CP-174 Matière, ego et puissance

“Autres questions d’un courrier, non pas le courrier du coeur mais le courrier de l’esprit : Qu’entendez-vous par la “spiritualisation de la matière”, terme que vous avez déjà employé dernièrement à une conférence avec François Payotte ? …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Autres questions d’un courrier, non pas le courrier du coeur mais le courrier de l’esprit : Qu’entendez-vous par la “spiritualisation de la matière”, terme que vous avez déjà employé dernièrement à une conférence avec François Payotte ? Pouvez-vous expliquer quel est le troisième élément manquant à l’Homme pour former sa triade parfaite ? Premièrement, le premier élément, serait-ce la matière ? L’Homme n’a-t-il pas déjà la matière lors de son incarnation ? Deuxième élément, serait-ce l’ego ? Le milieu où vit l’Homme joue-t-il un rôle important vis-à-vis de l’ego ? Troisièmement, le troisième élément serait-il la puissance ? Apporterait-elle le pouvoir à l’Homme dans sa matière ? Pouvez-vous expliquer ce que serait cette triade parfaite ?

Bon. La relation entre la matière, l’ego et la puissance, est une relation d’énergie. La matière sert à donner à l’Homme une qualité de vie matérielle, c’est-à-dire une qualité de vie permettant à l’esprit de se manifester dans une zone d’énergie inférieure à la lumière. Donc la matière est importante parce qu’elle permet à l’Homme, à l’ego, de réaliser, dans un temps extrêmement ralenti, c’est-à-dire en dehors des zones de la lumière, un rythme de vibration capable éventuellement d’exercer dans le cosmos un mouvement créatif. Et pour ce, l’Homme a besoin de la puissance.

Pendant l’involution, l’ego s’est perfectionné, la matière s’est perfectionnée, et l’Homme est arrivé maintenant à l’évolution. Il est arrivé au point où il doit créer la troisième partie de sa conscience évolutive, c’est-à-dire qu’il doit connaître le pouvoir, la puissance créative. Mais pour ce, il faut que l’ego, qui est la partie la plus importante de l’esprit manifeste sur le plan matériel, soit représentatif de l’esprit, et non pas représentatif des mécanismes planétaires créés par le corps matériel en relation avec l’énergie de l’âme, c’est-à-dire les principes inférieurs de la constitutionnalité de l’Homme mortel et planétaire.

Mais cet ego, pour qu’il puisse engendrer de la puissance, il lui faut être capable éventuellement de supporter la puissance. Donc comment l’ego peut-il supporter la puissance ? Il ne le peut que lorsqu’il prend conscience d’une relation étroite entre l’énergie et lui-même, et ce, à travers le mécanisme de la pensée.

Lorsque l’ego vit la transmutation de son rôle dans l’évolution, il s’aperçoit que le phénomène de la pensée qui, pendant l’involution, avait été pour lui le summum de l’expression de sa conscience, devient finalement une partie secondaire de sa conscience réelle. Et ceci, pour l’ego, c’est très difficile, parce que l’ego a toujours pris conscience de lui-même à partir de la pensée, au lieu de prendre conscience de lui-même à partir de la parole. La parole est le début de la puissance de l’ego sur la Terre. La pensée n’est que l’invitation à l’ego à se développer pour qu’un jour il puisse posséder la parole afin de commencer le mouvement de descente de l’énergie sur la Terre, donc le mouvement de la spiritualisation de la matière, c’est-à-dire de ce mouvement qui donnera demain à la matière et à l’ego le pouvoir vibratoire de transiger d’une façon égale et universelle avec les différents pôles magnétiques de la conscience cosmique universelle dans notre système solaire.

Donc plus l’Homme évolue, et à partir du moment où il passe de l’involution à l’évolution il est important qu’il commence finalement sur le plan de l’ego à se constituer intérieurement un pôle, un troisième pôle. Un pôle qui stabilise la conscience subjective de l’ego et la conscience de la matière et qui, naturellement, au cours de l’évolution, élèvera cette conscience de l’ego et cette conscience de la matière, parce que l’esprit, c’est-à-dire le feu cosmique, permettra à cet ego finalement d’engendrer par volonté et intelligence une nouvelle note de création sur le plan matériel, donnant ainsi à la matière une entrée dans des mondes parallèles à travers la dissolution matérielle de la forme, en donnant à la substance moléculaire de la forme une nouvelle avenue créative. C’est-à-dire une nouvelle capacité de se désintégrer à un niveau vibratoire pour se réintégrer à un autre. Ceci demande la puissance.

Mais l’ego ne peut pas avoir la puissance tant qu’il n’a pas commencé lui-même à subir la puissance. Donc comment l’ego subit-il la puissance ? Il la subit lorsqu’il vit le choc de la descente de l’énergie à travers son corps mental et aussi en relation avec son plan émotif. S’il est capable de supporter le choc de cette énergie, il entre automatiquement dans la conscience du feu, c’est-à-dire qu’il commence lentement à se désintégrer égoïquement sur le plan de l’imagination cosmique de la forme.

Et lentement, il commence à se créer une nouvelle forme, mais dans un plan qui ne fait pas partie de l’astral, c’est-à-dire du monde de la mort ou du monde de l’âme, mais qui fait partie du monde de l’éther, c’est-à-dire de ce monde nouveau auquel appartiendra l’Homme nouveau ; mais monde qui n’est pas défini par l’expérience antérieure de la conscience expérimentale terrestre, mais monde qui se définit par la puissance créative de l’Homme d’absorber ce feu cosmique à travers son mental et à travers son corps émotionnel.

Ceci commence à créer sur la Terre un centre d’énergie dans l’Homme, c’est-à-dire une capacité instantanée chez lui de récupérer ce feu et de lui donner, à la mesure présente de l’Homme, une capacité créative. Aujourd’hui, c’est par la parole, demain, ce sera par d’autres choses.

L’Homme n’est pas capable aujourd’hui d’actualiser le feu cosmique par la volonté parce que le temps n’est pas venu pour lui et parce que l’Homme n’est pas suffisamment avancé sur le plan mental pour utiliser ce feu d’une façon qui convient parfaitement aux lois de l’énergie, c’est-à-dire aux lois cosmiques de la triade cosmique. Pour que l’Homme en arrive à être en harmonie avec la triade cosmique, il faut qu’il commence d’abord à être en harmonie avec la triade planétaire : la matière, l’ego et la puissance. Lorsqu’il aura formé la triade sur le plan planétaire, il pourra ensuite former la triade cosmique, c’est-à-dire élever la triade planétaire à un taux vibratoire suffisamment élevé pour que la triade cosmique se “superimpose” sur elle et donne à l’Homme la qualité immortelle d’une conscience qui ne fait pas partie de l’expérience, mais qui fait partie de l’évolution de la création, c’est-à-dire de la relation étroite entre l’esprit, l’ego, la matière.

Mais l’Homme doit commencer d’abord à apprendre ce qu’est l’esprit. L’Homme doit commencer d’abord à réaliser ce que veut dire résonance. L’Homme doit apprendre ce que veut dire le choc vibratoire de l’esprit. L’Homme doit apprendre à connaître, à réaliser, à saisir, et à vivre, et à rendre l’esprit. L’Homme doit commencer à se destituer en tant qu’être planétaire, pour devenir lentement, graduellement, un être perfectionné, c’est-à-dire un être qui devient cosmique, c’est-à-dire un être qui devient de plus en plus personne et de moins en moins personnalité, donc de plus en plus capable de rendre l’énergie cosmique sur le plan matériel afin d’élever la puissance de l’esprit qui, un jour, permettra à l’Homme d’élever la puissance de sa volonté afin de se créer sur la Terre et dans l’éther une nouvelle base vibratoire d’énergie, permettant ainsi que se manifeste sur notre planète un nouveau centre évolutif de civilisation.

Mais l’ego, c’est quelque chose d’extrêmement rudimentaire. L’ego dans son état actuel est extrêmement rudimentaire et la mesure de son état rudimentaire, c’est la mesure de son manque de savoir. Et tant que l’Homme ne sait pas, tant que l’Homme n’est pas assis sur le siège impérial de son savoir, il ne peut être qu’un être en fonction d’involution, donc il ne peut être qu’un être en fonction expérimentale. Donc il est obligé d’être assujetti aux lois de la matière. Il est obligé, sur le plan égoïque, de subir la constante intervention de son esprit, à travers les formes de son imagination, donc il est obligé de sentir qu’il n’est pas parfait. Et ceci fait partie de son perfectionnement, ceci fait partie de son ajustement, ceci fait partie du développement, en lui, de la résonance, ceci fait partie de la formation de la triade planétaire. Ceci l’amène graduellement, un jour, à dépasser les murs de l’espace et du temps matériel pour entrer dans cet espace éthérique qui fait partie de la constitution nouvelle de l’organisation électrochimique, électromagnétique de l’Homme.

Donc il est réel que l’ego doit former sa triade. Et pour ce, il doit apprendre à comprendre les lois vibratoires de son énergie mentale. Il doit apprendre à comprendre les lois vibratoires de son savoir primitif pour pouvoir graduellement ajuster ce savoir primitif, qui est le produit de la coloration d’une certaine sensibilité interne, avec beaucoup de connaissance, beaucoup de mémoire. Et plus l’Homme sort de cette situation – mémoire, connaissance – plus il entre dans son savoir, plus descend en lui l’énergie résonante qui crée le choc, qui amène le feu, et qui allume les centres de son psychisme pour électrifier tous les principes de sa réalité planétaire, pour lui donner demain, dans un certain avenir, une nouvelle consistance, une nouvelle densité, et un nouveau passeport à la vie.

Aujourd’hui, la matière est définie, l’ego est prêt, maintenant la puissance doit naître. Mais pour que la puissance de l’Homme naisse, il faut que l’Homme évolue graduellement en fonction de certains plans. Il faut que l’émotion se transforme. Il faut que le mental s’ajuste. Il faut que l’émotion cesse d’affecter le mental. Il faut que le mental cesse d’affecter l’émotion. Ensuite, il faut que le mental cesse de vivre le doute. Ensuite, il faut que le mental cesse de vivre le doute vibratoire. Lorsque l’Homme est arrivé à cette étape où il ne connaît plus le doute vibratoire, l’Homme entre dans la parfaite résonance de son énergie. Et c’est à partir de ce moment-là que la triade commence à faire son mouvement rotatif pour créer dans l’éther l’énergie nécessaire dont l’Homme se servira demain pour travailler sur le plan matériel et sur les plans subtils.

Donc le développement, la création de la triade, ne peut pas se faire sans que l’Homme reprenne sous son contrôle les effets planétaires de son émotivité et de sa mentalité assujettie par l’imagination historique de son mental collectif. Ensuite, il faut que l’Homme vive le doute parce que le doute est le mur entre lui-même et sa réalité. Une fois que l’Homme a vécu le doute, qu’il a dépassé le doute, il doit raffiner sa vibration mentale, c’est-à-dire qu’il doit ne plus connaître le doute vibratoire, c’est-à-dire qu’il doit être libre de l’impression vibratoire que crée l’énergie puissante dans son mental lorsqu’elle siège dans une sorte de permanence, c’est-à-dire lorsqu’elle crée ce que nous appelons la fusion.

Et tout ceci prend un certain temps, parce que tout ceci est en dehors des mains de l’Homme. Mais tout ceci se vit dans la vie de l’Homme nouveau lorsque ce dernier est appelé à connaître et à reconnaître les lois de l’évolution, et à partager avec sa réalité cosmique un plan d’évolution futur caché au mortel.

La formation, le développement, et le mouvement de la triade est essentiellement une caractéristique de l’évolution future de l’Humanité. Et l’Homme doit composer graduellement avec cette nouvelle dimension de vie. Auparavant l’Homme ne composait qu’avec la matière et l’ego. Demain, il sera obligé de composer avec la matière, l’ego et la puissance, mais il ne composera avec la puissance qu’en fonction de l’ajustement de l’ego intérieurement.

Car la puissance nouvelle de l’Homme, c’est-à-dire le produit de la canalisation de l’esprit vers le plan matériel à travers son psychisme, ne peut pas se faire en fonction des désirs spirituels de l’Homme. Il ne peut se faire qu’en fonction de la capacité à l’Homme d’être en résonance parfaite avec son énergie qui, elle, est responsable pour le mouvement rotatif de cette triade qui donnera un jour à l’Homme le pouvoir de vie sur le plan matériel.

L’instruction de la conscience supramentale se veut, pendant un certain temps, de travailler à l’explication des mécanismes psychologiques de l’ego sur le plan de l’émotion et de la mentalité inférieure, afin de donner à l’Homme les outils nécessaires pour commencer à passer de l’assujettissement de ses pensées subjectives et de ses émotions vers un état mental suffisamment libre pour pouvoir commencer à vivre le doute, mais d’une façon créative, c’est-à-dire d’une façon qui l’amène graduellement à ajuster la coloration de son énergie créative en résonance avec le mental.

Et lorsque ceci est fait, l’Homme peut passer à l’autre étape, la dernière étape, l’étape où il vit la résonance de l’énergie à travers le mental supérieur, qui crée le doute vibratoire, c’est-à-dire cette vibration de la conscience de l’Homme qui lui permet, encore un tout petit peu, non pas de douter dans le sens psychologique, dans le sens des catégories, mais de douter dans le sens de la réalité de la vie, de la réalité de sa vie.

Et lorsque l’Homme a dépassé le stage où il ne peut plus douter de la réalité de sa vie en relation avec la vie future de son évolution, à ce moment-là, il est prêt à converser directement avec lui-même, c’est-à-dire qu’il est capable de manifester sur le plan matériel une énergie parfaite, c’est-à-dire une énergie qui est en puissance, une énergie qui est créative, une énergie qui transforme, une énergie qui élève, une énergie qui donne à l’Humanité un point de départ nouveau pour l’évolution.

Mais tant que l’Homme n’est pas passé par ces étapes – par ces quatre étapes – et qu’il n’a pas finalement concrétisé, dans son expérience, l’absence totale de subjectivité, même à l’endroit de sa conscience universelle qui vibre en lui et qui même se manifeste télépathiquement en lui, il ne peut pas sentir qu’il est en puissance, donc il ne peut pas encore dire que la triade, en lui, est formée.

Il nous faut très bien réaliser que les lois de l’évolution sont absolument différentes, opposées aux lois de l’involution en ce qui concerne l’ego, en ce qui concerne la stratégie psychologique de l’ego, en ce qui concerne la relation entre l’ego et le monde mental, en ce qui concerne la conscience mentale de l’ego.

Les lois de l’évolution sont des lois d’énergie, donc ce sont des lois qui font partie de la relation entre le feu et la matière, entre le feu cosmique et la matière. Et cette relation est une relation absolue parce que le feu cosmique anime toutes les matières : matière matérielle, matière vitale, matière astrale, matière mentale inférieure.

Et ce feu cosmique qui anime tous les plans de la matière ou tous les plans des matières, est un feu qui compose adroitement, parfaitement, avec la condition de chaque individu selon son niveau d’évolution. Donc un être humain ne peut pas vivre le feu cosmique au-delà de ce qu’il peut enregistrer, au-delà de ce qu’il peut supporter de ce feu. Et c’est pourquoi l’être humain est protégé par le feu cosmique contre les illusions psycho-temporelles de son moi qui voudrait vibrer, faire descendre ce feu en lui-même, pour l’exploitation psychologique d’un pouvoir qui serait néfaste autant à lui-même qu’à l’homme en général.

Mais cette réalisation demande à l’être humain une très grande patience, une très grande patience, c’est-à-dire une capacité de vivre pendant longtemps, pendant de longues années, de supporter le travail que ce feu fait à travers lui à travers toutes les expériences, tous les évènements de sa vie quotidienne. C’est pourquoi la formation de la triade est ultimement une activité occulte, cosmique, à travers l’Homme de la Terre et que cette formation ne peut pas et ne pourrait jamais être le produit de l’activité spirituelle de l’Homme.

Et ceux qui doutent de cette réalité verront un jour que la concrétisation sur le plan de notre planète, du feu cosmique est tellement au-delà de la conscience psychologique de l’Homme ou de la conscience psychospirituelle de l’Homme, ou métaphysique, ou occulte de l’Homme, que la simple réalisation de ceci renversera leur conscience spirituelle de chercher le pouvoir, de chercher la puissance ou de vouloir créer par leurs propres moyens ésotériques la triade.

Et c’est justement cette condition de l’évolution, cette condition de la descente de la conscience supramentale sur la Terre avec toutes ses conséquences, qui crée chez l’Homme spirituel un choc lorsqu’il réalise qu’après toutes ces années de recherche, d’efforts, de bonnes intentions, il est obligé éventuellement, non pas égoïquement, mais sous la pression vibratoire de l’énergie de ce feu, il est obligé de vivre sa vie intérieure d’une façon totalement autre, totalement imprévisible, totalement ajustée à ce feu cosmique et non aucunement apparentée à une forme quelconque de désir spirituel.

Et je dis que ceci se fait, sera pour tous les Hommes de la Terre, tous les Hommes spirituels de la Terre, à quelque niveau d’évolution spirituelle qu’ils soient rendus, à quelque école planétaire, ésotérique, occulte qu’ils soient rendus. Ceci sera pour ces Hommes un choc, parce que le feu cosmique ne peut pas être, par l’Homme, égoïquement centré sur un désir d’évaluation psychologique de son évolution, le feu cosmique ne peut pas être centré sur aucune partie psychique de l’Homme qui n’est pas élevée en vibration par le pouvoir même de ce feu. Sinon, l’Homme de l’évolution serait semblable à un grand magicien et, avec la coloration de cette énergie, ferait énormément de tort à l’Homme et à l’évolution de l’Humanité. Et ceci ne sera pas permis parce que les conditions de l’évolution future ont été extrêmement, extrêmement ajustées à une science de l’énergie qui ne se comprend pas de l’Homme, à partir de son mental.

Et la grande sécurité de l’Homme en tant qu’individu, et la grande sécurité de l’Humanité globalement parlant, est justement reliée au fait que la préparation, la planification de la nouvelle race-racine sur la Terre est une préparation parfaite, c’est-à-dire qu’elle est issue de la totale expérience de ces intelligences qui font partie de la lumière et qui veillent à la négation totale et supérieure de l’Humanité, de quelque trace que ce soit de formes d’énergies astralisées.

Donc si nous voulons comprendre la triade de l’Homme, la relation entre la matière, l’ego et la puissance, nous devons comprendre que cette manifestation se fera graduellement en fonction de certains principes de science mentale supérieure qui déjà sont donnés à l’Homme sur la Terre, et qui déjà existent en suffisante quantité pour mettre l’Homme en garde contre toute forme personnelle d’interprétation psychologique de la relation étroite qui puisse exister entre l’évolution et l’involution.

Autrement dit, dans le plan de l’évolution future de l’Humanité, en ce qui concerne l’individuation et la fusion, il n’y aura aucune erreur de commise. Aucune erreur de commise parce que justement, ce travail ne sera pas effectué à partir des sphères astrales, ne sera pas effectué à partir des sphères spirituelles, il sera actualisé à partir des sphères mentales parfaitement ajustées au monde très vaste de la lumière, ce monde qui a donné naissance à la forme, ce monde qui a engendré la forme et qui a permis que la forme soit.

Et c’est lorsque cette triade aura été parfaitement développée chez l’Homme que l’énergie de la volonté, de l’amour et de l’intelligence circulera parfaitement dans les centres de l’Homme et qu’il sera alors possible à l’Homme de créer sur la Terre une nouvelle civilisation, c’est-à-dire une nouvelle forme de vie égale en évolution potentielle à sa puissance, égale en évolution potentielle à son énergie créative, à sa volonté, et à l’amour qu’il a de la forme.

Ceci permettra la spiritualisation de la matière, c’est-à-dire permettra d’élever la matière d’un plan totalement matériel à un plan “éthérico-matériel”. Et lorsque la matière sera élevée à ce plan, elle pourra être facilement transformée par la puissance occulte de l’Homme. Et ensuite elle pourra être retournée à la Terre afin de donner à notre Terre une nouvelle dimension, une nouvelle qualité de vie, une nouvelle qualité de formes et une nouvelle quantité de formes qui, aujourd’hui, n’existent pas, mais qui demain existeront, parce que les formes, beaucoup de formes de l’involution auront été détruites lorsque le changement dans la conscience planétaire aura été effectué par les forces cosmiques qui s’occupent de la transmutation des échelles de temps dans l’évolution d’un système solaire.

Donc lorsque l’Homme aura formé sa triade, il pourra créer sur la Terre des conditions d’évolution qui feront partie naturelle de son pouvoir et qui lui permettront de découvrir les lois infinies de la progression réelle. De la progression réelle, c’est-à-dire de cette progression qui permet à l’Homme de pouvoir évaluer à sa juste mesure les progrès qu’il fait en ce qui concerne le perfectionnement de la conscience des différents royaumes de sa planète.

Donc si nous parlons de puissance dans le cadre de la triade, de pouvoir, nous parlons de puissance, de pouvoir, dans un sens créatif et non pas dans un sens péjoratif. Nous ne parlons pas du pouvoir de l’ego vis-à-vis de l’ego ou vis-à-vis de la matière, nous parlons de puissance créative de l’ego, c’est-à-dire une capacité d’élever les royaumes en vibrations afin qu’il y ait plus d’échange entre l’Homme et la particularité créative des forces qui se sont densifiées sur notre planète.

Et l’Homme aujourd’hui qui se conscientise, qui a passé quelques années de sa vie à rechercher, doit comprendre l’importance de se dissocier psychologiquement de la recherche du pouvoir parce que le pouvoir ou la puissance de l’Homme nouveau n’a aucune relation avec le “soi-dit” pouvoir, ou puissance de l’Homme ancien.

Ceux qui auront la puissance demain seront totalement anonymes. Ceux qui auront la puissance demain seront totalement liés dans la conscience de leur puissance. Ils ne pourront parler ou exprimer cette puissance qu’en relation ou qu’en fonction de ce qu’ils ont à faire qui soit parfaitement créatif. Donc il n’y aura pas dans le pouvoir de l’Homme nouveau de cette senteur, de cette puanteur, de cette odeur maladive qui a toujours marqué le visage de ceux qui, dans le passé, avaient ou s’étaient approchés, de près ou de loin, avec ces sciences dites ésotériques ou occultes.

Donc l’Homme sera obligé de prendre conscience et de réaliser, de tuer en lui cette recherche du pouvoir. Et c’est le temps qui fera ce travail. C’est le temps, la patience, cette grande et fatigante patience qui tuera dans l’Homme le désir du pouvoir. Et tant que l’Homme aura le moindre désir du pouvoir, il ne sera pas prêt à vivre sa puissance créative, autrement dit à connaître la réalité intrinsèquement cosmique de la relation entre le feu et la matière.

Donc où commence dans l’Homme la formation de la triade ? Où commence dans l’Homme la puissance ? Elle commence d’une façon embryonnaire lorsqu’il commence à prendre conscience de son émotivité, émotivité qui affecte son mental, mental qui affecte son émotion, doute qui le met en confrontation avec sa réalité, doute vibratoire qui trouble encore la paix de son esprit, et finalement conscience pure, conscience calme, esprit pur, esprit calme, paix totale.

Et tout ceci viendra à l’Homme dans le temps. À l’Homme seront donnés tous les outils pour arriver à ce point dans le temps. Et l’Homme apprendra graduellement à connaître les différents outils dont il a besoin pour perfectionner les aspects inférieurs ou infériorisants de sa conscience afin d’entrer dans sa puissance, puissance qui lui est due, puissance qui fait partie de lui, puisqu’il fait partie de l’esprit lorsqu’il est en fusion.

Donc puissance veut dire fusion, puissance veut dire évolution créative, puissance veut dire liberté, mais dans un sens que l’Homme aujourd’hui ne peut connaître parce qu’il n’est pas encore dans sa puissance, mais que l’Homme peut commencer sensiblement à percevoir, afin de subir le choc de l’énergie qui transmute son émotion, son mental, lui fait vivre le doute, lui fait percevoir vibratoirement le doute et l’amène graduellement à la reconnaissance finale de son êtreté, c’est-à-dire de sa personne réelle, c’est-à-dire de sa réalité intrinsèquement unifiée à ce feu cosmique qui est son esprit, feu qui demain utilisera une forme subtile afin que l’Homme puisse se véhiculer dans des dimensions parallèles.

Mais que l’Homme qui se conscientise se méfie de lui-même, qu’il se méfie de ce qu’il croit être, qu’il se méfie de son apparente intelligence, qu’il se méfie d’être ce qu’il n’est pas. Et ceci fait partie de son expérience, ceci fait partie du développement du discernement jusqu’au jour où l’Homme n’aura plus besoin de discernement parce qu’il sera lucide, et la lucidité de l’Homme, c’est l’invitation de ce dernier à être parfait dans son énergie, parfaitement ajusté dans sa résonance, autrement dit en puissance et libre de vivre l’accroissement de cette puissance selon les besoins de l’évolution de l’Humanité et jamais selon les désirs de l’ego.

La conscience supramentale, le concept de la conscience supramentale n’est qu’un concept. La réalité de la conscience supramentale est autre chose. Et lorsque l’Homme se rendra dans une conscience supramentale, il ne pensera plus à la conscience supramentale : il ne pensera plus, point final. C’est-à-dire qu’il ne pensera plus d’une façon réflective, il ne pensera que d’une façon créative, et sa pensée sera une force en lui qui fera partie de sa puissance, qui élèvera son énergie, qui donnera à son êtreté une dimensionnalité qui dépasse le conditionnement psychologique de l’involution, où l’ego, pendant des millénaires, avait vécu sur la soif de l’émotion et l’empire de la pensée subjective qu’il croyait être à l’origine de sa conscience.

Quelle illusion ! Mais illusion nécessaire, illusion faisant partie de la grande évolution cosmique de l’Humanité, illusion faisant partie de la réorganisation psychique de l’Homme, illusion faisant partie des besoins primaires, afin que l’Homme, demain, arrive à une étape d’évolution capable de le scinder de la mémoire expérimentale et astrale de l’Humanité, pour le projeter dans le temps, dans le futur, dans l’avenir des créativités potentielles directement reliées au pouvoir du feu à travers ses neurones.

Donc la conscience moléculaire de l’Homme doit s’élever à un taux de vibration suffisamment élevé pour qu’un jour le feu puisse utiliser le territoire inférieur de la création qui est l’Homme, cette totalité minuscule, ce microcosme, afin que l’Homme puisse finalement entrer, comprendre, réaliser de grandes dimensions de créativité dans un macrocosme qui n’est pas limité par les lois physiques et mécaniques de la vitesse ou de la pesanteur, mais qui est libre parce que l’esprit est en lui-même un véhicule d’exploration, l’esprit est en lui-même un véhicule de transportation, et l’esprit possède en lui-même toutes les capacités nécessaires afin que s’élève sur une planète expérimentale une conscience nouvelle, donnant ainsi à l’Humanité une nouvelle possibilité de réalisation de ce qu’elle sut créer au début, et en fonction de quoi demain elle sera obligée de vivre, de reconnaître, et d’embrasser parfaitement.

Donc au stage où nous en sommes, ce ne sont pas les aspects occultes et cosmiques de notre réalité que nous devons comprendre. Nous parlons de la triade parce que c’est tout de même quelque chose d’intéressant. Mais ce que nous devons comprendre, et ce que nous devrons comprendre pendant des années, c’est la relation entre l’ego et la matière.

Lorsque l’Homme aura compris la relation entre l’ego et la matière, il aura compris la nature de l’événementiel, donc naturellement il grandira en puissance. Donc ce n’est pas la puissance que l’Homme doit connaître, ce n’est pas les lois de la puissance, ce n’est pas les conditions de la puissance. Ce qu’il doit connaître, ce sont les relations qui existent entre la matière et l’ego, relations qui conditionnent l’ego, qui font de l’ego une entité non pas à part entière, mais une entité divisée contre elle-même, une entité qui n’est pas capable de vivre de sa propre réalité, une entité qui est encore assujettie subtilement, même chez les Hommes dits hautement évolués, à une conscience astralisée, c’est-à-dire à une conscience où l’émotivité entraîne dans le mental une constellation de mécanismes qui ont tendance à forcer l’Homme à souffrir, qui ont tendance à empêcher que l’Homme soit, à empêcher que l’Homme puisse vivre réellement sa vie, jusqu’au jour où, à cause de sa puissance, il puisse créer sa vie.

C’est dans la nature de l’émotivité de la pensée subjective que se défait ce que l’Homme est. C’est dans la nature de ces deux principes que l’Homme demeure encadré dans l’impuissance et qu’au lieu de vivre la tri-unité de sa perfection, il soit obligé de vivre la polarité de son imperfection, c’est-à-dire une vie qui est totalement existentielle et totalement fondée sur des principes de vitalité qui s’effondrent au fur et à mesure que l’Homme avance dans le temps, d’où le vieillissement, la maladie, la dépression, ainsi de suite.

L’Homme a droit à la vie, mais l’Homme doit payer le prix pour vivre, sinon il n’a droit qu’à l’existence, existence qui mène à la mortalité, qui mène à la reformulation d’autres programmes de vie, jusqu’au jour où l’Homme puisse finalement reconnaître, saisir, percevoir, qu’il existe en lui un centre d’énergie inépuisable, centre d’énergie qui ne peut plus être assujetti même au doute vibratoire. C’est là que l’Homme sent sa puissance. Mais sentir sa puissance, c’est savoir qu’en tant qu’Homme, nous sommes immortels.

Et tant que l’Homme ne sait pas qu’en tant qu’Homme il est immortel, il défie le pouvoir de l’esprit, le pouvoir du feu cosmique. Il nie la possibilité de la transmutation de l’énergie. Il nie le pouvoir créatif et directionnel de l’évolution. Il nie, à cause d’un mental trop affaibli par la mémoire, trop affaibli par les opinions, trop affaibli par les expériences accumulatives de l’involution, ce qui fait partie de ses rêves, ce qui fait partie d’un savoir diminué.

Si l’Homme sait quelque chose, ce qu’il sait est réel. Et si l’Homme sait quelque chose, il est impossible à ce dernier de ne pas savoir, quelque part dans le temps, que ce qu’il sait est issu de la réalité et non de l’imagination.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut