DM-102 Grandes qualités versus grands défauts

“DM : Bernard, j’aimerais qu’on se relance sur la finale de la première rencontre, première partie, où on parlait des ratés, puis des gens qui vivent une impression profonde de ne pas pouvoir développer dans leur vie une construction quelconque. Comme la deuxième partie, c’est les grands défauts qui accompagnent les …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Daniel Ménard (DM) : Bernard, j’aimerais qu’on se relance sur la finale de la première rencontre, première partie, où on parlait des ratés, puis des gens qui vivent une impression profonde de ne pas pouvoir développer dans leur vie une construction quelconque. Comme la deuxième partie, c’est les grands défauts qui accompagnent les grandes qualités, est-ce que l’individu qui serait dans l’impression de vivre le fait d’être raté dans l’existence, est-ce que c’est un individu qui met toujours l’accent sur ses défauts, puis qui ne voit pas ou qui n’est pas capable de mettre en relief ses qualités ?

Bernard de Montréal (BdM) : Non. Un raté, c’est une personne qui n’a pas pris conscience par elle-même d’être en puissance. Autrement dit c’est une personne qui est trop astralisée, puis qui ne bénéficie pas suffisamment de sa propre lumière, de sa propre intelligence. Puis il y a beaucoup de raisons, il faudrait regarder chaque individu en particulier, pourquoi est-ce qu’une personne se sent ratée. Premièrement il y a la culture, il y a le choc culturel, il y a des impressions qui ont été créées dans la jeunesse puis qui ont fermé les centres, ou qui ont astralisé les centres. Un raté c’est toujours une personne qui est astralisée.

Si vous me posez une question là, pour fixer ça clair, un raté c’est une personne qui est astralisée. Une personne qui va se sortir de cette impression-là, c’est une personne qui, un jour, va prendre conscience qu’elle est astralisée, si on le regarde du point de vue de la psychologie réellement de l’Esprit. Une personne qui un jour prend conscience qu’elle est astralisée, automatiquement va en arriver à se sortir de l’impression d’être un raté.

L’impression d’être un raté, ça fait partie de l’expérience de l’âme, ça fait partie de la souffrance de l’ego, puis ça fait aussi partie des illusions de l’ego. À partir du moment où une personne commence à comprendre un peu les lois occultes du mental, qu’elle connaît les mécanismes de la pensée, qu’elle connaît la réalité de l’astral, à ce moment-là la personne peut commencer à neutraliser le bombardement astral sur sa conscience mentale. Et éventuellement, elle en arrive à bénéficier d’un passage de plus en plus grand de lumière.

Éventuellement elle commence à prendre conscience que l’impression d’être ratée, c’est réellement une illusion, c’est réellement une impression qui peut être effectivement très “renforcie” par le système, très “renforcie” par la culture, très “renforcie” par nos amis qui ne sont pas nos amis, des vrais amis, très “renforcie” par des patrons qui ne sont pas réellement des grands patrons mais des “petits culs” de patrons, ainsi de suite, ainsi de suite. Puis être raté, c’est un lourd fardeau de l’âme c’est évident, mais aucun Homme n’est un raté.

DM : Bon, vous mettez beaucoup l’accent sur le fait d’être en puissance, les gens qui ont généralement des titres quelconques… Se donnent généralement de la puissance sur le titre qu’ils ont, est-ce qu’on est capable de vivre sa puissance sans vivre des titres ? Est-ce qu’il est possible pour l’individu d’avoir la conscience que ses qualités ou la reconnaissance, ou le travail réel qu’il fait pour exemple, juste être honnête, intègre, compétent avec les gens, respectueux avec son environnement, est-ce que c’est suffisant pour être en puissance avec les autres ?

Une personne qui n’a pas de diplôme, qui n’a pas de titre dans la vie, qui n’a pas été favorisée karmiquement par une famille riche ou en moyen pour l’envoyer dans un milieu éducationnel où elle pouvait aller chercher un titre quelconque, est-ce qu’elle peut être en puissance dans la vie sans développer des titres quelconques ?

BdM : Les titres, ça fait partie de la systématisation de l’éducation, les titres sont purement psychosociaux, sont purement nécessaires à la formation de liens entre le système social et l’Homme. Un titre, ça valorise l’ego au niveau de l’intellect, mais la conscience, ça ne valorise pas l’ego au niveau de l’intellect. La conscience ça met l’ego en puissance, il y a une différence. Autrement dit un Homme peut avoir des titres, mais ne pas être en puissance. Ce n’est pas parce que vous avez un titre, vous avez un doctorat ou vous avez une maîtrise à l’Université que vous êtes en puissance.

Autrement dit, vous pouvez avoir des titres puis être des ratés, mais vous allez être des ratés qui vont apparaître moins comme des ratés, parce que vous avez un titre. Vous allez être psychiquement ratés, vous allez avoir un titre, mais vous n’êtes pas capables d’avoir une famille comme du monde, vous n’êtes pas capables de prendre soin de votre famille, vous n’êtes pas capables d’avoir des relations avec les Hommes, qui sont réellement lumineuses. Parce que votre conscience sociale est fondée sur un titre.

Vous n’êtes pas des gens réels, donc automatiquement, vous ne pourrez pas amener à la société de la lumière, vous allez amener de l’ombre qui peut être reconnue dans la société mais qui, pour l’Homme, est totalement insuffisante. Donc il faut faire le partage des choses, il ne faut pas tomber non plus dans l’illusion de dire : “Bon, ben, l’éducation ce n’est pas important”, parce que c’est très important l’éducation. Par contre, un Homme qui n’a pas été favorisé comme vous dites – il y a beaucoup de gens qui n’ont pas été favorisés – doit en arriver un jour à comprendre, puis à savoir qu’être un raté, c’est une retenue de son énergie. Être raté, c’est parce que ton énergie est retenue sur les plans.

DM : À cause de quoi ?

BdM : À cause de ta mémoire, à cause de l’âme, à cause de ton astralité, puis il faut que l’Homme connaisse ça, ces mécaniques-là. Un fois qu’il connaît ça, là, à ce moment-là cette retenue d’énergie là commence à se modifier, à se modifier, puis se modifier, puis éventuellement l’Homme commence à prendre conscience. Donc en prenant conscience, il commence à entrer en puissance. Il va commencer à voir la vie différemment, il va rencontrer des gens, il va les voir différemment, ainsi de suite.

Puis il va passer d’un niveau astral à un niveau mental, puis éventuellement ça va sauter ça ! Il va se produire quelque chose dans sa vie, puis là, il va cesser d’être un raté. Je vais vous donner un exemple personnel. Moi quand j’étais à l’Université, quand j’ai vécu la fusion en 69 aux États-Unis, puis quand j’ai vécu la fusion, quand j’ai vécu la fusion en 69 à l’Université, ça a été tellement fort que ça m’a projeté complètement en dehors de l’Université.

Donc autant j’étais, entre parenthèses, un intellectuel, autant j’aimais l’Université, autant j’aimais les sciences, la fusion ça m’a totalement projeté à un point où j’ai été obligé d’aller tout de suite dans la jungle mexicaine pour pouvoir me récupérer un peu. Puis des années après, j’étais incapable de fonctionner en société, parce que le choc était trop grand, puis je devais en arriver graduellement à tout rétablir ces énergies-là.

Même si je connaissais, même si je savais que je commencerais à travailler en telle année, ainsi de suite – oubliez le fait de la voyance – le choc qu’a créé la fusion, techniquement, ça a fait de moi un “raté” dans le sens que je ne pouvais plus utiliser les outils que l’Université me façonnait pour travailler dans le monde. Puis j’ai été comme ça pendant des années de temps. Puis j’ai rencontré ma femme. Ma femme m’a aidé, ainsi de suite. Là vous allez dire, comme je disais tout à l’heure : “Je savais que je devais travailler dans telle année”. Mais pendant ce temps-là, l’ego il vit tout un traumatisme.

Bon, ramenez ça sur le plan de l’Homme, inconscient sur le plan psychologique, où l’ego vit des choses, ce n’est pas une fusion mais c’est d’autres choses, il vit des chocs dans sa vie, puis il ne connaît pas les lois derrière ça, puis il vit le symptôme d’être un raté, puis il n’y a personne, parce qu’il n’est pas capable de connaître les lois occultes par lui-même, donc il n’y a personne pour l’aider à se sortir de tout ça. Bon, il traîne, puis il traîne la patte, puis il traîne la patte jusqu’à tant qu’il crève.

Puis ça, ça doit être cassé, puis ça se casse, mais il faut que l’Homme prenne conscience qu’être raté, c’est entre tes deux oreilles. Ça fait que dans ta tête, ça va te le dire que tu es raté, parce que l’astral va toujours diminuer l’Homme d’une façon ou d’une autre. Si l’Homme connaît les lois occultes, ce qui commence à être le cas maintenant, éventuellement l’Homme va se sortir de ceci, puis l’Homme va passer à une puissance, puis éventuellement, ça va prendre quelques années.

Mais éventuellement il va en arriver à trouver son rythme puis se fixer, mais il va être obligé de démolir ce qui se crée en lui, il va être obligé de transmuter sa mémoire, il va être obligé de voir les choses d’une façon totalement intelligente, c’est-à-dire qu’il va être obligé de voir que ses pensées sont réellement manipulées dans sa conscience, et à ce moment-là un jour ça va sauter.

DM : Est-ce que l’origine de l’impression d’être raté, ça vient du fait que les autres nous prennent toujours à défaut ?

BdM : Le fait que les autres nous prennent en défaut, ça fait partie des aspects occultes de la vie, c’est comme l’histoire du patron ça, quand tu as un patron ou tu as un professeur à l’école, quand il arrive, il passe à côté de toi, il voit toujours une faute. Un patron qui est moindrement un patron, il passe à côté de toi puis il voit toujours une faute. Les gens qui sont au-dessus de nous hiérarchiquement, nos voient toujours des fautes – parce qu’on en fait – puis on dirait qu’il y a un tiiming, la vie est faite de même.

Il y a un timing. Ah ! Il arrive toujours à temps. Tu manges des biscuits puis il arrive, il ouvre la porte puis il te voit manger le biscuit. Puis ça, ça fait partie de la synchronicité, ça fait partie de l’occulte de la vie, puis on ne les connaît pas ces lois-là, donc automatiquement on les subit psychologiquement. Puis il y a des gens qui ont été démolis, il y a des gens qui ne sont pas capables d’arriver au travail à neuf heures le matin. Ils arrivent toujours à neuf heures cinq, neuf heures dix, neuf heures quinze.

Puis il y des gens qui vivent ça très fortement, puis il y en a qui perdent leur job, ça fait qu’il y a toutes sortes de choses comme ça qui font partie de ce que j’appelle les immondices astrales de la vie, c’est une “game”, la vie c’est une “game”. Quand la vie, tu la connais, quand tu es en contact avec les plans, la vie c’est une “game”, ça devient une science. Mais tant que l’Homme est inconscient, la vie c’est une “game”, puis automatiquement on est victime de la “game”.

C’est comme quand tu vas chez Starbucks, tu viens pour ouvrir la porte, c’est marqué “Entrée”, tu rentres où c’est marqué “Fermé”, tu prends toujours la mauvaise porte, tu ne rentres pas direct, tu prends la mauvaise porte. Puis ça fait partie des lois de la vie, tout ce qui doit aller mal doit aller mal, ça fait encore partie des lois de la vie, tout ce qui doit aller mal, la fameuse loi de Murphy. Donc éventuellement tu la connais la “game”, puis éventuellement tu la fais sauter la “game”. Un Homme qui se sent raté un jour, il faut qu’il la fasse sauter, puis cette “game-là” se passe dans sa tête, puis c’est évident que l’inconscience, la société, les mœurs, les gens qui sont inconscients vont toujours servir à confirmer ça, qu’on est un raté, parce que ça fait partie de l’expérience de la conscience expérimentale.

Alors qu’un Homme qui est dans une conscience créatrice, il ne vit aucunement sous la domination de cette expérience-là, puis éventuellement, il en sort, il s’en sort, puis c’est pour ça qu’il en arrive à être en puissance. C’est une grande souffrance de se sentir raté, puis ça peut durer des années de temps. Mais l’Homme qui est capable de prendre conscience des mécanismes occultes de ceci, éventuellement, être raté ça devient un rite de passage.

DM : Un rite ?

BdM : Oui, c’est un rite de passage. Vous avez deux façons de vivre l’impuissance. Vous la vivez inconsciemment parce que ça fait partie de votre “petit pain”, ou vous la vivez consciemment, puis ça devient un rite de passage. Si ça devient un rite de passage, éventuellement vous allez vous en sortir, dans ce sens que vous allez vous créer des outils pour en arriver à vous sentir bien dans votre peau, et vous allez perdre la mémoire d’être ratés. Vous allez perdre la mémoire parce que vous n’aurez plus, vous ne vous attacherez plus les mêmes valeurs à votre vie psychologique. Vous ne vivrez plus par rapport au monde, vous ne vivrez plus par rapport à ce que les gens demandent, vous ne vivez plus par rapport à ce que le système nécessite, vous vivrez par rapport à ce que vous êtes.

Bon, je vais vous montrer un homme qui a souffert pendant des années d’être raté, XX, cet homme-là, je vais vous conter un petit peu sa vie, quelqu’un de différent. Cet homme-là c’est un artiste de plusieurs années, c’est un homme qui a été défavorisé dans son éducation dans le sens qu’il a eu une “deuxième forte”, quelque chose comme ça, “deux, troisième forte”.

Donc l’école ça n’a pas fait partie de son expérience, c’est un homme qui a toujours fait une recherche intérieure, pendant des années, puis des années, puis des années. C’est un homme qui, pour compenser le fait qu’il était raté socialement, a toujours eu la force intérieure, la fierté personnelle, de bien s’habiller, de bien se vêtir, de se créer au moins un personnage extérieur, pour compenser par le fait que, psychologiquement, il ne pouvait pas réellement se produire en société.

Puis au cours des années, il en est arrivé à être capable de supporter le joug, la souffrance d’être raté, puis il a été capable de transmuter ça dans une sorte de conscience depuis dernièrement, où il se sent suffisamment bien avec lui-même. Donc pour un homme comme ça, je suis obligé d’avoir beaucoup de respect, parce que c’est un homme qui a beaucoup souffert au niveau de l’ego. Bon, ça, c’est un cas particulier qui est un cas suffisamment extrême.

Puis si vous le regardez cet homme-là, dans le cadre, dans les valeurs de la société, ça serait un raté, puis vous le regardez, il peut avoir l’air d’un avocat, il peut avoir l’air d’un médecin, il peut avoir l’air d’un homme qui fonctionne très bien, puis il a toujours été comme ça, hein ! Puis il était comme ça dans les périodes les plus difficiles de sa vie, il a toujours eu le courage de se présenter au monde avec les petits moyens qu’il avait, de sorte que le monde ne pouvait pas voir qu’il était réellement techniquement raté.

Donc aujourd’hui il ne se sent plus comme raté. Pourquoi ? Parce qu’il a su transmuter l’égrégore astral de sa conscience. Puis il y en a combien de personnes là-dedans, dans le monde, qui sont comme ça et qui en arriveront un jour à réaliser que, se sentir ratées, c’est simplement l’épuisement de l’âme. C’est l’âme qui n’a pas la puissance, elle est épuisée par les conditions extérieures à sa conscience.

Mais une fois que l’Homme va connaître les lois occultes de l’âme, les lois occultes de l’Esprit, puis les lois occultes du mental, puis les lois occultes de la pensée, que l’Homme va réellement avoir une science intégrale de tout ce qui se passe entre ses deux oreilles, une science qui dépasse de beaucoup les conventions puis l’écléctisme ésotérique ou occulte de l’involution, l’Homme va devenir réellement un être de lumière, un être en puissance, à quelque niveau que ce soit qu’il se situe en société, il va toujours être bien dans sa peau. À ce moment-là, être raté, ça n’existera plus pour lui.

DM : Est-ce que c’est vrai, Bernard, qu’une personne, disons, qui est exposée à un bombardement quasi continu d’obstacles, de limitations, de restrictions, peut en arriver, s’il ne change pas sa perception des tests qu’il a, peut en arriver à vouloir comme ça, détruire, puis aborder la vie dans un processus d’autodestruction ?

BdM : Oui parce que… Ça, c’est intéressant cette question-là, je vais vous dire une chose, la vie sur la Terre, elle est totalement programmée pour la faillite, et quand je dis totalement programmée pour la faillite, je veux dire que la vie sur la Terre, elle sert d’expérience à l’individu et à l’Humanité. Hitler a été programmé pour la faillite, Napoléon a été programmé pour la faillite. L’Homme est programmé pour la faillite. , vous allez dire : “Il y a des gens entre les deux qui ne sont pas programmés pour la faillite”, ces gens-là ont des rôles particuliers parce que la programmation ne peut pas être toute pour la faillite, il n’y aurait pas de construction.

Mais une grande majorité de l’Humanité est programmée pour la faillite parce que l’astral n’aime pas que l’Homme sur la Terre soit heureux, et il va falloir un jour que l’Homme comprenne que l’astral, donc le monde de la mort, qui est en contact avec l’Homme subliminalement, n’aime pas que l’Homme soit heureux, parce que l’Homme est contrôlé par les forces ahrimaniennes. Donc quand l’Homme est programmé pour la faillite, ce n’est pas le fait qu’il est programmé pour la faillite qui est un problème, c’est qu’il ne soit pas capable d’utiliser les obstacles pour la transmutation morontielle de sa conscience, c’est-à-dire pour l’élimination psychologique des valeurs de son moi, des valeurs négatives de son moi.

Vous êtes toujours en adoration devant les grands musiciens, les grands artistes, les grands joueurs de football, les gens des olympiades, les gens qui commencent à cinq heures le matin, quand ils ont quatre ans, puis cinq ans, puis qui en arrivent à dix-sept, dix-huit ans, à décrocher la médaille d’or. Vous êtes toujours en admiration. Vous êtes toujours en admiration devant les gens qui ont “who made it” (qui ont réussi), mais vous ne connaissez pas les souffrances que ces gens ont eues.

Les gens qui gagnent des médailles d’or, ce sont des gens qui ont brûlé beaucoup d’astral, ils ont réellement transmuté beaucoup de faiblesse chez eux pour en arriver à ça. C’est la même chose pour l’Homme. Les obstacles de la programmation font partie de “l’olympiade” de la conscience humaine sur la Terre. Et l’Homme un jour, il va falloir qu’il connaisse suffisamment les lois occultes pour comprendre que les obstacles sont la mesure future de sa grandeur. Plus un Homme doit devenir grand, plus il y aura d’obstacles dans sa vie, moins un Homme doit devenir grand, moins il y aura d’obstacles dans sa vie. Parce que les obstacles sont la mesure de la capacité de sa lumière de s’imprimer dans l’âme pour que l’ego, finalement, devienne transparent et qu’il y ait matérialisation sur la Terre de la lumière.

Donc c’est évident que… Pour que l’Homme en arrive à être en puissance… Et quand je parle de puissance, je ne parle pas de succès, ce n’est pas parce que vous avez du succès dans la vie que vous êtes en puissance. Être en puissance, ça veut dire être en rayonnement, être totalement dans son intelligence puis être conscient de l’infinité du processus de cette intelligence-là, à travers et au-delà des limitations de l’âme.

Un Homme qui est dans son intelligence n’est plus contrôlé par les forces de l’âme, c’est comme s’il a une conscience morontielle, c’est comme si le “périsprit” de l’âme est totalement neutralisé, il reste simplement le noyau qui est connecté avec la lumière et qui crée ce que j’appelle la fusion. Et un Homme qui est en puissance n’a plus sur la Terre, à un certain moment donné, à s’inquiéter de la survie, parce qu’il est en puissance.

Ce qui veut dire que, quelles que soient les conditions qui se produisent, il aura toujours la force intérieure, le Feu, pour les transmuter, pour les briser, puis finalement se projeter à des hauteurs qu’il ne pourrait pas atteindre s’il n’y avait pas ces obstacles-là. Donc les obstacles dans la vie qui font partie de la programmation de l’âme, doivent être un jour utilisés par l’Homme, et c’est ça que l’Homme ne fait pas. Pourquoi il ne le fait pas ? Parce que souvent ces obstacles-là, pour lui en tant qu’individu, sont plus grands, plus grands que lui, et un obstacle n’est jamais plus grand que l’Homme. Un obstacle n’est jamais plus grand que sa lumière, un obstacle n’est jamais plus grand que sa réalité, parce que l’obstacle est toujours astral. Il est toujours astral.

DM : Donc c’est strictement une perception qu’on a ?

BdM : C’est strictement une perception qui fait partie de notre éducation, qui fait partie de notre conditionnement, c’est une perception qu’on dépasse virtuellement quand on regarde des gens qui ont fait le saut, mais qu’on n’est pas capables, nous autres, de se donner. Après ça, on a tendance à dire : “Bon, ben, eux autres ils sont chanceux, son père était riche, il pouvait faire du ski à cinq ans”, ou “lui, son père était médecin, il pouvait aller à l’école”. Mais ça ne change pas le fait que ces gens-là ont des problèmes pareils. Mais ça fait partie de l’expérience sociale.

Puis aujourd’hui ce qui arrive, puis c’est ça qui m’inquiète, c’est qu’il y a tellement de tout ça, le commerce, le capital, la capitalisation des talents a fait tellement de héros dans le monde que, plus on va, plus on se sent “p’tit cul”, puis p’tit cul”, puis “p’tit cul”. Toi tu fais 4,95 de l’heure, puis l’autre elle chante, puis elle fait quatre millions de l’heure. Là, si tu commences à regarder ça, tu es fait ! Pourquoi ? Parce que tu vas commencer à te comparer. Puis tu ne peux pas te comparer dans la vie. Se comparer, c’est totalement astral ! Puis moi, je sais que se comparer, c’est un des outils les plus dangereux utilisés par l’astral pour empêcher que l’Homme entre dans son énergie.

C’est très grave, puis on dirait que tout le système nous conduit à nous comparer. Ça fait que tu fais ça pendant des année, puis des années, puis des années, puis des années, puis des années, l’astral, la programmation qui rentre en jeu, puis le boss qui te voit toujours faire des erreurs, puis toi qui arrives, tu n’es jamais capable d’arriver à l’heure le matin comme l’autre employé arrive à l’heure, ainsi de suite, ça fait qu’automatiquement, tu n’es pas capable de voir ! Puis tu ne peux plus te voir, tu vois toujours l’autre.

Ça fait que l’Homme va être obligé de se réinventer complètement, puis il va être obligé de se sortir de la psychologie sociale, la psychologie qui émane de la conscience de sa race, de la conscience de son peuple, de la conscience de ses nations, puis l’Homme éventuellement, il va être obligé de se forger sa propre psychologie, c’est-à-dire sa propre science de lui-même, point final ! Pus quand il va faire ça, il va réaliser que ça prend des “couilles de bronze”, ça prend beaucoup de force intérieure, ça prend une science.

On commence à l’avoir cette science-là. Ça demande une diminution graduelle de la spiritualité involutive qui a tendance à faire de nous des petits Hommes, de faire de nous des Hommes qui sommes “au service de”, soit au service des Églises, des religions ou des dieux. L’Homme va être obligé de se prendre en main un jour, parce qu’il ne deviendra jamais intelligent, il ne saura jamais qu’est-ce que c’est de l’intelligence, il va penser que de l’intelligence, c’est ce qui se passe à l’Université de Montréal !

Ce n’est pas de l’intelligence ça, c’est seulement des facultés basées sur un mémoriel très développé. Donc un Homme qui a une grande mémoire peut assimiler beaucoup de connaissances qui viennent de tout partout, et on va dire de lui qu’il est intelligent, donc on ne réinvente pas la roue c’est évident, puis c’est utile qu’on ait une mémoire pour pouvoir continuer le processus d’évolution progressive de la conscience de la race.

Mais le phénomène de l’intelligence, c’est totalement occulte, c’est ultimement morontiel, et ça nécessitera que l’Homme, éventuellement, en arrive à comprendre que seul lui, peut être maître de lui-même. Ça fait que tant que l’Homme va laisser le monde ou les conditions extérieures devenir maître de lui, s’imprimer sur lui, l’affecter, l’influencer, le manipuler, automatiquement ces forces-là vont faire de lui un petit Homme, et il ne pourra jamais être en puissance.

Et quand il va regarder ce qui se passe dans la société pour des raisons de capital, pour des raisons de conversion ahrimanienne de toute l’énergie, l’Homme va voir des héros, puis on va devenir des “heroes worshipers” (adorateurs de héros), puis c’est ce qui se produit maintenant. Tu regardes dans les chambres de nos enfants, Elvis Presley c’est un héros, l’autre Schwarzenegger c’est un héros, puis l’autre… C’est abominable, c’est une infraction à sa propre conscience d’avoir un besoin de se reconnaître des héros.

Là, vous allez dire… Bon, ben… Vous allez interpréter ça psychologiquement, vous allez dire : “Bon, ben, peut-être que ça encourage les jeunes à aller plus loin” ! Ce n’est pas Schwarzenegger ou James Bond qui va engager un jeune à aller plus loin. Le jeune il doit aller plus loin par lui-même.

DM : C’est ça !

BdM : Tu te compares à James Bond, t’es fait à l’os ! Tu ne pourras jamais tirer de même, tu ne pourras jamais faire l’amour comme lui, t’sé ! Ça fait qu’il n’y a rien à faire avec la conscience des héros. Je vais faire une conférence un jour sur ça. Pendant l’involution, nos héros c’était les saints, Jean-Baptiste, je ne sais pas moi, bon, on avait des héros, le Christ est un héros, la sainte Vierge c’est un héros, pendant qu’eux autres c’était des héros, nous autres on est devenus des zéros ! (rires du public).

Ben là, c’est changé parce qu’on est dans une ère plus matérielle, là ce n’est plus le Christ, ce n’est plus la sainte Vierge qui est un héros, peut-être que le Christ est un extraterrestre pour du monde, puis la sainte Vierge c’est sa copine, puis là c’est rendu Schwarzenegger, puis un autre, puis un autre. Puis il va falloir qu’on arrête ça un jour parce qu’on va… C’est comme le Peuple Québécois, le Peuple Québécois il va falloir qu’il se prenne en main un jour, sans ça c’est des Américains qui vont être des héros, ça va être les Japonais qui vont être des héros.

Si tu veux avoir des héros, ben, au moins créez-vous en au Québec, prenez les gens de la Beauce, les entrepreneurs de la Beauce qui sont des héros, prenez Bombardier (inventeur) qui est un héros, ces gens-là, au moins prenez des gens de chez vous qui sont des héros. Mais il va falloir que l’Homme éventuellement se secoue puis qu’il prenne conscience que la personne la plus importante dans le monde, c’est lui. Vous ne pouvez pas vivre par rapport… À ce moment-là, vous allez commencer à rentrer en puissance, sinon vous ne serez jamais en puissance.

Moi je rencontre bien du monde dans ma vie, de l’Est, de l’Ouest, des mystiques, des non mystiques, des “mastiques”, des moines, des pas moines, des maîtres, puis sans parler de ce que je rencontre sur les plans, puis laissez-moi vous dire une chose, il n’y a personne dans mon expérience, dans ma vie, dans mon expression de vie qui, pour moi, peut être un héros. Ça n’existe pas pour moi “héros”.

Je veux bien rencontrer des gens sur différents plans qui sont intelligents, je veux bien rencontrer des intelligences, je veux bien rencontrer des êtres de lumière, mais “arrivez-moi” pas avec du “héros”, parce qu’à ce moment-là vous allez contre les lois de la fusion, vous allez contre les lois de l’intégration, vous allez contre les lois de la solarisation, vous allez contre les lois cosmiques de l’Homme qui demandent qu’éventuellement, un jour, la fusion se fasse, c’est-à-dire que la lumière, l’âme et l’ego se fondent, et que l’Homme devienne réellement un être créateur.

Une fois que l’Homme est créateur, il peut s’ajuster avec toutes sortes d’Hommes créateurs, ça fait que le respect il est là, la hiérarchie n’existe plus, c’est rien que le respect de l’intelligence, donc moi je respecte votre intelligence, je respecte votre lumière. Vous, vous restez dans votre identité, moi je reste dans la mienne, ça fait que comme ça, on est bien ! Mais si vous commencez à vivre par rapport à moi, moi je commence à vivre par rapport à vous, on est faits à l’os tous les deux ! Bon, ben, c’est ça que l’Homme fait !

L’Homme n’est pas capable de demeurer dans son identité. Là, vous allez dire : “Nous autres on est chanceux”, on n’est pas chanceux parce qu’on a vécu nos expériences, il n’y a pas un être humain sur la Terre qui est chanceux, mais un jour, l’Homme, il faut qu’il en arrive à réellement comprendre que sa conscience ou la conscience de l’évolution, ou la conscience supramentale, appelez ça comme vous voulez, l’évolution future de l’Humanité est basée sur la capacité de l’individu de reconnaître essentiellement sa source, c’est-à-dire sa relation avec sa source, c’est-à-dire sa capacité d’intégrer sa source.

Puis c’est ça l’évolution, c’est pour ça que ça se fera sur une base totalement individuelle, puis les gens qui seront dans cette conscience-là se ficheront de tout ce qui se passe dans le monde, puis ils vivront, puis ils feront ce qu’il y a à faire, puis ils en arriveront à des plans de conscience qui sont totalement extra-psychologiques, extraplanétaires, totalement morontiels. Ça, ça fait partie de l’évolution de la conscience sur la Terre, ça fait partie de l’évolution jupitérienne. En attendant, il est temps qu’on arrête de vivre par rapport aux autres, puis qu’on arrête de voir telle personne, ou telle personne comme des héros, parce que quand vous les rencontrez… (Coupure enregistrement)… DM : (…) Vous avez déclenché une coche trop haut pour moi, parce que ce n’est pas ça que je voulais dire, ce que je voulais savoir, c’est : Est-ce que l’individu qui se place en situation pour être en puissance dans la vie, c’est un individu qui est capable d’affronter tous les obstacles indépendamment de la peur de mourir ?

BdM : Ça dépend de sa capacité, ça dépend de sa puissance, tout dépend de sa puissance. La puissance, je vais vous la définir la puissance de l’Homme nouveau. La puissance de l’Homme nouveau c’est la génération instantanée de sa conscience morontielle. C’est la capacité instantanée de sa fusion de détruire tout ce qui dans l’âme fait partie de son passé. C’est sa capacité en tant qu’être planétaire d’être à la fois matériel et à la fois éthérique, c’est la capacité de l’Homme de transmuter instantanément toute sa mémoire pour être instantanément simplement “conscience cellulaire”.

C’est sa capacité d’être à la fois sur le plan matériel, sur le plan astral, sur le plan mental. C’est sa capacité de ne pas être capable de se servir de son passé pour s’instruire de son présent. C’est pour ça que dans l’avenir de la race, les Hommes ne seront plus capables de s’occuper de ce que, dans le passé de l’involution, qui fut très nécessaire, a servi à l’évolution de l’Homme.

Un Homme conscient n’appartient plus au passé. Un Homme conscient sera obligé, demain, de se construire son avenir en fonction de la fusion morontielle de son corps mental supérieur, de l’âme et de son croisé qui est l’ego, autrement dit l’Homme va réinventer la science psychologique, et éventuellement l’Homme réinventera la science matérielle lorsqu’il sera capable de traiter avec ces énergies-là et de ne plus les amener sous le contrôle des forces ahrimaniennes.

C’est inutile pour l’Homme de penser qu’est-ce que c’est de la conscience. De la conscience, c’est un état de fait, c’est un état d’esprit. De la conscience, c’est la présence de l’Esprit à travers l’âme, à travers l’ego, la conscience ça n’a rien à voir avec la spiritualité. La conscience c’est de l’intelligence intégrale, et la définition de l’intelligence intégrale n’a rien à voir avec la définition que nous avons de l’intelligence involutive. Puis ça fait partie d’un processus évolutif, ça va venir jusqu’à l’évolution jupitérienne.

L’Homme ne peut plus aujourd’hui, quand il a une certaine conscience vibratoire, il ne peut plus vivre, supporter d’être dans le moindre ombrage de sa conscience. Donc l’ego est transparent, c’est naturel. Le respect de sa conscience, le respect de son être, le respect qu’il véhicule par rapport aux Hommes, ça fait partie de la conscience, il n’y a pas d’effort. Sa puissance, ça fait partie du rayonnement de sa conscience à travers l’âme puis à travers l’ego, donc il n’y a pas d’effort.

Un Homme qui est conscient, qui est intelligent créativement parlant, vous ne pouvez pas lui dire : “Ben, vous êtes intelligent”, ce n’est pas de sa faute, ce n’est plus une intelligence mécanique, ça fait partie de sa fusion, ça fait partie de son taux vibratoire. Donc toutes les qualités, toutes les normes, toutes les mesures, tous les éléments qui, dans l’involution, ont servi à mesurer ce qu’on n’était pas, demain ces mêmes éléments serviront à construire ce qu’on doit devenir.

DM : Qu’est-ce que vous vous voulez dire par construire ?

BdM : Ça veut dire que l’Homme ne pourra pas sentir d’obstacle dans la vie, parce qu’il aura la capacité, à cause de sa puissance, de terminer son lien avec l’astral. Les obstacles qu’on vit dans la vie, sont tous une mesure d’un lien karmique, font tous partie d’un karma qu’on doit transmuter. Puis l’Homme va le faire, il n’a pas le choix de le faire, parce qu’il y a trop de science qui va venir. Ce qu’on a appris depuis vingt ans sur la Terre, ça va être quoi dans cinquante ans, ça va être quoi dans soixante-quinze ans, dans deux-cents ans !

Ça va être quoi quand l’Homme va pouvoir communiquer de l’information par télépathie, de l’information qui ne peut pas être transmise psychologiquement ! Ça va être quoi quand l’Homme va pouvoir projeter son corps éthérique pour faire de la conversation avec des Hommes sur la Terre ! Ça va être quoi quand l’Homme va être capable de sortir l’Homme de son corps matériel pour l’amener sur le plan éthérique pour lui faire voir les sciences de l’évolution jupitérienne !

Ça va être quoi quand l’Homme va réellement sortir de l’involution, ça va être une autre vie, ça va être un autre monde, ça va être un autre temps ! Ça va être quoi quand l’Homme va venir en contact avec d’autres intelligences ! Donc l’Homme va être obligé, dans la mesure où ça fait partie de son évolution, l’Homme va être obligé de mettre un arrêt complet sur tout ce qui se passe dans ses deux oreilles et qui l’empêche d’être en puissance, puis ça, c’est notre astral. L’Homme nouveau n’aura aucun maître, l’Homme nouveau n’aura aucun maître !

Puis c’est difficile pour nous autres de nous imaginer ça, puis de comprendre ça, parce qu’on n’est pas capables de s’imaginer aujourd’hui qu’il y a des êtres dans le monde, dans l’univers, avec lesquels on peut avoir des relations, sans aucune hiérarchie. Pourquoi ? Parce qu’on a été dominé pendant l’involution par les forces hiérarchiques ahrimaniennes. Tout ce qui était hiérarchique s’est imposé sur la conscience de l’Homme, a alourdi la conscience de l’Homme, c’est abominable !

On commence à en sortir, n’allez pas trop loin, retournez vingt ans en arrière, vingt-cinq ans en arrière, la période politique sociale religieuse du Québécois, la période Duplessis, la révolution tranquille, puis ça fait quoi ? Vingt ans ! Donc il va venir un point, puis ça, ça va faire partie de la conscience de l’Homme, l’Homme ne pourra pas plus avoir de maître, l’Homme ne pourra plus avoir de maître à penser, il n’y a personne qui va pouvoir penser plus loin que lui, parce qu’il ne pensera plus ! Parce que tant que tu penses, t’es fait !

Quand tu ne penses plus, là tu commences à être intelligent. Mais c’est dur pour l’Homme de s’imaginer ça, que quand tu arrêtes de penser, tu commences à être intelligent, et tant que tu penses, t’es fait ! Pourquoi ? Parce qu’on a consolidé la pensée à un tel point qu’on a fait de l’Homme un être totalement rationnel, on a séparé l’invisible du matériel. Quand l’Homme est en contact avec l’invisible, il n’a plus besoin de penser, il n’a rien qu’à “placoter” avec, puis il comprend. C’est une synthèse, c’est instantané l’affaire.

Mais par contre, l’Homme est encore spirituel, ça fait qu’il y a une période de transmutation qui doit se faire pour que, réellement, le contact avec ces plans-là se fasse d’une façon totalement intelligente, sans émotion, sans spiritualité. Sans ça, on va être fait encore, et on va devenir encore une autre sorte d’oiseau, des gens qui ne sont pas capables de connecter la lumière avec la matière. Donc on ne sera jamais capable réellement de créer une science de la matière ou une science de l’Homme basée sur la conscience morontielle.

DM : Moi, Bernard, je vous écoute puis j’ai l’impression que pour être en puissance, ce n’est pas nécessaire d’avoir de l’expérience, on dirait que l’expérience c’est une mémoire qui bloque même la possibilité d’être en puissance…

BdM : Pour être en puissance, il faut être capable de détruire les reliquats de l’expérience.

DM : Qu’est-ce que vous entendez par reliquats ?

BdM : Les reliquats de l’expérience, c’est votre mémoire, votre mémoire qui vous fait agir d’une certaine façon, votre mémoire qui vous fait toujours fonctionner par rapport à votre personnalité, votre mémoire qui, automatiquement, fait de vous des êtres “prédictibles”, des êtres qui n’ont aucune flexibilité psychique, on dirait qu’on est sur deux rails. Ce que vous appelez des défauts puis des qualités, des défauts puis des qualités c’est polarisé. Ça ne vaut rien des qualités puis ça ne vaut rien des défauts. Il faut que l’Homme soit intelligent, point final. Un Homme qui est intelligent, il n’a pas de défauts puis il n’a pas de qualités. Nous on a des défauts, on a des qualités, on est coupé en deux, ça fait qu’on est programmé avec des défauts puis on est programmé avec des qualités, ça fait qu’on est faits à l’os !

DM : On se mesure là-dessus !

BdM : Si tu es programmé pour avoir des qualités, comme t’es fin, puis t’es bon, puis t’es gentil, à ce moment-là, il y a quelqu’un qui va te “requiner”, il va te manger tout rond. Puis si tu es programmé pour pas être fin, pour pas être ci, pas être ça, là le monde ne va rien faire avec toi, parce que c’est pas du monde ! Ça fait que tu es fait à l’os ! Ça fait que d’une façon ou d’une autre, tu es fait à l’os ! Il va falloir un jour que l’Homme sorte de cette polarité des défauts puis des qualités. Les défauts puis les qualités, c’est rien qu’une mémoire de la mort à travers l’expérience de l’ego sur la Terre. C’est abominable avoir des qualités, c’est abominable avoir des défauts.

DM : Pourquoi ? Parce que c’est fixe ?

BdM : C’est polarisé, ce n’est pas réel ! Avez-vous déjà vu ça une bonne personne qui ne se retourne pas de bord puis qui devient pas bonne ?! En avez-vous déjà vu du monde (des gens) qui sont bons, ça parle du bon Dieu, babababa, puis un jour, “when the chips come down” (quand les choses s’effondrent), tu es réellement dans la merde, tu as besoin d’un “break” puis ils ne sont pas là ! Ils ne sont pas là ! Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas de permanence, ils ne sont pas réels. Je vomis sur la spiritualité, j’ai peur de ça !

DM : Est-ce que ça veut dire que vous aimez le matérialisme ?

BdM : Non, non, non, non, non, un beau “char”, c’est un beau “char”, c’est beau un “char” !

DM : Tant que ça ne coûte pas trop cher ! (rires du public).

BdM : Tant que ça ne coûte pas trop cher !

DM : Dans le sens large du terme ! L’évolution, Bernard, d’une personne… BdM : La raison pour laquelle je dis que je vomis sur la spiritualité… Parce que j’ai plus de respect pour l’Homme inconscient, grossier, matériel, que l’Homme qui a vu un petit peu de l’autre bord, puis qui se prend pour un autre, c’est ça que je veux dire. J’ai bien plus de respect pour un bon forgeron qui travaille puis qui ne connaît pas ça, les sciences spirituelles, puis les sciences occultes, puis toutes ces “bébelles-là”, puis qui fait de son mieux avec ce qu’il a, ou un bonhomme de compagnie qui fait son mieux avec ce qu’il a que, les gens qui ont commencé à tremper un petit peu dans les sciences marginales, ils ont commencé à évoluer un petit peu là, puis qui se prennent pour des prophètes, puis qui se prennent pour des ci, puis qui se prennent pour des ça. Parce qu’il y a un orgueil là-dedans, puis l’orgueil spirituel, c’est beaucoup plus vicieux que l’orgueil matériel.

Un bon intellectuel à l’Université de Montréal qui a travaillé pendant des années de temps pour devenir médecin, pour aller chercher un doctorat, il est fier d’avoir un doctorat, c’est rien que ça qu’il voit, il a une conscience matérialiste, “no problem”, il coupe, il t’opère, il te donne des pilules, il fait, selon lui, de son mieux.

Mais nous autres, quand on commence, à cause de notre sensibilité… On est peut-être un petit peu plus évolués spirituellement puis psychiquement, puis on commence à rentrer dans d’autres domaines là, tout d’un coup on se retourne contre tout ce qui est matériel ! C’est là qu’on perd nos moyens, puis après ça, on commence à flotter, puis on commence à perdre notre “ground”, puis on ne s’intéresse plus à notre famille comme avant, puis là on veut aller dans le plan astral, puis on veut faire de la télépathie là !

À ce moment-là on regarde ce qui s’est passé pendant l’involution, la science, la médecine, même les religions, puis on n’est plus capable de les voir dans leur fonction réelle ! Parce qu’on n’a pas de conscience de leur importance involutive, ça fait qu’on développe un petit orgueil spirituel. Moi je vomis sur ces gens-là, moi je suis réellement anti-ça ! (intervention inaudible d’une participante)… BdM : Ça me “dégonfle”, c’est pour ça que c’est mieux de pas me rencontrer, parce que c’est effrayant !

DM : Bernard, on remarque souvent dans la vie que les gens qui sont fortement démunis matériellement parlant, c’est des gens qui font une recherche spirituelle, on est d’accord là-dessus ?

BdM : “No problem”.

DM : Bon. Ces gens-là font une recherche, les gens qui sont fortement fortunés font moins de recherche, parce qu’eux autres ils pensent qu’ils ont tout trouvé parce qu’ils ont des comptes de banque assez solides, merci !

BdM : Oui, mais ce n’est pas nécessairement qu’ils ont tout trouvé, ils sont contents, ils ont travaillé à leur niveau, puis ils ont fait ce qu’ils avaient à faire, puis ces gens-là sont nécessaires dans le monde.

DM : Oui, oui, c’est correct !

BdM : Que des gens qui fassent une recherche spirituelle soient démunis, c’est normal, parce que ça fait partie… La lumière a besoin de faire souffrir l’âme pour qu’elle ploie. Ce qui me fatigue, c’est les entre-deux !

DM : Oui, des deux bords !

BdM : Les entre-deux ! Non, non, non, moi j’aime mieux un bon gars matériel qui fait ses affaires puis qui pense que la réalité est à l’intérieur de l’espace-temps, puis tous les scientistes là, ça se “deale” là, il est là au moins ! Il est constant là, il n’y a pas de “bullshit”, OK. “Prouves-y”, tu veux parler de lévitation, tu veux parler de ci, “prouve-moi les”, puis il a le droit, hein, il a le droit, il ne faut pas prendre les scientistes pour des cons !

Je vais vous dire une chose, il va falloir un jour que les Hommes comprennent qu’à quelque niveau d’évolution que l’Homme soit rendu, soit que l’Homme est rendu au niveau de la science matérielle, vous voulez parler de la matérialisation, vous voulez parler de la matérialisation du plan astral à travers une télévision, vous voulez prouver qu’il y a des entités qui viennent chez vous dans votre télévision, qui rouvrent votre télévision, qui projettent des images sur votre télévision, “no problem”, ces gars-là sont intéressés à ça, il ne faut pas penser que les scientistes ne sont pas intéressés à ça, les scientistes sont traités de scientistes, mais “prouve-moi les” !

Puis l’Homme a, et l’Homme doit demander éventuellement une preuve. Et un jour, les Hommes qui travailleront avec les forces universelles seront obligés, de par leur propre expérience, d’en arriver à forcer les forces universelles, je parle des forces de la lumière, à descendre cette énergie-là ici et la faire, la preuve, parce qu’un Homme qui ne peut pas, demain, faire la preuve, puis travailler avec les forces universelles puis faire la preuve, puis la descendre dans la matière, cette énergie-là, c’est un Homme qui n’a pas intégré encore ! Et automatiquement, cet Homme-là sera pris entre les deux !

Puis il va falloir un jour que l’Homme soit capable de descendre cette énergie-là sur la matière pour que les Hommes qui sont scientifiques, ou que les Hommes qui ne croient pas à ça, puissent voir qu’il y a plus à la réalité que l’espace-temps matériel, mais c’est à l’Homme conscient de la faire la preuve, puis l’Homme conscient sera obligé de la faire la preuve, à travers sa propre épreuve. Parce que les forces cosmiques ne vont pas donner à l’Homme le pouvoir sur la Terre, tant qu’il n’aura pas totalement transmuté ses corps, parce que ces forces-là ne sont pas intéressées à ce qu’on recrée sur la Terre le cycle atlantéen et le cycle ahrimanien. Ça, c’est définitif.

Ça fait que la preuve, elle va prendre son temps avant de venir. Il y a des Hommes qui vont la faire venir, mais les Hommes vont la faire venir, la preuve ne viendra pas à la Terre à travers les forces de la lumière. Ça, vous allez être obligés de le comprendre un jour, l’Homme va être forcé de le comprendre un jour, puis il n’y a rien à faire contre ça. Puis c’est pour ça que je parle de l’Homme en puissance. L’Homme en arrivera un jour à être en puissance, il la fera la preuve, parce qu’il sera capable de mettre les forces cosmiques au mur.

Puis mettre les forces cosmiques au mur, ça nécessite une totale déspiritualisation de son plan mental, ça veut dire une totale brisure avec le passé de l’Humanité qui est un passé involutif, incarnationnel, atlantéen et qui fait partie de la cinquième race-racine. Quand l’Homme va rentrer dans sa conscience intégrale, sa conscience morontielle, dans le secret de sa fusion, l’Homme va savoir des choses que les forces sont “willing” (prêtes) qu’il sache, seulement dans la mesure où il est capable de leur arracher le secret.

Ça fait que quand vous parlez de spiritualité, puis que vous parlez d’évolution spirituelle, vous parlez de chemin spirituel, tous les chemins mènent à Rome, oui tous les chemins mènent à Rome, mais vous allez comprendre que rendu à Rome, il y en a un autre. Puis ce chemin-là qui est le vôtre, qui est celui de l’Homme dans sa propre fusion, c’est seulement lui qui le connaît, c’est seulement lui qui va le vivre, puis éventuellement l’Homme en arrivera finalement à confronter les forces de la lumière, puis il faut qu’elles soient confrontées ces forces-là, un jour, parce que l’Homme a été dominé pendant l’involution.

Quand le Christ dit sur la Terre : “Mon père et moi nous sommes UN”, demain dans la prochaine évolution, après le signe du Poisson, quand l’Homme va rentrer dans l’âge du Verseau, l’Homme pourra dire : “Mon père et moi nous sommes UN”, mais il ne sera plus capable de dire qu’il habite dans la maison de son père. Autrement dit il ne pourra pas dire qu’il agit sous la volonté de son père, parce que la fusion va faire en sorte, un jour, que l’Homme soit obligé de descendre de la verticalité de sa relation pour établir une horizontalité de relation. Et tant que l’Homme ne pourra pas faire ça, l’Homme demeurera un être spirituel.

Il demeurera probablement un atlantéen, mais il ne sera pas une conscience morontielle, et il n’aura pas commencé son cycle jupitérien sur la Terre et il ne pourra pas venir en relation directe, éthérique, télépathique avec les forces qui sont locales dans l’univers, sur la Lune, Mars, Jupiter, Vénus, la Terre, et d’autres systèmes dans la galaxie.

Ce qui est écrit dans les livres aujourd’hui sur la Terre, ce que les initiés, les grands initiés ont écrit sur la Terre, ça fait simplement partie d’un aspect virtuel de la conscience cosmique, et cet aspect virtuel là contient des conditions tellement abominables, que les Hommes qui entreront dans le secret de la fusion ne pourront plus demain parler aux Hommes de la Terre, ils ne pourront plus ! Parce que, ce que ces Hommes-là sauront, ça fera partie de la gestion d’une nouvelle librairie universelle.

Les “Records Akashic” (annales akashiques) seront totalement fragmentées, les morts seront obligés de renaître sur la Terre, se réincarner ou aller sur d’autres planètes, et éventuellement il y aura totalement une épuration de la population sur la Terre, parce qu’éventuellement les âmes ne pourront plus reconnaître dans le corps humain une valeur karmique d’incarnation.

Donc le temps où les Hommes ont appris des Hommes, le temps où les Hommes ont étudié la science cosmique, le temps où les Hommes ont pensé la science cosmique, c’est révolu demain, parce que la seule chose qui va permettre à l’Homme de réellement intégrer, descendre l’énergie sur le plan matériel, rentrer dans une conscience morontielle, puis finalement atteindre son niveau de conscience aînée, et le droit qu’il a à parfaitement savoir, parfaitement manipuler les énergies, parfaitement s’introduire dans des temps parallèles, ce droit-là il fait partie de la conversion de l’énergie, et il ne fait pas partie des droits hiérarchiques des forces ahrimaniennes, lucifériennes, ou cosmiques sur la Terre.

Autrement dit ce que nous les Hommes, nous avons appris pendant l’involution, nous l’avons appris parce que nous avons été protégés par le fait que nous étions des êtres pensants réflectifs. À partir du moment où un Homme réfléchit, il est fait, il ne peut pas savoir rien. Il peut avoir des connaissances, il peut réfléchir la connaissance, mais un Homme qui est dans le savoir, autrement dit l’Homme qui est dans une fusion de conscience n’est plus intéressé à de la connaissance.

Son rôle en tant qu’être morontiel, son rôle en tant qu’être fusionné, son rôle en tant qu’Homme nouveau, son rôle en tant que nouvelle génération humaine planétaire, non expérimentale, totalement créative, est celui de détruire la mémoire de l’Humanité. Puis c’est quoi la mémoire de l’Humanité ? C’est tout ce que nous pensons. C’est quoi la mémoire de l’Humanité ? C’est toutes les façons dont nous pensons. Et il va falloir un jour que l’Homme soit capable de détruire la façon dont il pense pour en arriver à cesser d’être un être pensant, d’être un être réflectif et de devenir un être totalement télépathe.

Son taux vibratoire va monter dans ce processus-là, c’est évident. Puis éventuellement, l’Homme va devenir télépathique, l’Homme va pouvoir communiquer avec d’autres intelligences, l’Homme va pouvoir avoir une conscience extratemporelle, alors qu’il est dans son corps matériel, l’Homme va être capable de communiquer avec le monde de la mort, l’Homme va être capable de rentrer dans le monde de la mort, l’Homme va être capable d’enseigner aux morts. Et l’Homme finalement va commencer à comprendre que la mort, ça n’existe pas, c’est simplement un plan où la pensée est non-existante, parce que la connexion entre le mental ou les plans de la lumière et ce plan-là, n’existe pas, et n’a jamais existé.

Un mort c’est simplement du mémoriel. Donc à ce moment-là, quand l’Homme va avoir détruit finalement dans sa conscience les reliques mémoriels de sa conscience involutive, il va immortaliser sa conscience, il va passer à la conscience morontielle, donc il va pouvoir aller sur le plan éthérique, il n’ira jamais dans le plan astral. Et l’Homme à ce moment-là sera ce qu’il a été fait pour devenir, c’est-à-dire un être de lumière qui peut accéder au plan matériel, au plan éthérique, au plan astral, au plan mental au niveau de son évolution jupitérienne.

Quand l’Homme sortira du sytème planétaire, quand l’Homme commencera à rentrer dans les axes morontiels des nouveaux venus de l’empire des sages, l’Homme ne pourra plus à ce moment-là utiliser son corps matériel, l’Homme n’appartiendra plus à la Terre. La Terre, ça sera seulement un vieux vieux souvenir, et dans ces mondes-là, la Terre sera reconnue comme ayant été le point dans l’évolution de l’Humanité où l’Homme est passé de l’intelligence enfantine à l’Intelligence réellement mûre, où la totale composition de son être est faite de lumière, le Rayon cosmique, totalement en puissance, parce que le Rayon cosmique, quand il vibre, fait naître l’Homme dans une conscience d’un Feu, c’est-à-dire dans une perpétuelle instantanée capacité de détruire la forme.

Tant que l’Homme ne sera pas capable de détruire la forme, il n’aura aucune idée qu’est-ce que c’est de la puissance. Tant que l’Homme ne sera pas capable de détruire la forme, il ne sera jamais dans le pouvoir de la connaissance, donc il n’aura jamais d’ascendance sur les hiérarchies. Donc si les hiérarchies sont ahrimaniennes, lucifériennes, ou que ce soit des hiérarchies de la lumière, l’Homme demeurera une créature du bon Dieu, ou l’Homme demeurera un enfant bâtard des forces lucifériennes, ou l’Homme demeurera un fils qui est le résultat par “adombration” génétique de toute la conscience des Atlantes.

L’Homme n’aura aucun pouvoir sur la Terre, et l’Homme ne sera pas capable de prendre en contrôle éthérique l’évolution de la planète. Donc il n’y aura jamais sur la Terre de Régence planétaire. Et il va y en avoir une, c’est évident, parce qu’il va venir un point où le taux vibratoire de l’Homme va monter tellement qu’il va venir un point, dans le temps de l’évolution, où des Hommes sur la Terre, par simple projection éthérique, seront capables de dominer l’Humanité et donner à l’Humanité une nouvelle voie d’évolution au niveau science, au niveau politique.

Puis quand on sera rendu à ce point-là, on ne parlera plus des Atlantes, on ne parlera plus des religions, on ne parlera plus de l’involution, on ne parlera plus de la mémoire de la race, et on commencera à prendre conscience qu’il existe dans l’univers des intelligences qui attendent de venir en conscience avec la Terre, mais qui ne peuvent pas venir en conscience avec la Terre, parce que l’Homme n’est pas suffisamment conscient de lui-même (applaudissements).

Quand vous parlez de votre programmation, quand vous dites… Comment est-ce que vous appelez ça ? Des ratés ! Vous êtes des ratés tant que vous pensez que vous êtes des ratés, vous n’allez pas passer d’être des ratés à d’autres choses tout de suite, mais si vous ne savez pas qu’être un raté, c’est irréel, que c’est totalement astral, vous ne rentrerez jamais dans votre puissance, vous n’en arriverez jamais à être bien dans votre peau, puis vous n’en arriverez jamais à être capables dans votre vie, de réellement comprendre qu’on s’est fait réellement embobiner à tous les niveaux. Ça fait partie de l’involution.

Je lisais un livre dernièrement sur la montée puis la déchéance de la famille XXX en Italie, c’est abominable, c’est abominable ce que l’Homme a vécu pendant l’involution. Là, on commence un petit peu, à cause de la télévision, l’information, la radio, tout ça, on commence à recevoir de l’information qui est encore basse en vibration, l’Homme commence un petit peu à voir plus clair, voir plus clair. On ne peut plus avoir des phénomènes hitlériens comme on en a eu en 39, parce que la télévision, ça ne permet plus ça, ainsi de suite.

Ça fait qu’il va venir un temps où l’Homme va réellement prendre conscience que pendant l’involution, il a été réellement assujetti à des grandes forces ahrimaniennes, et que dans l’évolution, il va être obligé de se prendre totalement sous contrôle, puis quelle place que tu te prends en contrôle ? Où dans ton expérience tu te prends en contrôle ? Quand tu commences à réaliser que tu es intelligent même si tu es un raté. Si tu ne sais pas, si tu n’es pas capable de réaliser que tu as de l’intelligence en toi, parce que tu es temporairement raté, là t’es fait !

Mais si tu es raté parce que ça fait partie du développement de ton intelligence, si tu es raté parce que ça fait partie de la transmutation de tes corps, si tu es raté parce que c’est une condition difficile qui te permet réellement d’aller loin dans la vie, à ce moment-là ça va être très très intéressant, demain, de voir puis de mesurer combien de temps tu vas être raté, puis l’Homme va être capable de dire : “Oui, je vais être raté pendant six ans”.

Quand tu vas être capable de dire : “Je vais être raté pendant six ans”, ça veut dire que tu as déjà la voyance de ta puissance. Puis au bout de six ans, tu vas commencer à fonctionner, mais ça n’existe pas un être raté. Les Homme ont tous de la lumière, les Homme ont tous de l’intelligence, mais ils se laissent astralement imprimer des pensées qui font d’eux des êtres qui continuent à être ratés.

DM : Donc, Bernard, le combat de l’individu pour être en puissance, c’est dans sa pensée ?

BdM : Le combat est dans sa pensée, il est dans son mental, puis c’est ce combat-là qui va l’amener en puissance. Vous ne pouvez pas être en puissance sans lutte. Moi je sais ce que j’ai vécu avec les forces pour en arriver à casser les formes, je le fais avec eux autres, je le fais en conférence avec vous autres, je le fais en communication avec eux autres. Il n’y a rien que les forces de la lumière vont me dire que je ne vais pas casser si ça ne fait pas mon affaire. Vous allez dire : “Ben, qu’est-ce que c’est votre mesure qui fait votre affaire” ?

C’est quoi l’affaire ? C’est quand l’Homme devient plus important qu’eux autres. Quand l’Homme deviendra plus important que les forces dans l’invisible, l’Homme aura compris que les forces sont prépersonnelles. Quand l’Homme sera moins important que les forces dans l’invisible, l’Homme aura vécu ou sera obligé de se fier au fait qu’il y a une hiérarchie au-dessus de lui.

Puis quand vous serez en communication avec les forces de la lumière, avec les circuits universels, que vous parlerez à vos doubles, puis que réellement vous les confronterez à cette réalité-là, vous verrez que l’on vous dira : “C’est comme ça que l’Homme doit être”. Parce qu’ils ne sont pas intéressés à travailler avec des esclaves, ils sont intéressés à travailler avec des êtres qui ont réellement compris le mensonge cosmique.

Puis le mensonge cosmique, c’est toute la domination hiérarchique de l’involution à partir des Lémuriens, des Atlantes jusqu’à aujourd’hui, puis ça, ça fait partie de l’involution. Puis dans l’évolution, c’est une autre paire de manches, parce que dans l’involution, l’ego devait être fait, l’ego il était fait, ça a pris les forces lucifériennes puis ahrimaniennes pour faire l’ego, il était fait. Dans l’évolution, l’ego va devenir transparent, mais il va demeurer, il ne va pas disparaître, il va demeurer, mais il sera simplement un aspect virtuel d’une conscience morontielle.

Un Homme qui est conscient garde son ego, mais son ego est transparent, puis il est obligé de garder son ego, parce qu’un Homme qui travaille avec des forces cosmiques occultes réellement lumineuses, s’il n’a pas d’ego, il est fait, il devient un être spirituel. Ça fait que l’Homme conscient gardera son ego, il sera transparent son ego, ça fait qu’il y a bien des affaires à dire, c’est évident.

Mais le point que je veux faire, ce n’est pas important que le monde sache ce que je fais sur le plan matériel, c’est quoi mon rôle, ce n’est pas important, mais ce que je peux vous dire, que je sois dans l’Occident au lieu d’être dans l’Orient, que je sois dans un petit pays comme le Québec au lieu d’être dans un gros pays comme les États-Unis, ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a des choses qui sont sues aujourd’hui, qui seront sues demain, et les Hommes un jour devront les savoir par eux-mêmes.

Et tous les Hommes ont accès à ces choses-là, mais pour que les Hommes aient accès à ce qui est réel, il faut qu’eux autres soient capables éventuellement de réellement dépasser la petitesse de leur personnalité, l’inquiétude de leur personnalité, les pensées subjectives de leur ego qui font d’eux des petits êtres, qui font d’eux des êtres qui ont toujours été dominés par l’invisible.

“No fucking way” (hors de question) que l’invisible va dominer l’Homme conscient ! Puis je vais vous dire une chose, je suis un initié morontiel, puis c’est fini, c’est fini pour les forces invisibles de jouer avec l’Homme, c’est fini, puis ils le savent ! Que ça ne soit pas su sur la Terre, ce n’est pas grave, mais qu’eux autres le savent, c’est important. Puis ils le savent, laissez-moi vous dire que je suis bien placé pour le savoir… Coupure FIN.

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut