CP-061 L’Homme réel, être unique

“L’Homme est un être unique. Non pas parce qu’il croit l’être, non pas parce qu’il a l’impression de l’être à cause des facultés qu’il a développées au cours de l’involution, mais parce qu’il doit se réaliser dans sa lumière. …” BdM

 

En Français vous lisez la transcription manuelle de la conférence de BdM, dans une autre langue la traduction par une intelligence artificielle (AI) de cette transcription manuelle, donc le résultat est à interpréter avec discernement.


L’Homme est un être unique. Non pas parce qu’il croit l’être, non pas parce qu’il a l’impression de l’être à cause des facultés qu’il a développées au cours de l’involution, mais parce qu’il doit se réaliser dans sa lumière. L’Homme est unique, bien qu’il ne le réalise pas encore, c’est-à-dire qu’il n’est pas encore conscient de l’éther de la Terre, ni de l’éther de son propre corps matériel.

L’Homme réel est un être tellement unique, qu’il n’a aucun lien génétique avec l’être matériel que nous voyons sur le globe terrestre aujourd’hui. L’Homme réel est tellement unique que l’Homme de la Terre d’aujourd’hui ne le connaît pas. L’Homme est un produit de l’évolution future de la lumière dans un monde parallèle à l’espace terrestre que nous connaissons, et que nous appelons l’éther de la Terre. Si l’Homme de la Terre, aujourd’hui, rencontrait l’Homme réel, il serait bouleversé, car il découvrirait un être qui n’est pas de son temps, qui s’entretient de choses qui ne conviennent pas à l’humain et à sa race.

L’Homme réel est tellement unique que sa composition est totalement différente de l’être que nous connaissons sur la Terre aujourd’hui. Car l’énergie universelle coule en lui et unifie tous ses plans de vie. De sorte qu’il ne peut s’apparenter que dans la mesure de l’illusion qu’il peut créer par la manifestation, la manipulation énergétique, de sa forme.

“L’uniticité” (individualité) de l’Homme réel, du Surhomme, de l’Homme qui s’apparente seulement à la forme humaine, découle de la relation parfaite entre l’énergie et l’intelligence qui se canalisent en lui, sur les plans subtils de l’atome qui constitue le matériel vivant de l’Homme. L’atome ou la conscience atomique, étant le matériel vivant de l’Homme, c’est-à-dire, le matériel unique qui se retrouve sur toutes les couches de sa réalité, l’Homme réel en prend conscience et possession, c’est-à-dire qu’il en devient maître, car l’énergie de la vie lui obéit, maintenant qu’il est entré dans le secret de la vie, et connaît les lois d’intelligence qui en régissent l’évolution.

L’Homme réel est unique en son genre, car il est un genre humain, mais un genre humain qui n’est plus sous le contrôle d’intelligences inférieures à la sienne, puisque son intelligence n’est plus astrale et ne peut être dominée par l’illusion de la forme. En tant qu’être unique, l’Homme réel est une descendance directe des êtres lumineux qui gouvernent la galaxie, derrière et au-dessus des plans qui engendrent, dans la galaxie, les différentes formes qui servent à modeler des races inférieures à l’intelligence réelle.

Pour que l’être humain soit unique, il ne doit être esclave d’aucune intelligence, c’est-à-dire que son intelligence doit prendre origine au-delà des plans atomiques de sa conscience organisée. De telle sorte que le produit de son intelligence puisse être conforme aux lois de la vie réelle, c’est-à-dire conforme à la présence de ces êtres lumineux qui font partie de lui, sur les plans atomiques de sa conscience.

En effet, les êtres lumineux font partie des plans de la conscience atomique de l’Homme, et ont le pouvoir d’habiter l’Homme sur tous les plans de sa conscience organisée. Ce qui bloque ces êtres, ce qui bloque leur présence dans l’Homme, c’est son lien inusité avec des intelligences inférieures qui évoluent, non pas sur le plan de la conscience atomique de l’Homme, mais à l’intérieur d’un réseau télépathique créé dans la conscience humaine, et qui leur donne accès à l’esprit de l’Homme.

Les êtres lumineux qui font partie de la conscience atomique de l’Homme lui donnent la vie, c’est-à-dire que leur présence sur les plans de l’Homme donne à ces plans leur énergie. De sorte que ces plans, tels qu’organisés, peuvent supporter leur présence et donc la vie. Mais la vie qu’ils donnent à l’Homme est contaminée par d’autres intelligences inférieures.

De sorte que la vie que semble vivre l’Homme n’est pas la vie réelle, c’est-à-dire la vie de l’esprit, mais la vie de la forme. Et la vie de la forme, à cause de son infériorité, ne peut permettre que l’Homme exécute sur la Terre, ou manifeste sur la Terre, la vie réelle. Et tant que l’Homme vit la vie de la forme, la vie réelle attend, derrière et au-dessus des plans, pour se manifester. Mais lorsqu’elle a réussi à pénétrer dans l’esprit de l’Homme, telle qu’elle existe sur les plans de la conscience atomique de l’Homme, l’esprit de l’Homme est altéré, et l’Homme est réel, c’est-à-dire qu’il a le pouvoir de la vie en lui, et qu’il devient à son tour créateur.

L’uniticité de l’Homme réel est tellement extraordinaire, qu’il n’y a pas de modèle d’Homme réel dans le cosmos, bien qu’il y ait une infinité de modèles d’Homme inconscient dans l’univers. Et comme il n’existe pas de modèle d’Homme réel, car chaque Homme réel est neuf, c’est-à-dire qu’il est graduellement composé par la descente de l’énergie sur les plans de sa conscience atomique jusqu’à ce que son esprit en soit imprégné, un tel Homme n’a pas de début et n’a pas de fin. Car le début et la fin n’existent que pour l’Homme modèle : l’Homme créé selon les lois de l’impression sur son cerveau.

L’uniticité de l’Homme réel révèle la merveille de la vie et l’impossibilité à la fausse vie d’avoir sur lui quelque pouvoir que ce soit, car cet Homme ne peut plus être moins qu’il est. Il ne peut qu’être plus, et ce plus n’est conditionné que par le temps que prend l’énergie pour se répandre dans sa conscience atomique et pénétrer parfaitement son esprit, afin que l’esprit de l’Homme devienne le pouvoir de la lumière sur la Terre.

L’uniticité de l’Homme réel n’a jamais été réalisée sur la Terre de façon raciale, car seuls quelques individus par le passé ont connu et vécu leur identité réelle. Mais au cours de l’évolution qui vient, un grand nombre d’Hommes connaîtront leur identité et un nouveau genre humain se manifestera par le pouvoir de l’énergie en lui, sous le contrôle de sa volonté perfectionnée, et de son intelligence parfaitement développée, et de son amour instantanément réalisé dans la perfection de sa conscience.

L’uniticité de l’Homme réel contrarie toutes les lois de l’involution à un point tel qu’il est obligé, à un certain point de sa manifestation sur le plan de la Terre, de se retirer avec ceux qui font partie des mêmes forces de vie que lui, afin de pouvoir, sous des conditions qui émanent de sa vision des choses, créer une civilisation à la hauteur de son intelligence, à la hauteur de sa volonté, et dans le cadre de son amour pour la vie et ce qu’elle représente de plus parfait.

L’uniticité de l’Homme réel ne dépend que de son rapport perfectionné avec l’énergie qui engendre la vie, mais qui n’a pas de pouvoir sur la Terre autre que sur le plan atomique de la conscience de l’Homme. Tout autre développement qui s’instruit de l’involution doit être retenu à la source, c’est-à-dire dans l’esprit de l’Homme réel qui défend la vie contre la mort de la vie, et l’abolition de l’immortalité.

L’uniticité de l’Homme réel conjugue toutes les possibilités qui défient les lois de la mort, à un tel point qu’un tel Homme ne peut plus, à un certain moment dans le temps, faire partie de ce genre humain qui lui a servi de forme matérielle, afin de permettre qu’il y ait continuité dans le modèle de la forme, mais non continuité dans la conscience du modèle. L’appauvrissement continuel de la vie sur Terre, à cause de l’inconscience du genre humain, forcera la Terre à rejeter ses fils, car ils n’auront pas la suffisance d’intelligence pour comprendre les lois du feu, lorsque ce dernier s’abattra sur le globe pour éteindre ce qui ne respire que la destruction et de la dégradation dans la conscience.

La Terre est plus qu’un globe de matière. La Terre est un esprit qui s’éveille, et cet esprit contient tout ce qui existe sur les plans atomiques de la conscience humaine. De sorte que viendra le temps où la Terre aura besoin d’être réparée dans sa conscience meurtrie par l’inconscience. Et ce sont les Hommes réels auxquels elle fera appel, et le cri de la vie retentira dans les éthers de la planète, et ce cri étouffera ce qui est déjà près de la mort. Et une nouvelle intelligence humaine engendrera une vie nouvelle sur la Terre, et la Terre se réparera. Une fois réparée, elle produira ce qu’elle n’a jamais, par le passé, donné à l’Homme, car elle sera sous le regard de l’Homme réel, qui en connaîtra tous les secrets, c’est-à-dire l’esprit, c’est-à-dire la conscience planétaire.

L’Homme réel est tellement unique qu’il ne peut souffrir d’être menti, c’est-à-dire que l’intelligence est totalement présente en lui. Le mensonge ralentit l’évolution de la Terre. C’est pourquoi un des premiers pouvoirs que connaîtra l’Homme réel sera celui de ne pas être sujet au mensonge de quelque ordre que ce soit. Car le mensonge empêche la communication, l’écoulement de l’intelligence entre les Hommes. Et cette rupture retarde la descente de la vie réelle sur la Terre et l’application de cette intelligence pour le bénéfice de la Terre et de l’Homme.

L’uniticité de l’Homme réel contrarie toutes les formes de vies antérieures, car le pouvoir de sa conscience est la seule source d’intelligence sur le globe, qui ne dépend pas des plans inférieurs d’intelligences qui ont dominé l’esprit de l’Homme ancien. De sorte que l’Homme réel ne peut être menti. Non pas qu’il est seul dans son intelligence, mais parce qu’il est seul avec son intelligence. Et cet état est neuf pour la Terre et le genre humain de demain.

Par le passé, le sang de la Terre a servi à nourrir les mondes de la mort. Alors que demain, la vie de la Terre sera la seule énergie qui sera utilisée par l’Homme réel. De sorte que les mondes de la mort ne pourront plus asservir l’Homme, et ce dernier ne sera plus engagé à y retourner, car les mondes de la mort ne se nourrissent que du sang de la Terre, et le sang de la Terre est toute action qui n’est pas le produit de l’énergie de la vie sur les plans de la conscience atomique de l’Homme.

Pourquoi la Terre est-elle si riche ? Parce qu’elle est nourrie par l’énergie sur les plans de sa conscience atomique. Pourquoi s’appauvrit-elle ? Car d’autres plans de conscience ont désorganisé son intelligence. Et lorsque l’intelligence de la Terre est brouillée, le genre humain doit en payer le prix, car la Terre est la mère de la forme matérielle de l’Homme. Mais lorsque l’Homme réel sera sur la Terre, et qu’il possédera une autre forme plus puissante que sa forme matérielle, il redonnera à la Terre ce qu’elle aura perdu, et la Terre sera belle.

L’uniticité de l’Homme réel ne dépend pas seulement de son intelligence réelle, mais de son pouvoir sur la vie de la Terre. Pourquoi ce pouvoir sur la Terre ? Car il est né de l’intelligence qui a donné à la Terre sa vie. Et lorsque cette intelligence ultime vibre dans l’Homme, il n’est plus esclave de sa forme charnelle et des lois de la matière de la Terre. Il devient maître de tout ce qui fait, ou ce qui a fait, de la Terre, un lieu dans l’espace où il est bon de vivre. Si l’Homme réel est fils de la lumière, il est aussi écrit qu’il est maître de lui-même, c’est-à-dire qu’il est lui-même capable d’interpeller la lumière afin de se soustraire aux lois de la matière inférieure, qui n’existent que pour supporter des systèmes de vie qui ne sont pas encore dans la lumière de la vie.

L’uniticité de l’Homme réel fera fléchir tout ce qui n’est pas près de l’intelligence, car son apparition sur le globe créera un choc qui éblouira les nations. Non pas parce qu’elles seront bouleversées par son apparition sur la Terre, mais parce qu’elles seront troublées par son intelligence et son pouvoir. Les peuples de la Terre n’ont pas connu dans l’ère moderne le fils de la Lumière, car le temps de la guerre devait passer.

Mais lorsque les fils de la lumière apparaîtront dans le monde, les ténèbres voudront étouffer leur présence. Et cela leur sera impossible car les ténèbres n’ont pas le pouvoir sur la vie. Et seul le pouvoir de vie peut échapper à la mort. Les ténèbres seront impuissantes et les fils de la lumière – les Hommes réels – appelleront leurs frères qui regardent de loin la Terre, et ces derniers viendront pour créer sur la Terre une nouvelle science, afin que les Hommes puissent reprendre le temps perdu.

Mais cette science sera connue et comprise par l’Homme réel, car l’Homme réel sera déjà dans l’intelligence de cette science. Mais la venue de cette science sur la Terre lui permettra de commencer là où ses frères auront déjà maîtrisé l’énergie, car l’Homme réel doit apprendre à maîtriser l’énergie. La maîtrise de l’énergie fait partie du mouvement de la vie intelligente dans le cosmos, et lorsque la vie intelligente a suffisamment évolué pour maîtriser l’énergie, cette vie intelligente peut former une civilisation à la hauteur de son intelligence.

Mais l’Homme réel ne sera pas dominé par la science de ses frères, car il aura, lui aussi, le pouvoir de l’intelligence, de sorte qu’il se produira un échange entre l’Homme de la Terre et l’Homme de l’espace, et cet échange sera fondé sur les lois de l’amour que connaît l’Homme réel de la Terre, et qui n’est pas connu de l’Homme de l’espace, ni de l’Homme inconscient de la Terre.

Alors l’Homme réel de la Terre enseignera les lois de l’énergie de l’Amour à l’Homme de l’espace, et ce dernier enseignera les lois de la science de l’Énergie à l’Homme réel de la Terre. Les lois de l’Énergie de l’Amour sont plus grandes que les lois de la science de l’Énergie, car l’Amour est le plus beau des principes et le premier. Et la grandeur de l’Intelligence doit être harmonisée à la beauté de l’Amour parmi les races d’Hommes réels qui évoluent dans le cosmos, afin qu’un jour, dans un avenir éloigné, la Volonté universelle puisse régner partout dans l’univers, à tous les niveaux de la création, et à toutes les échelles de la réalité.

Voilà pourquoi l’Homme réel est unique dans son genre humain, car il détient les clés de l’Amour réel qui ne se manifeste que dans l’éther, alors que ses frères détiennent les clés de l’Intelligence de la science de l’Énergie.

L’uniticité de l’Homme réel découle de la réalité-même qu’il incarne, c’est-à-dire de la réalité qui n’a pas encore, sur le globe, été manifestée, à quelques exemples près. Mais cet Homme réel de demain, bien qu’il représente ce qui est de plus élevé jusqu’à nos jours, ne s’apparentera à rien qui, dans le passé, fut grand sur Terre, car l’énergie de la création ne se répète pas, elle “ascende” (monte), se perfectionne, et rend plus parfait et plus puissant ce qu’elle habite.

L’Homme comprendra demain que la vie est si puissante qu’elle peut créer des modèles de vie qui n’ont aucune mémoire, c’est-à-dire des modèles de vie qui s’autoperfectionnent, par le fait-même qu’ils sont déjà accouplés à une énergie dont l’intelligence est parfaitement harmonisée avec les principes organisationnels de l’être humain. Voilà un peu l’Homme réel.

L’Homme réel est si perfectionné qu’il ne lui reste qu’à manifester sa perfection pour créer un ordre nouveau sur la Terre. Son caractère unique ne peut être réalisé qu’à l’intérieur de sa propre conscience. Lui seul connaît la nature de sa nature, et lui seul peut bien comprendre pourquoi la vie réelle sur Terre est impossible tant que la mort n’a pas cédé sa place.

L’uniticité de l’Homme réel, dont la conscience dépasse les limites de son corps matériel, impose à l’Homme inconscient sa vision unique de la réalité. Car cette réalité ne dépend ni des sens, ni du bon sens. Cette réalité ne dépend que de la descente dans la matière, de l’énergie primordiale organisée selon les lois d’harmonie de l’univers invisible, d’où prend forme le cosmos en évolution.

La certitude de l’Homme réel est le produit de la vie intelligente active en lui, et non de l’intelligence qu’il a de la relation entre le vrai et le faux, la vérité ou le mensonge. Ce qui caractérise le plus l’Homme réel, ce n’est pas ce qu’il est, mais ce qu’il devient, c’est-à-dire ce qu’il représente infiniment sur l’échelle de l’évolution. Sa nature humaine demeure, mais elle n’est plus la demeure de son esprit, car ce dernier vit de ce qu’il voit dans l’éther, et non de ce qu’il perçoit par ses sens. Les sens de l’Homme réel ne sont que des outils qui lui permettent de garder contact avec le matériel. Ils ont perdu la valeur aveugle de l’Homme inconscient qui vivait de leurs impressions, parce qu’il n’était pas encore né à la vie, c’est-à-dire à l’invisible de lui-même.

La vie réelle, c’est l’entrée de l’Homme réel dans l’invisible, c’est-à-dire dans la manifestation de la réalité sur le plan atomique de sa forme matérielle. Cette vie est tellement réelle qu’il est normal qu’elle ne puisse être connue, ou reconnue, ou comprise, même philosophiquement, par l’Homme inconscient qui se sert de la forme des mots pour essayer de saisir le réel de la vie. Voilà pourquoi l’Homme réel ne peut être réel que pour lui-même, qu’en lui-même, et qu’en relation avec ceux-là qui sont dans la même réalité.

L’uniticité de l’Homme réel relève du fait qu’il ne porte en lui aucune mémoire de son passé planétaire. De sorte que sa présence sur le globe intervient instantanément dans la conscience évolutive de la planète, alors que les peuples ne peuvent absorber une réalité humaine qu’ils ne peuvent incorporer à leur réalité psychologique et planétaire. De sorte que l’Homme réel, en intervenant instantanément dans la conscience des peuples, peut commencer à les faire évoluer, afin de créer un support d’incarnation plus évolué pour l’avenir de la sixième race.

L’Homme réel, ou le Surhomme, ne peut intervenir dans le cours de l’évolution que lorsqu’il a parfaitement intégré sa conscience humaine avec sa conscience universelle. Alors, il lui est possible de comprendre tous les aspects de l’évolution de l’Humanité, et de travailler avec les frères à la construction d’un pont entre la Terre et la galaxie, pour permettre à l’Homme de voyager dans l’espace et y découvrir des frontières de plus en plus reculées, mais aussi de plus en plus rapprochées au fur et à mesure que lui-même reconnaît son lien avec l’invisible, et que de ce lien, il puisse réaliser sa propre invisibilité, ainsi que celle de ceux qui depuis longtemps veillent à l’évolution de l’Homme.

L’Homme réel doit et devra protéger l’Homme inconscient des abus de pouvoir contre lui, qui seront perpétrés par des êtres qui n’ont aucune affinité avec l’Homme, car ils ne se préoccupent pas de la place de l’Homme dans l’ordre des choses, mais simplement de leurs intérêts. Ces êtres doivent être dévoilés, démasqués, et seul l’Homme réel peut le faire, car lui seul est au-dessus du mensonge et de la loi de retour. Étant libres de ces deux aspects qui colorent l’existence humaine et appauvrissent l’intelligence de l’Homme, ils pourront être de secours à l’Homme inconscient, si ce dernier est suffisamment évolué et sensible pour ne pas rejeter ce qui n’est pas facile d’accepter, c’est-à-dire le rôle cosmique du mal dans le cosmos.

L’Homme est loin de comprendre le rôle et la fonction du mal dans le cosmos. Et le rôle qu’il lui voit sur le plan simple et humain de sa moralité fait piètre figure, si on le projette sur le vaste tableau des infinités et de leur grandeur. L’Homme inconscient est encore partiellement animal, de sorte que beaucoup d’avertissements lui sont nécessaires afin qu’il réalise la condition humaine et le pouvoir des sphères inférieures sur le déroulement des affaires planétaires.

L’Homme a l’impression de comprendre beaucoup de choses, et cette impression lui sert de mesure pour demeurer dans l’ignorance du réel. Le réel n’est pas supra, tel qu’on se l’imagine. La qualité dite “supra” du réel réfléchit simplement l’imperfection de l’intelligence chez l’Homme. Si l’Homme était réel dans son intelligence, dans son expérience, le supra n’existerait pas pour lui, et il pourrait y goûter sans se sentir alourdi par sa présence, son omniprésence, sur les plans de sa conscience atomique.

L’Homme réel engendre une énergie qui se diffuse dans le monde par différentes voies, mais la loi du réel est toujours la même, on ne peut le projeter ou le comprendre philosophiquement. Même sur le plan de l’expérience, le réel est irréductible philosophiquement, et c’est pourquoi sa collusion avec le plan matériel ouvrira pour des siècles à venir les portes de la paix et de la prospérité et de l’abondance. L’Homme n’est réel que dans la mesure où la réalité s’abat sur lui, le pénètre. Ensuite, il s’ajuste aux chocs et devient de plus en plus capable d’échanger entre le matériel et le subtil, afin de faire profiter le matériel des conditions qui ressortent d’une grande capacité créative que l’on retrouve chez ceux qui sèment la bonne semence.

Alors l’Homme est unique dans son genre, car il a existé pendant des siècles et n’a jamais réussi à sortir de l’impasse, c’est-à-dire du corridor étroit de son inconscience. Et ceci parce que le temps n’était pas venu pour lui, car son centre mental n’était pas suffisamment développé. Maintenant que le centre mental de l’Homme est suffisamment développé, prêt, il peut absorber une nouvelle énergie qui le soudera au réel, le libérant, une fois pour toutes, du pouvoir de ses sens sur son intelligence.

L’intelligence de l’Homme réel ne sera pas affectée par ses sens, c’est-à-dire qu’elle sera liée à sa conscience éthérique et non à sa conscience matérielle. Et la conscience éthérique de l’intelligence est une conscience parfaite, car le voile astral n’y est plus. L’Homme réel n’a pas plus besoin du support psychologique de la forme pour donner à son intelligence sa force, voilà pourquoi elle est puissance créative.

Ainsi l’Homme réel est unique car il n’appartient pas à la mémoire de l’Humanité. De sorte qu’il peut, sans mémoire, créer selon les lois de l’intelligence en lui. Son appui est lui-même, son intelligence est lui-même, son énergie est la descente de l’intelligence en lui. Il est unique, car jamais depuis le début, l’Homme n’a été son seul maître à bord. Jamais l’Homme n’a pu voir ce qu’il verra. On lui montrait ce que l’on voulait qu’il voie. Même la mort est devenue pour lui un fait réel de la vie, lorsqu’en fait, elle n’est qu’un évènement sur lequel il n’a aucun contrôle, car il n’est pas dans l’intelligence pure de son énergie vitale à tous les niveaux de sa réalité multidimensionnelle.

Comme l’Homme par le passé trafiquait à son insu, malgré lui-même, avec des forces qui le moulaient, qui le faisaient progresser ou le retardaient, il ne peut jamais prendre contrôle de son expérience, et par le fait-même cesser de vivre expérientiellement. Cette époque sera révolue, car l’Homme connaîtra autre chose que l’impression. Il connaîtra l’énergie telle quelle, c’est-à-dire qu’il reconnaîtra ces différentes fonctions et ces différentes facettes, de sorte que sa vie réelle sera constamment créative, car il pourra constamment ajuster cette énergie à ses besoins, car il sera au-delà du voile de l’ego, qui l’empêcha par le passé de comprendre les lois de l’énergie pour se soumettre aux lois de la forme.

L’Homme réel est unique, car il n’est plus un pion de la hiérarchie astrale. Il est un voyageur dans le temps de l’esprit : l’éther. Cette liberté lui ouvre les portes de l’éternité, c’est-à-dire de ce vaste domaine où l’esprit est libre comme il fut créé, c’est-à-dire comme il fut dès le début de son avènement dans l’univers de la Lumière, avant que la forme ne prit sur lui, le contrôle, parce qu’il n’avait pas suffisamment d’expérience pour s’en extirper.

L’âge de l’intelligence réelle marquera le début des temps post-modernes, où l’Homme réel noyautera les forces qui serviront à le dégager du lourd fardeau du travail mécanique, afin qu’il puisse se servir à même le réservoir infini d’énergie, d’où tout l’univers tire sa substance. Et il aura le moyen véritable de se maintenir à l’écart des pièges que lui tendent les forces de l’intelligence astrale qui soutirent de lui ses énergies, afin de construire leur propre monde déchu ou hautement spirituel selon le stage de leur évolution.

Autant l’Homme inconscient a participé inconsciemment au maintien du plan astral, autant l’Homme réel, le Surhomme, n’interviendra sur ce plan que pour empêcher que l’Humanité retourne en arrière et décline dans son évolution.

La fusion entre le mortel et les forces de l’intelligence sera la sécurité éternelle de l’Humanité contre tout retour à l’âge de l’intelligence déchue. L’Homme réel sera la clé de voûte de la nouvelle évolution et ceux qui auront réalisé la présence de l’énergie créative en eux, ne pourront jamais retourner dans le passé, c’est-à-dire, qu’ils ne seront plus jamais les prisonniers du temps ni de l’espace.

Car le temps doit être un continuum d’évolution, comme l’espace est une dimension de déplacement. Les deux aspects de la réalité universelle, le temps et l’espace, parfaitement intégrés dans la conscience humaine supérieure, permettra à l’Homme de délier ce qui fut lié dans le passé, c’est-à-dire que les morts pourront être libérés de leur prison temporelle et envoyés en incarnation sur des planètes plus évoluées, où ils apprendront les lois universelles, et pourront plus tard revenir sur la Terre, s’ils veulent renflouer les rangs d’une Humanité qui aura progressé, et qui ne pourra plus être retardée dans son évolution par des êtres trop inférieurs en expérience et en mémoire, pour lui apporter de la lumière, de l’intelligence.

L’uniticité de l’Homme réel n’est pas à confondre avec le caractère particulier de l’Homme inconscient. L’Homme réel ne dépend pas de la Terre matérielle. Il tire ses ressources des énergies de la nature sur les sous-plans de la matière ; et de ces énergies, il construit ce qu’il a de besoin pour évoluer. Sa relation avec la Terre matérielle est une relation de vie et non une relation de survie. Il aime la Terre matérielle et la conserve, car l’esprit de la Terre est celui de la force qui entretient tout ce qui doit servir le corps matériel, jusqu’à ce que ce dernier puisse être libéré des besoins matériels.

Ainsi le caractère unique de l’Homme réel, du Surhomme, de l’Homme qui n’est plus affecté par les conditions planétaires de la race ancienne, ne convient qu’à ceux qui sont dans l’énergie de cette intelligence, qu’à ceux qui comprennent cette réalité et qui, à cause de leurs efforts, à cause de leur évolution, à cause de leur progression incessante, doivent un jour en arriver à reconnaître qu’ils ne sont pas de la race qui a, dans le passé, démenti la réalité à cause de son ignorance, mais sont plutôt d’une race qui vient d’ailleurs et qui renfloue les courants de vie de l’Humanité afin de permettre que sur la Terre, que sur le globe Terrestre, s’installe pour la première fois un gouvernement de vie suffisamment puissant, suffisamment parfait, pour que l’évolution progressive de l’Humanité continue, et qu’après un certain nombre de siècles, l’Homme puisse passer au dernier stage de l’évolution de la Terre : le stage de l’Homme-Esprit.

mise à jour le 20/06/2024

Retour en haut