évolution, l’Homme sera capable de se programmer lui-même. Et en se programmant lui-même, l’Homme va découvrir tous les mystères, c’est-à-dire qu’il va reconnaître les plans de sa conscience mentale qui ont été, par le passé, voilés à sa conscience ou masqués à sa conscience, pour le garder dans une forme d’ignorance quelconque, afin de protéger son Esprit, qui n’était pas suffisamment développé au niveau mental, mais qui était suffisamment développé au niveau émotionnel.

DM : Mais est-ce qu’on se programme, jeune ?

BdM : On se programme à partir du moment où on commence à venir en confrontation occulte avec la lumière.

DM : C’est là, le début de la programmation dont vous parlez ?

BdM : Oui.

DM : On a une programmation astrale aussi ?

BdM : Oui, la programmation astrale, elle se coupe ou elle diminue et elle s’avorte en proportion où la programmation mentale s’exécute. Autrement dit si on part de la fusion de 69, la programmation astrale est très grande, l’Homme, l’initié très spirituel, ainsi de suite. Mais au fur et à mesure où il avance au cours des années dans sa souffrance initiatique, la programmation astrale s’ajuste, elle s’ajuste, elle s’ajuste, elle s’ajuste. La vie devient de plus en plus sous son contrôle, mais la guerre avec les forces devient plus grande, ce qui amène éventuellement à un apex de confrontation que j’appelle l’intégration, ce qui était mon cas en 1984.

À partir du moment où l’intégration est faite, l’Homme n’est plus sous le contrôle de l’invisible, il est dominé par l’invisible mais il n’est pas sous le contrôle de l’invisible, il y a une grosse différence. Être dominé par l’invisible, ça veut dire avoir un grand rapprochement avec ta source. Parce que ta source, ça fait partie de toi, ça fait partie de ton mental. Si l’Homme n’avait pas de source, il n’aurait pas de pensées, il serait un animal.

Donc l’Homme est dominé par la lumière, mais il n’est pas contrôlé par elle quand il l’a intégrée. Mais pour l’avoir intégrée, il faut qu’il ait lutté contre elle. Mais quand on dit “lutté contre elle”, on veut dire lutter contre quoi ? Ce n’est pas nécessairement que l’Homme lutte contre la lumière, mais il lutte contre le mensonge cosmique qui a été utilisé par l’invisible pendant des siècles, pour le garder dans une forme d’ignorance involutive ou une forme d’ignorance progressive qui a créé chez lui un ego.

Une fois que ça, c’est fait, à ce moment-là l’Homme passe à travers le mensonge cosmique, puis c’est là qu’il est capable de commencer à décréter la réalité. C’est l’Homme lui-même qui décrète la réalité. Moi je ne peux pas me concevoir, je ne peux pas concevoir qu’un être m’apparaisse en conscience double chez nous, et m’invite à accepter les doctrines comme, par exemple, Alice Bailey l’a fait avec le Tibétain.

Si le Tibétain venait chez nous, ben, il faudrait qu’il retourne avec de la nouvelle connaissance. Cette nouvelle connaissance là, il faudrait qu’elle vienne de la fusion, donc il faudrait qu’elle vienne de ma lutte, donc il faudrait qu’elle vienne de ma confrontation avec ma source. Donc à ce moment-là, éventuellement, l’Homme en fusion pourra sur la Terre venir en contact avec des matérialisations qui viennent d’autres mondes et les instruire dans leur retour.

Alors que dans le passé, quand ces êtres-là venaient dans le monde de l’Homme, c’est eux autres qui instruisaient les Hommes, c’est le Tibétain qui a instruit Alice Bailey. Tandis que si je reprends le travail d’Alice Bailey, si je reprends son feu cosmique, par exemple, et que je parle ou que j’explique le feu cosmique, je vais le parler dans des termes qui ne feront pas plaisir au Tibétain, et qui, probablement, ennuierait énormément Alice Bailey, qui est une grande dame. Pourquoi ? Parce que plus l’Homme entre en conscience de fusion, plus l’Homme devient libre.

Et être libre, ça va bien plus loin que ce que l’on pense. Être libre, ça veut dire en arriver à détruire toute la mémoire de l’Humanité. La mémoire de l’Humanité qui a été expérimentée par l’âme, autrement dit en incarnation, ou la mémoire de l’Humanité qui a été développée à cause du contact entre des êtres qui sont venus d’ailleurs et l’Homme réceptif. Il y a deux niveaux de mémoire à l’Humanité. Donc une mémoire humaine qui est purement matérielle, animiste, expérimentale, puis il y a une mémoire humaine qui est communiquée. Les religions ça fait partie de ça, Moïse, le Christ, je ne sais pas moi… Alice Bailey, pas Alice Bailey mais le Tibétain ! Alors, il faut que ça soit cassé, bon !

Là, je vous rapproche un petit peu plus dans le temps pour vous montrer ce que je veux dire. Là, au Tibet, par exemple, ils ont un nouveau Dalaï lama… Ils le prennent toujours petit, petit jeune. Bon ! Lui est censé être la réincarnation de Bouddha. Donc pour le peuple tibétain, historiquement parlant, spirituellement parlant, c’est nécessaire, ça fait partie de la mémoire de la race. Ça fait qu’ils ont ce petit-là, puis un jour il va mourir, puis il va y en avoir un autre petit ici, parce qu’ils prennent toujours des petits, parce que des petits ça se contrôle, ça se cultive.

Ça fait que si tu dis à un petit gars de six ans qu’il est le Bouddha, qu’il est une réincarnation du Bouddha, il va grandir avec la conscience d’être Bouddha, pour remplir ce rôle spirituo-social là. Il ne va pas contester ça, il est petit. Bon ! Mais s’il t’arrive un gars de dix-neuf, vingt ans au Tibet, qui a écouté de la musique rock, puis qui a entendu du Stallone, qui a vu des films américians, puis tu lui dis que c’est le Bouddha, il va te dire : “Veux-tu aller chier toi, je m’en vais”… Il va prendre son sac, puis il va s’en aller. Il ne sera pas intéressé d’être Bouddha, c’est arrivé avec Krishnamurti. Krishnamurti, ils ont voulu faire un bouddha de lui, puis il a dit : “Moi je m’en vais, bonjour”. Parce qu’il sentait qu’il n’était pas Bouddha, comprends-tu ? Bon !

Ça fait que pour un Homme conscient, c’est un petit peu la même chose ! Un Homme conscient, dis-lui pas que c’est un Bouddha parce qu’il va te “bouder” à mort ! (rires du public). Tu sais, tu ne peux pas conter une histoire, une salade… L’invisible ne peut pas conter d’histoire ou de salade à un Homme conscient qui a intégré. Si tu n’as pas intégré, ils peuvent t’en conter ! Si tu as intégré, tu es conscient du mensonge cosmique, ainsi de suite. Puis éventuellement, tu vas les “fighter”, puis là tu vas les forcer à te révéler la non fondation de leur contact, de leur information, puis c’est là que tu avances, puis tu avances, puis tu avances, puis tu avances.

Ça fait que finalement ils vont admettre qu’il y a de la manipulation, ils vont admettre qu’il y a une certaine sorte de mensonge, mais ils vont te dire pourquoi ! Puis ils vont te dire que c’est pour te tester, pour voir si ça “pogne”. Tester pour voir si tu crois, ainsi de suite, ainsi de suite, ainsi de suite. Parce que ça se fait des deux bords, c’est pas des caves, tu sais ! Comme j’ai déjà dit, l’intelligence c’est bien bien intelligent ! Par contre, l’Homme va devenir très très intelligent aussi !

DM : Vous semblez dire que toute votre science vient d’un combat avec eux autres ?

BdM : Toute la science, pas ma science, la science vient d’un combat avec eux autres parce que la science c’est l’exercice de notre droit de contester l’autorité. De la science, ce qu’on appelle de la science, la science matérielle positiviste du dix-neuvième siècle, ça a été un combat contre l’Église !

DM : Oui, oui, c’est vrai !

BdM : Alors, la science, c’est toujours ultimement un combat, une lutte contre l’autorité, parce que le pouvoir ne se dissout pas par bonne volonté. Un Homme qui a l’impression que le pouvoir… Quand je parle du pouvoir, je ne parle pas nécessairement du pouvoir matériel – on le sait au niveau du pouvoir matériel que ça se fera pas de même, les dictateurs il faut que tu les fasses sauter – mais au niveau occulte, il y a des dictatures qui existent. Il y a des dictatures sataniques qui sont très très puissantes, puis ces dictatures sataniques là sont très très grandes, sont très grandes en contrôle !

Puis leur contrôle est totalement… Se fait totalement à travers le monde de la mort, se fait totalement à travers la conscience involutive, la conscience de la race humaine. Ça fait que c’est très vaste ces mondes-là, et ces hiérarchies-là sont très puissantes parce que l’Homme n’a jamais contesté l’autorité. C’est pour ça que dans un sens, les religions ont été nécessaires pendant l’involution, parce que l’Homme était à un stage de développement qui nécessitait un support psychologique, au niveau de son émotion, parce que la vie sur la Terre était très difficile.

Puis le corps mental n’était pas suffisamment développé pour que l’Homme entreprenne seul, en tant qu’individu – et je dis seul, en tant qu’individu – une guerre à froid contre les forces occultes de sa religion ou de son environnement social. L’Homme aurait été… Si j’avais été au Moyen Âge, j’aurais été passé à la guillotine pendant l’inquisition ! Même si la guillotine a existé un petit peu plus tard… C’était la hache !

Tandis qu’avec l’évolution du corps mental maintenant, l’Homme est suffisamment mûr ou prêt psychologiquement pour faire de la confrontation une assise de sa science future, comme on le fait en science, comme on le fera demain dans la science occulte. Donc demain, l’Homme créera réellement une fondation solide au niveau de la connaissance, c’est pour ça que comme j’ai toujours dit, l’Homme détruira lui-même l’ésotérisme sur la Terre. Il détruira l’ésotérisme ! Et quand je parle de l’ésotérisme, je parle de l’ésotérisme qui représente une proportion spirituelle de sa conscience en évolution.

C’est cet ésotérisme-là, puis ce qui restera, ça sera simplement une science très très occulte, très avancée, qu’on peut appeler aujourd’hui une psychologie supramentale, c’est-à-dire une psychologie qui ne se pense pas, mais qui se découpe de son inconscience planétaire et qui fait partie de sa guerre avec les plans.

DM : Le propre des gens qui ont cette conscience-là, on dirait qu’ils l’apprennent par la parole ?

BdM : Ils l’apprennent par la parole parce que quand tu parles, tu ne réfléchis pas, tandis que quand tu penses, tu réfléchis. Puis en réfléchissant à travers la pensée, tu es obligé de t’assujettir à l’intrusion dans ta tête d’une certaine entité.

DM : Quand il y a réflexion !

BdM : Parce qu’on ne réalise pas tellement nous autres là, mais quand tu es chez vous assis à ton bureau, puis tu penses là, tu penses, tu penses n’importe quoi, bon, ben, l’Homme lui, quand il pense n’importe quoi dans sa tête, ce qu’il pense là, c’est le souffle qui vient d’une entité sur un niveau quelconque. Il ne le réalise pas. C’est ça de l’inconscience. Tandis qu’un Homme qui est conscient, pourquoi est-ce qu’il pense qu’il ne pense pas dans sa tête ? Parce qu’il sait que la pensée dans sa tête, c’est un souffle qui vient d’une entité. Ça fait qu’à ce moment-là, ce qu’il fait, c’est qu’il dépolarise la pensée, il enlève de la pensée, l’émotion, et à travers sa lutte contre l’invisible, il parle donc il crache. Et c’est ça le feu cosmique !

Le feu cosmique, c’est la capacité qu’a l’Homme de retourner sur lui-même le rayon de la création. Alors que dans le cas d’Alice Bailey, le rayon de la création passait à travers l’Homme, le spiritualisait, et faisait de lui un être méditatif permanent, pour comprendre ce qu’on appelle les mystères. Alors que dans le cas de l’évolution, l’Homme, à travers la parole conscientisée qui va résulter de la guerre avec les plans, l’Homme va retourner contre les forces, ce fameux feu cosmique.

C’est un petit peu comme… Si t’avais un soldat dans le désert qui enverrait une fusée : le rayon de la création. Il envoie une fusée vers la personne, puis la personne serait assez puissante pour faire dévier la fusée pour qu’elle retourne vers celui qui l’a émise. C’est ça que l’Homme nouveau va faire ! Bon, ben, le processus de faire dévier la fusée pour qu’elle revienne à sa source et fasse éclater l’illusion que la source a créé, ça demande beaucoup de conscience mentale, ça demande une capacité d’utiliser l’énergie négative à un niveau suffisamment développé pour que l’Homme soit réellement électrifié quand il parle.

Ça fait que quand il parle, il n’a plus besoin de penser, il n’est plus dans la pensée, il est dans l’exercice de son droit de surmonter la domination, donc de surmonter la pensée, donc de détruire ce que la pensée, si elle était soufflée, créerait dans sa tête. À ce moment-là, une fois qu’il a fait ça, s’il revient à l’intérieur, puis qu’il parle à l’intérieur et qu’il communique avec la source, il dit à la source, par exemple : “Ce que j’ai dit ce soir, c’était ça”… La source va dire : “Oui”. C’est la seule façon que la source va dire OUI.

DM : Quand on communique là, c’est tout ça qui se passe ?

BdM : Quand on communique par la parole, autrement dit que le feu cosmique est réellement renversé, autrement dit que le rayon de la création, il est retourné vers la source, à ce moment-là c’est ce qui se passe. Puis c’est le seul moyen, c’est le seul temps dans la vie de l’Homme sur la Terre où on peut dire que l’Homme instruit l’invisible ou les mondes des morts ! C’est là que l’Homme instruit les morts !

DM : Mais généralement, la parole…

BdM : Excusez… Si tous les Hommes aujourd’hui là, étaient conscients, et que les Hommes quand ils parlent instruiraient les morts, parce qu’automatiquement ils le feraient par la parole, à ce moment-là la civilisation terrestre changerait instantanément, parce que les morts ne pourraient plus troubler l’Esprit humain. Ça fait que toute la dynamique de la civilisation se métamorphoserait dans un clin d’œil ! Donc notre civilisation telle qu’elle est, se romprait, se briserait, se fracturerait ! Donc c’est le monde la mort qui garde la civilisation dans ses conditions actuelles, dans son statu quo.

DM : Mais on ne veut pas nécessairement enseigner aux morts, quand on veut parler…

BdM : Non, non, non, ça se fait. Un voyant qui serait dans la salle pourrait voir qu’il y a des entités dans la salle un peu partout, qu’ils sont là, puis qu’ils voient, puis qu’ils prennent des notes !

DM : OK.

BdM : Alors l’Homme… Plus l’Homme va être conscient, plus l’Homme va réaliser que son rôle sur la Terre, ce n’est pas de souffrir, son rôle sur la Terre ultimement, c’est de renverser le rayon de la création. Et ça, c’est une des raisons pourquoi la fusion est si importante pour les sphères, parce que les sphères sont arrivées à un niveau de développement tellement avancé que la perfection, pour eux autres, c’est devenu un obstacle, ils sont trop perfectionnés… Ils sont trop perfectionnés !

Quand on pense, par exemple, aux Archanges planétaires, les Archanges planétaires sont des êtres qui ont suffisamment d’intelligence et de puissance de feu en tant qu’êtres, qui sont à plusieurs niveaux, morontiels, ces êtres-là sont de plusieurs multiples, morontiels. Un Homme qui meurt en conscience morontielle, il a un certain niveau de morontialité, dans le sens qu’il est capable de faire certaines choses dans l’univers invisible qui est proche de sa planète, par exemple, ou dans d’autres univers matériels, mais au niveau éthérique.

Tandis que ces êtres-là ont des feux tellement grands qu’ils sont capables de voyager instantanément au centre de l’univers. Ils sont capables d’aller à l’Île du Paradis, et de revenir dans un instantané, ce qui veut dire qu’ils sont capables de totalement renverser les lois du temps et de l’espace. Ils ont la capacité de comprendre l’infinité à des échelles d’intelligence tellement vastes qu’un être comme eux autres qui communiquerait instantanément avec l’Homme, à l’échelle où ils sont dans la vibration universelle, détruirait l’Homme ! L’Homme se dématérialiserait instantanément !

Donc ces êtres-là vivent dans des atmosphères protégées qu’on appelle “des ciels”, et ces atmosphères protégées là sont des royaumes. Ce sont des centres de civilisation, ce sont des univers qui font la gestion de tout ce qui existe dans l’univers local. Ils s’occupent des âmes, ils s’occupent des incarnations, il s’occupent de la création du corps morontiel, du développement du corps morontiel.

Ils s’occupent des anciennes civilisations, par exemple, ils s’occupent des Indiens de la quatrième race-racine, qui n’existent plus (durant l’Atlandide). Ils s’occupent de les relocaliser dans l’espace local pour donner à l’Homme moderne une mémoire, pour les Hommes qui ont eu une connexion avec ces êtres. Ils sont extrêmement occupés, mais la gestion qu’ils font de tous les Feux, c’est-à-dire de toutes les âmes, c’est une gestion qui est totalement préprogrammée, dans le sens qu’ils ont la science, non pas infuse, mais ils ont la science instantanée à l’échelle de leur pénétration de l’Île paradisiaque.

Quand ils vont dans l’Île paradisiaque, leur taux vibratoire monte. Quand ils reviennent, ils sont tellement chargés qu’ils sont capables de prendre en charge des univers totalement neufs. C’est extraordinaire ces êtres-là, mais nous autres on ne peut pas penser à ça, parce que si tu commences à penser à ça, tu capotes ! Si tu visites ces mondes-là en astral, éventuellement ton cordon se brise, parce que ces mondes-là sont trop éloignés.

Si tu fais ce que l’Homme fera au niveau du corps morontiel, à ce moment-là l’Homme viendra en contact avec des civilisations qui sont réellement merveilleuses, mais qui ne seront merveilleuses seulement quand l’Homme aura totalement contrôlé les forces de l’âme qui assujettissent sa conscience, alors qu’il est incarné sur le plan matériel et qui font de lui un être planétaire, c’est-à-dire un être qui n’est pas capable de sortir de son corps matériel à volonté.

DM : De son vivant, là ?

BdM : De son vivant ! L’Homme devrait techniquement pouvoir sortir de son corps matériel à volonté. À volonté, ça veut dire que l’Homme devrait être capable d’utiliser sa totale mémoire quand il veut. Et ça, s’il y a des raisons pour lesquelles ce n’est pas fait dans un certain temps… Puis une des raisons fondamentales, c’est que si l’Homme faisait ça, à ce moment-là il utiliserait des facultés qui appartiennent à son développement dans des univers parallèles.

Et s’il utilisait ça dans un monde comme le nôtre, à ce moment-là il deviendrait un être qui mettrait en danger l’équilibre de sa civilisation, parce qu’il refoulerait les lois du temps, il refoulerait les lois statistiques, il refoulerait les lois de la gravité, il refoulerait tout ce qui fait partie de notre science. Autrement dit du statu quo à l’intérieur duquel, psychologiquement, on est capable de se développer en tant que scientistes, en tant que penseurs, ou en tant qu’êtres très très profanes qui essaient de conserver un certain équilibre dans un corps matériel, sur une planète en voie d’expérimentation.

DM : Mais ces Archanges-là, si je comprends bien, ont la capacité ni plus ni moins de ralentir l’évolution ou de l’accélérer ?

BdM : C’est eux autres qui créent le dynamisme évolutif, évolutionnaire. C’est eux autres qui créent la conscience évolutionnaire. C’est eux autres qui créent le temps, qui établissent le temps, puis les coordonnées spatiales qui vont permettre à l’Homme, éventuellement, de pouvoir voyager dans des mondes parallèles au niveau de sa conscience morontielle. Donc ce sont des êtres qui sont très occupés, par contre ils sont tellement en puissance que leur grand régime, ça fait partie de leur perfection.

C’est pour ça qu’ils ont besoin de l’Homme, donc ils ont besoin des échelles d’évolution inférieures avec lesquelles ils composent depuis très longtemps, pour en arriver finalement à pouvoir créer de nouveaux mondes, de nouvelles conditions d’évolution, nouvelles façons d’utiliser l’énergie, nouvelles façons de créer des images tridimensionnelles, qu’on commence un petit peu à percevoir au niveau de la technique moderne, par exemple, des hologrammes, ainsi de suite, qui iront beaucoup plus loin, plus tard, quand l’Homme sera capable de projeter, puis de créer des images en trois dimensions à partir de son mental, ainsi de suite.

Ça fait que c’est des êtres très occupés, et l’Homme, le rôle de l’Homme dans cette évolution future là, c’est d’en arriver à pouvoir traiter avec eux autres, vivre avec eux autres, en relation avec eux autres, sur un pied suffisamment équilibré alors qu’il est dans son corps matériel, pour en arriver, une fois qu’il sera en conscience morontielle… Pour avoir suffisamment de conscience pour pas retourner à la forme astrale, puis là réellement commencer une nouvelle évolution qu’ils attendent depuis très lontemps.

Parce que l’Homme, éventuellement, sur le plan morontiel de la Terre ou sur le plan morontiel d’autres planètes, sera un être extrêmement bien vu au niveau cosmique, parce qu’il aura l’avantage d’avoir connu le principe de l’Amour au lieu d’avoir simplement saisi ce qu’est la puissance créative du mental, que tu retrouves, par exemple, chez des extraterrestres, qui sont réellement pas des lumières !

DM : Pourquoi c’est pas des lumières ?

BdM : Ils ne sont pas des lumières parce qu’ils ne sont pas capables de composer avec une fraction de la mémoire de l’Humanité. Ils sont obligés de vivre leur expérience en fonction de la diminution de leur espace vital. Puis le fait qu’ils vivent leur conscience en fonction de la diminution de leur espace vital, ça les mène à utiliser leur science contre l’Homme. Puis c’est pour ça que vous avez dans certains cas, des abductions.

Vous avez des hommes ou des femmes qui disparaissent, vous avez différents phénomènes sur la Terre qui se produisent contre la volonté humaine, et ça, ça va contre les lois cosmiques. Ces êtres-là n’ont pas le droit de faire ça, pourquoi ? Parce que l’Homme est un être de lumière, puis dans les registres universels, c’est très très clair qu’une conscience incarnée n’a pas le droit de dicter la courbe d’évolution d’une autre conscience incarnée.

La seule conscience qui a le droit de dicter une courbe d’évolution, c’est une conscience non incarnée, et les êtres non incarnés, ce sont les Archanges planétaires. Ils ont la capacité, le droit de dicter une courbe d’évolution parce qu’ils sont “pleine intelligence”, ils sont “totale intelligence”. Ils sont des intelligences les plus perfectionnées, alors que des êtres qu’on appelle “extraterrestres” ou des êtres qui sont étrangers à la conscience de notre planète, ne sont pas nécessairement des êtres très très évolués au niveau de la science du mental.

Ce sont des êtres qui sont très évolués au niveau de la science matérielle, ils ont une grande science de la matière, ils ont la capacité de matérialiser, dématérialiser des objets, leur corps même, mais ils n’ont pas la capacité de morontialiser leur Esprit. Et tant qu’un être n’a pas la capacité de morontialiser son Esprit, il n’est pas en fusion. S’il n’est pas en fusion, il ne comprend rien ! Donc les Hommes un jour auront suffisamment de science pour instruire d’autres intervenants qui sont dans l’univers local et qui viennent, de temps à autre, pour démontrer à l’Humanité qu’il existe d’autres êtres dans l’univers que, l’Homme lui-même.

DM : Merci beaucoup, Bernard. À la prochaine ! (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut