CP-212 Remarques sur l’identité

“On me demande dans une lettre s’il est possible d’accélérer le processus du développement de l’identité réelle. La réponse est oui ! Effectivement, il est possible d’accélérer ce processus dans la mesure où nous sommes capables de supporter le …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


On me demande dans une lettre s’il est possible d’accélérer le processus du développement de l’identité réelle. La réponse est oui ! Effectivement, il est possible d’accélérer ce processus dans la mesure où nous sommes capables de supporter le poids de l’énergie qui vient avec le développement de cette identité. Plus l’Homme entre dans son identité, plus il est forcé par l’énergie de vivre sa vie mentale en fonction du mouvement de l’énergie, en fonction de la nature de son nouveau mental. Donc plus l’Homme sera capable de supporter cette nouvelle condition mentale de l’évolution, plus, effectivement, son développement vers l’identité sera rapide. Mais ceci dépendra toujours de l’individu, ceci dépendra toujours de sa capacité intérieure.

Il est évident qu’il existe des individus qui ont la force intérieure de vouloir en arriver à un plein développement de leur identité. Et ce sont probablement ces individus qui en arriveront à pouvoir, le plus, supporter cette puissante manifestation de leur énergie à travers leurs centres psychiques, dans la mesure où ils seront capables d’en supporter les effets, dans la mesure même où ils seront capables de reconnaître, dans un temps plus court, la nature de leur identité.

Mais que l’Homme aille plus rapidement ou que l’Homme aille plus lentement, là n’est pas le point. Le point est que l’Homme, selon sa nature, sa sensibilité, sa conscience, puisse au moins prendre conscience, petit à petit, de la qualité absolue de sa conscience. Et plus l’Homme pourra supporter la qualité absolue de sa conscience, plus il sera capable de supporter l’absolu dans sa conscience, plus il défera la relativité psychologique de la conscience de son ego, donc plus il se libérera des mécanismes inférieurs du mental pour se raccorder au processus créatif du mental supérieur.

Il y a effectivement une lutte interne – ce que nous pourrions appeler une “dé-astralisation” du mental – que l’Homme doit vivre dans le développement de son identité. Et c’est au cours de cette “dé-astralisation”, de cette lutte, qu’il vit le poids de sa conscience en évolution. Maintenant, s’il est capable de supporter le poids de cette conscience en évolution, à ce moment-là, il va ou il ira plus vite dans la direction du plein développement de son identité.

Mais d’un autre côté, lorsqu’il vit la “dé-astralisation” de son mental, il devra reconnaître, au cours de cette expérience, qu’il vit deux niveaux à la fois : il vit toujours un niveau astralisé et il vit aussi un niveau mental. Et plus l’évolution se fait, plus le niveau astralisé disparaît, plus le niveau mental s’objectivise, et avec le temps, la conscience, l’intelligence, la volonté, l’Homme se créera un mode de vie qui conviendra parfaitement à l’équilibre de l’énergie mentale supérieure avec l’ego. Donc la chance que l’expression astrale en lui se fasse sentir diminuera et diminuera et diminuera, de sorte que l’Homme se sentira de plus en plus entrer ou vivre de son identité réelle. Mais tant qu’il y aura de la transformation, à l’intérieur, devant être exécutée, le travail continuera à se faire.

L’Homme a beau vouloir atteindre ou arriver à son identité rapidement, tout ceci dépendra de son propre niveau d’évolution, dépendra de sa propre capacité de supporter la qualité absolue de son mental derrière le mouvement un peu confus de son mental astralisé. C’est dans cette perspective qu’il faut regarder la possibilité d’évolution plus rapide ou plus lente. Il y a des êtres qui sont suffisamment conscients pour réaliser la qualité absolue de leur mental derrière la qualité relative de leur mental astralisé, et ces êtres sont certainement ceux qui sont plus avantagés à un développement rapide de leur identité.

Mais d’un autre côté, il y a toujours un travail qui doit se faire intérieurement, une certaine transmutation, et la transmutation qui doit se faire, à un certain point, devient vibratoire, n’est plus nécessairement psychologique. Autrement dit, viendra le point où l’Homme n’aura plus de problèmes psychologiques mais il aura à vivre certains changements vibratoires. Donc ces changements vibratoires pourront causer en lui une sorte de tension psychique. Ces êtres seront au-delà de leurs conditions d’aujourd’hui, dans ce sens qu’ils auront commencé à mettre le doigt sur leur identité, mais ils auront quand même à vivre certaines transformations de l’ordre vibratoire.

Donc si nous parlons d’identité, nous devons regarder deux aspects : un Homme peut être dans son identité et devoir encore vivre des transformations vibratoires sur le plan mental. Mais rendu à ce stage-là, l’Homme ne vit plus ces transformations comme il le faisait auparavant, dans ce sens que ces transformations sont d’un ordre purement vibratoire, tandis qu’auparavant, l’Homme, passant de l’involution à l’évolution, de la personnalité à la personne, devait vivre des chocs psychologiques, devait prendre conscience de certaines limitations psychologiques de son ego, ceci était plus difficile. Mais à partir du moment où l’Homme passe à un autre stage de transmutation, il ne vit que l’aspect vibratoire de cette transmutation et les aspects psychologiques n’existent plus. Donc il est déjà dans son identité, mais il est encore en voie de perfectionner ses centres d’énergie.

Dans le fond, le problème de l’identité humaine, c’est un problème de correction de la vision qu’a l’ego de lui-même. Et cette correction ne se fait que dans la mesure où l’énergie, passant à travers l’être et se manifestant dans les évènements ou sa réaction aux évènements, lui permet, avec le temps, de s’ajuster à une sorte de neutralité psychologique. Et c’est cette neutralité psychologique qui amène l’Homme à découvrir son identité, c’est-à-dire son appartenance à un niveau de conscience qui ne fait pas partie de sa mémoire ou de sa conscience psychologique.

Le développement rapide de cette conscience ne dépend que de la capacité, chez l’être, d’envisager un retournement intégral de sa personnalité psychologique. S’il est capable de vivre ou de subir un retournement intégral de cette personnalité, effectivement il avancera très rapidement vers l’identité. Mais tous les Hommes n’ont pas la même capacité de vivre un changement aussi radical de leur être. C’est pourquoi la transmutation du corps mental est une transmutation qui prend beaucoup de temps, sinon l’Homme ne pourrait pas supporter une telle transmutation et l’astral deviendrait tellement puissant en lui que sa vie matérielle deviendrait en danger, sa vie psychique deviendrait en danger.

Donc évidemment, puisque l’Homme est en évolution vers la lumière, les forces en lui qui agissent pour transmuter ses principes le feront selon sa propre mesure. Aucun Homme n’a la mesure de l’autre : il y a des Hommes qui peuvent prendre beaucoup, d’autres moins, d’autres presque rien. Donc c’est à chacun de nous de nous demander jusqu’à quel point nous sommes capables de vivre cette transmutation vers le développement de l’identité, au lieu de nous demander comment est-ce possible ou sous quelles conditions un tel changement ou une telle transformation devrait être ou pourrait être accélérée.

Il est évident que la question de l’accélération de la personnalité vers la personne ou du développement de l’inconscience vers la conscience est une question de désir, une question égoïque, une question qui en elle-même demande d’être répondue, mais une question aussi qui ne peut pas être répondue dans le cadre de l’entendement de l’ego, parce que l’ego ne connaît jamais parfaitement ses besoins sur le plan d’évolution.

C’est un peu comme le phénomène du type qui fait de l’entraînement à la boxe ou dans un sport parallèle, et qui doit suivre les conseillers du sport. Donc le type a… comment vous appelez… un entraîneur, donc cet entraîneur connaît, sait ce que le sportif a besoin pour transmuter, si vous voulez, son allure sportive. Mais il est évident qu’au cours de l’entraînement, il y aura beaucoup de chance que le sportif se retourne contre son entraîneur et lui dise : “Mais écoute, bonhomme, fous-moi la paix, j’en ai ras-le-bol de tes exercices qui n’arrêtent plus”… ! C’est un peu la même situation que l’Homme vit face au double, face aux forces créatives de sa conscience.

L’Homme veut, lui, en arriver à l’identité de sa conscience rapidement. Il veut réellement être sur le train de cinq heures mais il ne réalise pas qu’il y a beaucoup de trafic. Et le trafic, ben, c’est lui-même ! Le trafic, c’est la congestion interne de sa conscience psychologique. Vous ne pouvez tout de même pas passer par-dessus les autos ! Autrement dit, vous ne pouvez pas nier le trafic en vous-mêmes. Il y a en vous beaucoup de trafic. Vous n’êtes pas sur une route déserte. Donc vous ne pouvez pas facilement arriver à cinq heures. Et si l’Homme prenait conscience de son trafic, autrement dit si l’Homme avait une vision intégrale du trafic en lui-même, il verrait d’une façon très claire et très nette que le double, que l’énergie créative en lui, que son esprit ne peut pas œuvrer à la fusion avant sept heures, peut-être huit heures, peut-être minuit, peut-être demain matin, peut-être la semaine prochaine. Mais évidemment l’Homme ne le sait pas. Ceci ne lui sera pas dit afin de ne pas le dégonfler.

Donc la question du développement, ou en ce qui concerne le développement rapide de l’Homme vers son identité, est une question totalement d’ordre psychologique. Elle fait partie du désir de l’ego d’en arriver à une finalité en ce qui concerne la conversion de ses énergies. Cette question, elle est très louable et comme je disais, elle demande une réponse mais la réponse ne conviendra certainement pas à l’ego. Elle va convenir à la réalité de l’Homme, elle va convenir à la réalité de tel ou tel individu. D’ailleurs c’est dans l’événementiel, c’est en relation avec les évènements que vous savez ou que vous pouvez savoir ou percevoir jusqu’à quel point vous avez une identité.

Regardez ce qui se passe dans votre vie lorsque les choses ne tournent pas rond, lorsque vous ne sentez pas avoir le contrôle sur votre vie, et regardez comment vous agissez, comment vous réagissez, jusqu’à quel point vous vivez cette expérience émotivement, et cela vous donnera une mesure extrêmement précise du rythme avec lequel vous pouvez aller pour découvrir votre identité. Regardez combien vous êtes capables de prendre les interférences ou les obstacles de la vie et les dépasser de façon intégrale, de façon mentale, sans leur apporter une goutte d’émotivité subjective, et vous aurez une très grande mesure, un très bon outil, si vous voulez, pour mesurer jusqu’à quel point vous êtes capables de passer rapidement de la personnalité à la personne.

Vous-mêmes vous avez votre propre mesure, vous n’avez pas à la demander à d’autres, quelle que soit leur autorité en la matière. Chaque être humain est capable de s’automesurer, de la même façon que chaque être humain doit en arriver à pouvoir définir la dimension de ses propres petits mensonges personnels, de ses propres petits jeux égoïques, c’est ça de l’identité ! De l’identité, c’est être capable de se regarder dans le miroir et de ne pas se voir égoïquement. C’est être capable de se voir d’une façon totalement translucide. Dans la mesure où l’Homme sera capable de ne pas se voir par réflexion égoïque, il sera dans son identité. C’est ça de l’identité.

Si vous voulez aller rapidement dans cette direction, effectivement vous devrez être capables d’en supporter le mouvement, et le double le connaît le mouvement, le double le sait, le double connaît votre résistance. Vous, vous ne la connaissez pas, vous croyez la connaître.

Souvent, des fois, on m’a dit : “Ah ! Ben moi, je suis capable d’en prendre”. Je regarde ces bonshommes, après un an ou six mois ou deux mois ils viennent me voir et ils me disent : Ah ! Ben moi, j’en ai ras-le-bol d’en prendre”. Alors, à un certain moment ils étaient capables d’en prendre et voilà que tout d’un coup, ils ne sont plus capables d’en prendre. Mais ils sont obligés de continuer à en prendre afin d’apprendre qu’ils n’étaient pas capables d’en prendre autant qu’ils croyaient. C’est ça le mouvement de l’être allant de la personnalité à la personne.

C’est pourquoi, nous ne sommes pas capables, les Hommes de l’involution, de mesurer ce que nous avons de besoin pour transmuter. C’est pourquoi, d’ailleurs, l’évolution, la transmutation, se fait sans effort de la part de l’ego. Elle se fait simplement en fonction de sa capacité de souffrir la transmutation.

La différence entre l’involution spirituelle et l’évolution créative, elle est là. Que vous soyez un saint ou que vous soyez un gourou ou que vous soyez un ami d’un gourou, que vous soyez un être très spirituel, ceci ne va pas nécessairement vous amener à passer de la personnalité à la personne. Parce que justement, votre état intérieur, bien qu’il soit un état élevé, devra être totalement transmuté pour qu’un jour vous en arriviez à reconnaître l’illusion d’être un saint ou un gourou ou un ami spirituel près du gourou.

L’évolution, la transmutation, la fusion de l’Homme avec son propre esprit n’a rien à voir avec les sphères spirituelles, donc n’a rien à voir avec des désirs égoïques de l’Homme. Ça fait partie de la transmutation de l’énergie. Ça fait partie de la descente de l’énergie sur le plan matériel. Donc si vous vous demandez des questions concernant la rapidité de votre mouvement vers l’identité, cherchez à regarder en vous-mêmes et à voir si vous êtes capables de supporter le temps que ça prend jusqu’à aujourd’hui sans vous dégonfler.

Si vous voulez aller vite, c’est parce que vous avez besoin d’un répit. Si vous avez besoin d’un répit, c’est que vous voulez une finalité. Mais si vous voulez aussi une finalité, un terme à la transmutation, c’est peut-être parce que vous avez besoin de reconnaître en vous-mêmes les mécanismes qui vous illusionnent et qui vous empêchent d’arriver à ce terme quand vous voudrez. Mais ceci demande la force intérieure qui naît de la transmutation de vos corps. Donc dans un sens, c’est un cercle vicieux et dans un autre sens c’est une spirale qui monte vers l’infinité de l’Homme. C’est un cercle vicieux dans le sens que, vous voulez mais vous ne pouvez pas, et c’est une spirale dans le sens que, dans la mesure où vous aurez réalisé que vous pouvez, vous aurez éliminé de votre vie des éléments qui vous donnent l’impression que vous ne pouvez pas : ça c’est la réponse à votre question.

Pour avancer rapidement, si vous voulez, vers notre identité, nous ne devons reculer devant rien pour sentir, pour arriver à sentir que notre volonté et notre intelligence sont absolues. Je ne peux pas vous répondre d’une autre façon. Si nous sommes capables de réaliser que notre intelligence de quelque chose et notre volonté de quelque chose est absolument réelle, à ce moment-là nous avançons, nous sommes dans notre identité. Mais si nous ne sommes pas capables de réaliser que notre intelligence de quelque chose est absolue, ou d’actualiser absolument notre volonté, nous ne sommes pas dans notre identité, nous ne pouvons pas vivre notre identité. Et c’est dans cette mesure, ou en relation avec ce devenir, que le mouvement de l’Homme vers son identité, que le mouvement rapide de l’Homme vers son identité dépend de la coloration psychologique de son moi qui affecte son intelligence créative et sa volonté créative.

L’Homme ne peut pas aller plus rapidement qu’il n’est capable d’être plus absolu, dans la mesure où il est capable d’être plus absolu créativement, c’est-à-dire absolument réel. Je ne parle pas de cet absolu psychologique relatif à une opinion personnelle. Je parle de cet absolu créatif qui est le produit de la synthèse de la conscience de l’ego et de la lumière de son esprit. Dans cette mesure l’Homme avance, est dans son identité rapidement, et plus il est habitué à vivre ainsi, plus cette identité demeure permanente.

Mais si l’Homme n’est pas capable de vivre l’absolu de sa volonté, l’absolu de son intelligence de façon réelle, c’est-à-dire en parfaite harmonie vibratoire avec l’énergie créative de son mental qui lui donne accès à cet absolu, l’Homme ne peut pas être dans son identité. Donc il ne peut pas simplement vouloir l’être rapidement parce que ça demande, chez lui, une capacité créative intégrale, c’est-à-dire une capacité réelle de voir à travers le jeu du double qui transmute son corps, ses principes, qui utilise les évènements, à travers la coloration psychologique astralisée de l’ego, afin de transmuter les principes inférieurs de l’Homme pour les amener éventuellement à une projection dans l’espace et le temps qui convienne parfaitement à ses besoins personnels, besoins parfaitement identifiables à sa réalité, donc parfaitement en harmonie avec son énergie créative.

Donc à ce stage de l’évolution, ce n’est plus une question d’en arriver rapidement à son identité. C’est une question de pouvoir supporter absolument et intégralement sa propre intelligence et sa propre volonté face aux illusions que peut créer le double, à travers la conscience de l’Homme. Et ceci, ce n’est pas facile parce que le double est extrêmement intelligent, le double est intelligence, et l’Homme est en voie d’en arriver à un équilibre entre cette intelligence et lui-même.

Donc pour que l’Homme en arrive à rapidement reconnaître son identité, il lui faut en arriver à pouvoir percevoir les jeux du double à travers sa conscience en évolution, jeux qui seront utilisés pour la transmutation de l’ego, à l’intérieur desquels tous les aspects astraux de la conscience de l’Homme seront filtrés, afin de l’amener finalement à une sorte d’épuration psychique, à une sorte de développement mental supérieur où le canal de l’Homme sera parfaitement développé, c’est-à-dire où sa volonté et son intelligence répondront parfaitement à ses besoins, dans la mesure où l’énergie sera parfaitement ajustée entre lui et les plans supérieurs.

Le phénomène de l’identité, ce n’est pas simplement un phénomène de réorganisation psychologique. C’est un phénomène d’ordre psychique, c’est-à-dire que dans la mesure où l’Homme découvrira son identité, il deviendra de plus en plus égal à ce qu’il est, non seulement sur le plan matériel mais sur les plans invisibles de sa nature. Autrement dit, lorsque nous parlons d’identité, à partir de ce moment où nous passons de l’involution à l’évolution, nous ne parlons pas de l’identité psychologique de l’Homme ancien. Tous les mots doivent être regardés en fonction d’une nouvelle vision de l’Homme, et non pas en fonction d’une nouvelle définition de certains termes qui, dans le passé, ont été utilisés d’une façon ou d’une autre, mais toujours involutivement parlant.

Le phénomène de l’Homme nouveau, le phénomène de l’Homme intégral, c’est un phénomène de développement de la personnalité vers la personne, de l’absence d’identité totale chez l’être humain vers l’identité réelle de l’Homme, c’est-à-dire du contact universel, vibratoire, psychique entre le cerveau éthérique et le cerveau matériel. Donc nous parlons réellement d’une mutation, nous parlons réellement d’une transformation énergétique de la conscience humaine, non pas simplement d’un réajustement de la psychologie humaine.

Si on veut s’intéresser au développement rapide de cette conscience, si on veut s’intéresser à la question du temps que ça prend pour y arriver, nous ne nous intéressons qu’à l’aspect psychologique de la question. Il y a l’aspect psychique vibratoire de la réalité de ce passage et c’est là que chaque être humain, selon ses propres ressources intérieures, pourra en arriver à passer de l’involution à l’évolution, de la personnalité à la personne, plus rapidement que d’autres, dans la mesure où ces êtres seront suffisamment capables de supporter l’intransigeance vibratoire de l’énergie, filtrée à travers les centres de l’Homme, issue du double et éventuellement ajustée, équilibrée par l’ego lui-même.

L’ego n’est pas un robot. L’ego n’est pas la pièce mécanique de l’esprit. L’esprit a son identité ; l’ego, l’Homme, a son identité en relation avec cette identité cosmique, de sorte que nous parlons de deux niveaux de réalité, deux systèmes de réalité qui doivent s’interpénétrer parfaitement. Et c’est là que l’identité de l’Homme se manifestera, dans ce sens que l’Homme prendra conscience qu’il n’y a plus d’espace psychologique dans son mental servant à le diminuer devant sa propre réalité qui est cosmique. Donc à ce moment-là, l’Homme sera effectivement un être intégral, c’est-à-dire un être intégré, c’est-à-dire un être composé créativement à chaque instant de sa vie.

Donc pour que l’Homme passe de la personnalité à la personne, de l’absence d’identité à l’identité, il faut qu’il soit créé en lui une transmutation profonde de son être, c’est-à-dire une capacité intégrale de révolutionner sa psychologie personnelle, de révolutionner sa nature, de révolutionner sa façon de vivre, de révolutionner sa façon de voir, de révolutionner sa façon de créer mentalement, c’est-à-dire de donner à son mental une nouvelle puissance, une nouvelle capacité, qui n’est plus fondée sur les mécanismes psychologiques de l’ego, à partir des craintes jusqu’à ses infamies mais à partir de la puissance révélatrice du double à travers l’ego, c’est ça l’identité. Et plus l’Homme sera capable de supporter cette présence, cette présence absolument pénétrante, plus il pourra aller rapidement de l’involution à l’évolution, de la personnalité à la personne, de l’absence à l’identité. Ce n’est plus un facteur de temps, c’est un facteur de force intérieure.

Donc il y a des êtres qui ont plus de force intérieure parce qu’ils sont plus évolués, parce qu’ils ont une plus grande aventure spirituelle, parce qu’ils ont une plus grande science non révélée du réel et cette science non révélée du réel, qui fait partie d’eux, de leur dimension cosmique, se manifestera un jour dans la mesure où l’ego sera capable d’en supporter les conséquences. Donc il est évident que l’Homme ne découvrira pas son identité en fonction d’un désir puissant de le faire. Il découvrira son identité dans la mesure où il aura une volonté créative, une intelligence créative absolument consciente des interférences pouvant lui enlever cette identité.

Donc si l’Homme perd son identité, c’est parce qu’il manque en lui de l’intelligence et de la volonté. S’il découvre son identité, c’est parce qu’il y a en lui de l’intelligence et de la volonté. Donc comment l’Homme en arrivera à découvrir son intelligence, découvrir sa volonté ? C’est naturellement par rapport à la réalisation de ses illusions parce que volonté, et intelligence créative supramentale, n’existent qu’en fonction de la disparition, de l’annihilation, de l’élimination des illusions psychologiques de l’ego. Le développement rapide de l’Homme vis-à-vis ou face à son identité, c’est une question qui ne peut pas être répondue universellement parlant ; c’est une question qui ne peut être répondue qu’en fonction de chaque individu, mais chaque individu peut avoir la réponse universelle, c’est-à-dire que chaque individu a la capacité de mesurer, de percevoir, jusqu’à quel point il est à côté de lui-même.

Le concept d’être à côté de soi-même n’est pas sans intelligence parce que le concept d’être à côté de soi-même indique, justement, que dans la mesure où nous sommes à côté de nous-mêmes, nous ne pouvons pas avoir une mesure précise de nous-mêmes. Et chaque être humain, selon qu’il est beaucoup ou peu ou très beaucoup à côté de lui-même, est insuffisant dans sa propre réalité. Il manque une partie de sa totalité parce que justement il vit trop à côté de lui-même.

Mais pour vivre soi-même, pour manifester soi-même, pour être à l’intérieur de soi-même, il faut avoir été transmuté, il faut avoir vécu une transmutation, il faut avoir été amené à la reconnaissance intégrale que de l’intelligence, de la volonté, ça ne fait pas partie de l’expérience de l’âme, que ça fait partie de la puissance de la lumière de l’Homme. Et tout Homme qui se trouvera, découvrira dans la vie, dans cette énergie, verra très bien dans sa rencontre avec les Hommes du monde, dans sa rencontre avec les Hommes de l’involution, que le niveau d’intelligence et de volonté faisant partie de la nature humaine involutive est absolument sans issue, en ce qui concerne la volonté et l’intelligence créative de l’Homme de demain ; que la différence entre ces deux temps de la vie, entre ces deux périodes, involutive et évolutive, est absolument effarante.

Lorsque nous parlons de l’identité de l’Homme, nous parlons du rapport étroit entre la lumière et l’ego. Nous ne parlons pas de cette fausse identité qui donne à l’Homme l’impression d’avoir atteint un certain sommet psychologique dans sa vie parce qu’il a de l’argent ou parce qu’il a fait des études ou parce qu’il a le succès social. Ceci n’est pas une identité réelle. D’ailleurs, un Homme qui est dans son identité réelle et qui rencontrerait un Homme qui est dans une identité purement le produit d’une conscience sociale bien tournée, bien développée, fera absolument éclater une telle identité parce que le réel, c’est de la lumière.

L’identité future de l’Homme, cette réalité profonde de la fusion de l’esprit avec la matière ne peut pas, à aucun niveau, être substituée pour cette sorte d’identité involutive que nous retrouvons dans les salons ou dans les sphères humaines où règne le succès social. L’identité que découvrira l’Homme, vers laquelle il ira au cours de son évolution, fait partie de la transmutation psychique de l’être, donc elle fait partie de la magie de l’énergie à travers l’ego capable de la supporter jusqu’à la fin, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il y ait équilibre parfait entre l’intelligence de l’Homme et l’intelligence cosmique, la volonté de l’Homme et la volonté cosmique.

Donc c’est un tour de force, effectivement. C’est une manifestation de la puissante incarnation de la lumière dans la matière. C’est une manifestation de la présence sur le Globe, de l’esprit, c’est une manifestation intégrale du lien entre l’universel et le planétaire. Donc demander si l’Homme peut aller rapidement vers cette identité, c’est demander une question purement psychologique à laquelle nous répondons parce que nous voulons bien répondre afin de donner à l’Homme une certaine mesure de ce qui l’attend au cours de son évolution.

Mais la réponse finale ne viendra que de la conscience de l’Homme lui-même. C’est lui-même qui mesurera jusqu’à quel point il est capable de supporter d’être identique à lui-même. Et comment mesure-t-on si nous sommes capables d’être identiques à soi-même ? Très simple : nous ne vivons que par rapport à soi-même, nous ne vivons que par rapport à l’intelligence créative de l’Homme, intelligence qui soi-disant est universelle mais qui demeure tout de même une intelligence née d’une fusion, c’est-à-dire que l’Homme qui est dans son identité ne vit aucunement sa conscience par rapport à un support psychologique d’ordre social ; il vit sa conscience par rapport à lui-même, c’est- à-dire en fonction de l’intégration de son énergie.

Si nous regardons par exemple, aujourd’hui, le monde du cinéma, le monde du théâtre, le monde que l’on appelle en anglais le “glamour world” : les gens qui sont dans le “glamour world”, les gens qui sont dans ces sphères enivrantes où le succès social leur donne une certaine identité, ce sont des gens qui vivent leur succès ou cette identité – soi-disant identité – en fonction du support social qu’on leur donne. Mais le jour où le support social n’existe plus, ces gens s’effondrent et peuvent même aller facilement vers le suicide, parce que ce sont des dépressifs en potentiel qui sont soutenus simplement, non pas par la lumière de l’Homme mais par la lumière astrale de l’Homme.

Donc ces êtres, nous leur souhaitons le plus grand des succès, mais l’Homme nouveau ne pourrait jamais se nourrir aux lampadaires de cette expérience puisque l’électricité, le jus qui fait vibrer ou qui fait allumer la lampe peut leur être retiré n’importe quand. Donc c’est la fin de leur expérience, c’est la fin de leur expérience sociale, c’est la fin de leur identité personnelle et ensuite vient la dépression, ensuite vient la mort, ensuite vient le retour au monde de l’astral. Tandis que dans le cas de l’évolution future de l’Homme où l’Homme connaîtra la fusion, il n’y aura plus de support extérieur à sa conscience. Il sera totalement identique à lui-même, c’est-à-dire qu’il aura éliminé tous les supports partiels, subjectifs, illusoires, factices de l’involution pour ne créer que de la puissance de sa volonté, de la permanence de son intelligence. Autrement dit, il sera absolument capable de se tenir sans support, dans le vide psychique de son ego intégralisé.

Est-ce qu’on peut arriver à ceci rapidement ? Je vous le souhaite. Mais est-ce qu’on peut y arriver ? Oui. Est-ce qu’on y arrivera ? Oui. Est-ce que ce sera dans cette vie ? Pour certains, oui. Est-ce que ce sera dans une autre vie ? Pour d’autres, oui.

Donc c’est à nous les Hommes de savoir à quel point dans notre vie, nous sommes parfaitement bien. Et lorsque l’Homme sera parfaitement bien, réellement bien, autrement dit lorsqu’il n’aura besoin de rien qui soit extérieur à lui-même pour être bien, ce sera son identité. Et elle deviendra de plus en plus grande dans la mesure où il deviendra de plus en plus occulté, c’est-à-dire dans la mesure où il passera, un jour, d’un niveau de conscience matérielle à un niveau de croissance éthérique. Ainsi va l’évolution.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut