CP-202 La conscience face aux forces psychiques

“Une des conditions originales de l’Homme conscient sera son assujettissement aux forces psychiques en lui qui prendront naissance. L’assujettissement de l’Homme conscient aux forces psychiques sera une condition temporaire de son évolution. Cet …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Une des conditions originales de l’Homme conscient sera son assujettissement aux forces psychiques en lui qui prendront naissance. L’assujettissement de l’Homme conscient aux forces psychiques sera une condition temporaire de son évolution. Cet assujettissement sera naturel au début parce que l’Homme conscient, c’est-à-dire l’Homme nouvellement éveillé à sa réalité intérieure, sera obligé de découvrir les mécanismes profonds de ces forces pour en arriver finalement à les intégrer, c’est-à-dire à les dépersonnaliser complètement, c’est-à-dire à leur enlever sur lui leur pouvoir.

La raison pour laquelle l’Homme nouveau sera psychiquement assujetti à ces forces est due au fait que l’Homme pense en fonction d’une réalité au-dessus de lui. Et puisque l’Homme nouveau pense à une réalité au-dessus de lui, il sera obligé au cours de son évolution d’en arriver à intégrer cette réalité, c’est-à-dire à ne plus lui donner d’espace dans sa vie, afin que lui prenne la totalité de son propre espace psychique et devienne éventuellement un être libre sur le plan matériel.

L’évolution future de l’Homme ne sera pas facile sur ce plan parce que l’Homme, à cause de l’ouverture de son centre psychique, sera obligé de percevoir une multitude de facettes de sa conscience supérieure, c’est-à-dire de sa conscience non encore perfectionnée. La conscience supérieure de l’Homme ne veut pas dire une conscience parfaite, la conscience supérieure de l’Homme veut dire simplement une nouvelle forme d’introduction, dans son mental, d’énergie qu’il n’est pas habitué involutivement parlant à manifester parfaitement.

L’évolution de la conscience nouvelle apportera vers l’Homme une quantité indéfinissable de vibrations et ces vibrations feront de lui au début un être assujetti psychiquement à ces forces, Mais l’Homme apprendra, dans un temps relativement court, à dépasser l’aspect personnel de ces forces, à dépasser l’aspect autoritaire de ces forces, à dépasser l’aspect intelligent de ces forces pour que lui éventuellement en arrive à les intégrer et à manifester sa propre intelligence.

Nous voulons ici faire allusion au fait que l’intelligence cosmique n’est pas quelque chose que l’Homme reçoit dans son mental, mais que l’Homme exprime par son action et sa volonté. Tant que l’Homme nouveau ne se sera pas parfaitement habitué à l’actualisation de ces nouvelles forces psychiques en lui, il aura tendance à croire que ces forces dénotent une certaine forme d’intelligence, lorsqu’en fait ces forces ne dénoteront qu’un aspect ultimement humain de l’énergie non perfectionnée sur le plan mental de sa volonté.

Au cours de l’évolution, l’Homme découvrira dans son expérience personnelle que la nature des forces psychiques en lui doit être parfaitement domptée, c’est-à-dire parfaitement dépersonnalisée, parfaitement dépolarisée, pour qu’il puisse en arriver un jour à ne plus sentir en lui de dualité. La dualité planétaire et cosmique de l’Homme est un mythe de sa réalité, elle est un mythe profond puissant, extrêmement occulte, mais l’Homme découvrira avec le temps que l’évolution de l’énergie est parfaitement intégrable, est parfaitement en fonction de sa capacité à lui d’établir sur le plan matériel un pont parfait entre l’invisible et le matériel, un pont qu’il ne pourra construire que dans la mesure où il sera capable, sur le plan de sa volonté, d’intégrer l’énergie et de ne donner à l’énergie mentalement manifestée aucun espace, afin que lui ne puisse jamais subir dans l’avenir un contrôle quelconque dans sa vie.

L’évolution de la conscience supramentale sur la Terre amènera l’être humain à une conversion totale de son moi, il en arrivera un jour à pouvoir, sur le plan humain, réaliser qu’il n’existe plus en lui de séparation, c’est-à-dire qu’il ne peut plus se manifester en lui de volonté autre que la sienne, et tant que l’Homme n’aura pas réalisé ou atteint ce stage de l’évolution, il ne pourra pas parfaitement bénéficier de ce qu’il est, c’est à dire un Homme intégral.

Le phénomène de la voix intérieure est un phénomène qui fait partie du mouvement de l’énergie vers le mental humain, mais ce phénomène de la voix intérieure devra être éventuellement transmuté par l’Homme pour que la voix cesse d’être un agent actif dans la vie de l’Homme, pour que la voix cesse d’être un agent dominateur dans la vie de l’Homme et pour que la voix aussi cesse d’être un aspect intelligent de la conscience de l’Homme.

L’Homme n’a pas ou n’aura pas besoin de la conscience de la voix intérieure pour perfectionner sa vie, et pour en arriver éventuellement à donner à sa vie la valeur dont il a besoin afin de pouvoir sur le plan matériel bien manifester son énergie. Le phénomène de la voix intérieure est un phénomène qui fait partie de l’astralisation de son mental, phénomène qui a tendance à spiritualiser sa nature et à maintenir l’Homme dans une sorte d’impuissance créative face à sa volonté.

Ce phénomène fait partie de l’involution, il fait partie de la nature astrale et spirituelle de l’Homme, mais il devra un jour être totalement réduit à une simple capacité interne de télépathiquement commander la relation avec l’énergie pour pouvoir, sur le plan mental, activer cette faculté, dans le but de connaître certains aspects futurs de l’évolution, ou futurs de la nature des évènements sur la Terre. Mais l’Homme ne devra pas être assujetti psychologiquement à cette voix, ne devra pas être assujetti télépathiquement à cette volonté, parce que l’Homme devra être intégral c’est-à-dire capable, de par lui-même, de s’informer, de s’interroger et de se donner tout ce dont il a besoin afin de parcourir le sentier de l’évolution, et de s’attribuer sur le plan matériel les forces nécessaires pour la conversion de l’énergie en évènements coïncidant parfaitement avec sa volonté.

L’assujettissement de la conscience de l’Homme nouveau aux forces psychiques, fait partie du mouvement naturel de ces forces à travers le mental éveillé. Mais ce mouvement, avec le temps, disparaîtra de plus en plus, et viendra un jour où l’Homme connaîtra une conscience mentale parfaitement vide ; c’est-à-dire une conscience mentale capable de supporter le vide, c’est-à-dire capable de supporter l’absence de téléphonie mentale ou de conversation mentale, ou de pensée mentale nécessaire aujourd’hui à la structuration de son ego, et au maintien sur le plan psychologique d’une conscience qui lui permet émotivement de se constater.

Avec l’évolution de la conscience future de l’Homme, le besoin de se constater en tant qu’être pensant diminuera proportionnellement à sa capacité intégrale d’intervenir dans le processus événementiel pour créer sur le plan matériel une constante harmonieuse entre sa faculté psychique et sa corporalité matérielle.

Avec le temps, l’identification de l’Homme avec sa nature purement humaine sera essentielle et au-delà de ce qu’il peut aujourd’hui concevoir, de sorte que l’Homme futur, l’Homme nouveau, le nouveau modèle d’évolution, ne sera plus un être assujetti à une forme quelconque de pensée pour se donner une forme quelconque de conscience. Il sera simplement un être parfaitement intégré dans l’unicité totale de sa conscience qui, en retour, lui permettra de convertir intégralement l’énergie en une forme de volonté-action qui deviendra pour lui, sur le plan matériel, la manifestation cosmique de son pouvoir.

L’Homme est un être cosmique, l’être humain ne l’est pas. Mais l’Homme étant un être cosmique, il assumera, avec le temps, la capacité d’intégrer l’énergie et de se donner sur le plan matériel autant d’espaces dont il a besoin afin de parcourir le plus grand temps possible sur le plan de l’évolution de son expérience. Ce n’est qu’au cours de l’évolution que l’Homme découvrira qu’il possède infiniment la capacité de gestionner l’énergie et de donner à cette énergie la valeur mentale nécessaire à la création des sciences dont il a besoin, pour l’évolution de sa conscience de sa civilisation.

L’Homme involutif n’est pas habitué à la nature de son être, parce que l’Homme de l’involution a toujours été psychologiquement contrôlé et manipulé par les forces occultes en lui. Mais l’Homme nouveau, lui, sera un être totalement différent, il aura connu la transmutation du mental, il vivra naturellement la mutation psychique de son moi et il en arrivera un jour à pouvoir conserver parfaitement l’identité de son être, sans avoir besoin de se réfléchir psychologiquement ou égoïquement sur le plan mental qui aura été converti, à partir d’une mémoire ancestrale, vers une capacité intégrale d’informer l’Homme lui-même dans la nature même de sa capacité instructive de manifester sa volonté.

L’Homme nouveau découvrira que la nature même de l’énergie est une nature d’instruction, que la nature de l’énergie est d’une nature intelligente et à la fois une nature orientative. Il existe, dans la formation même du mouvement de l’énergie, une capacité intégrale de donner, à celui qui la reçoit, l’information nécessaire pour la traduction instantanée et parfaite de son mouvement dans le cosmos et dans les éthers. Donc l’Homme n’a pas besoin en vérité de s’assujettir psychologiquement à la nature psychologique de l’énergie, c’est-à-dire à la pensée, pour pouvoir sur le plan mental s’instruire d’une façon ou d’une autre de la réalité invisible des mondes ou de la réalité matérielle de ces mêmes mondes densifiés sur le plan physique.

Au fur et à mesure où l’Homme prendra conscience de sa nature, il prendra conscience de sa conscience. Et en prenant conscience de cette conscience, il verra que la nature parfaite de sa conscience est directement reliée à sa capacité intégrale de donner à cette conscience la manifestation créative instantanée dont il a besoin afin de manifester, afin de créer, sur le plan matériel, les choses dont il a besoin pour perfectionner sa vie en tant qu’être.

Mais l’Homme nouveau sera, au début, assujetti aux forces psychiques parce qu’il n’aura pas encore compris jusqu’à quel point ces forces psychiques font partie de la mémoire de l’Humanité et aussi de sa mémoire personnelle. Et la mémoire de l’Humanité ainsi que la mémoire personnelle de l’Homme sont des mémoires qui font partie de la qualité astrale de son mental ; ce sont des mémoires qui ne font pas partie du mouvement naturel, et créatif, et cosmique de l’énergie dans sa syntonicité intégrale avec la conscience nouvelle de l’Homme parfaitement ajustée à une morontialité, c’est-à-dire à un état d’esprit allumé sur le plan mental en fonction du pouvoir de la volonté de l’Homme, au lieu d’être allumé en fonction de la nature astrale de l’Homme involutif, nature qui est animalisée et qui n’est pas parfaitement ajustée, c’est-à-dire qui n’est pas parfaitement sûre d’elle-même.

L’Homme nouveau deviendra sûr de lui-même. Il sera parfaitement sûr de lui-même à un tel point que le jour où il aura parfaitement intégré son énergie, la certitude qu’il aura face à lui-même se communiquera directement dans la matière, et l’Homme ordonnera au royaume, il donnera sa commande à ce qui existe sous lui, et il verra qu’il est plus grand que tout ce qui existe dans le cosmos matériel. Et un jour, il découvrira, au-delà du cosmos matériel, sur le plan de l’éther, que sa grande nature est parfaitement ajustée à la réalité des mondes invisibles, c’est-à-dire à ces plans où le temps deviendra pour l’Homme l’espace mental nécessaire au véhiculement de son énergie pour la transposition, dans d’autres dimensions, d’une réalité qui fera partie de sa créativité et qui fera partie aussi de son immortalité.

Donc l’Homme nouveau – l’Homme qui découvrira avec le temps la nouvelle nature de sa conscience, et qui établira avec le temps un nouvel équilibre entre le matériel et le psychique – s’établira en force sur le plan matériel et prendra le contrôle de son évolution dans la mesure où il aura cessé d’être assujetti psychiquement aux forces qui coordonnent sur les plans invisibles l’actualisation de son énergie mentale, mais qui demain deviendront assujetties à lui afin que lui, l’Homme, le nouveau modèle d’évolution, devienne le roi et que les forces psychiques en lui deviennent les forces servantes, les forces de service, forces qui ne seront plus occultes mais qui seront rendues, sur le plan matériel, dans la nature même de leur fonction, ultimement dérivées de l’organisation cellulaire de la conscience mentale de l’Homme.

Autrement dit, ce que nous voulons dire, c’est que l’Homme découvrira éventuellement que l’organisation psychique de son moi est directement en relation avec l’organisation cellulaire de sa mentation, et que le nouveau mental de l’évolution sera proportionnel à la capacité de l’Homme d’intégrer l’énergie non plus en fonction de sa capacité de penser d’une certaine façon en ce qui concerne l’ordre des choses, mais en fonction de sa capacité d’établir par volonté l’ordre des choses.

C’est ainsi que l’Homme découvrira un jour que l’ordre des choses est proportionnel à sa capacité d’établir sur le plan matériel la volonté de son mental, pour donner à la conscience cellulaire de son moi la capacité intégrale universelle et absolue de sa réalisation, donnant à l’Homme ainsi le pouvoir de la conscience christique et établissant finalement sur la Terre le pouvoir de la lumière.

Ce n’est que lorsque l’Homme aura réalisé ceci que la lumière descendra sur le Globe et qu’elle donnera à la civilisation humaine l’impetus dont elle a besoin, afin de corriger les abus astraux de l’involution, pour se donner finalement la liberté, l’évolution, et le potentiel évolutif nécessaires à toute forme de science mentale exécutée à travers un être scient que nous appelons l’Homme nouveau.

L’évolution de la conscience nouvelle sur la Terre sera directement proportionnelle à la capacité de l’être humain de “renforcir” (renforcer) en lui-même la moindre déviation psychique de son ego, c’est-à-dire que l’Homme nouveau devra apprendre avec le temps à réaliser, dans le moindre des détails, l’interférence psychique de l’énergie sur son moi. Et lorsque l’Homme aura pris conscience de ceci, déjà il grandira et déjà il deviendra l’être en contrôle, déjà il deviendra l’être volontaire, déjà il deviendra l’être cosmique, déjà il sera plus grand que ce qu’il ne fut par le passé.

Les lois de l’évolution ne seront plus dictées à l’Homme, les lois de l’évolution ne seront plus dictées à l’Homme ! Ceci est extrêmement important parce que l’Homme nouveau découvrira que dans la manifestation créative de son moi, il aura la force d’établir sur le plan matériel les lois évolutives en fonction de son potentiel créatif, donc l’Homme nouveau n’aura plus à être assujetti psychiquement aux forces intérieures en lui. Ces forces seront son aide, ces forces seront ses outils, ces forces seront à la mesure de ce que lui, en tant qu’être, aura pu intégrer d’elles-mêmes.

L’Homme nouveau passera de la conscience psychique de l’intelligence à la conscience de l’énergie. Et ce n’est que lorsqu’il aura passé de ce stage à l’autre qu’il découvrira la nature parfaite de son intelligence, qu’il réalisera que la nature de l’intelligence n’a rien à faire avec la nature psychique des forces en lui, il découvrira que les forces en lui sont des façons ultimement personnalisées de l’énergie pour donner à l’Homme une certaine conscience égoïque et que ces forces n’ont aucun rapport avec la nature de l’intelligence elle-même.

L’Homme nouveau découvrira que la fonction de l’intelligence est d’introduire sur le plan matériel une nouvelle valeur à l’énergie afin que cette énergie devienne utile à l’Homme. La fonction de l’intelligence n’est pas ce que l’Homme pense, la fonction de l’intelligence n’est pas une fonction basée sur le principe de la connaissance, elle est simplement une fonction basée sur le potentiel créatif de l’Homme, c’est-à-dire sur sa capacité intégrale de donner à l’énergie la personnification nécessaire dont il a besoin, afin de donner à sa vie, sur le plan matériel, une forme nécessaire à l’évolution naturelle et harmonieuse de lui-même, en fonction de son environnement autant psychique que matériel.

Mais ce n’est que lorsque l’Homme aura dépassé, se sera libéré de l’assujettissement psychique aux forces en lui qu’il commencera à découvrir la nature intelligente de l’énergie. C’est à ce moment-là qu’il se libérera sur le plan de l’ego de la valeur de la forme-pensée, pour finalement créer sur le plan de la parole une puissante action créative de l’énergie qui réverbérera sur tous les plans cosmiques et qui, finalement, commencera à unifier ces plans afin de, finalement dans l’avenir, donner à l’Homme accès à ces mêmes plans.

C’est l’Homme lui-même qui réunira en lui-même les plans cosmiques de sa réalité. C’est l’Homme lui-même qui ouvrira, dans le cosmos, les plans nécessaires à l’évolution de l’énergie sur une autre dimension. L’Homme involutif croit que le phénomène de l’intelligence est un phénomène de communication télépathique, ceci est une erreur fondamentale. Le phénomène de l’intelligence est un phénomène de transmutation de l’énergie en forme nécessaire à la construction sur le plan mental et non pas simplement une forme de manifestation de pensée créant en lui une source de connaissances.

Tant que l’Homme sera rattaché aux besoins de la connaissance, il ne pourra pas goûter de la nature de l’énergie sur le plan mental, parce qu’il ne pourra pas assumer la responsabilité et le pouvoir de donner à cette énergie la forme dont elle a besoin pour devenir elle-même créative.

L’assujettissement de l’Homme aux forces psychiques en lui est un assujettissement qui fait partie de l’organisation naturelle de l’involution. C’est un assujettissement qui fait partie du besoin de l’Homme de se développer en tant qu’ego. Mais à partir du moment où l’Homme aura dépassé le besoin de se développer en tant qu’ego parce que cet ego aura été stabilisé, viendra le point dans son évolution où il aura le besoin de se créer une réalité à la mesure de son potentiel mental, c’est-à-dire une réalité qui conviendra parfaitement à la transmutation instantanée de l’énergie en forme mentale précieuse pour lui parce qu’elle lui permettra, dans un même mouvement, d’éliminer de sa conscience le doute égoïque, donc d’éliminer de sa conscience cet aspect qui fait de lui un être inférieur et un être impuissant.

La fonction de l’intelligence cosmique, de l’intelligence réelle, de l’intelligence créée, autrement dit la fonction de la manifestation de l’énergie à travers le mental de l’Homme, est une fonction qui doit servir l’Homme dans sa libération. La seule raison pour laquelle l’Homme doit un jour en arriver à constater absolument la nature mentale de son moi sur un plan universel c’est pour l’amener finalement à se libérer de la mémoire involutive qui a fait de lui en tant qu’ego un être absolument assujetti.

Mais dans la mesure où l’Homme passera de l’involution à l’évolution et qu’il prendra conscience des forces psychiques en lui, il devra aussi prendre conscience du très grand besoin de se libérer de ces forces sur le plan psychologique, afin de pouvoir prendre les évènements de la vie sous son contrôle et de se créer une gestion de la vie en fonction de ce qu’il veut, et non pas simplement en fonction de ce qu’il doit vivre par expérience involutive.

Les forces psychiques dans l’Homme font partie intégrale de sa nature, et sont à la mesure de son moi, et sont à la mesure de son illusion, et sont à la mesure de sa spiritualité. Autrement dit, elles sont à la mesure de la désinformation dont il a besoin pour éventuellement en arriver à la formation réelle de son être.

Et tant que l’Homme sera un être désinformé, tant que l’Homme sera un être désinformable, il demeurera un être qui n’a pas de contrôle absolu sur sa vie, donc qui demeurera un être qui n’est pas encore entré dans le temps du nouveau modèle d’évolution. Il ne pourra pas de lui-même exercer le pouvoir de sa propre régénération sur le plan mental ; ainsi il ne pourra pas exercer non plus le pouvoir de sa propre régénération sur les autres plans de son êtreté.

L’évolution de l’Homme est en fonction de son pouvoir créatif et non pas simplement en fonction de sa capacité psychique d’absorber des formes-pensées venant des plans qui n’ont pas encore intégré à lui. L’évolution de l’Homme futur sera proportionnelle à sa capacité intégrale de transmuter l’aspect mental psychologique de son moi pour pouvoir finalement utiliser l’énergie de ses pensées au lieu de vivre sur le plan de ses pensées. Les pensées de l’Homme ne peuvent pas le servir parce que les pensées de l’Homme font déjà partie de la programmation animique de son moi, les pensées de l’Homme ne peuvent pas le servir parce qu’elles font déjà partie du passé.

L’Homme doit vivre dans l’avenir de son présent, il doit vivre dans le présent de son avenir, il doit vivre face et en relation avec son propre soleil, c’est-à-dire avec sa propre capacité d’intégrer l’énergie universelle qui est infinie en elle-même, mais qui ne peut être personnalisée que dans la mesure où il est capable, lui, en tant qu’être, de donner à sa vie l’évolution nécessaire à la programmation future de son existence, c’est-à-dire sa façon à lui, en tant qu’être, de vouloir établir la continuité de sa conscience jusque dans le domaine très avancé de l’immortalité future de la conscience humaine.

L’Homme nouveau est un être qui n’a pas de parallèle, l’Homme nouveau est un être qui n’a pas d’ancienneté, l’Homme nouveau est un être qui n’a pas de parrain, l’Homme nouveau ne peut pas être parrainé. L’Homme nouveau est le produit de l’explosion en lui-même d’une nouvelle conscience créée à travers la souffrance mentale de son moi pour la transmutation électrique de son énergie. L’Homme nouveau est un être qui, graduellement et de plus en plus rapidement, se dépassera, c’est-à-dire en arrivera à d’autres niveaux de constatation, à d’autres niveaux d’observation, à d’autres niveaux d’intelligence, parce qu’il aura atteint d’autres niveaux de volonté.

Plus la conscience s’éveillera en lui, plus il se sentira libre des forces psychiques en lui-même, plus il prendra le contrôle de sa vie, non à partir d’un point de vue intérieur, mais à partir d’un point d’énergie situé dans son mental et s’extériorisant dans le monde pour le bénéfice de sa propre vie, et aussi pour le bénéfice de l’évolution de l’Homme lui-même, en général et de façon universelle.

L’évolution de la conscience humaine, l’évolution de la conscience dite supramentale est fondamentalement le produit de la réorganisation psychologique et psychique du moi. D’abord le développement d’une conscience mentale qui n’est plus supportée par une psychologie primaire. Ensuite, le développement d’une conscience psychique qui n’est plus non plus supportée par le besoin interne de l’Homme de vivre son lien cosmique d’une façon personnelle.

Et ensuite, plus loin dans le temps, la capacité de l’être humain de transgresser les lois de la domination psychique de son moi, de transgresser les besoins psychologiques de son ego, aiguisé dans le mental supérieur à une vision subtile où il a encore besoin de rapports étroits avec un absolu pour finalement, au cours de l’évolution, en arriver à une étroite relation avec les mouvements de l’énergie, à une étroite intégration avec elle-même, et à une totale dépersonnalisation du besoin psychologique de l’ego de se “renforcir” psychiquement dans son lien universel, à travers une conception cosmique d’un moi universel qu’on appelle le double, pour en venir éventuellement à rendre de plus en plus étroite la distance entre l’infinité et le particulier, pour qu’éventuellement explose sur la Terre le pouvoir de sa conscience et s’ouvrent les entrailles de la matière, c’est-à-dire les sous-plans éthériques à l’intérieur desquels l’Homme éventuellement pourra pénétrer pour réellement comprendre de façon parfaite les lois de la science à partir d’une vision éthérique qui lui donnera accès à l’infinité des mondes interreliés, interdépendants et interconnectés, de façon subtile, de façon universelle et de façon cosmiquement parfaite.

Pour que l’Homme en arrive à une conscience intégrale, il lui faudra prendre conscience de la réalité de son êtreté au-delà de l’assujettissement psychique créé par son double, créé par sa nouvelle conscience, à cause du manque de puissance en lui, à cause de l’imperfection du lien entre l’énergie et sa conscience cellulaire.

L’Homme découvrira qu’en tant qu’être, qu’en tant que nouveau modèle d’évolution, il ne peut plus s’exprimer par rapport à ce qui est extérieur à lui, par rapport à ce qui est en dehors de son contrôle, qu’il ne peut s’exprimer que par rapport à lui-même. Mais ce “par rapport à lui-même” sera l’investiture de sa volonté, sera le produit de sa volonté, sera le produit de sa capacité en tant qu’Homme d’engendrer, sur le plan matériel, en fonction de son pouvoir interne c’est-à-dire de sa réalisation instantanée, qu’il est un être absolument capable d’extérioriser ce qui est infinement lointain en lui-même.

L’Homme nouveau ne vivra plus “par rapport à” : ni sur le plan social, ni sur le plan intérieur. L’Homme nouveau sera un peu comme l’expression d’une unité construite, faite d’une infinité. Donc il n’aura plus besoin des mécanismes comparatifs. Il n’aura plus besoin de trouver sa certitude dans un rapport quelconque avec des forces psychiques en lui, des forces qui, naturellement, ont la capacité de communiquer télépathiquement sur le plan mental avec lui, mais des forces qui, encore aujourd’hui, demeurent assujettissantes, des forces qui, encore aujourd’hui, demeurent un point de vue cosmique, des forces qui, encore aujourd’hui, ont le pouvoir de créer en lui l’impression d’une personnalisation de l’intelligence au-dessus de lui-même.

C’est une illusion, ce sera une illusion réalisée, ce sera une illusion dépassée. Et l’Homme, un jour, s’élèvera dans la totalité de sa splendeur, dans l’intégralité de sa réalité. Il découvrira qu’effectivement, la vie est un monde à plusieurs étages auquel il a droit, auquel il a accès selon sa capacité de défier ce qui en lui peut définir pour lui son évolution et sa réalité, ses besoins. L’Homme doit lui-même définir son évolution, sa réalité, ses besoins, et il ne peut pas être dicté de l’intérieur, pas plus qu’il ne peut être dicté de l’extérieur.

L’universalité de l’Homme n’a de valeur pour lui que dans le sens où elle représente la totale harmonie des entités de l’espèce, mais l’universalité de l’Homme n’a aucune valeur dans le sens qu’elle impose à l’Homme un parapluie de forces agissant à travers lui et dont il est incapable de contrôler l’émanation. De l’Homme doit émaner la substance même de sa propre éternité, de sa propre étherialité, de sa propre réalité, de sa propre essence. De l’Homme seul peut naître la lumière sur la Terre.

Donc l’assujettissement de l’Homme nouveau aux forces psychiques est une période temporaire, sera une période temporaire. Et au fur et à mesure où l’Homme entrera dans la domination des constellations, au fur et à mesure où l’Homme entrera dans le pouvoir, au fur et à mesure où il entrera dans la totale composition de son êtreté, il verra diminuer en lui le pouvoir psychique, le pouvoir d’influence subtile des forces en lui, et il s’apercevra qu’effectivement, ce sera lui qui prendra le contrôle, ce sera lui qui entrera en parfaite harmonie avec son énergie, et l’Homme ne souffrira plus d’être deux.

L’Homme ne souffrira plus de la dualité, l’Homme ne souffrira plus de l’étrangeté de l‘être en lui qui fait de lui un être assujetti et un être avec lequel les forces composent trop souvent pour le bénéfice subtil, nécessaire, de la souffrance, mais souffrance qui un jour doit être mise complètement de côté parce que l’Homme ne peut plus demain souffrir, parce que l’Homme ne peut plus demain être dominé à quelque niveau que ce soit de son être. Et tant que l’Homme sera dominé, tant qu’il pourra souffrir, tant qu’il ne pourra pas faire éclater dans le monde son énergie, sa puissance, il aura quelque chose à comprendre de la réalité, il aura quelque chose à comprendre de sa réalité ou de son irréalité, il aura à travailler à la transmutation de lui-même, il aura à vaincre ce qui en lui-même semble encore imparfait pour le rendre parfait, pour le rendre totalement à la mesure de son besoin, de son expression, de son être, de sa réalité.

L’involution a défini l’Homme par rapport à la mémoire historique de l’involution. L’involution a défini l’Homme par rapport à l’esprit involutif. L’involution a défini l’Homme par rapport à la philosophie, ou à la perception, ou à la conception de l’Homme face à un absolu. L’involution a défini l’Homme par rapport au pouvoir psychique sous toutes ses formes, émanant des sphères à travers lui. Mais l’évolution ne pourra pas définir l’Homme à partir des sphères.

C’est l’Homme qui se définira lui-même, c’est l’Homme qui s’instruira lui-même, c’est l’Homme qui s’opposera lui-même à toutes tendances subtiles en lui de prendre le contrôle de son êtreté. C’est l’Homme qui mettra lui-même les barrières à cette étrange tendance des forces psychiques en lui de toujours dominer son existence, de toujours dominer son mouvement, de toujours dominer l’événementiel de sa vie.

Le nouveau modèle d’évolution ne supportera aucune ingérence, ne supportera aucune ingérence ! Il sera libre. Mais comprendre ceci n’est pas de l’ordre du mental inférieur, comprendre ceci est de l’ordre de l’Homme nouveau, est de l’ordre de la conscience intégrale, est de l’ordre de nouveaux modèles d’évolution créés par l’Homme dans la souffrance de son moi pour l’expression de l’Homme à travers l‘infinité de sa propre lumière. C’est ceci, retourner à la source. L’Homme ne retourne pas à la source pour être absorbé par la source, l’Homme retourne à la source pour reprendre le contrôle de la source afin que la source descende dans la matière et que l’Homme, finalement, puisse s’étherer, pour que l’Homme puisse finalement se libérer consciemment des plans les plus denses pour entrer dans des dimensions qui font partie de la nouvelle évolution et de l’échange entre l’invisible et le plan matériel.

L’assujetissement de l’Homme conscient aux forces psychiques sera demain, fera partie demain du passé. L’Homme, le nouvel initié, aura oublié cette période difficile pendant laquelle il aura dû composer, non pas simplement avec un ego aveugle, mais avec un ego conscient de la luminosité grandissante en lui-même, une luminosité qui, pour toutes sortes de raisons, avait encore le pouvoir sur lui, un peu comme elle l’avait pendant l’involution, alors que ses yeux étaient totalement aveugles.

L’Homme conscient, l’Homme en voie d’évolution ne sera pas aveugle parce qu’il aura été instruit, mais il demeurera encore naïf jusqu’au jour où il se sera totalement libéré de sa naïveté pour empêcher que se massent en lui et contre lui les forces psychiques nouvellement conscientisées, nouvellement rendues à la conscience de son ego ; forces psychiques qu’il devra dompter comme on dompte les lions, forces psychiques qui ne devront plus et qui ne pourront plus œuvrer contre lui pour des raisons d’évocation d’une plus grande grandeur que celle qu’il a déjà connues, mais pour des raisons d’intégration, afin que sa grandeur réelle soit à la mesure de ses besoins et non plus à la mesure de sa servitude occulte.

Plus la conscience de l’Homme se perfectionnera, plus ce dernier comprendra les subtils subterfuges de son psychisme éveillé, plus il réalisera que la nature complexe de son mental n’est en réalité que l’expression d’une fondamentale discordance entre le mouvement de l’énergie et ses centres réceptifs. Plus l’Homme évoluera, plus la conscience grandira en lui, plus il reconnaîtra que l’activité mentale incessante fait partie du mouvement de l’énergie vers des plans humains qui n’ont pas encore parfaitement intégré leurs vibrations, et qui sont obligés pendant un certain temps de la vivre sur le plan de la forme, et tout ceci à cause de l’émotion, tout ceci à cause de la nature astrale de l’Homme.

C’est pourquoi l’évolution de la conscience supramentale devra se faire par étapes au cours desquelles l’Homme nouveau comprendra que l’évolution de la conscience humaine future ne peut pas dépendre de sa relation étroite avec la valeur mentale et personnifiée de son psychisme éveillé, mais de sa capacité d’intégrer l’énergie et de ne laisser vibrer en lui-même qu’une énergie libre, de plus en plus, de la forme qui fait partie de l’astralisation de son mental et qui fut, depuis des millénaires, intégrée, programmée à la partie subconsciente de son état humain par les forces de la mémoire, par les forces de l’âme, par la nature même de l’organisation astrale et psychique de son esprit.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut