CP-116 La couronne de l’âme

“L’être humain connaîtra une révolution intérieure qui fixera en lui une énergie qu’il ne connaît pas encore aujourd’hui à cause du pouvoir de la couronne de l’âme sur son cerveau éthérique. La couronne de l’âme est cette qualité de la …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


L’être humain connaîtra une révolution intérieure qui fixera en lui une énergie qu’il ne connaît pas encore aujourd’hui à cause du pouvoir de la couronne de l’âme sur son cerveau éthérique. La couronne de l’âme est cette qualité de la mémoire de l’Homme de diviser en deux plans ses pensées, un plan dit du “bien” et un plan dit du “mal”. Et cette dualité crée, par le mode dynamique de sa mémoire, une tendance inexorable à diviser sa vie psychologique en fonction de cette dualité, et ceci crée en lui un rétrécissement de son cerceau éthérique qui est le plan subtil de l’actualisation intelligente de son esprit alors qu’il est dans la matière.

Tant que l’être humain n’aura pas reconnu par lui-même l’inutilité absolue de la dualité dans ses pensées, donc dans sa mémoire, il sera forcé de vivre un certain niveau d’ignorance que l’on associe avec l’involution et les forces retardataires du dernier cycle.

La couronne de l’âme est une tension exercée contre et à travers l’ego de l’être humain, lorsqu’il est en voie d’expérimenter une facette de la vie qui met en question les valeurs de sa mémoire raciale ou culturelle. Cette tension est si grande et si puissante chez l’Homme qu’elle paralyse l’activité créative de son cerveau éthérique et éprouve constamment son émotivité ou sa conscience astrale. La couronne de l’âme est le dernier lien qu’aura l’Homme du Verseau avec le passé. Et lorsque ce lien sera brisé, rompu, ce dernier sera régi par de nouvelles énergies qui ne pouvaient pas, par le passé, descendre en lui car son état mental et émotif en aurait souffert.

La couronne de l’âme est la limite de l’ancienne conscience de l’Homme, tant sur le plan du bien que sur le plan du mal, c’est-à-dire que toute conscience au-delà de cette limite n’appartient plus à l’ego planétaire, mais à l’ego psychique dans l’Homme. L’ego psychique, c’est celui qui n’est pas alourdi par la réflexion que crée la dualité et qui naît aussi de la dualité. L’ego psychique, c’est l’Homme sans conscience de la dualité, donc c’est la partie réelle à travers le cerveau éthérique de l’esprit de l’Homme.

Tant que l’Homme conscient ne pourra dépasser l’influence puissante de la couronne de l’âme sur son comportement psychologique, il vivra ou connaîtra toujours une certaine insécurité dans l’ego lorsqu’il se verra obligé, pour quelque raison que ce soit, de ne pas être affecté par la loi de la dualité qui compose et maintient sa mémoire et inévitablement donne de la puissance à la couronne de l’âme.

La couronne de l’âme n’empêche pas l’évolution de l’Homme puisqu’elle contribue au développement de l’ego, mais elle bloque le pouvoir du cerveau éthérique car elle diminue l’intelligence pure à cause de la mémoire qu’elle véhicule constamment dans l’Homme. La couronne de l’âme est une très grande force dans l’Homme et cette force ne sera brisée que lorsque l’Homme aura compris que la vie astrale n’est pas la vie mentale, que ces deux vies sont totalement différentes dans leurs principes actifs.

La vie astralisée est caractéristique de l’âme, la vie mentale est caractéristique de l’esprit. Les deux plans sont plus ou moins interdépendants chez l’être humain inconscient, mais plus il avance dans la conscience supramentale, plus la vie mentale prend le dessus et plus il brise avec sa vie astrale, plus il brise, autrement dit, avec le pouvoir de l’âme sur son ego.

Mais il n’est pas facile à l’Homme de voir la différence entre le pouvoir de l’âme et le pouvoir de l’esprit, il n’est pas facile à l’Homme conscient de réaliser la différence entre l’énergie de l’esprit, qui passe à travers le cerveau éthérique, et l’énergie de l’âme qui s’imprime sur le cerveau matériel à travers l’émotivité. Et pour que l’Homme en arrive à reconnaître cette différence subtile il lui faut vivre, d’une façon ou d’une autre, la pénétration de l’énergie de l’esprit à travers le cerveau éthérique afin de pouvoir briser lentement les formes-pensées de l’ancienne Humanité qui caractérisent son intelligence ou sa vie astrale.

Mais, d’un autre côté, lorsque l’Homme est suffisamment avancé en conscience, il croit que la vie de l’esprit, que son pouvoir, est en lui et que les pensées-formes qui naissent de son intelligence sont nécessairement des pensées-formes qui naissent de la relation entre l’esprit et l’ego, lorsqu’en fait, plus souvent qu’autrement, le pouvoir de l’âme est encore là, dans l’Homme, et la couronne continue à restreindre l’activité créative du cerveau éthérique.

Pour que l’Homme réussisse à briser le pouvoir de la couronne de l’âme, il doit pouvoir avoir une confiance totale et absolue dans les forces mentales en lui, car ce sont ces forces qui sont à la base de sa capacité de transformer totalement sa condition humaine. Mais, d’un autre côté, il doit être absolument sûr que les forces en lui sont des forces mentales et non des forces qui utilisent, ou semblent utiliser, de l’intelligence à travers l’activité de la mémoire de l’âme. Et il est là le dilemme, et il est là le piège. Et il sera là le piège tant que l’Homme n’aura pas parfaitement compris, à travers l’expérience, l’illusion subtile que créent en lui les forces de la couronne de l’âme contre son esprit.

S’il ne possède pas cette confiance totale et absolue dans les forces mentales qui pulsent en lui sur le plan de son cerveau éthérique, il ne peut développer et perfectionner cet appareil subtil de sa conscience nouvelle, donc il demeure inévitablement régi par la couronne de l’âme, qui diminue son pouvoir d’intelligence et de volonté, donc son pouvoir de créativité mentale, donc sa capacité d’être parfaitement lucide.

La couronne de l’âme ne peut pas donner à l’Homme la lucidité. Au contraire elle peut créer la confusion tandis que le pouvoir mental de l’Homme, le mouvement de l’énergie de l’esprit à travers le cerveau éthérique crée la lucidité. Et c’est seulement le mouvement de l’esprit à travers ce cerveau éthérique qui peut permettre à l’Homme de vivre, de connaître, ou de reconnaître qu’il est lucide.

La couronne de l’âme est une réalité subtile et invisible de l’Homme, mais elle doit être incorporée à une psychologie réelle et pratique, sinon l’être humain ne peut comprendre et réaliser la différence entre la philosophie et la vie.

La couronne de l’âme représente pour l’être humain toute l’insécurité possible et imaginable qui peut diminuer ses forces mentales. Autrement dit, aucune insécurité chez l’Homme ne vient des forces mentales en lui, elles viennent toutes de cette couronne, et tant que l’Homme ne pourra pas réaliser ceci intégralement, il ne pourra vivre sur le plan mental, donc il ne pourra avoir la pleine mesure de lui-même. Ceci veut dire qu’il y aura toujours des voiles dans sa conscience qui l’empêcheront de vivre comme il veut, au lieu de vivre comme il peut. Mais l’Homme est faible, car sa vie inconsciente transperce tous les aspects de sa vie mortelle.

La couronne de l’âme, non seulement enveloppe la conscience humaine, elle la retient aussi par l’insécurité psychologique, et cette insécurité bloque le passage de l’énergie du cerveau éthérique qui canalise vers le mortel l’énergie de l’esprit, ou de l’être cosmique en lui.

La fusion est le processus de diminution du pouvoir de la couronne sur l’ego et le lien de plus en plus puissant et présent du cerveau éthérique et de l’ego. L’ego n’est qu’une phénoménologie “électro-mentale” qui permet à l’esprit de prendre possession de son véhicule inférieur, le mental humain.

Tant que le pouvoir de la couronne de l’âme n’a pas été suffisamment diminué, l’Homme ne peut sentir sa conscience supérieure car elle est encore trop infirmée par la mémoire, donc l’insécurité qu’elle dégage dans l’Homme. La couronne d’âme s’identifie de la façon suivante chez l’être humain : elle se manifeste par l’insécurité qui règne presqu’en permanence chez lui et lui enlève le pouvoir de réaliser que s’il était fortement mental, il pourrait débloquer en lui-même des forces créatives impensables qui lui donneraient une direction nouvelle. Et lorsque nous disons “une direction nouvelle”, nous disons exactement ceci.

L’ego ne peut voir ou vivre à l’avance une direction nouvelle, car l’insécurité en lui-même le coupe de cette possibilité, le force à rationaliser sa vie et à la diminuer. Tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas défié le pouvoir de la couronne de l’âme en lui, l’ego sera impuissant à découvrir sa direction nouvelle, donc il sera impuissant à découvrir ce qu’il veut.

La couronne d’âme non seulement paralyse l’ego, mais le force à voir la vie selon les éléments qui constituent sa sécurité psychologique, alors que cette dernière est foncièrement “insécure”, c’est-à-dire foncièrement le produit de la relation entre son passé et son présent impotent. Ce n’est que l’illusion temporaire de sa vie qui lui donne l’impression d’une sécurité psychologique, au lieu que ce soit le pouvoir créatif de son mental, fondé sur le principe de sa volonté et de son intelligence réelles, véhiculé à travers son cerveau éthérique, sous la vision ou le pouvoir de l’esprit, pour le bénéfice de l’ego.

Mais l’ego ne peut pas arracher à l’esprit le pouvoir, car l’esprit est énergie. L’ego doit absorber l’énergie de l’esprit à travers son cerveau éthérique, au fur et à mesure qu’il passe d’un plan à un autre de la transmutation. Mais l’ego n’est pas toujours prêt à vivre la souffrance qui vient parallèlement avec cette descente d’énergie. Donc souvent, et trop souvent, il s’en remet à la couronne d’âme, c’est-à-dire qu’il s’en remet à ses habitudes anciennes et ne veut pas risquer de compromettre l’apparente sécurité psychologique de sa vie temporelle et temporaire.

Le cerveau éthérique est la connexion parfaite entre l’esprit de l’Homme et le mortel, l’ego. Donc toute activité créative naît de cette fonction subtile de la conscience humaine et supramentale, c’est-à-dire parapsychologique, dans ce sens qu’elle n’est pas colorée par la mémoire subjective ou animique de l’ego.

L’être humain a le pouvoir de transcender à chaque instant le pouvoir de sa couronne s’il est suffisamment conscient de la souffrance que crée l’insécurité de sa mémoire. Mais s’il recherche dans sa mémoire une forme quelconque de sécurité, il perd la capacité d’augmenter son pouvoir mental, car il fonde sa vie sur le passé au lieu de l’actualiser dans un présent inviolable par la couronne.

Non seulement le passé, mais aussi l’avenir, peut retarder le développement de la conscience mentale de l’Homme, car l’âme peut facilement lui projeter des images, des idées qui ne sont en fait que la continuité de son passé dans son avenir qui en découlera, s’il n’apprend pas à se libérer psychologiquement de son insécurité qui trempe à la fois dans ce passé et dans cet avenir, selon ses besoins, ses insécurités, ses inquiétudes.

L’Homme a le pouvoir de corriger instantanément les tendances de la couronne d’âme interférer avec l’activité créative de son cerveau éthérique. Et ce pouvoir se développe au fur et à mesure qu’il avance dans l’actualisation de son mental. Mais il faut qu’il commence quelque part et ce quelque part est directement lié à son détachement total de la forme que lui présente son insécurité, lorsqu’il sent qu’il doit faire quelque chose pour se sortir de son marasme.

La couronne d’âme transpose la réalité de l’Homme en une fausse réalité naturellement car l’âme n’est pas une entité, elle est simplement une force dans l’Homme et cette force n’a aucune intelligence créative, elle n’est que mémoire. Tant que l’Homme n’aura pas compris ceci, il ne comprendra pas le rôle de sa mémoire et il ne pourra s’en libérer, car elle fait partie intégrale de sa personnalité. C’est pourquoi la personnalité de l’Homme doit être travaillée, un peu comme la glaise qui sert à former le statuaire.

L’Homme est trop lié à sa personnalité et elle l’emprisonne et réduit son pouvoir de vie. Tant que la personnalité n’est pas transformée, l’être humain n’est pas libre du pouvoir de la couronne sur son ego. Donc il n’a pas accès à son cerveau éthérique à travers lequel se transmet son intelligence créative, ou le pouvoir évolutif et créatif de son esprit, l’être cosmique en lui.

La couronne de l’âme intensifie chez l’Homme l’insécurité, en lui faisant croire subtilement qu’il ne peut dépasser une situation quelconque car elle fait partie de l’organisation de sa vie, alors que l’Homme a le pouvoir de réorganiser intégralement sa vie lorsque son activité mentale supérieure n’est pas colorée ou bloquée par l’insécurité de l’ego.

Tant et aussi longtemps que l’ego ne pourra faire confiance de façon absolue aux forces de vie en lui, il se verra obligé de subir la vie au lieu d’en déplacer les obstacles majeurs qui la conditionnent. C’est pourquoi la couronne de l’âme, ou le pouvoir de l’âme contre l’intelligence supérieure de l’Homme, devra un jour être réalisé si l’être humain doit dans l’avenir, non plus constater sa vie comme un fait accompli, mais un fait à accomplir et à compléter.

La couronne de l’âme et le cerveau éthérique de l’Homme sont deux aspects de sa réalité qui œuvrent à contre-courant l’un de l’autre. La couronne ayant le rôle de “renforcir” (renforcer) les aspects positifs et négatifs de la personnalité, le cerveau éthérique ayant la fonction d’éclairer ces aspects afin de les neutraliser, pour que la polarité de la personnalité s’efface laissant ainsi place à la réalité de la personnalité, alimentée infiniment et de façon continue par l’intelligence créative à travers le cerveau éthérique de l’Homme.

L’Homme ne réalise pas encore le pouvoir de son cerveau éthérique, car il ne fait que commencer à s’en servir au-delà du pouvoir affectif de la couronne. Mais doit venir le jour où, de plus en plus libéré de la couronne de l’âme, son cerveau pourra imprimer sur son cerveau matériel une vibration suffisante pour que l’être humain réalise, dans l’expérience, son universalité jusque dans la matière. La psychologie de l’être humain inconscient, ou en voie de conscience supramentale, est une psychologie encore teintée de l’impression innée de l’impuissance naturelle chez l’Homme à déterminer sa destinée.

Et pourtant, s’il y a sur Terre un être qui est dans son essence même, cosmique, c’est bien l’Homme, puisqu’il est régi à son origine par son esprit, c’est-à-dire par cette partie de lui-même qui n’est pas soumise aux lois du temps et de l’espace. Par contre l’âme est régie par les lois du temps, car toute mémoire est une impression dans le temps et le temps sert à la conservation de la mémoire. Si le temps disparaissait de la conscience humaine, la mémoire subjective et négative n’aurait sur lui aucun pouvoir, car il n’aurait pas la possibilité de réfléchir ou de recevoir sur son écran mental l’image qui reflète une mémoire quelconque.

Mais pour que l’Homme perde de plus en plus la capacité de souffrir de sa mémoire, il faut que le pouvoir de la couronne soit diminué à un tel point qu’il sente enfin, pour la première fois, l’actualisation à travers son cerveau éthérique de la force créative de son être cosmique, de son esprit.

Mais l’Homme n’est pas habitué à vivre la nature brutale de sa vie mentale supérieure car ses émotions gardent sa mémoire en éveil et la gardent active. Ses émotions sont si puissantes que la vie mentale lui semble être sans cœur, et effectivement la vie mentale supérieure est sans cœur. C’est-à-dire qu’elle ne peut être actualisée si l’Homme vit trop de fausses émotions qui colorent sa personnalité, et empêchent qu’il connaisse la paix de son intelligence en dehors du pouvoir de la couronne.

Pour un être conscient, l’âme est une réalité qu’il lui faut à tout prix transcender, car cette réalité fait partie de sa vie astrale et non de sa vie mentale. Mais quelle est la différence entre la vie astrale et la vie mentale de l’Homme ? Où peut-il saisir, comment peut-il saisir cette différence ? Dans la vie mentale de l’Homme, il n’y a aucun obstacle. Dans la vie astrale de l’Homme, il y a toutes sortes de conditions, donc il y a toutes sortes d’obstacles. Et dans la vie astrale de l’Homme, il y a des obstacles qui semblent être bons, lorsqu’en définitive ils sont mauvais, et il y en a d’autres qui semblent être mauvais, lorsqu’en définitive ils seraient bons.

Dans la vie mentale de l’Homme, la synthèse de ces obstacles se fait naturellement par le pouvoir de l’énergie de l’esprit à travers le cerveau éthérique. Dans la vie mentale de l’Homme, l’obstacle n’existe pas, car l’obstacle n’est qu’une réflexion, qu’une projection mise, imprimée dans le cerveau mécanique de l’Homme par la couronne de l’âme. Et plus cet obstacle est grand, plus il semble inévitable que l’Homme ne peut pas le dépasser, et pourtant l’Homme peut dépasser tous les obstacles.

Il n’y a absolument aucun obstacle dans la vie de l’Homme qui ne puisse être dépassé par celui-ci, lorsque ce dernier est en contact énergétique avec son esprit à travers le cerveau éthérique qui fait partie de la condition supérieure de son cerveau matériel sur un plan parallèle.

Toute vie mentale supérieure coïncide avec l’exorcisme de ce qui est astral, toute vie mentale supérieure coïncide avec ce qui est intelligence pure. Mais la couronne de l’âme chez l’Homme est tellement puissante qu’elle crée le doute, même lorsque l’Homme sent en lui-même pulser la vibration de la conscience supramentale et éthérique.

Il est évident que maintenant que l’être humain entre dans un cycle nouveau, dans le cycle du Verseau, que cette disposition intérieure changera et qu’il sera amené graduellement à reconnaître que la conscience cosmique n’est pas une conscience ambiguë et fragile, qu’elle est bien la représentation du pouvoir de la personnalité réelle de l’être, et qu’elle ne peut reculer contre les projections farfelues de la couronne de l’âme qui essaie de lui donner l’impression de l’irréalité de sa conscience cosmique.

Tant que l’âme pourra donner à l’Homme l’impression de l’irréalité de sa conscience supérieure, il souffrira d’elle et ne pourra neutraliser son pouvoir sur lui. L’Homme ne peut être réel et irréel à la fois, il ne peut être réel et faux à la fois et ce n’est que lui-même qui puisse juger de sa situation, elle ne peut être jugée de l’extérieur car elle fait partie de lui et non de l’autre.

Tant que l’être humain n’aura pas suffisamment traité avec l’aspect cosmique de lui-même dans le combat entre le pouvoir de la couronne et le pouvoir de l’esprit à travers son cerveau éthérique, il ne pourra mesurer la distance qui lui reste à percevoir, ou à parcourir, avant qu’il puisse être parfaitement bien dans sa peau.

Être bien dans sa peau, c’est être capable de sentir en soi l’absolu de l’esprit à travers le cerveau éthérique. Et cet absolu, tant qu’il n’est pas ressenti parfaitement sans coloration, ne peut donner à l’Homme l’impression d’une intelligence pure, donc ne peut donner à l’Homme la capacité de réaliser dans sa vie, à chaque instant, que chaque mouvement qu’il fait est le mouvement juste. Ceci implique donc que la couronne est encore trop puissante et que trop de formes demeurent pour que l’Homme puisse se sentir enfin libre de son passé.

La couronne de l’âme non seulement permet à l’Homme de sentir sa mortalité, mais elle lui permet aussi de sentir la limite de son plan de vie. D’où la raison pour laquelle l’Homme est impuissant à réaliser ce qu’il veut dans la vie, car ce qu’il veut ne fait pas partie de son plan de vie mais de sa destinée. La destinée de l’Homme c’est l’actualisation sur la Terre de tout ce qu’il peut rendre à partir de son cerveau éthérique.

Donc il est normal de dire que le concept de destinée doit être réajusté afin que l’Homme sache que la destinée est toujours devant lui, consciente, et jamais derrière lui dans le temps. La destinée de l’Homme est l’actualisation du pouvoir de son esprit au-delà du pouvoir de la couronne de l’âme. C’est pourquoi sur la Terre, jusqu’à nos jours, seuls les grands initiés en fusion ont connu, actualisé, leur destinée, car seuls ces êtres étaient libres du pouvoir de la couronne de l’âme. De là leur conscience cosmique qui peut, ou pouvait, à travers les siècles et les millénaires, donner une impulsion aux grandes masses humaines qui ne pouvaient vivre que de leur plan de vie à cause du trop grand pouvoir de la couronne de d’âme sur leur personnalité.

Le Nazaréen a actualisé sa destinée et les Hommes de la Terre en ont été jusqu’à nos jours imprégnés. Demain, l’être du Verseau, celui qui aura compris les lois profondes de la vie, actualisera sa destinée, c’est-à-dire qu’il créera dans le monde à partir du pouvoir non coloré de son esprit à travers son cerveau éthérique. Cet être sera totalement supramental, c’est-à-dire qu’il n’y aura en lui aucune conscience irréelle, qu’il n’y aura en lui qu’une conscience libre enfin de la puissance de l’âme qui avait, pendant des siècles, inspiré l’Homme à vivre non pas selon le cosmique et l’universel en lui, mais selon le planétaire et le collectif.

L’être humain conscient, supramental, libre de la couronne de l’âme, doit s’appointer lui-même dans la vie, c’est-à-dire qu’il doit lui-même oblitérer ce qui n’est pas réel en lui, afin d’élever sa conscience et commencer à bénéficier du rapport étroit entre son cerveau matériel et son cerveau éthérique.

Qu’est-ce que le cerveau éthérique ? C’est cette partie de la construction invisible de l’Homme qui réfléchit parfaitement sur les plans subtils de son être l’organisation électrique de son cerveau “électro-matériel”. Ce cerveau est ainsi appelé éthérique, car sa caractéristique n’est pas de l’ordre matériel mais de l’ordre atomique et c’est la constitution atomique de ce cerveau, sur les plans où l’atome n’est pas organisé tel qu’il l’est sur les plans inférieurs de la matière, qui permettra à l’Homme un jour de contrôler sur la Terre les forces inférieures de l’atome matériel. L’atome n’est pas seulement matériel, il est aussi immatériel dans ce sens que sur les plans subtils de la matière, il représente les sous-plans de l’esprit, un peu comme l’atome matériel représente les sous-plans de la matière.

La couronne de l’âme, c’est l’imperfection ultime de l’Homme, c’est la nécessité évolutive de l’Homme, c’est l’abrogation du pouvoir cosmique de l’Homme sur la Terre. La couronne de l’âme ne représente pas seulement l’incapacité future de l’Humanité, elle représente aussi le désarroi psychologique de l’Homme d’aujourd’hui. Elle représente l’incapacité de l’Homme de l’involution à comprendre les lois universelles de la vie, elle représente l’incapacité de l’Homme de l’involution à pouvoir être neutre, c’est-à-dire libre de la dualité de sa conscience.

Tant que l’Homme ne pourra se servir de l’énergie à travers son cerveau éthérique, il ne pourra pas neutraliser les formes-pensées qui font partie de la mémoire, qui font partie du pouvoir de la couronne. Et tant qu’il ne pourra pas se servir de cette énergie, il sera incapable de réaliser son identité, il sera incapable de sentir en lui pulser une sorte d’unité de conscience qui ne divise pas l’Homme de la matière de l’Homme cosmique, mais qui unit les deux en une fusion totale. C’est-à-dire une fusion qui permet à l’Homme, sur le plan matériel, de bien juger des conditions matérielles de la vie, de la même façon qu’elle permet à l’Homme sur les plans subtils de bien juger des conditions subtiles de la vie supérieure.

La couronne de l’âme est un des grands mystères de la vie de l’Homme, c’est un des grands mystères de la mémoire. C’est un des grands mystères de l’Homme et c’est un grand mystère aussi qui cache les aspects subtils du pouvoir éventuel de l’Humanité. Tant que l’Homme n’aura pas réalisé que l’âme, que la couronne de l’âme aujourd’hui est très perfectionnée et que l’organisation psychologique des formes-pensées constitue la matière même avec laquelle l’Homme est doué d’une incapacité naturelle de comprendre les mystères, ce dernier ne pourra pas réaliser jusqu’à quel point la condition humaine fait partie de l’impotence, fait partie de la descente de l’Homme dans la matière.

Le cerveau éthérique n’est pas simplement une forme, le cerveau éthérique n’est pas simplement un mot qui cherche à subtilement définir une partie intégrale des plans ou des activités subtiles de la conscience de l’Homme, le cerveau éthérique est une réalité qui manifestement se rend sensible à la conscience de l’Homme lorsque ce dernier a été amené à ne pas être prisonnier de la dualité des formes-pensées, à ne pas être prisonnier de la dualité des émotions.

C’est pourquoi le cerveau éthérique, en tant que réalité subtile de l’organisation psychique de l’Homme, constitue la partie la plus importante et la partie la plus imposante de son évolution car il représente en fait une nouvelle étape de perfectionnement dans l’organisation multidimensionnelle de la conscience humaine. Le cerveau éthérique représente le pont entre l’esprit et le cerveau matériel. Il est à la fois réel et transcendantal, il est à la fois lumineux et à la fois lumière, il est à la fois un centre d’énergie qui coïncide avec la conscience du mortel et qui, un jour, sera le point de départ pour le pouvoir grandissant de l’être cosmique en lui.

C’est à partir du cerveau éthérique demain que l’esprit pourra revendiquer son droit sur la matière de l’Homme et éteindre, une fois pour toutes, le pouvoir de la conscience atomique, planétairement organisée pour le bénéfice de l’involution, et élever le taux vibratoire de cette conscience atomique, afin que l’Homme puisse se retrouver en pleine continuité de conscience dans un espace-temps parallèle à celui de sa planète matérielle.

Donc la découverte, le perfectionnement et l’ajustement du cerveau éthérique au cerveau matériel, n’est pas simplement une question de philosophie ésotérique, mais c’est une question aussi de réalité, de vitalité et d’accroissement du pouvoir cérébral de l’Homme. L’Homme a tellement été habitué à penser qu’il a pensé pendant des siècles des pensées qui ne servaient à rien, des pensées qui ne servaient qu’à racoler constamment et de façon continue les aspects différents de sa mémoire expérimentale.

Donc pendant des siècles, l’Homme a perdu la capacité de reconnaître inévitablement l’origine de son savoir et il a laissé à son savoir, ou il a imprégné à son savoir, l’illusion d’être original et réel. Et depuis l’involution, l’Homme n’a jamais été capable de réaliser dans l’instantanéité que ses connaissances étaient simplement des formes frelatées qui faisaient partie de l’organisation psychologique de sa mémoire, qui faisait partie du pouvoir astral de la couronne de l’âme.

Et aujourd’hui, alors que l’Homme est en voie d’évolution, alors que l’Homme est en voie d’exécuter sur le plan matériel l’énergie de plus en plus puissante de l’esprit à travers son cerveau éthérique, il sera obligé de reconnaître que les formes-pensées qui faisaient partie de l’organisation psychologique de son passé ne peuvent plus servir à maintenir en lui la paix, la sécurité, que ces formes-pensées n’ont plus de pouvoir sur lui, car leur taux vibratoire est un taux planétaire, ce n’est pas un taux vibratoire cosmique, c’est-à-dire que ce n’est pas un taux vibratoire qui est créé par l’esprit, mais un taux vibratoire qui nait de la relation entre l’expérience de l’âme et l’expérience de la personnalité.

Donc l’être du Verseau, l’Homme de demain, se verra obligé de transcender la nature même de son savoir ancien, il sera obligé de revoir et de réétudier en profondeur toutes les conditions psychologiques de sa connaissance ancienne afin de mettre à terre, une fois pour toutes, le temple de son ancienne connaissance afin d’ériger un nouveau temple, c’est-à-dire une nouvelle colonne au-dessus de laquelle flottera le drapeau de sa liberté.

L’Homme du Verseau, l’Homme qui aura le pouvoir de vivre, de vibrer à l’énergie “électro-mentale” de son esprit à travers le cerveau éthérique, sera un Homme tellement libre que le pouvoir de la forme, de la mémoire collective de l’Humanité, autant que le pouvoir de la forme de sa mémoire personnelle, ne pourront plus empêcher que se déverse en lui l’infinité de la conscience cosmique.

Il sera un être étrangement libre, étrangement libre parce qu’il ne sera pas, au début, habitué à sa liberté. Mais au fur et à mesure qu’il avancera dans le temps, il verra que sa liberté nouvelle fait partie de sa nouvelle constitution, qu’elle fait partie de la nouvelle organisation de son mental, qu’elle fait partie de l’appointement de son mental supérieur sur son mental inférieur, et que le nouvel Homme ne peut plus regarder en arrière et pleurer les anciennes valeurs, les anciennes pensées, les ancienne émotions.

La couronne de l’âme est quelque chose qui, même si c’est très subtil pour l’Homme d’aujourd’hui, deviendra demain très concret parce que demain l’Homme aura le pouvoir de reconnaître, dans la vibration de la forme de la pensée, l’exécution testamentaire de l’Humanité, l’exécution testamentaire de l’involution.

Et comme l’Homme de demain aura le pouvoir de sortir de son corps matériel, comme il aura le pouvoir d’investiguer les archives planétaires de l’Humanité, il lui sera très facile de voir jusqu’à quel point la mémoire de l’Humanité était une mémoire décomposante, c’est-à-dire une mémoire qui décomposait sa réalité pour former une irréalité fondée sur une personnalité irréelle, fondée sur un principe de vie totalement ignorant et totalement conditionné par les forces sociales, culturelles et raciales de l’involution.

Le cerveau éthérique de l’Homme, c’est sa nouvelle structure psychique, c’est son nouvel apport, c’est sa nouvelle organisation intérieure, subtile, éthérique, cosmique, morontielle. Le cerveau éthérique de l’Homme est aussi important pour l’Homme du Verseau que l’était le cerveau matériel pour l’Homme de l’involution.

L’Homme du Verseau s’identifiera à son cerveau éthérique de la même façon que s’identifiait dans le passé l’Homme de l’involution. Il n’y aura plus de secret pour lui sur le plan de ce cerveau éthérique, de ce cerveau magnifique, car l’Homme aura la capacité de voir, d’entrevoir, de s’élever en vibration, pour pénétrer dans le royaume secret de son organisation interne et atomique.

Et lorsque l’Homme aura réalisé qu’il possède évidemment, naturellement, un cerveau éthérique, il réalisera à ce moment que son cerveau physique, matériel, n’est que le support inévitable et éventuel de ce cerveau plus perfectionné.

Et c’est à partir de ce moment-là que l’Homme réalisera que le cerveau éthérique a le pouvoir d’éteindre en lui les pensées qui relèvent de la mémoire de la couronne de l’âme. C’est à partir de ce moment-là que l’Homme verra s’éliminer devant sa vision intérieure le monde astral qui dans le passé avait constitué la réalité même de l’Humanité de l’involution. C’est à partir de ce moment-là que l’Homme commencera à voyager dans les éthers supérieurs, qu’il pourra entrer en contact avec des intelligences qui sont déjà dans ces éthers supérieurs, et qu’il verra, pour la première fois, s’ouvrir devant lui l’Universel et qu’il verra, pour la première fois, se fermer derrière lui les portes de la mort.

Il est difficile aujourd’hui, pour l’Homme de la cinquième race-racine, pour l’Homme qui vit à la fin du cycle, de saisir des notions aussi subtiles, aussi abstraites que celles qui sont devant nous, mais il est important pour l’Homme de réaliser, à travers la mécanicité de plus en plus subtile de ses pensées et de ses émotions, que toute condition supérieure de conscience amène vers lui une définition supérieure de la réalité.

Et l’Homme doit petit à petit s’habituer à la nouvelle réalité métaphysique de son organisation invisible afin de pouvoir lentement entrer dans les mystères, afin de pouvoir lentement défaire les mythes de son ancienne connaissance, afin de pouvoir changer l’organisation psychique de son être, et de pouvoir vivre, absorber, des vibrations de plus en plus hautes qui lui permettront éventuellement de sortir de la limite spatiotemporelle imposée par la couronne d’âme sur son être, afin de pouvoir entrer dans le spatiotemporel éthérique qui est parallèle à sa matière et qui fait partie des grands mondes de la lumière et des grands mondes de l’organisation occulte de l’Universel.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut