CP-188 Télépathie universelle versus conscience

“L’évolution de la conscience humaine amènera l’Homme éventuellement à passer de ce que nous appelons aujourd’hui la conscience au statut de la télépathie universelle. Nous sommes obligés, nous sommes forcés aujourd’hui de parler de la …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


L’évolution de la conscience humaine amènera l’Homme éventuellement à passer de ce que nous appelons aujourd’hui la conscience au statut de la télépathie universelle. Nous sommes obligés, nous sommes forcés aujourd’hui de parler de la conscience de l’Homme parce que l’Homme est encore à un stage d’évolution où son activité mentale, son activité intelligente supérieure est encore conditionnée, colorée, diluée par sa subjectivité égoïque, de sorte que l’Homme ne peut pas encore vivre d’une façon permanente dans un échange étroit, constant, avec l’énergie de son double. Il est obligé, pour avoir une sensation de personne, une sensation de personnalité, de sentir que sa conscience est un phénomène qui lui est personnel.

L’Homme n’est pas encore prêt émotivement et mentalement à réaliser que sa personne est le produit de la communication réelle entre le plan matériel et les plans de la lumière. Il a encore besoin de sentir qu’il possède un moi, et c’est justement à cause de ce besoin chez lui qui rend difficile son adaptation psychique à un nouveau niveau de réalité mentale que demain nous appellerons la télépathie mentale universelle, ou la télépathie universelle avec son double, ou avec les plans de la lumière.

Tant que l’Homme n’aura pas maté le double, tant qu’il n’aura pas dépassé son influence initiatique ou son influence de fusion sur lui, il ne pourra pas connaître la télépathie universelle dans un sens parfait, il la connaîtra dans un sens imparfait, c’est-à-dire qu’elle représentera pour lui une façon d’intérioriser sa réalité mais sans pour cela la vivre, cette réalité, d’une façon parfaitement objective, d’une façon parfaitement basée sur les lois de la communication, sur les lois de l’information et sur les lois du pouvoir de la lumière à travers l’Homme.

L’Homme devra atteindre un certain niveau de conscience, d’intelligence pure, avant de pouvoir réaliser la télépathie universelle. Il devra en arriver à pouvoir être totalement libre de l’influence directionnelle du double – nous ne parlons même pas ici, à ce stage, de l’astral – afin de pouvoir bénéficier de la grande objectivité qui doit s’établir entre lui et le double afin que lui, en tant qu’Homme, bénéficie de cette lumière, de cette intelligence qui est sienne et qui fait partie de son lien universel.

L’ego de l’Homme, l’ego de l’involution a été pendant des siècles mesmérisé par une myriade de voiles et d’illusions. De sorte que l’Homme sera obligé de dépasser, de neutraliser, de briser ces obstacles avant de pouvoir supporter la présence, la permanence de son double à travers l’activité de son mental. Sinon, l’Homme souffrira énormément parce que la présence du double étant une présence permanente, remplacera éventuellement dans l’Homme les facultés psychologiques et les facultés réflectives, de sorte que l’ego de l’Homme involutif sera totalement transmuté, et l’Homme vivra réellement dans un vide mental, c’est-à-dire dans une condition psychique qui fera de lui un être capable d’avoir accès à énormément d’information, mais sans pouvoir réfléchir cette information sur son écran mental, sur sa conscience personnelle. Et l’Homme n’est pas encore prêt à vivre sans une conscience dite personnelle dans le sens involutif, parce qu’il ne peut pas comprendre, il ne peut pas remplacer sa conscience présente par une autre sorte de conscience que nous appelons la télépathie universelle.

C’est un saut en hauteur qui est trop difficile parce que l’Homme vit énormément de crainte et qu’il ne veut pas voir ou sentir en lui le déplacement de son centre de gravité mental à une échelle cosmique sans que lui-même ait sur ce déplacement une valeur de rattachement réel, c’est-à-dire sans que l’Homme puisse sentir qu’effectivement son double et lui sont, somme toute, la même chose : ils représentent une unité d’action, d’énergie, d’activité.

Mais pour que le centre mental de l’Homme se déplace à une échelle cosmique et universelle, il faut que ce dernier, graduellement, apprenne à coexister mentalement avec le double. Et ceci n’est pas facile, parce qu’à partir du moment où l’Homme prend conscience du double, il entre dans une phase initiatique, c’est-à-dire qu’il entre dans une phase où un certain travail, une certaine transmutation se fait sur son mental, travail qui sert à changer la nature de son moi pour lui donner une nouvelle équivalence, mais une équivalence qu’il ne connaîtra qu’à la fin de ce travail. Ce n’est pas une équivalence qu’il peut reconnaître avant que le travail soit commencé.

Donc dans un sens, l’Homme en évolution, l’Homme qui vivra une initiation solaire, l’Homme qui sera en contact télépathique avec le double, ne pourra bénéficier de son équivalence psychique avec ce dernier que lorsqu’il aura totalement composé avec les différents voiles, les différentes illusions que le double peut créer pour son acheminement, pour la fusion et pour éventuellement l’intégration de cette énergie qui est la lumière à travers l’Homme, de sorte que le développement futur de l’Homme nouveau sera ou mènera vers un plus grand accès à l’information universelle.

Mais à travers cette expérience, il sera aussi obligé de prendre conscience d’une plus grande permanence du double à travers son mental, de sorte que lui, en tant qu’être possédant un moi réflectif et égoïque, sera obligé graduellement de prendre conscience non pas de l’illusion de son moi, mais du fait que son moi nouveau, renouvelé, conscientisé, élevé à une vibration mentale supérieure, n’est plus et ne peut pas être le même moi qu’il possédait à la fin de l’involution, parce que justement, il y a eu échange entre le moi subjectif, psychologique et les plans cosmiques qui représentent effectivement son origine, son essence, sa source.

Pour que l’ego en arrive à être en contact télépathique avec sa source, il faut qu’il en arrive à être capable, sur le plan mental, d’accepter la présence, la permanence de cette source en lui. Et ceci pour l’Homme n’est pas facile parce que l’Homme possède des mécanismes involutifs fondés sur la mémoire, des mécanismes qui ont tendance à constamment regrouper sa conscience autour de certaines idées, de certains concepts, qui font de son ego le centre principal de l’activité de cette conscience, alors qu’en fait, le centre principal de l’activité de la conscience humaine devrait être sur le plan de la lumière.

L’Homme vivra un peu sur le plan psychique ce que les astronautes vivent lorsqu’ils vont dans l’espace. Un astronaute qui va dans l’espace et qui est lancé sur une fusée, et qui se retrouve quelque part dans la galaxie, par exemple – admettons qu’il serait rendu à ce stage, bien qu’il ne le soit pas – serait obligé quelque part de transférer l’importance qu’il donnait à la Terre dans un autre monde. Il serait obligé d’être à l’aise, de pouvoir contempler son expérience à des millions de miles de la Terre et ne pas souffrir de son appartenance à la Terre, sinon il serait déchiré.

Pour l’Homme en évolution, l’Homme futur, l’Homme nouveau, c’est la même chose. À partir du moment où l’Homme commencera à vivre une grande normalité dans la communication télépathique universelle, il lui sera nécessaire de pouvoir, quelque part dans le temps, au cours de cette évolution, se sentir à l’aise, être capable, autrement dit, de transposer la centricité de son ego sur le plan humain planétaire à un autre niveau d’évolution. Autrement dit, pouvoir sentir qu’au lieu de vivre une égoïcité subjective, il en est rendu à vivre une mentalité dépassant l’égoïcité subjective, mentalité qui lui donne accès à une conversion, à une télépathie, à une relation mentale supérieure, intelligente, avec une énergie dont la forme est le double et qui est, dans le fond, la source de sa résonance, c’est-à-dire la source de sa conscience, la source de son intelligence.

Mais si l’ego n’est pas prêt psychologiquement, émotivement, selon sa structure psychique, s’il n’est pas prêt à transposer sa réalité humaine en une réalité “para-cosmique”, il n’est pas capable de subir, ou il ne sera pas capable de subir cette présence, cette permanence, ce déplacement psychique en lui. Et c’est pourquoi la transmutation du corps mental de l’Homme est si longue. C’est pourquoi la fusion sur la Terre est encore au stage expérimental, et qu’avec le temps, l’Homme en arrivera à pouvoir bénéficier objectivement d’une communication à long terme et permanente avec un niveau de la réalité qui ne fait pas partie de la consubstantialité psychologique de son moi, mais qui fait partie d’une autre réalité beaucoup plus subtile, beaucoup plus avancée, beaucoup plus occulte dans un sens que ce qu’il a connu pendant l’involution, mais qui demeure et qui demeurera sa plus grande réalité au cours de l’évolution.

Mais avant que l’Homme puisse bénéficier d’une télépathie mentale universelle, il faut d’abord qu’il apprenne à connaître les lois du mensonge cosmique. Il faut qu’il en arrive à voir à travers le mensonge cosmique parce que c’est justement le mensonge cosmique qui a créé l’ego, qui a créé la subjectivité de l’ego, même si cette subjectivité est positive.

C’est le mensonge cosmique, ce sont les voiles et les illusions, mais parlons plutôt des voiles, parce qu’ils sont plus subtils, qui ont donné à l’Homme l’impression de vivre une centricité égoïque, de vivre une centricité fondée sur une conscience personnelle. Losqu’en fait, la totalité de sa réalité, la totalité de son essence est sur un autre plan et se verse vers lui, traverse son psychisme pour rendre cette réalité créative sur le plan où il est, et c’est ce que nous appelons la conscience humaine. Mais la conscience humaine est beaucoup trop opaque, elle est beaucoup trop lente, elle est beaucoup trop assujettie à une myriade de mécanismes de conditionnement pour être réellement, objectivement télépathe, mentale, universelle.

Donc pendant que l’Homme évolue, pendant qu’il est en train d’apprendre les lois de l’évolution, il demeure un être avec une conscience. Mais nous ne pouvons pas dire qu’il est un être total ou qu’il est un être parfaitement ajusté à une télépathie mentale universelle, parce qu’il a encore trop besoin du sentiment de la conscience pour pouvoir se libérer et transposer ce sentiment en une plus grande réalité que nous appelons le vide mental, qui devient le plein mental, qui devient le plein psychique, qui devient, autrement dit, le processus exécutoire de la relation entre la lumière et l’Homme.

Tant que l’être humain aura un désavantage psychologique vis-à-vis du double, c’est qu’il sera en initiation. Autrement dit, tant que l’être humain ne sentira pas en lui la force de mater le double, c’est-à-dire la force de pouvoir équilibrer sa relation mentale avec lui, il sera en initiation et nous dirons de lui qu’il est en voie d’évolution de conscience. Mais dès que l’Homme aura dépassé ce stage, nous ne dirons plus qu’il est en voie d’évolution de conscience, nous ne parlerons plus de la conscience de l’Homme, nous parlerons de l’accès de l’Homme à la télépathie mentale universelle. Nous dirons que l’Homme a accès aux archives, nous dirons que l’Homme a accès au savoir, nous dirons que l’Homme est parfait dans le mental, c’est-à-dire qu’il ne fait plus partie de l’involution mentale, il fait partie de l’évolution mentale supérieure, il possède une supraconscience, il est totalement autonome dans le mental, donc il possède un psychisme parfaitement équilibré.

Mais il est évident que pour en arriver à ce stage, l’Homme sera fourvoyé, c’est-à-dire qu’il sera testé, et le mensonge cosmique sera utilisé pour le tester afin d’épurer son mental, afin d’amener son mental à un état de constatation objective de la réalité. Et lorsque l’Homme aura accès ou sera parvenu à ce stage d’observation objective de la réalité, c’est qu’il possèdera déjà le matériel nécessaire, la fondation nécessaire pour la réalisation de la télépathie mentale universelle ou cosmique. C’est alors qu’il pourra vivre le contact avec les différents plans des mondes de la lumière et aller chercher dans ces plans l’information nécessaire pour la traduction sur le plan matériel d’une science ou d’une vie à l’égal ou à la hauteur de sa réalité.

Mais tant que nous serons obligés de parler de conscience, c’est que l’Homme sera encore un être assujetti au mensonge cosmique. Lorsque nous ne pourrons plus parler de conscience, l’Homme commencera à être libre, il commencera à être autonome et il commencera à pouvoir bénéficier de la réalité permanente de l’intelligence se déplaçant à travers lui, donc le rendant lui-même extrêmement créatif et capable d’interpréter pour les Hommes, pour lui-même, la nature de la vie et de la réalité sur tous ces plans et dans tous ses aspects, sans aucune faille possible, puisque sa subjectivité ne sera plus là pour colorer sa conscience et lui donner l’impression de connaître quelque chose.

Si nous regardons l’étymologie du mot conscience, nous voyons qu’il y a dans ce mot le mot “savoir”, le mot “science” et aussi le mot “con”. “Con” veut dire avec, dérivé du latin, “cum”. Donc dans le mot conscience, il y a imprimé l’impression de “science avec”. Mais nous, les Hommes de l’involution, nous ne vivons pas le terme conscience en fonction ou en relation de sa réalité étymologique. Pour nous, conscience, c’est quelque chose, c’est une science avec nous-mêmes, c’est une science en nous-mêmes, mais ce n’est pas une science avec quelque chose.

Et dans le fond, le mot conscience devrait vouloir dire “science avec”. Donc si l’Homme a de la conscience, c’est qu’il a accès à une science avec un autre niveau de la réalité. Donc conscience devrait vouloir dire “télépathie mentale universelle”. Mais nous ne percevons pas le mot conscience de cette façon. Pour nous, le mot conscience est un terme qui veut plutôt nous faire croire à une perception de nous-mêmes, au lieu de nous faire réaliser une conversation avec nous-mêmes sur un autre plan. Et c’est justement cette transformation du mot conscience ou de la valeur du mot conscience que connaîtra l’Homme nouveau.

L’Homme nouveau sera conscient que sa science ou sa conscience est le produit d’un échange mental, télépathique, universel, avec un autre plan de sa propre réalité. De sorte que sa conscience, au lieu de lui donner l’impression d’être fixée dans sa réalité purement humaine, sera un état d’esprit et de mentation fixés sur la relation d’échange intelligent entre un plan supérieur et un plan inférieur. De sorte que le mot conscience, pour l’Homme nouveau, n’aura plus la même valeur que le mot conscience pour l’Homme involutif.

Là où ce dernier avait pris le mot conscience pour une perception personnelle de sa réalité, l’Homme nouveau prendra le mot conscience pour une perception para-personnelle, extra-personnelle de sa réalité ; perception qui le mettra en contact direct avec une source d’intelligence, une source d’énergie créative puissante, dont lui pourra bénéficier sur le plan mental, afin de s’exécuter sur le plan matériel, pour se donner une science, une civilisation, à la mesure de son niveau évolutif.

Ce qui a diminué la conscience humaine, c’est la nature et la coloration de ses formes-pensées. Avec l’évolution, la pensée humaine deviendra tellement haute en vibration que la coloration qui donne à sa pensée une valeur personnelle, ou toute cette activité pensante qui crée ce que lui appelle de la conscience, sera transmutée en une autre valeur, en une autre réalité, de sorte que sa pensée ne prendra plus dans son mental la place de la télépathie universelle.

La pensée de l’Homme deviendra alors télépathie universelle. L’Homme ne parlera plus de conscience à partir de sa personne, mais il parlera de conversation, de communication avec d’autres plans. Et à partir de ce moment-là, la nature de son ego, la nature de l’égoïcité psychologique de son moi, sera totalement transformée en une autre réalité qu’il connaîtra et qu’il vivra d’une façon parfaitement équilibrée.

De sorte que l’Homme nouveau n’aura plus de problème de conscience, il ne connaîtra plus les problèmes de la conscience, tant sur le plan moral que sur le plan créatif, parce qu’il ne sera plus un être conscient : il deviendra un être télépathe. Tant que l’Homme est un être de conscience ou tant qu’un Homme est un être conscient, il est obligé de subir la décoloration graduelle de cette conscience, donc il est obligé de souffrir de cette décoloration, il est obligé d’entretenir, d’une façon ou d’une autre, des liens avec la mémoire involutive.

Tandis que l’Homme nouveau, n’ayant plus de conscience dans le sens évolutif du terme, mais vivant une proximité très grande avec son double, avec ses plans universels, pourra bénéficier d’une mentation télépathique. Et c’est de cette mentation télépathique qu’il tirera la science dont il a besoin pour s’exécuter sur le plan matériel, sans les souffrances, sans l’arrière-goût d’une conscience personnelle qui n’est pas, dans le fond, la finalité extrême de l’exploitation psychique du mental humain.

Le mental de l’Homme est une infinité. Il représente un monde en lui-même, donc il n’y a pas de limite à l’évolution du mental de l’Homme parce que ce mental représente un plan d’énergie qui peut être parfaitement alimenté par une énergie créative, par la lumière sans fin, de façon permanente.

Mais pour que l’Homme vive ou connaisse un mental sans limite, il faut quelque part au cours de son évolution qu’il ne parle plus de conscience, mais qu’il parle de télépathie mentale. Car s’il parle de conscience, il ne pourra pas absorber le choc vibratoire de cette énergie à cause de sa relation endémique avec le passé, à cause de la qualité naturelle de ses pensées subjectives qui ont tendance à ramener sa réalité autour de sa personne au lieu d’étendre dans le cosmos invisible, sa réalité, et donner à celle-ci une extension tellement grande et tellement infinie que lui, en tant qu’ego, puisse reconnaître un lien universel avec des dimensions très loin dans le cosmos, mais dimensions qui peuvent être réunies, unies à lui par cette communication universelle que nous appelons le mental télépathique.

C’est pourquoi la conversion de ce que nous appelons aujourd’hui à la fin du XXème siècle la conscience humaine, en une nouvelle nature du mental, créera chez l’Homme une transformation profonde de sa perception de lui-même, donc une transformation profonde de sa perception de la réalité. Et c’est ceci qui fera de lui un Homme nouveau, un être parfaitement renouvelé. Mais tant que l’Homme, en tant qu’ego, n’aura pas cessé de s’attribuer, en tant qu’être conscient, une valeur psychologique, il ne pourra pas bénéficier de façon permanente et parfaite de la circuiterie universelle, parce qu’il y aura trop en lui d’égrégores qui voudront enlever à sa permanence universelle la qualité créative, pour donner à son impermanence égoïque une valeur centrée sur une quelconque appréciation de son moi.

C’est ce qui s’est passé durant l’involution, c’est ce qui a créé l’involution et c’est ce qui changera la condition involutive de l’Homme. La fusion est un processus d’universalisation de l’énergie. La fusion universalise la réalité humaine, donc elle amène l’Homme, éventuellement, à dépasser les bornes de la conscience humaine pour entrer dans les grands espaces psychiques de sa conscience, où il peut facilement s’entretenir avec un plan de réalité qui fait partie de sa réalité et qui doit un jour être en parfait équilibre avec sa réalité planétaire, ce que nous appelons l’intégration.

Donc l’Homme, un jour, pourra intégrer cette énergie des plans et faire de la communication mentale universelle une réalité nouvelle, une conscience nouvelle, si vous voulez, mais non pas une conscience dans le sens ancien du terme, mais une conscience dans un nouveau contexte. Un contexte qui permettra finalement à l’Homme d’explorer l’infinité de l’énergie et pouvoir bénéficier sur le plan humain de cette infinité à travers sa propre créativité.

Mais tant que l’Homme sera borné à vouloir être conscient, tant que l’Homme sera borné à vouloir vivre consciemment, il ne pourra pas bénéficier d’une communication mentale universelle, parce que la conscience dans la perception égoïque de sa valeur chez l’être humain demeurera encore un état d’esprit, au lieu de représenter le pouvoir de l’esprit à travers l’Homme. Pour l’Homme nouveau, le passage de ce que nous appelons aujourd’hui la conscience à un état permanent de télépathie universelle, sera un passage qui déformera substantiellement la réalité psychologique de son moi pour lui donner une nouvelle variante, une nouvelle constante que, lui, connaîtra lorsque le temps sera venu.

Il est impossible de faire sentir à l’Homme, de faire réaliser à l’Homme, ce que veut dire un état de mentation pur en “contradistinction” avec un état de conscience où, de temps à autre, il existe ou il se vit un état de mentation. Si nous voulons clarifier la différence entre ces deux états, nous sommes obligés de dire que dans la conscience humaine, l’état de mentation pure n’est pas permanent, il est sujet à des conditions particulières du mental humain ou de l’ego. Alors que dans l’autre cas, l’état de mentation est permanent, c’est-à-dire que l’Homme n’est plus dans un état de conscience subjective ou avancée, il est dans un état de réceptivité, dans un état de communication télépathique, il ne vit pas la même réalité, il ne vit pas la même relation psychique ou psychologique avec les valeurs qui constituent la totalité de son moi. C’est comme si l’Homme vit dans un autre monde, dans un autre temps, dans une autre réalité, mais il est dans un même temps rattaché à son expérience sur le plan matériel.

Tandis que l’Homme qui est dans de la conscience ne vit pas dans l’autre réalité. Il vit dans sa réalité psycho-sensorielle, et sur le plan mental, cette réalité psycho-sensorielle est rendue manifeste par le phénomène de la pensée personnelle. Tandis que l’Homme nouveau vivra effectivement dans un autre monde, dans un autre temps, il connaîtra constamment et de façon permanente, une autre sorte, une autre qualité d’intelligence ou de mentation. Et cette qualité d’intelligence et de mentation sera parfaitement équilibrée avec sa vie sur le plan matériel, de sorte qu’il ne sera pas débalancé, il ne sera pas déséquilibré par cette connexion avec les circuits universels, qui deviendra éventuellement non pas sa nouvelle conscience mais son nouveau pouvoir de mentation sur le plan matériel.

Nous parlerons de la conscience humaine tant que l’Homme sera réflectif, tant que l’Homme sentira qu’il possède de l’égoïcité, autrement dit, tant que sa fusion ne sera pas arrivée à un stage suffisamment avancé pour l’avoir amené à un état d’intégration de l’énergie. Lorsque l’Homme sera parvenu à cet état d’intégration de l’énergie, nous ne parlerons plus de conscience, nous parlerons simplement de relation universelle entre le mortel et le double. Nous parlerons de la conversion de l’énergie en une faculté mentale télépathique universelle, nous parlerons du lien universel, nous parlerons de la présence du double sur la Terre, nous parlerons de la fusion du double avec le mortel. Nous ne parlerons plus de la connivence de la conscience humaine, nous ne parlerons plus de l’initiation du double contre, ou sur, la conscience humaine, nous parlerons de l’Homme nouveau.

Jusqu’à quel point les hommes en évolution vivront une mentation télépathique universelle telle que certains Hommes sur le plan matériel aujourd’hui peuvent la connaître ? Cela dépend de leur capacité de substituer la réalité de leur égoïcité mentale en une réalité supérieure. Et ceci est directement relié à leur propre niveau d’évolution. Personne ne peut rien pour changer cette condition. C’est un phénomène vibratoire, c’est un phénomène d’énergie. Il y a des Hommes qui auront plus facilement accès à ces circuits, il y en a d’autres qui auront moins accès à ces circuits. Et c’est l’accès à ces circuits qui, effectivement, déterminera la hiérarchisation de l’énergie sur le plan matériel.

Mais ce ne sera pas parce que des êtres auront plus accès aux circuits universels que d’autres – ou dans une définition plus objective, plus puissante, plus créative – que ces êtres auront, ou vivront, ou connaîtront une précédence égoïque sur les autres, parce que toute relation entre l’Homme et l’universel, à quelque niveau que ce soit, selon sa propre définition, nécessite que les Hommes partagent l’universalité dans une conscience. Donc l’Homme nouveau sera un être universel. Il sera universel dans ses relations avec les Hommes. Mais un tel Homme sera plus capable, plus créatif, plus réceptif à cette énergie à cause de l’accent supérieurement développé de la télépathie mentale dans sa conscience, dans son système psychique.

Mais ce n’est pas parce que des êtres auront un plus grand accès à cette énergie que nous connaîtrons sur le plan matériel de l’élitisme. Justement, parce que lorsque l’Homme vit une conscience intégrale, ou qu’il vit une intelligence télépathique mentale universelle, il ne peut pas la vivre en fonction des mécanismes subjectifs et réflectifs de l’ego pour la simple raison que ces mécanismes ont été détruits dans la transmutation de son mental, destruction qui, justement, a été la raison pour laquelle ils ont eu accès éventuellement à ce très grand territoire de l’invisible que nous appelons le monde du mental.

Mais dans l’ouverture des circuits universels avec l’Homme, il existe, effectivement, un besoin chez l’être humain de transcender les voiles que lui impose le double. Parce que l’Homme doit lutter pour son affranchissement. Il doit lutter, et cette lutte deviendra pour lui la clé lui permettant d’avoir accès aux circuits universels d’une façon intégrale sans qu’il soit obligé de subir la communication télépathique. Parce que tant que l’Homme subit la communication télépathique universelle, il est encore en évolution initiatique.

Lorsque cesse cette soumission, cette subjugation, l’Homme est alors libre et il peut parfaitement vivre de cette télépathie universelle, mais d’une façon intégrale, c’est-à-dire d’une façon qui convient parfaitement à l’équilibre psychique de ses propres énergies et de ces autres forces qui viennent de l’invisible, des autres plans.

Si l’Homme n’en arrive pas un jour à contrôler, à mater le double et à élever le niveau de son intelligence, c’est-à-dire à décolorer complètement son intelligence subjective, initiatique, il ne pourra pas bénéficier parfaitement de la télépathie mentale universelle parce qu’il ne pourra pas comprendre les limites que possède ou qu’a le double sur sa vie. Il aura toujours l’impression que le double est une entité puissante, universelle, absolue. Et ce n’est pas le cas. Le double est une dimension de l’Homme, l’Homme est une dimension du double et les deux dimensions ensemble doivent être parfaitement équilibrées. Et ceci est essentiel pour la compréhension de la différence entre la conscience évolutive et l’état de mentation télépathique universelle que l’Homme nouveau possèdera demain.

Il est absolument essentiel que l’Homme réalise un jour que le double n’est pas une entité toute puissante sur lui, que le double fait partie de lui, que lui fait partie du double et que ces deux parties sont lumière à différents niveaux, à différentes échelles, pour différentes fonctions. Sinon l’Homme ne pourrait jamais bénéficier de sa relation avec le double sur le plan mental parce qu’il se sentirait toujours écrasé par lui, il se sentirait toujours dominé par lui, déjoué par lui, et ceci ne doit pas être.

C’est pourquoi un jour l’Homme devra intégrer le double, c’est-à-dire le mater, c’est-à-dire voir parfaitement à travers son jeu, afin que lui, finalement, puisse bénéficier de sa relation universelle avec le double, pour que les deux ensemble, dans une unité parfaite, puissent amener et faire briller sur le plan matériel et dans les autres mondes la lumière qui elle-même est éternelle. Pendant l’involution, l’Homme n’était pas conscient du double, pendant l’évolution l’Homme prend conscience du double et nous devons reconnaître que l’Homme passe d’un extrême à un autre. Il doit revenir un jour à un juste milieu.

Et le juste milieu de sa relation avec le double, ou le passage de son involution ignorante à l’évolution plus consciente, doit lui faire réaliser, quelque part, au cours de son initiation que, lui, doit mettre fin à cette initiation en ne partageant plus les voiles, en ne subissant plus les voiles que le double lui crée pour la fusion avec l’énergie.

C’est là que l’Homme passera de ce que nous appelons la conscience à un état de mentation télépathique universel. C’est là que nous dirons que l’Homme est en contact avec les circuits universels, qu’il bénéficie des circuits universels, qu’il est universel, qu’il possède une intelligence au-delà de l’intelligence purement planétaire, et qu’il est en fait un Homme nouveau, c’est-à-dire un nouveau modèle d’évolution capable de s’autogérer, de s’autogestionner, de s’autodéfinir et de se donner l’autorité nécessaire pour la manipulation sur le plan matériel de l’énergie, afin que l’Homme devienne le roi au lieu de demeurer un vassal des forces en évolution.

L’Homme découvrira demain que le terme conscience, que le mot conscience représente une forme quelconque d’assujetissement à une réalité que lui ne peut pas vivre parce que son centre mental, son état mental, son intelligence, n’a pas été suffisamment perfectionné. Lorsque l’intelligence de l’Homme sera suffisamment perfectionnée, l’Homme ne parlera plus de conscience, ou de sa conscience. Ce mot deviendra étranger à ses oreilles et il sera dans un nouvel état de mentation, dans un nouveau mouvement de l’énergie créative et il n’appartiendra plus à la race psychologique. Il fera partie du pouvoir créatif sur le plan matériel. Il n’aura plus besoin d’être conscient. Il sera au-delà de cet état et il pourra contempler d’autres niveaux d’évolution de ce que nous appelons aujourd’hui l’intelligence conscientisée.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut