CP-192 La voyance

“Il faut regarder aussi la voyance. La voyance est une forme de médiumnité par le biais de l’image, par le biais de la pensée sur l’écran mental. La voyance fait partie du besoin de l’être humain de voir la forme-pensée nécessaire à son …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Il faut regarder aussi la voyance. La voyance est une forme de médiumnité par le biais de l’image, par le biais de la pensée sur l’écran mental. La voyance fait partie du besoin de l’être humain de voir la forme-pensée nécessaire à son évolution. La voyance est toujours une forme-pensée nécessaire à l’évolution de l’Homme, et lorsque l’Homme voit, il regarde en lui-même sur un plan qui coïncide parfaitement avec ses besoins ou avec les besoins d’une autre personne, dans le cas où il est voyant pour une autre personne. Mais que ce soit dans un cas ou dans un autre, le phénomène de la voyance revient toujours au besoin de l’être humain de voir jusqu’à quel point il est résonnant à une forme d’énergie astralisée dans son mental.

Donc la voyance aussi représente sur l’Homme ou chez l’Homme – bien qu’elle puisse lui apporter de l’information intéressante – elle représente toujours chez l’Homme une forme de domination. Pourquoi ? Parce que les sphères utilisent tous les canaux nécessaires à la domination de l’Homme selon la réceptivité de l’Homme, selon son organisation psychique, selon l’ouverture de ses centres. Il ne s’agit pas encore ici, comme dans le cas de la médiumnité, de nier l’importance de la voyance, de dénigrer la voyance. On ne peut pas chez l’Homme dénigrer quoi que ce soit, mais il faut chez l’Homme élever tout ce qui est en lui et tout ce qui fait partie de lui, afin que l’Homme un jour devienne un être capable d’utiliser ce qu’il appelle voyance ou utiliser ce qu’il appelle médiumnité dans un nouveau cadre d’évolution de l’énergie.

Si l’Homme, par la voyance, crée de l’inquiétude, crée de la tension ou une forme quelconque de tension, il est manipulé. Dans le cas de la médiumnité ou de la voyance, dans le cas du passage de l’énergie à travers l’astral, il faut que l’Homme soit sur le plan matériel, sur le plan de son mental, au-dessus de ce qu’il voit ou au-dessus de ce qu’il reçoit, c’est-à-dire qu’il faut qu’il comprenne parfaitement le symbole de la voyance ou qu’il comprenne parfaitement le message à travers la médiumnité. Parce que dans l’Homme, il y a toujours de la lumière, donc il y a toujours dans l’Homme une capacité de voir à travers la médiumnité et de voir à travers la voyance. Si ce dernier se réduit simplement à une perception médiumnique ou à une perception de voyance, il n’est pas réellement dans son intelligence, il n’est pas réellement créatif dans le mental, il est simplement réceptif dans le mental.

Et l’Homme nouveau ne sera pas un être réceptif seulement dans le mental, il sera réceptif et transmetteur à la fois, c’est-à-dire que l’énergie qui viendra du haut vers le bas sera la même énergie qui ira du bas vers le haut. Autrement dit, il y aura une totale et parfaite circularité de l’énergie au lieu que l’Homme souffre d’un mouvement d’énergie du bas vers le haut pour imprimer dans son mental ou sur le plan de son émotivité une tension vibratoire quelconque.

L’Homme n’a pas à être esclave de rien, il ne doit être esclave de rien, mais il y a une concordance étroite entre la sorte de voyance ou la sorte de médiumnité que l’Homme reçoit et son état psychique, son état mental, ou ultérieurement son état de fusion. Nous voyons que plus l’Homme entre dans un état de fusion, plus la médiumnité chez lui disparaît dans le sens catégoriel de sa forme ancienne, et plus l’Homme entre dans un état de fusion, plus sa voyance change de nature, autrement dit moins elle est simplement de l’information visuelle pour devenir une forme de présentation intelligente à travers la forme-pensée, à travers l’image, mais forme qui coïncide parfaitement avec le taux vibratoire de son énergie sur le plan mental, de sorte que l’Homme comprend parfaitement au-delà de la forme ce que veut dire la voyance, de la même façon que l’Homme comprend parfaitement et au-delà de la forme ce que veut dire en tant que message la médiumnité.

Donc nous pouvons regarder la voyance et la médiumnité comme des aspects différents d’une même énergie, d’un même mouvement d’énergie, mais d’un mouvement d’énergie qui n’est pas arrivé à une parfaite synthèse, c’est-à-dire à une parfaite harmonie avec l’Homme.

Lorsque la voyance et la médiumnité seront arrivées à un parfait état d’harmonie avec l’Homme, nous ne pourrons plus parler de voyance, nous ne pourrons plus parler de médiumnité dans le sens de l’involution, nous serons obligés de parler d’une forme de conversion de l’énergie en pensée mentale, en image, ou d’une forme d’énergie en pensée dynamique telle que nous la recevons dans le cours d’une conversation médiumnique. Mais la nature, la catégorie, la vibration de la médiumnité ou du phénomène de médiumnité, comme la vibration du phénomène de l’image ne sont plus les mêmes, il n’y a plus de relation psychologique entre l’image ou le message, il n’y a plus de relation psychologique émotive et psychique à la fois entre la forme-pensée et la communication médiumnique : il semble que l’Homme est au-dessus de ces formes.

Et c’est à partir du moment où l’Homme est au-dessus de ces formes qu’il peut à ce moment-là prendre avantage de sa faculté psychique, qu’il peut à ce moment-là utiliser un moyen ou un autre de transmission d’énergie sur les circuits universels à travers la conscience de l’Homme, mais au-delà du pouvoir de l’astral de donner à la voyance ou à la médiumnité une intonation, une interprétation, une valeur à un niveau ou à un autre, subjective, selon la qualité de la personnalité de l’Homme, parce que lorsque l’Homme reçoit par voyance ou qu’il reçoit par médiumnité, il reçoit toujours en fonction de sa personnalité, et sa personnalité sur le plan matériel, elle est toujours en relation avec d’autres personnalités sur les autres plans.

Et pourquoi sera-t-il si difficile à l’Homme de passer de la personnalité à la personne ? C’est parce que tant que l’axe vertical des liens psychiques entre la personnalité sur le plan matériel et la personnalité sur les autres plans ne sera pas brisé, autrement dit tant que l’Homme ne sera pas libre de l’astral, tant qu’il n’aura pas intégré son énergie, il ne sera pas une personne, il sera simplement un être personnalisable. Alors qu’au cours de l’évolution, il deviendra un être intégré, un être intégral, une personne, c’est-à-dire une unité de conscience capable sur le plan matériel de faire descendre l’énergie, de lui donner une forme créative afin de faire avancer l’évolution de l’Humanité.

Le problème avec la voyance est ceci : c’est que lorsque l’Homme voit, il a l’impression, selon le degré de sa naïveté, de voir en fonction de ce qui se passera. Lorsqu’en fait, la voyance en général est toujours utilisée d’une façon de près ou de loin afin de créer chez l’Homme une sorte d’avertissement. Un avertissement ? Pourquoi ? Parce que l’Homme a besoin d’être averti afin de pouvoir, sur le plan de sa personnalité, réunir à la fois les énergies mentales et émotives nécessaires afin de consolider son lien avec les autres personnalités dans l’invisible. Ceci est extrêmement truqué.

Autrement dit, nous disons que lorsque de la voyance est donnée à l’Homme et qu’il n’est pas intégré dans son énergie, qu’il n’est pas au-dessus de la forme de la voyance, il subit un lien avec ses autres personnalités, il devient de plus en plus voyant, il devient de plus en plus susceptible d’être voyant et automatiquement, il devient de plus en plus esclave de sa voyance.

C’est pourquoi vous regarderez dans la vie, souvent, des êtres qui sont voyants ou des êtres qui sont médiums, et vous verrez qu’au cours d’une longue période, ces êtres ne deviennent pas conscients, ces êtres ne changent pas profondément dans leur réalité. Pourquoi ? Parce que la réalité qu’ils assument au cours de l’évolution est de plus en plus la réalité des personnalités sur les autres plans, alors qu’eux demeurent toujours esclaves de ces mêmes personnalités.

Et lorsque nous voyons un Homme qui se conscientise, qui passe de la personnalité à la personne, qui passe de la voyance ou de la médiumnité à l’intelligence pure, nous voyons un être qui, radicalement au cours de quelques années, devient totalement neuf, devient totalement nouveau, devient totalement dégagé, devient totalement léger, devient totalement réel.

Par contre une personne qui passe des années et des années, voire une, deux, trois générations à faire de la médiumnité ou à faire de la voyance, vous la regardez, cette personne, au cours des années et elle devient de plus en plus névrosée, c’est-à-dire que la disconnexion entre sa réalité et sa personnalité devient de plus en plus grande. Pourquoi ? Parce qu’elle devient de plus en plus connectée à ses autres personnalités sur les plans psychique, astral, de l’occulte.

Et c’est ceci que l’Homme nouveau doit comprendre et doit réaliser parce que devenant un être de plus en plus conscient, il est naturel que ses centres d’énergie s’ouvrent ; mais ici, il doit faire attention parce qu’alors que ses centres d’énergie s’ouvrent, il doit devenir de plus en plus conscient des dangers qui existent à l’ouverture de ses centres, il doit prendre conscience de la réalité des choses, il doit prendre conscience des lois de l’invisible et il doit être suffisamment fort, suffisamment intelligent, suffisamment volontaire dans son mental, pour pouvoir voir à travers le mensonge cosmique subtilement dilué à travers ses activités, activités qui servent à le maintenir de plus en plus dans un axe vertical avec des personnalités qui font partie de son fantomatique invisible.

L’Homme est un être dont la naïveté n’a pas de borne. L’Homme n’a aucune idée de ce que nous voulons dire lorsque nous disons qu’il est naïf parce qu’il n’a aucune idée de la souffrance qui fut nécessaire pour la destruction chez l’Homme de la naïveté. L’Homme est un être tellement naïf qu’à partir du moment où il commence à vivre ou à connaître des expériences paranormales qui engendrent en lui une nouvelle sorte de qualité de conscience, il prend ces expériences pour une finalité, il prend ces expériences comme représentant un état supérieur de conscience et, en fait, ce n’est pas un état supérieur de conscience, c’est un état astralisé de conscience.

Il y a des Hommes dans des pays sous-développés, dans des petites communautés, qui ont une très grande voyance, qui sont très médiumniques. Mais si vous regardez leur conscience, vous voyez que ces êtres sont des êtres absolument inconscients. Regardez les sorciers africains par exemple : et pourtant ces êtres ont l’impression de posséder sur leur communauté un certain pouvoir, une certaine préscience, une certaine capacité de leur donner ou de leur transmettre de l’information qui fait partie de leur statut social. Ceci est normal chez l’Homme involutif, ceci est normal dans ces sociétés, ceci fait partie d’ailleurs des relations étroites entre l’astral et ces sociétés.

Mais chez l’Homme nouveau, l’Homme qui prend conscience des lois de l’énergie, l’Homme qui prend conscience de sa souveraineté, l’Homme qui prend conscience des lois de domination et du mensonge cosmique, il doit aussi prendre conscience des limitations psychologiques et psychiques de la médiumnité et de la voyance, et, sans pour cela mettre de côté la médiumnité et la voyance, extraire de ces deux facultés tout ce qui peut lui servir de façon créative et mettre de côté tout ce qui lui nuit et qui lui donne un sentiment de supériorité.

Et lorsque nous disons sentiment de supériorité, nous parlons aussi du sentiment de savoir, du sentiment de la connaissance. Parce qu’il existe, le sentiment de la connaissance, et le sentiment de la connaissance, c’est un sentiment très pernicieux, parce qu’il ne fait pas partie de l’énergie dans le mental de l’Homme, il fait partie des formes dans le mental de l’Homme.

L’énergie n’a pas de forme, c’est l’Homme qui lui donnera la forme, alors que le sentiment de la connaissance, c’est de l’énergie totalement formée, c’est de la forme totalement assujettie aux lois de l’involution et l’Homme est ou peut être suffisamment naïf dans sa voyance ou dans sa médiumnité pour croire que ces formes-pensées sont issues de son énergie intelligente : c’est une illusion !

L’Homme découvrira, l’Homme nouveau découvrira demain que la plus grande qualité de la conscience humaine en fusion représente le détachement total de l’Homme conscientisé, de l’Homme uni à son énergie, pour la connaissance. Pourquoi ? Parce que la connaissance fait partie de la forme créée par l’énergie et non pas de l’énergie elle-même.

L’énergie elle-même, elle est sans fin. La connaissance, elle est appropriée selon les besoins et les niveaux d’évolution. L’Homme conscient, l’Homme dans son énergie, l’Homme capable à tout moment de faire descendre sur le plan matériel l’énergie pour lui donner une forme n’a pas besoin de s’intéresser à la connaissance puisqu’il est toujours dans le savoir, puisqu’il est toujours, autrement dit, prêt à donner à l’intelligence de l’énergie une forme nécessaire selon les besoins de l’évolution.

Tandis que l’Homme qui vit de la voyance, dans le sens catégoriel, dans le sens psychologique et physique, et qui vit aussi de la médiumnité dans un même sens, voit dans ces deux facultés des sources d’information, donc des sources de connaissance. Et ceci est une illusion ! Ceci ne veut pas dire que ces sources d’information, de connaissance ne valent pas la peine, ceci veut dire que l’Homme conscient, l’Homme dans son énergie n’a pas besoin de connaissance, il n’a pas besoin de connaissance, il est savoir qui devient connaissance pour les autres. Il n’a pas besoin pour lui de connaissance, il n’a qu’à parler pour apprendre. Il n’a pas besoin de s’écouter parler pour bénéficier de ce qu’il sait afin de comprendre ce qui doit être compris, il n’a qu’à parler, et c’est en parlant qu’il découvre, et qu’il découvre, et qu’il découvrira.

Ce n’est pas en recevant qu’il découvrira, c’est en parlant. En recevant, il ne fera que participer à la très grande mémoire de l’astral, il ne fera que participer à la liaison entre sa personnalité humaine et ses personnalités multiples sur les autres plans, il ne fera que jouer le jeu de l’astral, et ceci est certes la plus grande illusion de l’Homme en évolution.

Comprendre que la connaissance est une illusion, le comprendre parfaitement est un tour de force. Beaucoup de gens croient que lorsque nous disons que la connaissance est une illusion, nous voulons dire que la connaissance n’est pas nécessaire. Ce n’est pas ceci que nous voulons dire lorsque nous disons que la connaissance est une illusion, nous disons que la connaissance, dans sa forme psychologique, psychique, révélative, est une illusion parce qu’elle donne à l’ego un point d’appui : et ceci est une illusion.

L’ego n’a pas besoin de la connaissance pour avoir un point d’appui sur le plan de sa personnalité, l’ego a besoin d’être parfaitement unifié dans tous ses principes pour pouvoir donner à l’énergie la forme dont il a besoin lorsque vient le temps pour créer sur le plan matériel, des conditions d’évolution.

Donc à ce moment-là, l’ego devient créateur au lieu d’être simplement un ego réceptif. Mais tant que l’ego est réceptif, il a besoin de reconnaissance parce que tant qu’il est réceptif, il est déjà dans le besoin de la connaissance parce qu’être réceptif veut dire ne pas être plein de cette énergie, être réceptif veut dire que notre propre verre n’est pas rempli. Si le verre de l’Homme était rempli, l’Homme ne serait plus réceptif, il serait simplement créatif. L’excès passerait, descendrait sur les bords du verre et se répandrait sur la table.

Mais non, l’Homme n’est pas rempli de cette énergie. Pourquoi ? Parce qu’une partie de son énergie est utilisée sur le plan psychologique de l’ego, une autre partie de son énergie est utilisée par ses autres personnalités sur les plans astraux, donc l’Homme n’est pas capable, sur le plan de sa réalité, de se conformer aux lois intégrales de son énergie, donc de s’unifier parfaitement sur le plan matériel, mental, avec l’énergie, il est obligé de passer temporairement, transitoirement, par des plans subtils de l’astral pour pouvoir sur le plan égoïque sentir quelque chose, sentir une certaine personnalité plus glorieuse, plus avancée, plus sage, plus occulte, plus illuminée que les autres. Ceci est une illusion !

Je sais très bien que ce que je dis ne peut pas être compris au niveau de la forme, mais que ce ne sera compris qu’au niveau de la vibration. Mais je dois le dire parce que je dois faire comprendre à l’Homme, à court terme ou à long terme, qu’éventuellement les dispositions psychologiques qu’il prend vis-à-vis ses propres vertus, de ses propres talents occultes, que ce soit voyance ou médiumnité, sont des aspects temporaires de sa conscience astralisée, même si cette conscience est astralisée par de hauts niveaux de pensée sur les plans invisibles. Ceci ne change rien, il ne s’agit pas pour l’Homme d’être hautement astralisé, il s’agit pour l’Homme d’être libre de la haute sphère astrale puisque c’est justement elle qui est, non pas la plus dangereuse, mais la plus difficile à saisir dans la nature même du mensonge cosmique imposé à l’Homme pendant l’involution.

Les médiums passent leur temps à me demander de faire de petits groupes de rencontre pour amener de plus en plus de connaissance. Ce n’est pas à moi d’amener de la connaissance. Ce n’est pas à moi : c’est l’énergie qui dicte le mouvement de la connaissance, c’est l’énergie qui dicte le mouvement de l’expression du savoir sur le plan matériel, c’est l’énergie qui connaît les besoins de l’Homme, c’est l’énergie qui sait ce dont l’Homme a besoin, c’est l’énergie qui travaille, ce n’est pas la forme de la connaissance qui travaille.

J’ai déjà dit à multiples reprises : je ne suis pas un maître spirituel, je ne suis pas un maître, donc ce n’est pas dans mon travail de donner de la connaissance. C’est dans mon travail de faire venir à la conscience de l’Homme des principes de vie, d’énergie, d’intelligence pour que l’Homme, demain, puisse lui-même bénéficier de sa propre lumière.

S’il y a des gens qui veulent faire des cercles de connaissance, s’il y a des gens qui veulent faire venir de la connaissance sur le plan matériel, qu’ils le fassent. Mais faites attention, parce que ces mêmes personnes découvriront que la recherche de la connaissance, que cette soif de la connaissance, fait partie du lien astral entre leur personnalité et d’autres personnalités sur les autres plans.

Si jamais je fais en sorte que l’astral soit amené à parler par médiumnité des choses qui font partie de l’invisible, des choses qui font partie de l’organisation invisible des mondes et de la vie de la création, je le ferai dans un temps qui conviendra à l’énergie, mais je ne le ferai pas dans un temps qui convient aux désirs égoïques, spirituels, occultes, hermétiques, ésotériques de ces médiums qui ont besoin d’être alimentés parce qu’ils ne sont pas capables de vivre dans le vide parfait de leur conscience mentale supérieure. Ce sont des êtres qui vivent dans le plein imparfait de leur conscience astralisée par des personnalités qui ont encore à échanger avec elles afin de pouvoir maintenir le lien, jusqu’à ce que ce lien se brise.

D’ailleurs, si jamais je fais un travail sur le plan de la médiumnité, je devrais faire un autre travail précédant celui-ci, et ce travail je le ferai avec celui que vous connaissez tous, je le ferai avec Guy C. Mais lorsque je ferai un travail avec Guy C., lorsque nous parlerons, moi et lui ensemble, nous ferons voir tous les aspects subtils de la médiumnité. Et ensuite, lorsque ce travail aura été fait, bien fait, là il sera temps pour d’autres personnes de commencer à faire leur propre travail, de faire descendre sur le plan matériel de la connaissance pour le bien-être de ceux qui sont à un stage où ils ont besoin de cette connaissance afin de connaître et de comprendre le passé involutif d’une Humanité.

Mais moi, en ce qui me concerne, je ne fais pas partie du passé, je ne suis pas intéressé au passé, donc je ne suis pas intéressé à la connaissance. Je fais partie d’une autre dimension de la réalité, je fais partie de l’expression d’une énergie sur le plan matériel, et ce n’est pas moi qui puisse parler en fonction de ce que veulent les gens ou de ce que moi en tant qu’ego je voudrais, puisque je n’ai même pas le pouvoir de vouloir quoi que ce soit.

Donc que les médiums et les voyants ne me demandent pas de former des cercles. S’ils me le demandent, je le regarde, je suis content de le regarder, mais ce n’est pas à moi de décider si je le ferai ou non. Je le ferai où je ne le ferai pas selon ma vibration, selon l’énergie, selon le besoin, selon la réalité, et à partir de ce moment-là il y aura effectivement, ou il pourra y avoir effectivement, du travail intéressant et rigoureux sur l’information que l’Homme peut créer sur le plan matériel alors que le plan astral continue constamment à le désinformer même sur les plans les plus élevés.

Les principes de vie et d’intelligence que nous sommes en voie d’élaborer sur le plan matériel n’ont jamais été élaborés dans le passé par l’Homme, et ce sont ces principes dont l’Homme a besoin. Lorsque l’Homme aura compris ces principes et qu’il vivra de sa propre énergie, tout le reste viendra facilement : ce sera facile pour l’Homme de faire des thèses et d’établir une nouvelle banque d’informations concernant le passé de l’Humanité ou le futur de l’Humanité.

Mais avant que l’Homme puisse travailler à ce niveau et élever suffisamment la connaissance à un niveau qui soit libre des influences de l’astral, il faut que lui, en tant que voyant ou en tant que médium, ait compris sa relation étroite avec ces plans. Et qu’il se soit graduellement libéré des personnalités invisibles sur les autres plans qui continuent à œuvrer à travers la sienne, afin qu’il puisse travailler de sa propre énergie, comprendre les fuites d’énergie dans son mental, comprendre pourquoi il n’est pas capable, lorsqu’il est médium ou lorsqu’il est voyant, d’expliquer parfaitement ce qu’il dit, écrire parfaitement ce qu’il dit, et posséder une continuité mentale, une continuité intelligente dans la forme.

Il ne s’agit pas pour l’Homme qui est voyant ou médium de balbutier des formes, ou de balbutier des pensées, ou de balbutier des idées. Il s’agit pour lui d’être suffisamment structuré dans son psychisme pour pouvoir démontrer qu’il a un contrôle parfait de la forme. Il y a des médiums qui balbutient des paroles, il y a des voyants qui balbutient des images. Ce n’est pas de l’intelligence, c’est simplement de la perpétration de ce viol de la conscience humaine, c’est simplement de la domination des sphères sur sa personnalité.

Et un jour, l’Homme devra dépasser ce stage afin que sa conscience, son intelligence de la forme soit suffisamment élevée en vibration pour qu’elle serve dans le monde. Elle ne peut pas simplement servir à des êtres qui aiment les balbutiements, elle doit servir aussi aux êtres qui ont un mental suffisamment développé, suffisamment perfectionné, pour pouvoir déchiffrer à l’intérieur d’une forme un manque de consistance, un manque de relation, un manque d’harmonie.

Quand l’Homme parle à l’Homme, il doit parler avec intelligence. Si l’Homme écrit quoi que ce soit, ce qu’il écrit doit être écrit avec intelligence. Ce ne doit pas être simplement un balbutiement ou l’expression qui déborde presque dans le langage brumeux de l’astral : il faut que ce soit clair. L’Homme a besoin de parler clairement afin d’être entendu clairement. Il ne doit pas parler d’une façon qui est déchéante pour être entendu d’une façon qui est totalement spéculative : tout doit être clair le mental de l’Homme.

Et tant que l’Homme voyant ou l’Homme médium n’aura pas compris ceci, qu’il n’aura pas vaincu l’énergie astrale dans son mental, il ne pourra pas posséder la parole d’une façon claire, il ne pourra pas posséder l’image d’une façon claire, donc il ne pourra pas comprendre parfaitement ce qu’il écrit ou ce qu’il dit. Il sera à la merci de la médiumnité, il fera de la médiumnité mécanique, comme nous disions dans le passé il fera de l’écriture automatique, mais de l’écriture automatique, c’est de la déchéance ; de l’écriture automatique, c’est de la composition astrale à travers le mental de l’Homme ; de l’écriture automatique, ça ne fait pas partie de l’énergie de l’intelligence, ça fait partie de l’énergie astralisée par les personnalités de l’Homme dont il ne peut contrôler encore le débit sur sa propre personnalité mentale impuissante à contrôler l’énergie.

Il ne s’agit pas pour nous, les Hommes nouveaux, d’être simplement des canaux, il s’agit pour nous, les Hommes, d’être à la fois canal et à la fois contrôle. Si nous sommes simplement des canaux, nous demeurons des êtres assujettis. Lorsque nous devenons canal et contrôle à la fois, à ce moment-là nous sommes des êtres pouvant travailler avec des forces d’intelligence suffisamment élevées pour que nous puissions, sur le plan matériel, bénéficier de ces intelligences ou les mettre complètement à part si elles doivent être mise à part.

L’Homme nouveau n’a pas d’objection à une communication télépathique avec l’astral, mais l’Homme nouveau a objection à ce qu’une communication télépathique avec l’astral – que ce soit par la voix de la médiumnité ou que ce soit par la voie de la voyance – qu’une telle communication ne soit pas franchement intelligente, parce que l’Homme nouveau sera franchement intelligent.

Et comme toute communication sur tous les plans doit être parfaitement harmonisée à son mental, il lui faudra, à cet Homme, travailler pendant un certain nombre d’années à se libérer, à se décontaminer, à se déspiritualiser pour en arriver un jour à ne plus subir le joug des voiles et le joug des illusions qui font partie de son appartenance, à travers le monde de la mort, à des plans qui sont sans contredit l’abomination de la vie.

Ce sont les attitudes mentales et psychologiques des voyants et des médiums qui font de ces êtres des êtres souffrants à différents niveaux, car toute attitude mentale de l’Homme vis-à-vis des aspects occultes de sa conscience dénote chez lui une incapacité de se libérer du connu. Et tant que l’Homme ne sera pas capable de se libérer du connu ou du connaissable sur le plan psychologique ou sur le plan psychique, et même sur le plan vibratoire, il sera prisonnier du connu ou de l’inconnu ou du vibratoire.

Et tant que l’Homme est prisonnier de quoi que ce soit, tant qu’il souffre, surtout s’il est voyant ou médium, il n’a pas encore compris les lois de l’énergie, il n’a pas encore compris les lois de la forme, il n’a pas encore compris les lois de l’intégration et de la fusion, donc il est en voie d’évolution et il doit apprendre, et il devra apprendre que la relation entre l’Homme et sa propre lumière n’est pas une relation de relativité en ce qui concerne la connaissance mais une relation absolue d’unité entre lui et cette même énergie.

De sorte que l’Homme voyant, la personne voyante, ou la personne médiumnique de l’avenir sera amenée graduellement à se libérer de l’importance psychologique de sa voyance pour finalement pouvoir utiliser cette même voyance, cette même médiumnité dans un autre cadre d’évolution, sur un autre plan de sa conscience. Et à partir de ce moment-là, la voyance, la médiumnité feront partie des liens universels de l’Homme, feront partie de la façon à l’énergie de se manifester dans l’Homme sans intrusion, sans participation aucune de l’astral.

L’Homme sera alors intégré et il pourra parfaitement utiliser ces formes de communication, mais sans attitude, de sorte qu’il ne souffrira plus de ce qu’il verra, il ne souffrira plus de ce qu’il entendra, il sera parfaitement maître de la situation. Pourquoi ? Parce qu’il sera à un niveau vibratoire suffisamment épuré pour voir à travers la désinformation qui se glisse à travers l’information de voyance ou de médiumnité.

Une fois que l’Homme sera au-dessus de ceci, il utilisera le symbole de la forme pour l’extrapolation de son propre savoir. De sorte que le symbole ne sera plus simplement l’expression catégorique d’une forme, mais deviendra simplement un mécanisme permettant à l’Homme sur le plan vibratoire de déclencher une nouvelle vibration, une nouvelle énergie, permettant ainsi à ce dernier de faire apparaître sur le plan matériel une forme de connaissance, autrement dit une expression de savoir émanant directement de son lien avec l’énergie et faisant partie du devenir de l’Humanité, faisant partie du devenir de sa propre personne, faisant partie de la vie en avant et non plus de la vie en arrière telle qu’elle fut interprétée en involution par les médiums ou les voyants.

L’Homme connaîtra parfaitement les lois de la forme. Et lorsqu’il connaîtra parfaitement les lois de la forme en tant que voyant ou médium, il verra qu’il existe une très grande différence entre la connaissance prophétique occulte et le savoir cosmique de l’Homme nouveau. Il verra que les évènements de la vie, bien qu’ils puissent se dérouler dans une certaine direction, ne représentent pas pour l’Homme nouveau conscient la même valeur psychologique qu’ils puissent représenter pour l’Homme inconscient et involutif, pour lequel ces connaissances anciennes ont été données, écrites, vues, afin de lui faire reconnaître qu’il existe dans le cosmos une partie matérielle ainsi qu’une partie immatérielle afin de le soutenir spirituellement.

Mais l’Homme nouveau n’ayant plus besoin de soutien spirituel parce qu’il aura rompu ses liens avec l’astral, sera obligé alors de voir et de comprendre l’évolution des évènements futurs de l’Humanité en fonction d’une énergie qui donnera à la forme une nouvelle qualité, une nouvelle substance, une nouvelle perception, et lui, à ce moment-là, sera libre de ce qu’il voit, sera libre de ce qu’il entend ou écrit, parce qu’il ne sera pas rattaché psychologiquement aux autres personnalités en lui qu’il ne connaît pas ou qu’il peut connaître. Selon sa capacité de voir, ou d’entrer, ou de pénétrer dans l’astral, il sera libre de ces personnalités et il pourra finalement sentir qu’il possède, sur le plan matériel, le contrôle total de sa vie quels que soient les évènements transmis par symbole à travers sa voyance ou sa médiumnité.

C’est à partir de ce moment-là que l’Homme nouveau sera réellement dans le savoir de sa voyance, dans le savoir de sa médiumnité, qu’il ne sera plus en initiation, qu’il ne sera plus spirituel dans sa perception et qu’il vivra d’une conscience très légère, d’une conscience non plus meublée par l’information occulte venant de l’astral, mais conscience que lui-même meublera au fur et à mesure qu’elle créera des formes nouvelles pour la compréhension de son devenir et de l’avenir nouveau de l’Humanité. À quoi sert à l’Homme d’être médium et voyant s’il souffre de ce qu’il voit, de ce qu’il entend ? C’est de l’englobement, c’est de la foutaise, c’est de l’imposition, c’est de la domination.

Si l’Homme doit être dans le savoir, il ne peut pas souffrir de son savoir, mais s’il est dans l’attitude du savoir, c’est-à-dire que s’il est dans la recherche de la connaissance, à ce moment-là il souffrira parce qu’il devra apprendre que la lumière, lorsqu’elle est parfaitement harmonisée avec l’Homme, ne cherche pas à lui causer de la souffrance subjective, tandis que l’astral, dans sa relation avec l’Homme, lui cause de la souffrance subjective parce que ça fait partie des lois de la mort, ça fait partie des lois de l’involution, ça fait partie des lois de l’âme, ça fait partie des lois des différences de personnalité de l’Homme rattachées par le cordon ombilical du corps astral, et de ce plan qui depuis toujours a unifié l’invisible au matériel à travers la brume, l’ombrage et le mensonge involutif.

Il est évident qu’il est plaisant pour un Homme conscient de parler avec des médiums ou de parler avec des voyants, parce que déjà ils voient au-delà de ce qu’ils disent, mais il n’est pas plaisant pour un Homme de parler avec des voyants ou des médiums qui sont prisonniers des formes qu’ils utilisent pour la transposition de l’information astrale sur le plan mental de l’Homme. Il n’est pas intéressant pour un Homme de ne pas pouvoir comprendre le mensonge derrière la forme, il n’est pas plaisant pour l’Homme de ne pas pouvoir comprendre parfaitement un message parce que ce message crée toujours de l’angoisse. Et l’Homme nouveau, le médium nouveau ou le voyant nouveau, verra qu’à travers toute voyance et toute médiumnité il y a une série, une échelle de valeur qu’il peut donner à chaque forme-pensée, à chaque image, selon son niveau d’évolution, selon sa conscience, selon le taux vibratoire de son intelligence, selon son niveau d’intégration, selon sa fusion.

Ce n’est pas l’intelligence créative dans le cosmos qui est limitée, c’est l’Homme qui est limité et impuissant à la vivre de façon parfaite. Donc si cette intelligence se manifeste à travers certains plans dits astraux pour l’évolution de l’Homme, elle se manifeste toujours en fonction de ce qu’il peut prendre, de ce qu’il peut savoir, de ce qu’il peut réaliser, de ce qu’il peut voir. Donc ce n’est pas la faute du médium ou du voyant d’être naïf, mais ça fait partie de l’involution de l’Homme. Mais c’est du ressort du voyant ou du médium de sortir de sa naïveté et de voir plus loin, et de réaliser plus loin, et de prendre conscience que demain, on ne dira plus de lui qu’il est médium, on ne dira plus de lui qu’il est voyant, on dira demain qu’il est intelligent et qu’il utilise soit la médiumnité, ou soit la voyance pour donner à son intelligence une forme, afin que cette même intelligence puisse servir de valeur communicative sur le plan matériel.

Mais si l’Homme n’est pas d’abord intelligent avant d’être voyant et médium, il est automatiquement, naturellement, un grand naïf et il peut rendre la vie d’autres personnes autour de lui extrêmement tendue à cause de sa capacité ou de son incapacité de comprendre lui-même ce qu’il dit ou ce qu’il voit.

Donc d’une façon ou d’une autre, les voyants et les médiums sont les perroquets de l’astral. De bons perroquets, de grands perroquets, mais tout de même des perroquets. Et l’Homme n’est pas un perroquet, l’Homme nouveau est un être de lumière et il voit facilement, il voit facilement à travers ceux qui parlent, sans parfaitement même comprendre ce qu’ils disent, même si ce qu’ils disent a du sens. À quoi sert de dire quelque chose qui a du sens si on ne le comprend pas ? Il vaut mieux ne rien dire et attendre soi-même d’avoir de l’intelligence pour comprendre le propre sens de notre propre pensée.

Au cours de mon expérience, j’ai connu de très bons perroquets, et au cours du temps qui a évolué, je me suis aperçu que ces bons perroquets se sont lentement transmutés, transformés, et aujourd’hui ils ne sont plus perroquets, ils ne sont plus intéressés à “perroqueter”, ils sont simplement intéressés à vivre en paix, à avoir la paix, et à bien comprendre que toute cette période auparavant où ils étaient perroquets faisait partie de leur expérience.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut