CP-107 Les idées, bonnes ou mauvaises ?

“Je veux parler des idées, des bonnes idées qui ne sont pas de bonnes idées. Pourquoi les idées, les bonnes idées ne sont pas de bonnes idées ? C’est très important de comprendre ceci : toutes les idées ne sont pas bonnes, même si elles …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


Je veux parler des idées, des bonnes idées qui ne sont pas de bonnes idées. Pourquoi les idées, les bonnes idées ne sont pas de bonnes idées ? C’est très important de comprendre ceci : toutes les idées ne sont pas bonnes, même si elles apparaissent comme étant bonnes. Parce que les bonnes idées sont utilisées pour corriger, filtrer l’astral dans l’Homme conscient. Les bonnes idées sont des tests, elles sont des tests de patience, elles sont des tests de discernement, elles sont des tests d’écœurement, elles sont des tests de fatigue, elles sont des tests de résistance. Les bonnes idées sont utilisées par l’astral pour tester l’Homme.

Et l’Homme qui se conscientise doit comprendre ceci. Il doit comprendre que les bonnes idées ne sont pas nécessairement bonnes, mais qu’elles servent à l’aiguiser, à aiguiser son intelligence, jusqu’au jour où il n’a plus besoin de bonnes idées. Quand l’Homme n’a plus besoin de bonnes idées, il n’a simplement qu’à créer des idées.

Mais si une idée vous semble être bonne, faites attention ! Mais nous ne parlons pas ici des idées qui sont mauvaises ! Il est évident qu’une idée qui est mauvaise, est mauvaise ! Mais nous parlons des idées qui sont bonnes, qui semblent être bonnes, ce sont ces idées-là qui sont dangereuses, parce que ce sont ces idées-là qui nous font souffrir.

Donc lorsque vous avez une bonne idée en tête, faites attention ! C’est là que vous êtes sur le point de vous faire prendre dans le jeu. C’est là que vous êtes sur le point de vous faire jouer un tour. Parce que les bonnes idées sont justement utilisées par l’astral pour nous jouer des tours, pour que nous en arrivions éventuellement à avoir un mental créatif qui n’a plus besoin de bonnes idées, mais qui n’a simplement qu’à créer des idées.

Donc une idée qui est générée par le mental supérieur de l’Homme, par son esprit, une telle idée n’a pas besoin d’être bonne, elle est automatiquement créative, donc elle englobe tout, elle est englobante.

Lorsque l’Homme est inconscient et qu’il a de bonnes idées, il essaie de les mettre en action, il essaie de les rendre. Si elles fonctionnent tant mieux, si elles ne fonctionnent pas tant pis ! Mais lorsque l’Homme est conscient et qu’il connaît les lois de la vie, ou un peu plus les lois de la vie, qu’il connaît le jeu de l’astral en lui, qu’il connaît la relation entre l’astral, les plans supérieurs de son intelligence et son ego, il devient temps, il est grand temps pour lui, de comprendre la nature, la fonction et le travail que font les bonnes idées sur lui dans sa vie. Sinon, il risque de perdre beaucoup, il risque de perdre beaucoup d’énergie, il risque de perdre beaucoup d’argent, il risque de perdre beaucoup de temps, il risque de souffrir beaucoup, à cause de ses bonnes idées.

Nous sommes très naïfs, les Hommes. Nous avons l’impression que parce que nous avons de bonnes idées, parce que nous sommes conscients, parce que nous sommes des êtres qui connaissons ou qui comprenons un peu plus de la vie que les autres Hommes, nous avons l’impression que nos idées qui nous viennent de l’intérieur sont nécessairement bonnes.

Ce peut être un mirage très très parfait, un mirage qui nous amène éventuellement à réaliser que nous ne sommes pas aussi créatifs que nous pensons, que nous ne pouvons pas être aussi créatifs que nous le croyons, et que la créativité fait partie de la descente de l’esprit à travers l’astral et à travers l’ego, et que ça prend un certain temps. Autrement dit, avant que l’Homme en arrive à avoir un discernement parfait, avant que l’Homme puisse se servir de l’énergie de son esprit pour utiliser la force de motivation de son corps astral, il lui faut un certain temps, il lui faudra un certain temps, il lui faudra certaines peines, certaines souffrances.

Donc j’essaie d’expliquer le travail que fait contre l’Homme les bonnes idées afin d’empêcher l’Homme de souffrir pour rien, afin d’empêcher l’Homme de perdre énormément d’énergie, autant de l’énergie émotionnelle et mentale que de l’énergie physique, c’est-à-dire de la matière, de l’argent, ainsi de suite.

Les bonnes idées sont de la matière apportée vers l’Homme pour l’amener éventuellement à être créatif dans un certain domaine, mais après expiation, après réorganisation de son matériel mental, de son matériel émotionnel.

L’Homme conscient devient tellement sensible avec le temps qu’il ne peut plus se permettre de souffrir de ses bonnes idées. Donc il doit prendre conscience de la mécanique des bonnes idées, de la nature des bonnes idées, du pourquoi des bonnes idées, et s’apercevoir sur-le-champ que lorsqu’il a une bonne idée, il doit s’arrêter, la regarder, la peler comme on pèle un fruit, et automatiquement apprendre avec le temps à s’en désengager s’il le faut, pour en avoir une autre, et recommencer le même processus, jusqu’au moment où il épuise complètement les possibilités de la bonne idée. Et il voit à un certain moment clair dans son mental, il se sent lucide dans sa parole, il se sent lucide dans son explication, et il s’aperçoit à ce moment-là que tout s’ouvre vers lui. Les évènements sont là, les conditions sont là, l’idée peut facilement être canalisée et être rendue dans l’expérience.

Mais si une bonne idée ne peut pas être facilement rendue dans l’expérience, il faut faire attention. C’est parce que ce n’est pas le temps, il y a des conditions, et si l’Homme force ces conditions, parce que soit qu’il a de l’argent, ou soit qu’il a certaines conditions qui puissent concrétiser cette bonne idée, il verra qu’éventuellement, il pourra perdre parce que les lois de l’idée sont des lois de l’astral.

Les bonnes idées sont fournies à l’Homme à partir de l’astral. Il y a des êtres dans l’astral qui s’occupent incessamment de créer pour l’Homme des bonnes idées. Et ce sont des idées qui sont utilisées pour le développement psychologique, émotionnel, et mental de l’Homme. Ce ne sont pas des idées qui servent à l’Homme intégralement, ce ne sont pas des idées qui servent de canal à l’énergie de l’Homme. Et une idée, une bonne idée, une idée réelle, doit servir à la canalisation chez l’Homme de son énergie. Si elle ne sert pas à la canalisation de son énergie, elle sert à son expérience, et si elle sert à son expérience, elle n’est pas bonne, même si elle est bonne.

Ceci est très subtil, parce que nous ne sommes pas habitués à contrôler les forces de vie en nous. Nous sommes habitués depuis des siècles, depuis des millénaires voire, à être contrôlés par les forces de vie en nous. Et pour que l’Homme en arrive à contrôler les forces de vie en lui, il faut qu’il en arrive à contrôler les idées, les bonnes idées, afin de se servir de l’énergie en lui pour propulser dans sa vie le matériel créatif de sa conscience supérieure, à travers les idées qui, automatiquement, deviennent créatives.

Mais si nous attendons qu’une idée soit bonne, si nous attendons qu’une idée soit à notre mesure pour la manifester dans le monde, nous pouvons attendre très longtemps. Parce qu’une idée ne sera jamais suffisamment bonne, suffisamment à la hauteur de notre énergie créative. Elle pourra être à la hauteur de notre émotivité, de notre mentalité, de notre personnalité, mais elle ne sera pas à la hauteur de notre personne.

Et quand une idée n’est pas à la hauteur de la personne de l’Homme, éventuellement il se fatigue de cette idée. Et c’est pourquoi des Hommes dans le monde, des gens dans le monde, l’Homme en général, se fatigue éventuellement des bonnes idées qu’il a eues il y a quelques années passées. Pourquoi ? Parce qu’une bonne idée n’est pas supportée par le mental supérieur, elle est supportée par l’énergie astrale. Et éventuellement, l’énergie astrale, une fois qu’elle a été utilisée, ne sert plus, il n’y a plus dans cette énergie suffisante vitalité pour que la bonne idée, ou l’idée qui, auparavant, avait été utilisée, ou l’idée qui avait été propulsée par cette énergie, soit utilisable indéfiniment ou transformable indéfiniment.

Le problème avec une bonne idée qui est perçue inconsciemment, c’est qu’éventuellement cette bonne idée sera mise de côté comme un vêtement qu’on n’aime plus. Mais l’Homme ne doit pas perdre, l’Homme ne doit pas toujours laisser derrière lui ce qu’il a construit.

Donc l’Homme, un jour, doit travailler à construire sa vie à partir d’une énergie qui est créative, qui d’elle-même peut créer quelque chose et se fondre avec une idée, c’est-à-dire se fondre avec l’organisation psychologique mentale inférieure de l’Homme, mais qui doit la supporter, qui doit lui donner le pouvoir d’expression, qui doit lui donner la vitalité. Si vous n’avez pas de vitalité, autrement dit si vous ne voulez pas profondément en vous-mêmes quelque chose, vous ne pourrez jamais avoir de bonnes idées, c’est-à-dire vous ne pourrez jamais avoir des idées qui sont simplement, ou essentiellement, créatives, et qui par le fait même sont bonnes parce qu’elles sont exclusives de tout ce qui est astral, ou polarisé, ou négatif dans votre vie.

Une idée qui est créative, une idée qui naît de votre esprit, ne peut pas mourir, parce qu’elle est maintenue par votre vie, elle est maintenue par votre esprit, elle est maintenue par votre vitalité. Mais une idée qui est le produit de votre corps de désir, qui est le produit de votre vitalité, qui est le produit de votre personnalité, qui est le produit de votre infériorité, qui est le produit de votre insécurité psychologique, cette idée-là n’est qu’une idée temporaire qui sert petit à petit à vous agacer, qui sert petit à petit à vous faire avancer, ou à sembler vous faire avancer, parce que beaucoup de bonnes idées sont là simplement pour vous donner l’impression que vous avancez, lorsqu’en fait vous n’avancez pas, parce que l’Homme ne peut pas avancer s’il n’a pas en lui la force, l’énergie créative, qui réellement crée l’avancement parce qu’elle naît du dépassement de soi-même.

Donc une bonne idée, ce n’est pas assez, ce n’est pas suffisant. Une bonne idée c’est bon pour un Homme inconscient. C’est bon pour un Homme inconscient qui a suffisamment d’éléments autour de lui, de finances, de support matériel pour la lancer, pendant un certain nombre d’années. Ce n’est pas suffisant pour un Homme conscient. Un Homme conscient a besoin d’une idée créative, il a besoin d’une idée qui est viscérale, il a besoin d’une idée qui fait partie de sa vie, il a besoin d’une idée qui est collée à son estomac. Il a besoin d’une vie qui est intégralement liée à son mental, à sa volonté et à son intelligence.

Donc une idée créative est essentiellement la participation de l’esprit à la matière. Une idée créative est essentiellement une relation entre l’intérêt vital et la vie de l’Homme. L’intérêt vital ne peut pas être exclu d’une bonne idée. S’il n’y a pas d’intérêt vital dans une bonne idée, vous avez simplement un vêtement, mais vous n’avez pas l’Homme pour l’habiter. Et si vous n’avez pas l’Homme pour l’habiter, cette idée-là, un jour, lorsque le vêtement sera froissé, ne pourra tenir par elle-même.

D’ailleurs, c’est impossible qu’un Homme dans la vie ait plusieurs bonnes idées. C’est-à-dire que c’est impossible qu’un Homme dans la vie ait plusieurs idées créatives générées par son esprit, parce que l’esprit qui génère une idée ou un mouvement qui devient de l’idée le fait sur une très longue période de temps, il le fait d’une façon non décousue, il y imprime de la continuité. Donc dans la vie d’un Homme, il ne peut pas y avoir plusieurs bonnes idées, dans le sens d’idées créatives.

Il y en a une, qui comme un arbre produit plusieurs fruits, mais il ne peut pas y avoir dans cet Homme plusieurs bonnes idées qui sont enracinées dans la terre de l’esprit, parce que l’Homme se viderait, l’Homme se fatiguerait, l’Homme s’épuiserait, parce que dans une idée qui est générative de vitalité, dans une idée qui est le produit de l’esprit, il y a beaucoup trop de force pour qu’un Homme seul puisse en générer des centaines. Non. Un Homme conscient, un Homme créatif, un Homme qui est dans son esprit, peut générer quelques grandes idées, quelques bonnes idées qui sont créatives en elles-mêmes.

Je n’aime pas le mot “bon” à une idée, je n’aime pas le mot “bonne” à une idée. On ne devrait jamais dire qu’une idée est bonne ou mauvaise. Je dis qu’un Homme créatif dans son esprit, dans sa conscience, qui génère de l’idée, c’est-à-dire de la matière mentale supérieure qui peut prendre une forme éventuellement, un tel Homme ne peut pas générer beaucoup d’idées dans sa vie. Il générera un filon, un filon d’or, et de ce filon d’or il pourra éventuellement naître d’autres aspects qui deviendront pour le reste des Hommes, pour l’Humanité ambiante, des résidus, des effets secondaires. Et de ces effets secondaires l’Homme, l’Humanité ambiante, grandira, parce qu’une idée créative qui est générée par un Homme conscient a beaucoup de puissance, beaucoup de temporalité et beaucoup de continuité.

Mais nous les Hommes, qui nous nous conscientisons, ceux qui deviennent de plus en plus sensibles à leur conscience intérieure, ceux qui deviennent de plus en plus sensibles à l’intelligence en eux, ceux qui peuvent de plus en plus facilement communiquer avec cette intelligence, nous devons faire attention aux lois de l’astral, nous devons faire attention aux bonnes idées. Parce que nous devons réaliser que les bonnes idées naissent, naissent dans l’esprit de l’Homme, à partir du plan de l’esprit de l’astral.

Donc il y a dans l’Homme deux plans d’esprit. Il y a dans l’Homme le plan d’esprit de sa conscience mentale supérieure, et il y a dans l’Homme le plan d’esprit de sa conscience astrale. Et avant que l’Homme en arrive à déchirer le voile, à déchirer complètement le voile de la conscience astrale pour en arriver à ne sentir, à n’apercevoir, que le plan d’esprit de sa conscience supérieure, il y aura beaucoup d’astralité en lui. Il y aura beaucoup de va et vient entre lui et l’astral, et il ne pourra pas facilement voir, discerner entre une bonne idée et une idée qui est générée par son esprit. Et c’est là qu’il se fera prendre !

Il ne faut pas oublier que nous sommes des Hommes nouveaux. Qu’est-ce que ça veut dire être “un Homme nouveau” ? Ça veut dire être un Homme qui ne pense pas, qui ne fonctionne pas psychologiquement comme les Hommes anciens. Donc la sixième race ne fonctionnant pas comme la cinquième race-racine, automatiquement est obligée de voir les trappes, les attitudes, les mécanismes psychologiques de l’ancienne race-racine qui encore sont imprimés dans son esprit, dans ses attitudes, dans son cerveau, dans son comportement humain.

Donc la nouvelle race-racine doit, pendant un certain nombre d’années, veiller à ne pas tomber dans le piège des bonnes idées qui ont dans le passé galvanisé, donné à la race-racine, la cinquième-race racine, son état d’âme. Parce que l’Homme de la sixième race-racine ne fonctionne plus au niveau de l’état d’âme, il fonctionne au niveau de l’état d’esprit. Et grande est la différence entre l’état d’âme et l’état d’esprit !

L’état d’âme est une attitude psychologique de l’ego vis-à-vis de la mémoire empruntée à l’astral qui fait partie de la conscience de l’Homme. Tandis que l’état d’esprit est une condition préférentielle du lien entre l’ego et son énergie originale, permettant à l’Homme, à l’ego, de participer sur le plan matériel à une énergie qui n’est pas conditionnée par les mémoires, qui n’est pas conditionnée par l’âme, qui n’est pas conditionnée par les défauts de la psychologie, qui n’est pas susceptible d’être contrariée, diminuée, par l’insécurité de l’ego.

Donc la bonne idée pour l’Homme conscient est quelque chose qu’il doit veiller de plus en plus à corriger, qu’il doit surveiller de plus en plus, afin de ne pas tomber dans le panneau et être matraqué ! Ceci ne veut pas dire qu’une bonne idée aujourd’hui ne sera pas demain remplie, ceci veut dire que peut-être la bonne idée aujourd’hui n’est pas suffisamment bonne pour être utilisée, que peut-être la bonne idée aujourd’hui n’est qu’une esquisse d’une activité créative demain, dans un an, dans deux ans, dans cinq ans.

Donc l’ego doit être totalement détaché de la bonne idée. S’il a une bonne idée, c’est qu’il y a quelque chose en lui qui veut lui dire quelque chose, mais s’il se prend au sérieux avec sa bonne idée, c’est là qu’il fera le faux pas.

Donc que l’ego, lorsqu’il reçoit une bonne idée, il doit la regarder, il doit la parler, il doit la regarder de tous les côtés et ne pas être impliqué subjectivement avec elle. Et s’il apprend à ne pas être impliqué subjectivement avec elle, il pourra la faire, la défaire, la former, la transformer, la déformer, et éventuellement elle deviendra autre chose. Et ce qu’elle deviendra éventuellement dans le temps sera la manifestation de son esprit à travers lui. Et c’est à partir de ce moment-là qu’il verra que la bonne idée qu’il avait eue auparavant n’était qu’une esquisse, que ce n’était qu’une forme, une forme qui aurait pu lui coûter cher si elle avait été exécutée avant le temps, et une forme qui aujourd’hui n’est plus une forme, mais simplement un mouvement d’énergie de sa conscience créative vers le matériel.

À partir de ce moment-là, la bonne idée dans le passé est devenue une idée créative. Et elle engendre automatiquement sa multitude de fruits, parce qu’elle nait d’une conscience ou d’un esprit qui en lui-même est infini et qui se sert de cette idée créative pour générer d’autres mouvements dans la vie de l’Homme, au fur et à mesure qu’il avance dans le temps et qu’il est capable d’utiliser son énergie créative pour rendre ce mouvement original encore plus créatif, ainsi de suite.

Donc l’être conscient, surtout l’être conscient spirituel, surtout l’être conscient qui souffre de créativité, surtout l’être conscient qui veut faire quelque chose dans la vie, surtout celui qui veut être indépendant, autonome, qui veut ne pas être sujet trop longtemps au système, c’est cet être-là qui doit faire attention, surtout s’il a un peu d’argent, surtout s’il a quelques amis pour l’aider, ainsi de suite.

Parce que nous ne réalisons pas jusqu’à quel point l’esprit doit filtrer l’astral, doit réduire la possibilité de l’effet de l’astral sur lui dans notre vie. Et c’est là que ces bonnes idées, en apparence, sont utilisées contre nous mais pour nous à la fois. Et qui en est la victime ? C’est l’Homme, c’est nous, c’est l’individu. Pour quelles raisons ? Pour des raisons qui souvent sont occultes, c’est-à-dire voilées, our des raisons que nous ne réalisons que quelques années plus tard, mais que nous aurions pu réaliser auparavant si nous avions été suffisamment sages, suffisamment intelligents, suffisamment imprégnés de discernement.

L’Homme qui se conscientise et qui a pris conscience de son intelligence intérieure, croit facilement que les idées qui lui viennent de l’intérieur sont de bonnes idées, parce que, déjà, il est un être spirituel, déjà il est un être qui est en confiance avec son intérieur. Et pourtant rien n’est plus faux. Rien n’est plus faux ! L’Homme inconscient, lui, qui n’est pas conscient de son intérieur, possède des mécanismes psychologiques qui feront en sorte qu’il fera attention à ses bonnes idées. Il les mesurera, et il ira voir le comptable, il parlera avec ses amis qui ont de l’expérience, ainsi de suite.

Tandis que l’Homme conscient, lui, l’Homme spirituel, il ne va pas voir le comptable, il ne va pas voir les amis qui ont de l’expérience. Il communique avec son intelligence intérieure, c’est-à-dire qu’il communique avec des niveaux de conscience qui sont encore astralisés. Et il croit que parce qu’il communique avec ces niveaux de conscience, il est plus protégé de ses bonnes idées que l’être inconscient. C’est absolument faux.

Beaucoup d’êtres conscients, beaucoup d’êtres qui sont conscientisés, qui se conscientisent, souffrent, et s’aperçoivent que leurs bonnes idées sont effectivement des mirages, sont effectivement des trappes, et il est surpris que le bonhomme près de chez lui, son voisin, qui est inconscient, ne tombe pas dans les mêmes pièges. C’est normal ! L’autre est protégé par son ego, l’autre est protégé par ses mécanismes psychologiques, tandis que lui n’a plus aucune protection, il a tout foutu en l’air ! Il a foutu en l’air pour la sainte spiritualité, il a foutu en l’air pour la grande conscience cosmique, qui en fait n’est qu’un barrage de mots pour l’empêcher de réaliser qu’éventuellement, il devra faire attention aux bonnes idées un peu, et peut-être plus que le bonhomme inconscient.

Parce que lui-même est plus susceptible d’en recevoir, parce que lui-même est déjà peut-être plus sensible à son intelligence intérieure, donc en potentiel plus créatif. Mais en potentiel plus créatif ne veut pas dire qu’il est prêt à être créatif. Il y a un temps, il y a un certain temps pour qu’il devienne créatif. Donc en attendant, il faut qu’il fasse attention à ses bonnes idées. Sinon, il se mettra le doigt dans l’œil, et automatiquement il sera obligé de débourser de sa poche des pièces de monnaie qu’il aurait pu autrement garder pour l’actualisation, plus tard, d’autres bonnes idées, mais d’autres bonnes idées fondées sur la créativité de son mental.

Nous sommes tellement naïfs, les Hommes conscients ! Nous sommes tellement naïfs que nous n’avons pas même la mesure. Nous croyons tellement, parce que nous sommes conscients, parce que nous savons certaines choses, parce que certains voiles nous ont été enlevés, nous croyons que nous avons accès à tout, nous croyons que nous avons mainmise sur tout. Nous croyons que nous sommes capables de tout. Nous sommes capables de tout, nous avons mainmise sur tout, nous avons accès à tout, mais dans le temps ! Lorsque l’esprit aura filtré l’astral, lorsque l’esprit n’aura plus d’obstacle au niveau de notre ego, à cause de notre conscience astrale.

Mais “in the meantime” (en attendant), nous devons vivre des expériences, nous devons être assujettis à des expériences afin que ce travail se fasse. Et l’outil le meilleur pour nous et contre nous, c’est quoi ? C’est le fait que nous recevions de bonnes idées qui nous permettent d’être autonomes, qui nous permettent de ne pas avoir à travailler pour quelqu’un d’autre, qui nous permettent d’être suffisamment créatifs pour nous sentir bien dans la peau, ainsi de suite.

Et c’est là que nous devons faire attention, parce qu’il y a un temps. L’esprit agit dans un certain temps, l’ego agit dans un autre temps, et tant que le temps de l’ego et le temps de l’esprit ne sont pas un, il est évident que nous sommes sujets à être trompés, nous sommes sujets à croire que nos bonnes idées sont bonnes, lorsqu’en fait elles sont mauvaises. Mais naturellement tout sert, tout sert, effectivement tout sert !

Il y a des gens qui viennent me voir avec de bonnes idées. Ils me demandent : “Monsieur Bernard, est-ce que c’est une bonne idée”… Je dis : “C’est une idée intéressante”, parce qu’une bonne idée c’est une idée intéressante ! Mais je ne peux pas leur dire que dans deux semaines, deux mois, deux ans, cette bonne idée leur aura éclaté à la figure, parce qu’ils ne feront pas le mouvement de la bonne idée. Donc automatiquement, ils n’auront pas et ne vivront pas l’éclatement à la figure, donc ils ne comprendront rien. Donc moi je suis prisonnier – si vous voulez – ou pris, pas prisonnier mais pris, entre l’écorce et l’arbre. Je ne peux pas dire au bonhomme que son idée qui est intéressante n’est pas bonne, même si elle semble être bonne, et d’un autre côté je voudrais lui dire de foutre tout en l’air ! Alors la situation, ma situation, est difficile, je ne peux pas et je ne dois pas agir pour vous comme interprète des évènements, mais je peux vous dire, par exemple, comment fonctionne le mécanisme des bonnes idées, et c’est ce que je fais.

Si vous avez moindrement de l’argent faites attention ! Parce que si vous avez de l’argent, automatiquement il sera plus facile pour vous d’avoir de bonnes idées. Un type qui n’a pas d’argent, ne peut pas facilement avoir de bonnes idées, parce qu’il y a une relation entre l’argent et les bonnes idées, puisque ces bonnes idées doivent être concrétisées dans le matériel. Donc ceux qui ont un peu d’argent, faites attention ! Asseyez-vous dessus ! Prenez le temps de réfléchir ! Prenez le temps de regarder, prenez le temps de parler avant d’investir, avant de mettre votre argent dans quelque chose qui semble être une bonne idée ! Parce que très probablement vous pourrez le perdre.

Et ceux qui n’ont pas d’argent, eux, et qui n’ont pas de bonnes idées, mais attendez, attendez ! Si vous vous conscientisez, si le temps passe, si vous comprenez, s’il y a un déblocage en vous d’énergie, effectivement, éventuellement, il y aura de bonnes idées. Et les bonnes idées coïncideront avec des venues d’argent, des rentrées d’argent. Il y aura quelque chose dans la vie qui se passera, votre belle-mère vous laissera quelque chose dans son héritage. Et à partir de ce moment-là, vous aurez de l’argent qui coïncidera avec vos bonnes idées.

Il ne faut pas se décourager, il ne faut pas penser que parce que nous n’avons pas de bonnes idées maintenant, que nous n’en aurons jamais. Effectivement, dans le temps, vous aurez de bonnes idées, mais ce n’est pas le temps puisque votre belle-mère n’est pas encore morte, donc attendez qu’elle meure ! Ceci ne veut pas dire de vous asseoir sur les fesses ! Faites quelque chose, travaillez, fonctionnez !

Mais au moins, ceux qui sont pauvres ne risquent pas de perdre parce qu’ils n’ont pas, ils n’ont rien à perdre. Mais ce sont ceux qui ont quelque chose, ce sont ceux qui sont plus en moyens qui risquent de perdre. Et même le pauvre peut perdre son travail, il peut perdre son emploi parce qu’il a une bonne idée. Peut-être qu’il a la bonne idée de changer de job, peut-être qu’il a la bonne idée d’aller travailler pour quelqu’un qui est conscient. Faites attention ! Parce que si vous allez travailler pour quelqu’un qui est conscient, vous risquez de vous mettre sous une loi vibratoire particulière parce que lui n’est pas stabilisé, il n’a pas les mécanismes encore, et peut-être qu’il est rempli de bonnes idées. Donc si vous allez rencontrer ou travailler pour quelqu’un qui est conscient, faites attention ! À moins de savoir qu’il est réellement solide, sinon vous risquez de perdre.

Autrement dit, il faut faire attention à 360° et il ne faut pas prendre rien pour acquis. Il ne faut pas croire qu’une bonne idée telle qu’elle nous vient est nécessairement bonne à la longue ou à long terme. Nous devons faire attention, Nous devons faire toujours attention. L’Homme conscient doit faire plus attention que l’Homme inconscient parce qu’il est régi par d’autres lois, il est régi par des lois de transformation, il est surveillé incessamment, seconde par seconde, par son double, par son esprit, afin de pouvoir transmuter son émotion, transmuter son mental. Donc dans un sens, l’être qui se conscientise est beaucoup plus vulnérable à la vie que l’être inconscient, beaucoup plus vulnérable ! Il est vulnérable dans un autre sens, il est vulnérable dans l’instantané, il est vulnérable dans ce sens que la vie fera tout ce qu’elle peut, non pas contre lui, mais pour l’amener à un niveau d’évolution supérieur.

C’est pourquoi il est très important pour l’Homme qui se conscientise de comprendre le mécanisme des bonnes idées. Comprendre le jeu des bonnes idées, comprendre combien l’astral est puissant dans l’Homme, comprendre jusqu’à quel point l’idée doit servir à filtrer cet astral, à désengager subjectivement l’ego de son esprit, afin de permettre éventuellement à l’esprit de facilement passer à travers lui pour sa manifestation dans le monde ce que nous appelons la créativité de l’Homme.

Donc toutes les idées, les bonnes idées, ne sont pas bonnes. Parce qu’elles ne sont pas régies par l’intelligence pure. Elles sont régies d’une part par imagination, elles sont régies d’une part par des pensées astralisées, elles sont fondées en quelque sorte sur une certaine émotivité de l’ego, et elles sont fondées dans un autre temps sur l’insécurité de l’ego.

Donc il y a une myriade d’éléments qui constituent les aspects motivationnels de la bonne idée. Il y a une myriade d’éléments qui font en sorte qu’une bonne idée “appert” (du verbe apparoir qui signifie apparaître) être bonne à l’ego, pour des raisons telles que celles que je viens de nommer. Et c’est là que l’Homme qui se conscientise doit faire attention, parce que tant qu’il n’est pas dans son esprit, tant qu’il n’a pas conscience pure, tant qu’il n’a pas conscience créative, tant qu’il n’est pas capable vibratoirement de voir et de sentir à travers la forme que suscite l’idée, il peut facilement être piégé par cette idée, donc il peut facilement perdre au lieu de gagner.

Il ne faut – et ceci est une loi fondamentale de la conscience de la l’Homme, que l’Homme découvrira, réalisera, dans son expérience – il ne faut jamais se faire dicter intérieurement quoi faire dans la vie. Un Homme qui se fait dicter quoi faire dans la vie perd automatiquement le contrôle sur sa destinée, ceci est fondamental.

Si vous avez de bonnes idées et que vous vous faites dicter supramentalement, paranormalement, quoi faire dans la vie, je vous assure que ces idées éventuellement se retourneront contre vous, et vous serez obligés de rebrousser chemin. L’Homme ne peut pas se permettre de se faire dicter quoi que ce soit à partir de l’intérieur, c’est une illusion psychologique de l’ego qui a besoin d’être rassuré afin de faire quelque chose. Et cette illusion est très profonde et constitue probablement un des pièges les plus prenants de la conscience supramentale, de toute conscience télépathique, de toute conscience paranormale, de toute conscience occulte.

Donc si vous avez de bonnes idées, faites attention si elles sont dictées de l’intérieur. Si vous avez un mouvement créatif à faire dans la vie, vous le ferez en parlant, vous le réaliserez en parlant, vous le reconnaîtrez en parlant. Mais si vous vous assujettissez à être conditionnés, supportés de l’intérieur, vous verrez que dans le temps il se produira en vous une faille. Dans le temps, vous verrez que l’intérieur vous aura acculé à une condition qui, pour vous, sera une perte, parce que l’intérieur de l’Homme est une condition de son esprit et de son astral ensemble.

Donc lorsque nous parlons de l’intérieur de l’Homme, nous parlons de son esprit et de son astral. Autrement dit, dans l’intérieur de l’Homme, il y a à la fois l’aspect supramental et l’aspect du mental inférieur, et les deux doivent être totalement neutralisés, c’est-à-dire que dans la vie créative de l’Homme, l’expression, dans sa vie de l’intérieur, doit se faire à travers son action, à travers sa parole et elle ne doit pas se faire par réflexion, autrement dit elle ne doit pas être basée sur le rapport entre lui-même et l’intérieur. Parce que la fonction de l’intérieur, c’est de pénétrer dans l’Homme, de devenir plus présente dans l’Homme, ce n’est pas d’instruire l’Homme, ce n’est pas de lui donner de l’assurance, ce n’est pas de lui donner du support, puisqu’il y a un lien entre l’intérieur et l’Homme.

Donc l’Homme doit apprendre avec le temps à ne se fier qu’à lui-même, c’est-à-dire à pouvoir exécuter dans sa vie, par la parole ou par l’action, l’énergie qui est en lui, intérieure. Mais s’il se fie à l’intérieur, s’il est obligé d’aller vers l’intérieur demander conseil à l’intérieur, il verra que, quelque part dans le temps, il y aura entre lui et l’intérieur une rupture. Parce que quelque part dans le temps, son ego sera frustré par l’intérieur. L’intérieur osera enlever à l’ego cette petite chose que l’ego espérait pouvoir retenir de lui, et cette petite chose, je l’appelle la confiance totale.

Donc la confiance de l’Homme, elle doit être dans son action, elle doit être dans sa parole, elle ne doit pas être basée sur le rapport entre lui et l’intérieur. À partir de ce moment-là, l’Homme peut se sécuriser, il peut se sécuriser contre la vie, parce qu’il a appris les lois de la vie. Et contrairement à l’Homme inconscient, il n’est plus régi par les lois planétaires, donc à partir de ce moment-là, il n’est plus régi non plus par les lois cosmiques.

Donc l’Homme inconscient est régi par les lois planétaires, il a ses mécanismes qui le protègent au niveau de la personnalité. L’Homme conscient n’est plus, ou est de moins en moins, régi par les lois planétaires, donc il est de plus en plus régi par les lois cosmiques, et il doit se protéger intérieurement.

Et l’Homme conscient, supramental, l’Homme qui est très avancé en conscience, connaît, comprend ces deux aspects de l’Homme, et inévitablement, un jour, peut créer, par la parole et par l’action, des conditions de vie qui lui siéent bien, qui lui font du bien, qui lui donnent de l’avenir, qui lui donnent une assurance réelle, qui lui donnent un fondement réel dans la vie. Et à partir de cet état d’esprit, il n’a plus à converser avec l’intérieur, il n’a plus à demander conseil à l’intérieur, il est lui-même conseiller et il est lui-même le créateur de sa condition.

Donc les idées servent à amener l’Homme à dépasser l’attitude psychologique qu’il a naturellement envers elles pour l’amener, petit à petit, à avoir une relation directe et parfaite avec son énergie créative. Les idées pour l’Homme sont des coussins psychologiques, elles sont des mesures de son intelligence réflective, elles sont des mesures de sa stabilité émotionnelle, elles ne sont pas de la créativité pure, elles servent toujours à consoler la personnalité.

Et dès que l’idée sert à consoler la personnalité, à la réconforter, à lui donner un certain appui, cette idée n’est pas réelle, elle n’est pas réelle. C’est-à-dire que son énergie n’est pas pure, il est astralisée, et c’est cette énergie astralisée qui doit être perçue par l’Homme, c’est cette énergie que l’Homme doit regarder et bien comprendre, et bien sentir, s’il ne veut pas avec le temps voir que cette idée n’était simplement qu’une manifestation de l’astral en lui pour qu’il prenne conscience, pour qu’il réalise, qu’il n’était pas encore parfaitement dans son esprit.

Mais en ce qui concerne les bonnes idées qui ne sont pas bonnes, comment savoir que nous avançons sur un sol en étant 100 % sûrs que le sol ne s’effondrera pas sous nos pieds ? C’est très simple : ne jamais prendre de chance ! Ne jamais prendre de chance veut dire ne jamais prendre de chance. Ceci veut dire ne jamais fonder notre bonne idée sur l’expectation ultime d’un développement, d’un évènement quelconque dans l’avenir. Si nous croyons que dans deux semaines, dans deux mois, dans six mois, il y aura quelque chose, il y aura un évènement quelconque qui viendra vers nous et qui nous assurera de la fécondité de notre bonne idée, nous nous mettons automatiquement sous la loi astrologique, nous nous mettons automatiquement sous la loi des planètes, sous l’influence des planètes, et nous risquons de perdre quelque chose.

L’Homme qui a une idée créative génère à l’intérieur même de son mental toutes les conditions – et quand je dis qu’il génère, je veux dire qu’il les voit, elles sont déjà là – il génère toutes les conditions qui ultimement serviront à la manifestation dans l’expérience de cette énergie créative. Tandis que l’Homme qui utilise, qui forme, qui formule, qui jongle avec une bonne idée, essaiera de voir, regardera, pensera à différentes possibilités de sa bonne idée, et il osera se plonger dans un certain futur, dans un certain devenir, dans un certain avenir pour sécuriser sa bonne idée. Et c’est là que l’Homme fait l’erreur.

Autrement dit, si vous voulez acheter quelque chose, si vous voulez faire quelque chose, assurez-vous que, déjà, dans le temps de votre esprit, cette chose est déjà là. Mais si la chose n’est pas là dans le temps de votre esprit, c’est-à-dire que si la chose n’est pas là du résultat de votre propre effort, et que cette chose n’est là qu’en fonction des évènements que vous osez espérer, qui viendront vers vous éventuellement, vous devez faire attention, parce que les lois des bonnes idées, sont des lois astrales. Donc ce sont des lois qui sont fondées sur le régime des possibilités. Et le régime des possibilités est un régime qui est contrôlé par l’astral et contre lequel vous n’avez aucun pouvoir. Le seul pouvoir qui est dans l’Homme, c’est le pouvoir de la lucidité de son intelligence, c’est le pouvoir de sa volonté et c’est l’organisation systématique, puissante, de cette volonté avec cette intelligence contre tout ce qui est probable, possible, astralement parlant.

Donc un Homme qui génère une idée, un Homme qui génère un mouvement, un Homme qui génère créativement quelque chose dans le temps, est obligé de savoir que dans le temps, ce qu’il a généré doit se concrétiser et qu’il ne peut pas y avoir de faille contre ceci. Donc il doit être dans l’esprit de ce qu’il génère et non pas dans l’idée de la forme de ce qu’il veut créativement établir sur le plan matériel.

Donc un Homme qui est conscient, un Homme qui comprend ces lois, ne peut pas être souffrant des bonnes idées. Donc automatiquement, il n’est jamais rempli de bonnes idées, il n’est rempli que d’idées créatives, il n’est rempli, autrement dit, que d’énergie qui suffit à passer à travers lui, qui suffit de passer à travers sa conscience inférieure pour manifestement, automatiquement, créer ce que nous appelons une idée générative, une idée qui est vitale, une idée qui est intelligente.

Je veux faire comprendre la différence entre une bonne idée et une idée intelligente. Une bonne idée n’est pas nécessairement une idée intelligente ! Une idée intelligente est une idée qui est créée par l’esprit, qui est sous le contrôle de la volonté de l’intelligence de l’Homme. Tandis qu’une bonne idée est une idée qui est convoitée astralement par l’Homme, c’est une idée qui fait plaisir astralement à l’Homme, c’est une idée qui fait plaisir à son corps de désir, c’est une idée qui fait plaisir à ses émotions, c’est une idée qui fait plaisir à son tempérament mental, qui le sécurise. Tandis qu’une idée qui est générée par l’esprit est simplement intelligente, elle n’a pas besoin d’être bonne !

Donc si vous avez des bonnes idées, assurez-vous qu’elles soient intelligentes, et vous verrez probablement, si vous êtes suffisamment lucides, qu’une idée intelligente n’est pas nécessairement bonne ! C’est-à-dire qu’une idée intelligente, elle est fondée sur un principe d’action créative, volontaire et intelligente émanant de l’esprit. Elle n’est pas fondée sur la réciprocité entre elle-même et les évènements de l’extérieur, donc à première vue elle n’apparaîtra pas intelligente.

Si vous parlez de cette idée avec quelqu’un qui n’est pas dans son intelligence, il dira : “Ah ! cette idée, elle est intéressante peut-être, mais elle n’est pas intelligente, parce que comment savez-vous que dans tant de temps vous pourrez faire ce que vous voulez faire”… Donc cette personne-là ne comprendra pas la relation entre votre volonté et votre intelligence.

Je vais continuer de l’autre côté de la cassette sur le même sujet que je considère important, parce qu’il fait partie de la vie de tous les jours.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut