CP-180 La conscience du rêve à l’éther

“Dans la vie de l’éther, la conscience de l’éther remplacera la conscience du rêve. Au fur et à mesure que se fera l’évolution, le rêve deviendra de plus en plus concret, de plus en plus compréhensible, de plus en plus autre chose et …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Dans la vie de l’éther, la conscience de l’éther remplacera la conscience du rêve. Au fur et à mesure que se fera l’évolution, le rêve deviendra de plus en plus concret, de plus en plus compréhensible, de plus en plus autre chose et éventuellement le rêve se transformera dans une réalité qui, elle aussi, deviendra de plus en plus concrète, jusqu’au jour où l’Homme sera capable de se véhiculer en esprit, à volonté, consciemment, où il voudra dans le monde, où il voudra dans le cosmos.

L’évolution du rêve vers la conscience éthérique représente un très grand changement dans la conscience de l’Homme, dans la nature de l’Homme, dans la capacité mentale de l’Homme de vivre ce passage d’un monde à un autre. Plus l’Homme se conscientisera, plus il verra que sa vie dans le sommeil prend de l’importance, que sa vie dans le sommeil devient une vie égale à celle qu’il connaît sur le plan matériel le jour et que cette vie devient de plus en plus intelligente, dans ce sens qu’elle perd de plus en plus sa qualité symbolique, pour devenir de plus en plus la manifestation directe et étroite entre l’Homme et son esprit, son double.

Et lorsque l’Homme sera entré dans cette nouvelle phase de conscience, le temps sera prêt pour lui de commencer à travailler, non pas avec les forces de l’astral, mais avec les forces de vie intelligentes, concrètes, faisant partie d’une autre dimension, faisant partie d’un autre espace-temps, et capables, selon le temps et le besoin, de se matérialiser sur la Terre.

Donc viendra le temps où l’Homme voudra vivre plus la nuit que le jour, viendra le temps où l’Homme aura un plus grand plaisir d’aller vers le sommeil que de vivre la matérialité de sa conscience, parce que, finalement, la porte qui sépare la nuit de l’involution et le jour de l’évolution, cette porte, finalement, sera abattue.

Et l’Homme verra qu’il existe au-delà du rêve, qu’il existe au-delà de la mémoire, qu’il existe au-delà du subconscient, un monde qui fait partie intégrale de la totalité universelle de toute forme d’organisation intelligente qui sous-tend la planification évolutive des royaumes matériels. C’est alors qu’il sera donné à l’Homme de rencontrer sa contrepartie, de rencontrer cette partie de lui qui a toujours été, finalement, une autorité dans sa vie matérielle, et c’est alors que l’Homme verra et comprendra que la vie sur la Terre est un jeu, qu’elle est absolument un jeu, et que le jeu est joué à partir de l’invisible et que c’est lui qui a toujours joué le jeu.

Mais l’Homme est encore trop jeune, l’Homme est encore trop craintif, l’Homme est encore trop empoisonné dans sa mémoire pour pouvoir découvrir le jeu du maître, le jeu de sa réalité, le jeu qui, dans le fond, a toujours été parfaitement joué. Et lorsque l’Homme aura saisi, compris, vécu, expérimenté ceci, il ne souffrira plus sur le plan matériel.

Lorsque l’Homme aura réellement compris que tout se joue dans l’invisible et que ce qui se passe sur le plan matériel n’est qu’une extension de ce qui se planifie dans un autre espace-temps, l’Homme commencera à comprendre le mystère de sa vie, il commencera à comprendre la réalité de sa vie et il s’avancera graduellement vers cette étape ou cette phase dans sa vie où il doit travailler plus ailleurs qu’ici.

Mais l’Homme verra que le rêve sera utilisé pour lui créer la crainte. L’Homme verra que le rêve lui sera envoyé pour tester sa résistance émotionnelle à l’ambiguïté cosmique et planétaire de sa conscience. L’Homme verra que le rêve, dans sa transformation, sera utilisé pour freiner son passage à l’éther. Il sentira en lui une lutte, il sentira en lui des forces qui ne veulent pas qu’il sache. Mais l’Homme n’a rien à craindre, parce que viendra le temps où l’explication des rêves, l’analyse parfaite et la compréhension parfaite des rêves sera faite afin que l’Homme puisse comprendre et mesurer où il en est vis-à-vis de lui-même, ce lui-même qui fait partie d’une autre dimension et qui tente de toutes les façons de se rapprocher de lui.

Le rêve n’est pas ce que l’Homme croit. Le rêve n’est pas une manifestation inconsciente ou subconsciente de son impuissance. Le rêve est une création, dans le mental de sa conscience endormie, d’une force qui magnétise son émotivité, qui magnétise son mental, afin de lui donner une impression quelconque d’impuissance ou une impression quelconque de fausse puissance.

Le rêve n’appartient pas à l’Homme, il n’a jamais appartenu à l’Homme. Il a toujours été placé dans le mental de l’Homme afin qu’il puisse sentir et percevoir des affinités avec le désir. Le rêve est utilisé et a toujours été utilisé pour que l’Homme développe des affinités avec le désir, parce que c’est à travers le désir que l’Homme, sans s’en rendre compte, perd conscience. Et le rêve, soulevant dans l’Homme le désir qui ne peut être manifesté le jour, a toujours maintenu dans sa conscience une tension ; et cette tension a toujours servi dans les plans invisibles à construire autour de la conscience humaine un mur, un mur qui lui servait à demeurer passif devant l’infinité.

Et ceux qui, pour d’autres raisons, ont investi de l’énergie dans le mouvement de leur conscience la nuit à travers des méthodes de voyage astral, s’apercevront que le voyage astral, le voyage de l’âme, fait partie du lien conclusif entre le pouvoir de l’âme sur la totale territorialité de la mémoire psychique de l’Homme, lui donnant ainsi l’impression d’avoir accès à une dimension de la réalité, lorsqu’en fait il n’a accès qu’à l’exercice de l’autorité psychique de l’âme sur son mental endormi.

Il n’y a pas de liberté dans le sommeil autre que le passage du rêve à la conscience éveillée de l’éther. Qu’il y ait explication, dans le rêve, de certains mouvements dans la vie, ceci fait partie encore une fois de l’exercice dominateur du rêve, donnant à l’Homme l’impression que tout se décide de l’autre côté. Mais oui, tout se décide de l’autre côté, mais cet autre côté, ce n’est pas le côté de l’Homme. Ce n’est pas le côté de l’Homme, c’est le côté de l’âme de l’Homme. Parce que l’Homme n’est pas du côté du rêve, l’Homme est du côté de l’éther. L’Homme réel ne dort pas la nuit, l’Homme conscient ne dort pas la nuit, il est simplement éveillé à un autre niveau.

Donc le rêve n’a jamais clos la question de l’âme, il a simplement soulevé la question de l’âme. Et dans la conscience éveillée de l’Homme dans l’éther, la nuit, qui lui permettra finalement de clore la question de l’âme, l’Homme verra alors qu’il a toujours été, il verra alors que la mort n’existe pas, il verra alors que la descente dans la matière fait partie d’une décision déjà prise par lui pour des raisons qui manifestement faisaient partie de la fusion de son énergie avec la matière, éventuellement.

Et à ce stage, l’Homme regardera dans la mémoire, il regardera dans la mémoire de l’âme et il verra toutes les années et toutes les vies qu’il a vécues sur cette planète. Et il verra que toutes ces vies avaient servi à la domination, à la présence et à la permanence des forces qui n’ont pas de rôle à jouer dans l’évolution, mais qui ont eu un très grand rôle à jouer pendant l’involution.

Et à partir de ce moment-là, l’Homme sera libre dans l’éther après avoir été libre sur le plan matériel. Et lorsqu’il sera libre dans l’éther, il pourra revenir se réveiller et prendre conscience de ce qu’il aura vu, là, dans cette dimension. Et c’est à partir de ce temps-là que nous pourrons dire qu’une nouvelle science est née sur la Terre, parce que le monde invisible n’est pas un monde irréel, le monde invisible n’est pas un monde fantomatique, le monde invisible fait partie de l’organisation totale de la conscience de tous les plans à la fois, c’est-à-dire qu’il existe dans l’éther de la conscience humaine, une vision d’ensemble de ce qu’est la matière, de ce qu’est la vitalité, l’émotivité et la mentalité, et en plus, l’immatérialité psychique de toute conscience.

Lorsque l’Homme aura vu, aura senti, connu, compris, réalisé, su, ce que veut dire l’immatérialité psychique de toute conscience, l’Homme aura enfin pénétré dans le secret des secrets qui lui fut de toujours caché et voilé. L’Homme comprendra le secret de l’incarnation dans la matière et c’est à partir de ce moment-là qu’il sera possible à l’Homme sur la Terre, dans des conditions spéciales, dans des conditions voilées, de donner naissance sur la Terre à une forme humaine née de son génie créateur dans l’éther et capable d’actualiser sur le plan matériel des tâches qui dépasseront de beaucoup ce que la simple robotique mécanique peut aujourd’hui nous donner.

Et c’est là que l’Homme comprendra la merveilleuse fonction de ces êtres qui viennent d’autres planètes, de ces êtres qui, comme nous, ont l’apparence humaine, de ces êtres qui, comme nous, ressemblent catégoriquement à la figure de l’Homme, mais qui, dans le fond, ne sont que des projections télécommandées d’une conscience éthérique tellement élevée que ces êtres ont sur notre globe l’apparence d’êtres humains intelligents. Et dans les faits, ils le sont, humains et intelligents, mais ils n’ont aucune conscience.

Et lorsque l’Homme aura découvert que les êtres qui viennent de ces mondes n’ont aucune conscience et que lui a le pouvoir de créer des êtres qui n’ont aucune conscience, l’Homme saura, pour la première fois, que la nature de la vie, que la nature de la conscience, que la nature de la création, que la nature de la forme humaine, que la nature de la valeur que nous donnons à la forme humaine en tant que vie, n’est qu’une déformation psychique de la réalité immatérielle de la conscience pour le but évolutif des êtres primitifs, mais non en fonction de leur nuire, mais dans le but de les aider émotivement, et spirituellement, et scientifiquement, dans la qualité primitive de leur conscience planétaire. Et c’est à ce moment-là que nous dirons que l’Homme est cosmique.

Il sera cosmique, non pas parce qu’il aura le pouvoir. Il sera cosmique parce qu’il aura finalement compris l’immatérialité de la conscience, il aura compris le secret de la création, il aura compris que le dieu de l’Homme ancien n’a aucune place dans la réalité réelle de l’immatérialité de la conscience cosmique. Et il verra que depuis toujours son ignorance avait été affectée, établie, pour le besoin d’une cause célèbre, non pas célèbre sur le plan matériel, mais célèbre dans les mondes, dans les espace-temps auxquels nous n’avons accès que par la conscience éthérique et auxquels nous appartenons par droit, par lien, par lumière et par conscience immatérielle.

Et l’Homme découvrira alors que la nature de l’universel, la nature des infinités, la nature de l’espace et du temps, la nature de tout ce qui existe, est conforme à la réalité du mouvement atomique de la conscience des plans d’où cette nature naît, c’est-à-dire de ces plans où cette nature se manifeste.

Et c’est alors que l’Homme commencera à comprendre ce que veut dire infinité et qu’il y aura décorporalisation dans son intelligence, et qu’il sentira que l’intelligence n’est plus une manifestation égoïque de son mental inférieur, mais que l’intelligence est une projection dans le temps, dans l’espace de l’Homme, d’une puissance consacrée qui transformera la conscience de la Terre et qui donnera aux fils de l’Homme la lumière dont ils ont besoin pour recréer, dans le temps, dans le futur, dans l’avenir, les mondes, les espaces, la matérialité, les conditions de vie, de gouvernement et de mouvement dont auront besoin les prochaines évolutions, pour parfaire dans notre section de la galaxie, les aspects inestimables de la beauté de toute intelligence qui reconnaît l’immatérialité dans la conscience.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut