DM-033 Les plans invisibles

“DM : Dans la situation, disons, de l’évolution de l’invisible, les questions souvent posées sont l’aspect crédible de cet invisible, en ce sens, est-ce que l’invisible a vraiment un impact ou une dynamique sur notre concret, sur notre vision du quotidien, et comme je l’ai mentionné, Bernard sera là pour nous …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Daniel Ménard (DM) : Dans la situation, disons, de l’évolution de l’invisible, les questions souvent posées sont l’aspect crédible de cet invisible, en ce sens, est-ce que l’invisible a vraiment un impact ou une dynamique sur notre concret, sur notre vision du quotidien, et comme je l’ai mentionné, Bernard sera là pour nous expliquer la relation qu’il peut y avoir entre l’aspect occulte ou invisible et ce que l’on vit tous les jours. Nous recevons donc ce soir, Bernard de Montréal. Bonsoir Bernard.

Bernard de Montréal (BdM) : Bonsoir.

DM : Dans le sujet de ce soir : “Les plans invisibles”, bien des gens se posent la question sur, des fois, la crédibilité, le climat de crédibilité qu’on peut accorder à ce qu’on appelle l’invisible, et quelles démarches, ou qu’est-ce que l’individu doit vivre dans sa vie pour avoir accès à une perception, disons, assez concrète ou substantielle de l’invisible ?

Est-ce qu’il est obligé de connaître ce qu’on appelle des dédoublements astraux là, sur le fait, exemple, comme de la mort, on parle souvent de ces points-là, on a eu une émission il n’y a pas longtemps avec un dénommé Mr Charron qui parlait de la réincarnation ou de ces phénomènes-là, de “mort clinique” ou quoi que ce soit ?

Est-ce que l’individu, pour avoir une conscience ou une perception de l’invisible, doit en arriver à connaître des crises de ce calibre, ou il y a d’autres façons, d’autres moyens de créditer, de percevoir clairement l’invisible ? Donc ma première question, c’est : où peut-on trouver les racines de ce qu’on pourrait qualifier de crédibilité de l’invisible ?

BdM : Il y a plusieurs façons pour l’Homme d’avoir accès à l’invisible, l’Homme peut avoir accès à l’invisible, à l’invisible expérientiel, à travers le dédoublement de son corps astral. Dans le dédoublement du corps astral, l’Homme peut sortir de son corps, se déplacer dans l’espace, donc il a accès à la dimension matérielle de l’invisible. L’Homme aussi peut avoir accès à l’expérience spirituelle de l’invisible, dans le sens qu’à l’aide de son corps astral, il peut aller sur les plans, c’est-à-dire venir en contact avec les entités qui font partie des structures psychiques de ce monde-là.

L’Homme peut avoir aussi accès à l’invisible à travers l’actualisation psychique de son corps mental, dans ce sens qu’il peut venir en communication télépathique avec les plans, soit les plans astraux, les plans de la mort, ou des plans supérieurs qui font partie des plans de la lumière, des plans de l’Intelligence, des plans de la pensée qui constituent une infrastructure psychique du mental humain. L’invisible, le concept de l’invisible, c’est un concept qui est très humanisé, qui est très psychologique.

DM : Est-ce que le seul fait de capter des ondes, on parle beaucoup d’influence des radiations, de formes quelconques d’ondes qui sont émanées de toutes sortes de structures électroniques, aujourd’hui, est-ce que le fait de capter ce que l’on appelle les “low fréquency wave”, les ondes à basse fréquence, c’est suffisant pour parler d’invisible ? Est-ce qu’un individu disons, qui travaille avec de l’électronique et qui capte certaines choses, qui sont finalement invisibles à l’œil, est-ce que c’est suffisant pour donner une crédibilité à l’invisible ?

BdM : Oui, probablement que le fait que, l’Homme, dans l’évolution scientifique, commence à traiter avec des énergies qui sont très très subtiles au niveau de la matière, effectivement, au cours de l’évolution scientifique, ça va permettre à l’Humanité de réaliser que si l’Homme peut matérialiser son contact avec des plans matériels aussi subtils que ça, qu’au-delà de ces plans-là, il y a certainement d’autres mondes qui éventuellement viendront en contact avec l’expérience humaine.

Il n’est pas rejeté que l’évolution scientifique prépare l’Homme à une prise de conscience plus mûre, plus objective, face à l’invisible, par contre si on parle de l’invisible occulte, parce que quand on parle de l’invisible… Je disais tout à l’heure que le concept de l’invisible, c’est un concept qui est très humain… Si on parle de l’invisible dans le sens de la réalité fondamentale qui soutient ou qui sous-tend la réalité humaine, à ce moment-là on parle de l’occulte de l’invisible. Il y a une différence entre l’invisible, simplement l’invisible, et l’occulte de l’invisible.

Dans l’occulte de l’invisible, autrement dit dans des dimensions d’espace et de temps qui sont régies par d’autres niveaux d’intelligence qui font partie de l’organisation psychique d’autres univers, il est évident que l’Homme, pour avoir accès à ces plans-là, doit vivre une transformation suffisamment avancée ou profonde de ses corps subtils, c’est-à-dire de ses énergies qui constituent ultimement la réalité foncière de son être au-delà de la matière, par exemple, les gens qui meurent… Qui font l’expérience de la mort clinique, vivent un choc, c’est le choc de la grande maladie, c’est le choc de l’expérience, c’est le choc de la mortalité qui leur permet d’avoir contact avec ces plans occultes de l’invisible, malgré qu’en général les gens qui viennent en contact avec l’invisible sur ce plan-là, sont en contact avec l’invisible matériel de leur conscience. Ils ne sont pas nécessairement en contact avec l’invisible occulte de leur conscience.

C’est très important de reconnaître la différence ou d’établir une différence, ou de créer une dichotomie nécessaire pour la compréhension de l’invisible. Il y a l’invisible matériel auquel on peut avoir accès par la voie du dédoublement astral et il y a l’invisible occulte, c’est-à-dire l’invisible qui fait partie des hauts plans de la mort et aussi qui fait partie des plans très très majestueux du mental. Et pour avoir accès à ces plans-là, il faut que l’Homme vive une transformation profonde de son être.

Je ne vois pas que l’Homme ait accès facilement à l’occulte de l’invisible, c’est-à-dire à des régions qui gouvernent le monde… Quand je parle de régions qui gouvernent le monde, je parle de régions qui gouvernent l’évolution des systèmes solaires, qui gouvernent l’évolution des races, qui gouvernent l’évolution de l’intelligence et qui gouvernent l’évolution totale du cosmos. Donc pour que l’Homme ait accès à ces mondes-là qui sont effectivement ou qui font partie effectivement de l’occulte, ou des plans réellement cachés de l’invisible, il faudra que l’Homme connaisse au cours de son évolution, une transmutation profonde de sa propre conscience.

Et en deçà de ce niveau d’expérience, ben là, vous avez l’accès possible de l’Homme à l’invisible sur le plan astral, vous avez accès au dédoublement de l’Homme, mais vous n’avez pas nécessairement accès à la rencontre entre l’Homme et des Intelligences qui font partie de l’empire invisible. Parce que l’empire invisible, l’empire de l’invisible représente la totalité des forces intelligentes qui sous-tendent le cosmos, qui sous-tendent l’organisation des planètes autant sur le plan astral que sur le plan mental, autrement dit autant dans le monde de la mort que dans le monde de la lumière. Et ces mondes-là, ces univers-là sont très vastes et constituent fondamentalement la réalité cosmique universelle de la vie à tous les niveaux.

Pour que l’Homme ait accès volontairement à ces mondes, autrement dit pour que l’Homme entre dans la conscience des mystères, il doit vivre une transmutation de son ego sur le plan matériel qui est régi plutôt par les lois inférieures de l’invisible, c’est-à-dire le plan astral, l’expérience purement planétaire, l’évolution raciale de sa mémoire. Ça, il faut que ça soit cassé, il faut que ça soit transmuté, et une fois que cet aspect de la conscience humaine sera transmuté, l’Homme aura accès à l’occulte de l’invisible, c’est-à-dire aux mystères, il fera partie des mystères, les mystères pour lui n’existeront plus.

Par contre, la compréhension ultime de la vie et de la mort, pour lui en tant qu’individu, sera totalement renversée, c’est-à-dire que les notions qu’il a aujourd’hui ou qu’il a eues pendant l’involution, ne seront plus utiles à sa conscience. Donc automatiquement, l’Homme aura une conscience supramentale, c’est-à-dire une conscience qui ne sera plus éveillée par les exigences de la communauté planétaire, c’est-à-dire sa société, sa conscience raciale, mais une conscience qui sera éveillée par d’autres communautés, c’est-à-dire d’autres intelligences, d’autres hiérarchies, d’autres mondes, d’autres gouvernements qui, en relation avec cette évolution humaine, préparera l’Homme finalement à l’immortalisation de sa conscience, et éventuellement au dédoublement éthérique de sa conscience.

DM : Est-ce que c’est l’Homme qui se donne un droit d’avoir accès à l’invisible ou c’est l’invisible qui donne un droit à l’Homme de prendre contact avec ?

BdM : L’Homme peut vivre l’invisible à deux niveaux. L’Homme peut vivre l’invisible sur le plan expérientiel karmique de l’âme, par exemple la mort clinique, c’est un exemple, vous avez un choc, vous êtes accidenté, vous allez à l’hôpital, vous tombez dans le coma, ainsi de suite… Vous vivez une suspension temporaire de votre corps astral, donc vous voyez ce qui se passe autour de votre lit, autour de votre table d’opération. Bon ! Ça, ça fait partie du karma de l’âme.

Ça fait partie du choc qui est donné aux corps subtils pour permettre à l’Homme de voir un petit peu et d’entrer un petit peu dans les voies cachées de la vie, dans la réalité cachée de la vie, et l’Homme qui vit cette expérience, en général quand il revient de cette expérience-là, sa vie est suffisamment changée pour qu’il ne voit plus la vie ou la mort comme il l’avait vue auparavant. Donc ça fait partie du karma expérientiel de l’Homme, et c’est purement accidentel.

DM : Est-ce que c’est l’invisible qui permet ça ?

BdM : Ça fait partie de sa programmation astrale, ça fait partie du contact entre l’invisible et sa vie matérielle, oui. Par contre, si nous allons plus loin dans le contact entre l’Homme et l’invisible, si nous entrons dans l’occulte de la vie, si nous entrons dans les mystères de la vie, il faut à ce moment-là que l’Homme soit amené, par une transformation quelconque, à une réalisation profonde de la nature de son mental, de sa vie mentale.

L’Homme ne pourra pas comprendre les mystères de la vie tant que son mental ne sera pas finalement transmuté. Si c’est seulement le corps astral qui vit une transformation, si c’est seulement le corps astral qui vit un choc, l’Homme vivra un dédoublement astral, l’Homme viendra en contact avec une dimension de son psychisme qu’il n’avait pas auparavant connue. Il pourra même entrer en contact avec des entités qui pourront le repousser vers son corps et lui dire qu’il doit revenir à son corps matériel.

Par contre, si l’Homme doit aller plus loin dans l’évolution de sa conscience, il devra vivre un choc au niveau de son corps mental. Et un choc au niveau de son corps mental ou une transmutation profonde de son mental, c’est une réalisation qui ne peut venir que d’un contact étroit entre sa conscience égoïque et sa conscience supérieure ; cette conscience qui est extrêmement subtile, extrêmement spirite, extrêmement fluide, mais qui est aussi extrêmement concrète.

Et c’est ce choc-là, autrement dit la relation entre l’ego rationnel, intellectuel de l’Homme, dans son expérience planétaire, contre ou en relation avec l’ego, réellement pénétré par une autre lumière, qui est cette autre Intelligence, qui fait partie de ses principes à lui, mais universels, qui créera une transmutation et qui finalement permettra à l’Homme de connaître les mystères, parce que dans le fond les mystères n’existent pas.

Les mystères sont simplement des barrières psychologiques ou des barrières psychiques qui sont imposées à la conscience humaine, à cause de l’incapacité de l’ego de transcender le caractère purement rationnel ou expérientiel de son corps mental, figé et fixé dans la matière, et son corps astral aussi, imprimé par l’émotion que crée la matière dans sa vie.

Donc ce sont ces barrières psychiques et psychologiques qui, dans le fond, enferment l’Homme ou gardent l’Homme dans le guetto de l’impuissance, dans le guetto de l’ignorance et qui l’empêchent d’avoir accès librement à un mouvement fluide de son Esprit qui, automatiquement, lui permettrait de connaître ce qu’on appelle les mystères ; autrement dit ces domaines de la vie cosmique, ces domaines de la mort, ces domaines de tout ce qui existe, sans aucun obstacle.

DM : Je discutais avec un ami il n’y a pas longtemps, et puis cette importance d’avoir accès à une dynamique de l’invisible, et le travail que certains êtres font pour y accéder à cette crédibilité dans l’invisible, oblige un changement important dans la façon de penser, entre guillemets, et la façon de vivre aussi. Est-ce que l’accès à cette vision de l’invisible et aussi à sa possibilité de travailler avec, est-ce que c’est quelque chose qui se vit individuellement ou qui se vit avec, je ne sais pas, un couple ou un groupe de personnes qui se donnent quasiment comme mandat d’essayer d’actualiser cette réalité psychique ou occulte dans le plan matériel ?

Est-ce que c’est quelque chose qui se fait seul ou c’est quelque chose qui doit se faire en compagnie d’autres, de façon, je dirais, à sentir qu’on est comme épaulé par d’autres à comprendre les choses, ou si c’est vraiment une conscience qui part de soi-même, de façon, je dirais, individuelle… Et seul ?

BDM : On peut être épaulé par d’autres pour comprendre, mais l’expérience elle-même se vit seul. L’évolution de cette conscience ou la transmutation de cette conscience, ou le contact entre cette conscience humaine et cette conscience universelle ne peut pas se faire autrement que seul, parce que ce qui la permet ou ce qui la rend possible, c’est justement le processus d’unification, d’unité ou de fusion, entre le principe universel de l’Homme et sa conscience égoïque.

Donc il faut que l’Esprit, l’âme et l’ego soient enlignés, et cet enlignement ne peut pas être créé de l’extérieur, il faut que ce soit fait de l’intérieur. Par contre, l’Homme dans un environnement humain, dans un couple ou avec des amis, ainsi de suite, peut au cours de son évolution, partager l’expérience, expliquer l’expérience, raffiner l’expérience ou expliquer l’expérience d’une façon beaucoup plus objective.

Il y a certainement des Hommes qui ont plus de facilité à comprendre les voiles de cette transmutation que d’autres, parce que l’Homme est un être quand même spirituel. Et c’est justement à cause de sa spiritualité, c’est-à-dire c’est à cause de la naïveté dans son mental qu’il n’est pas capable de saisir objectivement la relation créatrice entre ces sources d’énergie puissante qui transmutent sa conscience et son ego dans la matière.

Donc si l’Homme est en contact avec des Hommes, il peut parler. Ceux qui ont plus d’expérience ou ceux qui sont moins spiritualisés, ou ceux qui sont moins naïfs, ou ceux qui ont vécu plus près de leur propre réalité, peuvent finalement, au cours de l’évolution, les aider à se désengager de certains voiles astraux qui peuvent durer pendant des années. Parce que l’univers se sépare en deux, réellement en deux camps, ou deux blocs ou deux forces, dans ce sens qu’il y a le monde de la mort qui est extrêmement puissant, il y a le monde des Éternels, il y a le monde des Intelligences non incarnées qui est aussi très puissant, mais l’Homme n’a pas accès au monde des Éternels, n’a pas accès à ces mondes-là qui font partie du plan mental, tant qu’il ne s’est pas libéré du monde de la mort. Et le monde de la mort pour l’Homme, représente effectivement la qualité inférieure de sa pensée.

L’Homme, pour des raisons très normales, qui sont des raisons expérientielles, réfléchies et sanctionnées par l’Histoire, l’Homme a l’impression que sa pensée ou l’émotion dans sa pensée, ou la couleur de sa pensée, est réellement issue de sa conscience propre. Mais l’Homme réalisera, au cours de l’évolution, que sa pensée est effectivement extrêmement colorée par ces plans invisibles, subtils, que j’appelle les plans astraux, mais qui sont effectivement les plans de la mort.

Et l’Homme en arrivera un jour à réaliser d’une façon très scientifique, très objective, très expérientielle, que le monde de la mort est un monde parallèle qui coexiste et qui coévolue avec l’Homme dans la matière. Et pour que l’Homme passe de l’involution à l’évolution, pour que l’Homme en arrive à se réunifier à sa source, pour que l’Homme en arrive à pouvoir finalement connaître, revivre, réaliser son propre pouvoir intérieur, sa propre conscience ultimement intégrale, il faut qu’il brise le pouvoir des chaînes du monde de la mort sur sa conscience.

Et tout ce qui existe dans nos sociétés, ce qui a été établi pendant des millénaires, dans nos sociétés, dans la conscience de nos races, que nous soyons d’une race jaune, d’une race blanche ou d’une race noire, toute la systématisation des valeurs qui ont fait partie de l’évolution de la civilisation, a servi à l’emprisonnement de l’Homme, en même temps qu’elle a servi à la progression ou au développement progressif de l’Homme.

L’Homme a progressé sur le plan de ses sens, sur le plan de sa compréhension des lois de la matière, mais il n’a pas progressé sur le plan de la conquête de l’invisible, c’est-à-dire sur le plan de la conquête du monde de la mort, c’est-à-dire sur le plan de la conquête des illusions des croyances planétaires sur son Esprit égoïfié.

Donc l’Homme aujourd’hui, je parle de l’Homme en général, de quelque race qu’il soit ou de quelque nation qu’il soit, l’Homme est encore un être qui n’a pas la capacité de créer à partir de son mental. Il absorbe à partir de son mental, il absorbe des notions, il absorbe des croyances, il absorbe des philosophies, il absorbe des idéologies, il absorbe des notions spirituelles, il absorbe des notions occultes. L’Homme est un être qui constamment absorbe de l’extérieur de lui-même.

Et si nous regardons, par exemple, les conflits qui se passent au Moyen-Orient, c’est de l’absorption vis-à-vis des masses qui absorbent et qui absorbent au nom d’une certaine divinité, ainsi de suite. Donc les problèmes de l’Humanité sont très vastes encore, et les problèmes de l’Homme faisant partie de cette Humanité sont encore très vastes, parce que l’Homme ne peut pas facilement se séparer de ces notions qui font partie de ce que j’appellerais la période infantile de la race humaine, c’est-à-dire la période où la race humaine, quels que soient ses exploits matériels, est incapable de traiter de façon absolue et sans aucune ambiguïté avec les mondes parallèles, dont le monde de la mort est le plus près de l’Homme.

Si l’Homme est pour un jour en arriver à immortaliser sa conscience, si l’Homme est pour en arriver un jour à passer d’un espace-temps à un autre, s’il est pour entrer en contact avec des civilisations plus avancées qui ont déjà la capacité de matérialiser l’énergie et de dématérialiser la matière, il faut qu’il en arrive lui, en tant qu’individu, ou en tant que membre d’une race planétaire, à saisir l’importance de finalement pouvoir exclure de sa conscience mentale, les notions antiques de son Histoire primitive.

Et l’Histoire primitive de l’Homme, elle touche l’Homme ou l’Humanité jusqu’au vingtième siècle, même aujourd’hui nous sommes des êtres extrêmement primitifs, même si nous avons développé des technologies très avancées parce que les sciences de l’Humanité, aujourd’hui dans le monde, dans tous les pays, sont des sciences astrales. L’astral coexiste avec la matière.

Donc quand l’Homme découvre des sciences ou découvre des choses sur le plan matériel, il découvre ces choses parce qu’il est en communication inconsciente avec des entités qui travaillent à l’évolution de l’Humanité dans une certaine direction, mais sur un plan qui est astral, c’est-à-dire qui amène toujours la science ultimement à servir d’expérience à l’Humanité. Je ne dis pas que la science en soi n’est pas utile à l’Homme, la science est très utile à l’Homme.

Mais si nous regardons la loi des conséquences et si nous regardons aussi que l’Homme n’a aucune voyance concernant sa science et les conséquences de sa science, nous vivons dans une période où la science peut être extrêmement dangereuse, très destructrice. Non pas parce que l’Homme veut détruire avec sa science, mais parce que l’Homme libère des forces sur sa planète à travers une science qui est très très avancée, et dont les conséquences ne sont pas connues de lui.

Effectivement sur la Terre, il y a des Hommes ou il y a des nations qui doivent dans cet engagement de la polarité du bien ou du mal, ou du bon ou du mauvais, doivent se confronter pour finalement libérer l’Esprit humain de l’indécence historique. Mais par contre, l’Homme doit en arriver éventuellement à posséder une science, à entrer dans la gestion de l’énergie d’une façon qui cesse d’être simplement expérimental, c’est-à-dire d’une façon qui permet finalement à la Terre, aux royaumes : au royaume animal, au royaume des plantes, au royaume de l’Homme, de se libérer finalement de la possession de la science par les entités astrales.

Ce sont les forces astrales du monde de la mort qui possèdent la science, et un jour, lorsque l’Homme aura compris les lois astrales, lorsque l’Homme se sera libéré du monde astral de la mort, c’est-à-dire lorsque son mental sera réellement à une échelle supérieure, la science ne sera plus possédée par l’astral, donc automatiquement la science sera totalement différente sur la Terre.

L’Homme pourra travailler avec le son, il pourra travailler avec la lumière, il pourra commander à la matière à partir de son mental, il aura une affinité directe avec les égrégores planétaires que certains appellent les forces élémentales, il pourra se servir des forces élémentales pour corriger les excès de la nature, pour corriger les incapacités de la nature, de se redistribuer de façon égalitaire sur une planète qui est débalancée au niveau de son pôle magnétique. Mais pour que ceci arrive, il faut que l’Homme en arrive éventuellement à posséder une science qui n’est plus basée sur les exigences évolutives d’une race désincarnée qu’on appelle le monde de la mort.

Autrement dit, l’ignorance de l’Humanité, en ce qui concerne les lois occultes de la vie, est tellement grande, que nous sommes voués à vivre des expériences extrêmement difficiles. Si l’Humanité était dans une proportion très petite, si l’Homme vivait 10% de l’étude profonde et objective de ce qu’il fait en science matérielle, mais qu’il dirigeait ses études vers le plan occulte du monde de la mort, automatiquement les résultats sur le plan de la science matérielle seraient altérés, parce que l’Homme ne pourrait plus travailler dans la science matérielle comme il travaille aujourd’hui. Il serait obligé d’ouvrir sa conscience à d’autres niveaux, et de corriger l’écart qui existe entre son Esprit et son ego à cause de l’importance que prend dans son subconscient la télépathie indirecte que j’appelle la pensée, qui est issue du monde de la mort, mais dont l’Homme n’a aucune conscience.

DM : Le monde de la mort, est-ce qu’il est menacé s’il est étudié par l’Homme ?

BdM : Oui. Le monde de la mort, c’est un monde qui est très réel, qui est aussi réel que le nôtre, qui est désincarné effectivement, parce qu’il est sur un autre plan, mais qui a absolument, qui vit absolument dans la relation de la forme, c’est-à-dire que les morts vivent dans des espaces-temps où eux, entre eux, sont absolument relatifs, comme nous, nous le sommes sur le plan matériel.

Donc dans le fond, le mort ça n’existe pas, un mort ça n’existe pas comme nous le concevons psychologiquement, le mort existe psychiquement, il n’existe pas pychologiquement. Nous, nous existons psychiquement et psychologiquement, mais la plus grande partie de notre expérience planétaire terrestre, elle est vécue psychologiquement.

Donc nous avons très très peu de conscience psychique, alors que le mort lui, il est totalement en conscience psychique. Il n’est aucunement en conscience psychologique, et lorsqu’il entre en contact avec l’Homme à travers la communication par la pensée, dont l’Homme ne réalise pas la provenance, il peut créer dans l’Homme des traumatismes psychologiques d’une grande portée, des craintes, ainsi de suite. Et ce sont ces craintes, ces traumatismes, qui empêchent la découverte du monde de la mort. Les morts ne veulent pas être découverts, parce que les morts dans le fond représentent une société secrète.

DM : Est-ce que les morts font tout pour empêcher l’Homme d’étudier leur monde ?

BdM : Ils ont toujours tout fait ! Écoutez, vous savez très bien que le contact entre l’Homme et les plans occultes ou les plans spirites, ces contacts-là ont été établis avec l’Humanité depuis des siècles, les Romains, les Atlantes, les Grecs, les Chinois, les Japonais aujourd’hui vivent le culte des ancêtres, les Chinois… Vous avez des milliards de Chinois qui vivent le culte des ancêtres, ainsi de suite. Donc vous avez des sociétés en Amérique, aux États-Unis et en Europe qui vivent le contact avec les plans astraux, les sociétés secrètes, ésotériques, occultes, ainsi de suite.

Donc l’Homme a toujours été en contact avec le monde de la mort, mais l’Homme n’a jamais pu briser la fascination que crée son contact avec ces plans-là. La seule expérience humaine ou la seule science humaine qui a réussi finalement à couper ce contact avec l’Homme, ça a été la science, et heureusement qu’elle l’a fait, parce que l’Homme était extrêmement charlatanisé auparavant, ainsi de suite, parce qu’il y avait beaucoup d’ignorance, de superstition qui sont sorties de ces expériences.

Il faut être extrêmement lucide pour venir en contact avec les morts, parce que les morts sont réellement des menteurs extraordinaires ! Bon, si vous me demandiez d’où vient le fait que l’Homme ment, d’où vient le mensonge ? Le mensonge vient de la mort, il est simplement transposé, il est simplement communiqué à l’Homme, et l’Homme ment parce qu’il est ignorant des lois de la mort.

Si l’Homme n’était pas ignorant des lois de la mort, l’Homme ne mentirait pas. Pourquoi l’Homme mentirait ?! Donc l’Homme ment malgré lui ou consciemment, parce qu’il est effectivement extrêmement régi par ces lois-là, et il vit sous l’empire du psychisme astral, alors que lui est obligé de subir le psychisme astral, simplement sur le plan psychologique de son ego.

Donc l’Homme est extrêmement effacé dans la conquête de son Esprit, l’Homme est un être extrêmement impuissant dans la conquête des mystères, parce que justement il n’a pas de puissance. Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas un être psychique, il est un être psychologique. Vous ne pouvez pas arriver à un être psychique et lui imposer des idéologies, des croyances et des conneries monumentales, vous ne pouvez pas faire ça !

Par contre, un être psychologique, vous pouvez le faire, vous pouvez lui imposer n’importe quelle sorte de connerie parce qu’il a besoin d’être nourri de l’extérieur, parce qu’il n’est pas capable de se nourrir de lui-même. La seule raison pour laquelle l’Homme croit à quoi que ce soit, c’est parce qu’il n’a pas de centre. Si l’Homme avait un centre, automatiquement il n’aurait plus besoin de croire, il irait lui-même à sa propre source qui est une source universelle.

Mais comme l’Homme n’a pas de centre, il n’a pas de source, il n’a pas accès à sa source, il est obligé de passer par des courants qui sont les idéologies temporelles ou spirituelles que nous avons connues depuis des siècles qui, au cours des siècles, changent, se démocratisent, deviennent plus raffinées, jusqu’au jour où elles ne sont plus utiles. Ça, c’est comme l’idéologie marxiste en Russie qui est devenue une religion temporelle, aujourd’hui ça commence à être rejeté !

Donc l’Homme passe son temps, passe des siècles à rejeter ce qu’il a mangé et il vit des révolutions, il vit des indigestions, il vit toutes sortes de choses, mais ça, ça fait partie de l’expérience de l’Homme, ça fait partie du fait que l’Homme est un être psychologique, et il va falloir que l’Homme un jour devienne un être psychique.

Donc devenir un être psychique, ça veut dire quoi ? Ça veut dire en arriver finalement à vivre de son intelligence à partir de son centre mental à soi, au lieu de vivre de son intelligence à partir du centre mental ou de la désintégration du centre mental d’une Humanité qui a basé l’évolution de la connaissance simplement sur des appointements temporels de certaines notions qui ont servi le pouvoir. Que ce fut le pouvoir temporel des religions ou le pouvoir spirituel des religions, ou le pouvoir temporel des politiques, c’est la même chose !

Tout est idéologie, même les religions sont des idéologies, ce sont des idéologies qui ont été nécessaires, ce sont des idéologies qui ont énormément servi l’Humanité pendant sa période d’incroissance, c’est-à-dire pendant sa période d’aveuglement et d’ignorance, jusqu’à tant que l’Homme en arrive finalement à développer une certaine conscience scientifique, une certaine conscience historique qui pouvait lui permettre de comprendre finalement les illusions de grandeur, ainsi de suite.

Aujourd’hui l’Homme est beaucoup plus près, dans un sens, d’une réalité potentielle sur le plan de l’investigation de la réalité ultime qui vient de son être, qui vient de l’universel. Mais si nous regardons l’Humanité en général, nous sommes très loin de ceci, nous devons regarder simplement l’Homme en tant qu’individu. D’ailleurs, c’est l’Homme en tant qu’individu qui passera du plan psychologique au plan psychique, ça ne pourra jamais se faire au niveau des religions, des idéologies ou des politiques, c’est l’Homme individuellement.

C’est pour ça que l’Homme vivra une initiation solaire dans ce domaine-là, il vivra une transformation profonde de ses centres, de ses corps subtils, de son ego, ainsi de suite. Et ça, ça fait partie de son retour à la source, ça fera partie de la conquête du monde de la mort, ça fera partie de l’élimination intégrale du pouvoir du monde de la mort sur son mental. Et ceci amènera l’Homme à passer de l’âge psychologique à l’âge psychique.

Déjà, nous voyons que des masses humaines, surtout dans le monde industrialisé, s’intéressent beaucoup plus à ce qui est au-delà… On voit des films, il y a des expériences humaines qui sont aujourd’hui cataloguées, qui ont toujours existé, mais qui sont enregistrées par des médecins aujourd’hui, qui voient des hommes ou des femmes sortir de leur corps, ils ne les voient pas mais on en entend parler, qui sortent de leur corps durant la période d’opération, et qui décrivent au médecin ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont vu dans l’autre département de l’hôpital.

Mais qu’est-ce qui va permettre à l’Homme, à ces scientistes, à ces médecins, à ces observateurs de prendre objectivement ces expériences, de prendre objectivement ces observations qui se font un peu partout dans le monde ! Bon, ça, ça va demander une certaine ouverture d’esprit, il est évident que quand on a été enseigné, quand on a été entraîné de façon rigoureuse à étudier la matière, on ne peut pas passer facilement à une autre sorte d’étude rigoureuse de l’invisible, ça va prendre un certain temps.

D’ailleurs, un Homme qui est rigoureux dans la science et qui passe à l’étude de l’invisible, effectivement, va vivre une transmutation, une transformation psychologique de son ego à un point tel que, s’il n’est pas sérieux, s’il n’est pas très balancé, il pourra perdre la grande faculté qu’il a d’être scientifique ou d’être recherché dans un domaine très matériel et il pourra finalement s’évanouir dans les brumes de l’astral. Autrement dit, il pourra perdre son Esprit.

C’est pour ça qu’il faut être très solide pour pouvoir demeurer scientiste et à la fois avoir l’Esprit ouvert vers des plans qui sont d’un autre ordre, dont les lois sont différentes. Je respecte énormément un scientifique qui réussit à occultifier son mental, c’est-à-dire à passer du plan psychologique au plan psychique, il y en a eu de ces Hommes qui ont été capables de marcher ou de vivre ou de coexister mentalement dans deux mondes.

D’étudier le monde des plantes, des animaux, de l’Homme, de la matière, et à la fois étudier les mondes parallèles à ces plans-là, et d’aller chercher dans les mondes parallèles de l’information pour donner à l’étude de la matière une plus grande vitalité, il y en a de ces Hommes-là dans le monde ! Mais en général, ce n’est pas le cas, pourquoi ? Parce que l’Humanité est encore très jeune, elle est très vieille dans son ignorance, mais elle est très jeune dans son évolution.

Et nous entrons dans une phase au vingt-et-unième siècle maintenant, où finalement, avec les changements qu’il y a eu dans le monde au niveau de la liberté de parole, avec les changements qu’il y a eu dans le monde au niveau de la communication, au niveau de la transformation du message, au niveau de la diffusion des idées, nous arrivons dans un temps où les anciennes idéologies seront absolument impuissantes pour retarder le développement du psychisme, psychique d’un individu qui fait partie de l’Humanité.

Et au cours de l’évolution, ben, effectivement, éventuellement, l’Humanité deviendra elle aussi psychique, mais lorsque l’Humanité sera psychique, ce sera une autre évolution, un autre temps, une autre Humanité, et la fin de l’évolution de la race humaine sur la Terre telle que nous la connaissons.

DM : J’en venais justement à poser la question, la conséquence de passer du psychologique au psychique, elle est… BdM : La conséquence ultime de passer du psychologique au psychique, ce sera équivalent à l’Homme de passer d’un temps à un autre. Et lorsque l’Homme aura une conscience totalement psychique, ce sera très normal pour lui d’entrer dans des couloirs éthériques de la Terre et de venir en contact avec des Intelligences qui sont simplement en attente pour que l’Homme soit prêt, pour venir en contact avec lui sans terroriser son être psychiquement et sans débalancer la substance essentiellement névralgique, la nature essentiellement névralgique de la fabrique de la civilisation.

Ces êtres-là, ces intelligences-là ne peuvent pas venir en contact avec l’Homme tant que l’Humanité n’est pas préparée, donc ces contacts se feront à l’insu de l’Humanité, ces contacts se feront avec des Hommes qui auront une conscience psychique dans le monde, qui sont un peu distribués partout dans le monde. Et ce sont ces Hommes-là qui seront les premiers à venir en contact avec des intelligences d’un autre temps, d’un autre ordre, et qui pourront finalement commencer à travailler avec des sciences ou des énergies qui sont d’un autre temps et d’un autre ordre.

Et avec le temps, l’Humanité, l’Homme en général deviendra plus psychique et sera absorbé dans ce nouveau cadre d’évolution, et nous arriverons à une septième race-racine. Et nous arriverons à la fin de l’évolution planétaire, biologique, matérielle du corps humain, nous entrerons dans l’évolution Jupitérienne. L’Homme n’aura plus besoin d’un corps matériel pour vivre l’expérience cosmique de son être, c’est-à-dire que l’âme aura finalement été totalement libérée de son karma.

L’Homme n’aura plus besoin de la mémoire ancestrale pour l’exécution créative de son moi et l’Homme vivra de son contact, de sa fusion avec son Esprit, c’est-à-dire l’Homme vivra de sa propre lumière, il sera immortel, une conscience éternelle, il n’aura plus besoin de vivre la mort pour connaître la nature originale de son espèce et les lois de la création. Mais ceci fait partie de l’évolution de la race humaine, mais pour que l’Homme en arrive à cette étape, il faut qu’il passe du psychologisme au psychisme.

Maintenant, si vous me demandez : “Comment est-ce que l’Homme peut passer de l’étape psychologique à l’étape psychique en tant qu’individu”… Il faut qu’il en arrive finalement à se libérer du petit orgueil cartésien de merde qu’il a, et de réaliser que l’univers est beaucoup plus grand qu’il pense, beaucoup plus grand qu’il puisse mesurer !

Et si l’Homme est prêt à donner à cet univers, à ce monde, à cette création qui est très grande, le nom d’un Dieu qui existe ou qui coexiste avec sa manifestation, il devrait être suffisamment humble dans sa conscience pour réaliser que ce Dieu dont il parle, dont il n’a aucune idée en ce qui concerne la provenance du concept, de réaliser que ce Dieu n’est pas peut-être seul, c’est-à-dire que ce Dieu est probablement une agglomération d’intelligences extrêmement puissantes et créatives qui constituent pour lui psychologiquement un Dieu, dans une sorte d’infinité unitaire, mais qui, dans le fond, sur le plan cosmique de la réalisation universelle des temps, des mondes et des cosmos, que ce Dieu est simplement d’autres intelligences qui ne sont pas obligées de vivre dans l’incarnation, de connaître l’incarnation pour l’évolution de leur espèce. Donc l’Homme, il faut qu’il cesse d’être bête et stupide.

DM : Bernard, l’astral, est-ce qu’il tient le monde en otage par la pensée ?

BdM : L’astral c’est l’incompétence de l’Homme ramené au monde de la mort, pour qu’il puisse se raffiner et perpétuer dans le monde de la mort l’incompétence de l’Homme sur la Terre. Autrement dit l’astral c’est une roue, c’est une roue cosmique. L’astral c’est la mesure de l’impuissance de l’Humanité, et à la fois c’est la mesure de la puissance de l’Homme.

Dans l’astral, vous avez deux forces en potentiel. Dans l’astral, vous avez les morts qui agissent contre l’Homme, et vous avez l’Homme qui peut utiliser, se servir de ces mondes-là pour transgresser les lois de la mort sur le plan de l’idée, c’est-à-dire sur le plan de la pensée. Donc l’Homme a le pouvoir de se servir du monde de la mort, du monde subjectif de sa pensée, et transmuter son mental pour en arriver finalement à refaire la connexion avec sa source, son Principe Universel, son double, appelez ça comme vous voulez, pour finalement être totalement libre dans son mental.

L’Homme a besoin d’avoir accès à une conscience qui est réelle, qui est la sienne, et qui n’est pas basée sur les lois de la polarité du vrai ou du faux. Tant que l’Homme sera piégé par l’astral, il sera piégé par la loi du vrai ou du faux. Un Homme qui est assujetti à une forme quelconque de croyance, il est automatiquement prisonnier de l’astral, parce que dans la croyance, à l’intérieur d’une croyance, vous avez optimalement un aspect qui sécurise l’ego psychologiquement.

Et c’est lorsque l’ego est psychologiquement sécurisé par une croyance, qu’il devient prisonnier de l’astral de cette croyance, et qu’il perd contact avec sa réalité, qu’il perd contact avec sa source et qu’il est automatiquement empêché d’entrer dans les mystères, c’est-à-dire de comprendre et de connaître les lois de la vie sur le plan matériel ou sur le plan de la mort, ou sur les plans de la lumière, ou sur les plans du mental cosmique.

Donc, regardez l’Histoire de l’Humanité, regardez l’Histoire de l’Humanité ! Nous sommes en 1991, et nous vivons maintenant justement les conséquences moyenâgeuses d’une conscience astrale qui a réussi à empoisonner tout un peuple, et amener un peuple à vivre l’interdiction par un autre peuple moins astralisé, un peu plus avancé psychologiquement et certainement plus avancé psychiquement. Donc l’Homme qui passera de la conscience psychologique à la conscience psychique réalisera une chose : Que dans l’évolution de la conscience cosmique sur la Terre ou que ce soit dans d’autres cosmos, il n’y a pas de maître !

Et tant que l’Homme ne réalisera pas qu’il n’y a pas de maître – il y a des grands Hommes, il y a de belles intelligences – mais il n’y a pas de maître, et tant que l’Homme n’aura pas réalisé ceci, qu’il n’y a pas de maître, il ne sera pas lui-même son propre maître, donc il ne sera pas capable, de par lui-même, d’exercer le pouvoir de sa pensée créative dans le monde, d’une façon objective. Et à partir du moment où l’Homme… Et quand je parle de maître… La vie de l’Homme sur la Terre, c’est une relation avec une sorte de maîtrise au-dessus de lui. Que vous soyez communiste et que vous soyez lié à une idéologie marxiste, ou que vous soyez templier ou que vous soyez n’importe quoi, si vous vivez par rapport à une croyance, ça fait partie de la maîtrise sur votre mental, parce que la croyance fait partie des lois astrales de l’involution et l’Homme doit en arriver un jour à être libre dans le mental, c’est-à-dire à comprendre.

Si vous comprenez pourquoi, relativement parlant, telle religion est bonne pour tel peuple, telle idéologie est bonne pour telle Nation, d’accord… Autrement dit, les Hommes sont évolués à différents niveaux, les races sont évoluées à différents niveaux, chacun ou chacune a son propre temps, vous ne pouvez pas demander à un Chinois d’avoir la psychologie d’un Américain… Chacun a son temps, par contre vous ne pouvez pas non plus demander à l’Homme, à l’individu, de croire indéfiniment.

Il va falloir un jour que le Chinois, le Russe, l’Arabe, le Français, l’Anglais, l’Américain universalisent leur conscience, c’est-à-dire passent du plan psychologique de leur conscience au plan psychique. Autrement dit qu’ils passent de la conscience historique à la conscience métapsychique, parce que la conscience historique est simplement le reflet de l’ignorance qui a été aggravé par l’Histoire pour le renforcement du pouvoir temporel ou spirituel sur les nations ou sur la conscience des races. Donc l’Homme un jour en tant qu’être de lumière, en tant qu’être libre en potentiel, sera obligé de se libérer de ceci.

Autrement dit l’Homme sur le plan individuel fera un peu ce que la jeunesse a fait dans les années 60, lorsque la jeunesse s’est coupée un peu des conneries antiques de “l’establishment “et qu’elle a crée “the generation gap” (le fossé générationnel). L’Homme individuellement un jour se coupera des conneries antiques de son Humanité pour se libérer finalement de la conscience de sa race, de la conscience des maîtres de son temps. Et il deviendra maître de son propre temps, et à ce moment-là il rencontrera les maîtres d’un autre temps, et lorsqu’il rencontrera les maîtres d’un autre temps, et qu’il sera lui, libéré finalement de cette incapacité, de cette impuissance, il pourra travailler avec ces Intelligences d’une façon créative et il verra que dans le cosmos universel, il n’y a pas de servitude.

DM : Le combat… Vous semblez dire, en tout cas, qui se vit au niveau du mental, tout le combat, celui-là, ce n’est pas seulement ou ça ne semble pas s’appliquer, du moins au niveau de l’effort ou des constructions ou du regroupement de quoi que ce soit. La façon que je le reçois, c’est que le mental est l’ultime terrain dans lequel l’individu va livrer son combat avec l’astral, est-ce que c’est ça, est-ce qu’on identifie bien le point ?

BdM : Le mental c’est le plan, c’est-à-dire le plan où l’Homme a le choix de devenir libre ou de perpétuer sa servitude. Maintenant, le mental c’est un monde, nous ne le voyons pas parce que nous sommes dans une enveloppe matérielle. Lorsque nous parlons du plan mental, lorsque nous parlons du monde mental, nous parlons de quelque chose. Lorsque nous parlons, ça vient d’une réalité, ça vient d’une source, ça se situe quelque part “énergiquement” dans une dimension.

Donc le mental ne fait pas partie du cerveau de l’Homme, le mental actualise, s’actualise à travers le cerveau de l’Homme et il électrifie le cerveau de l’Homme. Le corps humain ou le cerveau de l’Homme, c’est simplement un haut-parleur. Donc le mental coexiste dans une réalité cosmique en même temps que l’astral coexiste dans une réalité cosmique, en même temps que le vital coexiste dans une réalité cosmique. Et ces plans-là constituent l’Homme dans la mesure où ils exercent à travers la matérialité ou la physico-chimie de son appareil matériel, une relation étroite que nous appelons l’âme.

Autrement dit, l’âme, c’est-à-dire cette énergie, ce champ d’énergie, cette mémoire, elle est faite à la fois de vitalité, d’astralité et de mentalité. Par contre au-delà de cette limitation, de ce psychisme animique, il existe une autre réalité qu’on appelle le mental pur, qu’on appelle le mental cosmique, qu’on appelle le plan de l’Esprit pur, qui n’est pas incarnationnel. Et ces plans se connectent au plan inférieur de l’âme, constituent une réalité globale de l’Homme, et une fois fixés dans une corporalité matérielle, constituent la globalité humaine, mais ça constitue pour le temps présent le mystère humain, parce que l’Homme n’a pas conscience de ces plans.

L’Homme a conscience de son plan matériel, mais il n’a pas conscience de son plan vital, de son plan astral, de son plan mental, et de ce plan mental supérieur qui ne lui appartient pas en tant qu’ego, mais qui fait partie de sa cosmicité. Donc un jour l’Homme vivra, reconnaîtra, saisira la réalité de sa cosmicité, qui fait partie d’un mental supérieur, qui fait partie d’un univers, autrement dit supérieur, qui a la capacité de se coller, de se fixer à un mental beaucoup plus primitif, beaucoup plus basé sur les lois de la mémoire, qui font partie des lois du monde de la mort, qui font partie des lois du monde de l’âme. L’âme, c’est de la mémoire.

Si vous me demandiez : “Qu’est-ce que c’est ultimement… Essentiellement, de l’âme”… De l’âme, c’est une énergie qui, au cours de son évolution, ramasse, ramasse, ramasse, ramasse des milliards et des milliards, et des infinitudes d’impressions ! Ça, c’est l’âme ! Mais l’âme est simplement une partie de l’Homme, elle est simplement une partie de sa réalité. Et lorsque l’Homme n’est pas prêt, au cours de l’évolution ou à cause de l’involution, à connecter avec d’autres niveaux de sa cosmicité que j’appelle le mental supérieur, il est obligé en tant qu’ego, de vivre son expérience sur le plan astral, sur le plan de l’âme, sur le plan de la mémoire, sur le plan de l’émotion, sur le plan de la subjectivité, sur le plan de l’égocentricité, sur le plan ultimement de l’ignorance, donc ultimement de la mort qui revient, et qui revient, et qui revient par les lois de l’incarnation.

Donc si on demande : “Comment l’Homme peut en arriver à se sortir de cette ignorance”… L’Homme va en arriver à se sortir de cette ignorance, lorsqu’il va commencer à réaliser la primauté de la qualité mentale de son ego astralisé, qui est l’orgueil. Le plus grand problème de l’Homme, c’est l’orgueil, la plus grande faillite de l’Homme, c’est l’orgueil, parce que l’orgueil c’est la présence du monde astral dans le mental égoïque de l’Homme à son insu. L’orgueil c’est le “péché luciférien”, l’orgueil, c’est la faille luciférienne.

Le monde de la mort est contrôlé par les forces lucifériennes, donc l’Homme doit en arriver un jour à réaliser et à comprendre que le moindre aspect de son mental qui est assujetti à des lois de l’orgueil convient à… Ou maintient, au début, à la mécanisation de son ignorance. Le problème de l’Homme c’est l’ignorance, et le problème de l’ignorance, c’est l’orgueil. Donc, plus l’Homme est évolué psychologiquement, plus l’Homme a une belle éducation, une grande éducation, plus l’Homme est issu des grandes académies de notre planète, plus il a tendance à être orgueilleux. On ne peut pas le blâmer parce que sa fonction, en tant que savant, sa fonction en tant que PHD, c’est d’étudier la matière, ce n’est pas d’étudier le monde invisible.

On ne peut pas blâmer les scientifiques, puis dire : “Ah ! Ben, les scientifiques sont orgueilleux parce qu’ils ne veulent pas étudier le monde occulte”.Ce n’est pas leur job ! Quand vous allez à l’Université, vous allez chercher un doctorat en physique ou en chimie ou en ingénierie, vous n’allez pas là pour étudier les lois occultes de l’énergie, vous allez là pour étudier les lois matérielles, mécanistes, statistiques de l’énergie. Donc ces gens-là ont le droit d’être respectés dans le cadre de leur mission planétaire, scientifique.

Par contre, si ces Hommes, au cours de l’évolution, n’en arrivent pas selon l’évolution de l’Humanité, selon la diffusion des idées dans le monde, selon la réalisation qu’il y a de plus en plus d’individus dans le monde qui n’ont pas l’air trop trop imbéciles, et qui ne s’amènent pas à ouvrir leur Esprit, et qu’ils contestent, qu’ils contestent, qu’ils contestent, et qu’ils contestent, ils peuvent contester le fait que le petit bonhomme qui vient de se faire écraser par une auto, et qui sort de son corps dans la chambre d’opération, ils peuvent contester scientifiquement ou rationnellement le fait que ce bonhomme-là peut voir au-delà de son corps matériel, s’il est prononcé mort…

Mais ce n’est pas le fait que le petit scientifique conteste la réalité occulte d’un corps astral détaché de son enveloppe matérielle qui va empêcher l’évolution de l’Humanité, vous comprenez !

DM : Mais il peut ralentir la situation ?

BdM : Ils peuvent ralentir la situation seulement sur le plan psychologique mais ils ne pourront pas ralentir la situation sur le plan psychique, parce que je vais vous dire une chose… Nous sommes dans un temps… Ce qui ralentit la situation, ce qui ralentit l’évolution de l’Homme, c’est le contrôle de l’information. Il y avait il y a vingt-cinq ans, quarante ans, les autorités, les prêtres de la culture cartésienne qui pouvaient contrôler l’information.

Mais aujourd’hui, avec la diffusion des idées, avec la télévision, avec les systèmes de plus en plus avancés et aussi avec l’évolution sociale des lois, le droit à la parole, ainsi de suite, avec la liberté qui est venue avec les années 60, les grands prêtres de la science matérielle peuvent eux, ne pas vouloir perdre leur pouvoir didactique sur la science, mais ils ne peuvent plus empêcher le petit bonhomme qui sort de son corps, dans une salle d’opération, d’expliquer son histoire à la télévision. Parce que je vais vous dire une chose, les masses humaines ne sont pas nécessairement très éduquées, mais elles sont très intelligentes, elles ne sont pas éduquées… L’Homme de la rue est un Homme très simple mais il est moins borné que l’Homme qui évolue dans sa tour d’ivoire, parce qu’il a moins de mémoire, il a moins d’orgueil.

Et lorsque vous accumulez ou que vous amenez dans le monde de l’information, petit à petit dans le monde de la rue, et que vous “bypassez” les grands couloirs académiques, et que vous amenez ça dans la télévision, le soir, chez le petit bonhomme qui a eu lui aussi une expérience et qui voit que quelqu’un d’autre aussi a une expérience… Autrement dit quand vous multipliez dans une nation, dans une planète, dans des pays, des expériences que le petit bonhomme, dans sa petite télé, qui travaille comme boucher, et qui dit : “Ah ! Regardons, moi aussi j’ai vécu ça”, il s’aperçoit finalement qu’il n’est pas aussi dingue qu’il aurait cru.

Et ce qui va se passer, c’est qu’au cours de l’évolution, beaucoup d’individus qui ont fait partie de ces grandes masses non éclairées et non éclairables, vont réaliser que, finalement, il y a beaucoup de monde, beaucoup de petits Hommes dans le monde, qui ont une sensibilité par rapport au psychisme, qui n’avait pas été confirmée par les grands prêtres de la science cartésienne, mais qui sera confirmée par les grandes masses qui s’éveillent.

DM : Merci beaucoup, Bernard. (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut