DM-026 Apocalypse now

“DM : Bernard, les gens qui sont au courant des nouvelles avec l’Arabie – et tout ce qui se passe dans le monde – sentent qu’il est possible qu’il y ait une sorte guerre ou une situation de haute tension internationale. Bernard, dans la deuxième partie, j’aimerais qu’on puisse éclairer qu’est-ce qui peut vraiment …”

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Daniel Ménard (DM) : Bernard, les gens qui sont au courant des nouvelles avec l’Arabie – et tout ce qui se passe dans le monde – sentent qu’il est possible qu’il y ait une sorte guerre ou une situation de haute tension internationale. Bernard, dans la deuxième partie, j’aimerais qu’on puisse éclairer qu’est-ce qui peut vraiment déclencher dans le monde une situation qui pourrait être de façon irréversible, une situation, disons, quasi catastrophique ou d’apocalypse ?

Est-ce que c’est vraiment géré par les forces occultes, ou si c’est vraiment entre les mains d’individus qu’on pourrait qualifier de fanatiques ou d’influences politiques ? Est-ce que la gestion de la dynamique mondiale est une gestion strictement occulte, ou si c’est strictement question d’intérêts financiers, ou de mécanique politique au niveau international ?

Bernard de Montréal (BdM) : La vie de l’Homme, en tant qu’individu, quand l’Homme arrive à un certain niveau de conscience, il la réalise comme étant le résultat de forces qui agissent à travers sa psyché, pour le bien, le mal. Donc si l’Homme est influencé par les forces astrales, en tant qu’individu, c’est évident que sur le plan collectif c’est la même chose.

Donc l’évolution historique d’une nation ou d’une planète, ce n’est pas sous le contrôle de l’Homme. Puis on n’a pas besoin d’aller loin pour s’en rendre compte, on a simplement à regarder, par exemple, des types, des voyants comme Nostradamus qui ont vu des évènements depuis des siècles, se conformer à ces prédictions pour voir qu’effectivement, la vie ça se joue à plusieurs niveaux. Mais ça se joue toujours en fonction de la conscience de l’Homme. Si l’Homme était conscient, la vie… La civilisation serait différente. L’Homme étant inconscient, la civilisation et la vie se manifestent en fonction de son inconscience.

DM : Est-ce que le fait que Nostradamus ait vu d’avance, est-ce que ça devient inévitable dans les plans, ou le fait de la conscience dont vous parlez, peut changer une situation ? Est-ce que l’Apocalypse prédite par Nostradamus peut être évitée, soit au niveau mondial ou de façon, disons, individuelle, ou selon un petit groupe ? Parce que vous parlez de l’interférence possible d’une conscience dans le processus qui a été vu d’avance sur les plans.

BdM : Ça dépend de Nostradamus lui-même, ça dépend ce qu’il a vu, ce qui lui a été permis d’être vu. Autrement dit, dans une programmation prophétique telle que la sienne, Nostradamus aurait pu avoir été donné de voir à 90% les possibilités, ou 80% les possibilités, ou 100% les possibilités. Et le choix du 90%, du 80% ou du 100% des possibilités, ça fait partie de la volonté des plans.

Probablement que si Nostradamus voyait ou avait vu à 100% des possibilités, à ce moment-là, ça aurait forcé l’Humanité à réaliser qu’effectivement l’avenir est connu, marqué, écrit, et qu’on n’y peut rien, puis sur le plan psychologique de l’Homme, ce ne serait pas bon. Mais si on regarde la vie, si on regarde l’évolution historique d’une civilisation sur une planète, on est obligé, pour la comprendre, de voir l’interface qui se joue entre le plan matériel et les plans occultes.

Si l’Homme avait contact avec l’occulte des plans, autrement dit si l’Homme avait contact avec le plan mental, ou si l’Homme avait contact avec le plan astral, il verrait effectivement que les mondes sont interreliés, le monde matériel avec le monde immatériel. C’est simplement son ego qui bloque cette vision-là.

DM : La conscience qu’un individu a aujourd’hui, est-ce qu’elle est marquée aussi d’avance dans sa programmation à la naissance, ou si c’est vraiment quelque chose qui est entre les mains de l’individu pour éviter une situation, qui peut d’une façon collective apparaître ? En d’autres termes, est-ce qu’une personne – ou un groupe de personnes – par le développement de sa conscience, peut transformer quelque chose, ou c’est absolument certain qu’il va se produire les évènements apocalyptiques ?

BdM : Une personne ou un groupe de personnes peuvent transformer les choses, seulement la transformation fait déjà partie de la programmation.

DM : OK. Donc tout est marqué.

BdM : Un individu qui doit arriver à un certain niveau de conscience dans une vie, ou un groupe qui doit arriver à un certain niveau de conscience dans une vie, est déjà programmé à ça. Si on regarde l’activité du plan mental, par exemple, si on regarde simplement le phénomène de la pensée d’un point de vue occulte, la pensée humaine c’est le résultat d’un rayonnement.

L’Homme ne le voit pas ça, parce que l’Homme est au bout de ce rayonnement-là, donc l’Homme est le récipiendaire de cette énergie-là. Mais l’énergie de la pensée, l’ajustement de la pensée, la création de la pensée, le faisceau qui la soutient, ce faisceau-là ne fait pas partie de la conscience humaine, il fait partie de la conscience mentale architecturale. Et ce faisceau-là ne fait pas partie de l’ordre de notre monde matériel.

C’est quand ce faisceau-là entre dans la psyché humaine, dans la structure de l’Homme qu’il devient actif. Donc l’Homme est le récipiendaire, et selon son état psychique, selon son état émotionnel, mental, selon son évolution d’âme, il réagit à ce faisceau-là personnellement. Si l’être est très évolué, il va réagir d’une certaine façon, s’il est moins évolué, il va réagir d’une autre façon. Mais à partir des plans où la pensée prend son origine, la nature de l’ego est totalement connue.

Autrement dit l’énergie en tant que telle, il y a des êtres dans l’univers qui en sont les scientifiques, qui la manipulent, qui l’utilisent, qui la réorganisent, qui l’orientent, ainsi de suite. Et ces êtres-là qui font partie des plans mentaux sont très très… C’est leur monde, c’est leur réalité, ça fait partie de leur science, et nous, on est au point terminal de ce mouvement-là. Le problème avec notre perception de la vie est dû au fait que la pensée n’est pas suffisamment haute en vibration pour être libérée des conceptions astrales de l’ego.

Si l’Homme était donné de vivre une pensée créative intégrale, autrement dit qui n’était pas souillée par la mémoire de l’âme, qui ne serait pas conditionnée par l’astral du mental humain, l’Homme n’aurait pas la même conscience. Et s’il n’était pas préparé, il ne pourrait pas subir le choc. Donc comme je l’ai toujours dit : la pensée c’est une énergie, mais on ne vit pas, nous les Hommes, la pensée comme une énergie. On vit la pensée comme étant un concept, une idée réfléchie, manipulée par l’ego, consentie par l’ego ou refusée par l’ego en fonction de son état émotif et de son état mental. Mais la pensée en soi, c’est une énergie, et il y a des êtres, il y a des intelligences, il y a des plans dont le travail, la fonction est de déplacer cette énergie-là dans l’univers.

DM : Est-ce que ces êtres-là, ces scientifiques-là peuvent faire des erreurs ? Parce que souvent on a des drôles de pensées.

BdM : Oui, on a des drôles de pensées, non pas à cause de ces êtres-là, on n’a pas des drôles de pensées à cause des ajusteurs de pensée, mais on a des drôles de pensées, parce qu’on doit être rendu conscient de nos pensées. On doit être testé dans l’émotivité de notre mental, on doit être testé dans la subjectivité de notre conscience. L’Homme ne pourra pas travailler avec ces êtres-là d’une façon intégrale tant qu’il n’aura pas dépassé totalement sa conscience subjective, sinon l’Homme astraliserait cette énergie-là, et on retomberait encore aux âges de la magie noire.

L’Homme n’a pas la maturité suffisamment développée pour pouvoir travailler avec des forces qui sont les siennes, mais qui sont parfaites, donc l’Homme automatiquement colorerait ses actions, colorerait l’intention de cette énergie-là, et on retomberait dans la situation des Atlantes à la fin de leur période. On retomberait dans la magie noire, parce qu’à cause du fait qu’on vit dans un corps matériel, qu’on a des sens qui nous limitent, qu’on n’a pas de vision multidimensionnelle, on a une grande soif du pouvoir. Si l’Homme était sorti de temps en temps de son corps… DM : Le rêve, ce n’est pas suffisant ?

BdM : Ce n’est pas assez le rêve, parce que dans le rêve l’Homme vit beaucoup de mémoriel. Mais si l’Homme était sorti en éthérique de son corps, si l’Homme pouvait visiter le cosmos, pouvait voyager dans la direction des gardiens du seuil, si l’Homme pouvait voir et rencontrer les gardiens du seuil, si l’Homme pouvait entrer dans les cités libres, autrement dit les structures réellement universelles où se joue tout le phénomène cosmique de l’énergie, si l’Homme pouvait rencontrer des êtres qui ont des postes de grande importance dans la domination des espaces telluriques, ainsi de suite, l’Homme aurait une vision plus près, plus réelle de son ego.

Mais ça, ça doit être le résultat de son évolution, ça ne peut pas être la conséquence d’un don spirituel. Autrement dit un Homme a accès à ça quand, effectivement, il a “dé-astralisé” sa conscience. Un Homme a accès à visiter les cités libres quand il est libre. Mais quand il revient des cités libres, ou quand il revient de ces mondes-là, sa vie sur la Terre ne peut plus être la même. Il ne peut plus vivre sa vie sur la Terre par rapport à une conscience astrale, il ne peut plus vivre les plaisirs de l’âme, par exemple, qui sont quoi ? Manger, le sexe, le pouvoir de l’argent.

Et si l’Homme ne peut pas vivre les plaisirs de l’âme, et qu’il n’a pas une substitution, qu’il ne lui est pas donné de vivre, par exemple, la proximité avec la puissance de l’Esprit, sa vie deviendrait une expérience terrible, extrêmement déprimante, ainsi de suite. Parce que l’âme joue un grand rôle dans la conscience humaine, dans ce sens qu’elle permet à l’Homme de se greffer à la Terre. L’âme aime beaucoup la matière, l’âme aime beaucoup ce qui est sensoriel, l’âme aime beaucoup ce qui est plaisir, alors que l’Esprit est totalement en dehors de ceci.

Et s’il était donné à l’Homme d’avoir accès à son véhicule éthérique, puis se déplacer dans ces Éthers-là, il ne pourrait plus revenir à la joie de vivre sur le plan matériel au niveau de l’âme comme auparavant. Il serait obligé de revenir sur le plan matériel en fonction de sa conscience cosmique. Et là, ce moment-là, il aurait un rôle à jouer universellement par rapport à un certain nombre d’individus, selon son statut universel. Et il ne peut pas avoir accès à ça sans avoir d’abord épuré sa conscience astrale. C’est pour ça que l’initiation solaire doit précéder la reconstruction de la psyché humaine. L’initiation solaire doit être à la base même du retour de l’Homme à sa source.

L’initiation solaire doit être terminée pour que l’Homme ait accès à son corps éthérique. L’initiation solaire doit être terminée pour que l’Homme ait accès à la rencontre, ou à l’engagement et au dépassement des gardiens du seuil, puis à l’entrée dans la cité libre. Et tant que l’Homme n’a pas atteint et ne peut pas rentrer dans la cité libre, il ne peut pas connaître son poste hiérarchique dans l’univers, donc il ne peut pas avoir une conscience intégrale de son moi.

S’il n’a pas de conscience intégrale de son moi, quelle sorte de conscience a-t-il ? Il a une conscience astrale de son moi, cette conscience astrale de son moi, c’est tout ce que l’âme véhicule en tant qu’énergie mémorielle faisant partie de son ancienneté dans le cosmos sur une planète ou sur une autre, donc il n’a pas d’identité. C’est pour ça que c’est si difficile pour l’être humain de se connaître.

Autant c’est facile pour l’être humain de se connaître, autant c’est difficile de se connaître. Et c’est facile s’il est dans son Esprit, dans sa lumière, s’il est en contact télépathique avec son double, et c’est difficile s’il ne vit qu’en fonction des pulsions rythmiques de l’âme à travers l’ego qui peuvent être extrêmement astralisées, parce que l’âme joue un rôle cavalier dans l’expérience humaine. Et un jour, l’Homme reconnaîtra ça. Un jour, l’Homme reconnaîtra que l’âme, en tant que mémoire, n’est qu’une façon à sa lumière de le protéger de l’ignorance.

Si l’Homme n’était pas protégé de son ignorance, à cause de l’âme et à cause de ce qu’elle actualise dans sa conscience sensorialisée, l’Homme deviendrait fou et ne pourrait pas vivre sur une planète aussi limitée en conscience que la nôtre. Il y a des planètes dans l’univers, par exemple, il y a des mondes ou un Homme normal, un être normal, ne pourrait pas aller parce qu’il en polluerait l’atmosphère éthérique simplement au niveau de ses pensées.

Donc les mondes sont très différents, sont très occultes, mais simplement parce qu’on n’a pas accès à notre corps éthérique, donc on vit réellement un état de déchéance. Quand les chrétiens ou les gens qui lisent la Bible disent, par exemple, que l’Homme vient au monde avec le “péché originel”, ils ne comprennent pas ce qu’ils disent, mais dans ce qu’ils disent, il y a une facette réelle. C’est que, quand l’Homme vient au monde sur la Terre, il est coupé de sa source, donc il est déjà victime du “péché originel”, c’est-à-dire de la coupure entre lui-même et le plan mental. Et il est déjà victime de sa conscience d’âme, il est déjà victime d’un karma astral, et il n’a pas d’identité.

Et au cours de son expérience de vie, selon son éducation, ses parents, sa programmation, il évolue pour en arriver au cours des âges à sortir de ceci, mais ça, ça crée la grande souffrance de l’Humanité pendant des siècles, et l’Histoire qu’on connaît. Donc l’Homme, les religions, les philosophies, les sciences ésotériques, l’occultisme, n’ont pas encore déchiffré la nature de l’âme.

DM : Les gens veulent retrouver leur source, c’est l’objectif fondamental de venir au monde ?

BdM : Non. L’objectif fondamental de venir au monde, ce n’est pas de retrouver la source, c’est de vivre une expérience d’âme qui permet éventuellement à la source de se créer des corps subtils plus avancés, plus développés, pour qu’un jour l’Homme ait accès à la vibration syntonique qui puisse le connecter par télépathie aux circuits universels. La seule raison pour laquelle l’Homme vient sur la Terre, c’est pour que l’Homme évolue. En évoluant, l’âme prend de l’expérience. Les doubles ou les ajusteurs de pensée utilisent cette expérience-là pour se construire des véhicules subtils que, dans une autre incarnation, l’Homme possédera.

Puis avec le temps, l’évolution se faisant, les corps subtils se développant, le contact télépathique avec les circuits universels pourra se faire, et à ce moment-là l’Homme pourra être libéré du monde de la mort, du processus réincarnationnel, et entrer dans la conscience éthérique. Mais les Hommes pensent que la venue – puis quand je parle des Hommes, je ne parle pas des moindres, je parle même des occultistes, puis de ceux qui s’occupent des sciences hermétiques – pensent que la venue de l’Homme sur la Terre, c’est pour vivre une expérience d’âme qui l’amène ultimement à évoluer. Ça, c’est vrai seulement sur le plan de la mémoire, mais ce n’est pas réel sur le plan organisationnel du mental.

La seule raison pour laquelle les âmes viennent sur la Terre, c’est pour avoir de l’expérience qui est utilisée, de l’information, autrement dit qui est utilisée par les doubles pour construire des corps subtils. Et là présentement, on entre dans une période difficile qui est très nécessaire à ce niveau-là, parce que plus l’expérience de l’âme est difficile, plus les doubles, autrement dit plus les êtres de lumière vont pouvoir se construire ou construire des corps subtils de l’ordre du mental, capables de supporter la télépathie universelle. Et ça, c’est un travail qui est de leur ressort. L’Homme ne peut pas vouloir être en communication avec eux. L’Homme peut chercher la communication avec le plan astral, mais elle est déjà incluse dans le package “anyway”.

DM : Il n’y a aucune habilité là-dedans ?

BdM : Il n’y a aucune habilité là-dedans, parce que le contact avec l’astral, il s’agit simplement de montrer à l’Homme un peu la “game” du mental, montrer à l’Homme la différence entre l’actualisation du JE et du TU dans la psychologie de l’ego, pour qu’il puisse vivre la communication. Mais le contact entre le plan mental et l’Homme se fera d’en haut, il ne peut pas se faire d’en bas. Un ego ne peut pas dire : “Bon, ben là, je vais communiquer avec mon double”. Tu peux parler avec ton double, mais tu n’auras pas de réponse. Par contre, l’Homme peut dire : “Ben là, je vais communiquer avec le plan astral”, puis il peut en avoir une réponse.

Donc un Homme qui vit une communication avec le double, il la vit cette communication-là parce que ça fait partie de son temps. Son temps est arrivé pour ça. Puis il n’a pas simplement le désir de communiquer avec le double, il y a des conséquences de tout ça. Parce qu’une fois que tu communiques avec le double, il y a des conséquences dans ta vie. D’abord, tu ne penses plus pareil, tu ne peux plus penser pareil, tu ne peux plus penser ce que tu veux, tu peux penser simplement ce que tu dois, puis ça, ça cause de grandes restrictions dans la vie.

Nous autres les Hommes, on pense ce qu’on veut. Si l’Homme est en contact ou quand l’Homme est en contact avec le double hiérarchique, il ne peut pas penser ce qu’il veut, il pense ce qu’il doit. Et ça, c’est très difficile pour l’Homme de concevoir ça, et ça devient pour lui une ingérence dans sa vie mentale psychologique, ça devient une ingérence dans son libre arbitre. Et c’est ça qui fait partie de la grande souffrance de l’initiation solaire.

DM : Mais ce n’est pas une sécurité ?

BdM : Ça devient éventuellement un très grand atout de sécurité, mais au début ça devient un grand fracas, au début ça devient un grand choc. D’ailleurs au début, c’est ça qui crée le choc, d’ailleurs c’est ça qui crée le début de la transmutation du corps mental. Avant ça, l’Homme a fortement l’impression d’une pensée qui lui est personnelle. Ensuite l’Homme a fortement l’impression d’une pensée qui peut être astralisée, puis ensuite l’Homme peut avoir l’impression absolue d’une pensée qui n’est plus la sienne.

Un ego qui s’éveille à une pensée qui n’est plus la sienne, ça crée un choc. Le début de l’initiation solaire commence, ça ne peut plus être arrêté. Et avec le temps, les circuits universels s’ouvrent, la télépathie s’installe, et l’Homme à ce moment-là vit une conscience mentale qui est différente, qui le prépare éventuellement à l’éthérisation de sa conscience, autrement dit à la sortie en éthérique de son corps matériel, au lieu de la sortie en astral de son corps matériel. Parce que pour qu’un Homme sorte en éthérique de son corps matériel, il faut qu’il puisse savoir où il s’en va !

Tu sais, l’Éther c’est vaste, c’est océanique l’Éther, puis il faut que le corps éthérique soit parfaitement développé pour que l’Homme sache où il s’en va. C’est comme si tu prends une “roquette” (fusée), tu t’en vas dans l’espace, il faut que tu saches où est-ce que tu t’en vas dans l’espace ! Il faut que tu en arrives aux grandes limites de ton intemporel, il faut que tu en arrives à rencontrer les gardiens du seuil, il faut que tu en arrives à les dépasser, il faut que tu en arrives à te placer là où tu es hiérarchiquement positionné par ta propre énergie, ainsi de suite. Alors c’est une autre expérience que d’aller dans l’astral. Et ça, ça demande une connexion étroite avec la source parce qu’à ce moment-là, la source devient toi-même.

DM : Elle est indiscutable à ce moment-là ?

BdM : Elle devient toi-même la source, ça fait que tu deviens ta source, ta source devient toi, c’est ça la fusion. Ça fait qu’il y a une préparation pour ça.

DM : Bon, la question qui me vient, est-ce qu’une initiation solaire c’est individuellement une Apocalypse ?

BdM : C’est intéressant ça, je n’ai jamais pensé à ça. L’initiation solaire, c’est une Apocalypse personnelle. C’est un effondrement du moi psychologique de l’ego, puis c’est un retour à une source qui est sa propre loi et avec laquelle tu dois en arriver éventuellement à t’équilibrer. Ça fait que c’est définitivement une Apocalypse personnelle. C’est intéressant ça !

DM : L’autre question qui vient avec, est-ce que l’Apocalypse prévue par les prophètes, c’est la sommation de toutes les Apocalypses personnelles des gens qui sont en voie d’intégration dans une fin de cycle ?

BdM : C’est intéressant ça aussi.

DM : J’aimerais que vous développiez, je ne sais pas, je pose la question (rires).

BdM : OK. Je vais le développer. C’est intéressant ça. Bon. De mon point de vue, l’Apocalypse c’est quoi ? De mon point de vue, une Apocalypse c’est la réintégration dans un temps, des forces du mal, pour l’explosion dans le même temps des forces du bien, afin de permettre aux âmes de se restructurer dans le monde de la mort une fois qu’ils ont vécu la velléité de leur inconscience. Ça se comprend ?

DM : J’espère qu’on a tous suivi (rires du public). Grosse soirée !

BdM : Là, je le regarde de mon point de vue, je vais aller encore un petit peu plus loin. L’Apocalypse c’est la résurrection dans le monde astral des fantômes de la vie sur le plan matériel, pour permettre aux âmes de s’habituer à la mort, puis cesser de s’intéresser à la vie. Puis quand je parle, quand je dis que l’intérêt des âmes pour la mort… Puis, qu’est-ce que c’est que j’ai dit là ?… (rires du public). Bon, quand je dis que les âmes doivent cesser de s’intéresser à la vie, je veux dire que les âmes doivent cesser de s’intéresser à faire souffrir l’Homme pour la domination qu’elles ont sur lui, à cause du fait qu’elles ne sont pas suffisamment intelligentes pour étudier le monde de la mort, et se libérer dans le monde astral de leurs supérieurs, les forces lucifériennes.

Autrement dit, supposons que je mourrais demain matin là, puis que je garderais ma conscience que j’ai, puis la science que j’ai, j’irais de l’autre bord, puis je leur botterais tous le cul. Dans ce sens, qu’au lieu de me connecter avec l’Homme pour le faire souffrir, je retournerais mon fusil d’épaule, puis là je me battrais contre les forces qui sont hiérarchiquement disposées à dominer le monde de la mort, ce qu’on appelle les forces de l’Agartha.

C’est ça qu’il faut que les âmes connaissent, puis les âmes ne sont pas en position… Elles commencent un petit peu. Dans le monde de la mort, il commence à y avoir des mouvements, il commence à y avoir de la révolution, il commence à y avoir des changements. Dans le monde de la mort, il commence à y avoir un éveil. Autrement dit les morts commencent à s’apercevoir qu’ils se sont fait jouer des tours pendant longtemps, puis qu’ils ont été gardés dans une sorte d’épaisse impuissance. Puis ce qui va les amener à briser ça, c’est les Hommes, c’est la conscience de l’Homme sur la Terre, c’est la science que l’Homme est en train de développer.

Quand on parle, nous autres, ça ne tombe pas dans l’oreille des sourds, comprends-tu, même si les Hommes ne comprennent pas, eux autres comprennent. Ça fait que ça passe, cette énergie-là elle sert. Et plus les Hommes sur la Terre vont parler, plus les Hommes vont être conscients, plus les Hommes vont être dans leur énergie, plus les Hommes vont être dans leur science, plus les Hommes vont être dans leur lumière, plus une partie de cette énergie-là va servir le monde astral.

Et éventuellement, les âmes pourront renverser les forces lucifériennes, et ça, ça va se produire dans deux-mille-cinq-cents ans. Dans deux-mille-cinq-cents ans, les forces lucifériennes n’auront plus de pouvoir sur le plan astral, et c’est pour ça que l’Homme va commencer son évolution jupitérienne. L’Homme n’aura plus besoin de vivre dans une enveloppe matérielle, l’Homme va vivre en éthérique. Mais ça va prendre deux-mille-cinq-cents ans pour ça, parce que les forces involutives, les forces lucifériennes sont très puissantes, c’est des gouvernements qui sont très puissants.

C’est comme en Russie, ça a pris des grandes crises pour que finalement les masses se révoltent. Éventuellement les masses vont se révolter, puis les masses du monde astral, les âmes du monde astral, un jour, vont se révolter contre les forces lucifériennes. Mais ça, ça va prendre deux-mille-cinq-cents ans. Mais pour qu’elles puissent le faire, il faut qu’il y ait de l’intelligence sur la Terre, puis pour qu’il y ait de l’intelligence sur la Terre, il faut qu’il y ait de la lumière sur la Terre, puis pour qu’il y ait de la lumière sur la Terre, il faut que l’Homme soit dans son identité. Puis pour qu’il soit dans son identité, il faut qu’il soit dans sa conscience à lui. Pour qu’il soit dans sa conscience à lui, il faut qu’il puisse supporter ce qu’il sait.

Pour qu’il puisse supporter ce qu’il sait, il faut qu’il puisse avoir une force intérieure qui est complètement libre du doute personnel. Pour qu’il ne puisse pas y avoir de doute personnel, il faut qu’il ne puisse pas avoir en lui le moindre besoin de croire. Le jour où l’Homme n’aura plus besoin de croire, je parle de ne pas pouvoir croire, je ne parle pas du gars qui dit : “Moi, je ne veux pas croire à ça”, mais qui va croire à d’autres choses, mais le jour où l’Homme, psychiquement, ne pourra plus croire, ça voudra dire que ce jour-là l’Homme sera dans son savoir.

Et c’est de cette science-là qu’il parlera ou qu’il écrira, “whatever”, c’est cette énergie-là qu’il utilisera, qui libérera le monde astral. Donc c’est très important dans le monde aujourd’hui ce qui se passe pour les âmes, parce que finalement, les âmes commencent un petit peu à avoir de l’espoir, elles commencent à voir la lumière au bout du tunnel. Mais la lumière au bout du tunnel, ce n’est pas leur lumière, c’est la lumière de l’Homme.

DM : Est-ce que vous voulez dire que les transformations qui se vivent présentement en Allemagne, en Russie, ou tout mouvement comme ça qui s’éveille, au niveau d’une prise de position face au pouvoir, ça a une influence sur le monde des morts ?

BdM : Oui. Oui, parce que ça va totalement à l’encontre, donc c’est bon. Que ce soit une grande conscience ou une petite conscience, tout ce qui est conscience, tout ce qui est la moindre forme d’individualisation, tout ce qui est la moindre conséquence d’une forme d’amour quelconque, tout ce qui rapproche l’Homme de lui-même, tout ce qui est empreint de liberté… (coupure enregistrement)…Il faut que ça soit très intégral, tout ça agit dans le monde astral.

DM : Ça veut donc dire que pour un individu qui est conscient, il n’a pas à se préoccuper de l’Apocalypse, il n’a qu’à se préoccuper de son Apocalypse ?

BdM : Pour moi, un individu qui est conscient ne peut s’occuper que de son Apocalypse. Si l’Homme commence à se préoccuper de l’Apocalypse, à ce moment-là, il va astraliser sa conscience, il va développer des inquiétudes, il va développer des formes, puis il va perdre contact avec sa réalité de tous les jours, puis là, il va partir en “balloune”, puis il va s’ésotériser, puis il va spiritualiser, puis il va vivre de l’inquiétude qui, ultimement, va lui faire plus de dommages qu’autre chose. Parce que si l’Homme est dans son énergie, qu’il y ait l’Apocalypse, ça ne changera rien dans sa vie “anyway”, parce qu’il est protégé par sa propre lumière.

Mais si l’Homme n’est pas suffisamment conscient de ça, et qu’il s’occupe trop, à cause de sa curiosité, de l’Apocalypse collective, à ce moment-là, il va perdre contact avec sa propre Apocalypse. Donc il va perdre contact avec sa propre initiation. Il va perdre contact avec sa propre transformation, il va perdre contact avec sa propre substance, et c’est sa substance à lui qui demain sera déterminante dans un mouvement ou dans un temps apocalyptique.

DM : OK. Maintenant, vous avez dit… J’essaie là de resynthétiser… Vous avez dit que les forces du mal avaient, comme à être réintégrées, pour éventuellement donner une explosion, permettre une explosion des forces du bien, quand vous avez expliqué l’Apocalypse. Est-ce que ça voudrait dire que dans une initiation, un individu est obligé de passer par tout le mal qu’il peut vivre, pour éventuellement être capable d’exploser tout le bien qu’il peut faire ?

BdM : Une civilisation ou un individu doit revivre ou vivre tout le mal qu’il peut, en tant qu’énergie ou expérience, pour en arriver à exploser dans l’autre direction. Autrement dit, dans une Apocalypse universelle, les Humanités vivront un grand mal pour finalement prendre conscience de leurs erreurs, puis arrêter une fois pour toutes leurs conneries. Et sur le plan individuel, l’Homme doit vivre aussi son grand mal, c’est-à-dire son ignorance, son astralisation pour en arriver finalement à sortir de ses conneries. Dans les deux cas, c’est un cas de conneries.

DM : Donc vous êtes en train de dire, si j’ai bien compris, que dans une initiation solaire, un être humain est obligé, dans un sens, de passer par tout ce qu’il peut avoir dans le mental, de mal, de ce qu’il interprète comme étant du mal ?

BdM : Quand je dis “mal”, je dis ce qui n’est pas intelligent. “Mal”, pour moi, c’est ce qui n’est pas intelligent.

DM : L’ignorance, ça a des conséquences ?

BdM : Oui, je n’utilise pas le mot “mal” dans le sens moral du terme. Ce qui est mal, c’est ce qui n’est pas intelligent.

DM : Bon, on peut prendre le mot ignorance ?

BdM : OK. Ignorance, oui. Ça, c’est mieux. Bon.

DM : On passe le bien dans le terme lumière ?

BdM : Pas nécessairement.

DM : Non ?

BdM : Au mal est opposé le bien. Autrement dit, il y a beaucoup de bien sur la Terre qui a créé du mal.

DM : Oui, OK. C’est correct.

BdM : Autrement dit, si tu es une mère, puis que tu aimes ton petit gars, puis tu l’aimes, tu l’aimes, tu l’aimes… Puis tu l’aimes tellement que tu n’es pas capable de lui donner de liberté, à ce moment-là, le bien devient un mal. Pour moi, le mal et le bien sont la polarisation d’une énergie qui n’est plus intelligente. Donc c’est une forme d’ignorance. Donc pour moi, il y a beaucoup d’ignorance dans le bien qui se vit sur la Terre, puis il y a beaucoup d’ignorance dans le mal qui se vit sur la Terre. Il y en a un qui descend par là, puis il y en a un qui monte par là, mais c’est la même chose, c’est l’opposition. Par contre, au-delà de cette ignorance-là, au-delà de cette polarité-là, il y a de l’intelligence universelle créatrice, ainsi de suite.

DM : OK. Donc si j’utilise le mot “ignorance”, on résume les deux aspects. La question que je veux savoir, c’est : Dans une initiation, est-ce qu’on doit vivre la conséquence absolue de notre ignorance avant de passer à une intelligence dite lumineuse?

BdM : Dans une initiation solaire, dépendant de votre statut hiérarchique, les Hommes n’ont pas tous le même statut universel. Donc selon le statut universel, l’Homme, dans une initiation solaire, sera amené à transmuter certains aspects de son ignorance. Si l’Homme doit être amené à transmuter tous les aspects de son ignorance, possibles, imaginables, il va être fusionné instantanément, puis il va être obligé, au cours des années, à travers cette fusion-là, d’en arriver à s’équilibrer avec les forces. Ça, ce sont les initiés.

Les initiés sont fusionnés instantanément, puis c’est avec les années qu’ils en arrivent à rééquilibrer cette énergie-là dans leurs corps subtils. L’Homme lui, il va grandir vers une fusion, il va arriver à un certain niveau de conscience, selon son statut hiérarchique universel, et il vivra cette transmutation subtile de ses corps, autrement dit il sera obligé d’épurer son ignorance jusqu’à un certain point.

Si les forces mentales, si les forces hiérarchiques veulent absolument éteindre dans la conscience humaine la moindre ignorance, ils vont être obligés de fusionner avec lui instantanément, directement, ne pas lui laisser aucun espace, prendre le contrôle intégral de son âme, de sa personnalité, et au cours de certaines années, en arriver à l’amener à un équilibre avec eux. Mais ça, ce n’est pas tout le monde qui peut vivre ça ou qui vivra ça. Mais l’Homme en général va en arriver à vivre certaines étapes de cette conscientisation pour se libérer d’un certain niveau d’ignorance.

DM : Vous abordez un aspect intéressant. C’est que de l’initiation, on ne peut pas dire qu’on peut la passer dans une seule vie. De la façon dont vous parlez, il n’est pas permis à tout le monde, même dans une programmation à sa naissance, d’en arriver à l’ultime conscience, d’éliminer finalement toute ignorance dans une seule vie. C’est ce que j’en déduis, de la façon dont vous parlez. Parce qu’arriver à l’état de fusion dont vous parlez… BdM : Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Ce n’est pas nécessaire que les Hommes sur la Terre éliminent complètement l’ignorance dans une vie. Il y a des Hommes sur la Terre qui sont marqués pour ça, ce que j’appelle des initiés. Eux autres sont marqués, il faut que ce soit brûlé à l’intérieur d’un certain nombre d’années, point final. Mais ces êtres-là, éventuellement, vont être en contact avec l’Homme, et leur contact avec l’Homme va faire en sorte que ces Hommes-là puissent passer à la conscience éthérique.

Ce qui est important, c’est que les Hommes passent à la conscience éthérique, mais ils ne peuvent pas passer à la conscience éthérique s’ils n’ont pas vécu une certaine transmutation de leur corps astral, donc s’ils n’ont pas vécu une certaine initiation solaire. Autrement dit ce n’est pas nécessaire que tous les Hommes sur la Terre aient une conscience intégrale, ce n’est pas nécessaire, puis ce n’est pas possible, “anyway”, que tous les Hommes sur la Terre soient des initiés dans le sens cosmique du terme. Mais c’est nécessaire que tous les Hommes sur la Terre qui passeront à la conscience éthérique soient testés dans leur ignorance au cours de leur expérience.

DM : Là, vous dites qu’on peut avoir une conscience éthérique, et encore vivre une ignorance quelconque ?

BdM : Oui. Ceux qui vont amener l’Homme à la conscience éthérique sont des initiés, ceux qui vont communiquer par télépathie avec l’Homme qui aura atteint un certain niveau d’évolution sont des initiés. Une fois qu’eux autres sont prêts, puis qu’ils attendent leur temps sur la Terre, l’Homme, pendant ce temps-là, il évolue. Puis à un certain moment donné, l’Homme est arrivé à un certain niveau vibratoire où il peut finalement entrer en communication télépathique avec ces Hommes-là qui, déjà, ont accès à la conscience éthérique, donc le passage va se faire. Mais il faut que ces Hommes-là soient déjà conscientisés, c’est-à-dire qu’ils aient vécu une transmutation de leurs corps subtils qui résulte de l’actualisation de l’initiation solaire dans leur conscience personnelle.

DM : Mais ces initiés-là vous les mettez au pluriel. Est-ce que c’est vraiment au pluriel ou s’il y en a simplement un ?

BdM : Ah ! Ben, les initiés, il faut que je les mette au pluriel !

DM : Il faut que vous les mettiez au pluriel ! Ça laisse sous-entendre qu’il y en a plus qu’un.

BdM : Ça laisse sous-entendre que ce n’est pas de vos affaires (rires du public). Autrement dit, vous ne pourrez jamais avoir la parole d’une roche. Donc c’est mieux de sous-entendre qu’ils sont au pluriel. C’est mieux pour l’Esprit de l’Homme qu’ils soient au pluriel, c’est mieux pour l’ego de l’Homme qu’ils soient au pluriel, c’est mieux pour la conscience de l’Homme qu’ils soient au pluriel, c’est mieux pour l’Homme qu’ils soient au pluriel.

DM : Je vais essayer de faire une “curve” (courbe). Comment peut-on reconnaître un initié ? Au cas où il y en aurait plusieurs dans la salle.

BdM : Vous ne pouvez pas reconnaître un initié. Vous pouvez avoir l’impression de reconnaître un initié, mais un initié ça se révèle à ceux qu’il veut. Autrement dit c’est l’initié qui vient à l’Homme, ce n’est pas l’Homme qui vient à l’initié.

DM : Pourtant on a toujours eu l’impression que c’était le contraire. Que l’initié attendait… BdM : C’est toujours l’initié qui vient à l’Homme. L’initié, dans son temps, se manifeste. Dans son temps, l’initié se manifestera. Les Hommes dans le monde qui seront prêts seront automatiquement en contact avec l’initié. Mais tant que ce temps-là ne sera pas venu, il n’y a aucun Homme qui peut spéculer sur la nature de l’initié, la personne de l’initié, le personnage de l’initié, ainsi de suite, ainsi de suite. L’initié, c’est un être qui est totalement occulte DM : Anonyme aussi ?

BdM : Anonyme. Même si les Hommes faisaient de “l’overtime”, puis les Hommes disaient : ‘Ah ! C’est lui”, l’initié peut se manifester de façon qui ferait en sorte qu’il ne serait même pas reconnaissable dans la condition humaine actuelle, ainsi de suite. Donc l’initié ne fait pas partie de la race humaine. Ses pouvoirs sont intégraux, ses pouvoirs sont absolus, l’initié ne fait pas partie de notre temps. L’Homme fait partie de notre temps, mais l’initié ne fait pas partie de notre temps. Alors quand l’initié viendra à l’Homme, l’Homme sera prêt.

DM : Parce qu’il y a beaucoup de gens à travers le monde qui se présentent comme des formes de maîtres, gourous ou initiés, puis ils ont la parole assez particulière, en tout cas pour mesmériser une masse. Et puis ils ne sont pas très anonymes en tout cas. Ils passent à la télévision…

BdM : Mais ça, ça fait partie de l’expérience de l’Homme. L’Homme conscient, d’ailleurs les gens qui seront conscients, les gens qui seront dans leur identité verront à travers les illusions possibles de ces caractères d’initiés là. Un Homme conscient, c’est totalement sur soi, il est totalement centrique sur lui-même, il n’est pas égocentrique, il est dans son intelligence. Les Hommes qui auront vécu une initiation solaire seront dans leur intelligence, puis à ce moment-là, ça deviendra facile de voir, de reconnaître, d’être en contact avec ce qu’on appelle l’initié.

DM : D’être en contact avec l’initié, qu’est-ce que ça a comme conséquence ?

BdM : Ce que ça a comme conséquence, c’est… DM : L’initiation ?

BdM : Non, l’initiation c’est simplement un déclenchement. Un Homme qui est en contact avec un initié va automatiquement vivre une initiation pour la simple raison que l’initié a un taux vibratoire tel que la conscience humaine par rapport à la sienne est mise en mouvement. Donc tu ne peux pas être avec un initié puis ne pas vivre une transmutation à un niveau ou à un autre. Mais la conséquence de l’Homme par rapport à l’initié, c’est l’ouverture psychique de ses centres pour permettre finalement à l’Homme d’entrer dans les vaisseaux séraphiques qui vont dans un temps donné venir sur la Terre vers l’Homme, pour amener un certain nombre d’individus à évoluer dans d’autres temps, dans d’autres conditions, et pour d’autres raisons d’évolution.

Donc c’est évident que le but final de l’initiation solaire, c’est la récupération de certains individus sur la Terre. La récupération, elle ne peut pas se faire au niveau cosmique, par le biais des transports… Quand je parle des transports séraphiques, je ne parle pas des soucoupes volantes, ou je parle des soucoupes volantes, mais pas dans le même temps. Il y a des soucoupes volantes qui font partie d’un temps, puis il y a des soucoupes volantes qui font partie d’un autre temps. Un transport c’est un transport. Une machine de déplacement, c’est une machine de déplacement. Mais à quel temps appartient le transport ? Au temps des Romains, il y en avait des transports, c’était des bœufs avec des charrettes.

Au vingtième siècle, on a des transports, on a des automobiles, on a des avions. Dans d’autres temps parallèles, il y a des transports, mais les transports varient en substance selon le temps auquel ils appartiennent. Et c’est pour ça que c’est très important pour l’être humain, demain, d’avoir accès à sa conscience éthérique pour pouvoir identifier la nature des transports, parce qu’un Homme qui rentre dans un transport qui ne fait pas partie de son temps, il se retrouve dans une situation expérientielle réellement terrible.

Les extraterrestres qui viennent sur la Terre aujourd’hui, puis qui séduisent des individus, qui prennent des individus, qui rentrent des individus dans leurs vaisseaux, physiquement ou simplement à travers leur corps astral, créent des changements énormes dans ces gens-là, ça déboussole leur vie, ainsi de suite. Et ces êtres-là, ces intelligences-là qui viennent d’un temps ne font pas nécessairement partie de ceux qui vont venir demain, qui font partie d’un autre temps. Et pour que l’Homme sache à quel temps appartiennent les êtres qui viennent dans des transports, il faut que l’Homme soit conscient.

S’il n’est pas dans son identité, à ce moment-là il est dans une situation qui peut être très très dangereuse, autant au niveau personnel, qu’au niveau de l’expérience de l’âme, qu’au niveau éventuel des conséquences de son expérience dans ces vaisseaux-là, au niveau du changement génétique de ses cellules, ainsi de suite. Ça va loin l’affaire. Donc l’Homme demain… Tu sais, quand on dit à nos enfants : “Si un monsieur s’arrête, tu ne rentres pas dedans”. Tu sais, les parents ils disent à leurs enfants : “Si un monsieur te demande d’aller dans sa machine, tu dis non, tu t’en vas”. Si demain, ou quand des transports viennent d’autres planètes, puis que ça se passe devant chez vous, ou dans un champ, puis que tu es là avec tes épis de blé, laisse-moi te dire que tu es mieux d’être bien conscient pour ne pas être attiré dans leur machine, comprends-tu ? Parce que c’est vibratoire.

Ça fait que si l’Homme n’est pas conscient, il va être amené dans ces machines-là, puis ça, ça fait partie de son expérience, ça fait partie de l’expérience de la Terre, ça fait partie encore des anciennes récoltes que les Atlantes ont connues, ça fait partie de la disparition des races, ça fait partie de la destruction des races dans un temps record comme il est arrivé avec les Mayas, par exemple, ainsi de suite.

Donc l’Homme doit se protéger contre les visiteurs qui viennent de l’espace, et pour ça, il faut qu’il soit conscient, c’est-à-dire qu’il faut qu’il ait suffisamment de conscience, d’intelligence pour être en contact avec sa source. Ça fait que s’il est en contact avec sa source, puis il y a des vaisseaux qui viennent dans un environnement quelconque, à ce moment-là c’est facile, tu vas en dedans, puis ils te le disent. Tu t’en vas. Puis d’ailleurs, rien que son taux vibratoire va faire en sorte qu’il ne sera pas approchable par ces êtres-là.

Mais il existe un grand danger aujourd’hui dans le monde, que les Hommes vivent des expériences négatives par rapport à des races très avancées au niveau de science, mais très très peu avancées au niveau conscience. Ça fait qu’eux autres, ils se “crissent” de nous autres comme de l’an 40, tout ce qui compte pour eux autres, c’est des prélèvements chez l’être humain pour leurs propres expériences personnelles et pour le développement éventuel de leur progéniture, le perfectionnement de leur corps matériel qui est extrêmement primitif, puis pas regardable, “anyway” (rires du public). Mais l’Homme doit être très très conscient de ceci.

Et pour que l’Homme se protège contre des races qui viennent de l’extérieur, il faut qu’il soit intelligent, et pour être intelligent – comme je l’ai toujours dit – il ne faut pas croire. Puis l’Homme n’a pas d’idée qu’est-ce que c’est que ça veut dire : “pas croire”. L’Homme pense que croire ou pas croire c’est une attitude plus ou moins positive, alors que croire ou pas croire, c’est un réflexe psychologique de l’ego. L’ego n’est pas capable de s’abstenir de croire et de s’abstenir de ne pas croire, tout seul. On dirait qu’il y a une polarité, tu lui dis quelque chose : “Ah ! C’est intéressant”, il croit à ça ou il le refuse, soit qu’il croit ou il ne croit pas. Et l’Homme doit aller au-delà de la polarité de ce mécanisme-là, et pas être capable de croire.

DM : Être totalement neutre dans sa position ?

BdM : Totalement neutre. Pour pas être capable de croire, il faut avoir un taux mental, une conscience mentale suffisamment développée, autrement dit il faut avoir assez de contact avec sa source qui, elle, devient ensuite ton enveloppe protectrice contre les différentes formes de croyance qui peuvent venir dans ton expérience. Ça, ça fait partie de l’initiation solaire. Et l’Homme qui sera rendu à un stage où il n’aura plus à croire, il n’aura plus besoin de croire, ou il saura. Il sera suffisamment protégé contre lui-même astralement, et là, à ce moment-là, le contact avec des vaisseaux, qu’ils viennent d’un temps ou d’un autre, il pourra les identifier.

DM : Donc l’initiation, si je comprends bien, ça n’amène pas l’individu à être habile fondamentalement, il ne développera pas une habilité dans le sens de gérer sa vie ou d’organiser sa vie matérielle comme telle ?

BdM : Ooooh, l’initiation, ça t’amène à être pas mal “smart” (intelligent) !

DM : Oui, mais ce n’est pas en terme d’habilité là ?

BdM : Ah ! Oui, l’initiation t’amène à un déblocage d’énergie qui est suffisamment avancé pour te rendre finalement créativement intelligent. Si tu es créativement intelligent, tu deviens habile.

DM : Oui, mais c’est une conséquence, ce n’est pas … BdM : Tu sais, quand tu as les toilettes bouchées chez vous, ta toilette elle n’est pas bien habile, mais quand tu débloques la toilette, elle devient habile, hein ! Puis si elle ne se débloque pas ta toilette, c’est toi qui deviens débile, ça fait que… (rires du public). Ça fait que l’Homme qui est conscient devient très habile, parce qu’il perd de sa débilité. Ça passe l’énergie, ça se canalise, il devient créatif. Mais ce qui arrive, c’est qu’il peut l’utiliser autant sur le plan occulte ou intérieurement, qu’il peut l’utiliser dans le monde.

Ça fait qu’effectivement, la conscience, ou l’initiation solaire qui amènera l’Homme à une certaine conscience, l’amènera à une certaine habilité dans la vie dans ce sens que les mécanismes subjectifs de l’ego qui, auparavant, avaient limité sa conscience, pour des raisons de crainte, des raisons d’émotion, des raisons de pensées réellement inconsistantes avec sa réalité expérientielle, ça, ça saute. Ça fait qu’à ce moment-là, l’Homme devient créatif, puis il devient habile. Est-ce que tu es plus habile aujourd’hui que tu l’étais voilà quinze ans, voilà dix ans, par rapport à ta conscience ?

DM : Je suis obligé de dire que je suis plus lucide, mais plus habile… Je ne sais pas.

BdM : Je le développe OK. Il n’y a pas de différence quand tu es conscient entre être lucide puis habile. La seule différence c’est une affaire de degré. Si tu deviens très très lucide, tu peux devenir très très habile, mais ton habilité est en fonction du pouvoir de ta lucidité. Toi, tu es lucide mentalement, mais tu n’es pas nécessairement lucide au niveau du pouvoir de ton énergie. Autrement dit, toi, si tu étais dans la merde demain matin, tu pourrais rester là pour un bout de temps. Éventuellement, tu t’en sortirais, mais parce que tu es assez lucide. Tandis que moi, si j’étais dans la merde demain matin, demain après-midi j’en sortirais tout de suite. Ça fait que je suis plus habile, parce que je suis plus lucide. Ça fait que plus tu deviens lucide, plus tu te sors de ta “merde”, donc plus tu es habile. Autrement dit, être habile, c’est se sortir de sa “merde”, comprends-tu ?

DM : Ouais, vu sous cet angle-là, c’est impeccable. Ça veut dire qu’il y a bien du monde ici qui ne sont pas tout à fait lucides à leur goût.

BdM : C’est leur souffrance. Il y a bien des gens qui vont dire : “Bon, ben, je comprends des affaires, mais je ne peux pas… Les affaires, je comprends, mais je ne peux pas”. On a l’information mais on n’a pas le “drive”, on n’a pas la transmission. “Comment se fait-il que je sache des affaires, puis que je ne peux pas… Les affaires… Puis ça, c’est parce que leurs corps sont en voie d’évolution, transmutation, ils ne sont pas encore dans leur puissance.

Puis pourquoi ils ne sont pas dans leur puissance ? Parce que le côté astral de leur conscience n’a pas été suffisamment transmuté. Donc ils sont pris d’un côté entre le potentiel puis la puissance. Puis c’est ça qui crée la souffrance, mais c’est ça qui sert à la transmutation des corps. Puis un jour ils pètent du feu, un jour ils deviennent des volcans, puis un jour ils deviennent habiles. Puis dans ce processus-là, ben, c’est parce qu’ils sont devenus un petit peu plus lucides. Autrement dit le degré de l’intelligence de l’Homme, c’est la proportion du temps qu’il utilise à rester dans la “merde”.

Si tu dis : “Qu’est-ce que c’est être intelligent, même cosmiquement, qu’est-ce que c’est être intelligent”… Plus tu es intelligent, plus le temps que tu vas rester dans ta “merde” est court. Plus le temps que tu restes dans ta “merde” est long, moins tu es intelligent, donc moins tu es lucide, donc moins tu es habile.

DM : OK. Ça c’est très intéressant. Une autre question qui vient avec. Là, on parle de temps, je sais qu’il y a bien du monde que, le temps, c’est fatigant. Est-ce que tu as des problèmes en proportion de ta lucidité ?

BdM : Ah ! Ça, c’est intéressant ! Tu as des problèmes en fonction de ton impuissance.

DM : Vous dites en fonction, mais moi j’ai demandé en proportion.

BdM : Oui, mais je ne peux pas répondre à une question qui n’est pas parfaite (rires du public). Donc tu as les problèmes en fonction de ton impuissance. Tu n’as pas les problèmes en fonction de ta lucidité, tu as des problèmes en fonction de ton impuissance. Ton impuissance est responsable, et elle est proportionnelle à ton manque de lucidité.

DM : Donc une personne qui a des gros problèmes, c’est une illusion ?

BdM : Une personne qui a des gros problèmes, c’est une illusion dans le sens que les problèmes n’existent pas, mais c’est réel dans le sens qu’elle est impuissante, donc elle est obligée de vivre ses problèmes en fonction de son impuissance, donc elle n’est pas lucide. Si elle était lucide, elle n’aurait pas ces problèmes-là.

DM : Est-ce que matériellement, un gros problème de dix millions, puis un problème de payer son loyer, c’est la même chose pour les plans ?

BdM : C’est la même affaire.

DM : C’est la même affaire. Ça sert à rien de mener des petites vies (éclats de rires du public)… C’est ça que j’essaie de dire à ma femme (rires du public)… BdM : Ça, c’est comme l’histoire des automobiles, t’sé, le gars va dire : “Bon, ben, tu conduis une petite Volkswagen qui fait soixante-quinze mille au gallon”, mais tu as une Volkswagen. Puis tu peux conduire une Mercedes, ça coûte cher de “gaz” (essence), mais si tu t’enlignes sur une Mercedes, tu vas travailler plus, tu vas mettre plus d’énergie, tandis que si tu t’enlignes sur une petite Volkswagen, tu vas prendre ça aisé, t’sé… Ça fait que c’est une illusion.

DM : Mais vous dites : ça ne fait pas de différence, sur les plans !

BdM : Mais c’est ça que je te dis ! Comme tu dis, tu es aussi bien de vivre au “boutte” que de vivre au bout du “boutte” ! (rires du public).

DM : Ouais, en bas du “boutte” !

BdM : En bas du “boutte” ! Ça fait que si tu vis au “boutte”, tu as l’énergie pour vivre au “boutte”, mais si tu as des craintes de vivre au “boutte”, parce que la Volkswagen, ça coûte moins cher, puis la Mercedes elle coûte plus cher, ben, à ce moment-là tu n’auras jamais le confort de la Mercedes, tu n’auras jamais la puissance de la Mercedes. Puis tu ne pourras jamais goûter de la vie parce que tu vas toujours être dans des petites situations, le petit pain, t’sé, c’est de même que ça marche la vie.

Ça fait que la vie, c’est toujours en fonction de ce que tu es capable de ne pas avoir peur d’aller chercher. Ça fait que si tu n’as pas peur d’aller chercher gros de même, ben, tu vas aller le chercher ! Si tu as peur d’aller le chercher gros de même, ben, tu vas rester avec petit comme ça. Autrement dit, c’est une affaire de puissance.

DM : Je vais vous poser une question, mais celle-là, elle est salée un peu, mais je la pose pareil. Comment ça se fait que les gens qui se promènent en Mercedes ou en Rolls Royce ou en n’importe quoi, ont besoin du petit monde pour se promener en Mercedes ?

BdM : Ils ont besoin de quoi ?

DM : Oui, il y a des gens qui sont lucides, ils ont un certain talent mais comment ça se fait là, peu importe le poste politique ou la dynamique financière dans laquelle ils sont, comment ça se fait que ces gens-là ont toujours besoin du petit monde qui vivent en Volkswagen pour pouvoir continuer à se promener en Mercedes ?

BdM : Je ne comprends pas la question.

DM : Moi, je la comprends très bien ! (rires du public). Comment ça se fait qu’un politicien ou un individu qui a un poste qui lui permet de se promener en Rolls Royce, qui se promène avec des bateaux comme la fille de Monaco, son gars il est mort, il se promène avec des bateaux qui valent des millions de dollars, comment ça se fait que ce monde-là a besoin du petit monde, c’est-à-dire le monde qui se promène en Golf, en petite auto, pour continuer eux autres à se promener en grosse auto ? Est-ce que c’est parce qu’ils sont plus lucides ou c’est simplement… BdM : Quand tu dis que ces gens-là ont besoin du petit monde, ce que tu veux dire, c’est que la condition sociale aujourd’hui dans le monde fait en sorte que les gens qui se promènent, comme tu dis, en Mercedes, ont besoin du petit monde, seulement dans le sens qu’ils apparaissent comme étant liés au petit monde pour pouvoir bénéficier de leur statut.

Mais si tu changeais complètement la relativité sociale ou socio-économique, tu verrais que… Supposons par exemple qu’au Canada, tout le monde pourrait se promener en Mercedes, il y aurait encore du monde encore plus lucide pour se développer une autre sorte d’automobile qui flotterait au-dessus du sol ! Tu ne peux pas éliminer dans une civilisation l’idée du communisme, l’idée que tout le monde se promène en Mercedes, puis tout le monde porte les mêmes chaussettes.

Ça, c’est des illusions que finalement les républiques socialistes se sont aperçues comme étant absolument “inviables” (non viables). Il y a des êtres sur la Terre qui sont propulsés par des forces qui vont les amener à dominer une situation, à individualiser le rendement social, puis il y a des êtres dans la société qui vont vivre par rapport à d’autres êtres en fonction d’une diminution de leur puissance. Donc ce que tu dis, c’est purement relationnel.

Pour que ça soit réel, ce que tu dis, autrement dit pour que des êtres puissent réellement se promener en Mercedes, que tout le monde soit en Mercedes, si tout le monde pouvait se promener en Mercedes, à ce moment-là, la puissance créatrice de la civilisation serait tellement grande, qu’on se promènerait tous en soucoupe volante, puis on aurait des civilisations réellement “communistiques” là, comme tu retrouves sur d’autres planètes. Et à ce moment-là, le pouvoir ne serait plus à la mesure d’une forme banale, mais le pouvoir serait à la mesure d’un cerveau qui, réellement, a la capacité de déchiffrer les grandes énigmes évolutives de la race.

Ça fait que ta question est purement politique, psychologique, et mesurable. Elle est intéressante, mais dans le fond, elle est banale, parce qu’elle ne permet pas d’éliminer le fait qu’il y a des êtres dans le monde qui ont plus de puissance créatrice que d’autres. Tu as des gérants d’entreprise, tu as des Hommes qui ont fait des choses qui ont pété, qui ont marqué la civilisation, puis tu as des Hommes qui ne l’ont pas… C’est une affaire d’évolution d’âme. Autrement dit, pour répondre à ta question “smart”, que tu viens de me poser là, je te répondrais qu’il y a des âmes qui sont hiérarchisées, il y a des âmes qui sont plus évoluées que d’autres, puis il y a des gens dans la contrepartie matérielle de l’expérience qui ont besoin des “chars” plus grands que les autres !

Autrement dit, il y a des âmes sensibles qui ont besoin d’une Mercedes, puis il y a des âmes moins sensibles qui peuvent “dealer” avec des petites Volkswagen, c’est une affaire d’évolution. C’est comme des âmes qui ont besoin de connaître les mystères, puis il y a des âmes qui ont besoin simplement de connaître ce que le Journal de Montréal dit ! C’est une affaire d’âme, ce n’est pas une affaire d’économie !

DM : Merci, Bernard de Montréal. (Applaudissements).

mise à jour le 22/06/2024

Retour en haut