CP-201 Contrôle électrique de l’énergie

“Plus l’être humain évoluera vers une conscience développée, plus il sera mis dans une situation où il lui faudra en arriver au contrôle électrique de l’énergie. Le contrôle électrique de l’énergie veut dire que l’Homme, au cours de …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Plus l’être humain évoluera vers une conscience développée, plus il sera mis dans une situation où il lui faudra en arriver au contrôle électrique de l’énergie. Le contrôle électrique de l’énergie veut dire que l’Homme, au cours de l’évolution de sa conscience, se verra altéré intérieurement, sur le plan de sa sensibilité, à un tel point, que se créera en lui une séparation entre sa nature dite naturelle et sa nature dite surnaturelle.

C’est au cours de l’évolution de cette nature surnaturelle, c’est-à-dire de cette sensibilité extraordinaire qu’il percevra, que l’Homme nouveau sera obligé de contrôler électriquement son énergie. Il sera obligé de contrôler électriquement son énergie car les évènements de la vie créeront en lui, facilement, des chocs vibratoires, si ces évènements sont assujettis aux lois astrales de l’interférence. De sorte que l’Homme nouveau se verra forcé, au cours de son évolution, de transmuter instantanément les interférences en une force intérieure nouvelle, qui graduellement le libérera de toute interférence astrale.

Ce qui crée dans l’Homme l’interférence astrale, c’est le fait que son énergie psychique, son énergie universelle, n’est pas parfaitement ajustée à ses principes inférieurs, de sorte que sa conscience cellulaire ne répond pas parfaitement à la puissante vibration de son énergie universelle. Cette condition peut créer chez l’Homme une très grande souffrance, voire une souffrance aiguë, qui peut demeurer avec lui pendant des années jusqu’à ce qu’il ait suffisamment évolué mentalement, pour finalement pouvoir prendre le contrôle total de cette énergie et établir, entre ses principes subtils et ses principes grossiers, une harmonie parfaite, ce qui le libérera de la souffrance, et lui permettra finalement de vivre, comme il veut, comme il doit, et comme il est bien pour lui.

Mais l’évolution de l’Homme vers cette condition, ne sera pas facile, parce que l’Homme est un être complexe, et les lois internes de l’Homme ne peuvent lui être révélées qu’à travers la perception du contact entre l’énergie psychique et sa conscience cellulaire. La conscience cellulaire de l’Homme est une conscience extrêmement sensible à toute impulsion psychique, qui décroche en lui une impulsion électrique, qui active son système nerveux, et éventuellement le rendra extrêmement vital.

Mais pour en arriver à supporter cette vitalité nouvelle, cette vitalité qui, au début, sera réfléchie comme une sorte de souffrance, il faudra que l’Homme apprenne à parfaitement contrôler sa vie, c’est-à-dire à parfaitement contrôler les évènements dans sa vie. Tant qu’il n’aura pas appris ceci, il sera assujetti à cette électrification de son système, et il devra en arriver un jour à se créer un ordre de vie suffisamment raffiné, pour qu’il ne puisse plus souffrir du contact entre son énergie psychique et sa conscience cellulaire.

Le contrôle électrique de l’énergie chez l’Homme nouveau sera fondamentalement une nouvelle sorte d’épreuve pour la conscience de l’Homme. Il représentera la pointe extrême de son développement, et aussi le test ultime de sa conscience mentale sur sa conscience émotive.

Lorsque l’Homme aura atteint un niveau de développement avancé de ce contrôle électrique de l’énergie, il commencera à percevoir que sa vie est sous son contrôle, et qu’il y a de moins en moins d’empêchements à la manifestation créative de sa vie, telle que lui le conçoit. C’est à partir de ce temps-là que l’Homme commencera à connaître la liberté, la joie de la liberté, et le pouvoir de se manifester dans le monde, sur le plan matériel, de la façon qui lui convient le mieux.

Mais la prise de conscience de ce contrôle électrique de l’énergie ne sera pas facile parce que l’Homme est un être extrêmement pollué par l’astral, c’est-à-dire que les forces astrales en lui, les forces animales, les forces inférieures sont extrêmement présentes, et les forces de vie qui pénètrent à travers cette atmosphère, ont beaucoup de difficulté à s’ajuster à sa conscience cellulaire, de sorte que l’Homme, en retour, a beaucoup de difficulté à sentir le contrôle électrique de son énergie. Et pourtant, ce contrôle électrique de l’énergie fait partie naturelle de la conscience humaine, mais l’Homme a perdu cette conscience, et il devra la retrouver à une autre stage de l’évolution.

Pour donner un exemple simple et graphique du contrôle de l’énergie électrique chez l’Homme et de sa nécessité : Dans la mesure où l’Homme n’est pas capable, sur le plan matériel, de contrôler les évènements de sa vie et d’amener la vie à se plier à sa volonté, sur tous les niveaux de son expérience, à tous les plans de son expérience, il y a en lui un manque de contrôle électrique de l’énergie. Lorsque l’Homme sera arrivé à un niveau d’évolution supérieur, il ne sentira plus, en lui, la lutte entre les forces de vie manifestées à travers l’événementiel et sa conscience humaine, sa volonté, son intelligence. Il sentira une harmonie parfaite, une présence très grande sur le plan matériel.

Mais tant qu’il n’aura pas contrôlé électriquement son énergie, il ne pourra pas percevoir la densité mentale de sa conscience. Il ne vivra sa conscience que sur un plan purement égoïque, au lieu de la vivre sur un plan de grande concentration, sur un plan de grande intelligence instantanée, sur le plan d’une volonté parfaitement ajustée à cette intelligence.

Si l’Homme de l’involution a survécu, si l’Homme de l’involution a été prisonnier de la survie pendant des millénaires, c’est parce qu’il n’avait pas le contrôle électrique de son énergie. Alors que l’Homme de l’évolution, lui, prendra la vie par les cornes et il l‘amènera, finalement, sous son contrôle, de façon parfaite. Il ne connaîtra plus la séparation entre son psychisme et son êtreté, sur le plan matériel. Il sera réellement un être parfaitement uni dans ses principes et parfaitement capable de diriger, sur le plan matériel, les évènements, en fonction de ses propres besoins. Il ne sera plus assujetti aux évènements.

Mais la complexité de l’organisme humain, sur tous les plans, fait de l’Homme, un être qui ne peut pas facilement passer de la perméabilité à l’imperméabilité. Il ne peut pas passer de l’absence de centricité à la grande centricité, d’un jour à l’autre. Il y va de très grandes et profondes transformations de ses centres, il y va d’une capacité, chez lui, de développer une plus grande conscience de son être, une plus grande réalisation que c’est lui, dans le fond, qui doit dominer l’événementiel de la vie. Et pour l’être humain involutif, ceci n’est pas concevable parce que l’être humain involutif est un être qui subit la vie, alors que pour l’Homme nouveau, cette conception de la vie sera totalement surannée, de sorte que cet être, ce nouveau type d’évolution, transformera sa façon de vivre, dans la mesure où il sera capable de contrôler son énergie électriquement.

Il ne s’agit pas pour l’Homme de comprendre les aspects internes de cette énergie électriquement composée. Il s’agit pour l’Homme de réaliser les principes fondamentaux de sa conscience pour en arriver finalement au contrôle électrique de cette énergie.

Et un des grands principes fondamentaux de la conscience de l’Homme est celui-ci : Tout Homme en évolution de conscience, tout Homme en évolution de volonté et d’intelligence, doit en arriver un jour à prendre conscience que la totalité de sa conscience doit être sous le contrôle de ses principes terrestres et non pas sous le contrôle des principes extrasensoriels qui viennent des éthers supérieurs de son organisation psychique. Autrement dit, l’énergie de l’Homme doit être totalement sous le contrôle de l’Homme, et jamais plus, sous le contrôle des forces occultes qui font partie de l’organisation interne de son moi.

L’Homme est un être qui ne se connaît pas et la raison pour laquelle il ne se connaît pas est simple, c’est qu’il ne s’est jamais amené à tester sa puissance. Il a toujours vécu en fonction de ce que la vie amenait vers lui, mais jamais en fonction de ce que lui pouvait créer dans la vie, et pour cette raison, l’Homme est devenu, au cours des millénaires, un être paresseux, c’est-à-dire un être qui s’est constamment désengagé de sa conscience qui, elle seule, peut parfaitement électrifier ses cellules et donner à son mental le pouvoir sur les évènements, et éventuellement, le pouvoir sur la matière.

L’Homme est un être qui pense en fonction des possibilités qu’il a reconnues au cours de son expérience, mais il ne sait pas que les possibilités qu’il a connues au cours de son expérience, ne sont qu’à la mesure de sa faculté involutive, alors que ses facultés doivent être à la mesure de son potentiel évolutif, c’est-à-dire de son potentiel volontaire, potentiel qui l’amènera éventuellement à contrôler électriquement son énergie, et à puiser dans la vaste réserve de sa science et de sa conscience, les outils nécessaires pour transmuter constamment ses principes, et donner à sa vie une allure de plus en plus surnaturelle.

L’évolution de la conscience supramentale sur la Terre, n’est pas simplement une évolution d’ordre philosophique. Elle est aussi une évolution d’ordre électrique, d’ordre organisationnel sur le plan psychique. L’Homme doit en arriver un jour à sentir en lui la totalité et l’unité de sa conscience, l’unité de son pouvoir et l’unité de son action. Il ne peut pas être indéfiniment séparé, divisé, fragmenté, en potentialités. Il doit devenir lui-même un potentiel parfaitement unifié, c’est-à-dire une capacité créative incarnée, une capacité créative capable de supporter le choc, la pulsation de l’énergie psychique, parfaitement harmonisée à son potentiel électrique humain.

Le contrôle électrique de l’énergie est, sera, demain, l’aspect le plus important de la conscience de l’Homme et l’aspect le plus vital de sa conscience cellulaire. C’est à partir de ce contrôle que l’Homme passera de l’involution à l’évolution, c’est à partir de ce contrôle que l’Homme réalisera ce que veut dire la nature humaine, et c’est à partir aussi de ce contrôle qu’il découvrira la différence entre l’être humain et l’Homme.

Le phénomène de l’Homme est un phénomène en évolution et la condition psychologique de l’Homme, qui le fait vibrer sur tous les plans de son être, évoluera avec le temps, et avec le temps l’Homme découvrira que la résonance vibratoire en lui, doit être parfaite, de sorte que ce qu’il sait, ce qu’il pense, ce qu’il veut, devra devenir demain l’expression absolue de ce qu’il peut, donc la volonté de l’Homme et le pouvoir de l’Homme deviendront un, mais ceci ne se fera que dans la mesure où l’Homme aura pris le contrôle électrique de son énergie.

Les évènements qui sont créés dans la vie, sont créés en fonction de sa conscience astrale, c’est-à-dire que la conscience involutive de l’Homme est programmée, dans la mesure où l’Homme a besoin de vivre une certaine programmation pour la manifestation planétaire de sa conscience. Lorsque l’Homme aura évolué au-delà de cette condition, il ne sera plus assujetti à la programmation planétaire, de sorte que son potentiel électrique sera immensément accru et la conscience de l’Homme sera proportionnellement immensément raffinée.

C’est à ce moment-là que l’Homme sentira en lui une très grande distance d’avec l’être humain de l’involution. C’est à partir de ce moment-là qu’il reconnaîtra en lui-même, un certain état de perfection ou un certain état de perfectionnement, qui sera le résultat de sa compréhension profonde, des lois de l’Homme, des lois de la vie et des lois de l’événementiel.

Autant l’être humain a été assujetti aux évènements pendant l’involution, autant l’Homme nouveau, l’Homme réel, l’Homme intégral sera au-dessus des évènements de l’involution. Et c’est pour cette raison que l’Homme nouveau sera un être parfaitement bien dans sa peau, c’est-à-dire un être parfaitement équilibré sur le plan psychique, parce qu’électriquement, il sera parfaitement coordonné, sa conscience cellulaire répondra parfaitement à la totalité de sa conscience, et l’Homme ne sentira plus en lui, cette sorte de défaillance qui fait partie naturelle de la composition psychologique du moi involutif.

Ce qui empêche l’Homme de contrôler électriquement son énergie, c’est cette incapacité subtile en lui de sentir son propre pouvoir. L’Homme laisse son pouvoir glisser entre ses doigts. Il ne se donne pas la chance de prendre ce pouvoir et de l’exercer, parce qu’il existe en lui des mécanismes subjectifs, des mécanismes émotifs qui font de lui un être passif, un être susceptible d’être dominé, au lieu d’un être capable de dominer. Et l’Homme doit dominer sa situation de vie, il doit toujours être le facteur dominant dans la coexistence de l’invisible avec le matériel, il ne doit pas y avoir d’espace dans la vie de l’Homme pour la présence manifestée et psychique de l’invisible.

L’invisible et le matériel doivent être parfaitement harmonisés, parfaitement unifiés, afin que l’Homme naisse et que l’être humain meurt, afin que l’évolution commence et que l’involution cesse. Pour ceci, il faudra que l’Homme prenne conscience de son potentiel, il faudra que l’Homme réalise qu’il n’y a pas, dans le fond, de limite à son expression, de limite à sa volonté, qu’il n’existe pas en lui d’impuissance, que la seule forme d’impuissance naît du doute qu’il a face à lui-même, et tant que l’Homme aura ou vivra le doute face à lui-même, à quelque niveau de sa conscience que ce soit, il ne pourra pas contrôler parfaitement l’énergie de sa conscience psychique.

Ainsi il deviendra de plus en plus occulté dans sa conscience, mais il ne pourra pas matérialiser l’occulte de sa conscience, c’est-à-dire qu’il ne pourra pas mettre un terme à la division de l’invisible et du matériel en lui, ainsi il demeurera trop longtemps assujetti aux forces occultes de sa conscience involutive, il ne pourra pas sentir la perfection de sa volonté. Et l’Homme doit sentir la perfection de sa volonté, parce que c’est dans ce sentiment profond et interne de lui-même, qu’il sentira la réalité de sa conscience.

Dire que l’Homme n’a pas de limites mentales, c’est une chose, le comprendre en est une autre, le réaliser en est encore une autre. L’Homme nouveau réalisera inévitablement qu’il n’y a pas de limites mentales à sa conscience.

Ceci veut dire que l’être humain passant du stage involutif au stage nouveau, faisant de lui-même un être neuf, un Homme réel, aura la capacité d’intervenir précisément dans l’organisation psychologique de sa vie, de sorte qu’il lui sera possible, avec le temps, d’en conclure que la vie n’est pas simplement une manifestation programmée d’évènements, mais effectivement une percée de sa volonté, à travers les couches astrales de sa conscience, pour l’amener inévitablement à la confrontation réelle, absolue, et cosmique de sa volonté avec le double, c’est-à-dire cette source d’énergie qui descend vers l’Homme, qui fusionne vers l’Homme, mais qui ne peut être absorbée parfaitement en lui, que lorsqu’il aura appris à contrôler électriquement son énergie.

Le double ne représente chez l’Homme ou pour l’Homme qu’une façon ou qu’une facette de son énergie. Le double ne représente qu’une facette de la réalité psychique de l’Homme. Il ne représente qu’une facette de la réalité morontielle de l’Homme. Avec l’évolution, le double, dans sa présence, se transformera constamment, et viendra le jour où l’Homme ne parlera plus de son double, mais où l’Homme ne parlera que du pouvoir de son énergie.

Et plus l’évolution de l’Homme se fera, plus son mental sera capable de supporter la distance vibratoire qui existe entre la conscience de ses cellules et l’origine de la vibration, de sorte qu’éventuellement, l’Homme sentira dans le mental l’infinité de sa conscience. Il n’aura plus besoin de rapports psychologiques avec le double. Il ne vivra que du support psychique du double et, sur le plan égoïque, il deviendra finalement libéré de cette présence occulte en lui qui, dans un sens, l’a aidé vers une évolution, et dans un autre sens, a créé en lui un terrain de souffrances, nécessaire à l’intégration de l’énergie.

Mais l’Homme ne pourra pas indéfiniment souffrir l’énergie du double, c’est pourquoi il devra en arriver un jour à contrôler électriquement cette énergie, et c’est à travers le contrôle de l’événementiel qu’il en arrivera à faire ceci. C’est à travers sa capacité de se créer un ordre nouveau, parfaitement développé, qu’il en arrivera à voir à travers le jeu vibratoire de sa conscience, et qu’il pourra inévitablement contrôler l’énergie de cette conscience, pour pouvoir lui-même, en tant qu’être, sentir qu’il est vraiment Homme et non plus simplement un être humain assujetti planétairement à une conscience qui n’est pas parfaitement développée.

Le contrôle électrique de l’énergie se manifestera dans la mesure où l’Homme aura une conscience mentale égale à sa volonté. Ceci veut dire que dans la mesure où l’Homme de l’avenir sera capable de supporter volontairement ce qu’il sait, et cette mesure ne sera pas facile à acquérir, parce que elle est proportionnelle à sa capacité de détruire en lui le moindre doute qui puisse exister face à sa capacité de conscience, de se manifester intégralement, c’est-à-dire de se manifester comme il le veut.

Plus l’Homme sera capable de manifester sa conscience selon sa volonté, plus il sera capable de contrôler électriquement son énergie, plus il entrera dans le mental des cellules, plus il aura accès à une infinité de savoirs, donc à une infinité de possibilités, pour ouvrir sur le plan matériel un champ d’expérience qui coïncidera parfaitement avec l’équilibre de ses principes. Mais tant qu’il n’aura pas compris la relation parfaite entre sa puissance et l’actualisation de son énergie, il ne pourra pas vérifier, dans le concret de sa vie, l’expression créative de son moi et la capacité créative de sa volonté. Il demeurera toujours un être humain et ne sera pas encore un Homme.

Un Homme, dans la définition cosmique de l’évolution, représente un être qui a su transmuter le pouvoir de l’invisible et se donner sur le plan matériel, le plan où il est, la totale capacité d’intégrer l’énergie invisible à une constante mentale et intelligente, qui fait partie de l’organisation psychique de son moi naturel, c’est-à-dire de son moi surdoué, de son moi élevé à un niveau de conscience capable de donner à l’Homme la nature noble d’une conscience supérieure, d’une conscience qui n’est plus assujettie aux lois de l’involution ou aux lois de la mort.

C’est au niveau du contrôle électrique de son énergie que l’Homme en arrivera à pouvoir donner à sa conscience humaine, la totale définition de son caractère naturel, c’est-à-dire sa capacité de créer, sur le plan humain, avec la totale liberté d’un mental perfectionné à la hauteur de son origine, c’est-à-dire à la hauteur de son énergie, sans coloration astrale.

Lorsque l’être humain disparaît, l’Homme grandit. Lorsque l’impuissance disparaît, la puissance grandit. Lorsque la fausse volonté disparaît, la grande et réelle Volonté apparaît dans la vie de l’Homme, et nous avons finalement un produit ou un modèle d’évolution qui ne fait plus partie des archives planétaires de l’involution, mais qui fait partie du pouvoir, de la puissance créative de la nouvelle évolution, à laquelle l’Homme est rattaché, à laquelle ou envers laquelle, il est en relation et, à travers laquelle il est puissamment énergisé.

L’Homme nouveau sera un modèle d’évolution et non pas simplement un modèle expérimental de conscience. Et lorsque nous disons qu’il sera un modèle d’évolution, c’est lui-même qui créera son propre modèle d’actualisation de l’énergie sur le plan matériel. Et ce modèle sera construit, dans la mesure où il sera capable, en tant qu’Homme, de supporter la vibration, et de parfaitement électrifier sa conscience, afin que les évènements de sa vie coïncident parfaitement avec ce qu’il veut, et non pas simplement avec ce qu’il doit vivre, pour en arriver à une expérience quelconque.

L’Homme nouveau ne vivra plus d’expérience, il vivra simplement de manifestation de son énergie. Il sera l’expression catégorique et absolue de la volition mentale humaine nouvelle, en relation parfaite et harmonique avec les forces cosmiques qui sous-tendent l’organisation psychique du moi, et qui donneront à l’Homme nouveau une nouvelle constante universelle, c’est-à-dire une nouvelle conscience universelle.

C’est dans cette constante universelle que l’Homme découvrira l’absolu du mental cellulaire. C’est dans cette conscience universelle que la réflexion psychologique du moi ne sera plus nécessaire pour donner à l’Homme la permanence de sa conscience. C’est dans cette constante universelle que l’Homme découvrira qu’il est, effectivement, un être appointé par l’énergie et non pas simplement un être appointé par des forces occultes, qui contournent constamment sa réalité, afin d’en arriver un jour à la fusion avec sa mortalité.

L’être humain doit être l’expression parfaite de la descente de l’énergie dans la matière. Il ne peut pas être simplement l’expression imparfaite de la cohabitation. Il ne peut pas être simplement l’expression de la juxtaposition. Il doit devenir, avec le temps, l’expression totale et parfaite d’un absolu dont la qualité primordiale, sur le plan matériel, est de créer en fonction de l’harmonie parfaite de ses principes, et non pas simplement de subir constamment un événementiel, à cause d’une incapacité mentale de contrôler son énergie électriquement.

La volonté de l’Homme, la volonté réelle de l’Homme, est un potentiel d’affirmation, donc elle est un potentiel de contrôle, donc c’est à partir de la volonté de l’Homme que le contrôle électrique de sa conscience se fera. Et cette volonté ne viendra pas d’un jour à l’autre, parce que elle fait partie de l’actualisation sur le plan matériel, d’un potentiel de vie nouvelle, c’est-à-dire d’une mentation nouvelle, c’est-à-dire d’un psychisme parfaitement ajusté à la matérialité, à la mortalité de l’Homme.

Pour que l’Homme en arrive éventuellement à savoir qu’il est parfaitement équilibré dans ses centres, il lui faudra en arriver éventuellement à réaliser et à savoir qu’il est capable de parfaitement réaliser ce qu’il veut. Et tant que l’Homme ne saura pas qu’il est capable de parfaitement réaliser ce qu’il veut, il ne pourra pas prendre le contrôle de son énergie électrique, parce qu’il y aura en lui, encore, un certain espace, un certain doute de sa capacité. Et l’Homme ne doit pas avoir de doute de sa capacité parce que ce doute fait partie de la conscience astrale de son involution.

C’est à travers le contrôle de son énergie mentale que l’Homme en arrivera éventuellement à contrôler électriquement son énergie, car son énergie mentale est la plus puissante. C’est elle qui domine sa conscience et qui fait de lui un être assujetti ou un être en pouvoir.

Le mental de l’Homme fait partie de la nature intérieure de son moi. Il fait aussi partie, par contre, de la relation étroite entre le plan humain de sa conscience et le plan astral ou le plan cosmique de cette même conscience. Et l’Homme devra éventuellement en arriver à éliminer de sa conscience mentale, toute forme personnelle d’énergie que nous appelons “la pensée subjective”. La forme personnelle de l’énergie mentale, c’est-à-dire la pensée subjective, colore la conscience humaine, c’est-à-dire l’astralise et enlève à l’Homme la volonté créative de sa propre puissance électrique.

C’est dans la nature de la pensée subjective d’enlever à l’Homme la volonté créative de son énergie. C’est pourquoi la pensée subjective au cours de l’évolution sera de plus en plus transmutée, pour que l’Homme en arrive un jour à ne plus sentir, sur le plan mental, de présence psychologique ou de présence psychique, c’est-à-dire de façon de penser purement subjective ou de contrôle mental supérieur, à partir d’un double cosmique.

Mais ceci viendra dans la mesure où l’Homme sera capable de contrôler électriquement son énergie, parce qu’au cours de cette évolution, alors qu’il en arrivera à faire ceci, l’Homme réalisera qu’il domine tous les principes qui construisent ou qui sous-tendent sa conscience. Et il domine ses principes dans la mesure où il est capable, en tant qu’être, de supporter le vide de sa conscience et dans un même temps de faire apparaître, sur le plan matériel, le plein de cette même conscience.

L’Homme supportera le vide dans sa conscience en dépersonnalisant son mental, et il fera apparaître sur le plan matériel le plein de sa conscience, en manifestant électriquement son énergie, en contrôlant électriquement cette même énergie, afin de pouvoir attirer vers lui les évènements nécessaires à la construction harmonieuse de sa vie. L’être humain est un phénomène en évolution instantanée. Il représente la qualité absolue de l’énergie de se manifester absolument dans l’instantané. Et dans la mesure où l’Homme passera de l’involution à l’évolution, cette qualité de la conscience humaine sera de plus en plus manifeste et l’Homme découvrira que la nature de son être ne relève pas de sa relation ultimement occulte avec l’infini, mais de sa capacité ultimement infinie de dépersonnaliser l’occulte, et de créer sur le plan matériel, une relation étroite entre le mouvement de l’énergie et sa volonté.

Dans ce temps à venir, l’Homme réalisera que l’unité de sa conscience, la réalité de sa conscience, n’a aucun rapport avec la qualité subjective de sa pensée, face à l’occulte ou à l’invisible de sa conscience. Ceci n’est qu’un miroitement subtil du plan mental, servant à donner à l’Homme une conscience égoïque, mais inévitablement vouée à être transmutée par l’Homme lui-même, parce que c’est l’Homme lui-même qui finalement deviendra le produit finalitaire du mouvement de l’énergie cosmique vers le plan matériel.

C’est l’Homme lui-même qui deviendra inévitablement le facteur absolu et constant de l’énergie des plans les plus élevés aux plans les plus bas. C’est l’Homme lui-même qui, éventuellement, représentera dans le cosmos l‘unité de ce qui est connu sous le nom “d’énergie cosmique”.

Pendant l’involution l’Homme dut subir cette énergie, parce que pendant l’involution son mental n’était pas exercé à la totale manipulation, à travers la volonté ultimement humaine de l’énergie. Mais au cours de l’évolution, l’Homme en arrivera à être capable de parfaitement utiliser cette énergie, de parfaitement lui donner la forme qui coïncidera avec ses besoins. Et c’est dans ce temps, dans cet avenir, que nous découvrirons, sur le plan matériel, un être effectivement sublime, un être noble, un être réel, qui ne vivra plus des alliances psychologiques, psychiques, avec une invisibilité ou des plans qui, de tout temps, ont dominé son évolution. Nous découvrirons un être réel qui aura finalement brisé la polarité psychologique de l’ego, qui aura finalement rompu avec le dispositif émotif de la conscience involutive, pour finalement s’attribuer tout le pouvoir possible, selon sa capacité d’en supporter l’énergie.

Et dans la mesure où l’Homme sera capable de s’attribuer tous les pouvoirs possibles en fonction de son évolution, nous découvrirons un Homme de plus en plus avancé, dans tous les domaines de l’expression de l’énergie. Donc nous découvrirons un Homme capable finalement d’assumer la responsabilité planétaire et cosmique de l’évolution, sans avoir à réfléchir, sans avoir à revenir en arrière, et sans avoir à être mis en jugement par rapport à des valeurs cosmiques ou par rapport à des valeurs intérieures ou spirituelles ou métaphysiques qui font partie du jeu de l’astral mental sur sa conscience humaine, encore non préparée à la totale immersion du moi dans la totale conversion de l’énergie.

Donc le contrôle électrique de l’énergie fait partie de la nouvelle évolution de l’Homme, il amènera l’Homme à une constatation de plus en plus grande de son absolu et elle permettra à l’Homme de pouvoir finalement s’identifier parfaitement avec lui-même. Et lorsque l’Homme pourra s’identifier parfaitement avec lui-même, il deviendra de plus en plus capable d’assumer la totale responsabilité de son action sur le plan matériel. Il n’aura plus à questionner, c’est-à-dire à vivre le doute de la gestion psychologique de son moi. Il sera un être parfait. Il sera un être parfaitement intégré et il donnera naissance effectivement à l’Homme intégral, c’est-à-dire à cet Homme que les Anciens ont toujours idéalisé et ont toujours convenu comme étant la manifestation la plus élevée de la conscience, c’est-à-dire l’Homme-Christ, l’Homme ultime, l’Homme parfait.

Mais il faut faire attention parce que l’Homme, encore aujourd’hui, n’est pas suffisamment intégral pour pouvoir réellement comprendre ce que veut dire l’Homme-Christ, parce que l’Homme a tendance à utiliser les mots et les formes, en fonction de la mémoire du passé, en fonction de l’émotivité qu’il a mise dans cette mémoire, pour constater une forme quelconque d’idéal et d’évolution.

L’Homme-Christ, l’Homme universel, l’Homme conscient, l’Homme nouveau, l’Homme intégral, tous ces termes ne se rapportent qu’à une réalité de l’Homme, celle où il pourra un jour, finalement, contrôler électriquement son énergie, c’est-à-dire amener vers lui-même tout ce qui est bon, tout ce qui est grand, tout ce qui est bien, tout ce qui est parfait, et repousser de lui-même, tout ce qui retarde sa propre évolution, tout ce qui empêche son équilibre, tout ce qui l’amène inévitablement à la souffrance et ultimement à la mort.

La fonction de l’instruction mondiale est de projeter, dans un avenir quelconque, la définition future de l’Homme. Sa fonction est de décrire un peu ce que l’Homme nouveau sera. Il est inévitablement impossible à l’Homme d’aujourd’hui de parfaitement comprendre ce que veut dire l’Homme nouveau. Même l’instruction ne peut pas le rendre, parce que l’Homme nouveau ne sera que lorsque lui-même sera. Mais l’instruction peut facilement expliquer, jeter de la lumière sur cet Homme et en révéler les contours, afin que l’Homme involutif, passant de l’involution à l’évolution, puisse graduellement perfectionner sa nature, perfectionner son rapport avec son intérieur, comprendre la mécanicité de son intériorité, pour en arriver un jour à être parfaitement libre, sur le plan de l’énergie, du mouvement de cette énergie à travers ses principes. C’est alors que l’Homme contrôlera électriquement son énergie et qu’il ne fera plus partie de la race humaine involutive.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut